Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 05:11
Vues générales de mon jardin potager
Vues générales de mon jardin potager

Vues générales de mon jardin potager

En Haute-Loire, nous avons la chance d'avoir un grand jardin potager que mon mari prend de plus en plus de plaisir à aménager et à cultiver.

Cette année n'a pas été pour autant propice au jardinage. Tout d'abord, le confinement ne nous a pas permis d'effectuer le travail de la terre, puis les semis en avril-mai comme habituellement. Puis nous avons été coincés lors du déconfinement de mai par l'éloignement avec la barre des 100 km à ne pas franchir.

Finalement en juin, nous avons décidé de monter en Haute-Loire et avons trouvé à notre arrivée la sécheresse et, des nuits encore trop fraîches ne dépassant pas 6° (à 1000 mètres d'altitude c'est fréquent) nuisant à la levée des graines et des plants. 

 

Heureusement, nous avions prévu le coup et effectué certains plants dans des pots. 

Ont été repiqués en juin des courgettes, courges, potirons et potimarrons, des cardes, des salades, des cornichons, des concombres et des tomates.

Ont été mis en terre directement des haricots verts et cocos, des betteraves, des oignons, des poirées, du persil (qui n'a jamais levé) et autre légumes. 

Le résultat  n'a pas été à la hauteur de nos attentes et des étés précédents, mais nous avons bien profité des courgettes, des haricots verts, des poirées avant qu'un rat-taupier ne s'en délecte aussi.

Courgettes, haricots verts et poiréeCourgettes, haricots verts et poirée
Courgettes, haricots verts et poiréeCourgettes, haricots verts et poirée

Courgettes, haricots verts et poirée

Mon mari a eu la main très verte pour les salades. Nous avons eu quelques "monstres" cependant très tendres. 

Salades
Salades

Salades

A ce jour, nous attendons toujours que quelques tomates mûrissent.

Les tomatesLes tomates

Les tomates

Concombres et cornichons ont donné régulièrement mais pas abondamment. 

ConcombresConcombres

Concombres

Cornichons
CornichonsCornichons

Cornichons

Les courges, potirons et potimarrons ne seront ramassés qu'en automne...

Courges et autres cousines
Courges et autres cousinesCourges et autres cousines
Courges et autres cousinesCourges et autres cousines

Courges et autres cousines

Enfin, de nombreux fruits ont fait le plaisir des grands et des petits. 

Je ramasse les groseilles au fur et à mesure de leur maturité et les place au congélateur. Puis, en fin de saison, j'en fais des gelées selon la recette publiée ICI

Les groseilles...Les groseilles...

Les groseilles...

Nous avons aussi profité des pruniers...

Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers

Les pruniers

A l'automne, j'espère que les coings arriveront à maturité.

Mais c'est l'année prochaine que nous espérons avoir du raisin sur les boutures de vignes, plantées à plusieurs endroits dans le jardin. 

Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin
Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin

Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin

Comme je l'ai mentionné plus haut,  des rats-taupiers ont envahi le jardin (mais pas que le nôtre) anéantissant en partie le travail du jardinier, et les espoirs de la cuisinière.

Notre voisin nous a gentiment aidé à les piéger. Je n'aime pas faire ça, mais cette année, ils ont occasionné de nombreux dégâts et nous n'avions pas le choix.  

Deux des pièges installés dans le jardinDeux des pièges installés dans le jardin

Deux des pièges installés dans le jardin

Pour info, comme vous êtes déjà très nombreux à le faire sur vos propres blogs, cette année je ne publierai plus le samedi. Etant donné que je ne publie déjà plus le dimanche, le blog sera donc en mini-pause tous les week-end.

Il pourra arriver que je vienne tout de même visiter vos blogs ces jours-là,  si la météo ne me permet pas d'aller faire une randonnée ou si j'ai tout simplement pris du retard dans la semaine pour venir lire vos articles : j'aurai ainsi plus de temps et encore plus de plaisir à le faire, car je suis toujours très occupée dans la semaine par de nombreuses activités et, je n'ai pas toujours le temps de venir quotidiennement mettre un commentaire sur tous mes blogs préférés.

C'est aussi l'occasion pour moi, de vous rappeler que tous mes articles sont programmés parfois longtemps à l'avance.

 

Bon week-end à tous, à lundi ! 

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 05:16
La sauge du jardin

La sauge du jardin

Aujourd'hui, nous allons rester encore un peu au jardin, pour voir les différentes plantations que nous avons réalisé ce printemps et faire le tour de quelques aromatiques. 

 

Je ne sais pas pourquoi, mais cette fin d'hiver, les températures étaient tellement douces, que dès la fin février, j'ai eu envie de mettre quelques plants de salades au jardin (une intuition ?).

Habituellement, rien ne pousse quand je les plante au printemps parce que par choix, mon jardin a beaucoup d'ombre. C'est donc plutôt en fin d'été que nous en plantons. 

Et voilà donc mes salades...elles sont mangées à présent mais d'autres ont pris la suite. On devine à côté le persil, semé l'année dernière, qui reprend vie. 

 

Les salades
Les salades
Les salades

Les salades

Du coup, cela m'a donné envie de semer de la roquette. Bon, là il va falloir attendre encore un peu pour la couper.

Le semis de roquette

Le semis de roquette

L'oseille est là depuis longtemps. Elle reprend chaque printemps et semble se plaire dans ce coin. 

L'oseille

L'oseille

Nous avons aussi préparé des semis pour notre jardin de Haute-Loire. C'est là-bas que nous sommes en été et comme le gel peut être assez tardif à 1000 mètres d'altitude, on monte des plants (et souvent on en achète aussi là-bas).

Mais pourrons-nous y aller cette année assez tôt pour y faire le jardin, j'en doute ? Là-bas il faut planter après les Saints de glace et au plus tard début juin ! 

Nous avons préparé des plants de courges butternut, potimarron et pour la première fois de méréville.

Impossible de trouver des graines de courgettes ces derniers temps donc pour l'instant nous n'en avons pas mis en pots.

Courges butternut, potimarron
Courges butternut, potimarron
Courges butternut, potimarron

Courges butternut, potimarron

Nous avons aussi semé des tomates et elles donnent déjà de jolies plants. 

Plants de tomates
Plants de tomates
Plants de tomates

Plants de tomates

En Provence, c'est surtout des plantes aromatiques que j'aime planter au jardin, d'abord elles fleurissent et c'est bien agréable, ensuite comme nous nous absentons à présent tout été, elles supportent bien le manque d'arrosage, si on prend bien soin de les tailler avant de partir. 

En voici quelques-unes : la sauge puis les menthes, la marjolaine (2 photos dont une de près), la sarriette, la ciboulette...et mes petits plants de basilic qui attendent la chaleur pour se développer davantage je pense !

 

La sauge du jardin
La sauge du jardin
La sauge du jardin

La sauge du jardin

Les autres plantes aromatiques...
Les autres plantes aromatiques...
Les autres plantes aromatiques...
Les autres plantes aromatiques...
Les autres plantes aromatiques...
Les autres plantes aromatiques...

Les autres plantes aromatiques...

Et pour terminer cette  balade dans mon jardin, voici nos plants d'amandiers que nous regardons grandir tous les jours... ça occupe !

Un jour, ils serviront de porte-greffe.

C'est mon mari et mon fils aîné qui se passionnent pour ce nouveau "passe-temps" . J'espère avoir un jour l'occasion de vous montrer leurs mains et leur couteau en action ainsi que les résultats de leurs essais.

Un des petits amandiers

Un des petits amandiers

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 06:16
Récoltes et productions d'automne

L'été et l'automne sont deux saisons propices à la confection de provisions...comme les écureuils, il nous faut remplir les placards en prévision des jours gris de l'hiver. Par chance, la nature et le jardin nous offrent de nombreux cadeaux !

 

Cette année, l'été est passé à toute vitesse et je n'ai finalement confectionné que quelques pots de confitures d'abricots. 

Les seules confitures d'abricots réalisées cet été...

Les seules confitures d'abricots réalisées cet été...

La canicule en Haute-Loire a eu raison des rhubarbes du jardin et ne nous a permis qu'une faible récolte de groseilles. J'ai donc préféré les mettre au congélateur pour confectionner des desserts d'hiver. Ensuite, nous avons quitté la Haute-Loire trop tôt pour ramasser des mûres qui étaient totalement desséchées et toutes dures à notre arrivée en Provence. De plus, ce n'était pas une année à myrtilles car les plantes avaient pris le gel tardif de début juin...et les framboises avaient manqué d'eau. 

 

Mais septembre est arrivé avec son lot de récoltes !

Tous d'abord, nous avons ramassé des pommes reinettes et en avons fait des compotes stérilisées pour toute la famille. 

Les pommiers Les pommiers

Les pommiers

Compotes de pommes nature, compotes de pommes-figues, et de pommes-abricots (j'en avais mis au congélateur à cet effet).

Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer dès le début de l'automne...

Et voilà le résultat !  

Les compotes stérilisées...
Les compotes stérilisées...Les compotes stérilisées...
Les compotes stérilisées...Les compotes stérilisées...

Les compotes stérilisées...

Nous avons ensuite ramassé les olives de notre unique olivier début octobre, et nous les avons préparées cassées, comme cela se fait dans ma région et en particulier, dans  la vallée des Baux. 

Elles sont prêtes à consommer à présent et nous allons nous en régaler une partie de l'hiver. 

Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées... Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées...
Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées... Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées...

Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées...

A propos d'olives, j'ai eu la surprise d'être contactée par une journaliste de FR3 région qui désirait m'emprunter la photo où mon mari casse les olives avec le verre comme je l'ai toujours vu faire chez moi (méthode évidemment ancestrale mais toujours pratiquée dans les maisons à la campagne). Depuis quelques années, c'est toujours lui qui le fait et donc j'étais contente de le voir ainsi mis à l'honneur...

Cette photo qui se trouve dans mon ancien article ICI, a donc été intégrée dans le reportage FR3 sur les olives cassées de la vallée des Baux. 

Si vous voulez visionner le reportage c'est sur youtube. Il est très instructif car il montre bien, comment sont aujourd'hui préparées ces olives qui ont fait la réputation de ma région ! 

Ce n'est pas la première fois que je suis contactée par des personnes qui désirent mettre mon blog en lien, partager des ressources, ou emprunter des photos...mais le plus souvent je décline car ce sont des offres uniquement publicitaires. Enfin ce n'est que mon avis !

D'autres récoltes nous attendaient dans notre jardin de Haute-Loire où nous étions les derniers jours d'octobre.

Courges, butternut et potimarrons
Courges, butternut et potimarronsCourges, butternut et potimarrons

Courges, butternut et potimarrons

Carottes, raves d'Auvergne et betteraves rougesCarottes, raves d'Auvergne et betteraves rouges

Carottes, raves d'Auvergne et betteraves rouges

Les haricots du jardinLes haricots du jardin
Les haricots du jardin

Les haricots du jardin

Et avec les coings ramassés en Provence avant notre départ...devinez ce que j'ai concocté durant les jours de pluie ?

Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...
Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...

Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...

Et bien je crois que vous avez deviné ! 


J'ai bien entendu réalisé de la pâte de coings selon ma recette traditionnelle. Il ne me reste plus qu'à la découper et rouler les morceaux dans le sucre et ce sera un de mes treize desserts de noël ! 

Et bien entendu j'ai fait aussi de la gelée de coing. Cette année elle a une jolie couleur rouge, comme j'aime...

Et comme j'avais beaucoup trop de purée de coings, et que je ne voulais pas faire encore de la pâte de coings, j'en ai mis au congélateur pour m'en servir durant l'hiver. 

 

Et pour finir, nous avons aussi fait provision d'amandes jusqu'à ces derniers jours, il suffit de se baisser en se promenant sur les chemins et de les ramasser (je vérifie toujours qu'elles ne sont pas amères avant de les ramener à la maison)...

 

Nous voilà parés pour l'hiver !

Quelques-unes des amandes ramassées au bord des cheminsQuelques-unes des amandes ramassées au bord des chemins

Quelques-unes des amandes ramassées au bord des chemins

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 06:26
Un repas léger ou une entrée verte...

Un repas léger ou une entrée verte...

En Haute-Loire nous avons eu beaucoup de blettes au jardin alors que nous n'en avions fait qu'une seule ligne et donc tout l'été, et encore durant les dernières vacances, nous avons cuisiné ce légume de plusieurs façons possibles. 

 

La variété de blettes à petites côtes de couleur que nous avons planté est plus douce que celle à grosses côtes blanches.

Outre le plaisir de faire sa propre récolte au jardin, les blettes sont faciles à réussir bien que très aimées par les escargots et limaces. Mais elles nous en laissent toujours assez ce qui est appréciable !

 

On peut indifféremment cuisiner ensemble ou séparément les côtes et le vert des blettes car vous le savez en Provence on mange les deux, alors que dans certaines régions, le vert est donné aux lapins, ou jeté.

Voici une de mes récoltes...

 

Une des récoltes récentes

Une des récoltes récentes

Ma recette d'aujourd'hui est simple et peut constituer une entrée à base de légumes ou bien, un repas léger si cette tarte salée est accompagnée d'une simple salade ou de crudités. 

 

Il vous faut :

- une pâte brisée du commerce ou maison (recette ICI par exemple). Comme je n'ai pas de robot lorsque je suis en Haute-Loire je la réalise à la main.

- du vert de blettes. 

- 2 oeufs.

- du lait ou de la crème fraîche ou un mélange des deux.

- 1 sorte de fromage ou un mélange (cette fois-ci j'ai utilisé du chèvre et un peu de gruyère râpé)

- sel, poivre, muscade 

 

Comment faire...

 

1- Étaler votre pâte dans le moule, la piquer avec une fourchette et la laisser reposer au réfrigérateur.

 

2- Pendant ce temps trier vos blettes et séparer les côtes du vert. Je laisse les côtes centrales qui sont toujours bien tendres. Bien les laver.

J'imagine que vous connaissez tous l'astuce pour enlever facilement les bébés escargots : vous pouvez mettre un filet de vinaigre blanc dans la première eau de lavage. Les pauvres se retrouvent mal en point... à la surface.

 

Bien laver vos blettes

Bien laver vos blettes

3 - Découper grossièrement avec un couteau et faire cuire le vert à la vapeur de préférence. 

Cuire à la vapeur

Cuire à la vapeur

3 bis - dans une version plus élaborée et moins "light" vous pouvez faire revenir un instant les blettes cuites dans une poêle avec un peu de beurre OU d'huile d'olive. 

 

4 - Battre dans un bol les oeufs, le lait ou la crème, ajouter sel poivre et muscade.

 

5 - Disposer les blettes cuites et tiédies sur la pâte, puis verser la préparation qui doit tout recouvrir. 

 

6 - Terminer par du fromage (chèvre, gruyère râpé ou autre de votre choix comme du bleu ou du roquefort par exemple).

 

7 - Cuire 35 à 40 minutes à 180°. 

 

Et régalez-vous !

Cette tarte se déguste aussi bien chaude que froide...

Et voilà le résultat !
Et voilà le résultat ! Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

Avec les côtes restantes, vous ferez par exemple le lendemain, un simple gratin accompagné d'une béchamel, ou vous les dégusterez tout simplement cuites à la vapeur puis revenues dans un jus de viande, si vous en mangez. 

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 05:30

 

Cet article, paru précédemment sur mon blog en juin 2012, a reçu peu de visites...

J'ai donc décidé de le remettre à l'ordre du jour ! 

 

Qu'est-ce que la lactofermentation ?

Pour provoquer la lactofermentation, il suffit d'ajouter à des légumes (BIO de préférence) un peu de sel gris, ou de les plonger dans de la saumure, pour les conserver plusieurs mois. 

Il faut TOUJOURS fermer hermétiquement les bocaux dès le début de la lactofermentation car elle doit s'effectuer dans un milieu anaérobie (c'est--dire en l'absence d'air).

 

Légumes lactofermentés

Légumes lactofermentés

 

Comment procéder ?

 

Quelques précautions sont à prendre :

- Utiliser de l'eau pure (sans chlore).

- Utiliser du sel sans additifs (ni fluor, ni iode...)

- Tous les ingrédients et les ustensiles utilisés doivent être très très propres...

- Les bocaux style "le parfait" seront stérilisés au préalable et retournés sur un torchon. 

- Les légumes doivent être soigneusement lavés et BIO.  Par contre on peut décider de les éplucher ou non. 

Ils peuvent être coupés en bâtonnets, fines lamelles, dés ou tronçons (selon le légume et l'utilisation que l'on veut en faire) ou bien ils peuvent être râpés. On peut garder les petits légumes entiers (olives, câpres, radis, cornichons...). 

 

Méthode 1 : Alterner légumes et couches fines de sel si le légume est humide (courgettes, concombre...). Puis tasser et recouvrir d'une assiette et d'un poids. Le liquide extrait des légumes va bientôt tout recouvrir.

 

Méthode 2 (celle que je préconise pour débuter) :

Verser 30g de sel (environ 1 cuillère à soupe bombée) dans une bouteille en verre de contenance 1 litre. Remuer. La saumure est prête.


 

 

Recette 1 

Ingrédients : 1 betterave rouge, 1 gros oignon rouge, gingembre, 1 gousse ail 

- Éplucher et laver la betterave. Éplucher l'oignon et le morceau de gingembre. 

- Couper en fines lamelles. 

- Dans le bocal alterner des lamelles de betteraves, des lamelles d'oignons, de l'ail et du gingembre (râpé ou en fines pluches)...

 

Betteraves rouges en lamelles

Betteraves rouges en lamelles

 

Recette 2

Ingrédients : 1 betterave rouge, deux feuilles de laurier, coriandre, ou autre aromates...

- Éplucher et laver la betterave.

- La couper en dés. 

- Dans le bocal, empiler les dés sans tasser. Incorporer le laurier, la coriandre ou autre aromate de votre choix.

Betteraves rouges en cubes

Betteraves rouges en cubes

 

Recette 3 

Ingrédients : 1 carotte, 1 morceau de chou vert lisse, 1 oignon blanc ou rouge, 2 gousses d'ail, du curcuma, du gingembre... 

- Éplucher et laver la carotte et le chou.

- Éplucher l'oignon, le morceau de curcuma et de gingembre et les couper en fines lamelles. 

- Couper la carotte en lamelles, et le chou le plus finement possible...

- Dans le bocal, alterner les couches sans tasser. 

Si vous aimez vous pouvez ajouter de l'ail...

 

Carottes et chou blanc au gingembre et curcuma

Carottes et chou blanc au gingembre et curcuma

 

A faire dans tous les cas...

- Recouvrir les légumes de saumure jusqu'à un centimètre en-dessous du bord du bocal.

- Fermer le bocal et entreposer d'abord pendant 2 ou 3 jours à température ambiante en été, une semaine en hiver, puis mettre au frais et à l'obscurité...

 

Au bout d'un mois, le légume peut être consommé.

Il faudra attendre davantage pour les légumes entiers, les olives, les cornichons et les betteraves en dés. 

N'oublier pas de noter la date ! 

Ne pas ouvrir le bocal avant de le consommer donc pour débuter je vous conseille de ne faire que de petits bocaux...

Cette méthode est également parfaite par exemple pour des olives, des câpres ou des cornichons. 

 

 

Que se passe-t-il dans le pot hermétiquement fermé ?

Une flore bactérienne inoffensive se développe : c'est la flore lactique. Elle transforme les sucres contenus dans les légumes en acide lactique et leur donne leur goût caractéristique.

Le milieu de conservation étant acide, les bactéries anormales ne peuvent pas s'y développer et les légumes se conservent au frais plusieurs mois (dans une cave, un cellier frais, mais pas au frigo).

 

De plus, les légumes lactofermentés sont enrichis naturellement par le processus. Ils contiennent des enzymes facilitant la digestion et des vitamines (C, PP, B12).

En les consommant crus en petites quantités quotidiennes en hiver, ils nous maintiennent en bonne santé car ils possèdent des vertus antibiotiques naturelles et renforcent l'immunité de notre organisme en rééquilibrant la flore intestinale.

L'idéal est de consommer, une à deux cuillères à soupe de légumes lactofermentés dans vos crudités ou en accompagnement d'un poisson par exemple...

 

 

Cuits on peut les manger en plus grande quantité, mais ils perdent des vitamines.

Même les personnes allergiques au lactose peuvent en consommer  car le processus n'a rien à voir avec le lactose contenu dans les produits laitiers.

Au contraire, le processus appliqué au lait donne de nombreux produits très digestes et assimilables comme le lait fermenté, le yaourt, le lait caillé naturel sans présure... consommés dans de nombreux pays.

 

Dans certains pays, ce sont les céréales qui sont lactofermentés comme par exemple : le nuoc-man, le miso, le tamari...et bien d'autres produits.

Le pain au levain naturel relève du même procédé. C'est la transformation de l'amidon en acide lactique et gaz carbonique qui permet la levée de la pâte.

Vous connaissez tous des produits fabriqués de cette façon : les citrons confits, la choucroute (traditionnelle) ; le bortsch (soupe à base de légumes lactofermentés), le lait fermenté, le kéfir ...

 

Ce processus de conservation est connu depuis très longtemps et il permettait de conserver tous les légumes du jardin potager quand les réfrigérateurs n'existaient pas...

 

Vous trouverez de nouvelles idées sur le blog de Cardamome...

 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 05:21
Un plat de de début d'été sucré salé

Un plat de de début d'été sucré salé

 

Voilà une éternité que je n'ai pas mis de recette ici parce que j'oublie toujours de faire des photos...

Pourtant je cuisine beaucoup ! 

 

Remarque : La recette du jour n'est pas pour les végétariens ni pour les végans bien qu'elle puisse être adaptée en supprimant la viande.

Désolée pour eux, mais comme je vous l'ai déjà dit de temps en temps nous en mangeons... Je vais de plus en plus en direct chez des producteurs pour éviter les intermédiaires et qu'eux soient payés à leur juste prix. J'y retrouve la qualité et le goût. 

 

Donc pour la recette ensoleillée du jour, il vous faut une cocotte en verre ou autre qui va au four...

ET un morceau de mouton ou d'agneau, au choix selon le nombre de convives.

Moi j'avais un becquet  au congélateur ça tombait bien ! 

Le becquet comme vous le savez sans doute c'est ce que certains nomment la souris...Mais moi je ne confonds pas les deux. La souris est un morceau du gigot qui souvent est très petit et sert de portion. Le becquet en Provence est toujours coupé plus gros et donc il y en a pour deux ou trois personnes sans problème. La présence de l'os donne plus de goût qu'un autre morceau.

 

Autres ingrédients :

- des fèves fraîches.

- 1/2 kilo d'abricots frais (mais rien ne vous empêche de mettre des secs réhydratés).

- 1/2 kilo de tomates fraîches.

- 1 oignon.

- 2 gousses d'ail.

- 1 càs de miel liquide ou plus si vous aimez

- 1 peu de vin blanc ou de bouillon ou les deux en mélange ce que je fais souvent

- sel, poivre.

- cannelle ou autres épices, bouquet garni dont thym et origan pour moi aujourd'hui...au choix selon votre goût.

 

Je sais que lorsqu'il fait chaud certains n'aiment pas utiliser le four, mais moi je trouve au contraire que ce mode de cuisson permet (en ouvrant grand la fenêtre) de ne pas prendre un coup de chaud avant le repas puisque ça cuit tout seul et qu'on peut être dans une autre pièce en même temps et comme on mange dehors, si la cuisine est chaude ce n'est pas un problème. 

Mais je reconnais que j'ai la chance que ma cuisine soit plein nord...et que je puisse manger dans mon petit jardin ce qui n'est pas le cas de tout le monde, je le sais. 

 

La recette...

 

1- Mettre tous les ingrédients (sauf les abricots mais aujourd'hui je l'ai fait) dans la cocotte en verre.

Bien sûr vous aurez épluché et émincé l'oignon et l'ail, lavé et coupé les tomates en gros morceaux, écossé les fèves et vous terminerez par les épices,  les herbes et le vin blanc (ou bouillon) dans lequel vous aurez dissous le miel quelques instants.

Saler et poivrer. 

 

2- Fermer la cocotte et enfourner pour 45 minutes de cuisson à 180°.

 

 

 

La préparation avant cuisson... Il manque le bouillon !

La préparation avant cuisson... Il manque le bouillon !

 

3- Au bout de ce temps ajouter les abricots coupés en deux et bien lavés. Profitez-en pour arroser et vérifier que le jus n'est pas manquant.

En principe les tomates ont rendu du jus et avec le bouillon cela recouvre presque toute la préparation. 

Remettre à cuire 1/2 heure environ.

 

4- Si vous trouvez la viande pas assez dorée vous avez le choix, soit de la faire revenir avant ce que je ne fais jamais en été, soit d'ouvrir la cocotte 1/4 d'heure avant, ce qui permet aussi au bouillon en excès de s'évaporer...

 

Comme vous l'avez vu sur ma photo j'ai en fait mis les abricots en même temps que les autres ingrédients dans ma cocotte, juste pour faire un essai.

Ils étaient du coup un peu trop fondus, mais bon on s'est régalé quand même !

Pour ceux qui ont toujours faim, et les sportifs, on peut servir ce plat avec du pilpil de blé, du riz ou du couscous...A vous de choisir ! 

 

C'est prêt !

C'est prêt !

 

Bien sûr, vous adapterez la cuisson à la grosseur de votre morceau de viande. Je l'ai fait cuire plus d'une heure à 180°. 

Si votre morceau est plus gros, il est possible de le faire cuire plus longtemps à cette température ou alors d'augmenter la température. Avec cette méthode la viande n'est jamais trop cuite et devient fondante...et elle attend l'heure du repas sans problème ce qui est intéressant pour les repas en famille.

 

Cette recette me rappelle de bons souvenirs car je connais quelqu'un, qui se reconnaîtra, qui cuisine aussi les abricots d'été avec de la viande de porc...et c'est un régal !

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2018 4 15 /02 /février /2018 06:28
Millet aux champignons de Paris

Millet aux champignons de Paris

 

Voilà encore aujourd’hui un plat végétarien, tout simple, qui vous fera manger des céréales et vous apportera des nutriments indispensables à la santé.

Le millet est une céréale, peu consommée chez nous mais qui peu à peu gagne de plus en plus de foyers, grâce à la mode "vegan" d'une part, mais surtout au fait qu'elle est sans gluten, puisque plein de gens se découvrent intolérants... 

 

Perso, je consomme du millet depuis les années 80, date à laquelle je l'ai découvert. Nous faisions partie à l'époque d'un circuit bio local participatif (il fallait y faire une permanence le samedi matin de temps en temps et c'est mon mari qui s'y collait car moi à l'époque je travaillais le samedi...) et cela nous avait permis de découvrir beaucoup de céréales et de légumes oubliés que nous ne trouvions plus sur nos marchés depuis longtemps (et qui réapparaissent aujourd'hui). 

Pour ceux qui connaissent le millet des oiseaux, je vous rassure, nous ne sommes pas des oiseaux, oui je le sais bien, et celui que nous mangeons n'a rien à voir à celui que vous donnez à vos adorables hôtes des jardins. 

 

Un peu d'histoire...

 

Le millet fait partie de la famille des Poacées comme la plupart des graminées. Celui que l'on mange en France et que l'on trouve à l'achat dans la plupart des boutiques bio, mais maintenant aussi dans les rayons des supermarchés, est le millet perlé (ou petit mil). 

Cette céréale est apparue en Chine vers 5000 ans avant J.-C..

Les sites internet précisent que sa culture en Europe date du Moyen Âge. Or les dernières découvertes en paléobotanique, indiqueraient que nos ancêtres la cultivaient depuis à l'âge du bronze. 

Après avoir été très consommée jusqu'au XIXe siècle, elle a été peu à peu remplacée par le blé, puis par le riz, surtout en Provence où la culture du riz s'est développée en Camargue. 

 

Son avantage écologique est que le millet peut être cultivé dans des zones sèches et arides. 94 % de la production mondiale vient d'Asie et d'Afrique (source consoglobe).

En France, si vous voulez consommer local, et privilégier les circuits les plus courts possibles, il faut acheter le millet cultivé en Poitou-Charente (à vérifier donc sur vos paquets). 

 

Le millet en grains

Le millet en grains

 

Ma recette du jour

Prévoir une salade verte en entrée, des carottes râpées ou un plateau de crudité et, en dessert,  une salade de fruits ou un simple fruit de saison.

 

Ingrédients  (pour 4 personnes environ selon votre appétit)

1 verre de millet 

3 à 4 fois son volume d'eau salée

500 g de champignons de Paris

1 oignon, 2 gousses d'ail

1 épice au choix (cumin, gingembre)

huile d'olive (1 cà s)

1 peu de crème fraîche (ou de crème végétale si vous préférez)

persil, ciboulette, ou autre herbe du jardin

poivre et sel 

 

La réalisation...

 

- Dans une casserole faire bouillir l'eau salée et y jeter le millet dès l'ébullition. Cuire une vingtaine de minutes. Puis laisser reposer hors du feu au moins 10 minutes : le millet continue de gonfler.

- Pendant ce temps, trier les pieds de vos champignons, et les passer rapidement sous l'eau.

- Dans une poêle, verser l'huile, émincer l'oignon épluché...et le faire revenir tout doucement jusqu'à ce qu'il devienne transparent.

 - Couper les champignons en lamelles et ajouter l'ail écrasé, les épices et faire revenir au moins dix minutes. 

- Au moment de servir, ajouter un peu de crème (végétale de préférence) si vous aimez ou allonger le liquide qui reste au fond de la poêle avec du bouillon maison.

- Puis saupoudrer d'herbes du jardin : ciboulette, persil ou basilic (en été). 

- Poivrer directement dans l'assiette.

 

Le millet se cuisine finalement comme le riz et la semoule et vous pouvez l'accompagner de tous les légumes de votre choix : champignons de Paris ou des bois, comme je l'ai fait aujourd'hui, mais aussi carottes sautées, ratatouille, tomates à la provençale ou courgettes, en été, seuls ou en mélange selon vos goûts. 

 

J'aime aussi le servir avec une simple compotée de poireaux à l'huile d'olive, en hiver !

On trouve le millet en grains, mais aussi sous forme de flocons, et même de farine...mais je reconnais que je le consomme essentiellement en grains.

Et vous ?

 

Prêts à passer à table
Prêts à passer à table

Prêts à passer à table

 

Les vertus du millet

Le millet est sans gluten et donc conseillé aux allergiques. Mais comme il est riche en protéines, en fibres, en vitamines B (comme toutes les céréales) et en minéraux (phosphore, magnésium, calcium, zinc et fer) il est bon pour tous ! 

Il vous apporte tout ce qui est indispensable, car il contient en particulier 10 des 12 acides aminés nécessaires à notre santé.  

 

Il est important de prendre conscience que manger trop souvent de la viande est à la fois mauvais pour la planète et pour notre santé. De plus, à l'heure où le pouvoir d'achat de la plupart des ménages (et celui des retraités en particulier) se réduit comme peau de chagrin, modifier notre alimentation apparaît comme indispensable pour s'en sortir financièrement, tout en préservant notre santé. 

Ce type de plat végétarien permet tout en conservant une diversité importante dans nos assiettes et en conservant surtout le  plaisir de manger et de se mettre à table, de changer des repas traditionnels, prônés encore trop souvent par des nutritionnistes comme les seuls acceptables. 

Personnellement je suis pour la modération en toute chose...j'ai choisi de consommer avant tout local  et non transformé industriellement !!

Bonne dégustation...

 

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 06:26
Un bon plat d'hiver !

Un bon plat d'hiver !

 

Voici un plat d'hiver qui tient chaud au corps et peut être cuisiné par les végétariens sans problème. Les crozets sont une spécialité de Savoie. 

 

Ingrédients (pour 4 personnes)

2 Panais 

300 g de crozets au sarrasin

2 oignons

1 petit pot de crème fraîche (ou de soja...) 

1 tranche de jambon cru (facultatif)

150 g environ de reblochon ou autre fromage fondant

1 pincée de muscade

sel, poivre

 


 

Les ingrédients de baseLes ingrédients de base

Les ingrédients de base

 

0 - Éplucher et laver deux panais. Éplucher les oignons. 

 

1 - Faire cuire les crozets au sarrasin 5 minutes maximum.

 

2 - Pendant ce temps, cuire à la vapeur les panais coupés en petits dés.

Les crozets sont cuits !

Les crozets sont cuits !

 

3- Dans une poêle, faire revenir deux oignons émincés. 

 

4 - Dans un plat à four, beurré ou huilé, alterner les couches de panais et de crozets cuits. Saler légèrement...

Alterner les couches de panais et de crozets

Alterner les couches de panais et de crozets

 

5- Terminer par les oignons.

 

6- Si vous aimez, parsemer de lamelles de jambon cru (ou de poitrine roulée, coupée fin par exemple).

 

7- Verser votre petit pot de crème fraîche liquide.

 

8 - Poivrer et ajouter un peu de muscade.

 

8- Couper les lamelles de reblochon et les disposer sur le plat. 

 

Le plat est prêt à mettre au four

Le plat est prêt à mettre au four

 

10- Passer au four 20 à 25 minutes environ à 180°.

 

Et régalez-vous ! 

A table !

A table !

 

Pourquoi le sarrasin ? 

Parce que c'est une "céréale"qui est particulièrement bonne à la santé.

En fait, ce n'est pas le cas au niveau botanique mais on le considère comme tel au point de vue alimentaire. Il s'agit en effet d'une plante de la famille des Polygonacées. Et bien qu'on l'appelle communément le "blé noir", le sarrasin ne fait pas partie de la famille du blé, et ce n'est donc pas une Graminée, famille auxquelles appartiennent les céréales. 

C'est une plante qui participe à la biodiversité car elle est très mellifère. 

En ce qui concerne notre santé, le sarrasin est très riche en protéines, en fibres, en vitamines et en minéraux et c'est un puissant anti-oxydant.

Il est pauvre en gluten et donc très digeste pour les intolérants. 

Il a un index glycémique très bas et convient donc particulièrement aux diabétiques, et peut donc être utile pour régulariser notre métabolisme mis à mal après les fêtes.

L'idéal est de le consommer en graines et non transformé en farine, ou autre préparation, ce que je fais aussi. Je vous mettrais, si je pense à faire des photos, quelques-unes de mes autres recettes favorites durant l'hiver.

Bien sûr, les personnes allergiques resteront prudentes quand à sa consommation.

C'est une plante originaire d'Asie qui est arrivée jusqu'à nous au XIVe siècle. Il a été pendant des années abondamment cultivé en Auvergne, dans le Rouergue, dans les Pyrénées et tout le sud-ouest, ainsi qu'en Normandie et en Bretagne.

Seul bémol à sa consommation aujourd'hui... la plupart du sarrasin que nous consommons est importé. Il reste heureusement quelques 800 producteurs en Bretagne bénéficiant d'un IGP. 

 

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 06:39
Et voilà un bon plat pour nourrir la tribu !

Et voilà un bon plat pour nourrir la tribu !

 

Après les fêtes, il est bon de retourner à nos fourneaux pour concocter des plats simples et facile à réaliser qui vont tout de même nous permettre de profiter encore un peu des enfants ou petits-enfants, tout en nourrissant notre tribu quelle qu'en soit sa taille.

 

J'ai donc préparé des "Lasagnes aux épinards" que l'on appelle aussi "Lasagnes vertes" car en Italie, la recette est préparée très souvent avec du vert de blettes ou encore un mélange épinard-vert de blettes.

De toute façon, les recettes végétariennes font partie de mon quotidien depuis des années et j'ai promis que cette année j'essaierai de les partager plus souvent si je pense à faire des photos, car en principe j'oublie toujours.

 

En été, j'adore faire des lasagnes aux aubergines...mais en hiver, ce légume n'étant pas de saison je cuisine avec ce que j'ai.

Trêve de blabla et place à ma recette familiale toute simple, d'ailleurs je pense que vous êtes nombreux à savoir la réaliser...Non ?

 

Ingrédients

- Quelques plaques de lasagnes crues selon la grosseur de votre plat.

- 1 paquet d'épinards surgelés ou l'équivalent frais selon le temps dont vous disposez.

- 1/2 litre de béchamel maison qui peut être faite avec du lait végétal.

- sel, poivre, muscade

- fromage au choix : chèvre, mozzarella, gruyère, ricotta...au choix ou en mélange ! 

- Huile d'olive (pour moi) mais vous pouvez utiliser la matière grasse de votre choix. 

 

Le démarrage de la recette...

Le démarrage de la recette...

 

 La recette est toute simple

1 - Trier et laver dans plusieurs eaux vos épinards frais ou sortir votre sachet d'épinards du congélateur. 

2 - Les faire cuire ou dégeler dans votre cuit-vapeur ou dans une sauteuse. 

3 - Pendant ce temps, préparez votre béchamel dans une casserole.  

Moi je la fais à l'envers depuis des années, c'est-à-dire que je ne commence pas par faire fondre le beurre, puis par incorporer la farine et le lait chaud en tournant...

Non !

Je fais chauffer le lait... Pendant ce temps, je bats la farine et un peu de lait dans un bol et lorsque le lait dans la casserole se met à bouillir, j'incorpore en tournant le contenu du bol. Lorsque la béchamel prend, j'ajoute quelques noisettes de beurre, du sel du poivre et de la muscade. 

Je trouve que la béchamel, sans le beurre cuit, est plus légère et en plus aucun risque de faire des grumeaux !

Laisser reposer. Il est important dans cette recette que la béchamel soit légère et assez liquide. 

4 - Faire revenir vos épinards dans un peu d'huile d'olive (pour moi). Saler et poivrer légèrement. 

5 - Préchauffer votre four.

6 - Dans un plat à gratin beurré ou enduit d'huile d'olive, étendre une couche de béchamel seule, puis une couche de lasagnes.

 

Première couche de lasagnes directement sur la béchamel...

Première couche de lasagnes directement sur la béchamel...

 

7- Mélanger les deux préparations (béchamel+épinards). Si vous trouvez que l'ensemble est trop épais ajouter un peu de lait.

8- Monter vos lasagnes comme d'habitude en alternant les couches et en intercalant de temps en temps un peu du fromage choisi. 

9- Terminer par une couche de fromage et un filet d'huile d'olive.

Monter les lasagnes comme d'habitude !Monter les lasagnes comme d'habitude !
Monter les lasagnes comme d'habitude !Monter les lasagnes comme d'habitude !

Monter les lasagnes comme d'habitude !

 

10- Enfourner jusqu'à ce que le plat soit bien doré. Je dirai qu'à peu près 30 minutes suffisent. 

Chez nous on aime beaucoup et lorsque je vais au printemps ou au début de l'été en Auvergne, je réalise le même plat avec des jeunes pousses d'orties ! 

Avec une entrée simple et végétarienne comme par exemple des carottes râpées agrémentées de quelques olives noires et d'une sauce à l'orange, et un fruit ou une salade de fruit pour dessert, voilà un repas simple et végétarien, en plus pas cher et facile à réaliser. 

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 06:42
Blettes (ou bettes) à la tomate

 

La blette est un légume très apprécié en Provence où d'ailleurs elle pousse à l'état sauvage sur toute la côte méditerranéenne. Il faut dire aussi que c'est un légume facile à faire pousser au jardin et peu onéreux quand on le trouve au marché. 

C'est un légume de la même famille que la betterave, l'épinard, le quinoa, la salicorne...

Il existe plusieurs variétés de blettes : les blanches ont une côte blanche et très large ; les rouges, les jaunes, les oranges... ont une côte fine et vous l'avez deviné, de couleur.

 

Dans la variété blanche, la plus classique et la plus fréquente sur les marchés, les côtes et les feuilles de blettes se cuisinent souvent séparément.

 

Aujourd'hui je vais vous donner une idée pour cuisiner les blettes à côtes rouges, jaunes ou oranges que je trouve très souvent en Provence chez mon producteur local. Surtout vérifier avant l'achat que les côtes de vos blettes sont bien cassantes...

Cette recette est toute simple et rapide à préparer et elle permet de déguster ce légume parfois oublié. Je la fais aussi très souvent avec des épinards frais. 

 

Ingrédients

1 botte de blettes

1 oignon

2 gousses d'ail

Huile d'olive

1/2 pot de sauce tomate maison (ou du commerce)

1 c à c de curcuma

sel, poivre

 

1 - Laver à grande eau vos légumes, en vérifiant bien qu'aucune petite bête, escargot, limace se cache dans les replis des feuilles... Si cela vous inquiète vous pouvez faire un rinçage général avec un peu de vinaigre blanc dans l'eau.

2- L'intérêt de cette variété de blettes est qu'il n'y a pas, en principe, de fil sur les côtes comme c'est le cas dans les blanches car les côtes sont fines et n'excèdent pas le demi centimètre.

Couper grossièrement les feuilles de vos blettes, et les côtes, en tronçons de 1 à deux centimètres. Parfois je le fais carrément avec mes ciseaux de cuisine, c'est encore plus rapide !

3- Dans une poêle, faire revenir l'oignon émincé et les deux gousses d'ail écrasées.

4- Ajouter les blettes coupées en morceaux et saler légèrement.

 

Les blettes coupées en morceaux

Les blettes coupées en morceaux

 

5- Laisser suer en remuant fréquemment : vos feuilles diminuent considérablement de volume. 

6- Au bout de 10 minutes environ, ajouter la sauce tomate et les épices. J'aime ajouter du curcuma mais ce n'est pas obligatoire. Vérifier l'assaisonnement (si votre sauce tomate est salé) et poivrer légèrement. 

7 - Laisser mijoter jusqu'à complète cuisson des blettes qui doivent être fondantes. Vérifier en goûtant une côte.

Les blettes doivent être fondantes

Les blettes doivent être fondantes

 

A servir avec du poisson, ou des oeufs pochés (ou au plat), ou encore une omelette, ou bien, si vous êtes végétariens, une céréale complète de votre choix. J'adore en particulier avec du riz de camargue ou du millet.

Et régalez-vous !

 

J'ai découvert avec surprise que Nassy proposait sur son blog une recette très proche de la mienne, mais version fête puisqu'elle cuisine ainsi les épinards et les sert avec des Saint-Jacques. Je vous mets le lien ci-dessous...

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 06:28

 

C'est la saison des potirons, courges, potimarrons et autres variétés ! C'est donc le bon moment pour se concocter de bons potages savoureux et des tartes salées, ou sucrées, avec ces délicieux légumes de saison. 

Aujourd'hui, je vais vous donner ma recette de tarte salée au potiron...

C'est la saison !

C'est la saison !

 

Ingrédients pour la pâte brisée

250 g de farine

1 pincée de sel

2 cuillères à soupe d'huile

2 noix de beurre 

sel et eau

 

Pour la garniture

1 morceau de courge, ou 1 potimarron, ou de la courge butternut (environ 1 kg)

(s'il en reste j'en fais un gratin)

3 oeufs

sel, poivre

1 pot de crème fraîche, ou 2 petits-suisses, ou crème végétale (soja, coco...)

gingembre, cumin, curcuma, muscade ou paprika au choix ! 

100 g de gruyère râpé (ou gouda, parmesan, comté, roquefort au choix !) 

 

C'est très facile à réaliser et je suis sûre que vous êtes nombreux à cuisiner de la même façon que moi ce délicieux légume...

 

L'astuce est de faire cuire la courge à l'avance à la vapeur et de bien la laisser égoutter ensuite, pour qu'elle rende le plus de jus possible (j'utilise le jus ensuite dans un potage).

 

1- Éplucher la courge et bien la laver. La couper en gros morceaux.

 

2- La faire cuire à la vapeur douce pendant environ 30 minutes.

 

3 - Lorsqu'elle est cuite, la laisser refroidir et s'égoutter au-dessus d'un saladier. Vous récupérerez ainsi le jus qui va s'écouler naturellement.

 

4 -  Pendant ce temps, confectionner une pâte brisée rapide...

Mettre tous les ingrédients à température ambiante, farine, sel, huile, beurre coupé en petits morceaux, dans le bol du robot sauf l'eau. Tout mélanger en ajoutant un peu d'eau petit à petit jusqu'à ce que la pâte forme un bloc. La rouler en boule dans de la farine et la laisser reposer une heure au frigo (facultatif, cela m'arrive souvent de ne pas le faire). Si vous le désirez, vous pouvez confectionner votre pâte uniquement avec de la margarine végétale ou de l'huile d'olive. 

 

Vous pouvez aussi utiliser une pâte toute faite, mais elle contient des conservateurs et beaucoup plus de beurre...A vous de voir ! 

 

5- Au bout d'une heure...Préchauffer le four à 200°.

 

6- Étaler la pâte dans le moule à tarte beurré. La piquer avec une fourchette. 

 

7 - Écraser la courge à la fourchette (ou mixer-la selon votre goût).

 

8 - Battre les oeufs avec la crème, le sel, le poivre et l'épice de votre choix.

 

9- Mélanger la préparation et la courge.

 

10- Étaler sur la pâte. Recouvrir le tout de fromage râpé ou en lamelle.

 

11- Cuire pendant environ 35 à 40 minutes en baissant le four si vous trouvez que la tarte dore trop. 

 

J'aime cette recette simple car comme pour le gratin de courges et le potage, les goûts peuvent varier à l'infini : il suffit de changer de fromage et d'épices et vous voilà embarqués pour un autre voyage gustatif !

De quoi varier les plaisirs simples à l'infini durant toute la saison d'hiver. 

 

Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

 

Pour un repas léger complet servir avec une salade verte, quelques lamelles de jambon blanc, et du chou rave râpé par exemple. 

Et régalez-vous...enfin si comme moi, vous aimez ! 

Bon appétit !

Bon appétit !

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 06:04
Aubergines farcies végétariennes

Aubergines farcies végétariennes

 

Je ne suis pas carnivore de nature et lorsque je ne mets pas de poisson sur la table, je cuisine des recettes végétariennes. J'ai d'ailleurs acheté mon premier livre, édité chez Terres Vivantes en 1976, c'est dire... Cet été, avec la chaleur durable que nous avons eu, j'ai ressorti quelques recettes des années précédentes, pour faire des repas légers "spéciaux canicules". Si seulement je pensais plus souvent à les prendre en photo, je pourrais sans doute les partager davantage sur ce blog. Mais comme le dirait ma grand-mère, "on ne peut pas être au four et au moulin", n'est-ce pas ?!

 

Pour la recette que je vous propose aujourd'hui, je me suis inspirée, à la fois d'une recette familiale, et d'une recette d'Eglantine-Lilas, que beaucoup d'entre-vous connaissent et appellent d'ailleurs avec tendresse, "mère-grand". 

 

Bon d'accord, il faut tout de même utiliser le four, j'en conviens mais on ne peut pas se nourrir uniquement de salades, en tous les cas je ne peux pas nourrir mon homme uniquement de salades, parce que lui il est du nord c'est bien connu (puisqu'il est de la Drôme !) mais surtout il n'aime pas particulièrement manger froid.

Voici donc aujourd'hui, une façon simple de se régaler avec des aubergines, pour ceux qui les aiment.

 

Il vous faut pour (2 à 4 personnes selon l'appétit)

 

- 2 belles aubergines violettes

- 2 tomates rouges mûres

- du basilic

- 2 gousses d'ail

- 1 oignon

- 1 petite courgette (ou 1/2 selon la grosseur)

- 1/2 poivron (facultatif et aujourd'hui je n'en avais pas mais avec c'est meilleur !)

- sel, poivre

huile d'olive.

1 càc d'une épice de votre choix : curcuma, cumin ou curry par exemple (aujourd'hui pour moi c'est cumin !) 

1 peu de parmesan ou de gruyère râpé (ou pour les puristes, les "vegans" purs et durs... de la panure)

 

La recette ...

 

- Laver tous les légumes et conserver la peau des aubergines.

Éplucher les courgettes, les gousses d'ail et l'oignon. 

 

- Couper les aubergines en deux et les faire cuire à la vapeur douce 10 minutes environ. Vous pouvez aussi les mettre au four mais bon il fait chaud ! 

 

Les aubergines préparées pour cuire à la vapeur douce

Les aubergines préparées pour cuire à la vapeur douce

 

- Retirer du feu et laisser refroidir un instant. 

 

- Avec une petite cuillère, évider le milieu de l'aubergine et réserver la chair. Il faut opérer délicatement pour ne pas enlever trop de chair, ni percer la peau  ! 

 

- Les disposer ensuite dans un plat allant au four dans lequel vous aurez mis un bon filet d'huile d'olive. Les saler légèrement. 

 

Les aubergines prêtes à farcir (il y en a une que j'ai un peu trop raclé !) et ma photo est ratée !!

Les aubergines prêtes à farcir (il y en a une que j'ai un peu trop raclé !) et ma photo est ratée !!

 

Pendant ce temps...

 

- Préchauffer le four à 200° si vous ne l'avez pas utilisé...

 

- Couper en dés la courgette et la faire revenir dans de l'huile d'olive, avec l'oignon émincé et la moitié du basilic haché. 

La courgette...

La courgette...

 

- Quand la courgette commence à devenir translucide sans pour autant dorer, ajouter les tomates épépinées et coupées en dés (ou broyées légèrement au mixer)...

Le but est de pré-cuire la farce et de faire évaporer l'eau des légumes

Le but est de pré-cuire la farce et de faire évaporer l'eau des légumes

 

- Saler, poivrer et pour finir ajouter la chair des aubergines émincées, le cumin et l'ail écrasé. 

Il ne doit rester que très peu de liquide dans la poêle !

 

- Farcir les aubergines avec cette préparation en tassant bien.

Ajouter un filet d'huile d'olive et saupoudrer du basilic restant...

Le plat est prêt à enfourner ! Le plat est prêt à enfourner !

Le plat est prêt à enfourner !

 

- Ajouter, si vous le désirez, du fromage (ou de la panure). Et bien vous savez quoi, moi j'ai complètement oublié de le faire et je n'ai mis, ni l'un, ni l'autre...

 

- Cuire à four chaud 30 à 40 minutes environ, en les arrosant de temps en temps.

 

Et régalez-vous !

 

Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

 

Je vous mets le lien vers la recette d'Églantine ci-dessous...

 

Églantine-Lilas fait partie de la petite communauté, que j'ai créé au mois de mai dernier sur overblog et qui s'appelle "Visages de la Provence".

Elle écrit des textes superbes avec des personnages hauts en couleurs, textes qu'elles publient sur son blog au milieu de ses recettes, de ses balades...

Son blog est truffé d'anecdotes toutes plus savoureuses les unes que les autres...

Un petit extrait de son savoir-faire ICI. 

Pour l'instant, nous ne sommes que 4 blogs dans cette communauté, y compris le mien bien sûr, mais je suis patiente, si j'ai une inscription par mois c'est déjà incroyable et je n'en demande pas tant, car comme je vous l'ai déjà dit, je préfère privilégier le partage à la quantité...

 

Rappel : Pour en faire partie, il faut avoir un blog sur overblog, y parler de temps en temps de la Provence, penser à y rattacher vos articles selon votre seul bon vouloir et, cliquer sur l'onglet..."rejoindre" pour ceux qui voudraient le faire. 

Je suis surprise du nombre de visiteurs anonymes qui accèdent à mon blog directement par la communauté. Je ne l'ai pas fait dans ce but mais uniquement pour mieux faire connaître ma région ! J'en profite pour les remercier ici...

Je vous présenterai les autres membres, de temps en temps.

 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 05:37
Les ingrédients

Les ingrédients

 

Pour profiter encore un peu des légumes de l'été... avant que les aubergines soient pleines de graines, ce que je n'aime pas trop, car elles prennent alors un goût trop amer,  il est encore temps de cuisiner un tian de légumes aromatisé au romarin frais ou sec et, bien sûr, à l'ail pour ceux qui aiment.

 

Le tian est un plat typiquement provençal qui se décline à l'envie. En Provence, ce nom est, je le rappelle encore ici, le nom donné au contenant, donc au plat en terre vernissé qui sert à cuisiner, et au contenu que vous allez déguster avec plaisir dans votre assiette...

 

 

 

L'intérêt numéro un de ce type de plat est que les différents légumes peuvent varier en proportion, en fonction de ce que vous avez à la maison. 

Le deuxième avantage est que le plat cuit au four, tranquillement, et n'a besoin d'être arrosé que deux ou trois fois ce qui réduit la surveillance.

En plus, il est encore meilleur réchauffé le lendemain tout doucement. 

 

 

La recette

 

Il vous faut...

2 à 3 courgettes selon la grosseur

2 à 3 aubergines

3 à 4 belles tomates

3 à 4 gousses d'ail

romarin frais ou sec

panure

sel, poivre

huile d'olive

 

0- N'oubliez pas de préchauffer votre four à 180°.

 

1- Laver les tomates.

Laver et éplucher les courgettes et les aubergines (un passage d'économe sur deux). S'ils sont Bio ou du jardin, vous pouvez laisser la peau en entier si vous aimez.

Éplucher les gousses d'ail.

 

2- Dans un saladier, couper les légumes en rondelles fines mais pas trop quand même. Je n'épépine pas les tomates car sinon le plat est trop sec.

 

3- Dans un tian (je parle du contenant, là !), dans lequel vous aurez mis un filet d'huile d'olive, arranger joliment vos légumes en alternant les tranches de courgettes, aubergines, et tomates.

 

Les légumes doivent être joliment arrangés dans le tian !

Les légumes doivent être joliment arrangés dans le tian !

 

4- Écraser les gousses d'ail et les insérer par-ci par-là dans le plat. N'oubliez pas de saler et de poivrer.

 

5- Saupoudrer de romarin, finement ciselé ou écrasé.

 

6- Parsemer de panure et d'un dernier filet d'huile d'olive.

 

N'oubliez pas le sel, l'huile d'olive et la panure

N'oubliez pas le sel, l'huile d'olive et la panure

 

7- Enfourner et laisser cuire tout doux au moins 1 heure...

Si vous trouvez que le tian grille trop, baisser la température et couvrez-le d'un papier alu. 

 

Attention ! Même si vous êtes plongé(e)s dans un bon bouquin, pensez à l'arroser deux ou trois fois, surtout au début...

Variante 1 : remplacer l'ail par de l'oignon, et le romarin, par de la marjolaine. 

Variante 2 : remplacer la panure par un bon fromage de chèvre frais de préférence ou de la mozzarella...

Ce tian est délicieux seul, ou bien en accompagnement d'un poisson grillé ou poché, d'une viande, ou bien pour les végétariens, d'un plat de céréales ou de pâtes complètes ou semi-complètes.

 

Bonne dégustation ! 

 

Et voilà le tian prêt à déguster...

Et voilà le tian prêt à déguster...

Partager cet article

Repost0
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 06:05
Un flan facile à réaliser et à servir avec une simple salade verte

Un flan facile à réaliser et à servir avec une simple salade verte

 

Voilà une recette facile à réaliser, pour profiter encore un peu des courgettes avant qu'elles ne soient trop pleines de graines. 

 

Il vous faut... 

- 2 ou 3  belles courgettes selon la grosseur

- 3 oeufs

- 1 petit pot de crème fraîche

- 1 petit bol de gruyère râpé (environ 100 g) 

- du curry (environ 1  cuillère à soupe)

- gros sel (2 càs),  poivre

 

Les ingrédients

Les ingrédients

 

1- Éplucher partiellement les courgettes, un passage de l'économe sur deux dans le sens de la longueur.

 

2- Les laver soigneusement et les essuyer.

 

3- Les passer à la grosse râpe avec le robot.

 

4- Placer les courgettes râpées dans une passoire et les saupoudrer de 2 cuillères à soupe environ de gros sel.

 

5- Laisser-les dégorger une bonne heure, tout en les remuant de temps en temps : elles vont rendre du liquide dans le saladier que vous pourrez incorporer à un potage (mais penser à vérifier le sel !). 

 

6- Préchauffer le four à 200°.

 

7- Dans un saladier, battre les oeufs, la crème, le poivre et le curry ensemble. Ne saler pas ou faites-le très modérément ! 

 

8- Ajouter la moitié du gruyère râpé et bien mélanger. 

 

9- Bien éponger les courgettes dans un torchon, les mélanger à la préparation.

 

10- Mettre la préparation dans un plat allant au four, légèrement beurré et recouvrir du reste de fromage.

 

Le plat prêt à mettre au four

Le plat prêt à mettre au four

 

11 - Enfourner et laisser cuire trente minutes environ jusqu'à ce que la préparation soit bien dorée. 

 

Ce flan de courgettes peut se manger chaud, en accompagnement d'une viande ou d'un poisson...

 

Le flan à la sortie du four

Le flan à la sortie du four

 

Il peut aussi se manger froid ou tiède avec une simple salade verte, ce que j'ai fait. Et dans ce cas-là, vous pourrez même le préparer à l'avance...

 

Bonne dégustation !  

Flan de courgettes au curry

Partager cet article

Repost0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 06:20
Un bon aïoli provençal

Un bon aïoli provençal

 

Autant les traditions de noël sont encore bien ancrées chez nous en Provence, que l'on soit croyants ou pas comme je l'ai souvent raconté ici, autant celles de Pâques sont tombées peu à peu dans l'oubli, à part bien sûr les traditionnels oeufs durs consommés en famille à l'époque, qui ont été remplacés pour le plus grand bonheur des gourmands, par des oeufs en chocolat ! 

 

Ma mère faisait tout de même un gros bouquet composé de branches de laurier (je parle du laurier sauce bien sûr) et d'olivier qui, même s'il n'était point béni le jour des Rameaux comme le voulait la tradition religieuse, était censé protéger les habitants de la maison toute l'année, donc nous, et avait le mérite à mes yeux de la décorer joliment. C'était d'ailleurs la seule décoration de la maison avec quelques bouquets de fleurs coupées du jardin.  

 

Au niveau alimentaire, dans ma famille, nous ne faisions rien de particulier non plus durant les quarante jours du carême, qui dure je le rappelle de mardi-gras au dimanche de Pâques, car nous avons toujours mangé en Provence beaucoup de poissons, de céréales et de légumes secs ou frais donc notre régime alimentaire ne changeait pas.

 

Mais il faut noter que certaines traditions ont tout de même la vie dure : c'est le cas de l'aïoli. Nous n'avons jamais oublié de le faire, le vendredi précédent Pâques, ce fameux vendredi saint (aujourd'hui donc). 

 

L'aïoli reste un des plats préférés des provençaux et se mange toute l'année ! 

Je vous mets le lien ci-dessous vers ma recette intemporelle que vous pouvez bien sûr agrémenter des légumes que vous aimez, car chez nous ce plat s'adapte à la saison.

Je vous en dis aussi un peu plus sur ce plat traditionnel dans ce même article.

Bon aïoli et bonne lecture ! 

 

Petite remarque à part concernant la remontée d'articles.

Remonter un article en changeant sa date supprime tous les liens qui ont été déjà fait soit sur les réseaux sociaux, soit dans des articles de blogueurs, ou autre. Par contre mettre le lien vers l'article ne modifie rien...Voilà pourquoi je préfère cette solution, car ce n'est pas parce que l'article n'a pas été commenté précédemment qu'il n'est pas lu, mis en lien dans des sites ou sur des réseaux sociaux ou simplement mis en favoris chez des particuliers.

Voilà pourquoi je ne fais jamais de remontée d'articles.

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 07:39

 

Tout le monde connaît les vertus de l'oignon que j'ai largement développé dans mon article sur l'oignon doux des Cévennes.

En accompagnement des plats mijotés, on ne saurait s'en passer.

J'ai rapporté de mon dernier séjour en Auvergne un beau sac d'oignons jaunes et je viens de m'apercevoir que, même à l'abri et à l'obscurité dans mon petit cabanon extérieur, il fait encore  trop chaud pour que je puisse les conserver encore bien longtemps : certains ont déjà de petites pousses vertes.

Voilà une recette qui permet de les utiliser en quantité et en se régalant !

 

Une belle tarte prête à cuire

Une belle tarte prête à cuire

 

Ingrédients

- pâte brisée (toute faite ou maison) 

- environ 600 g d'oignons (je fais ça "au pif"!)

- crème fraîche épaisse (2 petits suisses dilués dans un peu de lait, si vous êtes au régime)

- 1 tranche de jambon (facultatif)

- 2 gros oeufs (ou 3 petits)

- 1 peu de gruyère ou de comté râpé (facultatif)

- sel poivre

- 1 pincée de muscade

 

La base de la tarte à l'oignon !

La base de la tarte à l'oignon !

 

Pour la pâte brisée, j'ai donné déjà plusieurs fois la recette sur ce blog ICI ou là...par exemple !

0- Dans un moule à tarte, étaler la pâte brisée et la piquer avec une fourchette. Si vous l'avez confectionné vous-même, placer le moule au réfrigérateur pendant au moins 30 minutes.

 

Pendant ce temps préparer la garniture...

 

1- Éplucher les oignons.

2- Les émincer finement (vous pouvez le faire au robot)

3- Les mettre à cuire à la vapeur douce environ 15 minutes : version light.

OU Bien les faire suer dans une sauteuse avec du beurre SANS DORER : version fête !

4 - Les laisser égoutter et tiédir un instant.

5- Pendant ce temps, préchauffer le four à 220°

6 - Dans un saladier battre les oeufs entiers et la crème. Ajouter sel poivre et muscade.

Remarque : j'utilise souvent un mélange lait concentré + petits suisses moins riche en graisse. Vous pouvez aussi si le plat est réservé à des adultes, faire un mélange vin blanc + petits suisses (ou crème épaisse). Le vin blanc donne un goût incomparable au plat et se marie bien avec les oignons.

 

7 - Sortir le moule contenant la pâte à tarte du réfrigérateur.

8- Avec une fourchette, étaler les oignons cuits et tiédis par-dessus.

9- Découper le jambon en lanières et le disposer au-dessus.

10 - Verser la préparation oeufs-crème : elle doit recouvrir totalement les oignons.

11 - Ajouter le fromage (facultatif). 

12 - Cuire à four chaud pendant environ 35 à 40 minutes.

 

Si la tarte dore trop vite, baisser le thermostat à 190-200° environ.

 

Et voilà le résultat !

A déguster toute l'année avec une simple salade verte...

 

La tarte prête à déguster...

La tarte prête à déguster...

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:30
Une belle portion de gratin

Une belle portion de gratin

 

Encore un plat d'hiver ! 

Je ne sais pas vous mais chez nous on adore les poireaux et on les mange à toutes les sauces...

Souvent je les cuisine en gratin, tous seuls ou alors, comme dans cette recette, accompagnés de pommes-de-terre. 

Inutile de vous dire que mes légumes sont BIO. J'ai la chance d'avoir un producteur à deux pas de chez moi. 

 

 

 

Il vous faut...

2 beaux poireaux

4 pommes-de-terre de taille moyenne

du fromage râpé (gruyère, comté)

du fromage fondant (saint nectaire, morbier ou raclette) / facultatif mais nous on adore !

sel, poivre

crème fraîche

2 pincées de muscade

 

 

- Éplucher les pommes-de-terre, les laver et les couper en lamelles.

- Trier les poireaux en privilégiant les blancs pour cette recette. Je garde le vert pour intégrer dans un potage. Les couper en tronçons.

- Cuire à la vapeur les pommes-de-terre une bonne quinzaine de minutes.

- Cuire de même les poireaux.

Quand je suis pressée par le temps, ce qui est fréquent (hi ! hi ! ces retraitées !!) je fais tout cuire ensemble dans mon vitaliseur. Je vous parlerai un jour de cet outil dont je ne peux me passer en cuisine depuis plus de 20 ans...

- Pendant ce temps, préchauffer le four à 200° et beurrer un plat à gratins.

 

La cuisson des légumes à la vapeur
La cuisson des légumes à la vapeur

La cuisson des légumes à la vapeur

 

- Alterner dans le plat pommes-de-terre et poireaux ce qui est facilité par la cuisson séparée des deux légumes.

- Terminer par des poireaux.

- Parsemer de gruyère râpé.

- Couper en lamelles l'autre type de fromage (facultatif) et les disposer sur le dessus. 

Le plat prêt à enfourner (j'ai triché car j'ai rajouté quelques lichettes de beurre...)

Le plat prêt à enfourner (j'ai triché car j'ai rajouté quelques lichettes de beurre...)

 

- Verser par dessus la crème que vous aurez pris le soin de saler, poivrer et parfumer avec la muscade. 

- Cuire au four à 200° pour 30 minutes sans oublier de baisser à 180° vers la fin de la cuisson pour ne pas faire trop griller le plat...

Et voilà le gratin prêt à être dégusté

Et voilà le gratin prêt à être dégusté

 

Comme je suis du style paresseuse, je me facilite la tâche...Vous ne me croyez pas ?

Regardez le résultat...

Hum...

Hum...

 

...et allez-donc voir un peu comment Steph que certains d'entre vous connaissent déjà, cuisine ce gratin pour le plus grand plaisir gustatif de sa grande famille.

En plus elle nous fait des photos de rêve...

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 07:35

 

Voilà un plat d'hiver que j'adore faire pour utiliser les restes d'une volaille rôtie, d'un rôti de porc ou simplement avec de la chair à saucisse.

Pour faire cuire ce plat, j'utilise une cocotte en verre qui comporte un couvercle. Mais bien sûr vous pouvez aussi utiliser un faitout ou tout autre ustensile allant au four. 

Chou farci aux châtaignes

 

Il vous faut...

 

1 chou vert frisé

1 boîte de marrons au naturel

1 reste de volaille (poulet, canard, pintade)

2 oignons 

3 ou 4 gousses d'ail

du thym

des baies de genièvre si vous aimez

du sel et du poivre

huile d'olive

1 gros bol de bouillon de volaille

1 verre de vin blanc (facultatif)

 

 

- Faire bouillir une grande quantité d'eau salée.

- Pendant ce temps, trier le chou en gardant le plus possible de feuilles vertes et en détachant bien toutes les feuilles, sans les couper.

- Lorsque l'eau bout, y plongez les feuilles de choux et les laisser cuire une bonne quinzaine de minutes à petits bouillons.

Chou farci aux châtaignes

 

- Pendant ce temps, si vous utilisez les restes d'une volaille, la dépiauter en enlevant la peau et les petits os.

- Éplucher oignons et ail.

- Mixer pas trop finement pour qu'il reste quelques morceaux. L'idéal c'est le hachoir de nos grands-mères. Mais oui vous savez bien de quoi je parle, celui que l'on utilisait sur une grosse planche ! 

- Préparer le bouillon de volaille avec de l'eau, du bouillon lyophilisé et un verre de vin blanc. Bien sûr si vous avez du bouillon de volaille maison, c'est encore mieux ! 

 

Chou farci aux châtaignes

 

- Égouttez le chou dans une passoire...

- Dans une sauteuse, faire revenir dans l'huile d'olive la farce en ajoutant quelques feuilles blanches du chou ciselée et une boite de marrons écrasés grossièrement à la fourchette (vous pouvez aussi les mixer légèrement).

- Parsemer de thym effeuillé, saler et poivrer.

Chou farci aux châtaignes

 

- dans votre grande cocotte, mettre un filet d'huile d'olive, et alterner les couches de feuilles de chou, et de farce jusqu'à terminer par des feuilles de choux (les plus vertes). Si vous aimez, intercaler quelques baies de genièvre. Nous on adore alors j'en mets beaucoup.  Mais les goûts diffèrent dans la famille : mon petit fils fait la grimace, il trouve ça trop fort, tandis que sa soeur les avale toutes...

- Recouvrir avec le bouillon, et un dernier filet d'huile d'olive.

Chou farci aux châtaignes
Chou farci aux châtaignes

 

- Refermer le couvercle et placer au four à 200° pendant 45 minutes environ. Puis baisser à 180° et cuire encore 15 minutes en ôtant le couvercle.

- Ne faites pas comme moi, pensez à baisser le four sinon le dessus du plat grillera un peu trop mais bon c'est ainsi quand j'ai du monde autour de moi, je fais des bêtises. J'aurais dû laisser le couvercle car le dessus dore quand même mais plus en douceur...

Le plat est un peu trop grillé dessus mais moelleux à l'intérieur...du coup ma photo est floue !

Le plat est un peu trop grillé dessus mais moelleux à l'intérieur...du coup ma photo est floue !

 

Vous pouvez aussi durant la cuisson ouvrir le couvercle et arroser avec le bouillon car comme le plat n'est pas hermétique, le dessus est parfois plus sec...

J'ai réalisé cette recette avec un reste de canard et c'était tout simplement...délicieux ! 

C'est un plat que vous pouvez décliner avec n'importe quel reste de viande, et en plus, en différentes quantités car il se congèle très bien et sera meilleur réchauffé tout doux. 

Vous pouvez aussi pour un aspect plus festif, confectionner des choux farcis individuels. Pour cela prendre trois feuilles de choux superposées, les farcir avec de la farce et ficeler les mini-choux. Vous les ferez cuire environ 30 minutes dans le bouillon, sur le feu ou au four. 

J'avoue que je ne prends jamais le temps de cuisiner ainsi ! Mais c'est à tester... 

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 07:00
Hum que c'est bon !

Hum que c'est bon !

 

Je réalise très souvent des croquettes de légumes pour agrémenter des restes...

Hier, il me restait du chou-fleur cuit à la vapeur, et deux petites pommes-de-terre, car j'en ajoute toujours, lorsque je fais du chou-fleur que nous mangeons simplement avec un filet d'huile d'olive et un peu de sel.

Vous pouvez sans problème, utiliser des courgettes, des carottes ou un autre légume cuit de votre choix !

 

Comment faire ?

 

- Écraser grossièrement à la fourchette tous les légumes dans une assiette creuse ou un saladier selon la quantité de reste que vous avez.

- Incorporer un oignon finement émincé, quelques lamelles de jambon, 1 oeuf  battu avec une cuillère à soupe de crème fraîche (ou de crème de soja) et du persil haché.

- 1/2 cuillère à café d'un épice de votre choix. Là j'ai mis de l'épice 5 parfums.

- Saler très modérément et poivrer

 

Parfois il est nécessaire d'ajouter un petite cuillère de farine, parfois non car cela dépend de la grosseur de la pomme-de-terre et de l'oeuf. 

 

 

Voilà la consistance idéale de la préparation...

Voilà la consistance idéale de la préparation...

 

Il faut que la consistance vous permette de prendre avec une cuillère à soupe, un peu de cette préparation et que vous puissiez la faire glisser facilement dans l'huile bouillante avec une autre cuillère.

Si la préparation est trop collante, vous n'y arriverez pas facilement ! 

 

Cuisson 

 

- Faire chauffer de l'huile dans votre poêle. 

- Prendre dans une cuillère à soupe un peu de préparation et la faire glisser à l'aide d'une seconde cuillère dans l'huile.

Si l'huile est bien chaude, le tour de votre croquette commence à prendre très vite.

- Les aplatir délicatement avec une fourchette, puis lorsque cette face est bien dorée, les retourner avec une spatule...

 

La cuisson ...
La cuisson ...
La cuisson ...

La cuisson ...

 

- S'il le faut, les retourner encore une fois ! Moi je fais ça un peu "au pif"...je le reconnais et je n'ai pas minuté le temps ! Je regarde tout simplement si c'est assez doré. 

- Au fur et à mesure, placer les croquettes cuites sur du papier absorbant.

- Continuer à faire cuire ainsi le reste de votre préparation jusqu'à épuisement !

 

Avant de servir je les saupoudre légèrement de fleur de sel de Camargue qui ne fondra pas en totalité et croquera sous la dent.

Servir, pour un repas léger, avec un simple mesclun de saison, assaisonné avec une sauce à l'ail et à l'huile d'olive.

Je fais très rarement des fritures, mais ces croquettes ne font pas un pli.

C'est délicieux !

 

 

Croquettes de légumes
Croquettes de légumes

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 07:30
Ma photo n'est pas très réussie...

Ma photo n'est pas très réussie...

 

Voilà un classique de la cuisine française ! 

C'est un plat qui marque bien l'arrivée du froid dans la famille...un plat mijoté comme j'aime en faire et que tout le monde aime. Je n'ai pas bien réussi mes photos donc j'en mettrai d'autres la prochaine fois que j'en cuisinerai dans l'hiver.

 

Ingrédients (pour 4 à 6 personnes)

1 Kg de collier et épaule d'agneau en mélange, ou de collier seul

400 g de pommes de terre 

300 g de carottes

200 g de navets

3 beaux oignons

3 gousses d'ail

bouquet garni (laurier, thym en particulier)

huile d'olive

1 càs d'épice Rabelais (INDISPENSABLE !)

1 bâton de cannelle

2 càs de coulis de tomates (facultatif)

 

 

La recette...

 

1- Faire revenir dans l'huile d'olive la viande de tous côtés et réserver.

2- Dans la même sauteuse ou bien dans le faitout faire revenir les oignons émincés et les laisser devenir translucide sans prendre couleur, tout doucement.

3- Écraser les gousses d'ail (ou pas selon votre goût personnel) et les ajouter dans la préparation.

4 - Remettre la viande par-dessus.

5- Ajouter la tomate si vous aimez, les épices, saler, poivrer et recouvrir de bouillon ou d'eau.

6- Laisser mijoter la viande environ 45 minutes.

7- Pendant ce temps, éplucher et laver les carottes, les navets et les pommes-de-terre. Égouttez-les et séchez-les. 

8- Les détailler en gros morceaux...et réserver.

9- Au bout de 45 minutes, ajouter tous les légumes dans le faitout et laisser mijoter à nouveau à couvert, 45 minutes supplémentaires.

 

Encore une photo pas très réussie !!

Encore une photo pas très réussie !!

 

10- Au bout d'une heure et demi environ, selon la grosseur de vos légumes, le plat est prêt.

11- Servir la viande entourée de légumes et arrosée de jus de cuisson...

 

Il est inutile de vous dire que ce plat est encore meilleur réchauffé, si vous le cuisinez la veille ou s'il vous en reste pour le lendemain.

Au printemps, je me souviens que ma mère incorporait des petits pois frais dans le faitout, 20 minutes environ avant de servir. Avec des navets nouveaux et des petites carottes entières le plat était particulièrement délicieux.

En hiver, je le fais aussi parfois, avec des petits pois surgelés mais comme je n'en avais pas cette fois-ci, je n'en ai pas mis. 

 

Bon mijotage ! 

 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 07:02
Potage d'automne courge butternut et lentilles corail

 

Voilà la saison des potages (enfin) revenue...

Enfin... en tous les cas chez nous (!), car nous les aimons beaucoup !

Nous préférons de loin les potages et soupes faits maison aux préparations en brick toutes faites. Question de génération sans doute ! Mais surtout ce que nous aimons, c'est varier les compositions de nos potages.

Ainsi pour consommer un peu plus de légumineuses, si bonnes à la santé j'ai testé ce mélange de lentilles corail et de courge.

J'aime particulièrement ce potage avec de la courge butternut, mais elle peut être remplacée par de la courge musquée de PROVENCE, ou du potimarron. 

 

Les ingrédients

1 courge butternut (400 g environ)

140 g environ de lentilles corail

1 oignon

2 c. à c. de curry

1 bouillon de poule lyophilisé (ou maison)

crème fraîche ou crème de coco (si vous aimez)

sel, poivre

environ 3/4 de litre d'eau

1 peu d'huile d'olive ou d'huile neutre si vous préférez

 

Préparation 

 

1- Rincer les lentilles corail et les laisser égoutter.

2- Préparer vos légumes. Les laver et les découper en gros dés. Plus les dés sont petits, plus la soupe cuira vite.

3- Émincer l'oignon et le faire revenir dans la cocotte avec un filet d'huile d'olive. Ajouter les dés de courges, les épices et bien remuer.

4- Verser l'eau pour qu'elle recouvre tous les ingrédients largement. Plus vous en mettez moins votre potage sera velouté. Il vaut parfois mieux en rajouter à la fin. 

5- Ajouter vos lentilles (en fait l'ordre importe peu) et saler ! 

6- Quand l'eau commence à frémir, émietter le bouillon lyophilisé et remuer jusqu'à ce qu'il soit complètement dissous. 

 

Potage d'automne courge butternut et lentilles corail

 

7 - Laisser cuire 30 à 40 minutes doucement en remuant de temps en temps...

8- Mixer votre potage qui doit être velouté à point. Vérifier l'assaisonnement et poivrer juste au moment de servir.

9- Dans l'assiette, vous servirez votre potage avec un peu de crème fraîche OU pour ceux qui aiment (et moi j'adore !), un peu de crème de coco. 

 

Variantes (déjà testées pour vous)

- Remplacer le curry par du gingembre, mais personnellement je n'aime pas mélanger les deux dans ce plat.

- Le remplacer par du curcuma lorsque vous avez vos petits-enfants car c'est plus doux. "Encore manou !" me dit alors mon pitchounet, en me tendant son assiette. 

- Changer de courge, vous changerez le goût du potage ! 

- Ajoutez quelques carottes en même temps que la courge.  

 

Et surtout régalez-vous de ce potage riche en antioxydants et en minéraux qui vous donnera bonne mine pour tout l'hiver ! 

 

Partager cet article

Repost0
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 06:32

 

La caponata est un plat aigre-doux très rafraîchissant en été.  

Beaucoup de gens la confondent avec la ratatouille. Or c'est un plat différent dans lequel on ne met jamais de courgettes et qui se mange toujours froid, en entrée ou en accompagnement d'une viande froide (ou d'un poisson).

Le légume phare de cette recette c'est l'aubergine, le légume favori de l'été dans les régions du sud.

 

Pour la petite histoire...

 

L'important est de savoir que ce plat que nous dégustons souvent en Provence nous vient tout droit d'Italie et en particulier d'une région où je ne suis jamais allée (mais je n'ai pas encore pas dit mon dernier mot à ce sujet)...la Sicile !

Comme pour la ratatouille provençale, chaque "mamma" a sa recette et la quantité des ingrédients varie selon les réserves de la maison : un jour un seul poivron, deux le lendemain, un peu plus ou un peu moins de tomates, des olives ou pas...

Il y a donc de nombreuses variantes liées aux provisions mais aussi aux familles et à leurs différences en matière de goût. Et ces recettes se transmettent depuis des générations de mère en fille. Elles font partie du patrimoine familial en quelque sorte...

 

Quelques variantes...

 

Dans certaines recettes, par exemple on trouve des poivrons (c'est le cas de la mienne), dans d'autres pas du tout ;

On peut (ou doit) mettre du céleri en branche, mais en été ce n'est pas du tout facile d'en trouver en Provence, sauf s'il pousse au jardin ; 

Certains mettent uniquement des olives vertes et dans d'autres familles ce sont les noires que l'on préfère ;

Le vinaigre de vin rouge est parfois remplacé par du vinaigre balsamique ou du vinaigre de vin blanc ;

Enfin certaines personnes ajoutent des pignons grillés ou encore des raisins secs...

 

Amusez-vous donc à varier les ingrédients pour que les saveurs diffèrent ! 

 

Ma recette est une version familiale, toute simple au niveau des ingrédients.

Elle m'a été donnée par une italienne de pure souche, il y a de cela plus de 30 ans. Elle représente un peu la recette de base que vous pourrez donc décliner selon vos envies et le contenu  de vos placards !

 

Il vous faut (pour 4 personnes)

- 500 g d'aubergines BIO car non épluchées (c'est meilleur)

- 3 ou 4 belles tomates

- 1 poivron rouge et 1 poivron vert

- 2 à 3 oignons

- 2 gousses d'ail

- 3 cuillères à soupe de vinaigre de vin rouge

- 2 cuillères à soupe de câpres

- olives vertes ou noires (ou les deux !)

- 1/2 cuillère à soupe de sucre

- sel et poivre

- 1 petit bouquet de basilic.

- Huile d'olive. 

 

 

Comment faire ?

 

- Commencer par ouvrir les poivrons en deux et les épépiner.

- Laver tous les légumes tomates, poivrons, aubergines...et bien les essuyer. 

- Eplucher et émincer les oignons.

- Eplucher les gousses d'ail.

- Couper les aubergines en petits dés sans les éplucher et mettez-les à dégorger avec du sel si vous en avez l'habitude (moi je ne le fais jamais !). 

- Dans une sauteuse, faire revenir dans l'huile d'olive les dés d'aubergines de façon à les faire bien dorer.

- Pour rendre le plat plus léger et empêcher que les aubergines ne pompent trop d'huile, je fais revenir presque en même temps les oignons émincés. 

Les aubergines et les oignons...

Les aubergines et les oignons...

 

- Quand les légumes commencent à être bien dorés, j'ajoute le poivron rouge émincé, je mélange bien et je laisse revenir un moment.

 

Le poivron rouge donne une touche de couleurLe poivron rouge donne une touche de couleur

Le poivron rouge donne une touche de couleur

 

Quand les légumes commencent à étuver...

- J'ajoute les tomates coupées en petits dés (je ne les épluche jamais mais vous pouvez le faire si vous préférez), le poivron vert détaillé en lamelles ou en dés et l'ail écrasé.  

- Sel et poivre.

 

A noter ! Comme je deviens fainéante en vieillissant, je ne coupe plus mes légumes aussi petits et donc je fais cuire plus longtemps. Dans l'idéal, il faudrait que tous les légumes soient coupés en tous petits dés...

Normalement les poivrons se coupent en tous petits dés !

Normalement les poivrons se coupent en tous petits dés !

 

- Laisser mijoter à feu doux pour que les légumes rendent leur eau et que les saveurs se mêlent. Si vos tomates sont trop juteuses et rendent trop de liquide, ne mettez pas de couvercle sur votre faitout (ce que j'ai oublié de faire aujourd'hui...).

 

- Quinze minutes avant la fin de la cuisson qui dure en tout de 30 à 40 minutes maximum, selon la grosseur de vos dés de légumes, ajouter le vinaigre, le sucre, les câpres ainsi que les olives et surtout rectifier l'assaisonnement. 

J'ai fait la photo juste avant de mettre les olives !

J'ai fait la photo juste avant de mettre les olives !

 

Verser dans un saladier recouvert d'une assiette. 

Laisser alors les saveurs se mêler pendant 12 heures minimum au réfrigérateur...

 

A servir bien froid, parsemé de basilic frais haché. Bonne dégustation ! 

 

Ne me demandez pas où est la dernière photo...

J'ai oublié tout simplement de la faire et maintenant c'est trop tard car nous avons tout mangé !

Partager cet article

Repost0
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 07:00

 

Pour changer un peu des lasagnes classiques, je vous propose cette recette de lasagnes végétariennes aux aubergines, plus légères pour les soirs d'été. 

Lasagnes végétariennes aux aubergines

 

Pour 5 à 6 personnes, il vous faut...

 

- 6 plaques de lasagnes crus

- 3 aubergines de taille moyenne 

- 3 gousses d'ail écrasées (ou en lamelles)

- 3 belles tomates non épépinées

- origan frais du jardin

- 1/2 litre de béchamel maison

- parmesan, gruyère ou mozzarella (ou un mélange des trois fromages)

sel, poivre

huile d'olive

 

 

0- Préchauffer le four à 200°.

 

1- Éplucher partiellement les aubergines : j'enlève avec un économe une moitié de peau seulement.

 

2- Les laver et bien les essuyer.

 

3- Les couper longitudinalement en lamelles.

 

4- Badigeonner avec un pinceau, les lamelles d'aubergines avec de l'huile d'olive, recto et verso, et les placer au fur et à mesure sur une plaque allant au four.

 

5- Les faire cuire de chaque côté jusqu'à ce qu'elles soient dorées (et cuites) donc pas trop fort.

6- Pendant ce temps, préparer une sauce béchamel avec 1/2 litre de lait environ. La saler, y ajouter si vous aimez une pointe de muscade.

 

7 - Laver et couper les tomates en tranches fines sans les épépiner.

 

8 - Lorsque les aubergines sont cuites...monter votre plat en alternant les couches de béchamel, lasagnes, tomates, tranches d'aubergines et fromage jusqu'à épuisement des ingrédients.

 

Vous salerez le plat et le saupoudrerez d'origan et d'un filet d'huile d'olive au-dessus de chaque couche de tomates. Vous n'oublierez pas d'insérer quelques lamelles d'ail dans le plat de temps en temps. 

 

9- L'ordre importe peu mais vous devez obligatoirement terminer par des tomates, du sel, du poivre, de l'origan, du fromage et un filet d'huile d'olive.

 

Le montage des lasagnesLe montage des lasagnesLe montage des lasagnes
Le montage des lasagnes

Le montage des lasagnes

 

 

10- Cuire au four une quarantaine de minutes...

 

11- Au bout de ce temps, le plat doit être bien doré et les tomates bien fondues. 

 

 

Le plat est prêt à déguster

Le plat est prêt à déguster

 

Comme souvent ce plat est encore meilleur réchauffé à four doux !

Vous pouvez, si vous le désirez, faire revenir légèrement les tomates et les assaisonner avant de les insérer dans vos lasagnes ou encore, utiliser une sauce tomate maison ou toute faite.

Mais j'aime bien utiliser des tomates fraîches en été. Il faut juste laisser cuire à feu plus doux et plus longtemps pour qu'elles fondent bien...

 

Bonne dégustation ! 

Partager cet article

Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 06:50

 

L'asperge est un légume santé que l'on trouve abondamment sur les marchés dès le mois d'avril. Mes préférées, en dehors des asperges sauvages, sont les asperges vertes...

 

Les dernières se trouvent encore au marché et voilà une recette pour en profiter !

 

 

Une entrée réussie ou un repas léger...

Une entrée réussie ou un repas léger...

 

 

Ingrédients

 

250 g de pâte brisée maison ou une pâte toute faite (brisée ou feuilletée)

1 botte d'asperges vertes de préférence

2 à 3 œufs selon la grosseur

1 petit pot de crème fraîche allégée ou pas 

1 petit verre de lait

quelques branches de basilic vert ou rouge

Sel, poivre

2 picodons secs râpés

 

 

 

1 - Préparer les légumes...

 

- Nettoyer vos asperges et les faire cuire à la vapeur 20 minutes environ.

- Les rafraîchir sous l'eau froide.

- Les découper ensuite en tronçons de deux centimètres environ.

- Réserver...

 

2- Préparer une pâte brisée maison, pendant la cuisson des asperges...

 

Etaler la pâte dans un moule à tarte.

J'ai fait la fainéante puisque aujourd'hui, j'ai utilisé une pâte feuilletée du commerce !

 

Piquer légèrement le fond de pâte avec une fourchette et laisser reposer au frais.

 

 

 

Quand les asperges ont refroidi...

 

3- Finaliser la tarte 

 

- Répartir une partie du fromage râpé sur la pâte.

- Ajouter les asperges.

- Ciseler le basilic (rouge aujourd'hui) par-dessus.

- Recouvrir avec le fromage râpé restant.

- Verser par-dessus la préparation suivante : oeufs battus avec la crème fraîche et le lait, sel et poivre. 

 

 

 

 

 

 

Les trois étapes cruciales !Les trois étapes cruciales !
Les trois étapes cruciales !

Les trois étapes cruciales !

 

4- Cuire la tarte 

-Enfourner pour 35 à 40 minutes de cuisson.

Vous baisserez un peu le four, si la tarte dore trop vite, ce que j'ai oublié de faire.

 

 

 

Comme vous le voyez... aujourd'hui je l'ai fait un peu trop cuire !

Comme vous le voyez... aujourd'hui je l'ai fait un peu trop cuire !

5- Quelques Variantes... 

 

Bien sûr vous pouvez utiliser un autre fromage, si vous n'aimez pas le chèvre.

Parfois, en été, j'utilise du chèvre frais. Dans ce cas je l'écrase avec le mélange crème- oeufs.

Vous pouvez ainsi varier la recette à l'infini...

 

Si vous ajoutez du saumon fumé, préférer le gruyère au chèvre et parfumer à l'aneth.

Si vous ajouter du jambon blanc, n'importe quel fromage est un délice. En été saupoudrer de basilic frais vert ou de ciboulette.

Si vous ajouter du jambon cru, préférer le roquefort par exemple...et la ciboulette. 

 

A vous de laisser livre cours à votre créativité et d'associer différentes saveurs...

Partager cet article

Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 06:58

 

Vous n'ignorez pas qu'en Provence, on consomme toujours beaucoup de légumes tous les jours et souvent, nous sommes en manque d'idées !

 

Voilà pourquoi je vous propose cette petite recette familiale toute simple à réaliser, mais qui permet de proposer, dans un plat unique, une variété de goût, tout en intégrant un certain nombre de légumes nouveaux de printemps...

 

A servir avec une viande, un poisson, une omelette ou pour un plat vegan avec des céréales complètes, type riz complet ou semi-complet, millet, épeautre ou autres. 

 

 

Ingrédients (BIO si possible)

 

3 courgettes

3 artichauts nouveaux blancs ou violets

6 fèves fraîches

3 oignons nouveaux et leurs verdures

3 branches de Basilic frais ou/et un bouquet garni au choix

Ail nouveau (1/2 tête environ)

quelques lardons non fumés ou du jambon (facultatif)

Huile d'olive (2 càs pour la cuisson) puis un filet à cru d'une huile parfumée

Sel, poivre

 

 

 

Une fois n'est pas coutume, vous pouvez servir ce plat avec de la viande...

Une fois n'est pas coutume, vous pouvez servir ce plat avec de la viande...

 

1 - Trier les légumes 

 

- Couper les extrémités des courgettes mais garder la peau ! Les laver à grande eau et les essuyer. 

 

- Trier les fèves en enlevant les cosses. Réserver dans un bol.

 

- Couper les feuilles extérieures des artichauts et l'extrémité des feuilles tendres, puis couper vos artichauts en deux, en quatre ou en six, selon la grosseur. Normalement de cette saison, vos artichauts n'ont pas de foin à l'intérieur ! Les laver, puis les laisser en attente dans de l'eau citronnée jusqu'au moment de les cuisiner pour éviter de les faire noircir.

 

- Enfin, préparer vos oignons et vos gousses d'ail. Enlever la peau extérieure si elle est trop épaisse. 

 

2 - Cuisson à l'étouffée

 

Dans un faitout...

 

- Faire revenir dans l'huile d'olive, les oignons émincés et leur verdure coupée en fins tronçons. 

 

- Ajouter les lardons (ou le jambon) et faire revenir sans prendre couleur. Mais souvent je n'en mets pas !

 

Quand le fond commence à accrocher très légèrement...

 

- Ajouter les courgettes coupées en dés, les artichauts, et les fèves. 

 

- Laisser suer un instant. Saler et poivrer légèrement.

 

- Puis introduire enfin les gousses d'ail écrasées et le bouquet garni  : laurier et thym par exemple + une partie du bouquet de basilic ciselé grossièrement...

 

 

Le plat prêt à cuire

Le plat prêt à cuire

 

- Laisser cuire le tout à l'étouffée tout doux, jusqu'à ce que les artichauts soient tendres et les fèves fondantes donc, la durée de cuisson dépend de vos légumes... Les autres légumes seront alors eux aussi très fondants. 

 

Remarque

 

En principe, grâce aux courgettes, il n'est pas nécessaire d'ajouter du liquide. Surveiller tout de même au cas où cela soit nécessaire, et ajouter éventuellement un peu d'eau, cela ne nuira pas à la saveur du plat. 

 

Avant de servir...

 

Ajouter à cru (donc hors du feu) un filet d'huile d'olive parfumée (j'ai toujours au moins deux sortes d'huile d'olive à la maison) et le reste du bouquet de basilic frais ciselé finement.

L'ajout de quelques pois gourmands (ou de petits pois frais) est aussi un vrai régal !

 

Le plat avec quelques lardons.

Le plat avec quelques lardons.

 

Bonne dégustation !

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -