Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 05:20
Éditions Le Pommier, 2015 / Collection Math'Attak !

Éditions Le Pommier, 2015 / Collection Math'Attak !

Aujourd'hui, je vous présente encore un livre documentaire pour la jeunesse qui prouve que s'amuser en faisant des mathématiques, c'est possible et c'est même recommandé pour faire aimer cette matière aux enfants. On oublie souvent de leur expliquer que nous utilisons les mathématiques tous les jours sans forcément le savoir. 

 

Tous d'abord, les enfants sont invités à découvrir les "héros" qui ont inventé les mathématiques qui étaient tous, il faut bien l'avouer, un peu fous. Ils apprendront plein de détails sur les circonstances de leurs découvertes. 

Ils se régaleront à lire de nombreuses anecdotes pleines d'humour, et seront invités à résoudre des énigmes, à faire travailler leur logique, à créer des tours de magie, avec des objets ou des jeux qu'ils ont le plus souvent à la maison, comme les dominos par exemple ou une simple bande de papier.

 

Ils joueront aussi avec les chiffres ou les tables de multiplication...et apprendront à se servir d'un calendrier, à couper un gâteau en 7 parts égales, et autres astuces toutes aussi amusantes les unes que les autres. 

Vous l'aurez  deviné, tout est fait pour aiguiser leur curiosité ! 

 

Voici donc un petit documentaire ludique à mettre entre toutes les mains dès 9 ans. Vous avez le choix car dans la même collection, de nombreux titres sont déjà parus et ont tous beaucoup de succès.

A noter, ce documentaire plaira aussi aux collégiens comme nous le suggère DocBird sur son blog. Vous pouvez aller lire son avis ci-dessous. Merci encore une fois à elle, pour ces suggestions de lecture toujours appréciées par les enfants. 

L'auteur Kjartan Poskitt est né en 1956 en Angleterre. En plus de ses nombreux ouvrages pour la jeunesse, il est connu dans le monde anglo-saxon car il présente aussi une émission de vulgarisation scientifique à la télévision. 

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 05:13
Fleurus 2015

Fleurus 2015

Voilà encore aujourd'hui un livre pour la jeunesse. Il s'agit, comme le mentionne le titre, d'apprendre à se servir d'un compas pour dessiner. Il faut donc être en âge de tenir le compas correctement et de le manipuler sans danger pour les personnes proches.

Les enfants vont apprendre à dessiner des rosaces, donc des fleurs et des bouquets ; des figures géométriques (comme des étoiles ou des pentagones)  ; des dessins décoratifs (comme des frises ou des labyrinthes)  ; des animaux et des paysages...puis à les colorier ou les peindre avec les couleurs de leur choix. 

Ils pourront bien évidemment se perfectionner en faisant des figures de plus en plus complexes, en coloriant leur réalisation, en bricolant des objets puisque des modèles de masques sont proposés à la fin, et même la création d'un attrape-rêve. 

 

C'est donc un livre documentaire indispensable pour s'initier au dessin et à la géométrie sans en avoir l'air. Il développe la concentration, la patience et la minutie, tout en laissant place à l'imaginaire car une fois maîtrisée une des figures, d'autres sont faciles à réaliser avec la même technique. 

Le style est simple et clair et le livre est séparé en grandes parties bien distinctes.

 

Le plus : Pour chacun des modèles de dessin ( une cinquantaine environ), expliqués pas à pas, il est mentionné le niveau de difficulté. 

Les rabats de la couverture forment d'un côté une règle graduée, de l'autre, une équerre, bien utiles pour la réalisation de certaines figures. 

 

C'est donc un livre à utiliser dès 9 ans (l'utilisation du compas je crois bien commence en cycle 3) et à partager avec la fratrie car je suis bien certaine qu'il plaira bien au-delà.

 

L'auteur Laurent Stefano est infographiste alors forcément les lignes et les courbes, il connaît mais lui les utilise sur un écran d'ordinateur...

 

Merci à Docbird de m'avoir fait découvrir ce livre parfait pour un cadeau, d'ailleurs je viens de l'offrir à mon petit-fils qui a eu 9 ans en septembre, ça tombait bien. 

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 05:15
Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Voilà encore une série jeunesse sympathique ! Elle est destinée aux enfants de 8 à 11 ans et dès 6 ans accompagnée d'un adulte. 

Pour info : Ce qui m'a étonné sans que je trouve une explication au départ c'est que la série lue par mes petits-enfants (en format numérique) s'intitule "Enquêtes au musée" (Editions MultiMondes). J'ai constaté en faisant des recherches sur internet qu'elle existait en format papier et epub (Quatre tomes seulement sont disponibles). Mais j'ai découvert que la série s'appelait "Enquêtes au Muséum" (Editions Plume de carotte) en format papier (Vingt-deux titres disponibles dont les quatre précédents).

Réponse : Dans un des commentaires mis gentiment sur le blog, j'ai eu la réponse que je n'avais pas trouvé sur le net : "Enquête au Muséum" est la série publiée en France aux Editions "Plume de Carotte" ; "Enquête au musée" est celle publiée au Québec par les éditions Multimondes. "Seuls 4 des 22 titres ont pour l'instant traversé l'Atlantique" !

C'est cette dernière série qui était donc proposée en prêt en version numérique par ma médiathèque. 

L'auteur Laurence Talairach est professeur des universités à Toulouse- Jean Jaurès. Elle enseigne la littérature victorienne, tout en étant chercheur en Histoire des Sciences et des Techniques au Centre Alexandre Koyré.

Elle a publié de nombreux ouvrages avant de se décider à écrire pour les enfants afin de leur donner envie d'aller explorer les musées et d'apprendre davantage sur les sciences, tout en partant à l'aventure ! 

Ces livres sont de petits romans d'aventures qui, dans chacun des tomes, permettent aux plus jeunes de faire peu à peu connaissance avec le monde des Musées scientifiques, d'apprendre la nature de leurs collections souvent cachées, mais aussi leurs missions qui ne sont pas toujours évidentes à comprendre par les enfants.  

Le lecteur retrouve les mêmes personnages dans chacune des aventures :

D'abord il y a Zoé, dont les parents, ornithologistes ont mystérieusement disparu en mer lors d'une mission scientifique,  alors qu'elle était bébé. C'est la meneuse du groupe. Il faut dire aussi qu'elle espère toujours trouver dans les musées des indices qui lui permettraient d'en apprendre davantage sur la disparition de ses parents. Laissée très libre par sa vieille tante, elle entraîne avec elle son amie Alice, qui est obligée de tirer derrière elle, non seulement son petit frère Clarence mais aussi un petit chinchilla dénommé, Archibald qui bien entendu ne passe pas inaperçu...et a son importance dans les histoires. 

L'intervention du petit frère qui pose de nombreuses questions innocentes permet d'expliquer avec précision (et humour) beaucoup de détails sans avoir l'air.

Les jeunes lecteurs les retrouvent avec grand plaisir pour vivre avec eux de nouvelles aventures.

Le plus : Des chapitres courts, une écriture précise mais simple, de l'aventure, des personnages authentiques, et un lieu bien décrit comme si on y était. Au passage les jeunes lecteurs apprendront du vocabulaire grâce au lexique placé à la fin de chacun des tomes. 

Instructif et agréable à lire ! 

Dans le tome 1, "Au pays des oiseaux qui ne volent pas", les enfants explorent le musée d'Histoire naturelle pour la première fois.

Alice a un exposé à faire sur l'oiseau de son choix. Zoé décide donc de lui montrer les oiseaux de Nouvelle-Zélande aujourd'hui disparus ou en voie d'extinction. Elle emmène donc son amie à la bibliothèque du musée où elle a repéré un livre d'ornithologie. Mais les enfants se retrouvent enfermés...

Les jeunes lecteurs vont découvrir la fragilité de la faune endémique de la Nouvelle-Zélande : les kiwis, moas, kakapos en particulier, et remonter l'histoire de ces oiseaux qui ne volent pas, jusqu'aux dinosaures ! Ils vont comprendre  la responsabilité des hommes dans leur extinction. 

Zoé avait déjà découvert que ses parents étaient passés par l'île de Bacan, une île aux papillons géants qui faisait partie de l'archipel des Moluques. Il lui restait donc à découvrir s'ils avaient arpenté d'autres îles...

Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Dans le tome 2 "La galerie des vampires", les enfants explorent une cave lorsqu'ils ont l'impression d'être frôlés par des êtres volants silencieux mais non moins inquiétants... Ils décident alors de pénétrer dans le musée d'Histoire Naturelle pour apprendre davantage de choses sur les vampires, non pas les buveurs de sang que l'on retrouve dans certaines histoires et qui font tant peur à Clarence, mais les chauve-souris !  Ils vont bientôt découvrir qu'ils ne sont pas seuls dans le musée et que les réserves ont toutes été vidées. C'est alors que Clarence se retrouve tout seul dans le noir et dans le silence complet, quasiment assourdissant...

Bien entendu, les trois enfants vont faire de belles découvertes et en apprendre davantage sur les mammifères volants et beaucoup d'autres animaux inconnus. 

Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Dans le tome 3 : Dans l'œil du cyclope

Les enfants retrouvent avec plaisir Zoé, toujours à la recherche d'indices pour découvrir  pourquoi et comment ses parents ont mystérieusement disparu. A côté de Zoé, Alice son amie toujours suivi de son petit frère Clarence ont décidé cette nuit-là de partir explorer les collections de l'université. 

Clarence est toujours terrifié par des monstres ce qui, la nuit, l'empêche de trouver le sommeil. Les deux amies sont persuadées que dans les collections de l'Université de la ville, se trouvent de nombreux restes des cyclopes, ces effroyables mangeurs d'hommes. Elles espèrent ainsi prouver au petit garçon que les cyclopes ne sont que des créatures fantastiques et qu'ainsi il n'a rien à craindre et peut dormir tranquille.

Mais quand ils arrivent à s'introduire dans les salles contenant les collections...ils découvrent de terrifiantes créatures conservées dans des bocaux et des salles entières remplies de squelettes. C'est là qu'il remarque un étrange petit homme qui travaille la nuit à la lumière d'une lampe. 

Vous vous en doutez, les enfants ne sont pas au bout de leur surprise !

Dans ce tome les enfants vont faire le lien entre les légendes et les découvertes paléontologiques (comme c'est le cas ici pour l'éléphant nain qui vivait au Pléistocène). Au passage, ils feront connaissance avec des personnages appartenant à la mythologie grecque (comme Polyphème par exemple). 

Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Dans le tome 4, "le papillon du bout du monde"...

Les enfants découvrent qu'il existe des papillons  géants aussi gros que des oiseaux. Les voilà en train d'explorer une serre tropicale. Ils découvrent que certaines brindilles sont en fait d'étranges insectes qui ont appris à se cacher en mimant la nature alentour pour échapper à leurs prédateurs. 

Ils vont découvrir les théories de l'évolution par la sélection naturelle en partant sur les traces d'un étrange papillon, la phalène du bouleau. Au passage, ils feront connaissance avec deux grands hommes : Charles Darwin et Alfred Russel Wallace.

 

Une série à suivre donc, mais ce n'est pas certain que je vous en reparle un jour, j'ai tellement de livres en attente de trouver une place ici...voilà pourquoi j'ai préféré ne faire qu'un seul article pour les quatre premiers tomes. 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 05:45
Edition Play Bac

Edition Play Bac

Lecture Jeunesse aujourd'hui...

La série des "Kinra girls"s'adresse aux plus de 9 ans, et peut-être lue au-delà jusqu'à 11-12 ans. C'est une série qui plaira davantage aux filles et qui a beaucoup de succès depuis 2011, date à laquelle est paru le premier tome. Bien entendu tout un commerce a fleuri autour de la série et un site est dédié à ses fans ! Je me méfie en principe de ce genre de série entourée de publicité, mais il se trouve que ma petite-fille les adore et que je lui en ai offert quelques-uns depuis deux ans à présent. Elle a su très bien m'expliquer pourquoi...

"Les Kinra sont cinq filles, toutes originaires d'un pays différent, originales donc car elles nous font découvrir les façons de vivre de leur pays. Elles sont indépendantes et ne parlent presque jamais de leur famille. Elles sont scolarisées dans un collège international de jeunes filles : l'académie Bergström. Elles sont douées, intelligentes, ont toute une personnalité attachante et se complètent merveilleusement bien... du coup il y en a forcément une qu'on admire, une à laquelle on voudrait ressembler, une qui n'est pas parfaite comme nous. Et ce n'est pas toujours la même à chaque fois ! Tout ça permet de savoir comment on réagirait dans la même situation, de rire, de savoir qu'on a le droit de se tromper." Voilà en gros ce qui ressort de notre partage sur cette série !

 

Les personnages...Il y a Kumiko, la japonaise, douée pour la peinture et qui aime aussi la photo et la mode ; Idalina, l'espagnole, joueuse de guitare et passionnée de flamenco ; Naïma, l'afro-américaine, qui elle se passionne pour le cirque ; Rajani, d'origine indienne qui s'intéresse aux danses de son pays ; et enfin, Alexa l'australienne, qui veut avant toute chose devenir championne d'équitation et vous vous en doutez qui adore...les chevaux ! 

Comme vous le devinez, les filles n'auront aucun mal à s'identifier à l'une d'entre elles !

 

Ce sont de courts romans d'aventure qui montrent que ces filles douées n'ont pas froid aux yeux. On peut être une fille et avoir de multiples passions, s'intéresser aux autres, être intelligents et drôles, et partager avec générosité notre savoir-faire. Ce sont des romans qui s'éloignent de certains clichés encore en cours dans notre société. 

J'ai trouvé que des valeurs intéressantes étaient mises en avant comme, l'entraide, l'humilité, la solidarité, l'acceptation des autres et de ses différences culturelles, l'amitié...

 

Dans ce tome 9 l'histoire est simple : les filles comptent bien continuer à explorer les sous-sols des bâtiments de l'école, d'autant plus que d'importants travaux sont prévus qui vont les empêcher de le faire les jours suivants. Mais une nouvelle élève arrive en cours d'année et perturbe leur plan. Il faudra bien pourtant qu'Alexa qui la prend tout de suite en grippe, arrive à lui tendre la main, car la pauvre Singrid, timide et réservée, et plutôt sauvage, a eu sa part de souffrance. Elle ne demande qu'à se faire des amies...

Ce qu'elles vont découvrir ensembles est tout à fait étonnant ! Cela leur donnera l'occasion d'en apprendre davantage sur une des œuvres de Léonard de Vinci, mais chut, je ne vous dirais pas laquelle, quoi que, en regardant de près la couverture, vous en aurez sans doute une petite idée. 

 

Ce que j'ai aimé, outre les valeurs décrites plus hauts, c'est aussi les légendes et coutumes de chacun des pays que les filles apprennent aux autres membres du groupe lors de leurs échanges.

Dans ce tome, par exemple Rajani, explique aux autres suite à un cours de danse, comment diriger la pensée vers un endroit du corps, tout en respirant profondément. Elle s'appuie sur l'enseignement des yogis de son pays pour les aider à se concentrer. Les explications sont ludiques et adaptées aux jeunes lecteurs. Les mots difficiles sont expliqués à la fin permettant d'enrichir son vocabulaire. 

Les illustrations sont sympas, colorées et dynamiques.

Chaque livre de la série raconte une histoire indépendante de la précédente mais qui rappelle pas mal de faits des tomes précédents. Les jeunes lectrices auront forcément envie de lire tous les tomes même si c'est dans le désordre. 

 

Le plus  : Dans chaque roman, un petit dossier permet d'approfondir une question autour d'un personnage célèbre : ici Léonard de Vinci. Et les lectrices sont contentes de retrouver l'équipe formée par les Kinra ce qui est l'occasion de lire toujours plus et en prenant du plaisir à le faire et n'est-ce pas le plus important, surtout en vacances. 

Et un joli marque-page est accroché dans chacun des livres, ce qui ne gâche rien.

Vingt-six tomes sont sortis à ce jour...et ils sont tous traduits en plusieurs langues. Une belle façon de faire lire les enfants tout en voyageant et en vivant des aventures sympathiques, finalement pourquoi s'en priver et sur le site vous trouverez pleins de recettes sympathiques et d'idées à partager...entre filles ! 

Les auteurs...

Moka écrit surtout pour la jeunesse et j'ai toujours aimé les valeurs véhiculées dans ses romans, mais aussi sa plume pleine de tendresse, ses mots qui sonnent justes, et cette façon bien à elle de raconter des histoires qui provoque aussitôt beaucoup d'empathie pour ses personnages et donne au lecteur l'impression de vivre avec eux leurs aventures. Elle a une imagination débordante et sait particulièrement bien amener le jeune lecteur à trouver lui-même des solutions pour réduire les conflits, oublier ses craintes et avancer dans la vie. 

 

Anne Cresci, l'illustratrice travaille pour la presse et l'édition. Elle s'inspire des enfants qui l'entourent pour créer ses personnages ! Et elle réussit donc à nous les rendre sympathiques. Je ne la connaissais pas et je l'ai découverte avec plaisir lors de cette lecture d'été partagée en famille.

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 05:20
Seuil/ Editions du Sous-Sol, 2020 (photo de couverture personnelle)

Seuil/ Editions du Sous-Sol, 2020 (photo de couverture personnelle)

A un moment donné
Dans une galaxie nommée voie lactée
Sous toutes les étoiles
Entre tous les humains
Toi et moi, nous nous sommes rencontrés

Voici un livre-album, reçu dans le cadre d'une Masse critique exceptionnelle de Babelio que je remercie ici ainsi que les Editions du Seuil et du Sous-Sol. J'ai été heureuse de le découvrir en avant-première de sa parution, prévue le 4 novembre prochain. 

 

A réception, j'ai été très surprise en ouvrant ses pages, car je m'attendais à un livre avec davantage de texte mais finalement, malgré la rareté de celui-ci, c'est un album qui en dit long...sur le thème de l'amitié. 

Les images et les quelques mots qui les illustrent sont en effet des "déclencheurs d'évocation" et souvent... d'émotions. 

Chacune des illustrations occupe l'espace d'une double page. Certaines sont poétiques, d'autres plus réalistes, certaines évoquent des lieux que nous n'avons jamais fréquentés ou dans lesquels nous ne nous projetons pas, d'autres au contraire, sont ceux où nous avons rencontré nous-même des amis ou partagé des moments heureux avec eux. Toutes mettent en avant nos différences et le miracle de la rencontre. 

Les phrases sont étalées sur plusieurs pages, il n'y a pas de ponctuation mais la lecture est rythmée par les illustrations car nous nous arrêtons un moment sur chacune. 

 

Je dois reconnaître que  je n'ai pas été attirée par toutes les pages. Chaque illustration évoque une situation, un moment précis parmi tous ceux qui sont possibles en matière de rencontres, autant de tranches de vie et de partages que de double-pages et immanquablement certaines vont nous toucher plus que d'autres. 

Au cours d'une vie, on a eu des amis, certains sont restés, d'autres ne sont plus là, nous avons cultivé l'amitié, ou au contraire nous avons laissé tomber nos amis, parfois sans raison apparente, ou ce sont eux qui nous ont laissé tomber, et puis, nous découvrons un jour pourquoi, et c'est un pas de plus qui nous fait avancer dans notre propre vie, une autre façon de savoir qui nous sommes au fond de nous.

 

Ce qui est émouvant dans cet album c'est qu'au fil des images, il évoque aussi le temps qui passe, ce temps dont on dispose au début de notre vie et qui peu à peu diminue l'espoir de se revoir, ou de se faire de nouveaux amis, ce temps qui inexorablement nous sépare, mais nous invite aussi à profiter de l'instant présent pour être et vivre ensemble.

 

Il me paraît évident que ce livre ne s'adresse pas aux enfants, ou aux ados, ou même aux adultes ! Il s'adresse à tous ! Il y a des situations pour tous les âges de la vie : c'est donc bien le genre d'album à partager en famille et entre amis pour en parler ensemble, se souvenir, échanger sur nos ressentis et nos expériences positives ou négatives, heureuses ou douloureuses, celles que nous vivons actuellement, avons vécu ou espérons vivre un jour...

Un album à découvrir ! 

Heike Faller et Valerio Vidali ont déjà publié ensemble précédemment un livre intitulé "Cent ans : Tout ce que tu apprendras dans la vie" que je ne connaissais pas. 

Les auteurs nous expliquent à la fin du livre comment est né ce projet d'écrire ensemble sur l'amitié, un miracle pour deux personnes dans ce vaste monde, que de se rencontrer, de se plaire assez pour avoir envie de poursuivre et d'approfondir la rencontre...

 

Heike Faller est rédactrice au sein du magazine Zeit. 

Valerio Vidli est un illustrateur italien installé à Berlin. Il publie dans des revues internationales et a été sélectionné de nombreuses fois pour de grand prix. 

L'ouvrage est traduit par Olivier Mannoni. 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 05:18
Calligram, 1992, 1997, 2004

Calligram, 1992, 1997, 2004

Pour ce premier mercredi du mois de septembre, symbole de rentrée des classes, je débute mes présentations de livres, avec un livre jeunesse sous forme de BD de petit format, qui appartient à une série que beaucoup de parents connaissent déjà.

 

Personnellement, j'ai connu la série dans les années 90 à ses débuts, et je l'ai toujours beaucoup appréciée, souvent offerte et lu avec toujours autant de plaisir. D'ailleurs tous les titres sont régulièrement réédités ce qui prouve bien qu'elle n'a pas pris une ride.

L'auteur, Dominique de Saint Mars, ancienne journaliste à Astrapi sait particulièrement bien écrire des histoires qui savent toucher les enfants. Elle décrit leur ressenti avec beaucoup de justesse et analyse les situations avec finesse. Elle est actuellement marraine de l'Oeuvre Falret, une association qui aide à prévenir et lutter contre les souffrances psychiques. 

L'illustrateur, Serge Bloch, est un grand sentimental. Ses dessins sont pétris de tendresse et d'humour. J'ai toujours adoré ses illustrations et je ne m'en lasse pas encore aujourd'hui. 

 

Voilà pourquoi j'ai décidé de vous présenter cette série dont ce titre n'est qu'un des multiples exemples possibles, car il y a déjà 123 titres sortis (en mai 2020).

Les différents tomes abordent tous des sujets liés à la famille, à l'école, à la vie en société et concernent les enfants à partir de 8 ans. Lorsque je travaillais encore en collège, j'achetais certains titres pour le CDI car ils conviennent aussi, pour certains sujets bien précis, aux pré-ados.

 

L'intérêt de ces petits livres, c'est la façon dont le sujet est traité, car il s'agit souvent de sujets difficiles ou qui méritent réflexion ou débat, et pour lesquels les enfants ne peuvent trouver de réponses à leurs questions tous seuls : le divorce, le deuil, le harcèlement, l'amour, la protection de la nature, la maltraitance, la politesse, la drogue...et bien d'autres sujets touchant au caractère et à la personnalité de chacun.

 

Je suis certaine que chaque parent trouvera si nécessaire un titre qui correspond au problème familial du moment. Ce qui m'a beaucoup amusé c'est que c'est ma petite-fille qui a voulu l'acheter pour son frère pendant les vacances.  Je la cite à quelques mots près "pour qu'il réfléchisse un peu et comprenne pourquoi elle en a assez qu'il soit toujours derrière elle !" mais elle a reconnu après l'avoir lu que souvent quand elle est toute seule elle est bien contente qu'il soit là pour jouer avec elle.

Je ne dis pas que c'est suite à la lecture de ce livre ensemble, mais ils ont été tous deux particulièrement gentils et attentionnés l'un pour l'autre cet été.  

 

L'histoire...

 

Dans celui-ci vous l'aurez deviné, Max et sa sœur Lili n'arrête pas de se disputer pour un oui pour un non. Ils sont jaloux l'un de l'autre et pensent que leurs parents sont injustes car ils favorisent toujours... l'autre. 

L'après-midi débute bien mal pour Max qui est jaloux de Lili parce qu'elle a invité Sarah son amie et bien entendu les deux filles ne veulent pas du petit frère, trop "bébé" à leurs yeux. Tandis qu'après le goûter, Lili raccompagne son amie,  Max en profite pour lui emprunter son vélo et chute, abîmant le garde-boue. Les deux enfants se bagarrent ! 

Evidemment, la maman intervient et devra tenter de rassurer les deux enfants sur son amour, tout en mettant le doigt sur leur personnalité différente, et sur chaque chose précise qu'elle admire chez l'un et chez l'autre.

Il faudra bien que les enfants signent un pacte de paix, mais peut-être pas pour très longtemps.

Ainsi va la vie...

 

L'histoire présentée en vignettes, style BD, est toujours attrayante car elle met le doigt sur un problème à la fois par titre. L'auteur sait particulièrement bien montrer le ressenti des deux enfants, leurs questionnements et leurs doutes, dans celui-ci le sentiment d'injustice, la jalousie, l'impression d'être moins aimé que l'autre. Du coup, les enfants se sentent toujours concernés par l'histoire car c'est du vécu ! 

Il y a toujours matière à débattre avec les enfants en les faisant parler de leur propre ressenti, d'une situation vécue qui ressemble à celle du livre. L'amour entre frère et soeur se construit à travers les partages, les jeux, la vie de famille... mais on ne peut pas toujours tout partager pour autant et d'ailleurs les parents doivent veiller à ce que chacun puisse exprimer sa personnalité différemment, ce qui est loin d'être facile.

 

Le plus : l'humour toujours bien présent permet de faire rire l'enfant qui, en plus, se reconnaît à un moment donné de l'histoire et donc peut prendre un peu de recul par rapport à son vécu.

Et à la fin, un petit questionnaire intitulé "Et toi ?" permet à l'enfant de se poser des questions et de réfléchir à son propre comportement...

 

Une série qui ne manquera pas d'amener des débats très constructifs ! 

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 06:29
Castelmore 2016

Castelmore 2016

La bande se réunissait dans les caves d'un ancien immeuble désaffecté à la sortie de la ville.
C'était un défi périlleux : pour s'y rendre, il fallait traverser la junky-city, une zone urbaine dangereuse où rôdaient les exclus de la société. Mais surtout, la bande d'amis risquait la prison.
...
L'hymne de la révolte inventé par le groupe, "Même pas peur!" était scandé avec force lors de leurs répétitions secrètes...

Un ouragan d'émotions se déchaînait en lui. Cet homme assis sur son fauteuil, le fascinait. dans son regard, scintillaient des centaines d'étincelles de vie, de colère, de tristesse. Dire qu'il était son grand-père ! Nériss en ressentait une fierté infinie.

Kléano fronça les sourcils. Il avait depuis toujours la curieuse impression qu'un mystère entourait la mort de son père, décédé juste un mois avant sa naissance dans un accident de glisseur. Il n'y avait dans la maison aucun objet lui ayant appartenu, aucun souvenir pour évoquer sa mémoire...Pas une trace.

Voilà une relecture agréable pour moi, qui avait déjà lu ce livre jeunesse, lors de sa sortie en 2006, dans la collection "Autres mondes" de "Mango Jeunesse".

C'est un roman d'anticipation agréable à lire qui vient d'être réédité en 2016 dans une nouvelle collection.

Il existe aussi à présent dans une version adaptée aux jeunes dyslexiques, parue en 2017. Le format du livre, la police de caractère utilisée, la mise en page avec un texte en plus gros caractère, et des phrases coupées pour être davantage lisibles...tout est fait pour que le plaisir de lire soit bien présent ! 

Version adaptée aux lecteurs dyslexiques / Castelmore, 2017

Version adaptée aux lecteurs dyslexiques / Castelmore, 2017

A la fin du XXIe siècle, le mois de naissance des enfants détermine les métiers auxquels ils vont avoir accès, ainsi ceux du show-biz et de la politique ne peuvent être que des Janviers, ceux de l'écriture...de Mars et en décembre, il ne reste que les métiers dont personne n'a voulu.

 

C'est alors que naissent Silnöa et Silneï deux jumelles...une naît les dernières minutes de décembre mais sa sœur, les toutes premières minutes de janvier. Les parents décident de les élever de la même façon.  Même si elles ne fréquentent pas le même cours, les deux sœurs sont très proches. 

 

Un jour, Silnöa, plutôt rebelle s'endort dans le "bus" et se retrouve dans un des quartiers mal famés de la ville où vivent tous les laissés pour compte de la société. Là, elle va rencontrer des jeunes qui ont formé clandestinement un groupe de musique alors qu'ils ne sont pas nés le bon mois. Elle n'est donc pas la seule à se rebeller contre le président de la région ! Parmi eux, Kléano va lui ouvrir les yeux sur ce qui se passe autour d'eux. 

 

En parallèle, la jeune adolescente entretient des contacts virtuels par messages interposés, avec un certain N. dont elle ignore tout...et qui n'est autre que le fils du président. Mais N. apprend que celui-ci n'est pas son vrai père et qu'il a été échangé à la naissance...

 

Le président qui impose sa loi des naissances depuis des années, a donc été le premier à enfreindre les règles, pour asseoir davantage son pouvoir. Après le choc de la découverte, N.qui s'appelle en réalité, Nériss, ne peut en rester là. 

Mais bien évidemment je ne vais pas vous raconter comment il va s'y prendre, ni qui est le véritable fils du président, ni comment ensemble, ils vont renverser le pouvoir !

Tout ce que je peux vous dire c'est que certains adultes ont déjà préparé la résistance dans l'ombre et qu'ils sont prêts à les aider...

Voilà une dystopie parfaite à lire à partir de 11 ans pour les amateurs du genre. 

 

Remarque :

Manon Fargetton dont je vous ai déjà présenté certains livres sur ce blog, en particulier, "Les plieurs de temps" (tome 1 de la série); "Quand vient la vague" et plus récemment "Dix jours avant la fin du monde"...a écrit ce roman alors qu'elle n'avait que 18 ans. Il est remarquablement construit et elle y faisait déjà preuve d'un talent exceptionnel qui ne s'est jamais démenti par la suite... 

On y trouve déjà l'humour qu'elle sait distiller dans ses romans, et la critique toujours présente de la société d'aujourd'hui. C'est un livre plaisant aussi grâce à la fluidité des textes, aux dialogues réalistes et donc vivants et aux personnages attachants, et même si dans ce livre on devine très vite le dénouement, je suis bien certaine que dans ces deux nouvelles éditions, il va encore trouver de nombreux lecteurs. 

 

Ce livre a obtenu quatre prix littéraires dont  le prix Chronos en 2007, le prix Jacaranda, le prix Ruralivre en Nord-Pas-de-Calais, et le Prix des Collégiens de l'Estuaire.

A faire lire donc à nos préados et ados, sans hésiter !

Partager cet article

Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 05:17
Usborne 2019 / Collection "Je m'entraîne, je m'amuse"

Usborne 2019 / Collection "Je m'entraîne, je m'amuse"

Voici un petit cahier de vacances, sous forme de feuilles détachables, qui va permettre aux plus jeunes enfants, à partir de 7 ans, d'apprendre en s'amusant à maîtriser les tables de multiplication les  plus simples donc... les tables de 2, 5 et 10.

Les 67 fiches sont classées par ordre croissant de difficultés et, pour aider les enfants, toutes les solutions sont données à la fin.

Avec l'aide de dix petits animaux, comme Ralf le raton laveur, Panache l'écureuil, Filou le Renard,...les enfants vont jouer avec les chiffres, compter des fruits, des chaussettes ou des escargots, regrouper les animaux, les amis ou les crayons, bref vous l'aurez compris c'est ludique et parfaitement à la portée des plus jeunes.

 

J'ai trouvé que ce livret était parfait pour les enfants en fin de CP, avec l'aide des parents pour la lecture des consignes, pour ceux qui sont en CE1 en autonomie, et pour cet été afin de préparer l'entrée en CE2...

 

A noter : Il y a cependant quelques petites erreurs au fil des pages que, soit les enfants, soit les parents, arriveront à découvrir par eux-mêmes, mais c'est bien dommage pour un éditeur de cette qualité. 

Merci à Babelio et aux Editions Usborne de m'avoir envoyé ce livret qui va très bientôt se retrouver dans le sac de vacances de mon petit-fils, ça tombe bien... il adore les maths ! 

Partager cet article

Repost0
5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 05:28
Edilivre, 2018

Edilivre, 2018

Des fois, on me demande où est ma maman. Je réponds qu'elle est restée dans le pays où mes papas m'ont adopté et qu'elle ne pouvait pas s'occuper de moi.

En musique, une blanche égale deux noires.
Il n'y a pas de note jaune, mais il paraît que si l'on cherche bien, on peut trouver la note bleue...

Voilà un petit album jeunesse écrit par Emma Messana (qui signe eMmA MessanA en fait) que je voulais découvrir depuis longtemps...

C'est son troisième album et je ne connais pas les deux premiers pour l'instant.

Celui-ci a été préfacé par Yves Duteil que tout le monde connaît par ses chansons, pour sa tolérance et son humanité.  

 

Dans ce petit album entièrement illustré par les merveilleux collages de l'auteur, le jeune lecteur découvrira l'importance de la tolérance et du respect, mais aussi le plaisir de partager.

Ce sont des mots souvent employés mais qui prennent ici tout leur sens, à travers le témoignage tout à fait réaliste de huit enfants, filles ou garçons à qui l'auteur donne la parole.

Ils se sentent différents des autres, nous livrent leurs ressentis et témoignent de leur vie quotidienne. Ils endurent souvent des moqueries, sont harcelés ou rejetés par leurs camarades de classe, n'arrivent pas à s'accepter et à s'aimer, malgré l'amour de leurs parents, puisqu'ils ne se sentent pas comme les autres.

 

Elle est de couleur, il a les cheveux roux, il a deux papas ou a été adopté par ses parents...mais ce que tous aiment avant tout, c'est partager leurs jeux avec les autres enfants du monde. 

 

Pour être heureux, pour vivre ensemble en harmonie, nous devons apprendre à nos enfants que les différences sont notre richesse. 

 

Ce petit livre vous y aidera. Il peut se lire tout seul dès 8 ans.

Pour les plus jeunes, les collages qui illustrent les témoignages aideront à la compréhension des petites histoires...Ces illustrations sont pour tous, une belle découverte. Vous ne pourrez que tomber sous le charme de ces petits personnages de papier colorés...

 

Un superbe album très poétique et porteur d'espoir.

 

Au moment de publier ces quelques lignes, je me suis souvenue des si jolis mots de Quichottine qui m'avait donnés envie de le découvrir...

Voici le lien vers son article ci-dessous. En découvrant la date, je me suis dit que le temps passait vraiment vite...

Il était temps que je vous parle aujourd'hui à mon tour de cet album !

 

Bien entendu, je ne peux que vous conseiller d'aller aussi  rendre visite à Emma...sur son joli blog.

Léa dit que la force, ça ne suffit pas, qu'il faut des sentiments, de la délicatesse et de la sensibilité...

 

Et vous, c'est quoi votre couleur ?

Partager cet article

Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 05:15
Delcourt

Delcourt

L'incroyable, c'est qu'aucune de tes mésaventures ne t'ait servi de leçon ! Quel fanfaron tu fais ! Je suis sûr qu'à la première pétarade, tu recommences...

D'après le roman de Kenneth Grahame.

Voilà la quatrième et dernière BD adaptée du célèbre roman de littérature jeunesse paru en 1908 en langue anglaise et en 1935 en France. 

Ce tome correspond aux derniers chapitres du roman, jusqu'à l'épilogue.

 

Nous avions laissé Crapaud au fond de l'eau et pensions qu'il s'était noyé...

Pas du tout ! Il en ressort prêt à s'amender, à s'améliorer, bref à oublier ses projets les plus fous.

Mais est-il pour autant capable de sagesse ? 

 

Il est encore une fois mis à l'épreuve quand il découvre que son château a été envahi par une foule de belettes, fouines, hermines du Bois-Sauvage. C'est un sacré foutoir chez lui !  De plus, tous ces fêtards ont décidé de se servir directement dans les caves et placards du château. Les réserves ont été pillées. 

Crapaud est prêt à tout pour récupérer son château et son droit de propriété ! La bagarre est inévitable...

 

Voilà un dernier volume plein d'humour et de dynamisme car il est presque totalement consacré à l'action avec un grand A.  Le lecteur y retrouve cependant l'ensemble des personnages.

Les valeurs d'amitié et de respect qui régissent la série, sont toujours mises au premier plan... 

Et la série se termine en beauté ! 

 

L'auteur nous parle finalement, avec beaucoup de poésie et d'humour, des choses simples qui font le bonheur de tous les jours, si on prend le temps de les regarder ce que parfois nous oublions de faire... Il nous parle de la vie tout simplement ! 

C'est une série que j'ai trouvé vraiment superbe avec des dessins remarquables, riches en détails qu'on ne finit pas de découvrir...

Au risque de me répéter...elle est à partager en famille à s'offrir et à offrir, absolument  ! 

Partager cet article

Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 05:15
Delcourt 1999

Delcourt 1999

La lune n'était pas encore levée et la nuit s'avérait bien noire sur la rivière. Tout n'était qu'ombre, bruissements furtifs et frémissements inquiétants. C'était certain, tous les monstres qui vivent d'habitude sous nos lits s'étaient donnés rendez-vous là...

-C'est l'heure bleue.
Chut...Ecoutez.
C'était vrai. Tout était silencieux.
Même le clapotis de l'eau semblait avoir cessé. Même le bruit de leur respiration.
Mais chut. Écoutons nous aussi ce silence avec nos amis.

D'après le roman de Kenneth Grahame.

Voici la troisième BD de la série, adaptée du célèbre roman de littérature jeunesse paru en 1908 en langue anglaise et en 1935 en France. 

Ce volume correspond aux chapitres VII à IX du roman. 

 

Vous vous demandiez comment le monde pouvait continuer de tourner sans Crapaud désormais emprisonné ? 

Vous pensiez que condamné à 20 ans de prison ferme, pour avoir volé une voiture, tout était fini pour lui ? 

C'était sans compter sur ses fidèles amis et surtout sur ses charmes naturels, son intelligence exceptionnelle et sa GRANDE générosité...

Pendant que Rat et Taupe goûtent leur tranquillité enfin retrouvée, Crapaud se morfond dans sa cellule.

Mais, la fille du geôlier le prend en pitié et demande à son père de s'occuper personnellement de lui. Elle va inventer un stratagème pour le faire évader...le déguiser en blanchisseuse. Crapaud va-t-il y perdre sa dignité ? 

La route est fort longue pour rentrer au château quand on est ainsi ridiculement affublé et quelle surprise à l'arrivée quand Crapaud découvre que durant son absence, celui-ci a été squatté ! 

 

J'ai vraiment lu la série dans un souffle tout en passant beaucoup de temps sur les différents chapitres, tant j'aime ces tableaux champêtres emplis de poésie où l'humour est omniprésent à chaque page. Les hommes en prennent pour leur grade et les personnages humains ou pas sont tous fortement attachants... Et en plus ce qui ajoute à notre plaisir, c'est que ce tome débute par quelques pages absolument magiques, dans lesquelles le lecteur apprend à écouter la nature...

Une belle suite ! 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 05:16
Delcourt,

Delcourt,

Il écouta leur récit avec attention se contentant de le ponctuer de petits hochements de tête. Blaireau ne portait pas de jugements sur les gens et les choses.

Blaireau avait l'art de vous faire sentir les choses derrière les choses. Comme s'il y avait un ordre immuable, qu'aucune de nos misérables gesticulations frénétiques ne pourrait altérer...

Mais l'automobile ça permet de se déplacer plus vite qu'à pied ou même en calèche. En plus, c'est moins fatiguant.
- Justement ! Si cet engin se développe, les gens envahiront tous les plus beaux endroits ! Il faudra construire des routes pour y aller et des immeubles pour les loger, détruisant ainsi ce qu'ils sont venus y chercher.

D'après le roman de Kenneth Grahame.

Voici la seconde BD de la série adaptée du célèbre roman de littérature jeunesse paru en 1908 en langue anglaise et en 1935 en France. 

Ce tome correspond aux chapitres IV à VI inclus. Il fait suite au tome 1 que je vous ai présenté récemment. 

Blaireau sauve in-extremis Rat et Taupe, des périls du Bois Sauvage et surtout du froid car les deux amis sont congelés ! 

Tous deux découvrent Blaireau sous un autre jour et sont stupéfaits de trouver un intérieur aussi chaleureux sous-terre. Sous ses airs distants, Blaireau s'avère être un ami accueillant et généreux.

Hélas, il leur faut partir un jour... Les voilà de nouveau perdus dans la neige sauf qu'au dernier moment Taupe se souvient que près du village des hommes, il y a sa maison et c'est à son tour d'inviter son ami... Les deux amis vont être bientôt rejoints par les enfants du village et ils vont fêter le réveillon tous ensemble. 

Mais pendant ce temps au château, Crapaud décide d'acquérir une automobile et ses amis décident alors de l'enfermer pour éviter de nouvelles catastrophes.

C'est mal connaître leur ami Crapaud ! Ce dernier n'est pas capable de se  tenir tranquille. Et pour réaliser son rêve, puisqu'il veut une voiture tout de suite, il la vole.  

Voilà les amis bien embarrassés et.... Crapaud, sous les verrous pour un bout de temps !

Un tome 2 à découvrir !

Je ne boude pas mon plaisir de retrouver nos chers compères. D'aucun diront que la série est vraiment pour les enfants et qu'elle est pétrie de bons sentiments. Vraiment ?! Mais quel bonheur de partager avec nos gentils personnages, un repas simple entre amis, de se réchauffer quand on a eu froid, d'être rassurés quand on a eu peur, et d'inviter tous ceux que l'on aime pour fêter noël. Ah si seulement les hommes et leurs tentations n'étaient pas si près et Crapaud si irresponsable...

Non, croyez-moi, comme d'habitude les humains ont inventé quelque chose de formidable, mais c'est le pire qu'ils en tireront et ils gâcheront leur vie et celles des autres. C'est-à-dire la nôtre !

Partager cet article

Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 05:12
Delcourt, 1996

Delcourt, 1996

- Parlez-moi un peu de Crapaud...
C'est un bon ami. Bien sûr, il n'est pas très intelligent, plutôt vantard et trouillard, soupe au lait, naïf, orgueilleux et un peu lâche. Mais il a aussi ses qualités.

D'après le roman de Kenneth Grahame.

Voilà une adaptation en BD du célèbre roman de littérature jeunesse paru en 1908 en langue anglaise et en 1935 en France. 

Le roman est découpée en quatre BD...

 

Voilà la vraie vie, messieurs la seule qui mérite qu'on soit ici sur Terre. Voyager, se laisser aller au gré des chemins, chausser des semelles de vent...

Taupe en a assez de faire du nettoyage de printemps dans sa maisonnette et décide de faire un tour à l'extérieur. Le printemps est de retour !  

Quelle bonne idée puisqu'il va faire ainsi la connaissance de Rat qui lui propose un tour de barque et un pique-nique improvisé.  

En chemin, Rat lui présente aussi ses amis : Loutre, Crapaud et ses lubies qui tournent souvent à la catastrophe et Blaireau, mais ce dernier n'est pas du tout sociable et habite au fin-fond d'une sombre forêt...le Bois Sauvage ! 

 

Cette BD est ce qu'on appelle une fantasy animalière. Ici tout est paisible et bucolique, mais les personnages sont très zoomorphes et c'est pour cela que les adultes peuvent aussi se délecter de ce grand classique de la littérature jeunesse. 

 

Dans ce premier tome où sont regroupés les premiers chapitres du roman, Michel Plessix réussit parfaitement à rendre l'ambiance et l'harmonie qui régnerait dans une nature préservée par les hommes.

En regardant ses jolies illustrations, il nous semble sentir l’odeur de l’herbe et des fleurs, et entendre la rivière couler...

En plus, l'humour est bien présent dans les dialogues comme dans les situations et la foule de détails est un plus, qui ne nuit en rien à l'histoire.

 

Pour une fois, c'est une adaptation BD que j'ai adoré et qui me donne envie de relire ce grand classique. 

Les personnages sont hauts en couleur et la vie est belle !

Cette BD est un instant de poésie incontournable d'une grande qualité. C'est une BD qui fait du bien ! 

 

Comme dans le roman, on retrouve dans la bande dessinée, de belles valeurs : l'amitié, le partage, l'acceptation des différences et une "morale" qui finalement ne fait pas de mal d'être rappelée aujourd'hui "vouloir toujours plus, ne rend pas forcément plus heureux" ! 

Je vais donc aller de ce pas à la médiathèque voir si les autres tomes sont disponibles...

A lire à partir de 7 ans et durant toute la vie. Moi j'ai toujours 7 ans, mais il était temps tout de même que je découvre cette adaptation ! 

 

Quichottine avait parlé de cet album sur son blog mais je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas retrouvé trace de son article !

En attendant que je le trouve... vous pouvez découvrir aussi l'article d'Hélène sur son blog, ci-dessous. Elle vous donne davantage de détails que moi, en particulier sur l'auteur et son parcours. 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 06:18
Rageot, 2017

Rageot, 2017

Les secrets pas graves sont ceux qui ne font de mal à personne, surtout pas à nous-mêmes. Par exemple, quand un copain nous dit qu'il aime bien une fille et qu'il ne veut pas qu'on le répète, ou quand on prépare un cadeau et qu'on préfère qu'il reste une surprise...

Les secrets graves. Ceux-là, ils font tout dur dans la tête et dans le ventre. Parfois, ils nous empêchent de dormir et éteignent nos sourires. On sent bien au fond de nous qu'on ne devrait pas les porter tout seuls. Alors qu'ils soient les nôtres ou qu'ils appartiennent à quelqu'un d'autre, il ne faut pas les garder, même si on nous a fait jurer de n'en parler à personne.
C'est ce que dit ma mère.
Les secrets graves, il faut les partager avec un adulte en qui on a confiance. Au moins un. Parce que si on les tait, ils risquent de grignoter notre bonheur.

En jouant à cache-cache avec ses sœurs, Robin, 10 ans trouve dans le grenier de ses grands-parents une mystérieuse horloge dans laquelle on peut pénétrer. Il découvre qu'une fois à l'intérieur, la personne qui s'y installe, acquiert un drôle de pouvoir : celui d'arrêter le temps ! 

Que va-t-il en faire ?

Grisé par sa découverte, Robin ne sait pas au début profiter de ce temps supplémentaire qui lui est accordé. Il arrête le temps quelques minutes pour dormir un peu plus le matin, faire des choses interdites comme par exemple tricher aux contrôles, ou mettre un peu plus de sucre sur son dessert en cachette de sa mère. 

 

Mais pourra-t-il pour autant empêcher ses parents de se disputer, ou Anthony d'être cruel, d'humilier et de harceler ses camarades de classe, ou de faire du mal aux animaux ?

 

Il est tellement obnubilé par cette horloge magique, qu'il en oublie son meilleur ami, Charly avec qui jusqu'à présent il partageait tout. Et le jour où il profite de son pouvoir pour gagner au jeu vidéo, Charly s'éloigne définitivement de lui...c'est vraiment de la triche !

 

Il faudra bien que Robin mûrisse un peu, apprenne à faire des choix et à répondre à des questions essentielles...

Quelles sont les choses réellement importantes dans la vie ? Suffit-il d'avoir un super pouvoir pour devenir un super héros ?

 

Voilà un livre qui se lit d'une traite...

Sous son aspect léger, le roman aborde des problèmes d'aujourd'hui, comme par exemple le fait que la plupart des gens courent après le temps, et ne savent plus profiter des petites choses de la vie qui sont pourtant les clés du bonheur.

Ils se privent ainsi des partages, de la complicité, du plaisir d'être ensemble. 

C'est aussi un roman qui aborde les secrets de famille, l'importance de l'amitié, le courage d'affronter ses peurs, et le pouvoir mais surtout ce que chaque individu va choisir d'en faire...le bien ou le mal ?

...Et si on contrôlait les autres, la vie deviendrait invivable, tu sais...Ils ne pourraient plus nous surprendre. Or il n'y a rien de plus doux, rien de plus fabuleux que d'être surpris par ceux que l'on aime alors qu'on croyait les connaître.

Ce roman est le premier tome d'une tétralogie jeunesse "Les plieurs de temps".

Voilà une histoire non seulement intéressante et riche en péripéties, mais sympathique et intelligente. A lire à partir de 8-9 ans. L'auteur se sert de l'histoire pour faire réfléchir son lecteur. 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 06:12
Editions La Vache qui lit

Editions La Vache qui lit

Pour ceux qui n'en ont pas assez d'entendre parler du Marquis de la Fayette sur ce blog, je vous présente aujourd'hui un livre jeunesse... pour vous faire patienter jusqu'à demain, où nous poursuivrons la visite du château  !

 

Il faut dire aussi que ce grand homme a marqué son temps et l'histoire de l'Amérique. Il a participé à l'abolition de l'esclavage, s'est investi dans deux révolutions en France, et s'est engagé pour la Déclaration des Droits de l'Homme. 

Mais il a aussi marqué la Haute-Loire et l'Auvergne parce qu'il est né à Chavaniac  le 6 septembre 1757.

Voici comment était alors le château... 

Le château de Chavaniac-Lafayette

Le château de Chavaniac-Lafayette

Le petit Gilbert passe sa jeunesse au château. Il sera très marqué par le décès de son père en 1759, victime d'un boulet de canon à Minden en Allemagne, puis de sa mère alors qu'il n'a que 12 ans. .

C'est un enfant passionné qui est entouré par les autres enfants vivant au château. Il n'aime pas être seul et adore sa région. On dit que c'est un enfant particulièrement érudit, d'une grande logique et capable de réflexions étonnantes pour son âge.

Les jeux avec les enfants

Les jeux avec les enfants

Le 11 avril 1774, alors qu'il sert dans l'armée française, il épouse Marie-Adrienne Françoise de Noailles...

Il a seize ans, elle en a quatorze. Malgré le mariage arrangé, ils auront une grande affection l'un pour l'autre et auront trois filles et un fils. 

Le mariage

Le mariage

En 1777, il embarque sur "la Victoire" pour aller se battre aux côtés des insurgés américains.

La Fayette, courageux défenseur de la liberté / Christian Robert

Revenu en France, il soutient la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen. 

La Fayette, courageux défenseur de la liberté / Christian Robert

En 1792, considéré comme un traitre, il est fait prisonnier et est emprisonné en Allemagne. Il ne reviendra en France que huit ans après.

En prison...

En prison...

Voilà un livre jeunesse que j'ai offert à mes petits-enfants lors de notre visite du château de Chavaniac en Haute-Loire.

Il relate les différents épisodes de la vie de ce grand homme et il lui rend hommage, tout en expliquant aux enfants les principaux événements qui ont marqué sa vie. 

Les auteurs désiraient faire passer un message aux jeunes lecteurs et leur montrer qu'un seul homme pouvait accomplir de grandes choses. C'est réussi ! 

 

Vero Béné, la dessinatrice s'est longuement documenté pour faire revivre le Marquis de La Fayette au fil des pages.

Nous le retrouvons dans sa vie quotidienne au château, durant son voyage en Amérique ou autres épisodes de sa vie comme la période où il a été emprisonné...

Les costumes et décors d'époque sont superbes et les scènes inspirées de tableaux de maîtres laissent toutefois la place à l'imaginaire. 

La Fayette, courageux défenseur de la liberté / Christian Robert

Christian Robert est né à Riom et a exercé plusieurs métiers avant de se consacrer à l'écriture. Il est passionné par la vie des personnages auvergnats qui ont marqué l'histoire. Il a également des talents de conteurs puisqu'il anime des émissions de radio où il raconte les histoires et les vies incroyables de ses personnages. 

Retrouvez-le sur son blog ci-dessous...

Partager cet article

Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 06:18
Rageot, 2018

Rageot, 2018

Hugo, Emma, Océane, et Nathan doivent continuer à protéger Céleste puisqu'ils sont devenus ses gardiens. Le mieux est donc qu'ils ne se fassent pas remarquer et qu'ils aillent au collège comme si de rien n'était.

Mais malgré les dons de persuasion d'Océane et l'insertion de Céleste au milieu des élèves, ils se rendent compte qu'un nouveau surveillant bizarre a fait son apparition...

Pas de doute c'est un pilleur ! Il a retrouvé leur trace...

Est-il seul ?

Les quatre amis arriveront-ils à le combattre et à remplir leur mission ? 

Comment empêcher les Pilleurs de coloniser la Terre ?

 

Une belle suite dans la lignée du premier tome qui donne envie de savoir ce qui va arriver à Céleste. 

Les quatre amis savent de mieux en mieux utiliser leurs pouvoirs et s'unir pour mieux se battre, mais cela ne les met que provisoirement à l'abri des terribles pilleurs, qui pour survivre dans notre monde doivent se nourrir de nos sentiments, ici la peur...

 

Après un tome 1 qui permettait de faire connaissance avec les différents personnages, le tome 2 entre directement dans l'action pour le plus grand plaisir des jeunes lecteurs de 7 à 11 ans. 

Vous pouvez nous détruire mais d'autres prendront notre place. Nous sommes dans vos cauchemars, dans vos drames, dans vos peurs. Nous nous nourrissons de vos guerres, de vos chagrins d'enfants et de vos peines d'adulte. Plus vous souffrez, plus nous devenons puissants.

L'humanité peut se montrer cruelle, égoïste et monstrueuse, explique Céleste de sa voix douce. Mais elle peut aussi faire preuve de compassion ou d'altruisme.

Partager cet article

Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 06:24
Rageot 2018

Rageot 2018

- Ce n'est pas possible, murmure t-elle.
La pierre qui s'est détachée a pris feu dans l'atmosphère. Elle se rapproche de plus en plus, et Emma refait ses calculs.
Elle n'arrive pas à y croire.
La météorite fonce droit sur leur ville !

- Une extra-terrestre s'écrase juste à côté de nous, nous demande de la protéger, et toi tout ce qui t'étonne, c'est qu'elle parle français ?

Grâce à Emma, passionnée de sciences, Hugo, Nathan et Océane découvrent une météorite tombée du ciel. 

A l'intérieur, une mystérieuse extraterrestre leur demande de la protéger : elle est en danger !

Ils décident de l'appeler Céleste et acceptent de devenir ses "gardiens". En échange, elle va donner à chacun d'entre eux des pouvoirs incroyables. Tout le problème est qu'il leur faudra découvrir lesquels, mais je vous rassure tout de suite, leurs pouvoirs seront en rapport avec leur personnalité.

 

Les personnages sont présentés en début d'ouvrage ce qui est une belle façon d'entrer dans l'histoire pour les plus jeunes lecteurs.

Emma est très intelligente. Elle aime les sciences et le bricolage. C'est elle qui va tout de suite plaire au lecteur.  

Océane à l'inverse ne pense qu'à son apparence et a un petit côté superficiel. Mais le lecteur découvrira qu'elle se sent parfois bien seule, car, si ses parents sont riches et lui proposent une vie facile, elle souffre du fait qu'ils ne soient jamais là pour elle. 

Nathan est un sportif-né. Il aime le VTT et la nature. Il n'a peur de rien et a un petit côté casse-cou qui ne manquera pas de plaire aux garçons, ce qui le différencie de Hugo, plus timoré, passionné de manga mais qui sait particulièrement bien dessiner.

 

Vous l'aurez compris chaque jeune lecteur  trouvera son compte dans cette histoire.

Il s'identifiera à un personnage, ce qui est  important pour découvrir le plaisir de lire. 

 

L'auteur sait faire vivre ses personnages et nous raconter leurs aventures avec beaucoup d'humour...

C'est un roman addictif avec juste ce qu'il faut de mystère pour satisfaire la curiosité des plus jeunes. Il nous parle d'amitié et de solidarité. 

Il ne présente pas de difficultés particulières de vocabulaire et peut être lu dès 7-8 ans. Il est écrit gros, les huit chapitres sont courts et le roman est abondamment illustré en noir et blanc.

 

Les enfants, filles ou garçons, seront fiers d'avoir lus tout seul 122 pages d'une histoire qui saura les tenir en haleine jusqu'au bout !  

Et s'ils se sont régalés, le tome 2 est déjà sorti...

 

En tous les cas, j'ai adoré redevenir une enfant en partageant cette lecture avec mon petit-fils qui vient d'entrer en CE1.  J'aurai adoré ce genre d'histoire à cet âge et lui, l'a également beaucoup aimé.

Une série idéale pour faire aimer la lecture aux 7-11 ans !

Pour la première fois, Céleste semble triste. Elle a déjà paru faible, surprise, inquiète, affolée...mais jamais au bord des larmes, comme maintenant.
- Mon monde n'existe plus, souffle-t-elle. Il a été détruit...

Partager cet article

Repost0
20 février 2019 3 20 /02 /février /2019 06:17
Rouge safran, 2016

Rouge safran, 2016

Penny sentit son cœur se gonfler d'émotion une fois à bord du Vagabond. Elle était tellement heureuse d'y revenir. Elle vit que Jules avait suspendu sa boussole qui pointait vers l'aventure au-dessus de la barre. Ce détail la fit sourire avec tendresse.

Il s'agissait d'un adulte aussi musclé qu'un athlète olympique sous sa tenue usée de mineur. Il portait une salopette trouée aux genoux, une chemise brune mal rapiécée aux coudes, ainsi qu'une lourde paire de bottes en cuir élimé...
On ne voyait pas son regard derrière les verres fumés rouges...
Penny grimaça, Jack se figea, Jules recula et même Rollo se fit tout petit.

Voici la suite des aventures de Penny commencés la semaine dernière ICI

 

Alors que Penny passe à nouveau des vacances chez ses grands-parents dans le petit village provençal de Lambesc, Jules se présente à la porte.

Maria a mystérieusement disparu de son époque : elle a été enlevée !

Tous deux se mettent en route pour retrouver Jack et son fidèle chien Rollo dont le lecteur avait fait connaissance dans le premier tome. 

 

Sans hésiter, Penny, Jules et Jack vont se servir de ce qu'ils ont appris précédemment, pour remonter le temps et tenter de découvrir ce qui est arrivé à Maria. 

Leur quête les mènera au cœur des  tableaux de Vincent Van Gogh dans le mystérieux "monde d'Impressionnie"...

Là, ils découvrent un monde où les apparences sont trompeuses, où tout est en permanence en mutation et où de mystérieux et terrifiants "Mineurs sans âme" et sans scrupules, kidnappent les enfants...pour mieux les exploiter et extraire le légendaire orichalque ! 

Arriveront-ils à échapper à leurs griffes ? 

 

L'inventivité de Cécile Duquenne est sans borne. Les enfants se retrouvent cette fois dans un monde magique, où l'espace-temps n'existe plus. 

Ils vont devoir entrer dans un tableau et, pour s'en sortir, en apprendre beaucoup sur le peintre (du coup le lecteur en profite aussi!).

L'humour que nous avions découvert dans le premier tome de la série est toujours bien présent, et l'aventure encore une fois au rendez-vous. 

 

Si ce tome-là n'appartient plus à proprement parler au steampunk, on y retrouve une ambiance particulière, chère à l'auteur. 

Le lecteur s'attache de plus en plus à Penny, qui est non seulement extrêmement débrouillarde, mais qui en plus n'est jamais à court d'idées et de réparties. 

 

J'adore aussi tous les clins d’œil concernant nos célébrités qui ne savent toujours pas à quel point ils vont devenir célèbres un jour, mais nous oui, et ce décalage est un régal !

Quoi que je crois bien que Jules a commencé à deviner certaines choses sur son avenir...

 

Un roman à lire tout seul dès 9 ans et à écouter dès 7 ans, pour donner envie de grandir et de le lire un jour tout seul.

Il faudra attendre un peu pour que je vous présente les tomes suivants car je ne les ai pas encore lu...

Partager cet article

Repost0
11 février 2019 1 11 /02 /février /2019 06:18
Autoportrait (emprunté sur le site du musée : https://www.musees.strasbourg.eu/a-propos-tomi-ungerer)

Autoportrait (emprunté sur le site du musée : https://www.musees.strasbourg.eu/a-propos-tomi-ungerer)

Ce week-end, j'ai appris comme beaucoup d'entre vous, le décès du célèbre dessinateur Tomi Ungerer.

Je lui rend ici aujourd'hui, un bref hommage... 

Les albums doivent donner aux enfants le goût de la vie même s'il est amer...

Connu en France pour ses albums jeunesse qui sont devenus des classiques, l'auteur du géant de Zéralda, et des Trois Brigands, avait bouleversé en son temps, les codes de la littérature enfantine. 

 

Son oeuvre est multiple et créative. Plus de 140 livres : contes pour enfants, recueils d'aphorismes en allemand, anglais ou français (il est trilingue), des recueils satiriques et...des livres érotiques qui constituent un quart de sa production, ce que j'ai découvert assez tard dans ma carrière de bibliothécaire, car en France, on n'appréciait pas vraiment ce côté multiforme de l'artiste. 

 

C'est donc aux Etats-Unis qu'il est propulsé sur le devant de la scène littéraire. Il y arrive en 1956 et y passe la presque totalité de sa carrière.

Là-bas, il crée ses premières affiches publicitaires qui marqueront les esprits tant aux Etats-Unis dans les années 60 qu'en Allemagne, dans les années 70...

 

Parallèlement, il publie des albums pour enfant. Un de ses premiers albums "Les Mellops font de l'avion" gagnera un prix. Puis en 1958, ce sera au tour de l'album "Crictor", dont le héros est un serpent...

 

Tomi Ungerer a cassé les codes, car il a  permis  à tout un panel d'animaux, inconnus jusque-là dans la littérature pour enfants, d'entrer dans ses albums (plus de 70 titres) : le vautour, la pieuvre, le boa...de quoi modifier les mentalités durablement. Mais il a aussi, comme d'autres auteurs jeunesse, sorti la littérature pour enfants de sa "mièvrerie". 

 

Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer
Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer

Quelques-uns des albums pour la jeunesse de Tomi Ungerer

 

Dans son dernier livre jeunesse, plutôt philosophique, intitulé "Ni oui ni non", il répond aux questions existentielles des enfants...

 

 

 

Son style léger, malicieux et poétique a conquis des milliers d'enfants et leurs parents. Avec pudeur et sincérité, il savait parfaitement décrire l'humain, nos rêves, nos sentiments et nos pensées les plus secrètes...

 

De plus, il s'est toujours engagé dans ses créations contre toutes les formes de dictature et d'injustice comme ci-dessous...

 

 

Le Musée Tomi Ungerer à Strasbourg contient pas moins de 11 000 dessins originaux, parmi lesquels des publicités de l'âge d'or américain, des caricatures, des dessins érotiques et des dessins pour enfants. 

Mais il contient aussi des sculptures et 6000  jouets provenant de la collection personnelle du dessinateur. 

 

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez aller voir le blog de Lavandine qui a consacré plusieurs articles très intéressants à Tomi Ungerer, en juin dernier et en particulier ICI, et ICI...

 

Lui qui pensait qu'il fallait "traumatiser les enfants" pour qu'ils aient une identité, avait vécu des choses difficiles dès sa plus tendre enfance : la disparition de son père alors qu'il n'avait que trois ans et... la guerre. Il a alors juste 7 ans. Les Allemands annexent l'Alsace mais malgré l'interdiction de parler le français, les Ungerer le parlent encore.. Mais tout cela, vous le trouverez sans problème sur internet !

Donc, pour connaître sa biographie et sa bibliographie, encore une fois, l'article de Wikipedia sera précieux ICI, ou bien le résumé chronologique sur le site du musée ICI

Mais c'est en vous rendant sur le site de l'auteur que en saurez le plus...

Quand j'écris, je réponds à une attente de l'enfant que j'étais.

Partager cet article

Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 06:20
Rouge Safran, 2015

Rouge Safran, 2015

Penny ouvrit les yeux sur un ciel bleu et sans nuages.
« Quelque chose ne va pas, songea-t-elle en fronçant les
sourcils. Soit une tempête a emporté le plafond de ma chambre,
soit je me trouve dans le jardin. »

Pourquoi sommes-nous là ? répéta Jules, excédé.
Penny se doutait déjà de la réponse : Arsène Lupin étant un cambrioleur, il leur avait forcément dérobé quelques chose...

Penny sentit son cœur s'arrêter de battre. Ses mains tremblèrent d'espoir. Elle avait vraiment envie d'entrapercevoir quelques parcelles de son futur. Serait-elle quelqu'un d'important ? Réussirait-elle dans la vie ?

Pénélope, surnommée Penny, passe des vacances tranquilles chez ses grands-parents qui habitent en Provence, dans le village de Lambesc.

Elle aime lire, faire des randonnées avec sa grand-mère ou fréquenter la piscine...et quand il fait trop chaud, le farniente est de rigueur.

Un matin, elle se réveille dans un étrange jardin qu'elle ne connaît pas.

Elle ne tarde pas à croiser deux autres enfants : Jules et Maria. Penny comprend très vite qu'elle est retournée dans le passé ! 

Le jardin est peuplé de mystérieuses créatures et d'automates assez effrayants qui semblent avoir un certain pouvoir.

Tous trois vont s'unir pour tenter de comprendre ce qu'ils font là.

Ils découvrent, abasourdis, qu'ils sont arrivés chez Arsène Lupin, le célèbre gentleman cambrioleur.

 

Qu'ont-ils en commun tous les trois ? 

Comment vont-ils réussir à rentrer chez eux ? 

Tout le problème est là !

Ils apprennent qu'ils doivent d'abord récupérer ce qu'Arsène Lupin leur a volé, mais, comme ils ne savent pas ce que c'est, l'entreprise va être un petit peu plus compliquée que prévue.

D'autant plus que Penny réalise, que Jules et Maria ont en commun d'être de futurs personnages célèbres, et qu'à l'intérieur du manoir, les attend un certain Jack.

Devinerez-vous comme elle de qui il s'agit ? 

 

Voilà un roman jeunesse tout à fait agréable à lire, écrit par un jeune auteur provençal connue pour ses romans de style steampunk. Je vous avais d'ailleurs présenté son roman, "Les foulards rouges"sur ce blog.

C'est le premier roman jeunesse de steampunk que je lis et l'ambiance rétro est bien là ! 

Que ce soient les références historiques, le décor du Manoir,  les différents personnages et leurs vêtements, le mécanisme des automates, le fonctionnement des créatures, tout dans le roman est décrit avec une grande minutie.

 

Les enfants vont vouloir en savoir plus, je vous l'assure, car l'histoire est conçue pour leur donner envie de mieux connaître Jack, Maria, et Jules devenus célèbres une fois adultes, et bien sûr, vous l'aurez compris, notre gentleman cambrioleur préféré, Arsène Lupin.

De plus, d'autres personnages empruntés au XIXe (ou au tout début du XXe) apparaissent dans l'histoire...

Mais je ne vous en dirai pas plus !

J'ai beaucoup aimé découvrir la jeunesse fictive de ces personnages hauts en couleur, qui déjà ont un caractère bien à part, mais qui ne sauront jamais ce que l'avenir leur réserve et que Penny, qui vient du futur comme nous, a deviné.

J'ai trouvé que c'était une formidable idée de les faire ainsi intervenir dans l'histoire.

Vous l'aurez compris ce roman jeunesse est un roman d'aventure, empli de mystère, et non dénué d'humour, et... un roman de style steampunk. 

 

La lecture est tellement addictive que le lecteur n'a qu'une envie : savoir si les aventures de Penny ont une suite et ça tombe bien, car c'est le cas justement : ce roman ne constitue que le début de ses aventures ! 

A lire dès 9 ans

 

Vous êtes curieux d'en apprendre davantage sur le steampunk...et bien rendez-vous sur mes articles ICI, ICI et surtout LÀ ! 

Ou alors, pour ceux qui ne la connaisse pas encore, allez faire une petite visite sur le blog d'Eliane ci-dessous et taper le mot-clé steampunk...

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 06:23
PKJ 2015

PKJ 2015

- Maître...le monde est à vous, le fruit s'est brisé...Qu'est-ce donc qui vous trouble ?
-Le fruit ne peut pas être détruit. Les fragments sont encore imprégnés de pouvoir, et le seront toujours...

Ce tome 5 termine la série en beauté ! Il nous a permis de suivre les aventures des mêmes personnages et en particulier de Sofia, la fille-dragon. 

 

Bien sûr vous avez intérêt à lire les tomes dans l'ordre et à ne pas lire ce qui va suivre si vous voulez découvrir par vous-même l'histoire et conserver un certain suspense !

 

Thomas et le Professeur sont devenus des Assujettis.

Sofia découvre avec effroi qu'il en est de même de tous les êtres humains sur terre.  Désespérée, elle arrive à contrer les méfaits chez eux en les attachant à la Gemme...

Il n'y a aucun doute là-dessus, Nidhoggr est de retour ! Le sceau qui l'empêchait de se libérer et qui s'était considérablement affaibli, vient de rompre et il a maintenant toute latitude pour nuire aux hommes. 

Il n'y a qu'une seule solution à ce désastre planétaire, c'est retrouver le dernier fruit de Thuban et restaurer l'Arbre-Monde. Mais encore une fois cette quête semble bien compromise. 

 

Sofia cette fois ne sait pas du tout où se trouve le fruit et surtout, ce qui l'affole, c'est qu'elle ne le sent pas...

Et voilà que Karl et Fabio qui sont partis à la recherche du fruit, reviennent. En chemin ils ont été obligés d'aider Nida à se sauver des griffes du terrible Ofnir, le plus puissant des hommes qui se battent aux côtés de Nidhoggr. Si Ofnir est là, c'est que Sofia ne s'est pas trompée : le monde est désormais sous l'emprise de Nidoggr.

 

Karl découvre alors une solution dangereuse pour localiser le fruit... 

C'est Fabio qui se porte volontaire pour tenter l'expérience. Il va découvrir que le fruit a été brisé en morceaux, libérant ainsi le sceau.

Il faut donc que nos dragoniens préférés se séparent pour pouvoir réunir tous les débris mais, vous vous en doutez, leur quête ne sera pas de tout repos, et les difficultés les attendent.

De plus, en chemin, ils s'aperçoivent que peu à peu, les dragons qui dormaient dans leur corps, ne leur répondent plus...et que leurs pouvoirs ont disparu. 

 

Comment faire alors pour sauver Dragonia ?

Sofia, réussira-t-elle à regagner la cité blanche et à trouver la solution pour exterminer Nidoggr à jamais ?

Un dernier opus captivant ! 

 

Je crois que le moment est venu de rendre à l'Arbre-Monde ce qui lui appartient.
Le cœur battant, Sofia prit trois fruits tandis que Lung ramassait les deux autres. Ils s'approchèrent doucement de l'Arbre et Sofia eut l'impression de participer à un événement sacré.

Sofia avait passé une bonne partie de sa vie de Dragonienne à vouloir être "normale", à souhaiter pouvoir un jour oublier cette absurde aventure entre magie et créatures mythologiques...
Or, à présent que ce moment était proche, ce mot était bien plus amer qu'ils n'auraient pu l'imaginer.

 

J'ai eu du plaisir à suivre l'évolution de Sofia et de ses compagnons. Ce tome trouve Sofia, plus mature que jamais. Elle sait enfin ce qu'elle veut faire et ce qu'elle doit faire. Elle va devoir renoncer à beaucoup de choses, comprendre  son passé, et en particulier pourquoi sa mère l'a abandonnée, accepter la réalité telle qu'elle est, et renoncer à des êtres chers.

 

Mais elle sait à présent qui elle est vraiment...

Une excellente fin, emplie de sagesse, qui permettra aux ados de réfléchir à leurs propres désirs ! 

Sans toi je ne suis rien.
- Tu te trompes, Sofia. Ce n'est pas moi [Thuban] qui fais de toi la personne que tu es. Désormais, tu peux marcher seule. Nous avons tous peur du changement, Sofia. cependant vient le moment où nous devons grandir et chercher notre voie...
Tu n'as pas besoin d'un dragon dans le cœur pour réussir à voler...

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 06:24
PKJ 2014

PKJ 2014

Cette fois, elle n'avait pas besoin d'être forte, cette fois, elle pouvait se permettre toute la faiblesse qu'elle voulait. Elle estimait même qu'elle le méritait....
elle se sentait seule comme jamais auparavant : seule avec ses échecs, avec toutes les responsabilités qui lui tombaient dessus à l'improviste. Elle aurait voulu disparaître que son lit soit des sables mouvants qui l'avalent lentement et sans douleur.

Seul celui que tu es en ce moment m'intéresse, et ce que tu as fait pour moi.

 

C'est en Écosse, pour Édimbourg exactement que Sofia, Lidja, Karl et le professeur embarquent et cette fois même Fabio est du voyage ! 

Sofia a en effet rêvé d'un étrange cimetière et les indices ont désigné celui de Greyfriars, célèbre en Ecosse. 

 

A leur arrivée, ils découvrent que récemment, Chloé, une jeune adolescente, a mystérieusement disparu dans des circonstances inquiétantes qui semblent encore une fois être l'oeuvre du terrible Nodhogger.

Là-bas, non seulement le groupe découvre que Chloé a un frère jumeau, Ewan, mais en plus une maman, ce que jusqu'à présent aucun des dragoniens n'avait...et c'est une maman inquiète, affectueuse, et même un peu envahissante, juste ce qu'il faut pour se sentir en sécurité et aimé.

Cela perturbe tout le monde mais surtout Fabio qui a tant souffert à la mort de la sienne et Sofia qui ne connait pas sa mère et qui voudrait comprendre pourquoi elle a été abandonnée... Mais la mission demande encore une fois toute leur attention et leur énergie !

 

Ils vont découvrir que le fruit qu'ils recherchent, est intégré dans le corps des jumeaux, et que chacun d'eux en possède une moitié. Les jumeaux partagent donc l'esprit de Kuma, leur dragon...

Sofia comprend que le terrible Nidhogger n'est plus prisonnier et qu'il devient de plus en plus dangereux.

Comment récupérer le fruit sans blesser les jumeaux, d'autant plus que Nidhogger a intégré le corps de Chloé et que lorsque les jumeaux sont séparés leurs pouvoirs sont diminués ?

 

Tout en luttant pour résoudre ces problèmes, Sofia va devoir affronter son passé et découvrir des pans entiers que le professeur lui avait cachés jusque-là.

Mais elle va découvrir aussi qu'elle ne peut pas se passer de sa nouvelle famille, ni d'amour, mais chut je ne vais pas vous en dire davantage. La pauvre, à 14 ans à peine, va être confrontée à la douloureuse réalité tout en étant obligée de prendre des décisions importantes pour le groupe, comme un vrai chef. En sera-t-elle capable, elle qui doute toujours autant d'elle-même ? 

 

Dans ce tome, vous l'aurez compris, il est donc question d'amour maternel.

Une mère est-elle forcément notre mère biologique ou celle qui nous a chouchouté et aimé ?

Il est également question du pardon, celui qu'on accorde aux autres et celui qu'on s'accorde à soi-même quand on a commis un acte dont on n'est pas fier.  On ne se résume pas à cet acte.

Il est question comme dans le précédent tome de différence et nos dragoniens rêvent par moment d'être "comme tout le monde", ce qui est bien de le cas de la plupart des ados qui veulent se fondre dans le groupe et dans la norme.

 

Aventure, magie, dragons et sentiments sont encore au rendez-vous.

J'ai toujours pensé que les romans fantasy étaient des contes pour les grands et que si on aimait les uns, on aimait forcément les autres. Je sais que cela ne se vérifie pas parmi mes lecteurs mais en tous les cas pour moi, c'est évident ! La plume de l'auteur et sa façon de parler de thèmes importants sans en avoir l'air, contribue bien évidemment à mon plaisir de lectrice. 

C'est toutefois un tome de transition où il y a moins de rebondissements que dans le précédent.

Il me reste à lire le dernier de la série et qui sait...peut-être que le monde sera sauvé ! 

Rendez-vous mercredi prochain donc...

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 06:22
PKJ 2014

PKJ 2014

Le temps suit des règles immuables, c'est une sorte de jeu de dominos cosmique, plein de ramifications, impossible à contrôler. Si tu enlèves un domino, la mosaïque est si complexe que ce petit geste peut entraîner la chute de tous les autres.

 

Nous retrouvons avec grand plaisir Sofia et ses compagnons en quête des fruits de l'Arbre-Monde. Cette fois pour contrer le dangereux Nidhoggr, ils doivent se rendre en Allemagne.

 

En effet, alors que Sofia se trouve auprès de la Gemme, elle s'aperçoit que celle-ci perd de son éclat avant de se remettre à briller moins intensément.

Pour le professeur  Schlafen il n'y a qu'une seule signification possible...soit il est arrivé quelque chose à un des fruits, soit à un des dragoniens.

Immédiatement Sofia se fait du souci pour Fabio dont ils n'ont plus de nouvelles depuis qu'ils ont quitté Bénévent et qu'il n'a pas voulu les suivre. En plus, les lecteurs le savent à présent, elle en est tombée secrètement amoureuse de lui.  

C'est alors que le professeur découvre qu'à Munich, Karl un jeune homme, a été retrouvé mort sur Marienplatz avec d'étranges brûlures noires, marques évidentes pour lui du terrible Nidhoggr et de ses acolytes. 

S'il était lui-aussi un Dragonien, alors l'heure est grave car chacun a pour mission de retrouver un des fruits et de sauver le monde...si l'un d'entre eux vient à disparaître, cet espoir est anéanti à jamais !

 

Les voilà donc en route pour la ville natale du professeur où il n'a pas remis les pieds depuis six longues années...C'est la première fois que Sofia prend l'avion et quitte l'Italie ce qui ajoute du piment à l'aventure. 

Mais une fois là-bas, les choses sérieuses commencent, elle va devoir pénétrer dans le grand musée des Sciences pour s'emparer d'un sablier antique, bien caché. Il a été fabriqué avec du bois de l'Arbre-Monde...C'est lui le Maître du Temps !

Avec ce sablier, ils vont pouvoir remonter le temps et modifier le cours du présent...

Mais utiliser ce sablier n'est pas sans danger car vouloir changer le fil du temps peut avoir des conséquences dramatiques et pour le monde et pour les Dragoniens...et pourtant c'est aussi la seule solution qui apparaît à nos héros pour sauver Karl...et le monde !

Ils vont être aidés par Effi la mère adoptive de Karl qui se sent coupable de sa mort...

Coupable de quoi exactement ? 

Vous le saurez en lisant ce tome toujours aussi prenant et riche en rebondissement. Il faut juste savoir que Effi est aussi, comme le professeur, une Gardienne et que des Gardiens dans le monde, il n'en reste plus que deux pour veiller sur les Dragoniens et les aider à remplir leur mission...

 

Sofia avait tissé des liens très forts avec Lidja, et avait appris à ne pas céder à l'envie chaque fois qu'elle se comparait à elle, la perfection incarnée. Lidja de son côté, aimait le caractère réservé de Sofia, et savait qu'en cas d'urgence elle était capable de ressources dont n'aurait pu rêver un autre Dragonien.

 

Dans ce tome, la série prend un nouveau tournant. Le lecteur connaît mieux les personnages, il a tous les éléments pour comprendre leur quête.

De plus l'auteur, s'il nous fait entrer très vite dans l'action, ajoute quelques éléments permettant de se remémorer ce qui s'est passé dans le tome précédent...

J'ai préféré ce tome aux deux précédents : le lecteur y retrouve de la magie, des combats, de la passion et beaucoup d'émotions. Il y a davantage de rebondissements imprévisibles à mon avis pour les plus jeunes (nous bien sûr on devine davantage de choses !).  

Les pouvoirs des Dragoniens se sont transformés et nous savons que rien ne pourra les arrêter...Ils ont accepté leur destin, sont déterminés et courageux et en plus ils savent à présent s'entraider. 

Sofia est devenue plus mûre et raisonnable, plus sûre d'elle aussi et donc plus agréable à vivre (et donc du coup beaucoup plus sympathique). Elle a changé car elle se sent aimée et la vie qu'elle partage avec le professeur et Lidja qu'elle apprend à mieux connaître à présent, ressemble de plus en plus à celle d'une véritable famille. Elle avait besoin de cette sécurité affective pour oublier qu'elle n'a pas connu ses parents. 

Lidja de son côté est heureuse de son amitié avec Sofia, elle qui a vécu toute sa vie au cœur d'un cirque entourée uniquement d'adultes. Toutefois elle n'a rien perdu de son caractère indépendant.

Quand au professeur, son cœur va être bien malmené dans ce tome, mais chut je vous laisse la surprise de découvrir pourquoi. Et le mystérieux Fabio me direz-vous, là vous exagérez je ne vous en parlerai même pas ! 

Le roman fantasy est, c'est l'occasion que je le rappelle ici le genre littéraire le plus lu parmi les pré-ados et les ados. De plus ce qui ne gâche rien pour donner envie de lire, les couvertures sont souvent de vrais merveilles ! 

Et la plume de Licia Troisi est irréprochable. 

Cette série s'adresse aux enfants de plus de 9 ans et aux pré-ados jusqu'à 12-13 ans. 

La suite mercredi prochain...

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 06:21
Pocket jeunesse 2013

Pocket jeunesse 2013

Sur son front, le grain de beauté émit soudain une chaleur familière et se mit à battre : l'esprit de Thuban était là...
Elle était prête et combattrait si nécessaire.

Sofia releva les yeux, émue que le professeur se montre si affectueux, qu'il se préoccupe de son bien-être...Toutefois ce n'était pas de distractions qu'elle avait besoin. Elle voulait être auprès de lui, car il était la seule personne qu'elle puisse appeler sa "famille".

 

Voici la suite des aventures de Sofia et de Lidja qui doivent à présent trouver le second fruit de l'arbre-monde.

Depuis qu'elles ont découvert qu'elles étaient des dragoniennes et qu'en elles dormaient l'esprit de Thuban et de Rastaban, elles se sentent différentes, à la fois plus fortes et déterminées à empêcher l'horrible Nidhogger de s'emparer du monde...

 

Sofia a maintenant une famille, mais son bonheur est de courte durée. Tandis que le professeur  part à la recherche d'un nouveau dormant, c'est son rôle de gardien, Sofia est obligée de vivre avec les gens du cirque qui poursuivent leur tournée et se rendent à Bénévent, la ville des sorcières. D'ailleurs Sofia rencontre une étrange vieille dame dès qu'elle se promène seule...

Elle est obligée, pour participer à la vie commune, d'accepter de se faire enrôler comme clown et, malgré son succès évident sur scène n'accepte pas de se faire ridiculiser en public.

Elle a tant souffert des moqueries de ses camarades, quand elle était à l'orphelinat !

En fait entre nous je trouve qu'elle a vraiment mauvais caractère...

Un soir de représentation, un garçon magnifique et mystérieux se présente au spectacle. Sofia en est toute tourneboulée et ne peut que constater les dégâts : elle est amoureuse...

 

Mais alors qu'elle décide de le suivre, pour en savoir plus sur lui, elle découvre qu'il s'agit d'un assujetti c'est-à-dire qu'il est au service de Nidhoggr, son ennemi !

Sofia est bouleversée.

Pourtant c'est un dormant lui aussi, elle en est sûre et ils ont des souvenirs communs. 

 

Il faudra bien que Sofia comprenne la signification de toutes les visions qu'elle n'arrive pas à maîtriser dès qu'elle marche dans la ville, et quelle est la légende de l'arbre d'Idhunn, ce mystérieux noyer qui a été abattu  et qui était gardé par des prêtresses, des sorcières qui ont mystérieusement disparues en même temps que lui. 

Sofia va devoir croire en ses pouvoirs...elle n'a pas le choix !

 

Fabio.
Il leva la main et la salua. C'était la première fois que Sofia voyait sur ses lèvres un sourire aussi franc, sans souffrance ni aucun nuage de tristesse...
Elle le reverrait.
Elle en était sûre

 

Ce tome deux démarre beaucoup plus rapidement que le tome 1.

C'est normal puisque l'histoire est en place et que le lecteur connait les personnages. L'action est donc au rendez-vous, les personnages intéressants, et les combats nous tiennent en haleine. 

Sofia devient plus sûre d'elle. Avoir en soi l'esprit d'un puissant dragon n'est pas facile à vivre tous les jours pour autant. 

 

Comme dans le tome précédent, ce roman aborde le thème de la différence, de la difficulté de vivre et d'être accepté quand on est différent et des idées préconçues que l'on se fait quand on ne connaît pas les autres...

Bien sûr tout cela reste parfaitement compréhensible par les plus jeunes. 

Une bonne série de fantasy à lire à partir de 9-10 ans. 

 

La suite mercredi prochain...

 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 06:20
Pocket Jeunesse 2013

Pocket Jeunesse 2013

Il y a presque trente mille ans, le monde était bien différent. L'homme vivait en osmose avec la nature, et les dragons étaient les maîtres de la Terre. Ils en réglaient la vie, étaient les gardiens de l'ordre, guidaient le comportement de l'homme, jusqu’à ce que le mécanisme magique et parfait de la nature s'enraye...

 

Cela fait longtemps que je n'avais rien lu de Licia Troisi, un auteur de romans fantasy que j'ai découvert en 2011 avec "Les chroniques du monde émergé"; puis "Les Guerres du monde émergé" et enfin "Les légendes du monde émergé", trois trilogies que les adolescents "s'arrachaient" au CDI de mon collège et que j'avais lu avec un grand plaisir à l'époque pour pouvoir en discuter avec eux. 

Aussi, lorsque pendant les vacances d'été, je suis tombée sur cette nouvelle série, je n'ai pas hésité une seconde à l'emprunter à la médiathèque de mon village. Elle s'adresse en fait à des pré-adolescents et se lit plus facilement que les titres que j'ai cité précédemment. 

 

De temps en temps, cela me fait du bien de relire des romans pour ados et la fantasy est un genre particulier, proche du conte avec toujours beaucoup de magie, de l'aventure et un monde parallèle qui fait rêver (ou qui fait peur, c'est selon). 

Comme j'aurais aimé pouvoir lire ce genre de romans quand j'étais enfant ou ado ! Alors, le temps d'une lecture, je me permets de redevenir petite, ça repose et finalement ce sont des livres qui se lisent avec plaisir...

 

Elle se trouvait dans une pièce plus vaste que les autres, entièrement recouverte de fresques. Sofia resta sans voix devant son extraordinaire beauté. L'artiste n'avait utilisé que des tons de rouge incroyablement vifs...
Des silhouettes brillantes se détachaient sur le fond écarlate. Des femmes dansaient, enveloppées de draps qui tournoyaient autour d'elles...

 

L'histoire

Sofia, 13 ans,  est orpheline et traîne son ennui à l'orphelinat où elle ne brille pas par ses résultats ni par son intégration dans le groupe. En fait elle subit constamment les moqueries de ses camarades à cause d'un grain de beauté, de couleur verte qu'elle possède entre les deux yeux. Un jour, alors qu'elle ne s'y attend pas, elle apprend que quelqu'un vient de se présenter à l'orphelinat pour l'adopter.  Celui qu'elle appellera désormais le professeur, aurait connu son père et aurait mis des années à la retrouver pour se charger de la mission que celui-ci lui aurait confié.

Il est professeur d'ethnologie et l'emmène dans une étrange et austère demeure au bord d'un lac. Étrange, car la décoration qu'il a prévu dans sa chambre ressemble à s'y méprendre à un des rêves de Sofia, une cité blanche qui semble flotter dans les airs. 

C'est alors que tout semble aller pour le mieux, que des événement inattendus pousse le professeur à révéler à Sofia qu'elle est une "Dormante", habitée par Thuban, un puissant dragon aujourd'hui disparu et qui ne peut vivre qu'à travers elle.

 

Sofia se rebelle car elle ne veut pas croire que c'est son destin. Elle pense que le professeur ne l'aime pas, qu'il lui a menti et est venu la chercher à l'orphelinat uniquement pour accomplir cette terrible mission : retrouver les fruits qui devront permettre à l'arbre-monde de revivre et aux dragons de revenir s'occuper du monde.

 

Mais le terrible Nidhoggr veille... C'est une maléfique vouivre qui est à l'origine de la transformation du monde et de la disparition des dragons.

Le laissera-elle retrouver ses pouvoirs, sortir de sa prison et ne répandre plus que le mal sur Terre ? Acceptera-t-elle les missions qui lui ont été confiées  à sa naissance ? 

Les serviteurs de Nidhoggr sont déjà au travail : Nida et Ratatoskr rôdent à la recherche des fruits, prêts à anéantir les dormants pour s'en emparer avant eux.  Sofia doit réagir, et vite...

 

La ville baignait dans le bleu d'un ciel extraordinairement limpide. Ses tours blanches resplendissaient au soleil, ainsi que ses fontaines de marbre, les jardins luxuriants qui ornaient ses places et ses ruelles étroites...
Elle avança sur le balcon en verre et vit les nuages sous elle. Elle volait et, curieusement, n'était pas effrayée, elle qui souffrait d'un vertige terrible dès qu'elle posait le pied sur une échelle.

 

L'histoire est simple et "déjà vue" dans le monde de la fantasy, mais cela n'a en rien entaché mon plaisir de lire ce roman. 

C'est un roman intéressant par les valeurs de bien et de mal qu'il véhicule et grâce à une héroïne attachante, qui doute toujours d'elle-même mais qui va peu à peu prendre de l'assurance au fur et à mesure que ses pouvoirs se révèlent.

De quoi rassurer toutes les pré-adolescentes timides et peu sûres d'elles...un jour, c'est certain,  elles deviendront de superbes jeunes femmes, bien dans leur peau et qui sauront comment construire leur vie.

A côté de Sofia, il y a Lidja qui elle ne manque pas d'assurance mais cache bien ses problèmes. Elle aussi est une "Dormante". Elle a été élevée dans un cirque et c'est son unique famille.

L'histoire plaira aussi aux garçons car leur rôle est toujours celui des sauveurs et à cet âge, c'est réconfortant d'y croire encore un peu.

 

Je ne boude pas mon plaisir puisque je suis déjà en train de lire le tome 2. Le fait que l'histoire soit proche du conte et imprégnée de mythologie nordique y est aussi pour beaucoup.  Je me suis laissée dire qu'il y en aurait d'autres ensuite. Et oui...un volume pour chaque aventure, et une aventure pour chaque fruit perdu de l'arbre-monde,  à retrouver donc pour  chacun des dragons disparus...

A lire à partir de 10 ans sans problème et si vos enfants sont amateurs de fantasy. 

La suite mercredi prochain...

 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -