Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 06:11
Le marché aux fleurs juste à côté du parking

Le marché aux fleurs juste à côté du parking

 

La promenade dans les rues nous apprend toujours beaucoup de choses sur une ville ou un village, que ce soit en regardant les noms de ces rues où en observant les monuments, les statues, ou tout autre patrimoine, petit ou grand, laissé par les habitants.

 

La première chose que l'on voit en arrivant à Sanary en dehors de la tour carrée...c'est la mer et bien sûr le port dont je vous parlerais un jour prochain.

 

Sanary et le port vu d'en-haut

Sanary et le port vu d'en-haut

 

La tour carrée appelée aussi Tour romane, a été érigée vers 1300 à l'époque où la ville s'appelait encore Saint-Nazaire et dépendait d'Ollioules comme je vous l'ai expliqué dernièrement. Elle est un exemple typique de l'architecture romane militaire. Elle mesure 21 mètres de hauteur et se voit donc de loin. 

Au départ, elle servait de tour de guet et était entourée d'un fossé de défense afin de protéger la garnison et surtout les armements. Vers 1507, des maisons sont construites à proximité et la tour cessera peu à peu de fonctionner comme tour de guet au cours du siècle. On l'utilisera ensuite comme une prison, puis un grenier pour les provisions et le fossé sera définitivement comblé au début du XVIIIe siècle. 

Au dernier étage se trouve encore l'ancien pigeonnier. 

 

La Tour carrée cachée en partie par l'hôtel qui porte son nom

La Tour carrée cachée en partie par l'hôtel qui porte son nom

 

Restaurée par la ville, elle est ouverte au public depuis 1990 et son musée se visite également. Il s'agit d'un musée international d'archéologie sous-marine. Ses collections proviennent de fouilles effectuées dans la baie de Sanary et la rade du Brusc. Il a été baptisé "Musée Frédéric Dumas" en hommage à un passionné de plongée.

Sanary est en effet la cité historique de la plongée sous-marine. Les trois "Mousquemers" que sont Frédéric Dumas, Jean-Yves Cousteau et Philippe Tailiez s'y sont rencontrés et y firent de nombreuses expérimentations. Ils ont testé ici leur matériel de plongée, parfois unique...

Le musée présente dans ses salles, toute une collection d'équipements de plongée et les amateurs peuvent y découvrir l'étendue des progrès réalisés dans ce domaine.

 A visiter un jour prochain donc lorsque je retournerai m'y balader...

L'entrée du musée dont une partie se trouve dans la tour

L'entrée du musée dont une partie se trouve dans la tour

 

En longeant le port, nous apercevons l'église Saint-Nazaire, appelée aussi l'église Saint Nazaire-Saint Celse.

Elle a été construite à la fin du XIXe siècle dans un style néoroman par Michel Pacha en remplacement de l'ancienne église du XVIe. 

Ce personnage célèbre à Sanary, de son vrai nom Marius Michel, était officier de marine et architecte. C'est lorsqu'il est devenu maire de la ville qu'il décida d'y faire des transformations importantes et de la moderniser pour en faire une station balnéaire. 

En 2000, l'intérieur a été décoré de fresques d'inspiration byzantine...que je ne vous montrerai pas car je ne l'ai pas visité. 

 

L'église Saint-Nazaire
L'église Saint-Nazaire

L'église Saint-Nazaire

 

La fontaine de l'agriculture, c'est son nom a été érigée en hommage à l'agriculture, car malgré les apparences, et la proximité de la mer, Sanary a toujours été un pôle important pour l'agriculture dans l'arrière-pays. 

Une autre statue est érigée en hommage à la marine. 

La fontaine de l'agriculture

La fontaine de l'agriculture

Statue et fontaine vues de prèsStatue et fontaine vues de près

Statue et fontaine vues de près

 

En se promenant sur le port on aperçoit aussi l'horloge située sur le fronton de la mairie...elle date de 1890. 

L'horloge

L'horloge

 

Tout près des travaux, l'hôtel-restaurant de la Tour tente d'attirer les touristes avec ses jolies tables colorées...mais ce n'est pas très drôle car personne ne peut voir le port à travers les grosses toiles tendues pour sécuriser les lieux. 

L'ambiance est là mais personne n'est assis au-dehors.L'ambiance est là mais personne n'est assis au-dehors.

L'ambiance est là mais personne n'est assis au-dehors.

 

Dans les rues qui montent vers la petite Chapelle Notre-Dame de la Pitié dont je vous ai parlé cette semaine, on passe devant la maison Cousteau toujours habitée par son fils. 

L'entrée de la maison CousteauL'entrée de la maison Cousteau
L'entrée de la maison Cousteau

L'entrée de la maison Cousteau

 

De nombreux personnages célèbres ont vécu à Sanary et plusieurs plaques leur rendent hommage, ici ou là dans les rues. 

N'oublions pas non plus que durant le XXe siècle et la seconde guerre mondiale de nombreux écrivains exilés ont été accueillis par la ville. 

 

Petite balade dans les rues de Sanary / Balade dans le VarPetite balade dans les rues de Sanary / Balade dans le Var

 

Quelques grandes bâtisses richement ornées dominent la baie...ou se découvrent dans les rues au fil de la balade. Leur  style est parfois fort différent comme vous pouvez le voir sur ces deux photos. 

Quelques bâtisses...
Quelques bâtisses...

Quelques bâtisses...

 

Et puis il y a tout ce que nous ne pouvons voir et cette porte par exemple s'ouvre sur un mystérieux jardin qui domine la baie et les îles...La vue doit y être magnifique ! 

Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...
Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...

Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...

Partager cet article

Repost 0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 06:13
Les rives du Vidourle vues du pont romain

Les rives du Vidourle vues du pont romain

 

Pour terminer notre belle journée de balade à Sommières, je vous propose cette courte promenade au bord de l'eau...

 

Nous avons commencé notre visite de la vieille ville en traversant le pont submersible situé sur le Vidourle. C'est un pont sans parapet, au ras de l'eau qui est assez large pour traverser la rivière sans risque et bien sûr, il est le premier à se trouver sous l'eau, comme son nom l'indique dès que la rivière gonfle...

 

Le pont submersible de près et de loin
Le pont submersible de près et de loinLe pont submersible de près et de loin
Le pont submersible de près et de loin

Le pont submersible de près et de loin

 

Les rives sont très agréablement boisées.

Il manque juste quelques bancs mais il faut noter que certaines terrasses de café ou de restaurant se sont installées près de l'eau ce qui en saison doit être agréable. 

Les rives du Vidourle
Les rives du VidourleLes rives du Vidourle
Les rives du VidourleLes rives du Vidourle

Les rives du Vidourle

 

Une courte chute d'eau casse un peu le débit de la rivière.

Les bancs de gravier sont investis par quelques oiseaux d'eau... 

Sommières au bord de l'eau (3) / Balade dans le Gard
Sommières au bord de l'eau (3) / Balade dans le Gard

 

Et bien sûr, nous avons fait d'autres rencontres sympathiques, en marchant sur les berges.

Et je vais vous dire, ces canards étaient bien plus sages et silencieux que nous... cela vous étonne ?

Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin
Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en cheminQuelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin
Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en cheminQuelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin

Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin

 

Comme je vous l'ai déjà dit hier, le Vidourle est depuis toujours très capricieux. Ceci explique peut-être la présence de cette croix, implantée au milieu du Pont Romain, censée protéger les habitants de ses débordements...

Sommières au bord de l'eau (3) / Balade dans le Gard

 

J'espère que notre petite balade entre amies vous a plu ! Nous l'avons terminé dans la voiture, bien à l'abri de la pluie, en attendant pour nous séparer, que le déluge se calme... mais il a repris de plus belle une fois en route. 

Partager cet article

Repost 0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:15

 

Nous voilà sur le chemin de la vieille ville... Le plus court serait d'y entrer par le pont romain mais nous suivons Mimi qui nous fait traverser le Vidourle par le pont submersible que je vous montrerai demain : nous avons tout notre temps et le plaisir de la balade est partagé. 

De l'autre côté du pont, déjà de jolies maisons nous attendent...

Une jolie maison pour se mettre dans l'ambiance

Une jolie maison pour se mettre dans l'ambiance

 

Un fois le pont traversé, nous longeons une petite voie à sens unique. En chemin ici ou là nous avons déjà un aperçu de ce qui nous attend... 

Voici l'ambiance...Voici l'ambiance...
Voici l'ambiance...Voici l'ambiance...

Voici l'ambiance...

 

Nous arrivons sur une placette où se trouve l'entrée de la vieille ville : c'est la porte du Bourguet.

 

La porte du Bourguet

La porte du Bourguet

 

Cette porte est une ancienne porte médiévale qui est encore ornée de ses battants en bois cloutés.

L'ensemble a été restauré après les inondations de 2002. A cet endroit l'eau atteignait environ 4 mètres, soit le niveau du premier étage. 

La porte médiévale cloutéeLa porte médiévale cloutée

La porte médiévale cloutée

 

Nous voilà dans la rue principale. Cette rue est l'axe commerçant de la ville et attire de nombreux touristes. Elle est piétonne et très agréable.

Je n'ai pris en photo qu'un magasin de jouet de seconde main qui nous a attiré avec son pinocchio coloré. 

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

A l'intérieur de la vieille ville, de nombreuses bâtisses sont anciennes. La plupart dateraient du XVIe ou XVIIe siècle. 

 

Une maison ancienne

Une maison ancienne

 

Voici quelques détails architecturaux : ce sont pour les trois premières photos, les fameux mascarons qui servaient à éloigner les mauvais esprits. Cathy, du blog "Virjaja"nous en a montré quelques-uns cette semaine, photographiés à Perpignan. 

Quelques détails architecturaux
Quelques détails architecturauxQuelques détails architecturaux
Quelques détails architecturaux

Quelques détails architecturaux

 

Une seconde rue commerçante débute sous le porche de la Tour de l'horloge exactement dans le prolongement du Pont romain. Je vous l'ai montré hier.

Elle débouche sur la place des Docteurs Dax. Cette place, anciennement place du marché, est aujourd'hui devenue un parking, inondable, à l'usage des habitants du vieux quartier. Chacune des arcades sert d'abri à une voiture. C'est amusant de savoir que certaines de ces arcades sont des arches du pont romain ensevelies dans les bâtiments. Il faisait beaucoup trop sombre, sans le soleil, pour que je vous montre les voûtes par-dessous. 

C'est surprenant de savoir que lorsqu'on est sur cette place, on est à peu près au niveau du lit de la rivière.

 

 

La place des Docteurs Dax
La place des Docteurs DaxLa place des Docteurs Dax

La place des Docteurs Dax

 

C'est sur cette place que se trouve l'entrée de l'escalier qui permet de monter sur la terrasse du beffroi, puis au clocher, dont je vous ai également parlé hier. 

L'accès à la terrasse du beffroiL'accès à la terrasse du beffroi

L'accès à la terrasse du beffroi

 

La place Jean Jaurès est aujourd'hui la place principale de la vieille ville. C'est l'ancienne place des Halles.

Elle est animée par de nombreux cafés et restaurants. Son côté piétonnier est bien agréable...ses pavés et ses arcades séculaires ajoutent au charme du lieu. 

Nous n'avons pas pu nous restaurer dehors sous les arcades car le temps ne le permettait pas, mais l'intérieur de la taverne où nous avons poursuivi nos bavardages était très agréable. 

 

La place Jean Jaures et l'intérieur du restaurantLa place Jean Jaures et l'intérieur du restaurant

La place Jean Jaures et l'intérieur du restaurant

 

Des rues anciennes et pour la plupart pavées, partent de nombreuses ruelles étroites qui soit, montent vers le haut du village et le château, soit redescendent vers la rivière. 

De nombreuses ruellesDe nombreuses ruelles
De nombreuses ruellesDe nombreuses ruelles

De nombreuses ruelles

 

Quelques balustrades très décoratives ici ou là...

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le GardLa vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

Des noms des rues qui ne manquent pas de charme...et attestent des activités passées. 

 

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le GardLa vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard
La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

De nombreuses personnalités sont attachées à cette petite commune et nous retrouvons ça et là des plaques à leur mémoire. 

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le GardLa vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

A demain... pour une balade au bord de l'eau, si vous le voulez bien !

Je ne sais pas pourquoi des chats noirs se promènent dans la ville !Je ne sais pas pourquoi des chats noirs se promènent dans la ville !

Je ne sais pas pourquoi des chats noirs se promènent dans la ville !

Partager cet article

Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 06:12

 

Comme je vous l'ai dit, jeudi dernier, j'ai eu la joie de rencontrer deux amies blogueuses pour une journée d'échanges et d'émotions partagées. 

A cette occasion, nous nous sommes retrouvées toutes les trois dans la petite ville de Sommières dans le Gard, entre Nîmes et Montpellier.

Nous avions choisi cet endroit pour que chacune puisse faire un bout du trajet qui nous séparait. 

 

Vous avez été très nombreux à penser à nous et à vous inquiéter de la météo.

Et bien je dois vous dire que vos pensées nous ont permis de ne pas avoir de pluie de la journée ! Bien que le temps ait été plutôt gris, nous ne l'avons même pas remarqué...

C'est seulement vers 16 heures que la pluie est arrivée pour de bon et le retour chez nous s'est donc effectué sous un véritable déluge et même de la grêle...histoire de marquer doublement cette belle journée chargée d'émotions ! 

Nous avons donc eu tout loisir non seulement de papoter et de faire plus ample connaissance, mais aussi de visiter la ville puisque nous avions un guide parfait, Mimi connaissant bien ce joli petit coin d'Occitanie.

 

Sommières, une petite ville médiévale au bord du VidourleSommières, une petite ville médiévale au bord du Vidourle
Sommières, une petite ville médiévale au bord du Vidourle

Sommières, une petite ville médiévale au bord du Vidourle


Sommières est une petite ville médiévale très agréable, à la frontière entre le Gard et l'Hérault.  Elle est traversée par le Vidourle, une jolie rivière bien connue pour ses crues mémorables et ses nombreux caprices, pas toujours prévisibles.

Le Vidourle est ce qu'on appelle un fleuve côtier. Il prend sa source dans les Cévennes et se jette en méditerranée. Or tout le monde a entendu parler de ce qu'on appelle en météo, un épisode cévenol, je pense...

Les vidourlades, ces crues mémorables sont donc malheureusement un phénomène qui existe depuis des décennies. 

 

Sommières et ses monuments(1) / Balade à Sommières dans le Gard

 

La dernière crue marquante date de 2002 et cette année-là, à deux reprises, l'eau a atteint la vieille ville et submergé le pont romain dont je vais vous parler, l'eau étant montée à une cote de plus de 8 mètres au dessus du niveau habituel.

Le niveau de l'eau est donc surveillé de très près par les habitants en période de pluies intenses, car l'eau peut monter très vite et envahir les habitations.

Carte des inondations

Carte des inondations

 

La ville a été construite au Moyen Âge vers le X°siècle et les rues de l'ancienne ville nous offrent de nombreuses merveilles que nous avons découvert avec plaisir tout en papotant.

Aujourd'hui, nous allons nous contenter de découvrir les principaux monuments de la ville...

Demain je vous montrerai les merveilles de la vieille ville...

Puis nous terminerons la balade par le bord de l'eau ! 

Une journée bien remplie comme vous pouvez le constater.

 

La tour carrée qui surplombe la ville

La tour carrée qui surplombe la ville

 

Tout d'abord, avant même d'apercevoir la rivière, le visiteur aperçoit de loin, la tour carrée. C'est un des vestiges de l'ancien château fort. Elle est haute de 25 mètres et domine la ville de plus de 50 mètres, ce qui explique qu'elle se voit de loin. Nous ne sommes pas allées visiter les ruines du château car nous avions tant de choses à nous dire qu'on ne pouvait pas tout faire...

A proximité le promeneur peut observer les restes de remparts et la Chapelle Royale de Castrale Saint-Sauveur que donc nous n'avons pas vu. La vue de là-haut est, paraît-il, magnifique. 

 

Les remparts vus de la vieille ville

Les remparts vus de la vieille ville

 

Puis lorsqu'on se rapproche de la rivière, on aperçoit le Pont romain dit Pont "de Tibère".  Comme son cousin le Pont-du-Gard, il est très bien conservé. Ce pont a pourtant été construit au Ier siècle de notre ère par l'Empereur Tibère qui désirait ainsi relier Nîmes à Toulouse. Le pont était à l'origine constitué d'une vingtaine d'arches. La ville s'est construite en partie sur le pont et les arches ont été englobées dans les habitations : aujourd'hui seulement sept d'entre elles, sont encore visibles.

Le pont fait partie des monuments qui ont été rénovés au XVIIIe siècle. Les parapets de pierre ont été remplacés par des rambardes en fonte.  A noter, comme je vous l'ai déjà dit, lorsque le Vidourle déborde, le pont est entièrement enseveli sous les eaux ainsi qu'une partie de la vieille ville.

Vous voyez la hauteur de l'eau ? Impressionnant, n'est-ce pas ?

 

Le Pont romain ou pont "de Tibère"
Le Pont romain ou pont "de Tibère"Le Pont romain ou pont "de Tibère"
Le Pont romain ou pont "de Tibère"Le Pont romain ou pont "de Tibère"

Le Pont romain ou pont "de Tibère"

 

Au Moyen Âge, le pont était fermé par deux portes à chacune de ses extrémités. Une seule subsiste aujourd'hui : c'est le beffroi, encore appelé Tour de l'horloge.

Le beffroi  aurait été construit vers le XIIIe ou XIVe siècle. Il s'agit d'une tour fortifiée située donc dans l'axe du pont romain. Il permet l'accès à la vieille ville. 

De l'autre côté du pont romain, la deuxième porte surnommée, la "gleizette" s'est effondrée lors d'une du crue au XVIIIe siècle. 

Le beffroi est inscrit aux monuments historiques depuis le 27 mars 1926. La mairie se trouve juste à côté. 

A noter la herse est toujours en place. 

 

Le beffroi vu du pont romain

Le beffroi vu du pont romain

 

Des canons gargouilles ornent la tour. Ils sont situés juste au-dessus de l'énorme cadran horloge sur la photo ci-dessous côté extérieur. On découvre aussi le blason de la ville. 
 

On voit bien les canons gargouilles au-dessus de l'horloge...

On voit bien les canons gargouilles au-dessus de l'horloge...

 

On peut monter sur la tourelle qui surplombe le beffroi par un petit escalier en colimaçon visible de l'intérieur de la ville. Le campanile en fer forgé est surmonté par une girouette. Il paraît que la cloche est fêlée et émet un son particulier mais je vais vous dire un secret...si elle a sonné pendant notre balade, nous ne nous en sommes pas du tout aperçu !

Il y a un cadran-horloge énorme de chaque côté du beffroi. Tous deux ont été installés à la fin du XIXe siècle.

Le beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessusLe beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessus
Le beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessus

Le beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessus

 

Un autre monument ne passe pas inaperçu : c'est l'église Saint Pons.

Je précise tout de suite, pour les adeptes, que nous n'avons pas eu le temps de la visiter. Il paraît que l'intérieur est splendide et surtout étrangement coloré. Cette église romane a été entièrement rénovée au XIXe siècle dans un style néo-gothique alors à la mode. 
 

L'Eglise Saint PonsL'Eglise Saint Pons
L'Eglise Saint Pons

L'Eglise Saint Pons

 

Elle est située sur une place très originale...dont je n'ai pas noté le nom. 

De cette place, part une série d'escaliers permettant de monter au château. Ces escaliers sont bordés de rambardes et en route, des bancs de pierre permettent de prendre un peu de repos.

La montée vers le château

La montée vers le château

 

En chemin, une autre église a attiré notre attention et en particulier la vierge qui se trouve en façade. 

La vierge sur la façade d'une autre église

La vierge sur la façade d'une autre église

 

Qu'importe ce qui n'a pas été vu cette fois-ci, nous essaierons de faire mieux lors d'une prochaine visite. 

A demain, si vous le voulez bien, pour visiter avec nous la vieille ville...

Partager cet article

Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 07:30
La Font d'Arles

La Font d'Arles

 

Voilà une balade hivernale parfaite car elle permet de marcher sur de petites routes, fréquentées uniquement par les riverains, abritées du vent et ensoleillées toute la journée sauf pour les passages dans les sous-bois.

L'arrivée à la Font d'Arles, située sur la petite route du même nom ne peut pas se rater car il s'agit de quitter la route au niveau de deux piliers...pour suivre dans l'herbe, le petit chemin. 

 

L'entrée de la Font d'ArlesL'entrée de la Font d'Arles
L'entrée de la Font d'Arles

L'entrée de la Font d'Arles

 

Là, derrière une haie de cyprès se cache un petit bassin envahi par la végétation et que je n'ai encore jamais vu empli d'eau, la Font d'Arles. Il serait alimenté par la source du Coulet.

 

Le bassin
Le bassin Le bassin

Le bassin

 

C'est un ancien bassin entièrement construit en pierres verticales.

La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13)
La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13) La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13)

 

Le mot "Font" je vous le rappelle est un mot d'origine provençale qui signifie fontaine, c'est-à-dire, source naturelle. On retrouve souvent ce mot dans des noms de lieux, même si les sources n'y coulent plus depuis longtemps...

 

La source a permis dans le passé de nombreuses cultures, sur les restanques encore bien visibles sous les arbres...

 

De nombreuses restanques sont encore visibles
De nombreuses restanques sont encore visiblesDe nombreuses restanques sont encore visibles
De nombreuses restanques sont encore visibles

De nombreuses restanques sont encore visibles

 

Les arbres qui entourent le bassin et le petit cabanon attenant, contribuent au charme du lieu.

Le cabanon et la forêt alentour
Le cabanon et la forêt alentourLe cabanon et la forêt alentour
Le cabanon et la forêt alentourLe cabanon et la forêt alentour

Le cabanon et la forêt alentour

 

Le village de Lambesc, que l'on aperçoit au loin du bord du bassin, possède en tout, pas moins de quatre petites rivières qui le traversent, et une bonne vingtaine de sources, certaines encore actives ce qui est plutôt rare dans la région provençale.

La plupart se trouve dans des propriétés privées qu'elles alimentent en eau.
 

 

La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13)

 

Nous quittons ce lieu paisible presque à regret en nous promettant d'y revenir, mais la balade peut se poursuivre et pour cela il suffit tout simplement de continuer sur le chemin...

Au revoir pour une autre balade

Au revoir pour une autre balade

Partager cet article

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 07:03
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)

 

Voilà une petite chapelle romane qui vient d'être totalement rénovée et qui attire de nombreux touristes et pèlerins. Il s'agit de la chapelle Saint-Symphorien de Vernègues, un petit village provençal dont je vous parlerai encore souvent car il est riche en histoire et petit patrimoine.

En fait la chapelle se situe entre deux villages, celui de Vernègues et celui de Cazan (situé sur la nationale 7).

La partie la plus ancienne du bâtiment date du XIIème siècle. Elle a été ensuite agrandie et différentes parties ont été accolées à la chapelle d'origine en fonction des besoins et ce jusqu'au XVIIème siècle. Elle est construite dans un style très provençal et d'ailleurs de loin, on pourrait presque la prendre pour un grand mas. 

 

Qui était Symphorien ?

 

Symphorien vient du grec "sumphoros" qui signifie "porte"

Saint Symphorien était un jeune chrétien appartenant à une famille noble d'Autun. Il fut condamné à la décapitation pour avoir refusé de s'agenouiller devant la statue de Cybèle, la déesse romaine de la Terre qui était vénérée dans sa ville natale d'Autun. C'était en l'an 178 environ, sous le règne de Marc Aurèle. Ayant refusé de renier sa foi en Dieu, son seul maître, il devint un martyr. De nombreuses communes françaises et des édifices religieux portent son nom.


 

Le Martyre de saint Symphorien (1834) /  tableau peint par Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le Martyre de saint Symphorien (1834) / tableau peint par Jean-Auguste-Dominique Ingres

 

En Provence, il était censé protéger contre les crues du Rhône ou de la Durance, ou simplement contre les noyades. Il était aussi imploré pour faire tomber la pluie. Il était aussi invoqué par les malades et les handicapés. 

Je n'ai pas pu visiter la chapelle depuis sa rénovation et je vous mettrai des photos de l'intérieur dès que j'y retournerai.

La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)

 

Elle sert aujourd'hui de lieu d'exposition. En été, elle est le siège de nombreuses soirées musicales. 

Aujourd'hui, les croyants continuent à vénérer Saint-Symphorien et organisent deux fois par an un pèlerinage au cours duquel sa statue est déplacée de la chapelle Saint Symphorien à l'église de Vernègues (le 21 août) puis de l'église du village à la chapelle, le 3ème dimanche d'octobre. En octobre, la messe chantée en provençal suit la bénédiction des chevaux, attelages et cavaliers, un spectacle à voir...

Chaque année, en plus des deux pèlerinages, tous les lundis de Pâques, il y a une messe en provençal qui attire les foules. 

 

A côté de la chapelle, dans l'ancien ermitage, c'est la maison du gardien. 

 

La petite maison du gardien accolée à la bâtisse

La petite maison du gardien accolée à la bâtisse

 

Retrouvez d'autres articles sur le village de Vernègues très bientôt. 

Partager cet article

Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 07:04
La Chapelle Saint-Anne de Goiron
La Chapelle Saint-Anne de Goiron

La Chapelle Saint-Anne de Goiron

 

Cette petite chapelle romane datée du XIème siècle est située entre les villages de Lambesc et de la Roque-d'Anthéron, sur le plateau de Manivert (479 mètres) qui lui-même fait partie de la Chaîne des Côtes. 

 

Elle a été sans aucun doute construite par des ermites qui résidaient au départ sur le lieu-dit, appelé Silvacane, près de l'actuel village de La Roque-d'Anthéron. Ils construisirent ensuite sur ce lieu, une abbaye, l'Abbaye de Silvacane qui fait partie des "trois soeurs provençales" c'est-à-dire des trois grandes abbayes cisterciennes de la région.

 

La chapelle Saint-Anne de Goiron dont je vais vous parler aujourd'hui est classée aux monuments historiques.

Plusieurs chemins d'accès sont possibles à partir du village de Lambesc, pour atteindre cette jolie chapelle.

- On peut partir directement du village et prendre la route face à la mairie qui conduit au camp d'Eyguières, passe devant la superbe noria dont je vous ai parlé récemment et monte jusqu'au hameau de la Couelle, où il faudra rejoindre le chemin fléché qui monte jusqu'à la vigie située sur le plateau.

- Ou bien on peut partir directement du bord de la route (D67a), du parking situé après la Bastide blanche, où un chemin vous permet de rejoindre aussi la vigie.

 

Le large chemin qui monte vers la vigie

Le large chemin qui monte vers la vigie

 

- Ou bien encore, on peut se garer à plusieurs endroits directement sur le plateau comme par exemple, au col de Saint Anne et rejoindre la chapelle à pied par la petite route qui serpente au milieu des pins et des chênes.

Il y a même un petit parking juste à côté de la chapelle ce qui permet à tout le monde d'y accéder en voiture...mais moi j'aime y monter à pied et profiter du silence des sous-bois, de la variété des paysages et de la vue.

L'accès au parking en automne et en hiver
L'accès au parking en automne et en hiverL'accès au parking en automne et en hiver

L'accès au parking en automne et en hiver

 

En route, dans le sous-bois formé par des chênes et quelques pins, on trouve un ancien puits qui permet de se repérer.

Après le puits, la petite route grimpe d'un coup dans un dernier virage, sur le plateau de Manivert.

Vous êtes presque arrivés !

Le puits ancien qui sert de repère...En face, un grand parking ombragé sous les chênes !Le puits ancien qui sert de repère...En face, un grand parking ombragé sous les chênes !

Le puits ancien qui sert de repère...En face, un grand parking ombragé sous les chênes !

 

D'autres chemins de rando permettent de rejoindre cette jolie chapelle en partant de la Roque d'Anthéron...Mais ceux-là je ne les ai pas testé.

 

Le plateau de Manivert est un plateau calcaire qui présente des bords assez abrupts...où il y a une vingtaine d'années, des clubs d'escalade, venaient initier les jeunes enfants à la grimpette. Aujourd'hui, à cause de nombreux éboulements, le site est devenu trop dangereux et c'est interdit désormais d'escalader. 

Il faut dire que les rochers sont traversés de nombreuses failles dans lesquelles quelques arbres se sont souvent installés. Vous pouvez en avoir une idée sur le diaporama ci-dessous...

 

Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire

Les rochers du plateau calcaire

 

Avant d'arriver à la chapelle, le promeneur passe obligatoirement devant un habitat troglodyte...dont je vous parlerai très bientôt, la "grotte de la Baume" ainsi que quelques  grottes naturelles...

 

Quelques grottes naturelles dans la barre rocheuse
Quelques grottes naturelles dans la barre rocheuseQuelques grottes naturelles dans la barre rocheuse

Quelques grottes naturelles dans la barre rocheuse

 

Là-haut, en regardant vers l'est et le nord, le promeneur est entouré par la végétation et a une vue magnifique sur la vallée et, si le temps est clair, jusque sur le Luberon, la Montagne de Lure, Le Mont Ventoux et même les Alpes (lorsqu'elles sont enneigées)...

Le paysage...
Le paysage...Le paysage...
Le paysage...

Le paysage...

 

Nous arrivons à la chapelle...

La chapelle Saint-Anne de Goiron qui s'appelait à l'origine Sainte-Marie de Valbonnette a été construite directement avec les pierres du plateau. Elle est recouverte de lauzes (ou lauses). 

En forme de croix latine, elle possède un campanile mais pas de cloche. De larges contreforts soutiennent une voûte en berceau. Elle présente une nef unique et une abside en cul de four. 

 

Plan de la chapelle in Archeologie médiévale (CRAHM)

Plan de la chapelle in Archeologie médiévale (CRAHM)

 

Je vous laisse la découvrir...en photos ! 

Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...
Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...
Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...

Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...

 

Quelques détails de son architecture extérieure...dont le porche d'entrée, les ouvertures, les corniches moulurées... 

 

Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...
Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...
Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...
Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...

Quelques détails architecturaux...

 

Malgré le fait qu'elle a été restaurée au XIXème siècle, l'intérieur est aujourd'hui fermé par une grille pour le protéger des vandales...On aperçoit encore quelques fresques murales.
 

 

Vue de l'intérieur
Vue de l'intérieurVue de l'intérieur

Vue de l'intérieur

 

Cette petite chapelle était un lieu de pèlerinage important puisque les habitants de la région venait y implorer la pluie auprès de la sainte. 

 

A côté de la chapelle, de nombreuses tombes creusées directement dans la roche sont plus ou moins emplies de terre et de feuilles et dateraient du Moyen Âge...

Les tombes
Les tombesLes tombes

Les tombes

 

Enfin je ne peux pas terminer la visite, sans vous montrer les "marques de tâcherons" appelées aussi "marques lapidaires" que l'on retrouve sur certains blocs de pierre de la structure.

Ces marques ont été réalisées par les tailleurs de pierre, une sorte de signature, ce qui leur aurait permis de toucher leur salaire à la fin d'une période donnée, en fonction du nombre de pièces taillées. 

Ces marques sont fréquentes sur les édifices romans mais pas du tout faciles à repérer et encore moins à photographier car selon la lumière, elles sont parfois carrément invisibles.

 

Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle
Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle
Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle

Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle

 

A bientôt, pour la suite de la visite du plateau de Manivert...

Maintenant que nous sommes en haut... autant continuer ! 

Une lithographie ancienne de la chapelle datant de 1846

Une lithographie ancienne de la chapelle datant de 1846

Partager cet article

Repost 0
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 06:14
Le puits

Le puits

 

En nous promenant dans la campagne de Rognes, un petit village proche d'Aix-en-Provence, nous avons découvert ce joli puits près d'un petit hameau qui s'appelle le Grand Saint Paul. 

En fait ce n'est pas véritablement un hameau, mais il s'agit d'une bastide datant du XIIème siècle et située au milieu d'un grand domaine. 

 

A l'époque gallo-romaine, les hommes y avaient déjà implanté une grande villa dont on a retrouvé des traces et "Le grand Saint Paul" était déjà une des trois campagnes du village. 

Des vestiges d'une petite chapelle, sans doute construite bien avant le Moyen Âge sur un lieu de culte païen, sont encore visibles mais il faut entrer dans une propriété privée pour les voir. 

 

A partir du Moyen Âge on retrouve la trace des propriétaires du domaine puis, tous ceux qui leur ont succédé. 

A la fin du XIXème siècle, la bastide était habitée par une famille d'agriculteurs. Le domaine possédait un berger et son troupeau de moutons et les cultures alentours étaient surtout constituées de fourrages pour les bêtes et de céréales.

L'élevage était une ressource importante de revenus car les agneaux étaient élevés sous la mère et vendus un bon prix au marché d'Aix et jusqu'à Cannes. 

A cette époque il y avait un petit lavoir, aujourd'hui disparu, car il a été détruit lorsque le chemin d'accès est devenu une route plus importante.

 

Entièrement détruit au moment du tremblement de terre de 1909, dont l'épicentre se trouvait à Vernègues, le domaine a été ensuite reconstruit.
 

 

La presque totalité a été détruite au tremblement de terre de 1909. Dans les ruines on a retrouvé des voûtes. Au milieu il y avait une tour, tout en pierre. Sur la cave, il y a un bâtiment qui n’est pas tombé, avec un grand escalier en pierre qui doit dater du temps des Romains. La bergerie était à côté...
Le tas de fumier, devant, nous amenait des moustiques, des moucherons, mais par contre nous avions des chardonnerets, des pinsons, des hirondelles…

Le Grand Saint-Paul au siècle dernier Conversation avec M. Lézaud p 36

 

Suite au tremblement de terre, la source du domaine a vu son débit augmenter considérablement...comme cela a été le cas pour certaines sources de la région.

D'autres au contraire se sont taries, entraînant l'abandon des habitations.

Au début du XXème siècle, le puits était déjà là (on ne sait pas quand il a été construit) et un des habitants du village (M. Lézaud) se souvient très bien que son père y tirait encore à la main, l'eau indispensable à leur consommation ainsi que celle des bêtes, durant l'hiver 1920 où il a fait tellement froid qu'il s'est promis que ce serait la dernière fois ! 

C'est peu après que la famille a construit un petit cabanon attenant au puits pour y mettre une pompe et amener l'eau jusqu'à la bastide, afin d'alimenter la cuisine, l'écurie et la bergerie.

Cette installation a permis d'installer l'eau courante dans toutes les maisons alentours bien avant que ce soit le cas au village.

 

Ce petit hameau est entièrement habité encore aujourd'hui et des gîtes et des chambres d’hôtes y accueillent les vacanciers.

C'est un lieu tranquille, entièrement entouré de vignes et de chênes verts et à l'écart de la route. 

 

Le domaine du Grand Saint Paul aujourd'hui

Le domaine du Grand Saint Paul aujourd'hui

 

C'est au bord de la route que nous avons pu observer ce puits très profond et tout simplement protégé par un grillage. La poulie qui servait à remonter le seau en 1920 est encore en place.

Et les voisins ont profité du joli bac en pierre constitué par l'auge attenante, pour y planter quelques condiments bien utiles en Provence...un peu de thym, du persil et voilà un petit jardinet accessible à tous ceux qui en ont besoin ! 

Quelques détails de ce puits provençal
Quelques détails de ce puits provençalQuelques détails de ce puits provençal
Quelques détails de ce puits provençal

Quelques détails de ce puits provençal

Partager cet article

Repost 0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'es le printemps maintenant !

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -