Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 06:00

 

En juin, avant de partir dans le Tarn, j'ai eu la chance de passer quelques jours aux Saintes-Maries de la mer, avec mes amies, comme je l'avais fait l'année dernière. 

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire visiter les lieux que nous avons déjà vu l'année dernière, seulement ce qui est nouveau...

Cette année, nous avons fait une belle balade à Aigues-Mortes, petite ville que je connaissais déjà, pour l'avoir visité plusieurs fois depuis mon enfance, mais où j'ai toujours l'impression de revenir pour la première fois...

 

Les remparts vus des Salins du Midi

Les remparts vus des Salins du Midi

 

Aigues-Mortes, "Aigas Mortas" en occitan, veut dire "eaux mortes". C'est une petite ville située dans le Gard qui appartient à la région Occitanie. Cependant, comme elle se situe au coeur d'un des plus beaux sites naturels de Provence, la Camargue, elle fait partie intégrante, pour moi, de ma région. D'autant plus qu'elle jouxte la commune des Saintes-Maries de la mer, et qu'elle est assez proche de la ville d'Arles. 

L'appellation "eaux mortes" rappelle que la ville était à l'origine un petit hameau de pêcheurs et de ramasseurs de sel, perdu au milieu des étangs et des marécages. Étangs, salines et plaines font en effet partie intégrante de ce qu'on appelle, la "Petite-Camargue", c'est-à-dire la partie située à l'Ouest du Petit Rhône.

Pour une fois je vous mets une carte...mais n'en prenez pas l'habitude pour autant !

 

 

 

La cité est située assez loin de la mer (6 km) mais lui est reliée par le Canal du Grau-du-Roi, où se trouvent les plages les plus proches.

Le canal du Rhône à Sète traverse la commune au nord.

 

Un peu d'histoire

 

L'histoire de la ville est marquée par celle des Croisades, des Templiers et des Guerres de religion.

Les remparts de la ville ont été construits par Saint-Louis ( Louis IX) qui souhaitait ainsi avoir un débouché en mer méditerranée, son frère ayant en sa possession le port de Marseille. Il construit un port sur l'étang de la Marette et rejoint la mer par des canaux, comme le canal vieille et le "Grau-Louis" où la station balnéaire de la Grande Motte s'est construite. 

C'est de là que Saint-Louis partira pour les croisades en 1248, puis en 1270.

Ces remparts, classés aux monuments historiques et longs de 1 600 m forment avec la tour de Constance, les quatre autres tours, et les dix portes, un ensemble particulièrement bien conservé et qui se voient de loin. 

 

Les remparts côté ville nouvelle
Les remparts côté ville nouvelleLes remparts côté ville nouvelle
Les remparts côté ville nouvelle

Les remparts côté ville nouvelle

Les remparts côté Salins
Les remparts côté SalinsLes remparts côté Salins
Les remparts côté SalinsLes remparts côté Salins

Les remparts côté Salins

 

La Tour de Constance est le premier bâtiment construit par Saint-Louis à Aigues-Mortes. Elle a été baptisée du nom de sa grand tante.

Elle domine les remparts de la ville...

Construite pour défendre la ville, elle a servi de phare, de résidence au roi, puis lorsque la ville est engloutie par les sables et que le port devient inutilisable, elle devient prison royale. 

Les Camisards y séjournent aussi et la plus célèbre des prisonnières fût Marie Durand, emprisonnée parce qu'elle était soeur de pasteur. Elle restera prisonnière du lieu de 1730 à 1768, devenant la porte-parole de ses soeurs d'infortune...

 

La tour de Constance domine les remparts de la ville...
La tour de Constance domine les remparts de la ville...

La tour de Constance domine les remparts de la ville...

 

La chaleur était telle le jour de notre visite que nous ne sommes pas montées sur les remparts. J'y retournerai un jour uniquement pour la vue qui est extraordinaire d'en -haut quelle que soit la saison. Il vaut mieux éviter la balade les jours de grand mistral et de grosse chaleur.

Nous avons préféré flâner dans la vieille ville, puis nous rendre aux Salins du midi dont je vous parlerai très bientôt. Les terres inondées des Salins abritent une flore et une faune d'une grande richesse et le sel est, avec le tourisme, une des principales ressources économiques de la ville.

 

Entrons donc un instant dans Aigues-Mortes (à pied) par une des portes, par exemple la porte de la Gardette...

 

La porte de la Gardette...recto verso
La porte de la Gardette...recto verso
La porte de la Gardette...recto verso

La porte de la Gardette...recto verso

 

Nous pouvons admirer les remparts de plus près, côté intérieur...

Les remparts côté intérieur avec en position dominante, la tour Constance
Les remparts côté intérieur avec en position dominante, la tour ConstanceLes remparts côté intérieur avec en position dominante, la tour Constance
Les remparts côté intérieur avec en position dominante, la tour Constance

Les remparts côté intérieur avec en position dominante, la tour Constance

 

La rue principale de la ville est assez commerçante et s'adresse plutôt aux touristes.

La rue principale touristique...
La rue principale touristique...La rue principale touristique...

La rue principale touristique...

 

Elle nous amène à la place centrale, appelée la Place Saint-Louis où se dresse la statue du roi, oeuvre du sculpteur Pradier, qui a été inaugurée en 1849. 

Au départ, la statue était entourée de grilles et les habitants, qui ne possédaient pas de fontaine intra-muros, allaient chercher l'eau à l'extérieur des remparts. 

Il faudra attendre 1896 pour que la fontaine, les quatre dauphins et les vasques trouvent naturellement leur place à cet endroit. 

 

La Place Saint-Louis, avec sa statue et sa fontaine
La Place Saint-Louis, avec sa statue et sa fontaineLa Place Saint-Louis, avec sa statue et sa fontaine
La Place Saint-Louis, avec sa statue et sa fontaine

La Place Saint-Louis, avec sa statue et sa fontaine

 

De nombreux restaurants à l'ombre, avec brumisateur si besoin, vous attendent.

Les menus sont alléchants et vous n'avez que l'embarras du choix ! 

Une petite salade de rougets, ça vous tente ?
Une petite salade de rougets, ça vous tente ?

Une petite salade de rougets, ça vous tente ?

 

Aux alentours de la ville, on peut encore observer les restes d'une glacière qui servait à conserver la glace, bien utile à la conservation des denrées alimentaires.

La glacière de forme arrondie se trouvant près des remparts

La glacière de forme arrondie se trouvant près des remparts

 

Voilà, notre balade est terminée pour aujourd'hui. Nous continuerons à visiter la ville très bientôt...

Et encore une petite vue des remparts avant de nous quitter...

Et encore une petite vue des remparts avant de nous quitter...

 

Si vous désirez retrouver, tous mes articles écrits l'an passé, il suffit de taper "Camargue" ou bien "Les-Saintes-Maries de la mer" dans le module de recherche, à partir de la page d'accueil du blog et les premiers articles sont les bons ! 

Partager cet article

Repost 0
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 05:47
Le café Plum

Le café Plum

 

Pour terminer notre balade tarnaise, je vous invite aujourd'hui _si vous le voulez bien_ à retourner à Lautrec, pour nous retrouver toutes et tous autour du pot de l'amitié.

Nous voilà bien installés à l'ombre d'un grand tilleul, et dans un lieu paisible et vivant à la fois.

C'est une ancienne cour d'école transformée en café, mais un café très particulier, le café Plum. 

Vous allez me dire, encore un coin pour les touristes ! Et bien vous vous trompez.

Nous y avons passé un délicieux instant, installées toutes les trois autour d'une table d'écolier, et au frais, tout en écoutant le groupe de musique, prévu pour le soir, répéter dans la salle de concert. 

 

Le café Plum est ouvert depuis 7 ans déjà et son programme est ambitieux, je le reconnais. Il est implanté dans un cadre chaleureux et insolite, décoré grâce à un esprit "récup" que j'aime beaucoup. Jugez plutôt ! 

 

Le cadre extérieur

Le cadre extérieur


 

Ce café particulier a été conçu pour favoriser la rencontre mais pas n'importe laquelle, celle du public quel qu'il soit, touristes ou autochtones, adultes ou jeunes, avec la création artistique : musique, théâtre, marionnettes, conte, rencontres avec des auteurs, poésie, débats citoyens, cycles de conférence...entre autres projets sont à partager là-bas. 

C'est grâce à un partenariat avec l'association "Ma Case" que le café peut proposer un programme annuel d'activités aussi riche.

C'est tentant, n'est-ce pas ?

 

Quelques objets volants...
Quelques objets volants...Quelques objets volants...
Quelques objets volants...

Quelques objets volants...

ou pas...

ou pas...

 

Une librairie, indépendante et riche de 3 500 ouvrages, qui a été réaménagée récemment, s'ouvre désormais directement dans le café : littérature jeunesse, bandes dessinées, cuisine, livres régionaux et du terroir, littérature générale française ou étrangère, en poche ou non, vous  y attendent.  

La librairie vous invite à lire sur place et propose des sélections régulières sur le site et dans les locaux.

La librairie côté jeunesse
La librairie côté jeunesse

La librairie côté jeunesse

 

Evidemment, si le café Plum s'appelle un café, c'est parce que, vous vous en doutez, il propose aussi des boissons et un service de restauration avec des produits frais et locaux. Par curiosité vous pouvez aller voir la liste des fournisseurs sur leur site. 

La salle de restauration et de concert à l'intérieurLa salle de restauration et de concert à l'intérieur
La salle de restauration et de concert à l'intérieur

La salle de restauration et de concert à l'intérieur

Quelques éléments de décoration de la salle...ça vous rappelle rien ?!
Quelques éléments de décoration de la salle...ça vous rappelle rien ?!Quelques éléments de décoration de la salle...ça vous rappelle rien ?!
Quelques éléments de décoration de la salle...ça vous rappelle rien ?!Quelques éléments de décoration de la salle...ça vous rappelle rien ?!

Quelques éléments de décoration de la salle...ça vous rappelle rien ?!

 

C'est d'ailleurs cet aspect commercial du lieu qui permet l'équilibre du système.

Comme cela est très bien expliqué sur leur site et dans les locaux, c'est grâce à la dynamique équipe du café, dont les membres sont regroupés en SCIC, et à l'association  "Ma Case" citée plus haut et chargée du projet artistique, que ce café particulier peut fonctionner en toute autonomie. 

Toutes les explications sont dans les locaux mais je ne vous dirai pas où j'ai fait cette photo :)

Toutes les explications sont dans les locaux mais je ne vous dirai pas où j'ai fait cette photo :)

 

Ce lieu, unique dans le sud de la France, fonctionne toute l'année du mercredi au dimanche.

Si vous voulez, vous pouvez aller consulter la page facebook de ce lieu chaleureux et convivial.

Vous trouverez sur cette page, les avis enthousiastes des habitués comme des gens de passage...

Y entrer, c'est succomber !

 

 

J'espère que cette dernière balade tarnaise vous a plu !

 

Je n'ai pas pris en photo le banc sur lequel nous avons terminé la journée, il a toute notre confiance pour savoir garder les secrets.

 

J'aurais pu vous montrer plein d'autres choses; que nous avons eu la chance de partager durant notre trop court séjour dans la jolie région de Nell. Ce séjour était placé sous le signe de l'amitié avec un grand A et cette rencontre, riche en émotion et en partage, nous a fait chaud au coeur.

Je n'en dirai pas plus ici...

 

Un grand MERCI de l'avoir partagé avec nous !

 

Retour à Lautrec : Il était une fois dans l'Ouest (5) / Balade dans le Tarn

Partager cet article

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 05:47
La rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval de la ville

La rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval de la ville

 

Revenons un instant à Graulhet, pour poursuivre la visite que nous avons commencé en nous promenant au bord du DadouComme beaucoup de petites villes et villages du Tarn, le patrimoine de la ville est d'une grande richesse. 

C'est, bien sûr, sur le blog de Nell, notre formidable guide local, qu'il vous faudra aller, si vous voulez en savoir plus !

Et puis, vous vous en doutez,  je n'ai pas fait beaucoup de photos car nous avons passé plus de temps à papoter qu'à appuyer sur le déclencheur mais ça je vous l'ai déjà dit.

 

Le clou de la visite est, bien sûr, le vieux quartier médiéval et en particulier le quartier de Pan(n)essac, dont la rue principale nous invite à la balade, bien qu'elle soit assez sombre et étroite. 

On y voit des maisons qui ont traversé les siècles et qui, bien que remaniées pour la plupart, ont gardé leur caractère authentique : les menuiseries d'époque et les maisons à encorbellement et pans de bois.

L'esprit du quartier a été bien conservé et de nombreuses maisons ont été restaurées dans les règles de l'art. 

C'était un quartier très vivant, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui car beaucoup d'habitations sont vides. Mais c'est un quartier qui a une âme.

 

La rue Pan(n)essac dans le quartier médiévalLa rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval
La rue Pan(n)essac dans le quartier médiévalLa rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval
La rue Pan(n)essac dans le quartier médiévalLa rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval
La rue Pan(n)essac dans le quartier médiévalLa rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval

La rue Pan(n)essac dans le quartier médiéval

 

Vous pouvez comparer les lieux actuels avec ces quelques photos anciennes que j'ai découvert sur le site graulhétois ICI . Je les ai emprunté sans autorisation, mais je trouvais la comparaison intéressante. Pas vous ? 

Photos anciennes de la rue Panessac
Photos anciennes de la rue Panessac

Photos anciennes de la rue Panessac

 

Puis, pas très loin, se trouve l'hôtellerie du Lion d'Or.

C'est une des plus vieilles bâtisses du sud de la France. Elle est classée à l'inventaire des Monuments historiques et elle se visite mais encore une fois, Nell vous en dira plus ! 

Elle aurait été construite au début du XVIe siècle. Les chambres se trouvaient à l'étage et en regardant bien, je crois que la maison est toujours habitée... Non ? Vous voyez ce que je vois ?!

 

 

L'hôtellerie du Lion d'or
L'hôtellerie du Lion d'orL'hôtellerie du Lion d'orL'hôtellerie du Lion d'or

L'hôtellerie du Lion d'or

 

De l'autre côté de la place, se trouve l'église Notre-Dame d'amour dans laquelle nous avons pu entrer, mais les photos étaient interdites ! Et le gardien veillait... fier de pouvoir faire preuve d'autorité devant trois "touristes" pas si inoffensives que ça, car munies d'engins_avec flashes_susceptibles de détruire le patrimoine dont il devait se porter garant...

Du coup, j'ai même oublié de la photographier de l'extérieur, alors qu'il me suffisait de traverser la place, pour le faire ! 

 

Au fil de la balade, nous avons pu voir d'autres jolies maisons anciennes, ou plus récentes : un joyeux  méli mélo de style et d'époque différents...à découvrir.

 

Des maisons anciennes ou pas...Des maisons anciennes ou pas...
Des maisons anciennes ou pas...Des maisons anciennes ou pas...
Des maisons anciennes ou pas...Des maisons anciennes ou pas...
Des maisons anciennes ou pas...Des maisons anciennes ou pas...

Des maisons anciennes ou pas...

 

Enfin, en retournant vers notre parking, nous n'avons pas pu rater, un bâtiment beaucoup plus récent, celui de la Caisse d'Epargne.

Il a été inauguré en 1903 et en ce temps là, Graulhet était une ville riche...et cela se voit ! 

Le bâtiment de la Caisse d'épargne daté de 1900
Le bâtiment de la Caisse d'épargne daté de 1900Le bâtiment de la Caisse d'épargne daté de 1900
Le bâtiment de la Caisse d'épargne daté de 1900

Le bâtiment de la Caisse d'épargne daté de 1900

 

Et maintenant, c'est l'interro écrite : voici quelques détails pour stimuler un peu votre curiosité...retrouverez-vous à quelle maison, rue ou quartier, ils appartiennent ? Je ne les ai pas forcément montré sur mes photos...ce serait trop facile ! 

 

 

Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser ! Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser ! Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser !
Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser ! Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser ! Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser !
Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser ! Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser ! Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser !

Quelques détails à retrouver...juste pour s'amuser !

 

J'espère que la visite vous a plu...

Je vous invite à la compléter sur le blog de Nell, qui est un guide tout à fait exceptionnel, et qui connaît bien mieux la région et son histoire que moi !

La petite ville de Graulhet, un rendez-vous à ne pas manquer ! La petite ville de Graulhet, un rendez-vous à ne pas manquer !
La petite ville de Graulhet, un rendez-vous à ne pas manquer ! La petite ville de Graulhet, un rendez-vous à ne pas manquer !

La petite ville de Graulhet, un rendez-vous à ne pas manquer !

Partager cet article

Repost 0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 05:27
Lautrec vu du moulin

Lautrec vu du moulin

 

Etant donné que Nell vous a déjà fait visiter Lautrec, considéré comme un des plus beaux villages de Franceje ne vais faire qu'une visite rapide de ce joli petit village et plutôt la tête dans les nuages... car nous allons le visiter, le nez en l'air ! 

Attention toutefois de ne pas tomber dans les ruelles caladées en pente, en nous suivant, d'autant plus qu'en bavardant, comme nous l'avons fait, cela pourrait bien vous arriver. 

 

Etes-vous prêts à nous suivre dans Lautrec ?

 

Si vous êtes passionnés par l'Histoire, puisque vous n'avez pas la chance d'avoir Nell comme guide, il vous suffira de lire la publication ci-dessous. Pour la voir en grand, cliquez sur le rectangle qui apparaît au milieu lorsque vous passez votre souris sur l'image. 

 

 

Pour ceux qui n'ont pas eu le temps de lire cet historique, je vous donne quelques courts indices sur le village...

Le village de Lautrec a été habité par les Celtes, mais a connu sa période de gloire durant le Moyen Âge, d'où les nombreux vestiges médiévaux qui attirent les touristes. A l'époque, la cité servait de refuge à tous les habitants de la région grâce à ses fortifications et à son château. 

Elle est le berceau historique de la famille de Henri de Toulouse-Lautrec. Je rappelle que le célèbre artiste peintre, né à Albi en 1864, est mort en 1901 est le descendant d'une très vieille famille, originaire de la région.

L'ail rose de Lautrec, devenu lui-aussi célèbre, mais pour des raisons différentes, est apparu dans la région au Moyen Âge. Un marchand ambulant, par manque d'argent, donna, pour régler sa note, quelques-unes de ces jolies gousses roses, à un aubergiste du coin. Celui-ci aurait eu l'idée de les planter... Hélas, je ne vous dirai pas si l'histoire est vrai ou s'il s'agit d'une simple légende, car il n'est plus de ce monde pour en témoigner !

 

Mais revenons à notre visite...

Elle commence forcément par un retour au XIIIe siècle, puisque nos pas nous amènent, juste à côté du parking, vers la porte de la Caussade que nous franchissons pour admirer, le nez en l'air, ce qui reste des remparts et d'une très vieille maison construite en pisé...

La ruelle débouche sur un théâtre d'été en bordure duquel on peut apercevoir les anciens silos à grains enterrés. 

Du haut des remparts, un étrange cavalier protège l'entrée de la ville...

N'oubliez pas de cliquer sur une photo pour la voir en grand et les faire toutes défiler...

 

La porte de la Caussade... le nez en l'air !
La porte de la Caussade... le nez en l'air !La porte de la Caussade... le nez en l'air !
La porte de la Caussade... le nez en l'air !

La porte de la Caussade... le nez en l'air !

 

Ensuite, nous grimpons vers le haut du village par la rue de la Caussade et nous découvrons peu après les halles datant du XVIIe, et plusieurs maisons anciennes à colombage dont certaines datent du XVIe siècle. 

Les vieilles maisons à colombage de LautrecLes vieilles maisons à colombage de Lautrec
Les vieilles maisons à colombage de LautrecLes vieilles maisons à colombage de Lautrec
Les vieilles maisons à colombage de LautrecLes vieilles maisons à colombage de Lautrec

Les vieilles maisons à colombage de Lautrec

 

La collégiale Saint-Rémy, classée aux Monuments historiques depuis 1999, a été édifiée à la fin du XIVe siècle...

La collégiale La collégiale
La collégiale La collégiale
La collégiale La collégiale

La collégiale

 

Il nous faut grimper encore pour atteindre le moulin à vent. Il a été construit sur son promontoire en 1688, puis totalement rénové en 1990. Vous pouvez visiter l'intérieur sur le blog de Nell, puis vous mettre au frais en vous baladant sur le sentier botanique. 

En poursuivant le chemin, on peut même monter encore jusqu'au Calvaire de la Salette et profiter de la vue sur toute la région : la vallée de l'Agoût, la Montagne Noire et même les Pyrénées se voient de là...

Le moulin
Le moulin
Le moulin

Le moulin

 

Parmi toutes les boutiques de la ville, ne pas manquer celles qui vous proposent des vêtements teintés au pastel ainsi que l'atelier du sabotier. Nell vous montre tout cela...

Si vous marchez le nez en l'air, vous découvrirez une foule de détails insolites, enseignes, noms de rues.

Les enseignes, noms de rues et autres détails...Les enseignes, noms de rues et autres détails...
Les enseignes, noms de rues et autres détails...Les enseignes, noms de rues et autres détails...
Les enseignes, noms de rues et autres détails...Les enseignes, noms de rues et autres détails...
Les enseignes, noms de rues et autres détails...Les enseignes, noms de rues et autres détails...

Les enseignes, noms de rues et autres détails...

 

Enfin, vous serez frappés en vous promenant de voir un petit bouquet de blé suspendu à toutes les portes des maisons...

La coutume veut qu'il soit accroché là, dès la Saint-Jean, date du solstice d'été, mais aussi date à laquelle les épis sont bien formés. Cette tradition de placer 7 épis de blés sur la cheminée ou bien accroché à la porte de la maison, descendrait tout droit des Celtes...

Le blé est symbole de prospérité, d'abondance et donc de bonheur. Ce bouquet est donc censé porter chance aux habitants ou au nouveau-né...

Mais attention ! Il faut le cueillir lors du solstice d'été et là, pour cette année, c'est raté...mais il est possible de se rattraper et de le cueillir le 7ème jour du 7ème mois de l'année et (si possible) à la 7ème heure, donc... aujourd'hui !

Me croirez-vous si je vous dis que je ne l'ai pas fait exprès et que j'ai découvert cette information alors que j'avais déjà décidé de programmer cet article à cette date... 

 

 

7 épis de blés réunis en bouquet : le porte-bonheur de Lautrec

7 épis de blés réunis en bouquet : le porte-bonheur de Lautrec

 

Voilà notre petite visite du village de  Lautrec est terminée.

Mais avant de partir, je ne peux faire autrement que de vous montrer une photo du joli lavoir, dont Nell vous parlera plus longuement sur son blog...

Complètement enseveli par la boue au cours des ans, ce lavoir-source a été récemment entièrement réhabilité, dans le cadre d'un chantier de jeunesse. L'eau jaillit du puits pour alimenter le lavoir.

On accède au lavoir par une voie romaine pavée de laquelle, en levant le nez, on a une vue imprenable sur la porte de la Caussade par laquelle nous sommes entrées dans le village.

Allez, on y retourne ?!


 

Le lavoir et la voie romaine
Le lavoir et la voie romaineLe lavoir et la voie romaine

Le lavoir et la voie romaine

 

Bonne idée...mais je vous propose de refaire la visite en suivant d'autres photos de Lautrec, sur le joli blog de Nell. 

Rendez-vous ici lundi prochain pour la suite de notre périple dans le Tarn, enfin... si vous le voulez bien !

Partager cet article

Repost 0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 05:54
Une partie de la ville en arrière du vieux Pont médiéval sur le Dadou

Une partie de la ville en arrière du vieux Pont médiéval sur le Dadou

 

Ah le Dadou ! Depuis le temps que j'en entends parler...il fallait bien que je commence à vous raconter notre visite tarnaise par là.

C'est LA rivière incontournable du Tarn. Ben oui, vous ne me croyez pas !

Regardez plutôt...

Le Dadou qui traverse la ville de Graulhet
Le Dadou qui traverse la ville de GraulhetLe Dadou qui traverse la ville de Graulhet
Le Dadou qui traverse la ville de GraulhetLe Dadou qui traverse la ville de Graulhet

Le Dadou qui traverse la ville de Graulhet

 

Nous sommes donc allées visiter la jolie petite ville de Graulhet qui est traversée par le Dadou. Je vous reparlerai de la ville, elle-même, plus tard. 

Attention dans le Tarn, le "l" suivi de la lettre "h" se prononce comme le "ill"...

 

Vous savez déjà que cette petite ville charmante, que Nell nous a fait visiter maintes fois, possédait de nombreuses mégisseries et quelques tanneries. On la surnommait la "capitale de la basane", la basane étant la peau de mouton douce et souple qu'on utilisait souvent en doublure pour les chaussures. Cette petite ville était considérée comme  la capitale mondiale du cuir, rien que ça ! 

Et vous savez bien que l'eau était indispensable à la préparation des peaux, d'où l'importance du Dadou dans cette histoire.

 

Pour ceux qui l'ont oublié, la mégisserie ne traite que les peaux de chèvres et de moutons (et donc aussi de chevreaux et d'agneaux, hélas !). C'est ce qui la différencie de la tannerie qui, elle, traite toutes les peaux sans distinction.

D'où le nom de mégissier, attribué a celui qui travaille toutes ces peaux.

Pour Yann qui veut toujours tout savoir sur l'origine des mots, ce terme vient du mot "mégis", qui provient de "mégier", venant du mot latin "mege" provenant lui-même de "medicare" donc "médecin". Bizarre n'est-ce-pas ! Le verbe "mégier" indique donc les soins apportés aux peaux...

 

Les mégisseries dépendaient toujours d'ateliers de délainage, qui séparaient la laine de la peau avec minutie, donc sans l'abîmer. Je ne vous dirai donc pas lesquelles de ces "usines" situées au bord du Dadou étaient mégisseries, ou ateliers de délainage...

Celles qui présentent des sortes de claies dont j'ai oublié le nom (mais Nell le sait !) qui servaient à faire sécher les peaux, sont des mégisseries. 

 

Je vous laisse admirer ce qui reste de ce quartier...enfin d'une partie seulement, car on recense pas moins d'une centaine de friches industrielles dans la ville et je ne suis pas allée toutes les photographier...vous vous en doutez !

 

Le quartier des mégisseries de GraulhetLe quartier des mégisseries de Graulhet
Le quartier des mégisseries de GraulhetLe quartier des mégisseries de Graulhet
Le quartier des mégisseries de GraulhetLe quartier des mégisseries de Graulhet

Le quartier des mégisseries de Graulhet

 

Pour se rendre sur les lieux, nous avons parcouru les bords du Dadou et traversé le Pont Vieux, classé monument historique depuis 1937. 

Je n'ai pas fait de photos de ce pont, vu du Pont neuf, car Nell nous le montre sur son blog. 

Il a été construit en 1244 pour relier la ville aux mégisseries, toutes situées sur l'autre rive. Au départ, il comportait trois arches. Des travaux au XVIIIe siècle l'ont modifié puisqu'il a été rehaussé et qu'une des arches a été supprimée. 

Sur la première photo, par derrière, on aperçoit très bien l'arche du Pont neuf, construit juste à côté. 

 

Le  Pont Vieux, un pont médiéval...
Le  Pont Vieux, un pont médiéval...Le  Pont Vieux, un pont médiéval...

Le Pont Vieux, un pont médiéval...

 

Au coeur de ces friches industrielles, un joli petit jardin a été aménagé au bord du Dadou à l'emplacement d'un ancien bâtiment. Il nous attendait toutes les trois pour une "pause papotage" bien méritée...

Comment qu'est-ce que j'entends... "vous auriez préféré que je vous montre davantage de photos !". Non mais j'y crois pas moi !

C'est vrai que j'aurais pu photographier les lavandes, les figuiers, les cognassiers, et autre plantations effectuées pour agrémenter le lieu, mais bon j'avais autre chose à faire...

 

Sur la première photo, on le voit bien ce jardin, même de loin. Il est implanté sur les berges derrière la mégisserie. 

 

Un aperçu du jardin au bord du Dadou
Un aperçu du jardin au bord du DadouUn aperçu du jardin au bord du Dadou
Un aperçu du jardin au bord du DadouUn aperçu du jardin au bord du Dadou

Un aperçu du jardin au bord du Dadou

 

De ce jardin, le promeneur bénéficie d'un point de vue remarquable sur la ville : l'église toute proche, devenue mosquée depuis 1981 ; les deux tours de l'église Notre-Dame du Val d'amour, située au centre ville dans le quartier médiéval, tout proche, dont je vous reparlerai dans quelques jours et quelques autres maisons...sans parler bien sûr des mégisseries dont je vous ai déjà mis les photos plus haut. 

La ville vue à partir du jardin
La ville vue à partir du jardinLa ville vue à partir du jardin
La ville vue à partir du jardinLa ville vue à partir du jardin

La ville vue à partir du jardin

 

Voilà, notre première visite de Graulhet, est terminée pour aujourd'hui...(n'oubliez pas de prononcer "Grauillet" !).

J'espère que la balade vous a plu et je vous donne rendez-vous vendredi pour une autre visite de la région, celle de la jolie ville médiévale de Lautrec. 

En attendant, nous parlerons un peu de lecture...

Partager cet article

Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 06:13
Vue générale de l'église de Saint-Affrique et du vieux pont médiéval sous le mauvais temps...

Vue générale de l'église de Saint-Affrique et du vieux pont médiéval sous le mauvais temps...

 

Nous voilà donc parties en voyage... et comme les pigeons voyageurs, nous avons fait une halte en chemin pour nous reposer et nous restaurer.

Nous nous sommes donc arrêtées à Saint-Affrique (en occitan rouergat Sant Africa), une petite ville qui se situe à environ trente kilomètres de Millau.  C'est une petite ville du sud du Massif Central qui fait partie du département de l'Aveyron et comme le Tarn, de la région Occitanie. 

Elle tire son nom de l'évêque du Comminges au VIe siècle, Affricanus. Vers 470, celui-ci, persécuté par les Wisigoths, se serait réfugié dans la "Vicaria Curiensis" qui prendra ensuite le nom de Saint-Affrique.

La commune fait partie du Parc National des Grands Causses, une région superbe et verdoyante que nous avons traversé avec grand plaisir.

Je vais juste vous montrer quelques éléments de cette ville que nous avons pu observer, lors de notre brève pause méridienne. 

 

D'abord son imposante église gothique : Notre-Dame de Saint-Affrique...

Elle se voit de loin et de n'importe quel parking de la ville. C'est une église paroissiale datant du XIXe siècle, édifiée de 1894 à 1905. Nous n'avons pas eu le temps de visiter l'intérieur, mais ce sera pour une prochaine visite. Elle contient une vierge en bois doré du XVe qui doit valoir le détour.

De l'extérieur, elle est impressionnante car elle montre à tous, et comme je vous l'ai dit, de loin, sa flèche qui culmine à 71 mètres.

 

 

 

L'église Notre-Dame de Saint-Affrique

L'église Notre-Dame de Saint-Affrique

 

Son architecture extérieure regorge de multiples détails et de nombreuses sculptures ornent ses façades...

N'oubliez pas de faire défiler le diaporama en cliquant sur les flèches, pour profiter de toutes les photos ! 

L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...
L'église vue de l'extérieur...

L'église vue de l'extérieur...

 

Le vieux pont médiéval est classé monument historique depuis 1886. Il aurait été bâti vers 1270. Ses dimensions sont exceptionnelles. L'arche principale de 21m50 repose sur des piles de 3m40 de largeur. C'est l'un des plus beaux ponts médiévaux de France. 

 

Malgré les dégâts occasionnées par les crues au cours des siècles, le vieux pont n'a jamais été détruit, ce qui est miraculeux car de nombreuses traces écrites montrent que cela a été envisagé au cours des temps, plusieurs fois !

Ce pont a été pendant des siècles, l'unique moyen de traverser la Sorgues. 

 

Le vieux pont médiévalLe vieux pont médiéval
Le vieux pont médiévalLe vieux pont médiéval
Le vieux pont médiévalLe vieux pont médiéval

Le vieux pont médiéval

 

Il y a en tout cinq ponts qui permettent de traverser la Sorgues. 

On surnomme d'ailleurs Saint-Affrique la ville aux "cinq ponts et aux sept collines". 

Un des ponts de la ville (je ne sais pas son nom !)

Un des ponts de la ville (je ne sais pas son nom !)

 

Quelques vielles maisons bordent la rivière...

Des maisons au bord de la Sorgues
Des maisons au bord de la Sorgues

Des maisons au bord de la Sorgues

 

Derrière l'église, nous avons découvert sur une placette, ce joli puits et son mécanisme pour remonter l'eau.

Cette placette a été aménagée récemment, vers l'an 2000, sur l'emplacement de trois maisons et d'un ancien hôtel dont le délabrement menaçait la sécurité des habitants. C'est en détruisant la dernière maison, qu'un puits a été découvert. Il a été entièrement réaménagé par les services techniques de la ville.

N'oubliez pas de cliquer sur une photo pour l'agrandir...

Le puits de la place du cheval vertLe puits de la place du cheval vert
Le puits de la place du cheval vertLe puits de la place du cheval vert
Le puits de la place du cheval vertLe puits de la place du cheval vert

Le puits de la place du cheval vert

 

J'aurais pu aussi photographier la fontaine des Béliers, située juste à côté sur la place de l'Hôtel de ville, mais il pleuvait fort lorsque nous l'avons traversé, alors je l'ai cherché sur le net !  

 

La fontaine des Béliers, place de l'Hôtel de ville de Saint-Affrique

 

D'autres endroits sont incontournables... comme le kiosque à musique, situé dans le jardin public, ou bien le "pressoir en pierre de Savignac de type en écusson", classé monument historique depuis 1980, ou encore les nombreux dolmens de la région...à visiter aux alentours. 

Si vous partez un jour en vacances dans l'Aveyron, vous savez ce qui vous reste à faire ! 

 

Et pour vous restaurer si vous passez par là, nous vous conseillons le petit restaurant "Terres du Sud" où Rose et Fabrice vous accueillent au 12, rue Gambetta, à deux pas de l'Hôtel de ville. Produits frais, menus faits maison, salades ou tajines savoureux et ambiance familiale et chaleureuse. 

Enfin, nous, on a beaucoup aimé puisque, après l'avoir découvert à l'aller, on s'y est arrêté à nouveau au retour ! 

A bientôt pour la suite de notre périple...

 

Partager cet article

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 06:19

 

Comme un pigeon voyageur qui ne sait voler que dans une unique direction, son pigeonnier, j'ai navigué grâce au soleil, pas du tout perturbée par les intempéries et en allant toujours tout droit... tout droit... encore tout droit, comme on m'avait dit de le faire.

Donc, en traçant une belle ligne horizontale de la Provence vers l'Ouest, je suis arrivée dans le Tarn comme certains d'entre vous l'ont deviné...et non pas en Bretagne ! 

Il faut dire que Cathyrose avait vendu la mèche dans les commentaires...mais je lui pardonne, car elle languit d'être en vacances : vous comprendrez bientôt pourquoi je vous dis ça ! 

 

Voilà le pigeonnier...

Voilà le pigeonnier...

 

Comme l'ancêtre des pigeons voyageurs, qui était un pigeon migrateur, et ne savait migrer qu'en bande, je n'étais pas seule car je me suis arrêtée en chemin pour emmener avec moi un autre pigeon voyageur. 

J'entends les curieux se demander "qui c'est ?" Et bien ce n'est pas à moi de vous le dire...un point c'est tout, c'est à vous de le deviner ! Enfin, vous vous rappelez quand même avec qui j'avais visité la ville de Sommières en mars dernier. Non ?

Bon, alors je vais être sympa juste aujourd'hui, et vous rafraîchir la mémoire. J'y avais retrouvé Mimi et Maryse

 

Nous avons donc mis en route notre système GPS (enfin le mien est muet, il n'est pas comme moi, ce qui n'est pas très commode quand on est seul au volant !)... et, comme les pigeons le font quand ils suivent les routes chauffées par la chaleur de l'été [source wikipedia], nous avons profité des légers courants ascendants dus au bitume chauffé par le soleil (euh là, c'est pas tout à fait ça, parce qu'en fait le bitume, il était un tantinet mouillé et donc pas trop chauffé mais bon...), pour suivre la nôtre_de route je parle...il faut suivre !

 

Orage et soleil

Orage et soleil

 

Et, comme vous l'avez deviné, nous sommes allées embrasser longuement Nell.

Elle nous a fait visiter quelques jolis endroits de sa région tarnaise que je vous montrerai les  jours prochains. 

L'émotion était au rendez-vous et notre coeur, à toutes les trois, a battu à l'unisson mais je vous le jure, et elles vous le confirmeront, nous avons aussi beaucoup pensé à vous, amis de la blogosphère encore virtuels, et aussi beaucoup parlé de vous...

En bien... si si, je vous l'assure ! 

Nous avons eu une pensée particulière pour Maryse qui n'a pas pu nous accompagner cette fois-ci, mais ce n'est que partie remise.

 

Quelle joie quand le virtuel devient réalité, quand on se rend compte que les personnes avec qui on communique depuis longtemps, nous les avions imaginé telles qu'elles sont !

 

Je sais que certain(e)s d'entre vous ont été déçu(e)s car ils ont pensé tout de suite,  habitant dans le Grand Ouest, que nous venions jusque chez eux.

C'est vrai que nous n'étions pas tout à fait à l'Ouest, heureusement d'ailleurs je vous ferais remarquer, sinon, si nous avions été "à l'ouest", nous n'aurions jamais pu en roulant toujours tout droit rentrer chez nous. 

 

Et voilà, où nous avons pu poser nos pattes bien endolories...

"Allez ! zou" comme dirait Nell, place aux photos du domaine où nous avons trouvé nos chambres d'hôtes...un accueil chaleureux avec des hôtes adorables, du calme, car un domaine situé en pleine campagne au milieu des champs de tournesol, des petits déjeuners savoureux et, pleins de conseils pour visiter le coin, trouver un bon restaurant, bref découvrir cette jolie région, située en plein coeur du triangle d'or tarnais...

 

Le cadre bucoliqueLe cadre bucolique
Le cadre bucoliqueLe cadre bucolique

Le cadre bucolique

 

La bâtisse est une ancienne ferme datant du XIXe siècle, construite entièrement en pierre de taille. Les chambres se trouvent dans l'ancien corps de ferme, retapé uniquement avec des matériaux traditionnels, bois et pierre et joliment décoré. 

La bâtisse
La bâtisse

La bâtisse

 

Un seul bémol : la météo car les nombreux orages ne nous ont pas permis de profiter de la jolie piscine, ni du jardin fleuri et si agréable, mais ce n'était pas le but de notre visite. Ce sera sans doute pour une prochaine fois...

 

Vues du jardin
Vues du jardinVues du jardin

Vues du jardin

 

Car vous le savez bien, les pigeons finissent toujours par retourner dans leur joli pigeonnier ! 

 

Les champs de tournesol alentour
Les champs de tournesol alentour

Les champs de tournesol alentour

 

Voilà pour ce début de balade tarnaise...

Ne comptez tout de même pas sur moi, pour vous mettre des photos de cette rencontre exceptionnelle. Vous savez déjà que ce n'est pas mon style.

Dans les jours prochains, je vous ferai visiter quelques-uns des lieux que nous avons eu le temps de voir ensemble, enfin... si vous le voulez bien.

Partager cet article

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 06:10
Le chemin là où nous l'avons laissé hier...

Le chemin là où nous l'avons laissé hier...

 

Poursuivons le chemin que nous avons laissé hier et dirigeons-nous vers les cascades. 

La première cascade est difficile à photographier car il aurait fallu descendre en contrebas dans une propriété privée...

Elle est pourtant bien là et l'eau s'engouffre dans une toute petite trouée dans les rochers. 

En bas la première vasque est peu accessible. Seuls les habitants du village y descendent en été en passant par le voisinage. 

 

La première cascade
La première cascadeLa première cascade
La première cascade

La première cascade

 

Un peu plus loin, nous devons traverser l'Aiguebelle pour poursuivre notre chemin en sous-bois et arriver à la seconde vasque.

De là, on a une vue magnifique sur la seconde cascade et le toboggan qui réunit la vasque supérieure à celle où nous nous trouvons. 

Il est conseillé à ceux qui ont de jeunes enfants de s'arrêter là.

Les petits pourront jouer à jeter des cailloux dans l'eau et en été, se rafraîchir dans une eau peu profonde et toujours un peu chauffée au soleil.

 

La vue sur le tobogganLa vue sur le toboggan
La vue sur le toboggan
La vue sur le tobogganLa vue sur le toboggan

La vue sur le toboggan

 

Soit vous avez le courage de grimper directement par la paroi. Mais oui regardez bien, il y a des marches creusées dans le rocher vers la droite du toboggan, soit comme moi, vous allez choisir de faire le tour par le chemin creusé dans le rocher...

Une sorte de rampe permet de sécuriser le lieu car à votre droite la falaise tombe à pic et  il faut marcher, courbé en deux à certains endroits. Il est conseillé de bien tenir les enfants...et de faire attention où vous mettez les pieds ! 

 

Le chemin d'accès à la dernière cascade, creusé en partie dans le rocher
Le chemin d'accès à la dernière cascade, creusé en partie dans le rocher Le chemin d'accès à la dernière cascade, creusé en partie dans le rocher
Le chemin d'accès à la dernière cascade, creusé en partie dans le rocher

Le chemin d'accès à la dernière cascade, creusé en partie dans le rocher

 

Ce chemin vous mène tout droit au trou d'eau et à la dernière cascade...

Le trou d'eau au printemps et la dernière cascade.
Le trou d'eau au printemps et la dernière cascade. Le trou d'eau au printemps et la dernière cascade.

Le trou d'eau au printemps et la dernière cascade.

 

Vous pourrez vous amuser à passer derrière la chute d'eau...un peu au-delà, la roche est creusée et forme un abri. 

Ces photos ont été prises par mon mari avec son super APN ! Moi je ne sais pas faire ça...
Ces photos ont été prises par mon mari avec son super APN ! Moi je ne sais pas faire ça...Ces photos ont été prises par mon mari avec son super APN ! Moi je ne sais pas faire ça...

Ces photos ont été prises par mon mari avec son super APN ! Moi je ne sais pas faire ça...

 

La vue d'en-haut est assez magique...

La vue vers la seconde cascade en contrebas.
La vue vers la seconde cascade en contrebas.

La vue vers la seconde cascade en contrebas.

 

En été, une halte baignade s'impose dans le trou d'eau toujours trop frais, mais entouré de verdure...

Le trou d'eau au mois d'août

Le trou d'eau au mois d'août

 

Un chemin, très ensoleillé, continue au delà vers les ruines du château...

Ce sera l'objet d'une prochaine balade ! 

 

Une autre famille, de retour de leur visite des ruines du château...

Une autre famille, de retour de leur visite des ruines du château...

 

Cet article est l'occasion pour moi de rendre un bien modeste hommage à Pierre qui n'est plus parmi nous depuis peu.

Nous échangions souvent par blogs interposés, sur les plantes et les balades de la région drômoise où il avait vécu avec sa famille, mais aussi sur nos lectures. Je vous mets ici le lien vers la vidéo qu'il avait proposé dans son article sur les cascades de l'Aiguebelle

Il manque beaucoup à tous ceux qui le connaissaient. Je ne pourrais plus jamais me rendre dans ces lieux dont nous partagions la curiosité, sans penser à lui...

 

La vidéo de Pierre mise en ligne sur youtube et sur son blog

Partager cet article

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:10
Le village de Pontaix

Le village de Pontaix

 

Restons encore un peu dans la Drôme aujourd'hui et demain si vous le voulez bien ...

Je vous ai déjà emmené l'été dernier, visiter le village de Pontaix...

Dans ce petit village des bords de Drôme, il existe un lieu de baignade secret, enfin qui était secret avant que la célèbre émission de télévision diffusée sur FR3 le mercredi soir ne dévoile ses charmes.

Il s'agit des cascades de l'Aiguebelle.

 

De nombreux blogs parlent de cet endroit paradisiaque, alors je pense qu'il est inutile que je le garde jalousement pour moi, car bien sûr, il paraît évident que l'été venu, nous n'y serons plus jamais seuls désormais...

Lors de notre dernière visite, et alors que jusque-là il n'avait jamais été signalé par une quelconque indication, nous avons constaté que la petite rue venait de se voir baptisée par une jolie plaque moderne. 

 

 

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

En arrivant dans le village de Pontaix, en direction de Die, il suffit de se garer là où vous le pourrez, car heureusement pour les riverains, les parkings limitent le nombre de visiteurs...

Vous accéderez ensuite au vieux village. Autrefois on le traversait en voiture. Aujourd'hui les ruelles apparaissent si étroites que cela semble mission impossible. 

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

N'oubliez pas au passage de dire un petit mot aux habitants qui sont souvent installés devant leurs maisons sur un banc pour prendre le frais, et passent le temps tout en papotant et en observant les touristes. Certains sont même les garants du passé et fleurissent joliment les bornes incendies d'antan...

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

Le petit ruisseau, l'Aiguebelle,  que nous allons remonter, se jette dans la Drôme à cet endroit.

Le confluent entre l'Aiguebelle et la DrômeLe confluent entre l'Aiguebelle et la Drôme
Le confluent entre l'Aiguebelle et la Drôme

Le confluent entre l'Aiguebelle et la Drôme

 

En face de la jolie passerelle fleurie sur laquelle vous pouvez passer si vous voulez, la ruelle s'enfonce à travers les maisons pour rejoindre la nature "sauvage".  

Vous croyez vous être trompés et bien non, c'est bien par là ! 

Le sentier est creusé dans le rocher...et il faut emprunter le passage "secret" que vous voyez là-bas tout au fond.

Le passage secret recto-versoLe passage secret recto-verso
Le passage secret recto-verso

Le passage secret recto-verso

 

De part et d'autre du chemin, quelques accès ouvrent sur de vieilles maisons...

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la DrômeLes cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

Parfois, il faut descendre en contrebas vers la rivière.

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

Ou au contraire, monter quelques marches pour accéder à un chemin pratiquement inutilisé aujourd'hui. 

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

Le sentier se poursuit par un escalier. On commence à apercevoir la barre rocheuse de la première cascade à notre gauche...et la rivière en contrebas. 

Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la DrômeLes cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme
Les cascades de Pontaix (1) / Balade dans la Drôme

 

En se retournant, on a une belle vue sur le village...qui n'est pas loin. 

La vue sur le village de Pontaix et la voie ferrée
La vue sur le village de Pontaix et la voie ferrée

La vue sur le village de Pontaix et la voie ferrée

 

Il faut poursuivre le chemin pour entendre le bruit de l'eau...

Nous approchons de la première cascade !

Mais pour faire durer le plaisir, je ne vous emmènerai au bord de l'eau que demain, si vous le voulez bien ! 

A demain !

A demain !

Partager cet article

Repost 0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 06:11
Le marché aux fleurs juste à côté du parking

Le marché aux fleurs juste à côté du parking

 

La promenade dans les rues nous apprend toujours beaucoup de choses sur une ville ou un village, que ce soit en regardant les noms de ces rues où en observant les monuments, les statues, ou tout autre patrimoine, petit ou grand, laissé par les habitants.

 

La première chose que l'on voit en arrivant à Sanary en dehors de la tour carrée...c'est la mer et bien sûr le port dont je vous parlerais un jour prochain.

 

Sanary et le port vu d'en-haut

Sanary et le port vu d'en-haut

 

La tour carrée appelée aussi Tour romane, a été érigée vers 1300 à l'époque où la ville s'appelait encore Saint-Nazaire et dépendait d'Ollioules comme je vous l'ai expliqué dernièrement. Elle est un exemple typique de l'architecture romane militaire. Elle mesure 21 mètres de hauteur et se voit donc de loin. 

Au départ, elle servait de tour de guet et était entourée d'un fossé de défense afin de protéger la garnison et surtout les armements. Vers 1507, des maisons sont construites à proximité et la tour cessera peu à peu de fonctionner comme tour de guet au cours du siècle. On l'utilisera ensuite comme une prison, puis un grenier pour les provisions et le fossé sera définitivement comblé au début du XVIIIe siècle. 

Au dernier étage se trouve encore l'ancien pigeonnier. 

 

La Tour carrée cachée en partie par l'hôtel qui porte son nom

La Tour carrée cachée en partie par l'hôtel qui porte son nom

 

Restaurée par la ville, elle est ouverte au public depuis 1990 et son musée se visite également. Il s'agit d'un musée international d'archéologie sous-marine. Ses collections proviennent de fouilles effectuées dans la baie de Sanary et la rade du Brusc. Il a été baptisé "Musée Frédéric Dumas" en hommage à un passionné de plongée.

Sanary est en effet la cité historique de la plongée sous-marine. Les trois "Mousquemers" que sont Frédéric Dumas, Jean-Yves Cousteau et Philippe Tailiez s'y sont rencontrés et y firent de nombreuses expérimentations. Ils ont testé ici leur matériel de plongée, parfois unique...

Le musée présente dans ses salles, toute une collection d'équipements de plongée et les amateurs peuvent y découvrir l'étendue des progrès réalisés dans ce domaine.

 A visiter un jour prochain donc lorsque je retournerai m'y balader...

L'entrée du musée dont une partie se trouve dans la tour

L'entrée du musée dont une partie se trouve dans la tour

 

En longeant le port, nous apercevons l'église Saint-Nazaire, appelée aussi l'église Saint Nazaire-Saint Celse.

Elle a été construite à la fin du XIXe siècle dans un style néoroman par Michel Pacha en remplacement de l'ancienne église du XVIe. 

Ce personnage célèbre à Sanary, de son vrai nom Marius Michel, était officier de marine et architecte. C'est lorsqu'il est devenu maire de la ville qu'il décida d'y faire des transformations importantes et de la moderniser pour en faire une station balnéaire. 

En 2000, l'intérieur a été décoré de fresques d'inspiration byzantine...que je ne vous montrerai pas car je ne l'ai pas visité. 

 

L'église Saint-Nazaire
L'église Saint-Nazaire

L'église Saint-Nazaire

 

La fontaine de l'agriculture, c'est son nom a été érigée en hommage à l'agriculture, car malgré les apparences, et la proximité de la mer, Sanary a toujours été un pôle important pour l'agriculture dans l'arrière-pays. 

Une autre statue est érigée en hommage à la marine. 

La fontaine de l'agriculture

La fontaine de l'agriculture

Statue et fontaine vues de prèsStatue et fontaine vues de près

Statue et fontaine vues de près

 

En se promenant sur le port on aperçoit aussi l'horloge située sur le fronton de la mairie...elle date de 1890. 

L'horloge

L'horloge

 

Tout près des travaux, l'hôtel-restaurant de la Tour tente d'attirer les touristes avec ses jolies tables colorées...mais ce n'est pas très drôle car personne ne peut voir le port à travers les grosses toiles tendues pour sécuriser les lieux. 

L'ambiance est là mais personne n'est assis au-dehors.L'ambiance est là mais personne n'est assis au-dehors.

L'ambiance est là mais personne n'est assis au-dehors.

 

Dans les rues qui montent vers la petite Chapelle Notre-Dame de la Pitié dont je vous ai parlé cette semaine, on passe devant la maison Cousteau toujours habitée par son fils. 

L'entrée de la maison CousteauL'entrée de la maison Cousteau
L'entrée de la maison Cousteau

L'entrée de la maison Cousteau

 

De nombreux personnages célèbres ont vécu à Sanary et plusieurs plaques leur rendent hommage, ici ou là dans les rues. 

N'oublions pas non plus que durant le XXe siècle et la seconde guerre mondiale de nombreux écrivains exilés ont été accueillis par la ville. 

 

Petite balade dans les rues de Sanary / Balade dans le VarPetite balade dans les rues de Sanary / Balade dans le Var

 

Quelques grandes bâtisses richement ornées dominent la baie...ou se découvrent dans les rues au fil de la balade. Leur  style est parfois fort différent comme vous pouvez le voir sur ces deux photos. 

Quelques bâtisses...
Quelques bâtisses...

Quelques bâtisses...

 

Et puis il y a tout ce que nous ne pouvons voir et cette porte par exemple s'ouvre sur un mystérieux jardin qui domine la baie et les îles...La vue doit y être magnifique ! 

Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...
Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...

Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Mystère...

Partager cet article

Repost 0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 06:13
Les rives du Vidourle vues du pont romain

Les rives du Vidourle vues du pont romain

 

Pour terminer notre belle journée de balade à Sommières, je vous propose cette courte promenade au bord de l'eau...

 

Nous avons commencé notre visite de la vieille ville en traversant le pont submersible situé sur le Vidourle. C'est un pont sans parapet, au ras de l'eau qui est assez large pour traverser la rivière sans risque et bien sûr, il est le premier à se trouver sous l'eau, comme son nom l'indique dès que la rivière gonfle...

 

Le pont submersible de près et de loin
Le pont submersible de près et de loinLe pont submersible de près et de loin
Le pont submersible de près et de loin

Le pont submersible de près et de loin

 

Les rives sont très agréablement boisées.

Il manque juste quelques bancs mais il faut noter que certaines terrasses de café ou de restaurant se sont installées près de l'eau ce qui en saison doit être agréable. 

Les rives du Vidourle
Les rives du VidourleLes rives du Vidourle
Les rives du VidourleLes rives du Vidourle

Les rives du Vidourle

 

Une courte chute d'eau casse un peu le débit de la rivière.

Les bancs de gravier sont investis par quelques oiseaux d'eau... 

Sommières au bord de l'eau (3) / Balade dans le Gard
Sommières au bord de l'eau (3) / Balade dans le Gard

 

Et bien sûr, nous avons fait d'autres rencontres sympathiques, en marchant sur les berges.

Et je vais vous dire, ces canards étaient bien plus sages et silencieux que nous... cela vous étonne ?

Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin
Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en cheminQuelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin
Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en cheminQuelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin

Quelques canards colverts, mâles et femelles rencontrés en chemin

 

Comme je vous l'ai déjà dit hier, le Vidourle est depuis toujours très capricieux. Ceci explique peut-être la présence de cette croix, implantée au milieu du Pont Romain, censée protéger les habitants de ses débordements...

Sommières au bord de l'eau (3) / Balade dans le Gard

 

J'espère que notre petite balade entre amies vous a plu ! Nous l'avons terminé dans la voiture, bien à l'abri de la pluie, en attendant pour nous séparer, que le déluge se calme... mais il a repris de plus belle une fois en route. 

Partager cet article

Repost 0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:15

 

Nous voilà sur le chemin de la vieille ville... Le plus court serait d'y entrer par le pont romain mais nous suivons Mimi qui nous fait traverser le Vidourle par le pont submersible que je vous montrerai demain : nous avons tout notre temps et le plaisir de la balade est partagé. 

De l'autre côté du pont, déjà de jolies maisons nous attendent...

Une jolie maison pour se mettre dans l'ambiance

Une jolie maison pour se mettre dans l'ambiance

 

Un fois le pont traversé, nous longeons une petite voie à sens unique. En chemin ici ou là nous avons déjà un aperçu de ce qui nous attend... 

Voici l'ambiance...Voici l'ambiance...
Voici l'ambiance...Voici l'ambiance...

Voici l'ambiance...

 

Nous arrivons sur une placette où se trouve l'entrée de la vieille ville : c'est la porte du Bourguet.

 

La porte du Bourguet

La porte du Bourguet

 

Cette porte est une ancienne porte médiévale qui est encore ornée de ses battants en bois cloutés.

L'ensemble a été restauré après les inondations de 2002. A cet endroit l'eau atteignait environ 4 mètres, soit le niveau du premier étage. 

La porte médiévale cloutéeLa porte médiévale cloutée

La porte médiévale cloutée

 

Nous voilà dans la rue principale. Cette rue est l'axe commerçant de la ville et attire de nombreux touristes. Elle est piétonne et très agréable.

Je n'ai pris en photo qu'un magasin de jouet de seconde main qui nous a attiré avec son pinocchio coloré. 

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

A l'intérieur de la vieille ville, de nombreuses bâtisses sont anciennes. La plupart dateraient du XVIe ou XVIIe siècle. 

 

Une maison ancienne

Une maison ancienne

 

Voici quelques détails architecturaux : ce sont pour les trois premières photos, les fameux mascarons qui servaient à éloigner les mauvais esprits. Cathy, du blog "Virjaja"nous en a montré quelques-uns cette semaine, photographiés à Perpignan. 

Quelques détails architecturaux
Quelques détails architecturauxQuelques détails architecturaux
Quelques détails architecturaux

Quelques détails architecturaux

 

Une seconde rue commerçante débute sous le porche de la Tour de l'horloge exactement dans le prolongement du Pont romain. Je vous l'ai montré hier.

Elle débouche sur la place des Docteurs Dax. Cette place, anciennement place du marché, est aujourd'hui devenue un parking, inondable, à l'usage des habitants du vieux quartier. Chacune des arcades sert d'abri à une voiture. C'est amusant de savoir que certaines de ces arcades sont des arches du pont romain ensevelies dans les bâtiments. Il faisait beaucoup trop sombre, sans le soleil, pour que je vous montre les voûtes par-dessous. 

C'est surprenant de savoir que lorsqu'on est sur cette place, on est à peu près au niveau du lit de la rivière.

 

 

La place des Docteurs Dax
La place des Docteurs DaxLa place des Docteurs Dax

La place des Docteurs Dax

 

C'est sur cette place que se trouve l'entrée de l'escalier qui permet de monter sur la terrasse du beffroi, puis au clocher, dont je vous ai également parlé hier. 

L'accès à la terrasse du beffroiL'accès à la terrasse du beffroi

L'accès à la terrasse du beffroi

 

La place Jean Jaurès est aujourd'hui la place principale de la vieille ville. C'est l'ancienne place des Halles.

Elle est animée par de nombreux cafés et restaurants. Son côté piétonnier est bien agréable...ses pavés et ses arcades séculaires ajoutent au charme du lieu. 

Nous n'avons pas pu nous restaurer dehors sous les arcades car le temps ne le permettait pas, mais l'intérieur de la taverne où nous avons poursuivi nos bavardages était très agréable. 

 

La place Jean Jaures et l'intérieur du restaurantLa place Jean Jaures et l'intérieur du restaurant

La place Jean Jaures et l'intérieur du restaurant

 

Des rues anciennes et pour la plupart pavées, partent de nombreuses ruelles étroites qui soit, montent vers le haut du village et le château, soit redescendent vers la rivière. 

De nombreuses ruellesDe nombreuses ruelles
De nombreuses ruellesDe nombreuses ruelles

De nombreuses ruelles

 

Quelques balustrades très décoratives ici ou là...

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le GardLa vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

Des noms des rues qui ne manquent pas de charme...et attestent des activités passées. 

 

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le GardLa vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard
La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

De nombreuses personnalités sont attachées à cette petite commune et nous retrouvons ça et là des plaques à leur mémoire. 

La vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le GardLa vieille ville médiévale (2) / Balade à Sommières dans le Gard

 

A demain... pour une balade au bord de l'eau, si vous le voulez bien !

Je ne sais pas pourquoi des chats noirs se promènent dans la ville !Je ne sais pas pourquoi des chats noirs se promènent dans la ville !

Je ne sais pas pourquoi des chats noirs se promènent dans la ville !

Partager cet article

Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 06:12

 

Comme je vous l'ai dit, jeudi dernier, j'ai eu la joie de rencontrer deux amies blogueuses pour une journée d'échanges et d'émotions partagées. 

A cette occasion, nous nous sommes retrouvées toutes les trois dans la petite ville de Sommières dans le Gard, entre Nîmes et Montpellier.

Nous avions choisi cet endroit pour que chacune puisse faire un bout du trajet qui nous séparait. 

 

Vous avez été très nombreux à penser à nous et à vous inquiéter de la météo.

Et bien je dois vous dire que vos pensées nous ont permis de ne pas avoir de pluie de la journée ! Bien que le temps ait été plutôt gris, nous ne l'avons même pas remarqué...

C'est seulement vers 16 heures que la pluie est arrivée pour de bon et le retour chez nous s'est donc effectué sous un véritable déluge et même de la grêle...histoire de marquer doublement cette belle journée chargée d'émotions ! 

Nous avons donc eu tout loisir non seulement de papoter et de faire plus ample connaissance, mais aussi de visiter la ville puisque nous avions un guide parfait, Mimi connaissant bien ce joli petit coin d'Occitanie.

 

Sommières, une petite ville médiévale au bord du VidourleSommières, une petite ville médiévale au bord du Vidourle
Sommières, une petite ville médiévale au bord du Vidourle

Sommières, une petite ville médiévale au bord du Vidourle


Sommières est une petite ville médiévale très agréable, à la frontière entre le Gard et l'Hérault.  Elle est traversée par le Vidourle, une jolie rivière bien connue pour ses crues mémorables et ses nombreux caprices, pas toujours prévisibles.

Le Vidourle est ce qu'on appelle un fleuve côtier. Il prend sa source dans les Cévennes et se jette en méditerranée. Or tout le monde a entendu parler de ce qu'on appelle en météo, un épisode cévenol, je pense...

Les vidourlades, ces crues mémorables sont donc malheureusement un phénomène qui existe depuis des décennies. 

 

Sommières et ses monuments(1) / Balade à Sommières dans le Gard

 

La dernière crue marquante date de 2002 et cette année-là, à deux reprises, l'eau a atteint la vieille ville et submergé le pont romain dont je vais vous parler, l'eau étant montée à une cote de plus de 8 mètres au dessus du niveau habituel.

Le niveau de l'eau est donc surveillé de très près par les habitants en période de pluies intenses, car l'eau peut monter très vite et envahir les habitations.

Carte des inondations

Carte des inondations

 

La ville a été construite au Moyen Âge vers le X°siècle et les rues de l'ancienne ville nous offrent de nombreuses merveilles que nous avons découvert avec plaisir tout en papotant.

Aujourd'hui, nous allons nous contenter de découvrir les principaux monuments de la ville...

Demain je vous montrerai les merveilles de la vieille ville...

Puis nous terminerons la balade par le bord de l'eau ! 

Une journée bien remplie comme vous pouvez le constater.

 

La tour carrée qui surplombe la ville

La tour carrée qui surplombe la ville

 

Tout d'abord, avant même d'apercevoir la rivière, le visiteur aperçoit de loin, la tour carrée. C'est un des vestiges de l'ancien château fort. Elle est haute de 25 mètres et domine la ville de plus de 50 mètres, ce qui explique qu'elle se voit de loin. Nous ne sommes pas allées visiter les ruines du château car nous avions tant de choses à nous dire qu'on ne pouvait pas tout faire...

A proximité le promeneur peut observer les restes de remparts et la Chapelle Royale de Castrale Saint-Sauveur que donc nous n'avons pas vu. La vue de là-haut est, paraît-il, magnifique. 

 

Les remparts vus de la vieille ville

Les remparts vus de la vieille ville

 

Puis lorsqu'on se rapproche de la rivière, on aperçoit le Pont romain dit Pont "de Tibère".  Comme son cousin le Pont-du-Gard, il est très bien conservé. Ce pont a pourtant été construit au Ier siècle de notre ère par l'Empereur Tibère qui désirait ainsi relier Nîmes à Toulouse. Le pont était à l'origine constitué d'une vingtaine d'arches. La ville s'est construite en partie sur le pont et les arches ont été englobées dans les habitations : aujourd'hui seulement sept d'entre elles, sont encore visibles.

Le pont fait partie des monuments qui ont été rénovés au XVIIIe siècle. Les parapets de pierre ont été remplacés par des rambardes en fonte.  A noter, comme je vous l'ai déjà dit, lorsque le Vidourle déborde, le pont est entièrement enseveli sous les eaux ainsi qu'une partie de la vieille ville.

Vous voyez la hauteur de l'eau ? Impressionnant, n'est-ce pas ?

 

Le Pont romain ou pont "de Tibère"
Le Pont romain ou pont "de Tibère"Le Pont romain ou pont "de Tibère"
Le Pont romain ou pont "de Tibère"Le Pont romain ou pont "de Tibère"

Le Pont romain ou pont "de Tibère"

 

Au Moyen Âge, le pont était fermé par deux portes à chacune de ses extrémités. Une seule subsiste aujourd'hui : c'est le beffroi, encore appelé Tour de l'horloge.

Le beffroi  aurait été construit vers le XIIIe ou XIVe siècle. Il s'agit d'une tour fortifiée située donc dans l'axe du pont romain. Il permet l'accès à la vieille ville. 

De l'autre côté du pont romain, la deuxième porte surnommée, la "gleizette" s'est effondrée lors d'une du crue au XVIIIe siècle. 

Le beffroi est inscrit aux monuments historiques depuis le 27 mars 1926. La mairie se trouve juste à côté. 

A noter la herse est toujours en place. 

 

Le beffroi vu du pont romain

Le beffroi vu du pont romain

 

Des canons gargouilles ornent la tour. Ils sont situés juste au-dessus de l'énorme cadran horloge sur la photo ci-dessous côté extérieur. On découvre aussi le blason de la ville. 
 

On voit bien les canons gargouilles au-dessus de l'horloge...

On voit bien les canons gargouilles au-dessus de l'horloge...

 

On peut monter sur la tourelle qui surplombe le beffroi par un petit escalier en colimaçon visible de l'intérieur de la ville. Le campanile en fer forgé est surmonté par une girouette. Il paraît que la cloche est fêlée et émet un son particulier mais je vais vous dire un secret...si elle a sonné pendant notre balade, nous ne nous en sommes pas du tout aperçu !

Il y a un cadran-horloge énorme de chaque côté du beffroi. Tous deux ont été installés à la fin du XIXe siècle.

Le beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessusLe beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessus
Le beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessus

Le beffroi côté vieille ville...Penser à agrandir les photos en cliquant dessus

 

Un autre monument ne passe pas inaperçu : c'est l'église Saint Pons.

Je précise tout de suite, pour les adeptes, que nous n'avons pas eu le temps de la visiter. Il paraît que l'intérieur est splendide et surtout étrangement coloré. Cette église romane a été entièrement rénovée au XIXe siècle dans un style néo-gothique alors à la mode. 
 

L'Eglise Saint PonsL'Eglise Saint Pons
L'Eglise Saint Pons

L'Eglise Saint Pons

 

Elle est située sur une place très originale...dont je n'ai pas noté le nom. 

De cette place, part une série d'escaliers permettant de monter au château. Ces escaliers sont bordés de rambardes et en route, des bancs de pierre permettent de prendre un peu de repos.

La montée vers le château

La montée vers le château

 

En chemin, une autre église a attiré notre attention et en particulier la vierge qui se trouve en façade. 

La vierge sur la façade d'une autre église

La vierge sur la façade d'une autre église

 

Qu'importe ce qui n'a pas été vu cette fois-ci, nous essaierons de faire mieux lors d'une prochaine visite. 

A demain, si vous le voulez bien, pour visiter avec nous la vieille ville...

Partager cet article

Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 07:30
La Font d'Arles

La Font d'Arles

 

Voilà une balade hivernale parfaite car elle permet de marcher sur de petites routes, fréquentées uniquement par les riverains, abritées du vent et ensoleillées toute la journée sauf pour les passages dans les sous-bois.

L'arrivée à la Font d'Arles, située sur la petite route du même nom ne peut pas se rater car il s'agit de quitter la route au niveau de deux piliers...pour suivre dans l'herbe, le petit chemin. 

Bien que le tracé de la balade soit disponible à l'office de tourisme, il faut savoir que vous entrez dans une propriété privée. Vous êtes donc invités à respecter les lieux pour que les propriétaires nous permettent à tous, encore longtemps, de découvrir cet endroit charmant.

 

L'entrée de la Font d'ArlesL'entrée de la Font d'Arles
L'entrée de la Font d'Arles

L'entrée de la Font d'Arles

 

Là, derrière une haie de cyprès se cache un petit bassin envahi par la végétation et que je n'ai encore jamais vu empli d'eau, la Font d'Arles. Il serait alimenté par la source du Coulet.

 

Le bassin
Le bassin Le bassin

Le bassin

 

C'est un ancien bassin entièrement construit en pierres verticales.

La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13)
La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13) La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13)

 

Le mot "Font" je vous le rappelle est un mot d'origine provençale qui signifie fontaine, c'est-à-dire, source naturelle. On retrouve souvent ce mot dans des noms de lieux, même si les sources n'y coulent plus depuis longtemps...

 

La source a permis dans le passé de nombreuses cultures, sur les restanques encore bien visibles sous les arbres...

 

De nombreuses restanques sont encore visibles
De nombreuses restanques sont encore visiblesDe nombreuses restanques sont encore visibles
De nombreuses restanques sont encore visibles

De nombreuses restanques sont encore visibles

 

Les arbres qui entourent le bassin et le petit cabanon attenant, contribuent au charme du lieu.

Le cabanon et la forêt alentour
Le cabanon et la forêt alentourLe cabanon et la forêt alentour
Le cabanon et la forêt alentourLe cabanon et la forêt alentour

Le cabanon et la forêt alentour

 

Le village de Lambesc, que l'on aperçoit au loin du bord du bassin, possède en tout, pas moins de quatre petites rivières qui le traversent, et une bonne vingtaine de sources, certaines encore actives ce qui est plutôt rare dans la région provençale.

La plupart se trouve dans des propriétés privées qu'elles alimentent en eau.
 

 

La Font d'Arles, une source naturelle en pleine campagne / Balade près de Lambesc (dans le 13)

 

Nous quittons ce lieu paisible presque à regret en nous promettant d'y revenir, mais la balade peut se poursuivre et pour cela il suffit tout simplement de continuer sur le chemin...

Au revoir pour une autre balade

Au revoir pour une autre balade

Partager cet article

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 07:03
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)
La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)

 

Voilà une petite chapelle romane qui vient d'être totalement rénovée et qui attire de nombreux touristes et pèlerins. Il s'agit de la chapelle Saint-Symphorien de Vernègues, un petit village provençal dont je vous parlerai encore souvent car il est riche en histoire et petit patrimoine.

En fait la chapelle se situe entre deux villages, celui de Vernègues et celui de Cazan (situé sur la nationale 7).

La partie la plus ancienne du bâtiment date du XIIème siècle. Elle a été ensuite agrandie et différentes parties ont été accolées à la chapelle d'origine en fonction des besoins et ce jusqu'au XVIIème siècle. Elle est construite dans un style très provençal et d'ailleurs de loin, on pourrait presque la prendre pour un grand mas. 

 

Qui était Symphorien ?

 

Symphorien vient du grec "sumphoros" qui signifie "porte"

Saint Symphorien était un jeune chrétien appartenant à une famille noble d'Autun. Il fut condamné à la décapitation pour avoir refusé de s'agenouiller devant la statue de Cybèle, la déesse romaine de la Terre qui était vénérée dans sa ville natale d'Autun. C'était en l'an 178 environ, sous le règne de Marc Aurèle. Ayant refusé de renier sa foi en Dieu, son seul maître, il devint un martyr. De nombreuses communes françaises et des édifices religieux portent son nom.


 

Le Martyre de saint Symphorien (1834) /  tableau peint par Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le Martyre de saint Symphorien (1834) / tableau peint par Jean-Auguste-Dominique Ingres

 

En Provence, il était censé protéger contre les crues du Rhône ou de la Durance, ou simplement contre les noyades. Il était aussi imploré pour faire tomber la pluie. Il était aussi invoqué par les malades et les handicapés. 

Je n'ai pas pu visiter la chapelle depuis sa rénovation et je vous mettrai des photos de l'intérieur dès que j'y retournerai.

La chapelle Saint Symphorien de Vernègues (dans le 13)

 

Elle sert aujourd'hui de lieu d'exposition. En été, elle est le siège de nombreuses soirées musicales. 

Aujourd'hui, les croyants continuent à vénérer Saint-Symphorien et organisent deux fois par an un pèlerinage au cours duquel sa statue est déplacée de la chapelle Saint Symphorien à l'église de Vernègues (le 21 août) puis de l'église du village à la chapelle, le 3ème dimanche d'octobre. En octobre, la messe chantée en provençal suit la bénédiction des chevaux, attelages et cavaliers, un spectacle à voir...

Chaque année, en plus des deux pèlerinages, tous les lundis de Pâques, il y a une messe en provençal qui attire les foules. 

 

A côté de la chapelle, dans l'ancien ermitage, c'est la maison du gardien. 

 

La petite maison du gardien accolée à la bâtisse

La petite maison du gardien accolée à la bâtisse

 

Retrouvez d'autres articles sur le village de Vernègues très bientôt. 

Partager cet article

Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 07:04
La Chapelle Saint-Anne de Goiron
La Chapelle Saint-Anne de Goiron

La Chapelle Saint-Anne de Goiron

 

Cette petite chapelle romane datée du XIème siècle est située entre les villages de Lambesc et de la Roque-d'Anthéron, sur le plateau de Manivert (479 mètres) qui lui-même fait partie de la Chaîne des Côtes. 

 

Elle a été sans aucun doute construite par des ermites qui résidaient au départ sur le lieu-dit, appelé Silvacane, près de l'actuel village de La Roque-d'Anthéron. Ils construisirent ensuite sur ce lieu, une abbaye, l'Abbaye de Silvacane qui fait partie des "trois soeurs provençales" c'est-à-dire des trois grandes abbayes cisterciennes de la région.

 

La chapelle Saint-Anne de Goiron dont je vais vous parler aujourd'hui est classée aux monuments historiques.

Plusieurs chemins d'accès sont possibles à partir du village de Lambesc, pour atteindre cette jolie chapelle.

- On peut partir directement du village et prendre la route face à la mairie qui conduit au camp d'Eyguières, passe devant la superbe noria dont je vous ai parlé récemment et monte jusqu'au hameau de la Couelle, où il faudra rejoindre le chemin fléché qui monte jusqu'à la vigie située sur le plateau.

- Ou bien on peut partir directement du bord de la route (D67a), du parking situé après la Bastide blanche, où un chemin vous permet de rejoindre aussi la vigie.

 

Le large chemin qui monte vers la vigie

Le large chemin qui monte vers la vigie

 

- Ou bien encore, on peut se garer à plusieurs endroits directement sur le plateau comme par exemple, au col de Saint Anne et rejoindre la chapelle à pied par la petite route qui serpente au milieu des pins et des chênes.

Il y a même un petit parking juste à côté de la chapelle ce qui permet à tout le monde d'y accéder en voiture...mais moi j'aime y monter à pied et profiter du silence des sous-bois, de la variété des paysages et de la vue.

L'accès au parking en automne et en hiver
L'accès au parking en automne et en hiverL'accès au parking en automne et en hiver

L'accès au parking en automne et en hiver

 

En route, dans le sous-bois formé par des chênes et quelques pins, on trouve un ancien puits qui permet de se repérer.

Après le puits, la petite route grimpe d'un coup dans un dernier virage, sur le plateau de Manivert.

Vous êtes presque arrivés !

Le puits ancien qui sert de repère...En face, un grand parking ombragé sous les chênes !Le puits ancien qui sert de repère...En face, un grand parking ombragé sous les chênes !

Le puits ancien qui sert de repère...En face, un grand parking ombragé sous les chênes !

 

D'autres chemins de rando permettent de rejoindre cette jolie chapelle en partant de la Roque d'Anthéron...Mais ceux-là je ne les ai pas testé.

 

Le plateau de Manivert est un plateau calcaire qui présente des bords assez abrupts...où il y a une vingtaine d'années, des clubs d'escalade, venaient initier les jeunes enfants à la grimpette. Aujourd'hui, à cause de nombreux éboulements, le site est devenu trop dangereux et c'est interdit désormais d'escalader. 

Il faut dire que les rochers sont traversés de nombreuses failles dans lesquelles quelques arbres se sont souvent installés. Vous pouvez en avoir une idée sur le diaporama ci-dessous...

 

Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire
Les rochers du plateau calcaire

Les rochers du plateau calcaire

 

Avant d'arriver à la chapelle, le promeneur passe obligatoirement devant un habitat troglodyte...dont je vous parlerai très bientôt, la "grotte de la Baume" ainsi que quelques  grottes naturelles...

 

Quelques grottes naturelles dans la barre rocheuse
Quelques grottes naturelles dans la barre rocheuseQuelques grottes naturelles dans la barre rocheuse

Quelques grottes naturelles dans la barre rocheuse

 

Là-haut, en regardant vers l'est et le nord, le promeneur est entouré par la végétation et a une vue magnifique sur la vallée et, si le temps est clair, jusque sur le Luberon, la Montagne de Lure, Le Mont Ventoux et même les Alpes (lorsqu'elles sont enneigées)...

Le paysage...
Le paysage...Le paysage...
Le paysage...

Le paysage...

 

Nous arrivons à la chapelle...

La chapelle Saint-Anne de Goiron qui s'appelait à l'origine Sainte-Marie de Valbonnette a été construite directement avec les pierres du plateau. Elle est recouverte de lauzes (ou lauses). 

En forme de croix latine, elle possède un campanile mais pas de cloche. De larges contreforts soutiennent une voûte en berceau. Elle présente une nef unique et une abside en cul de four. 

 

Plan de la chapelle in Archeologie médiévale (CRAHM)

Plan de la chapelle in Archeologie médiévale (CRAHM)

 

Je vous laisse la découvrir...en photos ! 

Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...
Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...
Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...

Photos prises en février 2016 ou en novembre sous le soleil...

 

Quelques détails de son architecture extérieure...dont le porche d'entrée, les ouvertures, les corniches moulurées... 

 

Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...
Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...
Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...
Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...Quelques détails architecturaux...

Quelques détails architecturaux...

 

Malgré le fait qu'elle a été restaurée au XIXème siècle, l'intérieur est aujourd'hui fermé par une grille pour le protéger des vandales...On aperçoit encore quelques fresques murales.
 

 

Vue de l'intérieur
Vue de l'intérieurVue de l'intérieur

Vue de l'intérieur

 

Cette petite chapelle était un lieu de pèlerinage important puisque les habitants de la région venait y implorer la pluie auprès de la sainte. 

 

A côté de la chapelle, de nombreuses tombes creusées directement dans la roche sont plus ou moins emplies de terre et de feuilles et dateraient du Moyen Âge...

Les tombes
Les tombesLes tombes

Les tombes

 

Enfin je ne peux pas terminer la visite, sans vous montrer les "marques de tâcherons" appelées aussi "marques lapidaires" que l'on retrouve sur certains blocs de pierre de la structure.

Ces marques ont été réalisées par les tailleurs de pierre, une sorte de signature, ce qui leur aurait permis de toucher leur salaire à la fin d'une période donnée, en fonction du nombre de pièces taillées. 

Ces marques sont fréquentes sur les édifices romans mais pas du tout faciles à repérer et encore moins à photographier car selon la lumière, elles sont parfois carrément invisibles.

 

Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle
Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle
Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle

Quelques "marques de tâcherons" trouvés sur les murs de la chapelle

 

A bientôt, pour la suite de la visite du plateau de Manivert...

Maintenant que nous sommes en haut... autant continuer ! 

Une lithographie ancienne de la chapelle datant de 1846

Une lithographie ancienne de la chapelle datant de 1846

Partager cet article

Repost 0
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 06:14
Le puits

Le puits

 

En nous promenant dans la campagne de Rognes, un petit village proche d'Aix-en-Provence, nous avons découvert ce joli puits près d'un petit hameau qui s'appelle le Grand Saint Paul. 

En fait ce n'est pas véritablement un hameau, mais il s'agit d'une bastide datant du XIIème siècle et située au milieu d'un grand domaine. 

 

A l'époque gallo-romaine, les hommes y avaient déjà implanté une grande villa dont on a retrouvé des traces et "Le grand Saint Paul" était déjà une des trois campagnes du village. 

Des vestiges d'une petite chapelle, sans doute construite bien avant le Moyen Âge sur un lieu de culte païen, sont encore visibles mais il faut entrer dans une propriété privée pour les voir. 

 

A partir du Moyen Âge on retrouve la trace des propriétaires du domaine puis, tous ceux qui leur ont succédé. 

A la fin du XIXème siècle, la bastide était habitée par une famille d'agriculteurs. Le domaine possédait un berger et son troupeau de moutons et les cultures alentours étaient surtout constituées de fourrages pour les bêtes et de céréales.

L'élevage était une ressource importante de revenus car les agneaux étaient élevés sous la mère et vendus un bon prix au marché d'Aix et jusqu'à Cannes. 

A cette époque il y avait un petit lavoir, aujourd'hui disparu, car il a été détruit lorsque le chemin d'accès est devenu une route plus importante.

 

Entièrement détruit au moment du tremblement de terre de 1909, dont l'épicentre se trouvait à Vernègues, le domaine a été ensuite reconstruit.
 

 

La presque totalité a été détruite au tremblement de terre de 1909. Dans les ruines on a retrouvé des voûtes. Au milieu il y avait une tour, tout en pierre. Sur la cave, il y a un bâtiment qui n’est pas tombé, avec un grand escalier en pierre qui doit dater du temps des Romains. La bergerie était à côté...
Le tas de fumier, devant, nous amenait des moustiques, des moucherons, mais par contre nous avions des chardonnerets, des pinsons, des hirondelles…

Le Grand Saint-Paul au siècle dernier Conversation avec M. Lézaud p 36

 

Suite au tremblement de terre, la source du domaine a vu son débit augmenter considérablement...comme cela a été le cas pour certaines sources de la région.

D'autres au contraire se sont taries, entraînant l'abandon des habitations.

Au début du XXème siècle, le puits était déjà là (on ne sait pas quand il a été construit) et un des habitants du village (M. Lézaud) se souvient très bien que son père y tirait encore à la main, l'eau indispensable à leur consommation ainsi que celle des bêtes, durant l'hiver 1920 où il a fait tellement froid qu'il s'est promis que ce serait la dernière fois ! 

C'est peu après que la famille a construit un petit cabanon attenant au puits pour y mettre une pompe et amener l'eau jusqu'à la bastide, afin d'alimenter la cuisine, l'écurie et la bergerie.

Cette installation a permis d'installer l'eau courante dans toutes les maisons alentours bien avant que ce soit le cas au village.

 

Ce petit hameau est entièrement habité encore aujourd'hui et des gîtes et des chambres d’hôtes y accueillent les vacanciers.

C'est un lieu tranquille, entièrement entouré de vignes et de chênes verts et à l'écart de la route. 

 

Le domaine du Grand Saint Paul aujourd'hui

Le domaine du Grand Saint Paul aujourd'hui

 

C'est au bord de la route que nous avons pu observer ce puits très profond et tout simplement protégé par un grillage. La poulie qui servait à remonter le seau en 1920 est encore en place.

Et les voisins ont profité du joli bac en pierre constitué par l'auge attenante, pour y planter quelques condiments bien utiles en Provence...un peu de thym, du persil et voilà un petit jardinet accessible à tous ceux qui en ont besoin ! 

Quelques détails de ce puits provençal
Quelques détails de ce puits provençalQuelques détails de ce puits provençal
Quelques détails de ce puits provençal

Quelques détails de ce puits provençal

Partager cet article

Repost 0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -