Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 05:18
Ciels d'été

Ciels d'été

Pour bien commencer la semaine, voici un article sans parole ou presque, juste pour le plaisir des yeux.

Si vous voulez admirer en détails ces quelques photos, n'oubliez pas de cliquer pour les agrandir ! 

 

Voici d'abord quelques ciels de l'été...

Quelques ciels de l'été...Quelques ciels de l'été...
Quelques ciels de l'été...Quelques ciels de l'été...
Quelques ciels de l'été...Quelques ciels de l'été...
Quelques ciels de l'été...Quelques ciels de l'été...

Quelques ciels de l'été...

Et quelques paysages typiques de la Haute-Loire... 

Paysages de Haute-Loire
Paysages de Haute-LoirePaysages de Haute-Loire
Paysages de Haute-LoirePaysages de Haute-Loire
Paysages de Haute-LoirePaysages de Haute-Loire

Paysages de Haute-Loire

 

Belle semaine à tous ! 

A demain !

A demain !

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 05:20
Le Lac du Bouchet (43)

Le Lac du Bouchet (43)

Je ne peux m'empêcher aujourd'hui, de vous montrer à nouveau quelques photos prises à diverses périodes durant l'été, sur les rives de ce lac "célèbre" dont je vous ai déjà maintes fois parlé sur ce blog ICI, ICI ou bien encore ICI entre autre ! 

Que voulez-vous, je ne m'en lasse pas et je ne suis pas la seule. N'étant situé qu'à une vingtaine de minutes en voiture de notre lieu de vacances, nous y allons très souvent, de préférence le matin, sauf lorsqu'on veut s'y baigner. Mais attention si l'eau atteint 21° en surface, c'est un maximum, et encore cette température, c'est lors des périodes de canicule, en profondeur ce n'est pas la même chose, elle est carrément glacée, mais des courageux s'y baignent tous les jours avec combinaison ou pas. 

 

Voici un panel de tout ce que l'on peut faire autour de ce lac...

 

 

Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !
Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !
Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !
Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !

Activités sur l'eau...avec gilets conseillés !

On peut aussi tout simplement se balader sur les sentiers. Le plus court est celui qui fait le tour du lac. 

Le sentier du tour du lac
Le sentier du tour du lac
Le sentier du tour du lac

Le sentier du tour du lac

Le promeneur peut aussi arriver par un des GR ou PR, et profiter ainsi de la fraîcheur de la forêt et de la végétation. 

Dans la forêt autour du lac...
Dans la forêt autour du lac...
Dans la forêt autour du lac...

Dans la forêt autour du lac...

Je ne me lasse pas des paysages, souvent changeants en fonction de la météo du moment.

Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))
Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))
Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))
Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))
Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))
Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))
Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))

Paysages changeants selon la météo (le 16 juillet était bien gris comme vous le voyez sur la dernière photo))

Je ne me lasse pas non plus, des arbres et plantes qui aiment se refléter dans l'eau...

Soleil ou pas...les arbres et plantes se reflètent dans l'eau
Soleil ou pas...les arbres et plantes se reflètent dans l'eau
Soleil ou pas...les arbres et plantes se reflètent dans l'eau
Soleil ou pas...les arbres et plantes se reflètent dans l'eau
Soleil ou pas...les arbres et plantes se reflètent dans l'eau

Soleil ou pas...les arbres et plantes se reflètent dans l'eau

Voilà, notre courte balade est terminée pour aujourd'hui. Très bientôt, bien que je sois rentrée en Provence, nous allons rester virtuellement encore un peu en Haute-Loire, entre deux lectures, enfin, comme d'habitude... si vous le voulez bien !

Je ne suis pas arrivée à choisir entre ces deux photos !
Je ne suis pas arrivée à choisir entre ces deux photos !

Je ne suis pas arrivée à choisir entre ces deux photos !

Ceux qui veulent en savoir plus, peuvent consulter un de mes liens mis en début d'article et aller visiter le blog de Steph, passionné par la randonnée et...altiligérien. Il fait lui-aussi très souvent de "courtes", mais non moins sportives, visites à ce lac.

Voici le lien vers son dernier article en date, nous avons d'ailleurs à un jour près failli y être le même jour et il a eu je crois bien, un temps encore plus pourri que moi et bien entendu il a fait comme à son habitude une très longue randonnée. 

Partager cet article

Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 05:20
Vue sur le Cirque des Boutières (Ardèche)

Vue sur le Cirque des Boutières (Ardèche)

Nous nous étions quittés en haut du Mézenc alors que nous venions d'admirer le paysage à 360°.

Nous voilà à présent sur le retour, mais au lieu de reprendre le chemin par lequel nous sommes montés à l'aller, nous allons redescendre en contournant la montagne et nous diriger vers le col de la Croix des (ou de) Boutières, situé en Ardèche. 

Vous le voyez ce petit chemin sur ma photo, ci-dessous : il y a d'ailleurs quelqu'un dessus, qui redescend justement... 

Le moment est venu de descendre du Mézenc...

Le moment est venu de descendre du Mézenc...

Nous voici arrivés très vite en lisière de la forêt en-dessous des éboulis. Je vous ai déjà montré quelques éléments de la flore dans mon précédent article ICI. 

 

Nous étions là-haut tout à l'heure !

Nous étions là-haut tout à l'heure !

Nous allons nous enfoncer dans la forêt au milieu des épicéas. Il y a peu de fleurs mi-juillet. Le chemin ne présente aucune difficulté. Nous sommes au frais mais vu qu'il y a beaucoup de monde, nous regardons où  nous mettons les pieds à cause des racines, des rochers qui affleurent par endroit, et des plaques de roches plus ou moins glissantes, car formant un substrat instable. Nous surveillons les enfants n'ayant jamais encore pris ce chemin-là avec eux. 

Le chemin s'élargit ensuite pour devenir une piste moelleuse sous nos pieds sous les pins... 

L'arrivée au col nous surprend : il y a beaucoup de monde et des voitures garées partout ! La Croix des Boutières (ou de selon les sources !) est une croix très ancienne usée par le temps, mais elle est célèbre car elle est au bord d'une des routes les plus empruntées en été par les touristes désirant se rendre au Gerbier de Jonc, non moins célèbre lui-aussi. 

Nous sommes au milieu de la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée.  

 

Au col de la Croix de Boutières...
Au col de la Croix de Boutières...
Au col de la Croix de Boutières...

Au col de la Croix de Boutières...

A cet endroit touristique, se trouve un gîte qui fait aussi restaurant et bar, situé dans une chaumière ancienne. 

L'entrée du gîte

L'entrée du gîte

Dans cette zone du Mézenc, 108 marmottes des Alpes (Marmotta marmotta) ont été introduites dans les années 80 d'où la sculpture en bois qui se trouve devant le restaurant. Depuis elles se sont acclimatées, et se reproduisent pour le plus grand plaisir des promeneurs. Leur population est très suivie et en constante augmentation puisqu'elles étaient près de 600 en 2015, dont 200 marmottons ! Trop de monde pour les voir en ce mois de juillet mais comme je vous l'ai déjà dit nous comptons bien y monter un jour hors saison...

Il y a donc  bien des marmottes, en voilà déjà une  !

Il y a donc bien des marmottes, en voilà déjà une !

Au niveau de ce col se trouve aussi une des particularités de la région : le Cirque des Boutières que je vais vous montrer d'un peu plus près.

La vue vers la vallée est déjà très agréable à partir du parking. 

La vue du parking

La vue du parking

Nous décidons de poursuivre de l'autre côté de la route vers les deux points de vue qui vont nous permettre d'admirer ce Cirque. 

Le Cirque des Boutières est ce qui reste du cratère d'un ancien volcan. Il fait 1500 à 2000 mètres de diamètre, c'est dire comme sa vue est impressionnante.

Ce cratère a explosé lors d'une éruption volcanique et sa formation est complexe car plusieurs types d'éruption se sont succédé au cours des temps géologiques. Puis l'érosion glaciaire a ensuite dessiné un grand amphithéâtre, car il y a 20 000 ans un petit glacier s'y trouvait. Tout est expliqué en détails sur le panneau ci-dessous. 

 

La formation du Cirque des Boutières

La formation du Cirque des Boutières

C'est sur les pentes abruptes du Rocher de Cuzet, que nichent les marmottes. Elles profitent des éboulis pour y installer leurs terriers. 

Vue du belvédère numéro 1 (le rocher de Cuzet est sur celui à gauche de la photo)

Vue du belvédère numéro 1 (le rocher de Cuzet est sur celui à gauche de la photo)

Vues du Belvédère numéro 2 : le cirque (photo 1 et 2), le gerbier de Jonc (photo 3), le Mézenc (photo 4)
Vues du Belvédère numéro 2 : le cirque (photo 1 et 2), le gerbier de Jonc (photo 3), le Mézenc (photo 4)
Vues du Belvédère numéro 2 : le cirque (photo 1 et 2), le gerbier de Jonc (photo 3), le Mézenc (photo 4)
Vues du Belvédère numéro 2 : le cirque (photo 1 et 2), le gerbier de Jonc (photo 3), le Mézenc (photo 4)

Vues du Belvédère numéro 2 : le cirque (photo 1 et 2), le gerbier de Jonc (photo 3), le Mézenc (photo 4)

Panorama du Cirque de Boutières (N'oubliez pas de cliquer sur la photo pour la voir en grand)

Panorama du Cirque de Boutières (N'oubliez pas de cliquer sur la photo pour la voir en grand)

Il faut à présent longer la forêt pour revenir à la Croix de Peccata où notre voiture est toujours garée. Il fait chaud, nous trouvons quelques myrtilles en chemin pour nous rafraîchir car le sentier monte doucement mais régulièrement tout le long.

 

Ainsi se termine pour cet été nos balades sur le Mont Mézenc. D'autres découvertes sont programmées malgré la forte chaleur de ces derniers jours, mais pour l'instant le blog se met en PAUSE ESTIVALE, jusqu'au début du mois de septembre environ. Je ne sais pas encore à quelle date je reviendrai vers vous pour vous lire...

Alors je vous dis à très bientôt et surtout n'oubliez pas de passer un bel été et de prendre soin de vous et de vos familles ! 

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 05:15
Les deux sommets du Mézenc vu du sommet le plus haut...

Les deux sommets du Mézenc vu du sommet le plus haut...

Vous êtes partants pour continuer la balade commencée ICI ?

Allez, un petit effort, c'est facile aujourd'hui parce que c'est tout plat ou presque... Nous sommes au sommet du Mont Mézenc et nous nous dirigeons vers la première table d'orientation d'où nous allons pouvoir observer l'Ardèche et bien au-delà. 

De ce sommet, on a bien entendu une vue imprenable sur la croix... 

Les différentes vues sur la croix du Mézenc
Les différentes vues sur la croix du Mézenc
Les différentes vues sur la croix du Mézenc
Les différentes vues sur la croix du Mézenc

Les différentes vues sur la croix du Mézenc

Côté Ardèche, c'est très beau...

Les paysages côté Ardèche
Les paysages côté Ardèche

Les paysages côté Ardèche

Nous arrivons à la première table d'orientation, toujours côté Ardèche...

A noter que les deux tables d'orientation, mises en place en 1992 ont été démontées, descendues à dos d'âne, rénovées puis réinstallées en 2015, les lauzes ayant subies les méfaits du temps (voir article ICI ou bien la vidéo ICI...).

La première table d'orientation
La première table d'orientation

La première table d'orientation

Ce jour-là, 8 juillet, nous avons beaucoup de chance car nous apercevons au loin, comme flottant au-dessus des nuages, la chaîne des Alpes et le Mont Blanc. Nous aurons moins de chance le 20 juillet quand nous y retournerons avec les petits, l'horizon sera complètement bouché par des nuages ce qui est fréquent de là-haut. 

La chaîne des Alpes et le Mont Blanc au-dessus des nuages
La chaîne des Alpes et le Mont Blanc au-dessus des nuages

La chaîne des Alpes et le Mont Blanc au-dessus des nuages

Après avoir entraperçu  aussi les trois becs qui se trouvent dans la Drôme et jusqu'au Mont Ventoux (et oui !) la lumière change et il est temps de nous rendre à la deuxième table d'orientation qui nous offre aussi de belles vues cette fois sur la Haute-Loire. En chemin, nous passons en ce qui concerne la vue, d'un département à l'autre...

En route pour la table d'orientation la plus haute
En route pour la table d'orientation la plus haute
En route pour la table d'orientation la plus haute
En route pour la table d'orientation la plus haute

En route pour la table d'orientation la plus haute

Nous voilà à 1753 mètres d'altitude, en Ardèche, mais face au département de la Haute-Loire. 

La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut

La table d'orientation sur le sommet le plus haut

La borne IGN au sommet
La borne IGN au sommet

La borne IGN au sommet

De là-haut, la vue est fabuleuse à 360° et côté Haute-Loire, sur le village des Estables et sa maison forestière. 

Autour du village et de la maison forestière des Estables
Autour du village et de la maison forestière des Estables

Autour du village et de la maison forestière des Estables

Sur le Mont Gerbier de Jonc...côté Ardèche. 

Le Mont Gerbier (source de la Loire)

Le Mont Gerbier (source de la Loire)

Et nous voilà à présent prêts à redescendre par le Col de la Croix de Boutières, mais avant de  nous enfoncer dans la forêt, nous ferons un petit arrêt pour admirer de plus près quelques fleurs de juillet, enfin comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

A bientôt si vous le voulez bien !

A bientôt si vous le voulez bien !

Partager cet article

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 05:21
La crue de l'Allier à Prades le samedi 13 juin 2020 (43)

La crue de l'Allier à Prades le samedi 13 juin 2020 (43)

Comme certains d'entre vous le savent déjà, je suis arrivée en Haute-Loire depuis un peu plus d'une semaine juste au moment où un épisode cévenol, plutôt rare de cette saison, a bien arrosé la région et provoqué de nombreux dégâts dans une bonne partie sud de la France.

http://www.meteofrance.fr/

http://www.meteofrance.fr/

Le samedi 13 juin donc dès que nous avons pu, nous sommes allés découvrir la rivière en crue.

L'Allier était impressionnant dans les gorges et les chemins de bordure étaient impraticables, mais à voir les traces sur les bords de l'eau (les laisses de crues), la décrue avait déjà commencé.

 

Notre premier arrêt a été au village de Monistrol-d'Allier, un village dont je vous ai déjà parlé l'année dernière sur le blog. Comme vous le voyez sur mes photos, le chemin se retrouve sous l'eau et nous avons eu une belle surprise en regardant à travers les arbres...La voyez-vous ? Il y a des courageux ! 

 

N'hésitez pas comme d'habitude à agrandir mes photos en cliquant sur la première...

La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020
La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020
La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020

La crue de l'Allier à Monistrol-d'Allier le 13 juin 2020

Puis, nous avons poursuivi notre balade en voiture pour aller jusqu'à Prades et admirer la rivière en furie au pied de la Roche Servière, cette magnifique coulée basaltique, célèbre dans la région (que vous voyez sur ma première photo en début d'article). 

 

La crue de l'Allier à Prades (43)
La crue de l'Allier à Prades (43)La crue de l'Allier à Prades (43)
La crue de l'Allier à Prades (43)La crue de l'Allier à Prades (43)
La crue de l'Allier à Prades (43)La crue de l'Allier à Prades (43)

La crue de l'Allier à Prades (43)

Il y a un côté fascinant à observer une rivière en crue, vous ne trouvez pas ? C'est à la fois inquiétant et très beau. Bien évidemment, mieux vaut ne pas trop s'approcher du bord !

Et rien ne vaut une petite vidéo...pour mieux se rendre compte de l'ambiance. 

Comme vous le voyez, il ne faisait pas un  temps à prendre un  peu de repos sur un banc !

A bientôt pour d'autres balades...

A bientôt pour d'autres balades...

Partager cet article

Repost0
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 05:19

 

Nous allons finir aujourd'hui la découverte de la flore de mon petit coin de Provence en observant quelques fleurs... bleues  ! Elles sont moins fréquentes dans la garrigue ou au bord des champs que les fleurs jaunes ou roses mais n'en sont que plus belles. 

 

Dans les zones sèches et caillouteuses pousse dès le début du printemps, une jolie plante à fleurs bleues caractéristique de la garrigue provençale. 

C'est l'Aphyllante de Montpellier (Aphyllantes monspeliensis) encore appelée l'Oeillet bleu de Montpellier. Elle nous surprend toujours par ses fleurs en étoiles qui s'épanouissent au bout de tiges raides et dépourvues de feuilles. Les fleurs sont visitées par de nombreux insectes durant tout le printemps. 

L'Aphyllante de Montpellier
L'Aphyllante de Montpellier
L'Aphyllante de Montpellier
L'Aphyllante de Montpellier

L'Aphyllante de Montpellier

On découvre aussi très souvent le lin bleu appelé Lin de Narbonne (Linum Narbonense). Il est facilement reconnaissable à ses tiges souples qui semblent danser au moindre souffle de vent et à ses grosses fleurs d'un beau bleu, légèrement veinées. 

Le Lin bleu de Narbonne
Le Lin bleu de Narbonne
Le Lin bleu de Narbonne
Le Lin bleu de Narbonne

Le Lin bleu de Narbonne

La campanule raiponce (Campanula rapunculus) ou raiponce, est plus discrète mais pousse abondamment dans les champs en friche et les bords des chemins. Les racines, les jeunes tiges sont comestibles et se consomment cuites. Les feuilles en rosette et les fleurs, se dégustent en salade.

La raiponce était très consommée dans le passé en Provence et se cultive facilement au jardin bio. Elle revient même à la mode en ce moment, paraît-il...

La Campanule raiponce
La Campanule raiponce

La Campanule raiponce

Le mouron bleu à l'inverse est toxique comme son cousin de couleur rouge. Il est  particulièrement envahissant et pousse dans les sols riches et profonds. Attention donc s'il colonise votre jardin ! 

Le mouron bleu (Anagallis foemina)

Le mouron bleu (Anagallis foemina)

Cette plante mellifère typique de la région méditerranéenne est d'un bleu un peu violacé. Elle aime le soleil, la garrigue, les terrains caillouteux et son nom ne vous étonnera pas : c'est le Coris de Montpellier. C'est une plante médicinale aux vertus étonnantes qui a été très utilisée dans la pharmacopée des campagnes : elle avait la réputation d'aider à consolider les fractures. 

Le Coris de Montpellier en fleurs.
Le Coris de Montpellier en fleurs.

Le Coris de Montpellier en fleurs.

Enfin je ne peux terminer cet article sans vous montrer ces fleurs bleues que j'aime particulièrement et qui se cultivent aussi au jardin. Elles sont devenues rarissimes à l'état sauvage alors qu'enfant j'en voyais des parterres. Ce sont des nigelles de Damas. 

 

Nigelles de Damas dans la garrigue
Nigelles de Damas dans la garrigue

Nigelles de Damas dans la garrigue

Voilà, l'exploration des fleurs de ma campagne provençale est terminée pour le moment. Très bientôt, nous irons faire quelques courtes balades toujours en Provence, enfin comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

Partager cet article

Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 05:15

 

Nous allons poursuivre aujourd'hui notre (re)découverte de la flore de la garrigue provençale, en faisant le tour non exhaustif je vous rassure, des plantes à fleurs de couleur rose.  Ce sont celles que je préfère dans la nature, comme au jardin, avec les bleues dont je vous parlerai prochainement. 

Ceux qui ne veulent pas lire les explications peuvent tout simplement agrandir une photo en cliquant dessus et les faire ensuite toutes défiler, pour le simple plaisir de les regarder de plus près.

 

Commençons par les plus belles fleurs de la garrigue : les Orchidées. Cette année, elles ont été plus abondantes que d'habitude. En ce moment, c'est l'Orchis pyramidal et l'Ophrys abeille, qui abondent dans les champs incultes et au bord des chemins. 

L'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)
L'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)
L'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)

L'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)

L'Ophrys abeille (Ophrys apifera)
L'Ophrys abeille (Ophrys apifera)

L'Ophrys abeille (Ophrys apifera)

Ici ou là dans les champs en friche poussent les glaïeuls sauvages, appelés aussi glaïeuls des moissons ou glaïeuls d'Italie (Gladiolus italicus). Ils sont très sensibles à l'emploi des herbicides et disparaissent peu à peu du paysage provençal. 

Le glaïeul sauvage ou glaïeul des moissons  (Gladiolus italicus)

Le glaïeul sauvage ou glaïeul des moissons (Gladiolus italicus)

La vesce commune (Vicia sativa) est une plante toxique pour les chevaux (et les hommes). Elle pousse aussi dans les champs. Encore une plante appartenant à la famille des Fabacées (une famille dont je vous ai beaucoup parlé dans mon précédent article) que les hommes ont longtemps cultivé comme plante fourragère pour les ruminants. 

La Vesce commune (Vicia sativa) toxique pour les chevaux
La Vesce commune (Vicia sativa) toxique pour les chevaux

La Vesce commune (Vicia sativa) toxique pour les chevaux

Le sainfoin cultivé (Onobrychis viciifolia) s'est échappé des cultures pour envahir les champs secs et caillouteux surtout calcaires. Lui-aussi était autrefois très cultivé en Provence. 

Le sainfoin appartient au genre Onobrychis (Fabacées)

Le sainfoin appartient au genre Onobrychis (Fabacées)

Dans les champs secs, on trouve aussi la cicutaire.

C'est l'Erodium commun appelé aussi "Bec-de-grue à feuilles de ciguë" (Erodium cicutarium).

L'Erodium est de la même famille que les géraniums sauvages ou ceux de nos jardins. Son nom vient du grec "erôdios" qui signifie héron, à cause de la forme de son fruit qui ressemble à un long bec d'oiseau.

La Cicutaire en fleur et en fruit
La Cicutaire en fleur et en fruit
La Cicutaire en fleur et en fruit

La Cicutaire en fleur et en fruit

Enfin, dans les sous-bois, le chèvrefeuille des bois (Lonicera Periclymenum) embaume les chemins. C'est une variété non grimpante qui ressemble à un sous-arbrisseau. 

Chèvre-feuille des bois non grimpant (Lonicera periclymenum)
Chèvre-feuille des bois non grimpant (Lonicera periclymenum)
Chèvre-feuille des bois non grimpant (Lonicera periclymenum)
Chèvre-feuille des bois non grimpant (Lonicera periclymenum)

Chèvre-feuille des bois non grimpant (Lonicera periclymenum)

Le chardon est une plante typique du sud appartenant à la famille des Astéracées. Il y a beaucoup d'espèces différentes en Provence et je n'avais pas assez d'éléments pour différencier celui-ci, du coup je ne peux vous dire son nom exact. Il pousse en sous-bois. 

Un Chardon de Provence
Un Chardon de Provence
Un Chardon de Provence
Un Chardon de Provence
Un Chardon de Provence

Un Chardon de Provence

Cette jolie centaurée typiquement méditerranéenne appartient à la même famille que les chardons. Elle est dépourvue d'épines sauf sur chacune des bractées de l'involucre, comme vous pouvez le voir sur la dernière photo. Il y en a 5 bien raides ! 

Pour info : l'involucre est situé sous la corolle, formée par les pétales de couleurs, et les bractées sont les petites feuilles qui le forme et semblent soudées les unes aux autres. 

Celle-ci est la Centaurée rude (Centaurea aspera). 

La Centaurée rude
La Centaurée rude
La Centaurée rude

La Centaurée rude

Voilà notre balade botanique est terminée pour aujourd'hui. J'espère qu'elle vous a plu. Déjà la nature a bien changé car le soleil commence à beaucoup trop chauffer et nous manquons de pluie (sauf hier !).

N'hésitez pas à me corriger si vous connaissez le nom d'une de ces plantes et que j'ai fait une erreur sur son identification. J'aime apprendre de mes erreurs. 

 

Ce week-end encore je me mets en pause samedi (et comme d'habitude dimanche) et je vous retrouve donc dès lundi.

 

Bon week-end à tous...

et surtout une bonne fête

à toutes les mamans ce dimanche.

Elles le méritent bien ! 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 05:20
Le genêt d'Espagne (Spartium junceum)

Le genêt d'Espagne (Spartium junceum)

Profitons encore un peu du printemps, pour découvrir (ou revoir) quelques jolies fleurs de la garrigue provençale. Bientôt, avec la chaleur qui arrive déjà à grands pas, elles vont toutes disparaître...

Aujourd'hui nous allons observer d'un peu plus près les fleurs de couleur banche ou jaune. 

Pour ceux qui ne veulent pas entrer dans les détails, pensez tout simplement, à agrandir une photo en cliquant dessus pour les faire toutes défiler ...juste pour le plaisir des yeux ! 

 

Je vous ai déjà parlé du Spartium junceum, le genêt d'Espagne dont la floraison s'étale de longs mois jusqu'en juillet parfois et qui embaume les chemins. Ces tiges ressemblent à celles du jonc. Elles sont parsemées de feuilles alternes. Pendant longtemps les tiges ont été utilisées pour faire des cordelettes ou des semelles d'espadrilles. C'est une plante très toxique appartenant à la famille des Fabacées. 

 

Attention à cette famille de plante !

Vous connaissez tous cette famille qui comprend des plantes comestibles et même recommandées pour notre équilibre nutritionnel comme les légumineuses (lentille, soja, pois...) mais également de nombreuses plantes toxiques, comme les cytises, certains genêts et les lupins que nous cultivons aussi au jardin. Elles ont des fruits toujours en forme de gousses.

Le genêt d'Espagne (Spartium junceum)Le genêt d'Espagne (Spartium junceum)

Le genêt d'Espagne (Spartium junceum)

La bugrane jaune (Ononis natrix) est assez rare dans la garrigue . Elle ne passe pas inaperçue avec ses grosses fleurs de couleur jaune, veinées de rouge, son aspect de sous-arbrisseau (de 30 à 50 cm de hauteur), ses feuilles et tiges velues et collantes, ainsi que son odeur pas très agréable d'où son nom de "bugrane fétide". On l'appelle aussi "Coqcigrue". Elle fait elle-aussi partie de la famille des Fabacées. C'est une plante médicinale qui soigne les rhumatismes. 

La bugrane jaune (Ononis natrix)
La bugrane jaune (Ononis natrix)La bugrane jaune (Ononis natrix)
La bugrane jaune (Ononis natrix)

La bugrane jaune (Ononis natrix)

Voici encore une plante appartenant à la famille des Fabacées : c'est la trigonelle officinale ou mélilot des champs (Trigonella officinalis ou Melilotus officinalis). Elle pousse dans les champs incultes  ou au bord des chemins.

La trigonelle officinale ou Mélilot des champs

La trigonelle officinale ou Mélilot des champs

Celle-ci appartient aussi à la famille des Fabacées très représentée dans le sud de la France. Elle forme de jolies touffes colorées. C'est la petite coronille (Coronilla minima). 

La petite Coronille (Coronilla minima)La petite Coronille (Coronilla minima)
La petite Coronille (Coronilla minima)La petite Coronille (Coronilla minima)

La petite Coronille (Coronilla minima)

Je vous ai déjà montré l'année dernière la Badasse ou Dorycnie à 5 feuilles (Nom scientifique : Lotus dorycnium ou encore Dorycnium pentaphyllum). C'est également une Fabacée ! 

La Badasse pousse en touffes denses dans les sols secs et caillouteux. Les feuilles sont assez caractéristiques car les cinq folioles qui forment chacune des feuilles sont insérés en un seul point. Les fleurs blanches sont minuscules et sans grand intérêt esthétique, mais attirent de nombreux insectes (dont des papillons et des Zygènes). C'est donc une plante à préserver, d'autant plus qu'elle pousse lentement.

Un papillon lui est presque exclusivement rattaché, l'azuré de la badasse qui comme son nom l'indique, est bleu. J'espère arriver à vous le montrer un jour mais il bouge tout le temps ! Il pond donc ses œufs sur la plante. Les chenilles en raffolent...Comme habituellement, elles vont elle-même servir de nourriture aux oiseaux, surtout aux mésanges, et ainsi participer à la chaîne alimentaire et au maintien de la biodiversité. 

La badasse (Lotus dorycnium)
La badasse (Lotus dorycnium)

La badasse (Lotus dorycnium)

L'Hélianthème forme aussi de jolies touffes jaunes dans les zones arides de la garrigue. On l'appelle "fleur de soleil" tant c'est une plante qui affectionne les endroits ensoleillés. Ses fleurs jaunes vifs tranchent avec l'aspect de la plante. Les feuilles sont un peu velues mais par contre le calice est très duveteux.

J'hésite entre deux espèces, l'hélianthème hérissé (Helianthemum hirtum) et l'Hélianthème commun (Helianthèmum nummularium) toutes deux se ressemblent beaucoup et elles cohabitent en Provence. 

Les Hélianthèmes font partie de la famille des Cistacées très présente dans la garrigue. 

L'hélianthème commun ou hirsute ?L'hélianthème commun ou hirsute ?
L'hélianthème commun ou hirsute ?L'hélianthème commun ou hirsute ?

L'hélianthème commun ou hirsute ?

Dans la même famille, le ciste à feuilles de sauge  (Cistus salviifolius) colonise aussi les bords des champs, mais en sous-bois. Il a des fleurs blanches et des feuilles vertes très légèrement recouvertes de duvet. 

Ciste à feuilles de sauge

Ciste à feuilles de sauge

Une autre plante assez fréquente en Provence est la Molène appartenant à la famille des Scrofulariacées. Je pense qu'il s'agit de la molène fausse-blattaire, car elle est peu ramifiée, peu velue, avec de petites feuilles à la base et des fleurs étalées sur la tige mais qui ne passent pas inaperçues, car elles sont assez grosses pour une molène, de couleur jaune vif avec des étamines de couleur pourpre, teintées de violet. 

La molène fausse-blattaire (?)
La molène fausse-blattaire (?)

La molène fausse-blattaire (?)

J'oublie chaque année le nom de celle-ci, alors qu'elle fleurit dans les prés secs et la garrigue en abondance en mai dans tout le sud et donc que je la rencontre très souvent. C'est l'Urospermum dalechampii (famille des Astéracées, ex Composées). Elle doit son nom à Jacques Daléchamps qui l'a découverte au XVIe siècle et à son fruit qui se termine par une sorte de queue ressemblant à un bec. 

Pour la plupart des plantes sauvages, le nom commun est parfois beaucoup plus facile à retenir et bien ce n'est pas son cas : c'est l'Urosperme de Daléchamps...en fait heureusement pour nous on l'appelle aussi la Lampistrelle commune. 

 

L'Urosperme de Daléchamps

L'Urosperme de Daléchamps

Et c'est avec cette plante que vous connaissez tous, l'églantier, ou rosier sauvage que je termine pour aujourd'hui cette balade botanique non exhaustive. Vous connaissez tous sa famille, les Rosacées, puisque nos roses des jardins en font partie !  

 

Fleurs d'églantier
Fleurs d'églantier

Fleurs d'églantier

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 05:14
La fontaine de Cayres

La fontaine de Cayres

Une très très courte balade aujourd'hui, juste pour le plaisir des yeux et pour clore nos vacances virtuelles en Haute-Loire. Et oui, il faut bien faire nos valises et retourner en Provence puisque nous y sommes toujours confinés ! 

Je vous ai fait visiter l'église du village ICI, et aujourd'hui nous allons juste prendre le temps de regarder d'un peu plus près une des jolies fontaines du village, située sur une minuscule placette tout près de l'église. 

 

Je n'ai rien trouvé de précis sur cette fontaine et j'ignore quand elle a été construite mais je l'ai toujours vu là, sur cette placette, depuis plus de 45 ans.

S'il y a une date, elle doit être masquée par la mousse qui s'est déposée au fil du temps autour des arrivées d'eau.

Le bassin est tout simple mais je trouve que la statue qui surmonte les quatre têtes de lion est plutôt gracieuse surtout avec ce ciel bleu qui éclairait les lieux en ce jour d'été 2019...

Autres vues de la fontaine
Autres vues de la fontaine

Autres vues de la fontaine

Détails de la statue et des sculptures
Détails de la statue et des sculptures
Détails de la statue et des sculptures

Détails de la statue et des sculptures

Voilà, j'espère avoir l'occasion de poursuivre avec vous la visite du village lors de mon prochain séjour en Haute-Loire, évidemment je ne sais pas quand, cet été peut-être ?   

Une des croix du village

Une des croix du village

La semaine prochaine nous retournerons donc en Provence, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien !

Bon week-end à tous et surtout...

Bon week-end !

Bon week-end !

Partager cet article

Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 05:17

 

Je vous emmène aujourd'hui à nouveau dans la commune de Saint-Privat-d'Allier et plus particulièrement près du hameau de Varennes où nous étions déjà allés ramasser des myrtilles dans les bois l'été dernier...ICI ! 

Lorsque le temps n'est pas trop chaud, nous faisons souvent un circuit qui nous permet de faire un grand tour par des chemins ombragés en forêt, puis de redescendre dans la vallée et de rejoindre le petit hameau du Monteil puis celui de Céaux, avant de terminer la boucle pour rejoindre notre point de départ. 

Alors vous êtes partants pour voir quelques-unes des photos prises sur ce circuit l'année dernière ? 

Les paysages sont très variés car nous passons de la forêt aux zones de pâturage et de cultures.

C'est tout ce que j'aime ! 

 

Tout d'abord nous traversons la forêt de Varennes, ses bois et ses prés qui sentent si bons après la fauche.

 

Dans la forêt de Varennes
Dans la forêt de Varennes
Dans la forêt de Varennes

Dans la forêt de Varennes

Nous passons ensuite tout près du Vernet et nous redescendons dans la vallée au milieu des champs...

Dans les zones de cultures...Dans les zones de cultures...
Dans les zones de cultures...
Dans les zones de cultures...Dans les zones de cultures...

Dans les zones de cultures...

Un peu partout, il y a des vaches dans les pâturages.

Il y a des vaches !
Il y a des vaches ! Il y a des vaches !
Il y a des vaches !

Il y a des vaches !

Vues de loin sur le château de Mercoeur
Vues de loin sur le château de Mercoeur
Vues de loin sur le château de Mercoeur

Vues de loin sur le château de Mercoeur

Nous traversons deux petits hameaux qui ont de très jolies maisons.

 

Le chemin borde celle-ci et je me permets de la photographier tant je la trouve jolie.  

Une des maisons du hameau
Une des maisons du hameauUne des maisons du hameau
Une des maisons du hameauUne des maisons du hameau
Une des maisons du hameauUne des maisons du hameau

Une des maisons du hameau

D'autres maisons sont des fermes habitées toute l'année, rénovées ou pas...

Quelques maisons dans les petits hameaux
Quelques maisons dans les petits hameauxQuelques maisons dans les petits hameaux
Quelques maisons dans les petits hameauxQuelques maisons dans les petits hameaux
Quelques maisons dans les petits hameauxQuelques maisons dans les petits hameaux

Quelques maisons dans les petits hameaux

Quelques détails autour des maisons
Quelques détails autour des maisonsQuelques détails autour des maisons
Quelques détails autour des maisonsQuelques détails autour des maisons

Quelques détails autour des maisons

On est vraiment au bout du monde et ça fait du bien !

On est vraiment au bout du monde et ça fait du bien !

Il nous faut ensuite revenir à notre point de départ mais, du bord de la route, nous faisons encore quelques découvertes...

Du bord de la route, au retour...Du bord de la route, au retour...
Du bord de la route, au retour...
Du bord de la route, au retour...Du bord de la route, au retour...

Du bord de la route, au retour...

Voilà, notre balade dans la campagne altiligérienne est terminée pour aujourd'hui. J'espère qu'elle vous a plu !

Nous allons poursuivre  toute la semaine entre deux lectures, nos vacances virtuelles en Haute-Loire, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien ! 

Partager cet article

Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 05:24

 

Malgré le confinement, nous voilà pour une bonne quinzaine de jours en vacances virtuelles en Haute-Loire, où j'avais prévu de passer un mois de vacances. Vous êtes partants j'espère ! 

Autant profiter de cette période pour sortir quelques photos prises l'été dernier et pas encore montrées sur le blog. 

 

Aujourd'hui, juste pour le plaisir des yeux, je vous propose quelques papillons vus tout simplement sur les lavandes de mon jardin. J'ai marqué leur nom commun sous mes photos...sauf erreur de ma part bien entendu. N'hésitez pas à me corriger si je me suis trompée.

 

Le dernier dont je ne connaissais pas le nom a été identifié par Domi et Plume (voir leurs commentaires ci-dessous) comme appartenant à la famille des Hesperidae. Il s'agit bien d'une hespéride : soit Hespérie de la Houque ou fauvet à bande noire (Thymelicus sylvestris), comme le propose Plume, ou bien, Hespérie du chiendent (= Thymelicus acteon) qui lui ressemble beaucoup mais dont la bande noire est plus discrète. 

Merci à tous les deux de m'avoir permis de l'identifier !  

 

Et comme d'habitude, n'oubliez pas d'agrandir les photos si vous le désirez en cliquant dessus...

 

 

 Le Flambé
 Le Flambé

Le Flambé

Le Petit nacré
Le Petit nacré

Le Petit nacré

Le Gazé

Le Gazé

Le vulcain
Le vulcain
Le vulcain

Le vulcain

Le tabac d'Espagne
Le tabac d'Espagne
Le tabac d'Espagne

Le tabac d'Espagne

La Vanesse de l'ortie ou petite tortue
La Vanesse de l'ortie ou petite tortue

La Vanesse de l'ortie ou petite tortue

La Belle-Dame ou Vanesse des chardons
La Belle-Dame ou Vanesse des chardons

La Belle-Dame ou Vanesse des chardons

Une Hespéride (Hespérie de la Houque ? Hespérie du chiendent ?)
Une Hespéride (Hespérie de la Houque ? Hespérie du chiendent ?)

Une Hespéride (Hespérie de la Houque ? Hespérie du chiendent ?)

Bonne semaine à tous, et surtout...

Restez à la maison ! 

Quelques papillons d'été / Balade en Haute-Loire

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 05:21
Les bourraches sont en fleurs !
Les bourraches sont en fleurs ! Les bourraches sont en fleurs !

Les bourraches sont en fleurs !

Juste pour le plaisir des yeux et pour terminer ce mois de mars 2020 _dont on se souviendra longtemps_ en beauté et avec le moral, je vous propose de faire le tour de mon petit jardin bien fleuri ce printemps...

Comme vous l'avez vu sur mes premières photos, les bourraches sont très en avance cette année. J'adore leur couleur bleue. 

 

Les giroflées sont les reines du jardin, elles ont peu à peu tout envahi sans que je n'y fasse rien.

Les giroflées de couleur jauneLes giroflées de couleur jaune
Les giroflées de couleur jaune
Les giroflées de couleur jauneLes giroflées de couleur jaune

Les giroflées de couleur jaune

Les giroflées de couleur orangé ou rougeLes giroflées de couleur orangé ou rouge
Les giroflées de couleur orangé ou rougeLes giroflées de couleur orangé ou rouge

Les giroflées de couleur orangé ou rouge

J'ai encore quelques pensées...

Quelques penséesQuelques pensées
Quelques penséesQuelques pensées

Quelques pensées

De couleur jaune aussi, les forsythias éclairent la ruelle, car ils sont plantés le long du mur de la maison en extérieur...

Un des forsythias

Un des forsythias

Les bourgeons des lilas commencent à grossir...

Les bourgeons des lilas

Les bourgeons des lilas

Et derrière la maison, le cerisier m'offre une explosion de fleurs ! 

Le cerisier est en fleurs !
Le cerisier est en fleurs !
Le cerisier est en fleurs !

Le cerisier est en fleurs !

A demain, pour d'autres découvertes ! 

Prenez soin de vous et restez à la maison...

Partager cet article

Repost0
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 06:23
Mon Iris a 22 ans aujourd'hui !
Mon Iris a 22 ans aujourd'hui !

Mon Iris a 22 ans aujourd'hui !

C'est incroyable n'est-ce-pas et pourtant vrai ! 

Ma chatte Iris, née à la maison le 28 mars 1998, a 22 ans aujourd'hui et elle est toujours en forme.

Elle vit sa petit vie tranquille dans le jardin quand le soleil est au rendez-vous...et ne souffre pas du tout du confinement car elle a confiance en nous, et elle sait bien que nous ne l'abandonnerons jamais comme le font plein de maîtres en ce moment avec leurs animaux domestiques, même si depuis deux ans elle devient un peu tyrannique comme je vous l'avais dit l'année dernière

 

Selon les heures de la journée, elle s'installe ici ou là. 

La voilà à l'ombre du citronnier

La voilà à l'ombre du citronnier

ou sur la table chauffée par le soleil.

ou sur la table chauffée par le soleil.

Elle aime encore grimper sur le mur, sur les arbres et, de temps en temps, sur la tonnelle pour de-là, passer à l'étage...mais là elle sait que je la gronde, c'est trop haut et elle a moins d'équilibre à présent et risque de passer à travers les branches.  

Elle aime encore grimper
Elle aime encore grimper

Elle aime encore grimper

Ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est se coucher dans mes jardinières. Je ne crois pas que mes campanules des murs qui sont dedans, fleuriront cette année !

Elle aime s'installer dans les jardinières

Elle aime s'installer dans les jardinières

Quand le Mistral souffle, après la pluie (comme vous le voyez sur les vitres !), c'est sur le rebord de la fenêtre au chaud et à l'abri qu'elle s'installe.  

Sur le rebord de la fenêtreSur le rebord de la fenêtre
Sur le rebord de la fenêtre

Sur le rebord de la fenêtre

Et une fois la journée bien remplie à dormir, elle aime faire un petit câlin sur les genoux de son maître pour se reposer... 

Bien réveillée sur les genoux de son maître

Bien réveillée sur les genoux de son maître

Malgré les apparences, elle n'aime pas du tout que je la prenne en photo : soit elle me tourne le dos, soit elle baille pour bien me signifier que je la dérange ! 

Aujourd'hui mon Iris a 22 ans !

Je ne résiste pas à terminer mon article du jour en vous montrant quelques photos prises de mes fenêtres. Et oui, c'est bien de  la neige qui est tombée mercredi soir subitement et qui a tenu toute la nuit ! 

Jeudi matin 26 mars...
Jeudi matin 26 mars...
Jeudi matin 26 mars...
Jeudi matin 26 mars...
Jeudi matin 26 mars...

Jeudi matin 26 mars...

Toutes les photos ont donc été prises ces derniers jours pendant le confinement, à la maison. 

Et voilà mon Iris jeudi matin, tentant de ne pas se mouiller les pattes, elle a voulu absolument sortir renifler l'odeur de la neige...et faire le tour du jardin. 

Bon week-end de confinement à tous...Restez à la maison !

Bon week-end de confinement à tous...Restez à la maison !

Partager cet article

Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 06:15
Le printemps est là !

Le printemps est là !

Pour bien commencer le mois de mars, et pour le simple plaisir des yeux, voici quelques fleurs de mon jardin provençal, pas si en avance que ça, malgré les apparences et l'hiver doux que nous avons eu cette année. 

Rien d'original dans mon petit jardin, les bulbes sont même en retard (trop de sécheresse l'été dernier) et j'ai perdu pas mal de mes giroflées.

 

Quelques fleurs de mon jardin
PenséesPensées

Pensées

Anémones
AnémonesAnémones
AnémonesAnémones

Anémones

Jacinthes
Jacinthes
Jacinthes

Jacinthes

Rosier sauvage
Rosier sauvage
Rosier sauvage
Rosier sauvage
Rosier sauvage

Rosier sauvage

Violettes et giroflées
Violettes et giroflées

Violettes et giroflées

Heureusement dans la maison, j'ai aussi quelques fleurs...

Dans la maison...Dans la maison...
Dans la maison...Dans la maison...

Dans la maison...

Et quelques branches de l'abricotier se sont déjà réveillées...

Bon mois de mars à tous !

Bon mois de mars à tous !

Partager cet article

Repost0
14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 06:13

 

A l'occasion de la Saint Valentin, une fête que je ne marque pas personnellement, j'ai eu envie de ressortir ma collection privée de cartes postales anciennes et de vous montrer comment les amoureux communiquaient entre eux au début du XXe siècle. 

 

Cette fête, apparentée par certains aux Lupercales des Romains qui se pratiquaient alors entre le 13 et le 15 février, s'est répandue en Europe en provenance des pays anglo-saxons au cours du XXe siècle. 

 

Mes propres grands-parents et parents ne s'en souciaient guère et c'est seulement depuis les années 80 qu'elle est très suivie en France.

Au départ religieuse, elle est devenue une fête laïque et un peu trop commerciale aujourd'hui. Pour une fois je ne rentre pas dans les détails, vous trouverez sur internet de nombreux sites vous racontant l'histoire de cette fête et de nombreux blogs la reprennent chaque année. 

 

Mais je tenais aujourd'hui à partager avec vous, ces délicieuses cartes postales, style roman-photo, que les amoureux s'envoyaient, les unes après les autres, avant l'arrivée de la Saint Valentin en France...

 

Je ne connais pas le photographe de cette première série. L'éditeur signe deux Pp, un P majuscule suivi d'un p minuscule. 

Première série : de la déclaration au baiser (furtif !)
Première série : de la déclaration au baiser (furtif !)
Première série : de la déclaration au baiser (furtif !)

Première série : de la déclaration au baiser (furtif !)

A noter, pour la seconde série, la signature est Arjalew, suivie de la mention photographe en abrégé, et l'éditeur est Iris, que l'on voit souvent sur les cartes postales anciennes. Il y avait deux photographes qui portaient ce nom et résidaient à Paris en même temps à Montmartre. 

Deuxième série : un voisin coquin...
Deuxième série : un voisin coquin...
Deuxième série : un voisin coquin...
Deuxième série : un voisin coquin...

Deuxième série : un voisin coquin...

Vous voyez bien, les amoureux n'ont pas eu besoin de la Saint Valentin pour déclarer et entretenir leur flamme.

 

Belle journée à tous les amoureux... de la vie ! 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 05:12
Le village est fleuri...Le village est fleuri...
Le village est fleuri...
Le village est fleuri...Le village est fleuri...

Le village est fleuri...

Je vous avais déjà montré l'année dernière ces adorables pantins qui animent durant la belle saison les ruelles du village d'Alleyras en Haute-Loire.

C'est un village vraiment agréable avec une jolie église et des maisons fleuries.

Cette année évidemment les enfants ont voulu y retourner pour redécouvrir les fables, les anciens métiers ou les historiettes qu'ils nous glissent à l'oreille au passage.

Voici donc un petit aperçu de ces créations qui je le rappelle sont entièrement fabriquées avec minutie, par les habitants du village dans le cadre d'une association. 

 

Alors, en route pour parcourir à nouveau le chemin fabuleux ? 

Fables et historiettes à lire devant chacun des pantins...
Fables et historiettes à lire devant chacun des pantins...

Fables et historiettes à lire devant chacun des pantins...

De nouveaux pantins avaient fait leur apparition bien avant l'arrivée au village : ils nous invitaient à délaisser la voiture pour y monter à pied...

Bien avant le village par un petit chemin...
Bien avant le village par un petit chemin...

Bien avant le village par un petit chemin...

D'autres trônaient toujours à la même place...et nous attendaient bien sagement. 

Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire
Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire
Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire
Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire

D'autres avaient changé de place depuis l'année dernière,  comme le facteur par exemple qui avait délaissé pour un temps son vélo pour venir s'installer à côté de la boîte aux lettres...

Le facteur et d'autres pantins qui ont changé de place !
Le facteur et d'autres pantins qui ont changé de place !
Le facteur et d'autres pantins qui ont changé de place !

Le facteur et d'autres pantins qui ont changé de place !

Pour tous les découvrir, il fallait avoir le courage de parcourir les sentiers de randonnée ou de promenade qui entourent le village et je crois bien que nous ne les avons pas tous vu. 


Je suis certaine que vous allez en reconnaître quelques-uns au passage parmi les petits nouveaux ou ceux que nous n'avions pas trouvé l'année dernière ! 

 

Barbe bleue...
Barbe bleue...
Barbe bleue...
Barbe bleue...

Barbe bleue...

Le chat botté...
Le chat botté...

Le chat botté...

L'éléphant et le souriceau

L'éléphant et le souriceau

Euh...

Euh...

Le ramasseur de champignon

Le ramasseur de champignon

Le loup et l'agneau

Le loup et l'agneau

Et c'est en suivant le petit joueur de flûte de Hamelin que nous avons quitté le village...

Le joueur de flûte de Hamelin...

Le joueur de flûte de Hamelin...

Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire
Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-LoireLes Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire
Les Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-LoireLes Pantins d'Alleyras / Balade en Haute-Loire

Un grand BRAVO aux couturières et aux créateurs de cette sympathique exposition en plein air. 

Si vous voulez revoir les pantins de l'année dernière c'est ci-dessous ! 

Partager cet article

Repost0
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 05:18
Les foins

Les foins

Pour poursuivre les plaisirs de l'été, je ne peux résister à partager aujourd'hui, quelques paysages de Haute-Loire, proches de ma maison de vacances. 

Bien entendu, quand nous sommes arrivés en juillet, les agriculteurs étaient en train de terminer les foins... 

Les foins...
Les foins...Les foins...
Les foins...Les foins...
Les foins...Les foins...

Les foins...

Partout, les champs sont cultivés en céréales par des éleveurs qui nourrissent leur bétail avec leur propre production, ou ceux qui ont besoin d'un supplément de revenus...

Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...

Des champs cultivés...

Dans les forêts, c'est bien agréable de se balader au frais et les chemins en lisière sont tous aussi agréables. 

En forêt...
En forêt...En forêt...
En forêt...En forêt...
En forêt...En forêt...

En forêt...

Nous faisons de belles rencontres...

De belles rencontres...
De belles rencontres...

De belles rencontres...

Et puis... le temps des moissons est arrivé. Comme d'habitude, il signe la fin des vacances...ou presque ! 

Les moissons
Les moissons

Les moissons

Très bientôt, nous ferons un petit tour d'horizon de la flore d'été, enfin comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
3 août 2019 6 03 /08 /août /2019 05:16
Le temps est venu...

...pour ce blog, de prendre une petite pause estivale ! 

 

Je vous remercie tous

pour vos visites et pour votre fidélité et

je vous souhaite à tous un beau mois d'août

que vous soyez en vacances ou pas,

partis ou pas...

 

Pour ma part, je vous retrouve dans trois semaines,

enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien ! 

Le temps est venu...
Le temps est venu...

Partager cet article

Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 05:15
Vue sur les montagnes entourant la ville de Die

Vue sur les montagnes entourant la ville de Die

Le week-end de Pentecôte, nous sommes partis passer quelques jours dans la Drôme.

Je ne peux pas résister à partager, juste pour le plaisir des yeux, ces quelques photos prises à Die, lors des deux journées de soleil que nous avons eu, qui ont été suivies par de bonnes pluies, bien nécessaires pour la nature. 

 

C'est un petit circuit que nous faisons très souvent à deux pas de la ville. 

Le Vercors domine la ville, avec la montagne de Glandasse, qu'on appelle ici tout simplement, le Glandasse. Le Glandasse est un plateau de 1850 mètres d'altitude en moyenne. Son sommet le plus haut est situé à 2040 mètres seulement. Le plateau fait partie de la Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors. 

Le Glandasse

Le Glandasse

A gauche du Glandasse, on aperçoit où que l'on se trouve dans la ville, la célèbre dent de Die...

La Dent de Die
La Dent de Die
La Dent de Die

La Dent de Die

Autre lieu prisé de la ville, la rivière Drôme qui la traverse...

La rivière Drôme, avant les orages
La rivière Drôme, avant les orages
La rivière Drôme, avant les orages

La rivière Drôme, avant les orages

Il n'y avait pas un chat dans l'eau qui devait être glacée...

Pas un chat dans l'eau...

Pas un chat dans l'eau...

Par contre, nous avons passé un petit moment à admirer les prouesses d'un groupe de jeunes gens, accrochés à la passerelle du Pont Rompu.

Cette passerelle pour la petite histoire a gardé le nom de l'ancien pont construit par les Romains, et détruit par une crue au XIIIe siècle d'où son nom de Pont Rompu. Il ne reste de la construction des Romains, que les piliers rénovés. 

La passerelle du Pont Rompu et les jeunes à l'entrainement
La passerelle du Pont Rompu et les jeunes à l'entrainement
La passerelle du Pont Rompu et les jeunes à l'entrainement

La passerelle du Pont Rompu et les jeunes à l'entrainement

Plus loin, on peut traverser le camping municipal qui était déjà bien occupé pour la saison, puis on longe le stade.

Je vous montre juste le cadre, pas les gens...

Le camping municipal et le stade de la ville
Le camping municipal et le stade de la ville
Le camping municipal et le stade de la ville

Le camping municipal et le stade de la ville

On atteint ensuite les jardins du Perrier que je vous ai montré très souvent sur ce blog...ICI et ICI par exemple.

C'est toujours un bonheur de les parcourir !

Ils se situent en contrebas du cimetière et de la voie ferrée et bien entendu, ils sont bordés par la rivière. 

Les jardins du Perrier
Les jardins du Perrier
Les jardins du Perrier

Les jardins du Perrier

Ils sont très fleuris au printemps...

Les fleurs de printemps dans les jardins du PerrierLes fleurs de printemps dans les jardins du Perrier
Les fleurs de printemps dans les jardins du PerrierLes fleurs de printemps dans les jardins du Perrier

Les fleurs de printemps dans les jardins du Perrier

Le vieux noyer trône toujours dans un des jardins. 

Le vieux noyer
Le vieux noyer
Le vieux noyer
Le vieux noyer
Le vieux noyer

Le vieux noyer

A noter il existe, chemin du Pont Rompu, des jardins familiaux.

Ce sont des jardins créés en partenariat avec la ville. Ils proposent des parcelles individuelles à cultiver, toutes proches du centre ville. Les outils sont partagés et des animations permettent d'aider les jardiniers débutants. 

Il y a des parties communes, comme par exemple la serre. L'eau de pluie récoltée est également mise en commun ainsi que le compost...

Une initiative fort sympathique quand on pense à tous ceux qui habitent dans la ville et n'ont pas de jardin. C'est de plus, un merveilleux moyen de se reconnecter à la terre et à la nature pour toute la famille... 

Petite balade à Die dans la Drôme

J'espère que cette courte visite vous a plu. Nous allons rester encore un peu dans la Drôme, si, comme d'habitude... vous le voulez bien !

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 05:20
Je regarde à droite, puis à gauche et hop je m'envole !
Je regarde à droite, puis à gauche et hop je m'envole !

Je regarde à droite, puis à gauche et hop je m'envole !

La semaine dernière je vous ai montré les parents nourrissant les petites mésanges charbonnières et aujourd’hui nous allons donc voir les sept petits de plus près. 

 

Il était exactement 10h26, dimanche 16 juin, lorsque le premier petit a montré le bout de son bec. Les parents étaient inquiets et se déplaçaient sans cesse, mais bizarrement ils restaient plutôt silencieux. Dès l'arrivée du premier petit, un des parents l'a emmené dans l'amandier de notre voisin et l'autre est resté près du nid jusqu'à la sortie du dernier.

C'était vraiment un moment magique que je vais essayer de vous faire partager. 

 

Le premier petit a mis 4 minutes pour se décider à sortir du nid, entre le moment où nous avons vu son bec devant l'ouverture et son envol. 

Le petit numéro 1 Le petit numéro 1
Le petit numéro 1

Le petit numéro 1

Et le voilà sur le parasol (en plein contre-jour)

Et le voilà sur le parasol (en plein contre-jour)

Les petits numéros 2 et 3 voulaient sortir ensemble du coup papa ou maman sont venus remettre de l'ordre dans tout ça...

Ce n'est pas du tout une blague ! Je vous assure qu'on voyait les deux becs et que c'est la seule fois ou un des parents est venu jusqu'au nid.

Du coup, ils sont sortis tous les deux à une minute d'intervalle ! 

C'était amusant car nous avons à peine eu le temps de photographier le second que le troisième est apparu, et il a poussé un piaillement (un râleur ?). C'est le seul dont nous avons entendu la voix...

Papa ou maman gronde ?

Papa ou maman gronde ?

Le petit numéro 2
Le petit numéro 2 Le petit numéro 2

Le petit numéro 2

Le petit numéro 3
Le petit numéro 3

Le petit numéro 3

Trois secondes après comme l'attestent les horaires de mes photos (merci à mon mari de m'avoir fait penser à regarder cette indication importante) arrivait à son tour le petit numéro 4. Lui aussi était pressé et j'ai failli le manquer. Il a jeté un coup d'oeil et hop il s'est envolé. 

Le petit numéro 4

Le petit numéro 4

Puis le 5 dans la foulée, mais lui nous a fait un grand plaisir en venant se percher juste sous notre nez. 

Il est trop mignon lui-aussi, avec son duvet de bébé dressé sur la tête !

Le petit numéro 5
Le petit numéro 5
Le petit numéro 5

Le petit numéro 5

Sept minutes après, arrivait le petit numéro 6. Il était 10h47 exactement quand il a pris son envol. 

On entendait gratter à l'intérieur du nid, mais on ne voyait rien. 

Il nous a bien fait rire car lui aussi s'est perché dans l'abricotier sous notre nez. Mais, quand la mère (ou le père) s'est mis à piailler au-dessus de lui pour qu'il s'éloigne,  le petit a voulu lever la tête et a perdu l'équilibre.

C'était très drôle ! 

Le Petit numéro 6...pas évident de garder l'équilibre
Le Petit numéro 6...pas évident de garder l'équilibre
Le Petit numéro 6...pas évident de garder l'équilibre
Le Petit numéro 6...pas évident de garder l'équilibre
Le Petit numéro 6...pas évident de garder l'équilibre

Le Petit numéro 6...pas évident de garder l'équilibre

Enfin vers 11h10, soit plus de 20 minutes plus tard, alors que le nid était silencieux et que nous étions étonnés de voir un des parents rester à proximité, voilà ce que nous avons vu...

ça bouge un peu...
ça bouge un peu...

ça bouge un peu...

Il essaie de sortir mais s'y prend mal
Il essaie de sortir mais s'y prend mal

Il essaie de sortir mais s'y prend mal

 

On a eu peur pour lui parce qu'au lieu de s'envoler, il s'est accroché au tronc. Puis enfin il est allé un peu plus loin...et a suivi sa mère (ou son père) qui piaillait juste au-dessus de lui !

Les plumes de sa queue n'avaient pas l'air d'être bien finies et j'espère qu'il sait à présent se débrouiller...

A 11 h11 le nid est vide !

A 11 h11 le nid est vide !

Et voilà le petit dernier pas bien décidé...encouragé par un de ses parents
Et voilà le petit dernier pas bien décidé...encouragé par un de ses parents
Et voilà le petit dernier pas bien décidé...encouragé par un de ses parents

Et voilà le petit dernier pas bien décidé...encouragé par un de ses parents

J'espère que vous avez aimé voir ces photos de la sortie du nid des petites mésanges charbonnières.

Pour nous, cela a été un spectacle magnifique, offert par la nature, un moment auquel nous n'avions encore jamais assisté. 

Que du bonheur !

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
22 juin 2019 6 22 /06 /juin /2019 05:41
Une mésange charbonnière devant le nichoir

Une mésange charbonnière devant le nichoir

Je comptais, comme je vous l'ai dit hier, vous emmener dans la Drôme et bien non finalement j'ai changé d'avis (et décalé mes articles sur le sujet) et vous allez comprendre pourquoi...

 

Le jeudi 23 mai dernier, chez nous en Provence, nous avons assisté "auditivement" parlant, à l'éclosion des bébés mésanges charbonnières dans le nichoir de notre jardin, dans lequel jusqu'à présent nous n'avions eu que des mésanges bleues.

 

Depuis quelques temps, le nichoir montrait des traces fraîches autour de l'ouverture, et je voyais de temps en temps, une mésange entrer et sortir (le mâle nourrit toujours la femelle qui couve). Je savais donc que le nid était habité !

Les traces fraîches autour de l'ouverture

Les traces fraîches autour de l'ouverture

Pour la première fois de ma vie, j'ai entendu taper, puis des craquements (le bruit des  coquilles brisées ?) et un chuintement plutôt fort qui nous a beaucoup étonné et qui a recommencé plusieurs fois, dont je n'avais jamais entendu parler sur le net.

Est-ce l'adulte qui souffle pour aider les petits à se dégager ?

Les petits qui font ce bruit en prenant leur première respiration ?

Je n'ai pas la réponse.

En tous les cas, un des adultes était à l'intérieur du nichoir puisque nous l'avons vu sortir peu de temps après que le silence soit revenu.  

La période de nourrissage a commencé et a duré jusqu'à dimanche dernier (plus de trois semaines en tout puisque nous étions le 16 juin). 

Les deux parents nourrissent les petits et les va-et vient sont de plus en plus fréquents au fur et à mesure que les petits grandissent. Un couple peut apporter au nid jusqu'à 900 becquées par jour, paraît-il ! 

Le nourrissage

Le nourrissage

Le nourrissage (suite)
Le nourrissage (suite)
Le nourrissage (suite)

Le nourrissage (suite)

Pendant que l'un nourrit les petits, l'autre piaille pour détourner l'attention. 

 

L'autre piaille pour détourner l'attention

L'autre piaille pour détourner l'attention

Parfois ils arrivent tous les deux ensemble au nid, et dans ce cas le second se planque bien derrière les feuilles... et attend son tour. 

Les petits plutôt discrets au début, se faisaient bien entendre les derniers jours, dès l'approche d'un des parents. 

Vous le voyez derrière les feuilles de l'olivier ? Il y a une proie bien coincé dans son bec...

Vous le voyez derrière les feuilles de l'olivier ? Il y a une proie bien coincé dans son bec...

Au début, l'adulte pénètre entièrement dans le nichoir, mais les derniers jours, il se penchait juste pour donner la becquée, puis il retournait chasser emportant avec lui une fiente blanche, pour la jeter  loin du nid et que l'odeur n'attire pas les prédateurs.

En attendant que les petits mangent

En attendant que les petits mangent

Et hop on y retourne !

Et hop on y retourne !

On ne pensait pas avoir la chance d'assister à la première sortie des petits et pourtant dimanche dernier, cela a été un beau cadeau de la nature.  

Il y en avait 7 et je vais vous faire languir un peu, car je ne vous les montrerai que dans quelques jours, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien !

 

Dommage que je ne sache pas quel logiciel de montage vidéo utiliser, car je vous aurais fait une petite vidéo rassemblant toutes les prises que nous avons faites. Sachez que si vous avez un logiciel gratuit et facile à utiliser à me conseiller,  je suis preneuse...

J'espère que vous serez indulgents car mes photos ne sont pas parfaites... Ils ont choisi de s'installer-là parce que justement le nichoir est bien caché par les branches de mes arbres...d'où la difficulté pour moi de les photographier. 

 

Bon week-end à tous ! 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 05:23
Editions du Roure, 2018

Editions du Roure, 2018

L'auteur, René Dupuy est né au pays. Après avoir formé des enseignants, il se consacre à l'histoire de sa région, devient président du Centre d'Histoire Sociale de la Haute-Loire, organise de nombreuses conférences pour le plus grand plaisir des autochtones et des vacanciers. 

Il était donc normal qu'il propose ce joli documentaire sur sa commune natale. 

Et il était normal aussi que je me procure cet ouvrage étant donné que je passe de nombreuses vacances dans cette région. 

 

Ce petit documentaire riche en images et en explications, retrace donc l'histoire de la commune de Saint-Privat-d'Allier, qui englobe aujourd'hui celle de Saint-Didier-d'Allier. 

 

"Le patrimoine est un bien commun qui nous a été transmis par nos ancêtres. Cet héritage nous n'en sommes pas propriétaires, seulement dépositaires et à notre tour, nous devons le léguer à nos enfants", nous rappelle-t-il en introduction de son ouvrage.

Une phrase qui ne peut me laisser indifférente, qu'il s'agisse d'un monument célèbre, d'une coutume, d'un objet dont l'usage nous échappe parfois aujourd'hui, d'un paysage, du patois local...Tout cela ne devrait pas avoir à disparaître et mérite d'être conservé. 

 

Le documentaire se divise en plusieurs parties. Après une présentation géographique et géologique des environs, un aperçu des paysages volcaniques, l'auteur nous présente la vie quotidienne des hommes, les matériaux de constructions et les différentes techniques utilisées pour bâtir leurs maisons. Puis il aborde la vie rurale et ses traditions patrimoniales (l'usage des fours, le rôle du couder(c), les lavoirs, la maison des béates, les moulins, ...) avant de nous parler de l'importance de la croyance et de la foi, comme l'atteste la présence de nombreuses églises, chapelles et croix le plus souvent situées au bord des chemins. Enfin, les seigneurs et leurs châteaux ne sont pas en reste.

 

La beauté de la région et le patrimoine local sont  superbement mis en valeur à travers ce reportage aux multiples photos.

Un livre incontournable pour tous ceux qui habitent cette région ou l'ont adopté plus récemment. Je ne pouvais faire l'impasse de vous en parler...

Partager cet article

Repost0
28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 06:20
Iris a 21 ans aujourd'hui !

Iris a 21 ans aujourd'hui !

J'étais la plus menue de la portée et malgré l'amour que me portait Gaïa, ma maman, personne n'a voulu m'adopter.

Alors Manou m'a gardé, et je vis dans la petite maison aux volets bleus, vous savez dans ce petit hameau de Provence, perdu au milieu des vignes, depuis aujourd'hui...21 ans ! 

 

Comme Manou vous l'a déjà raconté l'année dernière, les iris étaient en fleurs (comme cette année) et donc elle m'a appelé, Iris. Il faut dire aussi que j'avais les yeux bleus.

 

Depuis que je vieillis, ma journée se passe tranquillement...

Je ne chasse plus : c'est trop fatiguant ! 

Le matin, vers 6 heures, si Manou ne s'est pas encore levée, je viens lui miauler dans les oreilles, non mais... qu'est-ce qu'elle croit, toute ma vie elle s'est levée pour aller travailler à cette heure-là, et elle m'a réveillé, alors moi, j'ai mes petites habitudes, d'abord j'ai faim, et puis c'est l'heure d'aller grattouiller dans le jardin.

c'est l'heure d'aller grattouiller au jardin...

c'est l'heure d'aller grattouiller au jardin...

Bon, je la laisse quand même boire son café tranquille.

Après je lui fais un gros gâté et elle est bien obligée de prendre un livre ou de se mettre devant l'ordinateur. Je ne lui laisse pas le choix, c'est trop tôt pour ranger la maison car tout le monde dort encore...

 

Puis, comme Manou à la bougeotte, je m'endors gentiment sur un des coussins de la maison ou parfois... sur le lit, je choisis mon coin, jusqu'à ce que le soleil m'invite à une nouvelle sortie dans le jardin.

Je choisis mon coin...
Je choisis mon coin...Je choisis mon coin...

Je choisis mon coin...

Ah ! Le jardin de Manou ! Je ne sais pas comment font mes voisin(e)s qui n'en ont pas !  En ce moment je m'y prélasse, un peu sur la table, un peu sur le rebord de la fenêtre, un coup d'un côté, un coup de l'autre, et puis hop... je recommence. 

Une bonne sieste au soleil ! Une bonne sieste au soleil !
Une bonne sieste au soleil !
Une bonne sieste au soleil ! Une bonne sieste au soleil !

Une bonne sieste au soleil !

Et puis de temps en temps je me réveille surtout lorsque les oiseaux viennent me narguer ! 

C'est l'heure de se réveiller...
C'est l'heure de se réveiller...

C'est l'heure de se réveiller...

Finalement vous voyez, je suis très sage...enfin si on ne change pas trop mes habitudes.

Le soir, pas de jaloux, un peu sur les genoux de chacun et même parfois sur ceux de mon petit maître, quand il est là. 

Un peu sur les genoux de chacun ! Un peu sur les genoux de chacun ! Un peu sur les genoux de chacun !

Un peu sur les genoux de chacun !

Manou dit souvent que je deviens râleuse en vieillissant, mais comme je le dis en douce, en langage chat, "telle maîtresse, telle chatte !"

En fait entre nous, elle dit aussi que je deviens tyrannique et bon... je le reconnais ! Alors qu'il n'y a pas plus patient que ma maîtresse. D'ailleurs lors de la dernière pleine lune, j'avais très envie d'aller chasser, euh... de me promener plutôt, et bien elle a été obligée de se lever pour me faire sortir en pleine nuit...

Vous voyez ! 

 

Heureusement... il fait bon vivre en Provence n'est-ce pas et le soleil met tout le monde de bonne humeur. 

Alors, vivement l'été prochain que Manou sorte enfin les chaises longues...et que je puisse m'y installer puisqu'elle ne s'y met jamais ! 

 

Toutes les photos ont été prises au cours de la semaine dernière, sauf la suivante...

Photo prise en septembre dernier

Photo prise en septembre dernier

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 06:14
Le parc du château de Chavaniac-Lafayette

Le parc du château de Chavaniac-Lafayette

Comme je vous l'ai dit dans mon précédent article, le parc du Château de Chavaniac-Lafayette, d'une superficie de trois hectares est inscrit aux Monuments Historiques et a reçu le label de Jardin Remarquable.

Ce label récompense pour cinq ans, les jardins ayant un intérêt culturel, esthétique, historique ou botanique dont le but n'est pas commercial. 

 

Lorsque nous y sommes allés l'été dernier, c'était durant ces journées de juillet caniculaires, rappelez-vous... Autant dire que le jardin avait déjà beaucoup souffert de la chaleur et qu'il mériterait une visite au printemps ou à l'automne pour apprécier les nombreuses espèces végétales que je n'ai pas pris le temps de photographier. 

 

Les jardins et le parc ont été, je le rappelle conçus et aménagés entre 1919 et 1928 par John Moffat, fondateur du Mémorial Lafayette et propriétaire américain du château de de 1917 à 1966. Il s'est inspiré des jardins à la française...

Le parc possède des espèces aussi bien européennes, asiatiques qu'américaines. John Moffat étant écossais d'origine, il a aussi implanté diverses espèces de son pays. D'où la grande diversité et la grande richesse de ce parc.

Lorsqu'il sort du château pour parcourir le parc, le visiteur accède d'abord à la terrasse agrémentée de buis. L'art topiaire caractéristique donne un aspect particulier à cet endroit du jardin. 

La terrasse avec ses buis taillés
La terrasse avec ses buis taillés

La terrasse avec ses buis taillés

La fontaine au centre de la terrasse
La fontaine au centre de la terrasse
La fontaine au centre de la terrasse

La fontaine au centre de la terrasse

De la terrasse, le visiteur a une jolie vue sur l'ensemble du parc.

De nombreux arbustes sont présents : des cytises, des lilas, des chèvrefeuilles, des baguenaudiers, des aubépines, des seringats...je n'ai pas pris note de toutes les espèces bien que leurs noms soient soigneusement inscrits sur des plaques. 

Les zones plantées d'arbres sont constituées de hêtres, de tilleuls, et autres espèces qui permettent à un sous-bois très riche, de se développer.

 

La seconde terrasseLa seconde terrasse
La seconde terrasse
La seconde terrasseLa seconde terrasse

La seconde terrasse

Un petit bief nous amène jusqu'à une chute d'eau. De là, l'eau va irriguer les bassins au bord desquels poussent des saules pleureurs, des chênes des marais et autres espèces...un véritable arboretum dans lequel j'aurai bien aimé passer plus de temps pour découvrir les espèces rares qui y sont plantées.

Mais, les petits étaient fatigués, il faisait très chaud et nous venions déjà de passer pas mal de temps dans le château et pour visiter une exposition temporaire dont je vous parlerai prochainement.

Nous avons donc plutôt profité de la fraîcheur du parc, au lieu de chercher à compléter notre savoir botanique. Il faudra donc que j'y retourne un jour ! 

 

Le biefLe bief

Le bief

Les abords des bassins étaient vraiment très agréables.  C'était un véritable plaisir de voir tous ces nénuphars et nous avons profité de ce paisible décor.  

N'oubliez pas d'agrandir les photos en cliquant dessus...

Le premier bassin
Le premier bassin

Le premier bassin

Le second bassinLe second bassin
Le second bassinLe second bassin
Le second bassinLe second bassin

Le second bassin

Le troisième bassin

Le troisième bassin

Les enfants ont beaucoup aimé découvrir le cyprès chauve qui respire avec ses pneumatophores...

Nous n'avons pas l'habitude de le voir en Provence. Il faudrait aller à Marseille au Parc Borély ! 

 

Le cyprès-chauve sur les berges du troisième bassin

Le cyprès-chauve sur les berges du troisième bassin

Les pneumatophores du cyprès chauve
Les pneumatophores du cyprès chauveLes pneumatophores du cyprès chauve

Les pneumatophores du cyprès chauve

Quand je retournerai là-bas, je n'oublierai pas de photographier la roseraie datant de 1947 qui est en cours de réaménagement...

 

Il faut noter aussi la présence de deux arbres remarquables :  

Le chêne de Lafayette  planté par le grand-père de Lafayette il y a trois siècles. Nous l'avons vu mais j'ai raté ma photo. 

L'arbre de la lune qui est un érable particulier car... les graines de cet érable ont été emportées dans l'espace par Stuart Roosa à bord d'APPOLO 14 en 1971. Une d'entre elles a été offerte à Raymond Pagès et a été plantée dans le parc du château, à l'occasion du bicentenaire de la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis en 1976.

Tout un symbole !

 

Pour plus d'infos sur ce parc, vous pouvez aller lire l'historique et le descriptif des différentes espèces ci-dessous...

Voilà notre visite est terminée pour aujourd'hui, très bientôt nous pénétrerons dans le château, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien !

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 06:20
Quelques blogs découverts en 2018

Chaque année, nous faisons de belles découvertes en visitant la blogosphère, soit au hasard de nos recherches, soit parce que nous cliquons sur un pseudo chez un de nos amis blogueurs, soit encore parce qu'un blogueur a fait de même et nous a mis un commentaire auquel nous répondons gentiment, en lui faisant une petite visite...

 

Ainsi ma liste de blogs préférés, s'allongent chaque année davantage, m'obligeant certains jours et je le regrette, à en négliger d'autres pour ne pas passer trop de temps à bloguer... 

Il m'est impossible d'être exhaustive car bien entendu ce serait beaucoup trop long ! N'en prenez pas ombrage, nous aurons d'autres occasions dans les semaines à venir, l'année ne fait que commencer...

 

Aujourd'hui, je vais m'attarder sur des blogs qui proposent des créations originales et souvent poétiques, nous invitent au voyage, ou partagent des mots qui font du bien...

 

Tout d'abord un blog qui sent bon la Provence !

J'ai connu le blog de Lyne depuis peu, grâce à Martine, habitant le Vaucluse, dont je vous ai déjà présenté le blog. A noter pour les créatrices, Lyne ne se contente pas de partager ses balades et ses découvertes, elle partage aussi sur son blog ses créations, et je peux vous dire qu'elle est douée ! 

 

Plus loin de chez moi, mais depuis peu aussi, j'ai croisé le blog d'Eliane, une créatrice-née, fan de steampunk, d'humour décalé, de musique. Je vous laisse découvrir ses articles engagés et son blog si romantique...un délice ! 

Un jour gris (sans aucun doute parce que je ne la connaissais pas encore), Véronique est arrivée sur mon blog et m'a laissé un si doux commentaire que je n'ai pas hésité une seconde à aller la voir en retour. Bercée par la poésie de ses propos, subjuguée par ses photos lumineuses, j'espère que vous le serez aussi...

Depuis longtemps, je voyais ce pseudo dans les commentaires de mes amis blogueurs, et puis un jour de pluie d'automne, j'ai cliqué...

Mille petits bonheurs, des photos magnifiques, des randonnées en montagne et de sublimes paysages m'attendaient... autant de bonheurs partagés avec Elisa et ses sympathiques compagnons à quatre pattes.

Enfin, pour terminer cette modeste mise en valeur, au fil des pages de ce joli blog... des mots, des photos, des peintures, des voyages et beaucoup de poésie vous attendent. Je vous invite à visiter "Au pays des images et des mots", pour un dépaysement assuré !

Bonne découverte ! 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -