Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 05:49
Un bon goûter d'automne

Un bon goûter d'automne

 

C'est l'automne et nous sommes en pleine saison des pommes. De plus, cela fait longtemps que je  n'ai pas mis de recettes...

Alors aujourd'hui, je vous propose, un gâteau parfait pour le goûter des petits et des grands qui ressemble beaucoup au gâteau au yaourt classique.

Vite fait, vite cuit et vite mangé, c'est une recette riche en vitamines et en nutriments...et pas trop sucrée.

J'oublie souvent que j'ai un blog quand je cuisine et donc je fais peu de photos, en plus ma cuisine est située au nord, ce qui fait qu'elle est toujours éclairée artificiellement : c'est pas génial pour les photos !

 

 

Les ingrédients (la mesure de base est 1 verre à moutarde classique)

1 verre de lait fermenté (à défaut 1 yaourt ou du lait)

2 verres de farine + 2 verres de maïzena

1 verre et demi de sucre

3/4 de verre de beurre fondu (ou à défaut d'huile végétale au goût neutre)

3 œufs selon leur grosseur

1 sachet de levure chimique

3 à 4 pommes selon leur grosseur

Vous pouvez parfumer votre gâteau à la vanille ou à la cannelle si vous voulez changer le goût...

 

Réalisation 

 

C'est un gâteau parfait à réaliser avec les enfants car il suffit de mélanger les ingrédients dans un grand saladier.

 

1 - Préchauffer le four T5 environ. 

 

2- Mélanger dans le saladier : le lait fermenté, la farine, la maïzena, la levure, le sucre et le beurre fondu (ou l'huile).

 

3- Battre les œufs dans un bol en ajoutant éventuellement un parfum (vanille, cannelle) et les mélanger à la préparation précédente.

 

4- Éplucher les pommes et les couper en quartier, puis en dés. 

 

5- Verser la préparation dans un moule à manqué beurré, puis ajouter les pommes...

 

 

 Mettre la préparation dans le moule à manqué...

Mettre la préparation dans le moule à manqué...

 

6- Saupoudrer d'un peu de sucre...

 

7- Enfourner pour 40 minutes environ de cuisson...

Saupoudrer de sucre

Saupoudrer de sucre

 

Et c'est prêt par miracle, juste à l'heure du goûter !

Je suis sûre que vous faites vous aussi, ce type de gâteau très souvent...

Non ?

 

 

C'est prêt pour le goûter...
C'est prêt pour le goûter...

C'est prêt pour le goûter...

 

J'aime réaliser ce gâteau avec des pommes Reinettes car elles deviennent fondantes à la cuisson. Mais comme je n'en avais pas... j'ai mis un mélange de Golden et de Starking. 

En fait,  je crois que toutes les variétés de pommes conviennent pour cette recette ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine fruit
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 05:31
La cueillette...

La cueillette...

 

Cela fait longtemps que je n'avais pas fait de confiture de framboises sauvages. Il faut dire qu'il faut être sur place au bon moment quand elles commencent à mûrir et justement lorsque j'étais en Haute-Loire, c'était juste le bon moment !

 

Je ne peux pas dire que les petits soient fans de ramassage...

Comme tous les enfants, ils préfèrent jouer et picorer une framboise par-ci par-là. Mais nous avons un coin qui ne nous déçoit jamais où l'espace est là, les framboisiers pas trop hauts et où il y a assez d'humidité dans l'air pour que les framboises ne soient jamais desséchées, comme c'est le cas ailleurs, même les années de canicule et de sécheresse comme cette année. 

 

Ce coin se trouve à proximité d'une tourbière bien à sec, que les randonneurs de Saint-Jacques connaissent bien car le lieu s'appelle le "lac de l'oeuf".

 

La tourbière appelée le "Lac de l'oeuf"

La tourbière appelée le "Lac de l'oeuf"

 

A cet endroit, les enfants ramassent aussi des fraises des bois, abondantes au bord des chemins...

 

Hum les bonnes fraises des bois

Hum les bonnes fraises des bois

 

Le sous-bois est joli et ombragé et après la promenade, et le goûter, quand il fait plus frais...

Promenade en forêt au frais

Promenade en forêt au frais

 

Nous ramassons les framboises !

Un seau plein de framboises

Un seau plein de framboises

 

Parfois l'été, nous trouvons aussi des myrtilles comme ici l'année passée. Mais cette année, elles étaient dures et sèches à cause du manque d'eau. 

Les myrtilles dans la forêt
Les myrtilles dans la forêt

Les myrtilles dans la forêt

 

Les framboises poussent en abondance au bord des chemins et dans les clairières qui se referment de plus en plus.

C'est donc en bordure des trouées, pas toujours naturelles, que nous en ramassons le plus comme, ici par exemple, en lisière de la forêt...sous la ligne haute-tension.

Sous la ligne Haute-Tension "Les Deux-Loires"

Sous la ligne Haute-Tension "Les Deux-Loires"



Mais revenons un peu à notre confiture...

Bon pour la recette, c'est le bla bla habituel, je fais toujours pareil pour les fruits rouges ! 

Il faut procéder en tous points, comme il est dit dans la recette ci-dessous. Je pourrais faire un copié-collé...mais bon vous savez lire.  

 

 

 

Alors ce qui compte, finalement, c'est la balade, et que je vous montre mon coin et l'effet final, non ?

Et régalez-vous ! Et régalez-vous !
Et régalez-vous ! Et régalez-vous !
Et régalez-vous ! Et régalez-vous !

Et régalez-vous !

Partager cet article

Repost 0
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 05:21
Que faire avec des groseilles, des cassis (dont je n'ai pas de photos) et des mûres ?
Que faire avec des groseilles, des cassis (dont je n'ai pas de photos) et des mûres ?

Que faire avec des groseilles, des cassis (dont je n'ai pas de photos) et des mûres ?

 

Cette année la récolte de groseilles a été bien maigre ! Elles sont toutes tombées par terre dès la canicule de juin ou ont séché sur place ! 

Que faire avec une aussi petite récolte ?

J'ai cueilli les quelques cassis du jardin, et décongelé quelques mûres de l'année dernière qui me restaient en réserve et me voilà en train de confectionner une confiture maison spécial été 2017.

 

Et vous savez quoi, il faisait si chaud que j'ai même oublié de faire des photos sauf des pots, une fois terminés, aussi j'ai illustré mon article de photos prises les années précédentes. Bon, pour une fois, vous me pardonnerez...

 

Comment faire ?

 

Ma méthode est toujours la même...

1- Trier les fruits pour enlever les pécouts et les passer rapidement sous l'eau.

 

2- Faire décongeler à l'air libre les mûres.

 

3- Mettre tous les fruits dans un grand faitout avec 1 verre d'eau.

 

4- Laisser chauffer doucement jusqu'à ce que les fruits éclatent et soient faciles à écraser. 

 

5- Passer le mélange au moulin à légumes. Surtout pas de robot cela broierait les graines.

 

Passer au moulin à légumes (c'est une photo ancienne uniquement avec des groseilles)

Passer au moulin à légumes (c'est une photo ancienne uniquement avec des groseilles)

 

6- Passer ensuite le jus obtenu à travers le tamis.

Passer au tamis (même remarque que pour la photo précédente)

Passer au tamis (même remarque que pour la photo précédente)

 

7- Maintenant c'est facile puisqu'il s'agit de peser le jus obtenu.

Je mets exactement le même poids de sucre que de jus pour les confitures de fruits rouges. Inutile de tricher... la confiture mettrait plus de temps à cuire et aurait moins de goût.

 

8- Dans le faitout ou la bassine à confiture, mettre le jus des fruits , le sucre et un jus de citron.

Mettre le jus des fruits, le sucre et le jus de citron

Mettre le jus des fruits, le sucre et le jus de citron

 

9 - Laisser poser une bonne heure en remuant de temps en temps. Parfois je laisse poser toute la nuit ! 

Je n'emploie jamais de sucre spécial confiture, ou spécial gelée, uniquement du sucre blanc classique en sachet ou cristallisé (mais parfois il est plus cher que le sucre en sachet papier). 

 

10- Cuire 10 minutes pas plus, à partir du moment où la préparation bouillonne. 

Vérifier la cuisson en laissant tomber une goutte de préparation sur une assiette glacée. La goutte doit se figer instantanément.

 

La cuisson...là encore j'ai pris une photo de l'année dernière !

La cuisson...là encore j'ai pris une photo de l'année dernière !

 

11- Mettre alors en pot. 

Remarque : comme d'habitude, une fois le couvercle mis, je retourne les pots jusqu'à ce qu'ils soient totalement refroidis. 

 

12 - Étiqueter et ranger dans votre placard à confitures, à l'abri du soleil et idéalement au frais. 

Et... à nous les bonnes tartines durant l'hiver, les petits sablés à la confiture ou les tartes des Alpes dont je mettrais les recettes à l'occasion !

 

Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

Partager cet article

Repost 0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:08
Quelques idées aux fruits rouges
Quelques idées aux fruits rougesQuelques idées aux fruits rouges

Quelques idées aux fruits rouges

 

Nous restons dans les préparatifs de Pâques. 

 

Voici quelques idées de desserts légers (bon c'est vrai, pas tous, je le reconnais !) pour terminer le repas de fête. Vous pouvez les compléter avec une boule de glace et quelques fruits assortis.

Je vous rassure, je suis gourmande à mes heures, mais je ne les fais pas TOUS à la fois ! 

Vous accéderez aux recettes déjà publiées en cliquant sur les liens....

 

- Une charlotte aux amandes avec sa salade de fruits rouges ;

- Un gratin de framboise à la vanille ;

- Un crumble à la mûre et aux pommes ou à un autre fruit, rouge de préférence ;

- Un clafoutis... dans lequel, quel soit le fruit, la recette de base est la même. 

- Vous pouvez terminer le repas par une tarte au citron, meringuée ou pas. Tout le monde adore en principe.

 

Chez nous, il est incontournable pour Pâques de fabriquer ces petits sablés, typiques de la région drômoise (la région de mon mari) : les Suisses...je vous ai raconté leur histoire et je vous ai donné la recette, l'année dernière ICI.

En principe on les confectionne dès le dimanche des Rameaux. 

 

Les Suisses

Les Suisses

 

En Provence, on peut aussi agrémenter la table de petits biscuits comme ceux que l'on fait à noël...que l'on grignotera au moment du café ou dans l'après-midi. 

En particulier, les croquants aux amandes trouvent leur place ainsi que les navettes provençales... que l'on commence à fabriquer dès la chandeleur.

Les petits sablés au citron en forme de coeur ont aussi beaucoup de succès...

Des croquants aux amandes et des navettes maisonDes croquants aux amandes et des navettes maison

Des croquants aux amandes et des navettes maison

 

Enfin, les gourmands pourront aussi confectionner un  gâteau au chocolat, ou un moelleux, décorés ou pas, des brownies, dont je vous ai mis récemment la recette et qui s'invitent à toutes les fêtes ainsi que quelques muffins, au chocolat ou au citron...

Mes desserts légers préférés pour PâquesMes desserts légers préférés pour Pâques

 

Remarques 

En dehors de la traditionnelle salade de fruits rouges ou des oeufs à la neige que tout le monde sait faire, et dont je ne vous ai jamais mis la recette, il existe toute une série de desserts récemment apparus sur internet qui symbolisent aujourd'hui Pâques...

Ces desserts n'ont jamais été consommés dans les familles provençales ce qui ne les empêchent pas d'être délicieux, souvent originaux et d'amuser les enfants ! 

Je pense en particulier aux gâteaux en forme de nid par exemple ou autres desserts surmontés d'oeufs en sucre ou de poules en chocolat. 

Bien sûr je n'ai rien contre...puisque le but est que les gourmands se régalent. 

 

Et vous, qu'avez-vous prévu pour le dessert de dimanche ?

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 07:20
Une confiture d'automne

Une confiture d'automne

 

J'aime réaliser de temps en temps cette confiture en morceaux, délicieuse en dessert avec une boule de glace à la vanille, ou sur une tartine pour le goûter des gourmands...

 

Il faut... pour environ 4 pots de 375 g

500 g de coings triés, épépinés, épluchés et coupés en lamelles fines.

600 g de poires triées, un peu ferme et coupées en lamelles fines.

800 g de sucre 

le jus d'un beau citron

1 verre d'eau environ max

Épices : 2 bâtons de cannelle, 3 étoiles de badiane, 2 gousses de vanille fendues dans le sens de la longueur.

 

Le premier jour

 

1- Préparer les fruits et les arroser au fur et à mesure que vous les couperez en lamelles avec le jus de citron.

 

2- Les placer dans une terrine, en alternant fruits et sucre.

 

3- Laisser reposer au moins deux heures. 

 

Alterner fruits et sucre

Alterner fruits et sucre

 

4- Lorsque le sucre est bien fondu et que les fruits ont lâché un peu de jus, bien remuer.

 

5- Mettre la préparation dans le faitout à confiture et donner un bouillon. Si vous constatez que l'ensemble manque de liquide, ajouter un verre d'eau.

 

6- Ajouter les épices et laisser la préparation refroidir dans le faitout (ou transvaser dans une terrine si vous préférez).

 

 

Ajouter les épices...

Ajouter les épices...


 

Le deuxième jour ...

 

7- 24 heures après donc, vous mettrez le faitout sur le feu et vous laisserez cuire 15 à 20 minutes, en remuant de temps en temps, jusqu'à ce que les fruits deviennent translucides. 

 

8- Retirer ou pas les épices avant de mettre en pot et couvrir. Moi j'aime mieux les laisser ! 

 

9- Retourner les pots un instant, puis laissez-les refroidir en les redressant.

 

La confiture se fige au bout de quelques heures...

A déguster sans modération tant cette confiture est parfumée !

 

Mettre en pot

Mettre en pot

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine confiture fruit
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 07:10

 

Comme tous les ans en automne, je fais des provisions pour l'hiver...

J'ai un petit côté écureuil parfois, qui amuse beaucoup mes proches et mes placards débordent. Mon fils aîné a attrapé ce virus et prend le temps de faire des confitures et pleins d'autres gâteries...

Je récolte pommes, noisettes et parfois noix quand c'est possible ainsi que des châtaignes. 

Cette année, je ne vous parlerai pas de champignons car je n'en ai pas ramassé ! 

Par contre, j'ai fait une belle production de noisettes dans le jardin de Die.

 

 

 

Quelques récoltes d'automne...
Quelques récoltes d'automne...Quelques récoltes d'automne...
Quelques récoltes d'automne...Quelques récoltes d'automne...Quelques récoltes d'automne...

Quelques récoltes d'automne...

 

Avec les pommes reinettes du jardin du grand-père, outre que cette année il y en a très peu et que déjà elles se conservent mal, j'ai fait des desserts aux pommes mais surtout des compotes que je stérilise et que nous retrouvons avec plaisir pour des desserts d'hiver.

 

 

Les compotes de pommes

Les compotes de pommes

 

Avec les châtaignes, j'ai fait (pour la deuxième année consécutive) de la crème de marrons que moi, j'appelle "confiture de châtaignes à la vanille".

Le plus difficile est d'éplucher les châtaignes...si vous avez un truc, je suis preneuse car je n'ai pas la chance d'avoir une grand-mère cévenole !

 

Le cru 2016 !
Le cru 2016 !

Le cru 2016 !

 

Avec les coings j'ai fait comme d'habitude de la pâte de coings et de la gelée de coing.

 

 

 

La pâte de coings 2016

La pâte de coings 2016

 

 

Comme pour Maryse du blog L'espigaou, la confection de la pâte de coings à la maison est le premier préparatif de noël en Provence, car cette gâterie servira, non seulement aux goûters des enfants tout au long de l'hiver mais fait partie des Treize desserts de la veillée sur lesquels j'avais publié un petit article l'année dernière. 

Vous pouvez voir la recette de Maryse ci-dessous...et la comparer à la mienne (si vous avez le temps) !  

Je trouve Maryse bien courageuse car elle sépare avant cuisson la chair, des pépins, ce que personnellement je trouve fastidieux à faire. Moi je préfère passer les coings cuits, au moulin à légume "à l'ancienne" pour les récupérer après cuisson...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 07:03
Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

 

Cela ne vous a pas échappé... 

Je viens de passer quelques jours de vacances dans la Drôme !

Et bien sûr dès notre arrivée, nous nous sommes précipités dans le jardin du grand-père, que nous appellerons toujours ainsi car c'est décidé maintenant : c'était le jardin du grand-père de mon mari, puis ensuite il a été celui du grand-père de mes enfants et est devenu celui du grand-père de mes petits-enfants...qui est donc mon mari. En fait il le partage avec sa soeur mais bon je vais pas vous raconter tous les détails ! 

Je vous perds là, je le sens...mais bon, vacances de Toussaint oblige, c'est un temps consacré à nos ancêtres et chacun fait comme il peut pour s'y retrouver.

Donc voici ce beau jardin de Die, au coeur des jardins du Perrier...et ses pommiers. 

 

Les pommiers

Les pommiers

 

Et voici le genre de spécimens que nous y trouvons... 

De belles pommes reinettes non traitées...

De belles pommes reinettes non traitées...

 

Donc pour en revenir à ma recette, il se trouve que j'avais un paquet de feuilles filo (phyllo ?), du beurre mais pas de pinceau, des pommes reinettes, du sucre roux et du miel mais ni noix, ni amandes, ni pistaches...

Et comme je ne me sentais pas de réaliser un véritable baklava dans la plus pure tradition comme celui que nous avions dégusté, il y a des années maintenant, chez nos amis vauclusiens, une recette où il faut tremper chaque feuille de filo dans de l'eau sucrée...

Le baklava est un dessert long à réaliser car constitué de fines feuilles de pâte beurrées ou huilées une à une, superposées dans un plat rond ou carré, ou enroulées sur elles-mêmes.
Un mélange de fruits secs finement moulus et concassés est déposé entre les feuilles, lesquelles sont ensuite cuites puis trempées dans de l'eau sucrée (avec du jus de citron pour éviter de caraméliser), du miel ou encore de l'eau de fleur d'oranger ou de rose. On y ajoute quelquefois des clous de girofle moulus.

wikipedia

 

...j'ai donc réalisé une version allégée à ma façon.

 

Pour 2 personnes, il faut :

- des pommes (1 ou 2 selon la grosseur),

du beurre,

- du miel (ça je n'en manque jamais !) 

- de la fleur d'oranger,

- du sucre roux

- et bien sûr des feuilles de filo donc 3 pour 2 personnes dans l'idéal (les autres m'ont servi à faire des friands aux légumes dont j'ai oublié de faire des photos).

Déjà pour les baklavas, c'était moins une...j'ai failli oublier la photo mais une intuition comme vous le verrez en fin d'article, m'a titillé mes méninges ramollies par les vacances et le voyage. 

 

Comment faire ? 

 

1- Faire fondre du beurre et armez-vous d'un pinceau à pâtisserie. Là je vous donne la marche à suivre dans l'idéal. Comme moi je n'avais pas de pinceau, j'ai découpé mon beurre en tous petits morceaux.

 

2- Éplucher les pommes et les détailler en dés.

Les faire légèrement revenir dans une poêle avec du beurre et du sucre roux.

 

Les pommes dans la poêle...

Les pommes dans la poêle...

 

Lorsqu'elles ont une belle coloration, sans pour autant être caramélisées...les laisser en attente tiédir un peu.

 

3- Ouvrir le paquet de feuilles de filo et prélever vos feuilles (enfermer bien celles que vous n'utiliserez pas !)

Comme nous n'étions que tous les deux, je vous rappelle que je n'en ai utilisé que 3.

 

4- Dans un plat à four faisant la moitié de la surface d'une feuille, parsemer bien régulièrement de petites lichettes de beurre pour moi (du beurre fondu pour vous qui avez un joli pinceau dans votre main droite ou gauche...). 

 

5- Y placer une série de 3 feuilles en positionnant la moitié sur le plat et l'autre moitié en dehors du plat. Parsemer encore la partie dans le plat, de lichettes de beurre pour moi , et de beurre fondu, pour vous. 

 

6- Y déposer une partie des pommes cuites ou la totalité (si vous n'êtes que deux).

 

7- Saupoudrer de noix pilées, d'amandes décortiquées et grossièrement hachées, ou de pistaches...ce que je n'ai pas fait car je n'en avais pas ! 

et de cannelle si vous aimez mais chez moi, il y en a un qui trouve toujours, que "ça gâche le bon goût des pommes" alors...je mets du sucre roux ! 

 

8- Replier vos 3 feuilles, les parsemer de lichettes de beurre (vous, vous les badigeonnerez de beurre  fondu). 

Si vous n'êtes que deux... arrêtez-vous là ! 

 

Sinon continuer le feuilletage en superposant un étage supplémentaire (ou prévoir un plat plus grand !) 

Le principe est toujours le même...

On alterne feuilles de filo, badigeonnées de beurre fondu (dans l'idéal) et couches de pommes sucrées saupoudrées de noix, amandes, pistaches hachées. 

 

9- Donc mettre au four pour environ 20 minutes après avoir badigeonné le dessus de beurre . 

Comme j'étais dans la lune, j'ai oublié de pré-découper la pâte à l'avance mais vous, n'oubliez pas de le faire en dessinant de jolis losanges ou carrés ! 

 

10- Sortir le plat du four et verser par-dessus un mélange de miel et d'eau de fleur d'oranger que vous aurez pris le soin de faire chauffer ensemble pour liquéfier davantage le miel, même si vous utilisez du miel d'acacia toujours liquide, seul, il serait trop épais pour pénétrer dans le dessert.   

 

11- Remettre au four pour faire caraméliser quelques instants...5 à 10 minutes maximum. 

 

Bon c'est vrai que j'ai dû sortir mon opinel bien aiguisé pour découper des parts dans ce baklava improvisé... mais il n'a pas fait un pli alors qu'il est bien meilleur quand il attend pour être dégusté car alors tous les ingrédients s'imprègnent plus longtemps. Humm comme c'est bon d'être gourmands...

Et puis, comme vous le voyez... c'est très léger !

 

Mais quelle n'a pas été ma surprise, de constater quelques jours après, que mon aminaute Nell, que beaucoup d'entre vous connaissent, avait fait une recette presque identique, ce même dimanche...

Vous comprenez pourquoi mes méninges me dictaient de faire une photo de ce dessert tout à fait improvisé pour moi, puisque... 

1- je n'en avais jamais fait auparavant !

2- je comptais ne faire que des friands aux légumes, avec mes feuilles filo.

3 - je n'avais pas tous les ingrédients pour faire ce dessert.

4 - je n'avais pas de réseau pour consulter la recette sur le net, alors que celle de mes amis était restée à la maison. 

Moi je crois tout simplement qu'un fil télépathique m'a relié à Nell ce dimanche matin-là...

Non ? Vous ne croyez pas ?! 

Découvrez sa recette, bien mieux expliquée que la mienne ci-dessous, et avec pleins de photos mais je ne vous apprend rien car vous savez-bien que Nell est parfaite et surtout... régalez-vous !! 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit miel
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 06:12
Feuilletés de pommes reinettes pour les gourmands

 

Aujourd'hui je vais mettre à l'honneur un blog que j'aime beaucoup et je sais que vous aussi, pour ceux qui le connaisse. C'est celui de mon aminaute Nell. 

 

Nell est une créative, elle sait tout faire et le partage avec nous, pour notre plus grand plaisir et, comme en plus c'est une gourmande, entre deux visites de sa région, ou quelques-unes de ses créations, elle nous régale avec de délicieux goûters ou desserts...de son invention ou pas, car la recette que je vous propose aujourd'hui, suit une sorte de "chaîne" des aminautes, chacune la reprenant à sa sauce et elle se transforme donc, au gré des goûts de chacun(e).

 

Pour voir la recette chez Nell et visiter son blog, c'est ci-dessous ! 

 

Alors voilà mon "adaptation" personnelle...

 

Ingrédients 

 

2 belles pommes reinettes

2 c à s de sucre brun complet

1 sachet de sucre vanillé (+ de la cannelle si vous aimez)

1 rouleau de pâte feuilletée

1 peu de beurre

 

****************************

1- Préchauffez le four à 220°

 

2- Dans une poële, faire revenir dans le beurre, les pommes coupées en dés. Quand elles commencent à dorer, les saupoudrer de sucre complet et pousuivre pour qu'elles caramélisent légèrement.  

Mon mari n'aimant pas la cannelle, je n'en ai pas mis !

Les pommes caramélisent tout doucement

Les pommes caramélisent tout doucement

 

3- Réserver, pour que les pommes tiédissent.

 

4- Sortir la pâte feuilletée du réfrigérateur (toujours au dernier moment si vous voulez qu'elle gonfle bien). 

 

5- L'étaler en gardant le papier de cuisson et la découper selon le joli dessin suivant...

 

Attention ! Ne faites pas comme moi, ne découpez pas jusqu'aux bords, comme je l'ai fait à un endroit :) Concentrez-vous  un peu ! 

Découper la pâte sans aller jusqu'aux bords !

Découper la pâte sans aller jusqu'aux bords !

 

 

6- Etaler sur chaque quart de pâte, une partie des pommes tiédies.

 

7- Replier les feuilletés en triangle.

6- Etaler sur chaque quart de pâte, une partie des pommes tiédies.

 

7- Replier les feuilletés en triangle.

Bon, je sais... mes triangles ne sont pas très ressemblants !
Bon, je sais... mes triangles ne sont pas très ressemblants !

Bon, je sais... mes triangles ne sont pas très ressemblants !

 

Moi je ne dore jamais à l'oeuf ! Je sais bien que cela se fait dans toutes les recettes, mais j'ai l'esprit de contradiction et après il faut que j'utilise le blanc d'oeuf dans les 24 heures et j'aime pas avoir des contraintes de ce genre, ni gaspiller ! 

Bref, quand je veux que la pâte dore, je passe un pinceau imbibé d'un peu de lait (ou de crème). 

 

8- Mettre au four chaud.

Dix minutes plus tard, quand la pâte commence à monter, baisser le four à 180°. 

C'est ma méthode car j'ai un vieux four et il faut donc que je m'adapte. 

 

9- C'est cuit au bout d'environ 20 à 25 minutes quand la pâte est bien dorée.

 

10- Saupoudrer les feuilletés dès la sortie du four avec du sucre vanillé.

HUMMMM....Dur dur d'attendre que ça refroidisse !
HUMMMM....Dur dur d'attendre que ça refroidisse !

HUMMMM....Dur dur d'attendre que ça refroidisse !

 

Prendre son mal en patience, sinon vous allez vous brûler ! 

 

Vous constaterez sans peine que ceux de Nell sont nettement plus réussis que les miens... Non inutile de le nier, je vous entends le dire de là !

Nell serait-elle capable de truquer ses photos ?!

Non je vous assure, la connaissant,  cette idée est inconcevable...

Moi je pense qu'elle est tout simplement beaucoup plus forte que moi, un point c'est tout !

Allez un peu voir chez elle si j'ai pas raison...et vous m'en direz des nouvelles. 

 

Pour info, je lui ai emprunté aussi la recette suivante...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 06:12
Les Fruits d'automne / #photodimanche

Comme la nature, les fruits d'automne ont pris de belles couleurs dorées.

 

 

Il y a d'abord les grenades...qui cette année sont abondantes et bien colorées.

Les grenades sont encore sur l'arbre
Les grenades sont encore sur l'arbre

Les grenades sont encore sur l'arbre

 

 

Les kiwanos commencent à arriver sur les marchés...

Kiwano, potimarron, butternut et melon jaune

Kiwano, potimarron, butternut et melon jaune

 

Les pommes, les poires et les coings sont des classiques de saison en quelque sorte !

Pommes, poires et coings...
Pommes, poires et coings...Pommes, poires et coings...
Pommes, poires et coings...

Pommes, poires et coings...

 

 

Les noix commencent à peine à être ramassées dans certains coins de la Drôme. 

Noix de la Drôme et de ProvenceNoix de la Drôme et de Provence

Noix de la Drôme et de Provence

 

Les kakis attendent les premiers froids et la chute des feuilles pour pouvoir être dégustés par ceux qui les aiment. 

Un kaki pas mûr

Un kaki pas mûr

 

Par contre dans la nature, les fruits de l'églantier ne sont pas encore tout à fait prêts. Si vous avez le courage d'en faire des confitures, inutile de vous presser, il vaut mieux attendre novembre que le fruit soit bien mûr (en fait ce n'est pas vraiment un fruit  mais bon, je ne vais pas vous faire un cours de botanique le dimanche...).

Vous pourrez encore les ramasser jusqu'en janvier !

Les fruits de l'églantier

Les fruits de l'églantier

 

 

Toutes mes photos sont récentes, sauf celle de l'églantier que j'ai pris l'an dernier dans la Drôme...durant la seconde quinzaine d'octobre. 

 

Bon dimanche ! 

Venez nous rejoindre chez Magda !

Venez nous rejoindre chez Magda !

Partager cet article

Repost 0
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 06:33
Une tarte qui contente tout le monde !

Une tarte qui contente tout le monde !

 

De cette saison, chez nous lorsque nous ne sommes que tous les deux, nous discutons toujours pour savoir si la tarte aux fruits du dimanche sera aux abricots (pour mon mari) ou aux pêches (pour moi).

Alors pour nous faire plaisir à tous les deux, je fais une tarte mixte !

Ainsi tout le monde est content et cela ne nous empêche pas de changer d'avis au dernier moment ou d'accueillir un invité surprise...

 

Il vous faut...

- un fond de pâte brisée

- 1 cuillère à soupe de sucre en poudre blanc

- 1/2 cuillère à soupe de cassonade

- 1 sachet de sucre vanillé

- 2 pêches jaunes (ou blanches) faciles à détacher du noyau

- 4 ou 5 abricots selon leur grosseur.

- 3 cuillères à soupe de crème et un peu de lait pour la diluer 

- 1 oeuf

 

 

La recette

 

- Préchauffer le four à 200°.

- Etaler la pâte dans le moule à tarte et la piquer avec une fourchette.

- Laver et essuyer les fruits. Eplucher les pêches. 

- Enlever les noyaux des fruits.

- Disposer sur la pâte selon votre désir les demi-abricots peau vers vous, et les tranches de pêches. Pour faciliter la cuisson uniforme des fruits, j'incise légèrement la peau des abricots...

Comme mes abricots étaient très gros, je les ai coupé en quartier. 

 

Disposez les fruits sur la pâte...

Disposez les fruits sur la pâte...

 

- Dans un bol, battre l'oeuf avec 1 cuillère à soupe de sucre, et ajouter la crème et le lait. Verser uniformément sur les fruits.

 

La tarte est prête à mettre au four...

La tarte est prête à mettre au four...

 

Cuire au four 35 à 40 minutes maxi. Je n'aime pas que les fruits grillent donc je baisse à 180° quand je vois que la pâte commence à cuire...c'est-à-dire au bout de 10 à 15 minutes environ selon votre four.

 

A la sortie du four, quand la tarte est cuite, saupoudrez-la avec le sucre vanillé auquel vous aurez ajouté 1/2 cuillère à soupe de cassonade. 

 

J'aime bien déguster cette tarte froide quitte à la réfrigérer avant de la déguster. Un jour de fête on peut faire un extra et l'accompagner d'une boule de glace (à la vanille pour moi). 

 

A chacun sa portion ! 

Vous allez me dire...

Pourquoi ne pas faire tout simplement des tartelettes individuelles ?

Parce que...euh !

J'aime assez l'idée du partage, c'est symbolique et cela nous rappelle les grandes tablées d'antan qui parfois maintenant, se font plus rares. 

 

A chacun sa tarte aux fruits
A chacun sa tarte aux fruitsA chacun sa tarte aux fruits

A chacun sa tarte aux fruits

Partager cet article

Repost 0
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 06:15

C'est en confiturant qu’on devient confiturier.

Jean-Pierre Coffe

C'est la saison des confitures !
C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !
C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !
C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !

C'est la saison des confitures !

Quand on fabrique des confitures, il ne faut jamais oublier son âme de poète car la confiture c'est de la poésie.

Jean-Pierre Coffe

Quand je pense à l'été je pense à la bonne odeur de confiture qui régnait dans la maison de ma grand-mère.

 

Tout le monde participait à la préparation, du ramassage des fruits, au tri mais aussi à la pesée ce qui nous faisait une bonne occasion de réviser les maths...

Il fallait additionner, puis calculer la proportion de sucre. Nous nous trompions souvent, penchées sur nos petits cahiers d'écolières : c'était à celle qui trouverait le bon résultat la première !

 

Ma grand-mère s'amusait beaucoup car elle avait toujours calculé son poids de sucre un peu différemment selon les années. Si les fruits étaient gorgés de soleil ou au contraire d'eau, elle modifiait ses proportions et nous ne comprenions pas alors pourquoi il avait fallu s'acharner à faire tous ces calculs compliqués. 

 

Puis les fruits macéraient dans le sucre dans le gros tian en terre si lourd qu'il fallait l'aide de mon grand-père pour le soulever et le poser sur la table.

Nous mettions un torchon à carreau dessus, non pas un torchon neuf, non surtout pas...mais un vieux, un spécial confiture que l'on rangeait à un endroit précis dans l'armoire violette, car il risquait de glisser dans le jus coloré et de se retrouver tout taché.

 

De temps en temps, parce que nous trouvions le temps long, nous soulevions en cachette le torchon et nous regardions le sucre s'effondrer dans le jus coloré.

Oh… comme il était difficile de résister ! Forcément nous trempions nos doigts dans le jus sucré.

Arrête de « piter » disait alors ma grand-mère ! 

Puis d'un coup, (parce qu’entre-temps nous étions parties jouer et que nous avions oublié…) le sucre disparaissait !

Alors seulement avec la grande cuillère en bois au long manche, nous étions autorisées à remuer...

 

Puis ma grand-mère transvasait la préparation dans la grande bassine en cuivre.

Elle allumait alors le feu de bois sur la terrasse, bien à l'abri du vent, et mon grand-père posait la lourde bassine dessus.

Parfois plus tard en saison, elle la déposait sur le fourneau. Il ne fallait surtout pas utiliser le gaz qui faisait cuire la confiture beaucoup trop fort et qui n'était pas économique.

 

Alors comme nous lui tournions autour comme des mouches au milieu de la petite cuisine, elle nous chassait avec son tablier et nous envoyait jouer au jardin sous le grand figuier.

 

Pendant que nous sortions la dînette et les poupées, la confiture mijotait souvent pendant ce qui nous semblait être... des heures, en tous les cas une bonne partie de l'après-midi.

Le feu ne devait pas s'éteindre et ma grand-mère s'installait à l'ombre à proximité sous prétexte de le surveiller et d'y rajouter quelques bûches, mais à mon avis c'était nous qu'elle surveillait tout en travaillant à son reprisage ou son tricot.

 

Quand la confiture était cuite, à peine les pots remplis, chacun était recouvert de paraffine et d'une feuille de papier cellophane que nous avions humecté avant de la tendre sur l'ouverture du pot. Puis nous avions le droit de glisser l'élastique qui allait assurer l'étanchéité et la bonne conservation.

Nous nous battions alors pour lécher la marmite en cuivre... Pour qu'il n'y ait pas de jaloux, nous tracions avec beaucoup de minutie une ligne médiane et chacune avait son côté. Gare à celle dont la petite cuillère ripait et s'approchait un peu trop près de la ligne frontière !

 

Ensuite une fois refroidis, les jolis pots étiquetés étaient tous rangés dans le placard à l'obscurité. Mes étiquettes étaient toujours collées un peu de travers, mais qu'importe. Mon grand-père disait pour me taquiner, que j'avais fait exprès pour qu'il pense à moi au moment du petit déjeuner...

En fait trente ans après j'ai découvert que si mes étiquettes étaient toujours collées de travers c'est parce que je souffrais d'astigmatisme !

 

Je me souviens qu'il y avait toujours, je ne sais trop par quel miracle, un petit fond de la dernière fabrication qui nous attendait juste à temps pour le goûter.

HUM...

Voilà pourquoi tous les étés j'aime faire moi-même des confitures.

Retrouver des sensations oubliées, me revoir dans la cuisine de Fontvieille derrière les volets croisés, ou sous la tonnelle à l'ombre du figuier, au milieu de toutes ces bonnes odeurs sucrées, entourée d'amour et de tartines de confiture... 

Quel délicieux goûter !

 

Bon dimanche à tous, je l'espère pour vous, entourés de votre famille !

 

C'était ma participation à #photodimanche sur le blog de Magda, sur le thème de l'été...

Venez nous rejoindre chez Magda

Venez nous rejoindre chez Magda

 

J'ai trempé mon doigt dans la confiture
turelure
Ça sentait les abeilles
Ça sentait les groseilles
Ça sentait le soleil
J'ai trempé mon doigt dans la confiture
Puis je l'ai sucé
Comme on suce les joues de bonne grand-maman
Qui n'a plus mal aux dents
Et qui parle de fées...
Puis je l'ai sucé
Sucé
Mais tellement sucé
Que je l'ai avalé.

 

René de Obaldia, Les innocentimes, ©Grasset

Partager cet article

Repost 0
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 06:52
Cerises en préparation...

Cerises en préparation...

 

Pour un bocal en verre de contenance totale d'un litre...

- 300 g de griottes

- 2 cuillères à soupe de sucre en poudre

- la quantité d'eau de vie pour fruits à 45 ° pour les recouvrir...

 

OU BIEN (si vous préférez car c'est plus précis)

- 1 kg de cerises

- 0.8 litre d'eau de vie pour fruits

- 100 g de sucre

 

 

Comment faire ?

 

C'est très simple ! 

 

1- Il faut couper les queues des cerises à 1 centimètre du fruit.

Les laver et les placer bien égouttées dans le bocal, sans tasser.

 

2- Verser dessus le sucre par dessus.

 

3- Remplir le bocal d'eau de vie jusqu'à recouvrir toutes les cerises.

 

4- Fermer hermétiquement le bocal. 

 

Personnellement, je ne place jamais la préparation au soleil...

Les premiers jours, il faudra renverser le bocal 2 ou 3 fois par jour pour favoriser la dissolution du sucre.

 

Vous pourrez observer que l'alcool se colore petit à petit...

 

C'est bon signe !

Placer ensuite les bocaux à l'obscurité pendant 3 mois.

L'idéal est même de les oublier jusqu'aux vacances de noël. 

 

Au bout de ce temps, vous pourrez ouvrir le bocal pour les déguster en famille ou avec des amis, au coin du feu...ce qui ne manquera pas de vous rappeler les jours d'été !

 

Cerises au bout d'un mois de macération

Cerises au bout d'un mois de macération

 

En fait, j'en fais très peu chaque année, car ce n'est pas toujours facile de trouver des griottes. 

Si par hasard, vous les gardez trop longtemps au fond de votre placard, les cerises n'auront plus aucun goût, mais l'alcool sera devenu si parfumé que vous pourrez vous en servir pour parfumer vos gâteaux...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine fruit conserve
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 06:11
Les tiges de rhubarbe à peine cueillies

Les tiges de rhubarbe à peine cueillies

 

Comme vous le savez, je rentre de Haute-Loire où j'ai pu ramasser au jardin, mes tiges de rhubarbe. 

Elles ne sont pas magnifiques cette année car le jardin est un peu à l'abandon et l'herbe avait envahie les plants. 

 

Il y a quelques temps déjà je vous avais parlé de la rhubarbe qui pousse abondamment dans les jardins dès qu'on s'éloigne un peu du grand sud, trop chaud pour elle.

 

Je vous avais également donné la recette de la tarte à la rhubarbe telle qu'on la déguste chez nous.

 

Il y a de multiples utilisations de cette plante dont on consomme uniquement les tiges charnues car, je le rappelle ici, les feuilles sont toxiques, et en particulier, on peut en faire de délicieuses confitures.

 

 

Voilà comment procéder...

 

Pour 1 kg de tiges préparées, il faut le jus d'un petit citron et 700 à 800 g maximum de sucre selon votre goût personnel, car la rhubarbe est un fruit acide.

 

Perso je n'utilise quasiment jamais de sucre spécial confiture, enrichi à la pectine. Toutefois pour la rhubarbe, les années très humides, lorsque les tiges sont gorgées d'eau, cela peut s'avérer nécessaire. 

 

Cette année nous avons eu beaucoup de sècheresse en juin dans le 43 et donc, pas de problèmes de ce côté-là.

 

 

La recette

 

1- Trier vos tiges de rhubarbe, comme je l'explique dans la recette de tarte. Il s'agit d'enlever toutes les peaux extérieures avec un couteau ou, si vos tiges se sont ramollies, avec un économe. 

 

2- Les laver à l'eau claire et les essuyer dans un torchon.

 

3- Les détailler en petits dés.

 

4- Les peser et les placer directement dans la bassine à confiture avec le sucre et le jus de citron. 

 

 

 

La rhubarbe préparée est mise à macérer avec le sucre

La rhubarbe préparée est mise à macérer avec le sucre

 

5- Laisser macérer au moins une nuit, ou bien une journée, voire carrément 24 heures !

 

6- Pendant ce temps, ébouillanter vos pots de confitures vides et leurs couvercle et les laisser égoutter sur un torchon.

 

7- Au bout de ce temps, les tiges au contact du sucre auront relâché toute leur eau.

 

Les tiges ont rendu toute leur eau au contact du sucre

Les tiges ont rendu toute leur eau au contact du sucre

 

8- Il est temps de mettre la préparation sur le feu...

 

9 - Très vite, les dés de rhubarbe s'enfoncent dans le jus et changent de couleur.

 

10- Il faut cuire cette confiture de 30 à 40 minutes maximum selon les années.

 

En principe la confiture a pris une belle couleur dorée et elle produit un son caractéristique.

 

Pour ceux qui débutent en confiture, il faut vérifier que la préparation nappe la cuillère en bois d'une part et que, d'autre part,  le jus fige assez rapidement dans une une assiette froide.

 

 

Quand la confiture a pris cette couleur dorée...il faut la mettre en pot !
Quand la confiture a pris cette couleur dorée...il faut la mettre en pot !

Quand la confiture a pris cette couleur dorée...il faut la mettre en pot !

 

11 - Si tout est parfait, il est temps de mettre en pot.

 

12- Utiliser pour le faire rapidement, un entonnoir special confiture, très pratique.

 

13- Retourner les pots bien refermés, tête en bas...jusqu'à ce que les port refroidissent.

 

 

Et voilà le résultat !

 

Il ne vous reste plus qu'à vérifier la propreté extérieure de vos pots, à les étiqueter en notant en particulier l'année et à les ranger dans votrre placard à confiture.

Et les gourmands, comme les écureuils, sont parés pour l'hiver...

 

La confiture en pots...prête à déguster !

La confiture en pots...prête à déguster !

Partager cet article

Repost 0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 06:31
Quelques fleurs de pêchers.Quelques fleurs de pêchers.
Quelques fleurs de pêchers.

Quelques fleurs de pêchers.

 

 

Le pêcher est un petit arbre fruitier qui enchante le printemps par sa floraison abondante et...ROSE.

 

Il se développe particulièrement bien dans le sud de la France et la vallée du Rhône car il aime les climats doux, sinon il ne donne pas de fruits.

Il supporte très bien des gelées à -15° en hiver, mais gare aux gelées de printemps qui sont terribles pour ses fruits. 

 

Il existe des centaines de variétés de pêchers...il faut donc choisir une variété adaptée à votre région si vous comptez en planter un dans votre jardin. Il vous faudra aussi un excellent ensoleillement.

C'est malheureusement un arbre fragile et très sensible aux maladies : il faudra prendre grand soin de lui !

D'excellents produits de traitement existent en BIO ce qui vous permettra de préserver votre santé...et de manger les fruits sans risques.

 

Le pêcher a une seule exigence : il aime l'eau ce qui explique qu'en Provence, on trouve souvent de nombreux vergers dans la Crau irriguée, dans le Vaucluse ou les plaines inondables en bordure de la Durance.

Mais le pêcher redoute que l'eau stagne à ses pieds et il n'aime pas les sols argileux !

Donc pour admirer sa floraison...il faudra le mériter ! Ou alors, comme moi, vous balader à proximité des vergers pour y faire quelques photos :)

 

Bonne semaine !

 

Rejoignez-nous chez Bernie pour #lundisoleil

Rejoignez-nous chez Bernie pour #lundisoleil

Partager cet article

Repost 0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 09:50
Un beau panier de châtaignes (pas trop grosses, hélas)

Un beau panier de châtaignes (pas trop grosses, hélas)

Ingrédients

 

Châtaignes entières (pour obtenir environ 1 kg de purée)

800 g de sucre pour 1 kg de purée de châtaigne

2 verres d'eau (environ 1/4 de litre)

1 gousse de vanille fendue

 

 

Comment faire ?

 

1 - Prendre de belles châtaignes. Plus elles sont grosses, plus elles seront faciles à trier.

 

Si vous les avez ramassé sous les arbres (dans les zones autorisées !) pensez que vous aurez des pertes : châtaignes sèches ou pleines de vers...

Ecarter d'office :

- celles qui ont des trous : le ver est sorti mais à l'intérieur, elles sont toutes noires.

- celles qui sont molles.

- celles qui ont éclaté et qui, souvent, ont commencé à moisir dans le panier.

 

Si vous les avez acheté, il y aura très peu de perte. Il faudra 1 kg et demi de châtaignes environ pour obtenir 1 kg de purée.

 

 

2 - Fendre les châtaignes, une à une, avec la pointe d'un couteau pour qu'elles n'éclatent pas à la cuisson.

 

3 - Les mettre à blanchir dans de l'eau bouillante pendant 5 à 10 minutes selon leur grosseur.

 

4 - Éteindre le feu puis les laisser reposer 10 minutes pour que les châtaignes tiédissent.

 

5 - Au bout de ce temps, prélever peu à peu les châtaignes (une vingtaine à la fois maximum) pour les décortiquer alors qu'elles sont encore chaudes.

 

Il faut enlever l'écorce extérieure marron et la peau qui recouvre la chair...

 

C'est l'opération la plus longue. Certaines personnes la font en deux temps : elles enlèvent d'abord l'écorce. Puis elles remettent à cuire les châtaignes avec leur peau et enlèvent ensuite la peau. A essayer donc, une prochaine fois !

Les châtaignes avec leur peau, puis décortiquées...Les châtaignes avec leur peau, puis décortiquées...
Les châtaignes avec leur peau, puis décortiquées...

Les châtaignes avec leur peau, puis décortiquées...

6 - Remettre les châtaignes totalement épluchées dans une cocotte, couvrir d'eau et les cuire 20 minutes environ, selon leur grosseur. Les châtaignes doivent être tendres et s'écraser facilement.

 

On peut aussi les cuire à la vapeur, ce qui est plus facile lorsqu'en épluchant les châtaignes, on a obtenu beaucoup de débris...

 

A noter : Gardez les plus petits débris qui passeraient à travers les trous du tamis du cuit vapeur, ou fondraient dans l'eau de cuisson, pour les incorporer dans un potage...

ou bien gardez l'eau de cuisson pour en faire un potage !

 

7 - Passer les châtaignes cuites au moulin à légumes (grille moyenne) ou les mixer pour avoir une purée plus fine avec un verre d'eau de cuisson si la purée obtenue vous semble trop épaisse.

 

J'ai choisi de les mixer avec un verre d'eau, car chez nous on n'aime pas du tout les morceaux pour ce type de confiture. Du coup j'ai quelques débris de peau dans la confiture...qui seraient peut-être restés dans le moulin à légumes !

La purée obtenue

La purée obtenue

8 - Dans la bassine à confiture,  mettre un verre d'eau (par kilo de sucre), ajouter un bâton de vanille fendue, puis le sucre et faire d'abord fondre le sucre à feu doux puis bouillir ce sirop 5 minutes.

 

7 - Verser la purée de châtaignes sur le sirop bouillant.

 

Le sirop et le mélange prêt à cuire (je le trouve un peu liquide...non ?)
Le sirop et le mélange prêt à cuire (je le trouve un peu liquide...non ?)

Le sirop et le mélange prêt à cuire (je le trouve un peu liquide...non ?)

8 - Cuire doucement en tournant fréquemment la confiture. Elle va peu à peu changer de couleur pour prendre une belle teinte ambrée.

 

9 - Durée de la cuisson : 20 à 25 minutes environ en surveillant bien car la confiture risque d'attacher.

Attention aussi aux projections car si le feu est trop fort la confiture éclabousse.

 

La confiture émet un bruit caractéristique quand vous passez la cuillère en bois sur les bords de la bassine, de grosses bulles éclatent et forment de petits volcans à la surface...

La confiture est cuite !

La confiture est cuite !

 

 

10 - Quand une goutte de confiture fige dès qu'elle refroidit sur votre assiette froide, c'est le moment de mettre en pot, comme d'habitude !

 

 

 

C'est du boulot...mais qu'est-ce que c'est BON pour le goûter des enfants (ou petits-enfants), pour déguster en dessert avec un simple fromage blanc, ou pour fourrer votre biscuit roulé ou un simple gâteau au chocolat...

HUM....

 

Merci au blog de lachataignesauvage pour m'avoir donné envie de tenter pour la 1ère fois cette recette.

Voilà l'aspect de ma confiture...Pas mal pour un 1er essai !

Voilà l'aspect de ma confiture...Pas mal pour un 1er essai !

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine confiture fruit
commenter cet article
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 08:10
Pommes au four

C'est un dessert délicieux et très simple à réaliser qui transformera un simple repas du soir, en repas festif. Les enfants et les gourmands l'adorent et vous pourrez le revisiter à l'infini en changeant tout simplement de variété de pommes, de miel ou d'épice...

 

De plus c'est la saison des pommes...

 

Pour cette recette de saison donc, l'idéal est de choisir des pommes BIO puisque vous serez obligés de conserver la peau des fruits.

Il  faut choisir des pommes à chair tendre et fondante, les meilleures étant les reinettes.

 

On trouve en ce moment des petites reinettes grises sur les marchés. Souvent moins chères car elles sont hors normes...

 

Pommes au four

Ingrédients

 

1 à 2 petites pommes selon l'âge des convives

miel (au choix)

beurre doux ou demi-sel

cannelle (ou autre parfum)

 

 

**************************************

0 - Préchauffer le four à 200°.

 

1 - Bien laver les fruits même s'ils sont bio et enlever les pécouts.

 

2 - Creuser chaque fruit à l'aide d'un économe pour enlever le trognon et les pépins SANS PERCER LE FRUIT de l'autre côté  !

 

C'est le plus difficile. Pour vous aider une petite astuce, il faut tenir fermement le fruit dans la paume de la main gauche (si vous êtes droitier sinon l'inverse). Avec votre main droite, creuser la pomme avec la pointe de votre couteau en effectuant d'abord un cercle autour du pécout, puis une fois enlevée la peau et un peu de chair, continuer en enfonçant un peu plus le couteau économe jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun pépins.

 

3- Placer les fruits au fur et à mesure dans un plat à gratin. Il est normal que les premiers s'oxydent un peu à l'air et prennent une teinte un peu marron. Cela n'altèrera pas le goût du dessert. Pour pallier cet inconvénient si cela vous gêne ou si vous réaliser ce dessert en grande quantité,  vous pouvez mettre un petit filet de citron à l'intérieur de chaque pomme.

 

Pommes au four

 

4 - Une fois toutes vos pommes préparées, mettre au fond de chaque cavité, une petite cuillerée de miel. Choisir un miel qui a du goût : châtaignier, tilleul, sapin ou forêt, ou encore un toutes fleurs de montagne par exemple.

Le goût de votre dessert variera en fonction de votre choix.

 

Pommes au four

 

5 - Puis placer une noisette de beurre sur chaque pomme. Aujourd'hui j'ai utilisé du beurre doux mais vous pouvez essayer avec du demi-sel !

 

6 - Saupoudrer le plat de cannelle.

Là encore vous pouvez varier les plaisirs : cannelle, cardamone, piment d'espelette, vanille en poudre...

 

 

Pommes au four

 

7 -Enfourner à 200° et baisser le four à 180° au bout de 5 minutes.

 

8 - Cuire en tout, 20 à 30 minutes environ, selon la grosseur des fruits. Ne pas oublier de les arroser au moins une fois en cours de cuisson.

 

 

Comme vous pouvez le constater sur la prmière photo, les pommes sont bien dorées mais comme je ne suis pas parfaite (hi!hi!), j'ai oublié de piquer la peau avec la pointe d'un couteau avant de les placer dans le plat à gratin, du coup elles ont éclaté à la cuisson !

 

Mais bon personne n'a rien dit et le plat s'est volatilisé en un rien de temps dans un silence significatif...

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit
commenter cet article
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 15:28
Crumble à la mûre et aux pommes

Il faut profiter des dernières mûres d'automne pour réaliser ce délicieux dessert, d'autant plus que les premières pommes reinettes arrivent maintenant à maturité.

 

 

Ingrédients  (pour 4 personnes):

 

80 g de cassonnade

100 g de farine

100 g de beurre à température ambiante

1 sachet de sucre vanillé

200 g de mûres

2 ou 3 pommes reinettes

 

Comment faire ?

 

1 - Préchauffer le four à 230 °.

 

2- Trier les mûres et les passer rapidement sous l'eau. Puis les laisser égoutter.

 

Crumble à la mûre et aux pommes

3 - Préparer la pâte à crumble :

 

- Mélangez la farine et la cassonade dans un saladier.

 

Crumble à la mûre et aux pommesCrumble à la mûre et aux pommes

 - Ajouter le beurre coupé en petits morceaux et l'écraser avec une fourchette.

Crumble à la mûre et aux pommes

- Mélanger ensuite avec les doigts tout en écrasant les petites boules de beurre jusqu'à former un "sable" grossier.

 

- Dans un plat beurré allant au four, disposer d'abord les mûres.

 

- Puis éplucher les pommes au dernier moment, les laver et les couper en dés.

Si vos pommes noircissent trop vite (car elles s'oxydent à l'air) les arroser d'un peu de jus de citron.

 

Crumble à la mûre et aux pommesCrumble à la mûre et aux pommes

- Emietter la pâte à crumble sur les fruits pour les recouvrir entièrement.

Crumble à la mûre et aux pommes

 

- Mettre au four chaud 30 minutes jusqu'à ce que le crumble dore et croustille en surface.

 

A la sortie du four saupoudrer d'un peu de sucre vanillé.

 

Crumble à la mûre et aux pommes

A noter : Dans le crumble à la mûre et à la pomme c'est la pomme qui va absorber l'excédent de jus provenant des mûres. Il est donc inutile de rajouter de la poudre d'amande dans la pâte à crumble ou sur les fruits.

 

Le crumble peut être dégusté tel quel, avec de la chantilly (pour les anglophiles), ou une simple boule de glace  à la vanille pour un dessert de fête.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit
commenter cet article
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 06:52

Il reste encore quelques figues au jardin et les prunes commencent à mûrir.

 

C'est l'occasion de faire un mélange de saison car les figues trop mûres ne contiennent presque plus de pectine : il faut donc les associer avec un fruit plus acide et moins mûr.

 

Confiture de figues et de prunes aux épices

Ingrédients

 

900 g de figues violettes

400 g de prunes rouges ou de quetches

1 kg de sucre cristallisé

1 cuillère à soupe de gingembre moulu

1 c à s de cannelle en poudre

1 cà s de cardamone moulu

1/2 gousse de vanille ouverte en deux

1 citron

 

Comment procéder ?

 

 

1 - Laver les fruits rapidement sous un filet d'eau.
 

2- Préparer les fruits :

- Couper les figues en 4 morceaux après avoir ôter le pécout.

- Couper les prunes en deux, ôter le noyau et couper encore en deux chaque moitié.

Il faut encore recouper ces moitiés en deux !

Il faut encore recouper ces moitiés en deux !

 

3 - Placer les fruits dans une terrine avec le sucre et les épices.

 

 

 

Confiture de figues et de prunes aux épices

 

4- Laisser macérer pendant quelques heures (ou une nuit) jusqu'à ce que le sucre soit bien fondu. Bien remuer de temps en temps.

Confiture de figues et de prunes aux épices

 

5 - Ajouter le jus de citron et mettre à cuire environ 20 minutes.

Confiture de figues et de prunes aux épices

 

6- Enlever la gousse de vanille et mixer la confiture.

Confiture de figues et de prunes aux épices

 

7 - La remettre 5 à 10 minutes sur feu doux, jusqu'à ce que le mélange soit bien épais et nappe la cuillère (ou qu'une goutte de confiture se fige rapidement sur une assiette froide).

 

8- Mettre en pot.

Confiture de figues et de prunes aux épices


9- Retourner les pots quelques instants avant de les laisser refroidir, de les étiqueter et de les ranger...

 

 

Confiture de figues et de prunes aux épices

Cette confiture est particulièrement goûteuse...

 

Les épices lui donnent un goût incomparable et le mélange entre la douceur des figues et la légère acidité des prunes atteint la perfection !

 

Pour gourmands avertis :)

 

Partager cet article

Repost 0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 08:40

 

Ingrédients pour 4 pots de 500 g environ

 

1 kg 300 de mûres

1 kg de sucre

1 petit citron

1 verre d'eau

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

1 Trier les mûres et les rincer rapidement dans une passoire. Conserver quelques mûres encore rouges qui apporteront de la pectine naturelle ce qui facilitera la prise de la confiture.

 

2 Laisser égoutter les fruits un bon quart d'heure.

 

 

 

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

 

3 Verser 1 verre d'eau dans la marmite à confiture.

 

4 Y ajouter le sucre.

 

5 Laisser dissoudre en remuant lentement.

 

6 Mettre à cuire sur feu doux.

 

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

 

7 Lorsque le sirop commence à épaissir et à glouglouter, verser les mûres dans la bassine et ajouter le jus du citron.

 

8 Remuer lentement et délicatement jusqu'à la reprise de l'ébullition.

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

 

9 Laisser cuire les mûres entières jusqu'à ce qu'elles s'enfoncent dans le sirop.

 

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

10 Ce n'est pas la peine d'écumer...

 Laisser cuire 15 à 20 minutes en remuant de temps en temps.

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

11 Vérifier la cuisson en laissant tomber une goutte sur une assiette froide.

 

12 Mettre en pot.

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)
Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

13 Boucher et renverser les pots côté couvercle quelques instants.

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

 

13 Puis remettre les pots dans le bon sens et les laisser refroidir complètement sans les déplacer car cela empêcherait la confiture de se figer.

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

Il est normal que cette confiture, réalisée avec des mûres entières, ne soit pas complètement prise. L'idéal est qu'elle reste souple et facile à prélever et à mélanger.

 

Elle aromatisera délicieusement le fromage blanc, les petits suisses ou les yaourts nature.

 

Dans quelques temps, je vous donnerai la recette de la gelée de mûres...particulièrement adaptée aux tartines du petit déjeuner ou du goûter.

 

Confiture de mûres des bois (ou des jardins)

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine confiture fruit
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 07:11
Figues blanches séchées au soleil

Figues blanches séchées au soleil

Je n'ai pas de déshydrateur et j'ai réussi à faire sécher mes figues blanches entières au soleil de l'été...

C'est plus écologique et économique que les appareils électriques et la chaleur douce du soleil préserve les vitamines.

Il n'y a rien à surveiller et rien à faire (ou presque) à part les retourner tous les jours et pendant ce temps, profiter de l'été et lire...à l'ombre sous la tonnelle !

 

Ma grand-mère, bien sûr, faisait sécher ses figues, comme les champignons, enfilées sur un fil de coton solide, accroché aux volets de la maison, donc au courant d'air et au soleil le jour et, à l'abri de l'humidité et au courant d'air, la nuit, derrière les volets fermés... C'était très commode car il n'y avait pas besoin de les retourner, de les rentrer ou de les sortir. Aujourd'hui nous ne pouvons plus le faire car nos volets n'ont plus, ce qui était indispensable dans le midi de la France, les persiennes !

 

Mais pour être honnête, c'est le site de "la cachina" que j'adore regarder...(pour l'humour de son auteur et les bonnes recettes d'antan) qui m'a donné envie de tenter l'expérience, maintenant que mon petit figuier commence à produire.

 

Il faut dire que cet été, le soleil et la canicule ont été au rendez-vous...

 

Ma méthode pour faire sécher des figues blanches...

 

Les figues blanches proviennent d'un petit figuier commun dans le sud-est qu'on appelle tout simplement le figuier marseillais.

C'est un figuier de petite taille qui produit de petits fruits, non pas blancs, mais vert pâle. La chair à l'intérieur du fruit est rose pâle et les fruits sont très parfumés.

Voilà pourquoi j'en ai un dans mon mini-jardin, car ce figuier produit beaucoup et tient peu de place...

 

Les figues, à la fin de l'été, commencent à se dessécher partiellement sur l'arbre...sans perdre leurs qualités nutritionnelles pour autant.

La peau se frippe et le fruit perd facilement 50 % de son eau sans qu'il ne s'abîme.

Comment faire sécher des figues... au soleil ou au four ?

 

L'idéal pour les faire sécher est de ramasser, au fur et à mesure, les figues mûres dont la peau a commencé à se flétrir légèrement et de les placer dans une simple cagette.

 

Bien recouvrir la cagette d'un filet ou d'un vieux torchon bien usé et bien fin, tenu par quelques pinces à linge !!

 

La nuit, il faut rentrer la cagette pour éviter à l'humidité de l'air de réhydrater les fruits.

Mais bon honnêtement quand en juillet, il fait plus de 20° la nuit, ce n'est pas très utile...par contre en septembre les nuits sont plus humides. A vous d'adapter selon votre région.

 

Vous retournerez tous les jours les figues pour contrôler le séchage car il y en a toujours une qui s'abîme...

 

Comme vous le voyez sur la photo, j'ai oublier de les aplatir avant qu'elles ne soient complètement sèches...mais bon ce n'est pas grave, le goût sera le même !

 

Pour qu'elles soient plus jolies, on peut les "rouler dans la farine" (au sens propre !)ou dans un mélange de farine fluide et de sucre...

Mais ce n'est pas obligatoire !

Mettre ensuite en bocaux de verre, hermétiquement fermés.

 

 

 

Ma méthode pour faire sécher des figues violettes...

 

Du coup j'ai essayé de faire sécher des figues violettes. Mon adorable voisine m'en donne souvent car elle n'arrive pas à venir à bout de sa production et elle sait que cela me fait plaisir.

 

Les figues sont plus grosses et la production très étalée, parfois jusqu'en octobre...

La figue de droite est mûre à point !

La figue de droite est mûre à point !

Pour plus de sûreté, le soleil étant moins chaud,  j'ai procédé comme suit...d'une façon beaucoup moins écologique mais bon, c'est un coup d'essai.

 

Je viens juste de les terminer cette semaine !

 

1 - Choisir des figues bien mûres : le soleil a commencé à déshydrater légèrement leur peau qui peut même être tâchée par endroit... cela n'a pas d'importance. Les figues ne doivent pas être pour autant collantes. Elles pendent sur leur pécout...elles sont bonnes à ramasser.

 

Comment faire sécher des figues... au soleil ou au four ?

 

En fait le temps de cette fin d'été est favorable à l'opération car il est relativement sec, un peu venté et ensoleillé.

 

2 - Ramasser de préférence les figues un jour de soleil, avant 11 h ou midi, mais pas trop tôt non plus pour que la rosée de la nuit se soit bien évaporée.

 

3 - Laisser les figues quelques heures au soleil dans votre panier si besoin. Leur peau doit être bien sèche et douce et veloutée au toucher.

 

Comment faire sécher des figues... au soleil ou au four ?

4 - Ne pas les laver : les figues sont parfaitement propres ! Il suffit de les essuyer dans un torchon.

 

5 - Couper les pécouts.

 

6- Couper ensuite chaque fruit en deux dans le sens de la longueur avec un couteau bien aiguisé.

 

7 - Etaler les fruits sur des grilles...celles du four font très bien l'affaire.

 

Comment faire sécher des figues... au soleil ou au four ?

8 - Allumer votre four traditionnel en position "décongélation" et augmenter la température jusqu'à 40 à 50°.

 

Si vous n'avez pas cette position choisissez cette température maximum.

 

9 - Laisser les fruits pendant 3 à 4 heures à cette température en prenant soin de laisser le four entrouvert (je cale une planche en bois).

 

10 - Au bout de ce temps éteindre le four et laisser les fruits à l'intérieur pendant toute une nuit (ou une journée).

 

11 - Le lendemain, recommencer l'opération...mais en conservant une température plus basse de 35 à 40°.

Laisser à nouveau refroidir complètement les fruits dans le four.

 

12 - Au bout de ce temps, les fruits peuvent être placés dans un panier au soleil pour parfaire le séchage...

Selon l'intensité du soleil je dirai...pendant 1 à 3 jours.

 

Pensez simplement à les protéger des insectes en plaçant une mousseline au dessus ou un torchon très fin tenu par des pinces à linge.

Remuez-les de temps en temps...

Rentrez-les la nuit et surtout patientez !

Si vous n'avez pas de jardin, vous pouvez aussi les placer devant une fenêtre ou sur un balcon. Le courant d'air est très utile pour parfaire le séchage.

 

Comment faire sécher des figues... au soleil ou au four ?

L'aspect des figues vous renseigne toujours sur l'avancée du séchage...

La peau des figues devient lisse et douce comme du cuir. Aucun jus ne sort si vous pressez les fruits entre les doigts.

 

Placer ensuite les fruits dans un bocal hermétiquement fermé, au congélateur ou au réfrigérateur si vos placards sont quelquefois parasités par les fameuses "mites alimentaires", car elles en sont hélas très friandes.

 

C'est mon premier essai et donc je n'ai pas de recul sur la conservation de ces figues...blanches ou violettes.

 

Si vous avez l'expérience, ça m'intéresse.

 

D'un autre côté, je ne m'en fais pas trop pour la conservation car je pense que, d'ici noël, elles seront toutes utilisées soit dans mon kéfir de fruit, soit en friandise pour les petits et les grands et que, lorsque ce sera la saison, j'achèterai des petites figuettes sauvages d'Andalousie, une friandise délicieuse dont je ne peux pas me passer... à grignoter pour le goûter ou lors des randonnées, à incorporer dans les gâteaux ou autres desserts pour les gourmands.

 

Partager cet article

Repost 0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 07:31
Confiture de figues au citron...

Cette semaine, je laisse un peu tomber la littérature pour me consacrer à une activité de saison...les confitures !

Il faut bien aussi nourrir sa famille et préparer l'hiver.

 

 

C'est de saison en effet et avec la chaleur de l'été les figues sont même plutôt en avance chez nous car cela fait déjà un certain temps qu'on en mange.

Comme on commence à s'en lasser (hé oui !) et que le congélateur en contient un certain nombre de sacs (figues entières ou coupées en deux), c'est le moment de réserver les plus mûres pour faire quelques confitures.

 

La confiture de figues est une excellente confiture de goûter. Elle se mange en tartine, en tarte ou pour les plus gourmands directement à la petite cuillère...

Elle divise les gourmands et les membres de la famille et provoque des débats argumentatifs intéressants : certains dans la famille en raffolent quand d'autres ne l'aiment pas du tout !

 

Bien sûr elle peut aussi accompagner, les pâtés toute l'année (succès garanti!) et, au moment de noël, le foie gras pour ceux qui aiment le mélange sucré-salé.

 

Ingrédients pour environ 12 pots de 500 g

 

- 3 kg 200 de figues fraîches

- 2 kg de sucre en poudre (ou cristallisé) mais surtout pas du sucre "special confiture"

- 3 à 4 gros citrons

- 1 petit verre d'eau (les figues sont un peu sèches cette année à cause de la canicule et de leur maturation précoce)

 

Cette confiture est à réaliser avec des figues violettes de préférence.

 

Comment faire ?

 

1 - Commencer par laver rapidement les figues sous un filet d'eau sans les faire tremper. Hé oui cette année je suis obligée de les laver car il y a beaucoup de poussière due au vent.

 

2- Essuyer vos figues avec un torchon propre. 

 

3- ôter les pécouts de vos figues avec un couteau bien aiguisé.

 

4- Couper les figues en quatre morceaux et les mettre dans une terrine ou directement dans la bassine à confiture.

 

Confiture de figues au citron...

5 - Couper deux citrons en lamelles très fines et les rajouter dans la terrine.

Confiture de figues au citron...

6 - Saupoudrer avec le sucre et bien mélanger.

Confiture de figues au citron...

7 -  Laisser le sucre agir pendant plusieurs heures (6 à 12 heures) en remuant de temps en temps.

 

8-  Lorsque le suc des figues a absorbé le sucre qui n'est (presque) plus visible, verser l'eau et le jus des autres citrons.

Confiture de figues au citron...

 

9 - Mettre sur le feu et porter à ébullition.

 

10- Laisser cuire quelques minutes sans écumer puis couper le feu et laisser reposer le tout.

Cette précuisson est indispensable pour attendrir le citron et lui permettre d'infuser dans la confiture.

 

Confiture de figues au citron...

Laisser complètement refroidir et le lendemain par exemple...

 

11- Remettre la bassine à confiture sur le feu et poursuivre la cuisson pendant environ 20 minutes...

 

Confiture de figues au citron...

 

12- Lorsque la confiture commence à faire de grosses bulles et un bruit caractéristique, vérifier qu'une goutte se fige sur une assiette froide.

 

Attention : Quand la confiture devient plus difficile à tourner, le fond risque d'attacher...

Confiture de figues au citron...

13 - Mettre en pots SANS MIXER en répartissant les citrons dans les pots.

 

14- Retourner les pots quelques instants côté couvercle puis, les redresser et les laisser refroidir complètement avant de les étiqueter et de ranger votre production.

Confiture de figues au citron...

Vous trouverez d'autres recettes de confitures de figues sur ce blog :

- La confiture de figues toute simple (et mixée), celle que faisait ma grand-mère.

- La confiture de figues aux pignons de pin et au citron.

 

+ Ma recette de compote de pommes et figues à la vanille.

 

Bonne dégustation !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine confiture fruit
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 08:46
Clafoutis aux abricots

C'est le moment de faire ce délicieux dessert...

 

Ingrédients (pour 4 à 6 gourmands)

 

- 1 verre de farine

- 1/2 verre de sucre

- 2 oeufs

- 2 verres de lait entier

- 1 sachet de sucre vanillé

 

Comment procéder ?

 

( voir pour plus de détails la recette du clafoutis aux cerises ou du clafoutis aux prunes)

 

- Préchauffer le four à 230 °.

- Beurrer un moule carré ou rond pouvant aller au four.

- Laver les abricots et les essuyer.

- Couper les abricots en deux et retirer le noyau ainsi que la partie brune près du "pécout" (l'attache du pédoncule).

- Disposer les demi-abricots dans le plat, peau en haut.

- Tracer quelques incisions sur le dos des abricots avec un petit couteau pointu.

 

 

Clafoutis aux abricots
Clafoutis aux abricots

Préparer la pâte à clafoutis

 

Dans un saladier mélanger farine, sucre, et oeufs et bien battre l'ensemble puis diluer avec le lait pour obtenir une pâte liquide.

Verser sur les abricots.

 

 

Clafoutis aux abricots

Cuire au four

 

Cuire au four chaud mais n'oubliez pas de baisser le four à 180 ° quand le clafoutis commence à se boursouffler en surface.

Au bout de 30 minutes, sortir le dessert du four et le saupoudrer de sucre vanillé.

 

Aujourd'hui j'ai réalisé ce délicieux dessert avec la moitié des proportions et seulement 3 abricots de bonne taille ce qui nous a fait une bonne part pour chacun et (la gourmandise étant un vilain défaut) nous l'avons dégusté tiède avec une boule de glace à la vanille et un peu de chantilly.

 

Après une salade froide composée uniquement de légumes en entrée, cela fait un repas d'été équilibré les jours de chaleur.

 

Clafoutis aux abricots

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 07:34
Un dessert de fête !

Un dessert de fête !

Pour clôturer un repas de fête en été, j'aime réaliser ce dessert simple mais toujours agréable aux yeux et aux papilles !

 

Le gâteau se prépare la veille, la salade de fruits le jour même et chaque assiette est dressée au dernier moment selon les goûts de chacun, avec ou pas de la glace en plus.

 

Ingrédients

 

Pour le biscuit

3 oeufs

100 g de farine fluide

100 g de sucre glace (ou en poudre fin)

50 g de beurre fondu (+ un peu pour le moule)

1 cuillère à café de levure chimique.

 

Pour la crème aux amandes

125 g de poudre d'amandes (1 sachet)

125 g de sucre glace

125 g de crème fraîche fouettée

75 g de beurre fondu

 

Pour la salade de fruits rouges : au choix fraises, mûres, groseilles, framboises, myrtilles, cassis (proportions au choix et selon les possibilités financières de chacun) + 1 citron + 70 g de sucre environ.

 

Pour faire simple... je congèle en saison quelques groseilles et  cassis, du jardin, des mûres sauvages ramassées en fin d'été et des myrtilles et framboises des bois quand je suis en Auvergne au bon moment. Il ne me reste plus qu'à acheter les fraises fraîches car je n'en ai pas au jardin.

Pour réaliser la recette hier,  j'ai acheté les framboises et les fraises. Et je n'ai pas mis de myrtilles ni de cassis.

En mai et juin, les courageux peuvent dénoyauter des cerises et les ajouter à la salade de fruits.

 

Facultatif : glace à la vanille ou au nougat et coulis de framboise ou de fruits rouges congelé, faits maison ou pas...

 

Réalisation du biscuit

 

0 - Préchauffer le four à 190°.

1 - Séparer les blancs des jaunes.

2 - Monter les blancs en neige avec une minuscule pincée de sel.

3 - Battre énergiquement les jaunes d'oeufs avec le sucre. Il faut que le mélange blanchisse et devienne mousseux.

4 - Ajouter alors le beurre fondu froid.

5- Puis la farine et la levure et bien mélanger.

6 - Incorporer au dernier moment les blancs d'oeufs en soulevant délicatement la pâte.

7- Cuire au four à 190° dix minutes, puis baisser à 170° et cuire encore vingt minutes.

 

Vérifier la cuisson avec un couteau. Le biscuit doit être légèrement doré et gonfler uniformément (ce qui n'a pas été le cas aujourd'hui !).

 

 

 

 

Vous pouvez si vous le désirez, parfumer le biscuit avec un peu de vanille liquide ou un zeste de citron...

Bien sûr cette pâte peut être réalisée au robot mais je la trouve plus souple faite à la main.

 

Je n'ai pas pensé à photographier les différentes étapes !Je n'ai pas pensé à photographier les différentes étapes !
Je n'ai pas pensé à photographier les différentes étapes !

Je n'ai pas pensé à photographier les différentes étapes !

Pendant la cuisson du biscuit, réaliser la crème...

 

- Dans une terrine, mélanger la poudre d'amande et le sucre.

- Ajouter le beurre fondu refroidi.

- Battre légèrement la crème sans pour autant la transformer en chantilly (ou en beurre !).

- Lorsqu'elle a pris du volume et de la légèreté, l'incorporer au mélange.

- Placer la préparation au réfrigérateur.

La crème avant réfrigération...

La crème avant réfrigération...

Dressage du gâteau...

 

1 - Une fois le biscuit refroidi complètement, le démouler.

2- Le découper dans l'épaisseur en deux ou trois morceaux.

3- Remonter le gâteau en alternant : une couche de biscuit et une couche de crème, que vous lisserez avec un couteau pour que son épaisseur soit constante. Replacer une couche de gâteau et ainsi de suite.

4 -Terminez par une fine couche de crème et décorer de quelques amandes effilées.

 

Placer le biscuit toute une nuit (ou le matin pour le soir) au réfrigérateur, simplement protégé par un film alimentaire pour qu'il ne se dessèche pas.

Charlotte aux amandes et salade de fruits rougesCharlotte aux amandes et salade de fruits rougesCharlotte aux amandes et salade de fruits rouges
Charlotte aux amandes et salade de fruits rougesCharlotte aux amandes et salade de fruits rouges

Le lendemain, sortir les fruits congelés et les placer dans un saladier.

 

Deux heures avant le repas, préparer la salade de fruits rouges...

 

- Laver les fruits rouges délicatement et rapidement en les plaçant dans une passoire puis retirer les pécouts des fraises.

- Couper les plus grosses fraises en morceaux.

- Mélanger les fruits frais aux fruits dégelés.

- Arroser le mélange de fruits rouges avec le jus d'un citron et environ 3 à 4 cuillères à soupe de sucre.

- Laisser reposer 2 heures au frais.

 

Pendant ce temps dégeler le coulis de fruits rouges et le placer en saucière.

 

Remarque : la quantité de sucre dépend de la nature des fruits. Si vous mettez beaucoup de groseilles par exemple, il faudra sucrer davantage.

Charlotte aux amandes et salade de fruits rouges

Dressage des assiettes...

 

- Sortir le gâteau du réfrigérateur 15 minutes avant.

- Sortir la glace du réfrigérateur 5à 10 minutes avant.

- Dans chaque assiette, placer une tranche fine de gâteau, 4 cuillères à soupe de salade de fruits, une boule de glace (vanille ou nougat) et décorer éventuellement d'un filet de coulis aux framboises.

Si vous êtes très gourmands vous pouvez ajouter un peu de chantilly à la vanille pour parfaire la déco, mais bon c'est vraiment facultatif !

 

Et régalez-vous !

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 14:45
Gratin fraise-framboise à la vanille

Pour 4 à 5 personnes

 

- 300 g de fraises et framboises mélangées (fraîches de préférence)

- 125 g de lait concentré NON sucré (ou de crème fraîche)

- 125 g de fromage blanc

- 2 oeufs

- 1 cuillère à soupe de maïzena

- 30 g de sucre blanc ou roux

- 1 cuillère à café de vanille liquide

 

 

0- Préchauffer le four à 200°.

 

1 - Préparer les fruits...

 

- Laver rapidement les fruits, sous un filet d'eau.

 

- Équeutter les fraises, couper-les en deux ou plus selon leur grosseur.

Gratin fraise-framboise à la vanilleGratin fraise-framboise à la vanille

 

- Beurrer un plat allant au four.

 

- Y mettre les framboises et les fraises.

 

2 - Mélanger les ingrédients...

 

- soit au robot, dans ce cas mettre tous les ingrédients ensemble et mixer.

- soit à la main, dans ce cas procéder comme indiqué ci-dessous...

 

- Battre au fouet les oeufs entiers.

Gratin fraise-framboise à la vanille

 

- Ajouter le sucre et la maïzena, puis bien mélanger (ou vice versa).

 

 

Gratin fraise-framboise à la vanilleGratin fraise-framboise à la vanille

 

- Ajouter le fromage blanc et la crème (ou le lait concentré).

 

- Battre 2 minutes pour que le mélange devienne léger et mousseux.

 

- Enfin, mettre le parfum et mélanger.

 

 

Gratin fraise-framboise à la vanille

 

- Verser ensuite la préparation sur les fruits.

 

- Saupoudrer de sucre, sucre roux ou sucre vanillé.

 

- Parsemer la surface de quelques petites noisettes de beurre.

 

 

Gratin fraise-framboise à la vanille


 3- Enfourner...

 

- Baisser immédiatement le four à 180°.
 

- Cuire 30 minutes. Lorsque le gratin commence à dorer, c'est prêt !

 

 

4 -Ce dessert est à déguster tiède ou froid...

 

A noter : Le gratin donne un dessert plus léger que le clafoutis (moins de farine et d'oeufs).

 

Ce gratin peut être réalisé selon la même recette, avec tous les fruits rouges, seuls ou en mélange comme par exemple : cassis, groseilles, mûres...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans cuisine dessert fruit
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 08:24
Dattes Medjool en provenance de Jordanie

Dattes Medjool en provenance de Jordanie

Les dattes appelées communément "fruits des rois" ont été pendant longtemps des fruits symboles de prospérité et offerts aux rois...

Le mot «datte» vient du grec ancien «dáktylos» qui signifie «doigt». Vous l'aurez deviné, ce nom provient tout simplement de la forme du fruit !

 

Un peu de botanique

 

La datte est le fruit du palmier-dattier (Phoenix dactylifera).

Cet arbre est originaire du Proche et Moyen-Orient. On le cultive depuis plus de 7000 ans dans des palmeraies.

On appelle phoeniculteurs, les personnes qui cultivent les palmiers-dattiers.

 

La palmeraie de Dûmat Al-Jandal en Arabie Saoudite

La palmeraie de Dûmat Al-Jandal en Arabie Saoudite

 

Les principaux pays producteurs, au niveau mondial, sont actuellement : l'Égypte, l'Arabie Saoudite et l'Iran.

 

Mais on produit des dattes dans plus de 30 pays différents à travers le monde et en particulier en Syrie, en Jordanie, en Israël, dans tout le Maghreb et jusqu'en Californie.

 

Le palmier-dattier est l'emblème des oasis du désert saharien car il ne peut pousser que sous un climat chaud et sec.

 

On le repère de loin avec sa tige haute dépourvue de feuilles et de branches à sa base. Toutes les feuilles sont situées au sommet et forment un plumet plus ou moins volumineux selon la taille du palmier.

 

Cet arbre a besoin d'une température élevée pour que les fruits atteignent leur maturité. Mais le soleil ne lui suffit pas : il a besoin de beaucoup d'eau d'où sa culture dans les oasis. Il doit donc avoir "les pieds dans l'eau".

 

Irrigation de la palmeraie de Palmyre (Syrie)

Irrigation de la palmeraie de Palmyre (Syrie)

Le palmier-dattier est un arbre qui peut atteindre 20 mètres de hauteur et produire des dattes jusqu'à l'âge de 200 ans, s'il ne contracte aucune maladie et s'il ne subit pas de sècheresse, capable d'anéantir des palmeraies vieilles de plusieurs décennies.

 

Les palmiers-dattiers ont des pieds mâles et des pieds femelles.

 

Dans les oasis c'est surtout les pieds femelles que l'on voit en nombre car un seul pied mâle suffit normalement à féconder, grâce au vent,  une centaine de pieds femelles.

 

Quelquefois, pour que la fécondation se produise de manière optimale, la récolte du pollen se fait à la main. Il faut grimper dans les palmiers à une bonne hauteur pour récupérer une grappe de fleurs mâles. Le pollen récolté dans un sac, sera ensuite diffusé directement sur les fleurs femelles.

 

Récolte du pollen au Maroc / photo empruntée au blog : http://lesdgimis.eklablog.com/

Récolte du pollen au Maroc / photo empruntée au blog : http://lesdgimis.eklablog.com/

Un palmier-dattier en âge de produire, c'est-à-dire âgé de plus de 10 ans pourra donner en moyenne une trentaine de Kg de dattes.

 

Chaque fruit mesure en principe de 4 à 6 cm et contient un noyau allongé. Les fruits sont regroupés en grappes bien visibles sur les pieds femelles.

La datte, "fruit des rois" ou "fruit du paradis" ?

Le palmier-dattier, comme le figuier et l'olivier est le symbole de la région méditerranéenne.

En Afrique du Nord et au Moyen Orient  la datte change de nom à chaque étape de sa maturation, c'est dire son importance ! Et elle sert encore de monnaie d'échange au Mali...

 

Pendant longtemps le palmier-dattier a été utile aux hommes non seulement comme nourriture mais aussi pour fabriquer des meubles ou comme bois de chauffage (partie fibreuse des palmes), pour les habitations (le tronc) pour fabriquer des cordages (les fibres), des éventails ou des paniers (fibres courtes des folioles).

Et, comme rien ne se perd, les noyaux étaient donnés aux animaux. Je ne sais pas si c'est toujours le cas aujourd'hui.

 

 

Les premières dattes apparaissent à la fin de l'hiver : elles sont regroupées en grappes (=régimes) sous les feuilles.

 

Elles sont alors de couleur verte ou noire et il faudra attendre l'été pour qu'elles murissent au soleil et deviennent jaunes ou rouges...

 

C'est à maturité que les dattes prennent leur goût si particulier et leur saveur sucrée.

 

 

La datte, "fruit des rois" ou "fruit du paradis" ?

On les cueille en octobre ou en novembre selon les espèces. Elles sont ensuite soit commercialisées fraîches, soit mises à sécher...

 

 

Un magasin à Palmyre (Syrie)

Un magasin à Palmyre (Syrie)

Puis elles sont rigoureusement triées et sélectionnées pour la vente sur place ou l'expédition.

 

 

Tri des dattes dans un magasin de Palmyre (Syrie)

Tri des dattes dans un magasin de Palmyre (Syrie)

La France est le plus gros consommateur de dattes en Europe.

Nous trouvons en France plusieurs variétés de dattes provenant de différentes régions. Chacune apporte des saveurs particulières, car leur texture, leur taille, leur forme diffèrent.

Certaines sont plus moelleuses, d'autres plus sèches. Certaines peuvent se consommer fraîches, d'autres toujours sèches.

 

La plus fréquente sur le marché français c'est la Deglet Nour (Deglet en-nour ou "doigt de lumière" en arabe). Cette datte a une chair fondante très appréciée et un goût de miel, de vanille et de fleur d'oranger (de rhum diront les connaisseurs). De forme allongée, elle a une couleur dorée légèrement translucide, d'où son nom. On devine presque son noyau par transparence.  Elle provient  essentiellement de Tunisie ou d'Algérie. Sèche elle a un petit côté craquant très agréable.

Elle est commercialisée depuis 1870, parfois sous forme de branchettes. C'est la reine des dattes ! Celle que nous mangeons en Provence depuis des années car la première à être présente sur nos marchés.

Mais elle dispute actuellement en France,  la première place à la Medjool...

 

La Medjool (ou Medjoul qui veut dire "inconnu" en arabe) est grosse et charnue. Elle a un goût extraordinaire tirant sur le caramel. Elle n'a pas le croquant de la Deglet Nour mais elle est tendre, moelleuse et parfumée.

 

Elle provient de Jordanie où elle est cultivée dans des "Arars farms". Elle est aussi cultivée en Israël et au Maroc (la Mejhoula).

On la retrouve également en Californie où elle est cultivée depuis le XIX° siècle.

 

La Kenta nous vient de Tunisie. Elle a une couleur dorée. Son goût est peu sucré (c'est la moins sucrée des dattes) et sa texture est semi-sèche mais tendre. On la cueille dès septembre. C'est au sein des palmeraies situées dans le gouvernorat (équivalent des départements français) de Kébili qu'elle est surtout cultivée.

 

L'Allig (ou Ftimi)  nous vient d'Algérie ou de Tunisie. Elle est savoureuse et sucrée. On la cueille en octobre ou novembre. Sa couleur est acajou foncé. Elle a une texture semi-molle et est surtout utilisée pour fabriquer la pâte de dattes utilisée dans les pâtisseries orientales, pour par exemple confectionner les makrouds.

Sa "soeur", la Khouet (Khuwat) allig est plus fine et moins sucrée que l'Allig mais lui ressemble beaucoup. D'ailleurs je suis incapable de les distinguer. Elle est essentiellement produite en Tunisie en particulier à Tozeur.

 

 

D'autres variétés de "dattes dures" ou "dattes molles" sont cultivées mais pas forcément exportées en France. En voici quelques unes (liste non exhaustive !)parmi celles que vous avez le plus de chance de consommer un jour...une petite goutte d'eau parmi les 300 variétés qui existent dans le monde !

 

La Hayani qui se consomme plutôt fraîche, est une petite datte de couleur foncée et à peau luisante ; La Bahri provient de Californie. Elle est récoltée et séchée à basse température. Très crémeuse, elle reste tendre longtemps. Son arôme est renforcé par une fermentation à température douce ce qui lui donne un goût de moka et de nougatine. On la trouve le plus souvent fraîche et en branche.

La mazafati ou datte fraîche d'Iran qui, comme son nom l'indique se consomme plutôt fraîche !

L'Ammari (ou El hmira) vient d'Algérie. Elle est cultivée dans une région désertique du sud-ouest, la Saoura. De nombreuses palmeraies ont malheureusement été détruites par la sécheresse de ces dernières années et, sauf si vous allez là-bas vous aurez peu de chance de la trouver en France.

La variété Ghars qui pousse dans les oasis du Sud-constantinois. C'est une datte de petite taille, molle et charnue et de couleur sombre. Elle sert à fabriquer les makrouds.

Mechi degla et Degla beïda sont des variétés de dattes blanche, à pâte dure, très consommées par les nomades car elles se conservent très longtemps. Elles deviennent si dures qu'il faut les piler au mortier pour les consommer...

Je les mentionne car j'ignorai qu'il existait des dattes blanches !

Comment les consommer ?

 

Les dattes se consomment sèches ou fraîches.

Ne jamais les acheter enduites de sirop de glucose : elles sont alors gluantes et trop sucrées.

 

Fraîches on peut les acheter en grappe. On en trouve fréquemment sur nos marchés. Elles doivent avoir une belle couleur ambrée. Elle se conservent quelques jours simplement protégées sous un torchon épais. Au delà il faudra les mettre au frigo car elles sont plus fragiles et bien sûr, elles ont tendance à se dessécher.

 

Sèches vous pouvez les conserver longtemps et les transporter partout.

 

Pour pouvez manger des dattes en en-cas, pour un goûter savoureux et riche en vitamines mais aussi les incorporer dans la cuisine : tajines à base de viande blanche ou d'agneau, gâteaux, fruits déguisés de noël ou autres préparations. N'hésitez pas à en donner à vos enfants en guise de sucreries. Cela leur fera beaucoup plus de bien que des bonbons...

 

La datte n'aime pas cuire, il faut donc l'incorporer à vos plats au dernier moment, dix minutes avant la fin de la cuisson du tajine.

 

Elles sont très faciles à dénoyauter avec un simple couteau pointu, pratiquer une incision longitudinale et retirer le noyau, puis les mixer, les couper ou les laisser entière selon votre recette.

 

Elles contiennent (pour 100 g) environ 247 calories ET...

69 % de sucre naturel des fruits ; 23 % d'eau ; 2.2 % de protéines ; 2.3 % de fibres ; 0.7 % de potassium, du phosphore, du magnésium, du calcium, du fer, du manganèse et du zinc + des vitamines A, B et C et des antioxydants.

Pas de graisse et ni de cholestérol et surtout pas de mauvais sucre !

 

En Afrique ainsi qu'au Moyen et Proche-Orient les dattes sont encore la base de l'alimentation des nomades, des bergers et de la population rurale.

 

Par tradition, c'est avec elle que les musulmans rompent le jeûne du Ramadan. D'ailleurs les musulmans surnomment  la datte, le "fruit du paradis".

 

En Provence, elle fait partie, avec la figue sèche et les raisins, des fruits secs les plus consommés durant l'hiver depuis toujours.

Elle fait partie des treize desserts traditionnels de noël et reste un mets très consommé dans les familles.

 

Chez moi, je l'ai toujours trouvé dans le placard familial comme un mets de consommation courante et plus tard j'ai perpétué cette tradition avec mes enfants...

Enfant, ma mère m'en donnait pour le goûter ou j'en apportais comme en-cas à l'école. L'hiver lorsqu'il faisait froid (he oui cela arrive en Provence !), elle cuisinait une compote de fruit sec. Un goûter énergétique en revenant de l'école. Mais en ce temps-là, personne ne venait nous chercher en voiture...Et ce goûter-là, on le méritait !

 

Manger une datte, c'est un délice dont je serais incapable de me passer.

 

D'ailleurs, mon tendre époux le sait bien puisque, lui qui n'aime pas les dattes et n'en a jamais consommé dans sa famille, m'a ramené de ses voyages professionnels, non seulement des dattes délicieuses, mais aussi les photos que je viens de mettre en ligne sur cet article (sauf une que j'ai empruntée à un blogueur voyageur...).

 

Si vous voulez en savoir beaucoup plus et que que vous vous sentez une âme de scientifique, d'ethnologue ou d'archéologue, n'hésitez pas à consulter les articles ayant pour thème, le palmier-dattier, sur la Revue d'Ethnoécologie.

Pour cela, cliquez sur le lien ci-dessous.

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans découverte fruit santé
commenter cet article

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -