Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 05:11
Vues générales de mon jardin potager
Vues générales de mon jardin potager

Vues générales de mon jardin potager

En Haute-Loire, nous avons la chance d'avoir un grand jardin potager que mon mari prend de plus en plus de plaisir à aménager et à cultiver.

Cette année n'a pas été pour autant propice au jardinage. Tout d'abord, le confinement ne nous a pas permis d'effectuer le travail de la terre, puis les semis en avril-mai comme habituellement. Puis nous avons été coincés lors du déconfinement de mai par l'éloignement avec la barre des 100 km à ne pas franchir.

Finalement en juin, nous avons décidé de monter en Haute-Loire et avons trouvé à notre arrivée la sécheresse et, des nuits encore trop fraîches ne dépassant pas 6° (à 1000 mètres d'altitude c'est fréquent) nuisant à la levée des graines et des plants. 

 

Heureusement, nous avions prévu le coup et effectué certains plants dans des pots. 

Ont été repiqués en juin des courgettes, courges, potirons et potimarrons, des cardes, des salades, des cornichons, des concombres et des tomates.

Ont été mis en terre directement des haricots verts et cocos, des betteraves, des oignons, des poirées, du persil (qui n'a jamais levé) et autre légumes. 

Le résultat  n'a pas été à la hauteur de nos attentes et des étés précédents, mais nous avons bien profité des courgettes, des haricots verts, des poirées avant qu'un rat-taupier ne s'en délecte aussi.

Courgettes, haricots verts et poiréeCourgettes, haricots verts et poirée
Courgettes, haricots verts et poiréeCourgettes, haricots verts et poirée

Courgettes, haricots verts et poirée

Mon mari a eu la main très verte pour les salades. Nous avons eu quelques "monstres" cependant très tendres. 

Salades
Salades

Salades

A ce jour, nous attendons toujours que quelques tomates mûrissent.

Les tomatesLes tomates

Les tomates

Concombres et cornichons ont donné régulièrement mais pas abondamment. 

ConcombresConcombres

Concombres

Cornichons
CornichonsCornichons

Cornichons

Les courges, potirons et potimarrons ne seront ramassés qu'en automne...

Courges et autres cousines
Courges et autres cousinesCourges et autres cousines
Courges et autres cousinesCourges et autres cousines

Courges et autres cousines

Enfin, de nombreux fruits ont fait le plaisir des grands et des petits. 

Je ramasse les groseilles au fur et à mesure de leur maturité et les place au congélateur. Puis, en fin de saison, j'en fais des gelées selon la recette publiée ICI

Les groseilles...Les groseilles...

Les groseilles...

Nous avons aussi profité des pruniers...

Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers

Les pruniers

A l'automne, j'espère que les coings arriveront à maturité.

Mais c'est l'année prochaine que nous espérons avoir du raisin sur les boutures de vignes, plantées à plusieurs endroits dans le jardin. 

Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin
Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin

Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin

Comme je l'ai mentionné plus haut,  des rats-taupiers ont envahi le jardin (mais pas que le nôtre) anéantissant en partie le travail du jardinier, et les espoirs de la cuisinière.

Notre voisin nous a gentiment aidé à les piéger. Je n'aime pas faire ça, mais cette année, ils ont occasionné de nombreux dégâts et nous n'avions pas le choix.  

Deux des pièges installés dans le jardinDeux des pièges installés dans le jardin

Deux des pièges installés dans le jardin

Pour info, comme vous êtes déjà très nombreux à le faire sur vos propres blogs, cette année je ne publierai plus le samedi. Etant donné que je ne publie déjà plus le dimanche, le blog sera donc en mini-pause tous les week-end.

Il pourra arriver que je vienne tout de même visiter vos blogs ces jours-là,  si la météo ne me permet pas d'aller faire une randonnée ou si j'ai tout simplement pris du retard dans la semaine pour venir lire vos articles : j'aurai ainsi plus de temps et encore plus de plaisir à le faire, car je suis toujours très occupée dans la semaine par de nombreuses activités et, je n'ai pas toujours le temps de venir quotidiennement mettre un commentaire sur tous mes blogs préférés.

C'est aussi l'occasion pour moi, de vous rappeler que tous mes articles sont programmés parfois longtemps à l'avance.

 

Bon week-end à tous, à lundi ! 

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 05:17
Que faire avec des abricots cet été ?

Que faire avec des abricots cet été ?

 

Gorgé de soleil et ramassé mûr, l'abricot est un fruit d'été plein de vitamines et de minéraux : c'est un excellent antioxydant.

Ses nutriments sont exceptionnels et favorables à la santé. Tout d'abord, il facilite la digestion et détoxifie le corps. Sa richesse en vitamines A et E le rend excellent pour booster notre immunité, prévenir les maladies des yeux et régénérer la peau, les cheveux et toutes nos cellules.  Sa richesse en vitamines B et C ainsi que la présence de fibres, aident à la prévention des maladies cardio-vasculaires et en particulier, à faire baisser le taux de "mauvais" cholestérol.

C'est un fruit également riche en magnésium, potassium, fer et cuivre. Il permet de lutter contre l'anémie, de remettre en forme un convalescent ou de lutter contre la fatigue musculaire liée à la pratique sportive intense. 

 

Alors pourquoi s'en priver... d'autant plus que consommé frais (à l'inverse des abricots secs), il est très peu calorique. 

Que pouvez-vous faire avec ce fruit gorgé de soleil ? 

 

Comme beaucoup d'entre vous, j'en fais régulièrement des compotes et des confitures qui régalent nos papilles tout l'hiver. Vous pouvez laisser les fruits en morceaux ou bien  les mixer. 

Une des utilisations les plus fréquentes est d'en faire des desserts comme des tartes, des gâteaux ou des clafoutis... 

Quand j'en ai beaucoup, je réalise aussi des conserves au naturel

Et si vous manquez d'idées, vous pouvez aussi aller visiter d'autres blogs. Vous y trouverez d'autres recettes toutes plus appétissantes les unes que les autres...

Pas besoin d'être de grands cuisiniers, ce fruit s'adapte parfaitement à l'été, aux desserts comme aux plats sucrés-salés et c'est la réussite assurée ! 

Et vous, que cuisinez vous avec les abricots ?

N'hésitez pas à laisser un lien vers votre blog et vos recettes préférées ! 

 

Pour info à partir d'aujourd'hui, le mois de juillet me trouvant bien plus occupée que prévue, je ne publierai plus que les lundis, mercredis et vendredis. Je viendrai donc vous voir de manière plus irrégulière ces prochains jours et certainement en décalé, en fonction de mes possibilités, mais je ne vous oublierai pas pour autant, c'est promis ! 

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 05:15
Un régal pour les yeux (photo empruntée à mon mari...)

Un régal pour les yeux (photo empruntée à mon mari...)

Ici en Haute-Loire, c'est la fin de la saison pour les fraises, je suis donc allée directement chez un producteur pour en acheter. 

En Provence, ce printemps, j'avais déjà fait de la confiture de rhubarbe-fraise selon la recette que je vous ai déjà donné sur le blog ICI. Mais les fraise, employées toutes seules, donnent une confiture délicieuse que toute la famille adore. On peut aussi les mixer avant ou après cuisson pour en faire de la marmelade.  

Pour la réalisation de cette confiture de fraises, il vous faut garder les proportions suivantes : pour 1 kg de fruit trié, compter 700 g de sucre et 1/2 citron en jus. 

- Laver rapidement les fraises et les couper en morceaux.

- Les placer dans une grande jatte en alternant les fruits et le sucre.

- Verser le jus de citron au-dessus. 

- Laisser macérer ainsi toute une nuit. Perso j'aime bien remuer une fois pendant la soirée, ne serait-ce que pour sentir l'odeur délicieuse qui se dégage de la préparation ! 

Les fraises tirées, juste avant de les mettre à macérer...

Les fraises tirées, juste avant de les mettre à macérer...

- Le lendemain, remuer délicatement...

- Quand le sucre est fondu, passer la préparation à la passoire fine pour récupérer le jus.

- Le mettre à chauffer dans le faitout qui servira à cuire la confiture et le faire bouillir à gros bouillons pendant 10 à 15 minutes maximum. Cela permet de réduire le "sirop" et de diminuer d'autant la cuisson des fruits, donc leur goût. N'oublier pas d'écumer car cette confiture produit toujours beaucoup d'écume. 

Séparer les fraises et le jus...
Séparer les fraises et le jus...

Séparer les fraises et le jus...

- Quand le temps est écoulé, ajouter les fraises et laisser reprendre l'ébullition. Écumer à nouveau. 

- Faire cuire environ 25-30 minutes à feu vif, en remuant souvent. Les fruits deviennent translucides et s'écrasent facilement, mais gardent leur belle couleur rouge. 

Mettre à cuire pour environ 25 minutes

Mettre à cuire pour environ 25 minutes

La confiture de fraises ne "prend" pas toujours très bien et, avec cette méthode en deux temps, qui permet de réduire le jus, je trouve qu'elle est parfaite. 

Personnellement, j'aime bien mettre un petit coup de mixer plongeant, avant de mettre la confiture en pots, de retourner les pots, et de les laisser refroidir. Mais vous pouvez aussi la laisser en morceaux. 

Il ne reste plus qu'à étiqueter vos pots et à les distribuer aux gourmands qui vous entourent, en espérant qu'il en reste encore quelques pots pour cet hiver. 

A présent, les pots peuvent être rangés dans le confiturier !
A présent, les pots peuvent être rangés dans le confiturier !

A présent, les pots peuvent être rangés dans le confiturier !

Bon week-end à tous ! 

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 06:16
Récoltes et productions d'automne

L'été et l'automne sont deux saisons propices à la confection de provisions...comme les écureuils, il nous faut remplir les placards en prévision des jours gris de l'hiver. Par chance, la nature et le jardin nous offrent de nombreux cadeaux !

 

Cette année, l'été est passé à toute vitesse et je n'ai finalement confectionné que quelques pots de confitures d'abricots. 

Les seules confitures d'abricots réalisées cet été...

Les seules confitures d'abricots réalisées cet été...

La canicule en Haute-Loire a eu raison des rhubarbes du jardin et ne nous a permis qu'une faible récolte de groseilles. J'ai donc préféré les mettre au congélateur pour confectionner des desserts d'hiver. Ensuite, nous avons quitté la Haute-Loire trop tôt pour ramasser des mûres qui étaient totalement desséchées et toutes dures à notre arrivée en Provence. De plus, ce n'était pas une année à myrtilles car les plantes avaient pris le gel tardif de début juin...et les framboises avaient manqué d'eau. 

 

Mais septembre est arrivé avec son lot de récoltes !

Tous d'abord, nous avons ramassé des pommes reinettes et en avons fait des compotes stérilisées pour toute la famille. 

Les pommiers Les pommiers

Les pommiers

Compotes de pommes nature, compotes de pommes-figues, et de pommes-abricots (j'en avais mis au congélateur à cet effet).

Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer dès le début de l'automne...

Et voilà le résultat !  

Les compotes stérilisées...
Les compotes stérilisées...Les compotes stérilisées...
Les compotes stérilisées...Les compotes stérilisées...

Les compotes stérilisées...

Nous avons ensuite ramassé les olives de notre unique olivier début octobre, et nous les avons préparées cassées, comme cela se fait dans ma région et en particulier, dans  la vallée des Baux. 

Elles sont prêtes à consommer à présent et nous allons nous en régaler une partie de l'hiver. 

Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées... Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées...
Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées... Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées...

Les quatre étapes pour démarrer les olives cassées...

A propos d'olives, j'ai eu la surprise d'être contactée par une journaliste de FR3 région qui désirait m'emprunter la photo où mon mari casse les olives avec le verre comme je l'ai toujours vu faire chez moi (méthode évidemment ancestrale mais toujours pratiquée dans les maisons à la campagne). Depuis quelques années, c'est toujours lui qui le fait et donc j'étais contente de le voir ainsi mis à l'honneur...

Cette photo qui se trouve dans mon ancien article ICI, a donc été intégrée dans le reportage FR3 sur les olives cassées de la vallée des Baux. 

Si vous voulez visionner le reportage c'est sur youtube. Il est très instructif car il montre bien, comment sont aujourd'hui préparées ces olives qui ont fait la réputation de ma région ! 

Ce n'est pas la première fois que je suis contactée par des personnes qui désirent mettre mon blog en lien, partager des ressources, ou emprunter des photos...mais le plus souvent je décline car ce sont des offres uniquement publicitaires. Enfin ce n'est que mon avis !

D'autres récoltes nous attendaient dans notre jardin de Haute-Loire où nous étions les derniers jours d'octobre.

Courges, butternut et potimarrons
Courges, butternut et potimarronsCourges, butternut et potimarrons

Courges, butternut et potimarrons

Carottes, raves d'Auvergne et betteraves rougesCarottes, raves d'Auvergne et betteraves rouges

Carottes, raves d'Auvergne et betteraves rouges

Les haricots du jardinLes haricots du jardin
Les haricots du jardin

Les haricots du jardin

Et avec les coings ramassés en Provence avant notre départ...devinez ce que j'ai concocté durant les jours de pluie ?

Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...
Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...

Quelques coings ramassés en Provence et ce qu'ils sont devenus...

Et bien je crois que vous avez deviné ! 


J'ai bien entendu réalisé de la pâte de coings selon ma recette traditionnelle. Il ne me reste plus qu'à la découper et rouler les morceaux dans le sucre et ce sera un de mes treize desserts de noël ! 

Et bien entendu j'ai fait aussi de la gelée de coing. Cette année elle a une jolie couleur rouge, comme j'aime...

Et comme j'avais beaucoup trop de purée de coings, et que je ne voulais pas faire encore de la pâte de coings, j'en ai mis au congélateur pour m'en servir durant l'hiver. 

 

Et pour finir, nous avons aussi fait provision d'amandes jusqu'à ces derniers jours, il suffit de se baisser en se promenant sur les chemins et de les ramasser (je vérifie toujours qu'elles ne sont pas amères avant de les ramener à la maison)...

 

Nous voilà parés pour l'hiver !

Quelques-unes des amandes ramassées au bord des cheminsQuelques-unes des amandes ramassées au bord des chemins

Quelques-unes des amandes ramassées au bord des chemins

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 06:22
Avec les prunes du jardin de Haute-Loire...

Avec les prunes du jardin de Haute-Loire...

Il vous faut  :

1 yaourt nature

3 pots de farine

2 pots de sucre

2 œufs

1/2 pot d'huile

1/2 sachet de levure

1/2 kilo de prunes environ (au pif)

 

1- Vider le pot de yaourt dans le saladier, puis le laver et l'essuyer car il va servir de mesure pour effectuer le gâteau.

 

2- Mélanger tous les ingrédients ensemble.

 

3- Ajouter des fruits : prunes ICI, mais vous pouvez bien sûr le faire avec des pommes, des poires ou bien un parfum... vanille, zeste de citron, cacao.

Dans ce cas, lorsque je le fais au chocolat, j'aime bien ajouter 1/2 verre de lait pour rendre le gâteau plus moelleux.

 

4- Cuire à 170° pendant 45 minutes environ.

 

5- Vérifiez la cuisson comme habituellement en enfonçant la lame effilée d'un couteau qui doit ressortir sèche. 

 

Quelques étapes lors de la réalisation du gâteau...
Quelques étapes lors de la réalisation du gâteau...
Quelques étapes lors de la réalisation du gâteau...

Quelques étapes lors de la réalisation du gâteau...

Vous connaissez tous la recette...oui je sais !

Mais celui-ci est spécial car il a été réalisé en totalité par ma petite-fille dont vous apercevez les mains expertes sur les photos et je voulais donc la mettre à l'honneur car elle n'a que 9 ans et demi et c'est elle qui a tout préparé, sorti les ingrédients du placard et les ustensiles nécessaires sans rien oublier.

 

Elle a su s'organiser parfaitement, a mis le four à préchauffer comme une grande. C'est son premier gâteau fait toute seule de A à Z sans mon aide.

Il était tellement réussi, que ses parents, "les jaloux", ont voulu qu'elle en refasse un autre, quand ils sont venus la chercher...

 

Heureusement malgré la neige, il restait quelques prunes au jardin, un peu congelées certes, mais encore bonnes à manger. 

 

Elle a de quoi être fière...ma pitchounette, car moi en tous les cas je suis fière d'elle, comme je suis fière aussi de son frère mais pour d'autres raisons...

Humm...un bon goûter !
Humm...un bon goûter !

Humm...un bon goûter !

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 05:22
Pâtes de coings...

Pâtes de coings...

 

L'été et l'automne sont des saisons propices à faire quelques provisions pour l'hiver...

Tel l'écureuil qui engrange ses trouvailles, j'aime réaliser quelques conserves et douceurs que nous serons heureux de retrouver pendant la saison froide et pour noël. 

 

Ainsi le mois d'octobre m'a permis de réaliser des compotes de pommes reinettes, avec de l'aide bien appréciée depuis quelques années pour l'épluchage et le tri, car comme elles sont bio évidemment il y a souvent de petites bêtes qui décident d'y goûter avant nous.

 

Les pommes sont cuites à la vapeur douce dans mon vitaliseur de Marion que je possède depuis la fin des années 80 et dont je me sers tous les jours. Je ne suis pas sponsorisée par la marque, mais pour ceux que ça intéresse je vous mets le lien. C'est le seul investissement que je trouve vraiment utile dans une cuisine, le reste c'est du gadget...enfin ce n'est que mon avis et cela ne m'empêche pas de faire des plats mijotés par ailleurs.

 

Les pommes reinettes...

Les pommes reinettes...

 

Bon revenons à mes compotes ! Je ne les sucre pas du tout et je les mixe car c'est comme ça que nous les aimons. 

Puis je remplis les pots, les ferme hermétiquement et ensuite je stérilise 30 minutes à 90°.

Voilà c'est tout.

Il faut bien évidemment vérifier le flop qui doit se rétracter lors du refroidissement.

Cette année, j'ai fait des compotes de pommes reinettes seules et de pommes reinettes-quetches.

 

Avant la stérilisation...et après !
Avant la stérilisation...et après ! Avant la stérilisation...et après !
Avant la stérilisation...et après !

Avant la stérilisation...et après !

 

Bien sûr c'est aussi la saison des coings, et j'ai réalisé de la pâte de coings et de la gelée de coings comme chaque année ou presque...

J'ai découpé aussitôt une partie de la pâte de coings et je l'ai mise à sécher dans mon armoire à vaisselle qui protège ainsi les découpes de l'humidité ambiante de ma vieille maison.

Nos ancêtres savaient conserver ainsi leurs aliments !

Avec les coings...pâte et gelée
Avec les coings...pâte et geléeAvec les coings...pâte et gelée
Avec les coings...pâte et geléeAvec les coings...pâte et gelée
Avec les coings...pâte et geléeAvec les coings...pâte et gelée

Avec les coings...pâte et gelée

 

Vous retrouverez mes recettes ci-dessous...

 

Et vous, avez-vous fait des conserves durant ce mois d'octobre ?

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 05:21
Un délicieux goûter...

Un délicieux goûter...

 

Pour ce gâteau gourmand, il vous faut...

2 oeufs

100 g de sucre en poudre 

2 ou 3 bananes trop mûres selon la grosseur

100 g de beurre fondu ou d'huile

250 g de farine

1 sachet de levure chimique

1 pincée de sel si vous y pensez (j'oublie toujours !) 

Parfum : zeste de citron râpé 

ou bien pépites de chocolat (je n'en avais pas !!) 

 

 

Réalisation

 

- Battre les oeufs et le sucre dans un saladier jusqu'à ce que le mélange blanchisse. 

 

- Écraser les bananes à la fourchette (vous pouvez aussi en couper une en petits morceaux ce que je n'ai pas fait ).

Battre le sucre et les oeufs, écraser les bananes...

Battre le sucre et les oeufs, écraser les bananes...

 

- Faire fondre le beurre, attendre qu'il refroidisse un peu et l'ajouter à la préparation.

 

- Râper le zeste de citron (bien le laver au préalable même s'il est bio) directement au dessus du saladier. 

Râper le zeste de citron...

Râper le zeste de citron...

 

- Ajouter les bananes écrasées, la farine, la levure et la pincée de sel.

 

- Verser dans un moule à cake beurré. 

Prêt à enfourner !

Prêt à enfourner !

 

- Cuire 40 minutes environ d'abord à 200° puis baisser le four à 180° dès que le cake commence à gonfler.

 

- Vérifier la cuisson en plantant une aiguille ou un couteau à longue lame au coeur du cake. Il doit ressortir comme d'habitude, parfaitement sec.

 

Facile à transporter en balade, ce cake redonne de l'énergie et il est moelleux et très parfumé. 

Encore faut-il aimer le goût particulier de la banane cuite qui ne fait pas l’unanimité chez moi. 

Et chez vous ??

 

Hum !

Hum !

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 05:20

 

Les mûres sont des fruits de saison que je ramasse déjà depuis près d'un mois maintenant.

Je réalise que je ne vous ai jamais donné ma recette de tarte aux mûres.

 

Voici une de mes dernières récoltes près de chez moi...

D'habitude j'en fais des confitures mais comme j'avais suffisamment rempli mon placard avec celles que j'ai fait durant l'été, j'ai choisi de mettre plutôt quelques sacs au congélateur. Les mûres se congèlent très bien...et quel plaisir de les retrouver durant l'hiver !

 

La dernière récolte
La dernière récolte

La dernière récolte

 

Pour une tarte, il vous faut :

1 rouleau de pâte brisée du commerce ou de la pâte faite maison (comme je l'ai fait)

1 petit oeuf

de la crème fraîche (ou du fromage blanc, ou 1 petit suisse) 

2 sachets de sucre vanillé

Enfin... n'oubliez pas les mûres ! 

 

Les ingrédients...

Les ingrédients...

 

Comment faire ?

 

1- Trier les mûres car il reste toujours quelques pécouts et les passer rapidement sous l'eau sans les faire tremper.

 

2- Préparer la pâte. L'étaler dans un moule recouvert de papier sulfurisé.

 

3- Piquer la pâte.

 

4- La recouvrir de mûres.

 

Recouvrir la pâte de mûres...

Recouvrir la pâte de mûres...

 

5- Dans un bol, battre l'œuf, un sachet de sucre vanillé et quelques cuillères de crème fraîche (ou autre). Verser la préparation sur la tarte. 

Les fruits ne doivent pas être recouverts mais juste tapissés de la préparation à la crème.

Les saupoudrer avec le second sachet de sucre. 

Verser la crème sur les fruits...et saupoudrer de sucre

Verser la crème sur les fruits...et saupoudrer de sucre

 

6- Cuire au four environ 30-35 minutes toujours à 180°.

Attendre que la tarte refroidisse au moins un peu... avant de la déguster !

Perso je la préfère bien froide (et vous ?)

Et voilà un bon dessert ou un bon goûter...à la sortie du four

Et voilà un bon dessert ou un bon goûter...à la sortie du four

 

Vous pouvez aussi aromatiser vos yaourts ou fromages blancs (même de chèvre, brebis ou soja) avec des mûres. En écraser quelques-unes, laisser les autres entières, sucrer légèrement et laisser macérer une petite demi-heure avant de déguster.

Et le lendemain quand il en reste...

Et le lendemain quand il en reste...

 

Les curieux trouveront sur ce blog...un article sur les mûres (botanique, vertus du roncier, utilité...).

 

Et les gourmands trouveront d'autres recettes de saison !

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 05:28

 

Cet été, j'ai testé plusieurs recettes à base de mascarpone et nous avons trouvé le résultat, moelleux à souhait. Je vous ai déjà donné la recette des muffins aux myrtilles et aujourd'hui donc, je vous donne celle du gâteau aux abricots...

Pour l'avant-dernier jour de l'été, il était temps que je partage la recette : vous l'aurez donc pour la saison prochaine puisque ce n'est plus la saison des abricots ! 

En attendant, sachez que je l'ai aussi réalisé avec des pêches jaunes et que c'était un délice...mais j'ai oublié de prendre des photos et tout a été mangé... 

Je pense donc que cette recette est adaptable à d'autres fruits de saison comme les mûres, par exemple.

 

Gâteau aux abricots et au mascarpone

Gâteau aux abricots et au mascarpone

 

Ingrédients

 

150 g de farine

250 g de mascarpone + 1 càs de lait 

œufs

100 g de sucre + 1 sachet de sucre vanillé

parfum au choix : vanille, citron...

1 sachet de levure chimique

1 pincée de sel

500 g d'abricots (au pif !)

2 saladiers et un bol

 

Comment faire ?

 

1 - Laver les fruits et les essuyer. Coupez-les en deux et enlever le noyau. 

En couper en dés une bonne moitié. Garder les autres pour le dessus du gâteau. 

 

2 - Séparer les blancs des jaunes, dans deux saladiers différents.

 

3- Battre les jaunes avec le sucre jusqu'à ce que le mélange change de couleur et blanchisse. Vous pouvez utiliser un fouet et battre à la main, ou vous servir du robot. 

 

Battre les jaunes avec le sucre...

Battre les jaunes avec le sucre...

 

4- Séparément, battre dans le bol le mascarpone avec le lait, pour le rendre plus onctueux et plus facile à incorporer. 

5 - Ajouter au mélange œufs-sucre, la farine, la levure chimique et le mascarpone battu. Ajouter le parfum au choix (vanille, citron...). Bien mélanger.

Bien mélanger...

Bien mélanger...

 

6- Monter les blancs en neige avec 1 pincée de sel.

Voilà nos deux préparations prêtes pour le final !

Voilà nos deux préparations prêtes pour le final !

 

7- Mélanger les deux préparations délicatement pour ne pas faire retomber les blancs. 

Mélanger les deux préparations délicatement

Mélanger les deux préparations délicatement

 

8- Ajouter les morceaux d'abricots et les incorporer à la pâte.

Ajouter les morceaux d'abricots

Ajouter les morceaux d'abricots

 

9- Verser dans un moule à manqué, beurré ou chemisé.

 

10- Décorer avec les demi-abricots restants...et saupoudrer de sucre vanillé.

Décorer avec les demi-abricots

Décorer avec les demi-abricots

 

11- Cuire 20 à 30 minutes à 180°. Le gâteau a tellement gonflé que les abricots ont disparu...et en plus,  j'ai oublié de vous montrer une part découpée.

Trop tard tout a été mangé !

 

Et voilà un bon goûter très apprécié après une belle balade en forêt... 

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 05:24
La récolte 2018

La récolte 2018

 

Quand je vais en Haute-Loire en été, j'en profite pour ramasser des myrtilles sauvages, quand cela est autorisé par l'arrêté qui en réglemente chaque année la cueillette, un arrêté censé préserver les plantations, sur lequel il y aurait beaucoup à dire, mais c'est un autre débat...

Nombreuses sont les forêts parsemées ça et là de jolies clairières qui laissent passer assez de lumière pour permettre à ces plantes de pousser, tout en leur offrant la fraîcheur nécessaire.

Ramasser les fruits sauvages est un véritable plaisir...mais mieux vaut avoir un bon produit anti-moustique les années humides et chaudes comme cette année, sous peine de se faire dévorer ! 

 

Ma famille ne doit pas être la seule à ramasser les myrtilles dans les bois, car mon article écrit en 2013 sur ce blog sur la myrtille des bois, fait partie des dix articles de mon blog, les plus visités ce mois-ci, ce que j'ai découvert à ma grande surprise en consultant mes statistiques de l'été. 

Comme quoi, les anciens articles vivent encore...même quand on ne fait rien pour les mettre en avant.

 

 

Plants de myrtilles sauvages

Plants de myrtilles sauvages

 

Voilà donc pour les gourmands ma recette de confiture de myrtilles.

Comme je n'aime pas laisser les myrtilles entières avec la peau, je les passe au moulin à légumes, mais c'est question de goût personnel et familial. 

 

Comment faire...

 

1- Bien trier les myrtilles et ôter en particulier les feuilles qui sont inévitablement restées collées aux fruits. 

Les petits ont mis quelques framboises qui commençaient juste à mûrir, quelques groseilles du jardin et des myrtilles dans le yaourt du goûter...les gourmands !

 

2- NE PAS LES LAVER ce qui ne manquerait pas de les faire éclater...ou alors très rapidement dans une passoire. 

 

3- Les mettre dans un faitout avec 1 verre ou 2 d'eau (selon la quantité de fruits).

 

4- Mettre à feu doux (pour faire éclater les fruits) tout en remuant doucement de temps en temps...jusqu'à ce que le jus recouvre les fruits.

 

Les mettre dans un faitout et faire éclater les fruits.
Les mettre dans un faitout et faire éclater les fruits.

Les mettre dans un faitout et faire éclater les fruits.

 

5- Laisser reposer et tiédir ce qui permet aux fruits de rejeter tout leur jus. 

 

6- Ensuite, la meilleure méthode est de sortir du placard le vieux moulin à légumes de la grand-mère, grille moyenne et de passer (à l'ancienne) toute la préparation. 

 

7- Peser alors le jus, tout en prévoyant 700 g à 800 g de sucre par kilo. Il faut en effet s'adapter. Selon les années, les fruits sont plus ou moins gorgés d'eau et chargés en sucre. 

 

8- Ajouter le jus d'1 gros citron entier, pour deux kilos de jus. Verser le sucre et laisser en attente en couvrant la préparation.

Le sucre fond à vue d’œil ! 

Ne jetez pas le citron une fois pressé, mais passez-le sur vos mains ce qui leur redonnera une couleur normale (les myrtilles tachent énormément !)

 

Peser le jus et ajouter le sucre...

Peser le jus et ajouter le sucre...

 

9 - Quelques heures après, ou bien le lendemain quand vous avez le temps, une fois le sucre bien fondu, mettre à cuire 15 à 20 minutes maximum en tournant fréquemment surtout à la fin.

Cette année 15 minutes ont suffi.

J'ai fait cuire ma confiture en deux fois car ma bassine à confiture était trop pleine et j'avais peur qu'en prenant l'ébullition, la confiture déborde !

 

Cuisson en deux fournées obligatoire cette année !
Cuisson en deux fournées obligatoire cette année !

Cuisson en deux fournées obligatoire cette année !

 

10- Vérifier que la confiture est prête...

Lorsqu'une goutte se fige immédiatement, lorsque vous la déposez sur une assiette froide, c'est cuit !

 

11- Mettre en pot. Couvrir aussitôt et renverser les pots, couvercles en bas. 

 

Il ne vous reste plus qu'à remettre vos pots dans le bon sens et à les étiqueter...puis à déguster !

 

Prêt à étiqueter et à déguster !

Prêt à étiqueter et à déguster !

 

Roguidine vous livre ci-dessous sa propre recette...

Je crois bien qu'elle la réalise avec des myrtilles cultivées, beaucoup plus grosses (des bleuets ?) qu'elle va chercher directement chez un producteur à Eymoutiers. Elle fait cuire sa confiture beaucoup plus longtemps que moi, avec moins de sucre. 

A vous de choisir ! 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 05:29
Confiture fraise-rhubarbe ou rhubarbe-fraise...comme vous préférez !

Confiture fraise-rhubarbe ou rhubarbe-fraise...comme vous préférez !

 

C'est le printemps et avec la saison des fruits, c'est le retour de la saison des confitures.

Hum...la bonne odeur de notre enfance dans la cuisine.

 

La rhubarbe prolifère dans le jardin, et c'est la pleine saison des fraises, alors pourquoi se priver de ce petit plaisir...

C'est le bon moment pour moi de réaliser cette délicieuse confiture que je n'avais pas fait depuis des années ! 

Depuis toujours, la rhubarbe a été associée dans ma famille avec d'autres fruits plus doux. Mais moi, j'aime la cuisiner aussi bien nature, qu'en mélange. C'est vrai que nature, les enfants la trouvent parfois trop acide.

 

Pour cette confiture il vous faut ...

1 kg de fruits à poids égal (donc 500 g de rhubarbe pour 500 g de fraises)

1 citron (par kilo de fruit)

800 g de sucre par kg de fruits

Et c'est tout !

Bien sûr, vous pouvez doubler les proportions...

 

 

Comment faire...

 

1 - Éplucher les tiges de rhubarbe.

 

2- Les laver et les débiter en petits morceaux.

 

3- Laver rapidement les fraises et équeutez-les. Puis débitez-les en petits morceaux.

 

4- Directement dans la marmite à confiture (ou pour faire "pro" dans une terrine...) alterner, fruits et sucre et verser par-dessus le jus de citron.

 

Alternez fruits et sucre...Alternez fruits et sucre...
Alternez fruits et sucre...

Alternez fruits et sucre...

 

5- Quelques heures après, voire le lendemain, les fruits ont rendu leur jus et le sucre a fondu. Remuer doucement.

Prêt à mettre sur le feu...

Prêt à mettre sur le feu...

 

6- Mettre sur feu vif en tournant. 

 

7- Au premier bouillon, écumer selon votre habitude.

 

8- Cuire environ 30 à 40 minutes.

Pour la cuisson, je fais au pif et j'arrête lorsque la consistance me plaît, donc quand la rhubarbe est toute effilochée et s'écrase facilement, et lorsqu'une goutte déposée sur une assiette froide, se fige rapidement. 

 

9- Mettre en pot. Fermer et placer vos pots à l'envers quelques minutes.

 

10- Les remettre à l'endroit pour les laisser tranquillement refroidir.

 

Mettre en pot et laisser refroidir...
Mettre en pot et laisser refroidir...

Mettre en pot et laisser refroidir...

 

Il ne vous reste plus qu'à les étiqueter et les ranger dans votre placard. 

 

L'association des deux fruits est un délice, le goût de la fraise est mis en avant grâce à la légère acidité de la rhubarbe qui s'en trouve du même coup adoucie.

 

Bonne dégustation ! 

Partager cet article

Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 06:31

 

En ce début d'année 2018, j'ai réalisé deux séries de confitures...

 

- de la confiture de méréville (que vous voyez à droite de ma photo). Ma recette a déjà été mise sur le blog ICI. J'ai simplement coupé les morceaux un peu plus gros maintenant que mes petits-enfants sont grands.

 

- et de la marmelade d'oranges amères (à gauche de ma photo), dont je vais vous donner la recette aujourd'hui. 

 

Mes deux dernières confitures...

Mes deux dernières confitures...

 

Voici une recette bien du sud !

En effet durant l'hiver, sur les marchés de Provence, nous trouvons en abondance à la vente, les fruits du bigaradier, que nous appelons aussi oranges amères.

Ce sont des agrumes plus petits que les oranges douces, à la peau rugueuse et épaisse teintée de vert par endroit. Malheureusement ces fruits ont beaucoup de pépins et peu de jus. 

 

Cette orange est connue depuis le Moyen Âge. Et la première recette de marmelade connue est celle de Nostradamus qui était astrologue certes, mais avant tout un provençal de souche. Il est d'ailleurs l'auteur d'un livre sur les confitures qui a été publié en 1556. 

Le bigaradier est cultivée dans le sud de la France et en particulier dans le Var et les Alpes maritimes, à Nice, à Menton, et dans la région de Grasse, pour ses fleurs très utilisées en parfumerie, mais bien sûr aussi pour ses fruits. On le cultive aussi en Espagne, en Sardaigne et en Italie et dans tous les pays méditerranéens. 

Outre son utilisation dans le vin d'orange, nous en faisons des marmelades.

 

 

Ma recette (ce n'est pas celle de Nostradamus !)

 

Ingrédients (désolée j'ai oublié de faire des photos) 

1.2 Kg d'agrumes non traités que vous répartirez comme suit : 

6 oranges amères selon leur grosseur + 1 orange douce + 1 citron

Si vous n'aimez pas l'amertume, vous pouvez bien sûr diminuer la quantité d'oranges amères et augmenter celle d'oranges douces

2.2 Kg de sucre cristallisé 

1.5 litres d'eau

 

Le premier jour est le plus long et le plus compliqué. 

- Brosser les agrumes sous l'eau.

- Éplucher tous les agrumes. Pour les oranges amères seulement, retirer toutes les parties blanches sous la peau.  Ne pas conserver cette seconde peau spongieuse le plus souvent et épaisse... 

- Couper ensuite vos oranges épluchées en deux, afin de retirer tous les pépins que vous garderez soigneusement.

- Débiter ensuite tous vos agrumes en tous petits dés (éventuellement vous pouvez les mixer au robot, ce que j'ai fait cette fois-ci ! ). Si vous utiliser un couteau, utiliser une assiette, et garder tout le jus qui coule lors de cette opération ! 

- Mélanger le tout avec l'eau et placer la préparation dans une terrine ou directement dans votre bassine à confiture (pour simplifier c'est ce que je fais...).

- Enfermer les pépins dans une mousseline ou dans une grosse boule en inox. Puis placer la boule bien immergée dans le liquide.

- Couvrir.

- Laisser macérer 24 heures. Il est normal qu'une fine pellicule légèrement huileuse se forme à la surface de votre préparation. Ne pas l'enlever car elle contient tous les arômes de vos oranges !

 

Le premier jour...avant cuisson (on devine la pellicule légèrement huileuse)

Le premier jour...avant cuisson (on devine la pellicule légèrement huileuse)

 

Le lendemain...

- Mettre sur le feu la bassine à confiture.

- Faire cuire à feu doux 35 à 40 minutes environ à partir du premier bouillonnement. Retirer du feu. 

- La quantité de liquide a un peu diminué et les écorces commencent à s'attendrir. 

- Laisser encore macérer la préparation 24 heures dans la bassine couverte.

 

 

24 heures après...

- Ajouter le sucre et laisser reposer jusqu'à ce qu'il soit entièrement fondu.

Bien remuer. 

- Cuire encore 30 minutes à feu doux.

- Laisser reposer à nouveau 24 Heures.

Le second jour...après la première cuisson avec le sucre

Le second jour...après la première cuisson avec le sucre

 

Le dernier jour...

- Cuire encore à feu très doux 20 à 30 minutes maximum.

Les écorces doivent être transparentes, tendres et bien confites. N'hésitez pas à goûter. Le jus doit prendre très vite, si vous en laissez tomber une goutte sur une assiette bien froide.

Le dernier jour...en cours de cuisson

Le dernier jour...en cours de cuisson

 

- Enlever alors la boule en inox contenant les pépins.

- Mettre en pot comme d'habitude et couvrir.

 

Je retourne toujours mes pots à l'envers quelques instants.

Voilà ce que ça donne avant de mettre les étiquettes sur mes pots puis de les ranger dans le confiturier.

 

A déguster sur des scones, des crêpes, des pan cakes ou une simple tranche de pain grillé ou pas...selon votre goût personnel. 

 

Et voilà le résultat...Et voilà le résultat...
Et voilà le résultat...Et voilà le résultat...

Et voilà le résultat...

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 06:30
De belles clémentines corses

De belles clémentines corses

 

C'est la pleine saison des clémentines alors, cette semaine, vu que je n'ai pas encore pu commencer mes petits biscuits de noël, j'ai décidé d'expérimenter ce "clafoutis" aux clémentines.

Je mets "clafoutis" entre guillemets car pour moi c'est plus proche d'un gâteau que du clafoutis que je fais d'habitude. 

En tous les cas, qu'importe son nom, nous l'avons trouvé très bon ! 

C'est la première fois que j'en fais et je ne sais plus qui m'a donné la recette...alors si c'est vous, faites-moi signe, je rajouterai le lien vers votre blog. 

 

Les Ingrédients 

5 ou 6 clémentines corses sans pépin 

75 g de farine

50 g de sucre + 1 sachet de sucre vanillé

1/2 sachet de levure chimique

1 pincée de sel

œufs

75 g de fromage blanc (1 pot fait 100 g) ou deux petits suisses

Parfum au choix : vanille liquide, cannelle ou eau de fleur d'oranger, environ 1 cuillère à soupe

Moi j'ai testé avec la fleur d'oranger.

 

Les ingrédients

Les ingrédients

 

Préparation

 

1 - Préchauffer le four à 180 °.

2 - Dans une terrine, battre les œufs avec le sel et le sucre.

Battre les oeufs et le sucre

Battre les oeufs et le sucre

 

3 - Ajouter la farine et la levure et battre encore quelques minutes. 

4 - Verser le fromage blanc et le parfum et bien remuer.

5 - Dans un moule carré ou rond, beurré et fariné, verser la pâte.

 

Verser la pâte dans le moule

Verser la pâte dans le moule

 

6 - Éplucher les clémentines et séparer les quartiers, en enlevant le plus de peaux blanches possible. 

7 - Disposer les quartiers sur la pâte.

 

Disposer les quartiers de clémentines sur la pâte

Disposer les quartiers de clémentines sur la pâte

 

8 - Enfourner pour environ 30 à 40 minutes max. 

9 - Vérifier la cuisson et saupoudrer de sucre vanillé dès la sortie du four.

A déguster tiède ou froid en dessert ou pour le goûter.

 

Et voilà les gourmands peuvent se mettre à table !

Et voilà les gourmands peuvent se mettre à table !

 

Parfois les agrumes prennent un peu d'amertume à la cuisson.

Si vous n'aimez pas ça, vous pouvez sucrer davantage et donc ajouter environ 20 à 30 g de sucre ou de miel, en plus. 

Mais nous, sans être au régime pour autant, nous avons l'habitude de sucrer toujours moins que préconisé dans les recettes classiques.

On s'y habitue très bien !

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 05:49
Un bon goûter d'automne

Un bon goûter d'automne

 

C'est l'automne et nous sommes en pleine saison des pommes. De plus, cela fait longtemps que je  n'ai pas mis de recettes...

Alors aujourd'hui, je vous propose, un gâteau parfait pour le goûter des petits et des grands qui ressemble beaucoup au gâteau au yaourt classique.

Vite fait, vite cuit et vite mangé, c'est une recette riche en vitamines et en nutriments...et pas trop sucrée.

J'oublie souvent que j'ai un blog quand je cuisine et donc je fais peu de photos, en plus ma cuisine est située au nord, ce qui fait qu'elle est toujours éclairée artificiellement : c'est pas génial pour les photos !

 

 

Les ingrédients (la mesure de base est 1 verre à moutarde classique)

1 verre de lait fermenté (à défaut 1 yaourt ou du lait)

2 verres de farine + 2 verres de maïzena

1 verre et demi de sucre

3/4 de verre de beurre fondu (ou à défaut d'huile végétale au goût neutre)

3 œufs selon leur grosseur

1 sachet de levure chimique

3 à 4 pommes selon leur grosseur

Vous pouvez parfumer votre gâteau à la vanille ou à la cannelle si vous voulez changer le goût...

 

Réalisation 

 

C'est un gâteau parfait à réaliser avec les enfants car il suffit de mélanger les ingrédients dans un grand saladier.

 

1 - Préchauffer le four T5 environ. 

 

2- Mélanger dans le saladier : le lait fermenté, la farine, la maïzena, la levure, le sucre et le beurre fondu (ou l'huile).

 

3- Battre les œufs dans un bol en ajoutant éventuellement un parfum (vanille, cannelle) et les mélanger à la préparation précédente.

 

4- Éplucher les pommes et les couper en quartier, puis en dés. 

 

5- Verser la préparation dans un moule à manqué beurré, puis ajouter les pommes...

 

 

 Mettre la préparation dans le moule à manqué...

Mettre la préparation dans le moule à manqué...

 

6- Saupoudrer d'un peu de sucre...

 

7- Enfourner pour 40 minutes environ de cuisson...

Saupoudrer de sucre

Saupoudrer de sucre

 

Et c'est prêt par miracle, juste à l'heure du goûter !

Je suis sûre que vous faites vous aussi, ce type de gâteau très souvent...

Non ?

 

 

C'est prêt pour le goûter...
C'est prêt pour le goûter...

C'est prêt pour le goûter...

 

J'aime réaliser ce gâteau avec des pommes Reinettes car elles deviennent fondantes à la cuisson. Mais comme je n'en avais pas... j'ai mis un mélange de Golden et de Starking. 

En fait,  je crois que toutes les variétés de pommes conviennent pour cette recette ! 

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 05:31
La cueillette...

La cueillette...

 

Cela fait longtemps que je n'avais pas fait de confiture de framboises sauvages. Il faut dire qu'il faut être sur place au bon moment quand elles commencent à mûrir et justement lorsque j'étais en Haute-Loire, c'était juste le bon moment !

 

Je ne peux pas dire que les petits soient fans de ramassage...

Comme tous les enfants, ils préfèrent jouer et picorer une framboise par-ci par-là. Mais nous avons un coin qui ne nous déçoit jamais où l'espace est là, les framboisiers pas trop hauts et où il y a assez d'humidité dans l'air pour que les framboises ne soient jamais desséchées, comme c'est le cas ailleurs, même les années de canicule et de sécheresse comme cette année. 

 

Ce coin se trouve à proximité d'une tourbière bien à sec, que les randonneurs de Saint-Jacques connaissent bien car le lieu s'appelle le "lac de l'oeuf".

 

La tourbière appelée le "Lac de l'oeuf"

La tourbière appelée le "Lac de l'oeuf"

 

A cet endroit, les enfants ramassent aussi des fraises des bois, abondantes au bord des chemins...

 

Hum les bonnes fraises des bois

Hum les bonnes fraises des bois

 

Le sous-bois est joli et ombragé et après la promenade, et le goûter, quand il fait plus frais...

Promenade en forêt au frais

Promenade en forêt au frais

 

Nous ramassons les framboises !

Un seau plein de framboises

Un seau plein de framboises

 

Parfois l'été, nous trouvons aussi des myrtilles comme ici l'année passée. Mais cette année, elles étaient dures et sèches à cause du manque d'eau. 

Les myrtilles dans la forêt
Les myrtilles dans la forêt

Les myrtilles dans la forêt

 

Les framboises poussent en abondance au bord des chemins et dans les clairières qui se referment de plus en plus.

C'est donc en bordure des trouées, pas toujours naturelles, que nous en ramassons le plus comme, ici par exemple, en lisière de la forêt...sous la ligne haute-tension.

Sous la ligne Haute-Tension "Les Deux-Loires"

Sous la ligne Haute-Tension "Les Deux-Loires"



Mais revenons un peu à notre confiture...

Bon pour la recette, c'est le bla bla habituel, je fais toujours pareil pour les fruits rouges ! 

Il faut procéder en tous points, comme il est dit dans la recette ci-dessous. Je pourrais faire un copié-collé...mais bon vous savez lire.  

 

 

 

Alors ce qui compte, finalement, c'est la balade, et que je vous montre mon coin et l'effet final, non ?

Et régalez-vous ! Et régalez-vous !
Et régalez-vous ! Et régalez-vous !
Et régalez-vous ! Et régalez-vous !

Et régalez-vous !

Partager cet article

Repost0
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 05:21
Que faire avec des groseilles, des cassis (dont je n'ai pas de photos) et des mûres ?
Que faire avec des groseilles, des cassis (dont je n'ai pas de photos) et des mûres ?

Que faire avec des groseilles, des cassis (dont je n'ai pas de photos) et des mûres ?

 

Cette année la récolte de groseilles a été bien maigre ! Elles sont toutes tombées par terre dès la canicule de juin ou ont séché sur place ! 

Que faire avec une aussi petite récolte ?

J'ai cueilli les quelques cassis du jardin, et décongelé quelques mûres de l'année dernière qui me restaient en réserve et me voilà en train de confectionner une confiture maison spécial été 2017.

 

Et vous savez quoi, il faisait si chaud que j'ai même oublié de faire des photos sauf des pots, une fois terminés, aussi j'ai illustré mon article de photos prises les années précédentes. Bon, pour une fois, vous me pardonnerez...

 

Comment faire ?

 

Ma méthode est toujours la même...

1- Trier les fruits pour enlever les pécouts et les passer rapidement sous l'eau.

 

2- Faire décongeler à l'air libre les mûres.

 

3- Mettre tous les fruits dans un grand faitout avec 1 verre d'eau.

 

4- Laisser chauffer doucement jusqu'à ce que les fruits éclatent et soient faciles à écraser. 

 

5- Passer le mélange au moulin à légumes. Surtout pas de robot cela broierait les graines.

 

Passer au moulin à légumes (c'est une photo ancienne uniquement avec des groseilles)

Passer au moulin à légumes (c'est une photo ancienne uniquement avec des groseilles)

 

6- Passer ensuite le jus obtenu à travers le tamis.

Passer au tamis (même remarque que pour la photo précédente)

Passer au tamis (même remarque que pour la photo précédente)

 

7- Maintenant c'est facile puisqu'il s'agit de peser le jus obtenu.

Je mets exactement le même poids de sucre que de jus pour les confitures de fruits rouges. Inutile de tricher... la confiture mettrait plus de temps à cuire et aurait moins de goût.

 

8- Dans le faitout ou la bassine à confiture, mettre le jus des fruits , le sucre et un jus de citron.

Mettre le jus des fruits, le sucre et le jus de citron

Mettre le jus des fruits, le sucre et le jus de citron

 

9 - Laisser poser une bonne heure en remuant de temps en temps. Parfois je laisse poser toute la nuit ! 

Je n'emploie jamais de sucre spécial confiture, ou spécial gelée, uniquement du sucre blanc classique en sachet ou cristallisé (mais parfois il est plus cher que le sucre en sachet papier). 

 

10- Cuire 10 minutes pas plus, à partir du moment où la préparation bouillonne. 

Vérifier la cuisson en laissant tomber une goutte de préparation sur une assiette glacée. La goutte doit se figer instantanément.

 

La cuisson...là encore j'ai pris une photo de l'année dernière !

La cuisson...là encore j'ai pris une photo de l'année dernière !

 

11- Mettre alors en pot. 

Remarque : comme d'habitude, une fois le couvercle mis, je retourne les pots jusqu'à ce qu'ils soient totalement refroidis. 

 

12 - Étiqueter et ranger dans votre placard à confitures, à l'abri du soleil et idéalement au frais. 

Et... à nous les bonnes tartines durant l'hiver, les petits sablés à la confiture ou les tartes des Alpes dont je mettrais les recettes à l'occasion !

 

Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

Partager cet article

Repost0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:08
Quelques idées aux fruits rouges
Quelques idées aux fruits rougesQuelques idées aux fruits rouges

Quelques idées aux fruits rouges

 

Nous restons dans les préparatifs de Pâques. 

 

Voici quelques idées de desserts légers (bon c'est vrai, pas tous, je le reconnais !) pour terminer le repas de fête. Vous pouvez les compléter avec une boule de glace et quelques fruits assortis.

Je vous rassure, je suis gourmande à mes heures, mais je ne les fais pas TOUS à la fois ! 

Vous accéderez aux recettes déjà publiées en cliquant sur les liens....

 

- Une charlotte aux amandes avec sa salade de fruits rouges ;

- Un gratin de framboise à la vanille ;

- Un crumble à la mûre et aux pommes ou à un autre fruit, rouge de préférence ;

- Un clafoutis... dans lequel, quel soit le fruit, la recette de base est la même. 

- Vous pouvez terminer le repas par une tarte au citron, meringuée ou pas. Tout le monde adore en principe.

 

Chez nous, il est incontournable pour Pâques de fabriquer ces petits sablés, typiques de la région drômoise (la région de mon mari) : les Suisses...je vous ai raconté leur histoire et je vous ai donné la recette, l'année dernière ICI.

En principe on les confectionne dès le dimanche des Rameaux. 

 

Les Suisses

Les Suisses

 

En Provence, on peut aussi agrémenter la table de petits biscuits comme ceux que l'on fait à noël...que l'on grignotera au moment du café ou dans l'après-midi. 

En particulier, les croquants aux amandes trouvent leur place ainsi que les navettes provençales... que l'on commence à fabriquer dès la chandeleur.

Les petits sablés au citron en forme de coeur ont aussi beaucoup de succès...

Des croquants aux amandes et des navettes maisonDes croquants aux amandes et des navettes maison

Des croquants aux amandes et des navettes maison

 

Enfin, les gourmands pourront aussi confectionner un  gâteau au chocolat, ou un moelleux, décorés ou pas, des brownies, dont je vous ai mis récemment la recette et qui s'invitent à toutes les fêtes ainsi que quelques muffins, au chocolat ou au citron...

Mes desserts légers préférés pour PâquesMes desserts légers préférés pour Pâques

 

Remarques 

En dehors de la traditionnelle salade de fruits rouges ou des oeufs à la neige que tout le monde sait faire, et dont je ne vous ai jamais mis la recette, il existe toute une série de desserts récemment apparus sur internet qui symbolisent aujourd'hui Pâques...

Ces desserts n'ont jamais été consommés dans les familles provençales ce qui ne les empêchent pas d'être délicieux, souvent originaux et d'amuser les enfants ! 

Je pense en particulier aux gâteaux en forme de nid par exemple ou autres desserts surmontés d'oeufs en sucre ou de poules en chocolat. 

Bien sûr je n'ai rien contre...puisque le but est que les gourmands se régalent. 

 

Et vous, qu'avez-vous prévu pour le dessert de dimanche ?

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 07:20
Une confiture d'automne

Une confiture d'automne

 

J'aime réaliser de temps en temps cette confiture en morceaux, délicieuse en dessert avec une boule de glace à la vanille, ou sur une tartine pour le goûter des gourmands...

 

Il faut... pour environ 4 pots de 375 g

500 g de coings triés, épépinés, épluchés et coupés en lamelles fines.

600 g de poires triées, un peu ferme et coupées en lamelles fines.

800 g de sucre 

le jus d'un beau citron

1 verre d'eau environ max

Épices : 2 bâtons de cannelle, 3 étoiles de badiane, 2 gousses de vanille fendues dans le sens de la longueur.

 

Le premier jour

 

1- Préparer les fruits et les arroser au fur et à mesure que vous les couperez en lamelles avec le jus de citron.

 

2- Les placer dans une terrine, en alternant fruits et sucre.

 

3- Laisser reposer au moins deux heures. 

 

Alterner fruits et sucre

Alterner fruits et sucre

 

4- Lorsque le sucre est bien fondu et que les fruits ont lâché un peu de jus, bien remuer.

 

5- Mettre la préparation dans le faitout à confiture et donner un bouillon. Si vous constatez que l'ensemble manque de liquide, ajouter un verre d'eau.

 

6- Ajouter les épices et laisser la préparation refroidir dans le faitout (ou transvaser dans une terrine si vous préférez).

 

 

Ajouter les épices...

Ajouter les épices...


 

Le deuxième jour ...

 

7- 24 heures après donc, vous mettrez le faitout sur le feu et vous laisserez cuire 15 à 20 minutes, en remuant de temps en temps, jusqu'à ce que les fruits deviennent translucides. 

 

8- Retirer ou pas les épices avant de mettre en pot et couvrir. Moi j'aime mieux les laisser ! 

 

9- Retourner les pots un instant, puis laissez-les refroidir en les redressant.

 

La confiture se fige au bout de quelques heures...

A déguster sans modération tant cette confiture est parfumée !

 

Mettre en pot

Mettre en pot

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 07:10

 

Comme tous les ans en automne, je fais des provisions pour l'hiver...

J'ai un petit côté écureuil parfois, qui amuse beaucoup mes proches et mes placards débordent. Mon fils aîné a attrapé ce virus et prend le temps de faire des confitures et pleins d'autres gâteries...

Je récolte pommes, noisettes et parfois noix quand c'est possible ainsi que des châtaignes. 

Cette année, je ne vous parlerai pas de champignons car je n'en ai pas ramassé ! 

Par contre, j'ai fait une belle production de noisettes dans le jardin de Die.

 

 

 

Quelques récoltes d'automne...
Quelques récoltes d'automne...Quelques récoltes d'automne...
Quelques récoltes d'automne...Quelques récoltes d'automne...Quelques récoltes d'automne...

Quelques récoltes d'automne...

 

Avec les pommes reinettes du jardin du grand-père, outre que cette année il y en a très peu et que déjà elles se conservent mal, j'ai fait des desserts aux pommes mais surtout des compotes que je stérilise et que nous retrouvons avec plaisir pour des desserts d'hiver.

 

 

Les compotes de pommes

Les compotes de pommes

 

Avec les châtaignes, j'ai fait (pour la deuxième année consécutive) de la crème de marrons que moi, j'appelle "confiture de châtaignes à la vanille".

Le plus difficile est d'éplucher les châtaignes...si vous avez un truc, je suis preneuse car je n'ai pas la chance d'avoir une grand-mère cévenole !

 

Le cru 2016 !
Le cru 2016 !

Le cru 2016 !

 

Avec les coings j'ai fait comme d'habitude de la pâte de coings et de la gelée de coing.

 

 

 

La pâte de coings 2016

La pâte de coings 2016

 

 

Comme pour Maryse du blog L'espigaou, la confection de la pâte de coings à la maison est le premier préparatif de noël en Provence, car cette gâterie servira, non seulement aux goûters des enfants tout au long de l'hiver mais fait partie des Treize desserts de la veillée sur lesquels j'avais publié un petit article l'année dernière. 

Vous pouvez voir la recette de Maryse ci-dessous...et la comparer à la mienne (si vous avez le temps) !  

Je trouve Maryse bien courageuse car elle sépare avant cuisson la chair, des pépins, ce que personnellement je trouve fastidieux à faire. Moi je préfère passer les coings cuits, au moulin à légume "à l'ancienne" pour les récupérer après cuisson...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 07:03
Et voilà le résultat !

Et voilà le résultat !

 

Cela ne vous a pas échappé... 

Je viens de passer quelques jours de vacances dans la Drôme !

Et bien sûr dès notre arrivée, nous nous sommes précipités dans le jardin du grand-père, que nous appellerons toujours ainsi car c'est décidé maintenant : c'était le jardin du grand-père de mon mari, puis ensuite il a été celui du grand-père de mes enfants et est devenu celui du grand-père de mes petits-enfants...qui est donc mon mari. En fait il le partage avec sa soeur mais bon je vais pas vous raconter tous les détails ! 

Je vous perds là, je le sens...mais bon, vacances de Toussaint oblige, c'est un temps consacré à nos ancêtres et chacun fait comme il peut pour s'y retrouver.

Donc voici ce beau jardin de Die, au coeur des jardins du Perrier...et ses pommiers. 

 

Les pommiers

Les pommiers

 

Et voici le genre de spécimens que nous y trouvons... 

De belles pommes reinettes non traitées...

De belles pommes reinettes non traitées...

 

Donc pour en revenir à ma recette, il se trouve que j'avais un paquet de feuilles filo (phyllo ?), du beurre mais pas de pinceau, des pommes reinettes, du sucre roux et du miel mais ni noix, ni amandes, ni pistaches...

Et comme je ne me sentais pas de réaliser un véritable baklava dans la plus pure tradition comme celui que nous avions dégusté, il y a des années maintenant, chez nos amis vauclusiens, une recette où il faut tremper chaque feuille de filo dans de l'eau sucrée...

Le baklava est un dessert long à réaliser car constitué de fines feuilles de pâte beurrées ou huilées une à une, superposées dans un plat rond ou carré, ou enroulées sur elles-mêmes.
Un mélange de fruits secs finement moulus et concassés est déposé entre les feuilles, lesquelles sont ensuite cuites puis trempées dans de l'eau sucrée (avec du jus de citron pour éviter de caraméliser), du miel ou encore de l'eau de fleur d'oranger ou de rose. On y ajoute quelquefois des clous de girofle moulus.

wikipedia

 

...j'ai donc réalisé une version allégée à ma façon.

 

Pour 2 personnes, il faut :

- des pommes (1 ou 2 selon la grosseur),

du beurre,

- du miel (ça je n'en manque jamais !) 

- de la fleur d'oranger,

- du sucre roux

- et bien sûr des feuilles de filo donc 3 pour 2 personnes dans l'idéal (les autres m'ont servi à faire des friands aux légumes dont j'ai oublié de faire des photos).

Déjà pour les baklavas, c'était moins une...j'ai failli oublier la photo mais une intuition comme vous le verrez en fin d'article, m'a titillé mes méninges ramollies par les vacances et le voyage. 

 

Comment faire ? 

 

1- Faire fondre du beurre et armez-vous d'un pinceau à pâtisserie. Là je vous donne la marche à suivre dans l'idéal. Comme moi je n'avais pas de pinceau, j'ai découpé mon beurre en tous petits morceaux.

 

2- Éplucher les pommes et les détailler en dés.

Les faire légèrement revenir dans une poêle avec du beurre et du sucre roux.

 

Les pommes dans la poêle...

Les pommes dans la poêle...

 

Lorsqu'elles ont une belle coloration, sans pour autant être caramélisées...les laisser en attente tiédir un peu.

 

3- Ouvrir le paquet de feuilles de filo et prélever vos feuilles (enfermer bien celles que vous n'utiliserez pas !)

Comme nous n'étions que tous les deux, je vous rappelle que je n'en ai utilisé que 3.

 

4- Dans un plat à four faisant la moitié de la surface d'une feuille, parsemer bien régulièrement de petites lichettes de beurre pour moi (du beurre fondu pour vous qui avez un joli pinceau dans votre main droite ou gauche...). 

 

5- Y placer une série de 3 feuilles en positionnant la moitié sur le plat et l'autre moitié en dehors du plat. Parsemer encore la partie dans le plat, de lichettes de beurre pour moi , et de beurre fondu, pour vous. 

 

6- Y déposer une partie des pommes cuites ou la totalité (si vous n'êtes que deux).

 

7- Saupoudrer de noix pilées, d'amandes décortiquées et grossièrement hachées, ou de pistaches...ce que je n'ai pas fait car je n'en avais pas ! 

et de cannelle si vous aimez mais chez moi, il y en a un qui trouve toujours, que "ça gâche le bon goût des pommes" alors...je mets du sucre roux ! 

 

8- Replier vos 3 feuilles, les parsemer de lichettes de beurre (vous, vous les badigeonnerez de beurre  fondu). 

Si vous n'êtes que deux... arrêtez-vous là ! 

 

Sinon continuer le feuilletage en superposant un étage supplémentaire (ou prévoir un plat plus grand !) 

Le principe est toujours le même...

On alterne feuilles de filo, badigeonnées de beurre fondu (dans l'idéal) et couches de pommes sucrées saupoudrées de noix, amandes, pistaches hachées. 

 

9- Donc mettre au four pour environ 20 minutes après avoir badigeonné le dessus de beurre . 

Comme j'étais dans la lune, j'ai oublié de pré-découper la pâte à l'avance mais vous, n'oubliez pas de le faire en dessinant de jolis losanges ou carrés ! 

 

10- Sortir le plat du four et verser par-dessus un mélange de miel et d'eau de fleur d'oranger que vous aurez pris le soin de faire chauffer ensemble pour liquéfier davantage le miel, même si vous utilisez du miel d'acacia toujours liquide, seul, il serait trop épais pour pénétrer dans le dessert.   

 

11- Remettre au four pour faire caraméliser quelques instants...5 à 10 minutes maximum. 

 

Bon c'est vrai que j'ai dû sortir mon opinel bien aiguisé pour découper des parts dans ce baklava improvisé... mais il n'a pas fait un pli alors qu'il est bien meilleur quand il attend pour être dégusté car alors tous les ingrédients s'imprègnent plus longtemps. Humm comme c'est bon d'être gourmands...

Et puis, comme vous le voyez... c'est très léger !

 

Mais quelle n'a pas été ma surprise, de constater quelques jours après, que mon aminaute Nell, que beaucoup d'entre vous connaissent, avait fait une recette presque identique, ce même dimanche...

Vous comprenez pourquoi mes méninges me dictaient de faire une photo de ce dessert tout à fait improvisé pour moi, puisque... 

1- je n'en avais jamais fait auparavant !

2- je comptais ne faire que des friands aux légumes, avec mes feuilles filo.

3 - je n'avais pas tous les ingrédients pour faire ce dessert.

4 - je n'avais pas de réseau pour consulter la recette sur le net, alors que celle de mes amis était restée à la maison. 

Moi je crois tout simplement qu'un fil télépathique m'a relié à Nell ce dimanche matin-là...

Non ? Vous ne croyez pas ?! 

Découvrez sa recette, bien mieux expliquée que la mienne ci-dessous, et avec pleins de photos mais je ne vous apprend rien car vous savez-bien que Nell est parfaite et surtout... régalez-vous !! 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 06:12
Feuilletés de pommes reinettes pour les gourmands

 

Aujourd'hui je vais mettre à l'honneur un blog que j'aime beaucoup et je sais que vous aussi, pour ceux qui le connaisse. C'est celui de mon aminaute Nell. 

 

Nell est une créative, elle sait tout faire et le partage avec nous, pour notre plus grand plaisir et, comme en plus c'est une gourmande, entre deux visites de sa région, ou quelques-unes de ses créations, elle nous régale avec de délicieux goûters ou desserts...de son invention ou pas, car la recette que je vous propose aujourd'hui, suit une sorte de "chaîne" des aminautes, chacune la reprenant à sa sauce et elle se transforme donc, au gré des goûts de chacun(e).

 

Pour voir la recette chez Nell et visiter son blog, c'est ci-dessous ! 

 

Alors voilà mon "adaptation" personnelle...

 

Ingrédients 

 

2 belles pommes reinettes

2 c à s de sucre brun complet

1 sachet de sucre vanillé (+ de la cannelle si vous aimez)

1 rouleau de pâte feuilletée

1 peu de beurre

 

****************************

1- Préchauffez le four à 220°

 

2- Dans une poële, faire revenir dans le beurre, les pommes coupées en dés. Quand elles commencent à dorer, les saupoudrer de sucre complet et pousuivre pour qu'elles caramélisent légèrement.  

Mon mari n'aimant pas la cannelle, je n'en ai pas mis !

Les pommes caramélisent tout doucement

Les pommes caramélisent tout doucement

 

3- Réserver, pour que les pommes tiédissent.

 

4- Sortir la pâte feuilletée du réfrigérateur (toujours au dernier moment si vous voulez qu'elle gonfle bien). 

 

5- L'étaler en gardant le papier de cuisson et la découper selon le joli dessin suivant...

 

Attention ! Ne faites pas comme moi, ne découpez pas jusqu'aux bords, comme je l'ai fait à un endroit :) Concentrez-vous  un peu ! 

Découper la pâte sans aller jusqu'aux bords !

Découper la pâte sans aller jusqu'aux bords !

 

 

6- Etaler sur chaque quart de pâte, une partie des pommes tiédies.

 

7- Replier les feuilletés en triangle.

6- Etaler sur chaque quart de pâte, une partie des pommes tiédies.

 

7- Replier les feuilletés en triangle.

Bon, je sais... mes triangles ne sont pas très ressemblants !
Bon, je sais... mes triangles ne sont pas très ressemblants !

Bon, je sais... mes triangles ne sont pas très ressemblants !

 

Moi je ne dore jamais à l'oeuf ! Je sais bien que cela se fait dans toutes les recettes, mais j'ai l'esprit de contradiction et après il faut que j'utilise le blanc d'oeuf dans les 24 heures et j'aime pas avoir des contraintes de ce genre, ni gaspiller ! 

Bref, quand je veux que la pâte dore, je passe un pinceau imbibé d'un peu de lait (ou de crème). 

 

8- Mettre au four chaud.

Dix minutes plus tard, quand la pâte commence à monter, baisser le four à 180°. 

C'est ma méthode car j'ai un vieux four et il faut donc que je m'adapte. 

 

9- C'est cuit au bout d'environ 20 à 25 minutes quand la pâte est bien dorée.

 

10- Saupoudrer les feuilletés dès la sortie du four avec du sucre vanillé.

HUMMMM....Dur dur d'attendre que ça refroidisse !
HUMMMM....Dur dur d'attendre que ça refroidisse !

HUMMMM....Dur dur d'attendre que ça refroidisse !

 

Prendre son mal en patience, sinon vous allez vous brûler ! 

 

Vous constaterez sans peine que ceux de Nell sont nettement plus réussis que les miens... Non inutile de le nier, je vous entends le dire de là !

Nell serait-elle capable de truquer ses photos ?!

Non je vous assure, la connaissant,  cette idée est inconcevable...

Moi je pense qu'elle est tout simplement beaucoup plus forte que moi, un point c'est tout !

Allez un peu voir chez elle si j'ai pas raison...et vous m'en direz des nouvelles. 

 

Pour info, je lui ai emprunté aussi la recette suivante...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 06:12
Les Fruits d'automne / #photodimanche

Comme la nature, les fruits d'automne ont pris de belles couleurs dorées.

 

 

Il y a d'abord les grenades...qui cette année sont abondantes et bien colorées.

Les grenades sont encore sur l'arbre
Les grenades sont encore sur l'arbre

Les grenades sont encore sur l'arbre

 

 

Les kiwanos commencent à arriver sur les marchés...

Kiwano, potimarron, butternut et melon jaune

Kiwano, potimarron, butternut et melon jaune

 

Les pommes, les poires et les coings sont des classiques de saison en quelque sorte !

Pommes, poires et coings...
Pommes, poires et coings...Pommes, poires et coings...
Pommes, poires et coings...

Pommes, poires et coings...

 

 

Les noix commencent à peine à être ramassées dans certains coins de la Drôme. 

Noix de la Drôme et de ProvenceNoix de la Drôme et de Provence

Noix de la Drôme et de Provence

 

Les kakis attendent les premiers froids et la chute des feuilles pour pouvoir être dégustés par ceux qui les aiment. 

Un kaki pas mûr

Un kaki pas mûr

 

Par contre dans la nature, les fruits de l'églantier ne sont pas encore tout à fait prêts. Si vous avez le courage d'en faire des confitures, inutile de vous presser, il vaut mieux attendre novembre que le fruit soit bien mûr (en fait ce n'est pas vraiment un fruit  mais bon, je ne vais pas vous faire un cours de botanique le dimanche...).

Vous pourrez encore les ramasser jusqu'en janvier !

Les fruits de l'églantier

Les fruits de l'églantier

 

 

Toutes mes photos sont récentes, sauf celle de l'églantier que j'ai pris l'an dernier dans la Drôme...durant la seconde quinzaine d'octobre. 

 

Bon dimanche ! 

Venez nous rejoindre chez Magda !

Venez nous rejoindre chez Magda !

Partager cet article

Repost0
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 06:33
Une tarte qui contente tout le monde !

Une tarte qui contente tout le monde !

 

De cette saison, chez nous lorsque nous ne sommes que tous les deux, nous discutons toujours pour savoir si la tarte aux fruits du dimanche sera aux abricots (pour mon mari) ou aux pêches (pour moi).

Alors pour nous faire plaisir à tous les deux, je fais une tarte mixte !

Ainsi tout le monde est content et cela ne nous empêche pas de changer d'avis au dernier moment ou d'accueillir un invité surprise...

 

Il vous faut...

- un fond de pâte brisée

- 1 cuillère à soupe de sucre en poudre blanc

- 1/2 cuillère à soupe de cassonade

- 1 sachet de sucre vanillé

- 2 pêches jaunes (ou blanches) faciles à détacher du noyau

- 4 ou 5 abricots selon leur grosseur.

- 3 cuillères à soupe de crème et un peu de lait pour la diluer 

- 1 oeuf

 

 

La recette

 

- Préchauffer le four à 200°.

- Etaler la pâte dans le moule à tarte et la piquer avec une fourchette.

- Laver et essuyer les fruits. Eplucher les pêches. 

- Enlever les noyaux des fruits.

- Disposer sur la pâte selon votre désir les demi-abricots peau vers vous, et les tranches de pêches. Pour faciliter la cuisson uniforme des fruits, j'incise légèrement la peau des abricots...

Comme mes abricots étaient très gros, je les ai coupé en quartier. 

 

Disposez les fruits sur la pâte...

Disposez les fruits sur la pâte...

 

- Dans un bol, battre l'oeuf avec 1 cuillère à soupe de sucre, et ajouter la crème et le lait. Verser uniformément sur les fruits.

 

La tarte est prête à mettre au four...

La tarte est prête à mettre au four...

 

Cuire au four 35 à 40 minutes maxi. Je n'aime pas que les fruits grillent donc je baisse à 180° quand je vois que la pâte commence à cuire...c'est-à-dire au bout de 10 à 15 minutes environ selon votre four.

 

A la sortie du four, quand la tarte est cuite, saupoudrez-la avec le sucre vanillé auquel vous aurez ajouté 1/2 cuillère à soupe de cassonade. 

 

J'aime bien déguster cette tarte froide quitte à la réfrigérer avant de la déguster. Un jour de fête on peut faire un extra et l'accompagner d'une boule de glace (à la vanille pour moi). 

 

A chacun sa portion ! 

Vous allez me dire...

Pourquoi ne pas faire tout simplement des tartelettes individuelles ?

Parce que...euh !

J'aime assez l'idée du partage, c'est symbolique et cela nous rappelle les grandes tablées d'antan qui parfois maintenant, se font plus rares. 

 

A chacun sa tarte aux fruits
A chacun sa tarte aux fruitsA chacun sa tarte aux fruits

A chacun sa tarte aux fruits

Partager cet article

Repost0
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 06:15

C'est en confiturant qu’on devient confiturier.

Jean-Pierre Coffe

C'est la saison des confitures !
C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !
C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !
C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !C'est la saison des confitures !

C'est la saison des confitures !

Quand on fabrique des confitures, il ne faut jamais oublier son âme de poète car la confiture c'est de la poésie.

Jean-Pierre Coffe

Quand je pense à l'été je pense à la bonne odeur de confiture qui régnait dans la maison de ma grand-mère.

 

Tout le monde participait à la préparation, du ramassage des fruits, au tri mais aussi à la pesée ce qui nous faisait une bonne occasion de réviser les maths...

Il fallait additionner, puis calculer la proportion de sucre. Nous nous trompions souvent, penchées sur nos petits cahiers d'écolières : c'était à celle qui trouverait le bon résultat la première !

 

Ma grand-mère s'amusait beaucoup car elle avait toujours calculé son poids de sucre un peu différemment selon les années. Si les fruits étaient gorgés de soleil ou au contraire d'eau, elle modifiait ses proportions et nous ne comprenions pas alors pourquoi il avait fallu s'acharner à faire tous ces calculs compliqués. 

 

Puis les fruits macéraient dans le sucre dans le gros tian en terre si lourd qu'il fallait l'aide de mon grand-père pour le soulever et le poser sur la table.

Nous mettions un torchon à carreau dessus, non pas un torchon neuf, non surtout pas...mais un vieux, un spécial confiture que l'on rangeait à un endroit précis dans l'armoire violette, car il risquait de glisser dans le jus coloré et de se retrouver tout taché.

 

De temps en temps, parce que nous trouvions le temps long, nous soulevions en cachette le torchon et nous regardions le sucre s'effondrer dans le jus coloré.

Oh… comme il était difficile de résister ! Forcément nous trempions nos doigts dans le jus sucré.

Arrête de « piter » disait alors ma grand-mère ! 

Puis d'un coup, (parce qu’entre-temps nous étions parties jouer et que nous avions oublié…) le sucre disparaissait !

Alors seulement avec la grande cuillère en bois au long manche, nous étions autorisées à remuer...

 

Puis ma grand-mère transvasait la préparation dans la grande bassine en cuivre.

Elle allumait alors le feu de bois sur la terrasse, bien à l'abri du vent, et mon grand-père posait la lourde bassine dessus.

Parfois plus tard en saison, elle la déposait sur le fourneau. Il ne fallait surtout pas utiliser le gaz qui faisait cuire la confiture beaucoup trop fort et qui n'était pas économique.

 

Alors comme nous lui tournions autour comme des mouches au milieu de la petite cuisine, elle nous chassait avec son tablier et nous envoyait jouer au jardin sous le grand figuier.

 

Pendant que nous sortions la dînette et les poupées, la confiture mijotait souvent pendant ce qui nous semblait être... des heures, en tous les cas une bonne partie de l'après-midi.

Le feu ne devait pas s'éteindre et ma grand-mère s'installait à l'ombre à proximité sous prétexte de le surveiller et d'y rajouter quelques bûches, mais à mon avis c'était nous qu'elle surveillait tout en travaillant à son reprisage ou son tricot.

 

Quand la confiture était cuite, à peine les pots remplis, chacun était recouvert de paraffine et d'une feuille de papier cellophane que nous avions humecté avant de la tendre sur l'ouverture du pot. Puis nous avions le droit de glisser l'élastique qui allait assurer l'étanchéité et la bonne conservation.

Nous nous battions alors pour lécher la marmite en cuivre... Pour qu'il n'y ait pas de jaloux, nous tracions avec beaucoup de minutie une ligne médiane et chacune avait son côté. Gare à celle dont la petite cuillère ripait et s'approchait un peu trop près de la ligne frontière !

 

Ensuite une fois refroidis, les jolis pots étiquetés étaient tous rangés dans le placard à l'obscurité. Mes étiquettes étaient toujours collées un peu de travers, mais qu'importe. Mon grand-père disait pour me taquiner, que j'avais fait exprès pour qu'il pense à moi au moment du petit déjeuner...

En fait trente ans après j'ai découvert que si mes étiquettes étaient toujours collées de travers c'est parce que je souffrais d'astigmatisme !

 

Je me souviens qu'il y avait toujours, je ne sais trop par quel miracle, un petit fond de la dernière fabrication qui nous attendait juste à temps pour le goûter.

HUM...

Voilà pourquoi tous les étés j'aime faire moi-même des confitures.

Retrouver des sensations oubliées, me revoir dans la cuisine de Fontvieille derrière les volets croisés, ou sous la tonnelle à l'ombre du figuier, au milieu de toutes ces bonnes odeurs sucrées, entourée d'amour et de tartines de confiture... 

Quel délicieux goûter !

 

Bon dimanche à tous, je l'espère pour vous, entourés de votre famille !

 

C'était ma participation à #photodimanche sur le blog de Magda, sur le thème de l'été...

Venez nous rejoindre chez Magda

Venez nous rejoindre chez Magda

 

J'ai trempé mon doigt dans la confiture
turelure
Ça sentait les abeilles
Ça sentait les groseilles
Ça sentait le soleil
J'ai trempé mon doigt dans la confiture
Puis je l'ai sucé
Comme on suce les joues de bonne grand-maman
Qui n'a plus mal aux dents
Et qui parle de fées...
Puis je l'ai sucé
Sucé
Mais tellement sucé
Que je l'ai avalé.

 

René de Obaldia, Les innocentimes, ©Grasset

Partager cet article

Repost0
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 06:52
Cerises en préparation...

Cerises en préparation...

 

Pour un bocal en verre de contenance totale d'un litre...

- 300 g de griottes

- 2 cuillères à soupe de sucre en poudre

- la quantité d'eau de vie pour fruits à 45 ° pour les recouvrir...

 

OU BIEN (si vous préférez car c'est plus précis)

- 1 kg de cerises

- 0.8 litre d'eau de vie pour fruits

- 100 g de sucre

 

 

Comment faire ?

 

C'est très simple ! 

 

1- Il faut couper les queues des cerises à 1 centimètre du fruit.

Les laver et les placer bien égouttées dans le bocal, sans tasser.

 

2- Verser dessus le sucre par dessus.

 

3- Remplir le bocal d'eau de vie jusqu'à recouvrir toutes les cerises.

 

4- Fermer hermétiquement le bocal. 

 

Personnellement, je ne place jamais la préparation au soleil...

Les premiers jours, il faudra renverser le bocal 2 ou 3 fois par jour pour favoriser la dissolution du sucre.

 

Vous pourrez observer que l'alcool se colore petit à petit...

 

C'est bon signe !

Placer ensuite les bocaux à l'obscurité pendant 3 mois.

L'idéal est même de les oublier jusqu'aux vacances de noël. 

 

Au bout de ce temps, vous pourrez ouvrir le bocal pour les déguster en famille ou avec des amis, au coin du feu...ce qui ne manquera pas de vous rappeler les jours d'été !

 

Cerises au bout d'un mois de macération

Cerises au bout d'un mois de macération

 

En fait, j'en fais très peu chaque année, car ce n'est pas toujours facile de trouver des griottes. 

Si par hasard, vous les gardez trop longtemps au fond de votre placard, les cerises n'auront plus aucun goût, mais l'alcool sera devenu si parfumé que vous pourrez vous en servir pour parfumer vos gâteaux...

 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -