Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 05:21

 

Aujourd'hui je vous montre tout simplement quelques-unes des confitures et conserves que j'ai réalisées durant l'été et en ce début d'automne. 

 

En ce qui concerne les confitures, certaines ont déjà été distribuées aux enfants ou dégustées pendant les vacances par les gourmands.  

Après les confitures de fraises et d'abricots, et les abricots au naturel que je vous ai déjà montré cet été ICI et ICI j'ai confectionné des gelées de groseilles et des confitures de griottes avec les fruits de mon jardin de Haute-Loire. 

Abricots, fraises, groseilles et griottes...

Abricots, fraises, groseilles et griottes...

Puis le temps des confitures d'automne est arrivé mûres sauvages, quetsches du jardin de Haute-Loire et figues gentiment données par ma voisine, en Provence.

Mûres, prunes rouges et figues...

Mûres, prunes rouges et figues...

J'ai fait aussi, comme chaque année, des cornichons au vinaigre dont mes enfants raffolent. 

Cornichons au vinaigre

Cornichons au vinaigre

Puis une fois de retour en Provence, j'ai réalisé quelques bocaux de tomates au naturel et de ratatouille que nous serons bien contents de retrouver pour faire entre le soleil dans la cuisine et sur notre table en plein hiver.

Tomates au naturel et ratatouille
Tomates au naturel et ratatouille

Tomates au naturel et ratatouille

Et voilà pour ces quelques réalisations culinaires qui comme vous vous en doutez me prennent du temps, mais je les fais toujours avec grand plaisir !

C'est tellement agréable de les retrouver ensuite en cours d'année et surtout de les partager...

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 05:19
Fleurs d'été en Haute-Loire

Fleurs d'été en Haute-Loire

Mieux vaut tard que jamais, il était temps aujourd'hui, en ce début d'automne que je vous montre quelques fleurs sauvages de Haute-Loire qui fleurissent en été. 

Malgré le manque d'eau qui a perturbé leur floraison cette année, il y a eu de belles fleurs jusqu'à environ la mi-juillet, ensuite tout était brûlé par le soleil.  

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous ai déjà montré sur ce blog quelques éléments de la flore altiligérienne, lors de nos balades d'été comme ICI sur le Mont Mézenc, ICI l'été dernier, ou encore ICI

 

Voici tout d'abord celles que j'ai eu le plus de plaisir à découvrir durant cet été : des lys Martagon (une espèce protégée dans plusieurs régions de France !) et des Céphalanthères roses (ou rouges ?) que je n'avais pas vu dans la nature depuis très longtemps. 

Des lys martagon
Des lys martagon

Des lys martagon

Céphalanthère rouge (Orchidée d'été)

Céphalanthère rouge (Orchidée d'été)

Les autres sont moins rares et poussent partout au bord des champs.

Je vous les montre juste pour le plaisir des yeux.

 

Si vous le désirez vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus...

 

Campanules (deux espèces différentes)
Campanules (deux espèces différentes)Campanules (deux espèces différentes)

Campanules (deux espèces différentes)

Oeillets (trois espèces différentes)
Oeillets (trois espèces différentes)
Oeillets (trois espèces différentes)

Oeillets (trois espèces différentes)

Centaurées
Centaurées
Centaurées

Centaurées

Silène, ancolie, et mauve
Silène, ancolie, et mauve
Silène, ancolie, et mauve

Silène, ancolie, et mauve

Vipérine
Vipérine

Vipérine

Notre article du jour est terminé. J'espère que vous avez aimé la balade dans la nature et eu du plaisir à découvrir ces fleurs. 

 

L'été s'en est allé, alors...profitez bien de la douceur de l'automne !

A bientôt pour d'autres balades dans la région

A bientôt pour d'autres balades dans la région

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 05:11
Vues générales de mon jardin potager
Vues générales de mon jardin potager

Vues générales de mon jardin potager

En Haute-Loire, nous avons la chance d'avoir un grand jardin potager que mon mari prend de plus en plus de plaisir à aménager et à cultiver.

Cette année n'a pas été pour autant propice au jardinage. Tout d'abord, le confinement ne nous a pas permis d'effectuer le travail de la terre, puis les semis en avril-mai comme habituellement. Puis nous avons été coincés lors du déconfinement de mai par l'éloignement avec la barre des 100 km à ne pas franchir.

Finalement en juin, nous avons décidé de monter en Haute-Loire et avons trouvé à notre arrivée la sécheresse et, des nuits encore trop fraîches ne dépassant pas 6° (à 1000 mètres d'altitude c'est fréquent) nuisant à la levée des graines et des plants. 

 

Heureusement, nous avions prévu le coup et effectué certains plants dans des pots. 

Ont été repiqués en juin des courgettes, courges, potirons et potimarrons, des cardes, des salades, des cornichons, des concombres et des tomates.

Ont été mis en terre directement des haricots verts et cocos, des betteraves, des oignons, des poirées, du persil (qui n'a jamais levé) et autre légumes. 

Le résultat  n'a pas été à la hauteur de nos attentes et des étés précédents, mais nous avons bien profité des courgettes, des haricots verts, des poirées avant qu'un rat-taupier ne s'en délecte aussi.

Courgettes, haricots verts et poiréeCourgettes, haricots verts et poirée
Courgettes, haricots verts et poiréeCourgettes, haricots verts et poirée

Courgettes, haricots verts et poirée

Mon mari a eu la main très verte pour les salades. Nous avons eu quelques "monstres" cependant très tendres. 

Salades
Salades

Salades

A ce jour, nous attendons toujours que quelques tomates mûrissent.

Les tomatesLes tomates

Les tomates

Concombres et cornichons ont donné régulièrement mais pas abondamment. 

ConcombresConcombres

Concombres

Cornichons
CornichonsCornichons

Cornichons

Les courges, potirons et potimarrons ne seront ramassés qu'en automne...

Courges et autres cousines
Courges et autres cousinesCourges et autres cousines
Courges et autres cousinesCourges et autres cousines

Courges et autres cousines

Enfin, de nombreux fruits ont fait le plaisir des grands et des petits. 

Je ramasse les groseilles au fur et à mesure de leur maturité et les place au congélateur. Puis, en fin de saison, j'en fais des gelées selon la recette publiée ICI

Les groseilles...Les groseilles...

Les groseilles...

Nous avons aussi profité des pruniers...

Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers
Les pruniers

Les pruniers

A l'automne, j'espère que les coings arriveront à maturité.

Mais c'est l'année prochaine que nous espérons avoir du raisin sur les boutures de vignes, plantées à plusieurs endroits dans le jardin. 

Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin
Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin

Le cognassier et une des vignes plantée dans le jardin

Comme je l'ai mentionné plus haut,  des rats-taupiers ont envahi le jardin (mais pas que le nôtre) anéantissant en partie le travail du jardinier, et les espoirs de la cuisinière.

Notre voisin nous a gentiment aidé à les piéger. Je n'aime pas faire ça, mais cette année, ils ont occasionné de nombreux dégâts et nous n'avions pas le choix.  

Deux des pièges installés dans le jardinDeux des pièges installés dans le jardin

Deux des pièges installés dans le jardin

Pour info, comme vous êtes déjà très nombreux à le faire sur vos propres blogs, cette année je ne publierai plus le samedi. Etant donné que je ne publie déjà plus le dimanche, le blog sera donc en mini-pause tous les week-end.

Il pourra arriver que je vienne tout de même visiter vos blogs ces jours-là,  si la météo ne me permet pas d'aller faire une randonnée ou si j'ai tout simplement pris du retard dans la semaine pour venir lire vos articles : j'aurai ainsi plus de temps et encore plus de plaisir à le faire, car je suis toujours très occupée dans la semaine par de nombreuses activités et, je n'ai pas toujours le temps de venir quotidiennement mettre un commentaire sur tous mes blogs préférés.

C'est aussi l'occasion pour moi, de vous rappeler que tous mes articles sont programmés parfois longtemps à l'avance.

 

Bon week-end à tous, à lundi ! 

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 05:17
Que faire avec des abricots cet été ?

Que faire avec des abricots cet été ?

 

Gorgé de soleil et ramassé mûr, l'abricot est un fruit d'été plein de vitamines et de minéraux : c'est un excellent antioxydant.

Ses nutriments sont exceptionnels et favorables à la santé. Tout d'abord, il facilite la digestion et détoxifie le corps. Sa richesse en vitamines A et E le rend excellent pour booster notre immunité, prévenir les maladies des yeux et régénérer la peau, les cheveux et toutes nos cellules.  Sa richesse en vitamines B et C ainsi que la présence de fibres, aident à la prévention des maladies cardio-vasculaires et en particulier, à faire baisser le taux de "mauvais" cholestérol.

C'est un fruit également riche en magnésium, potassium, fer et cuivre. Il permet de lutter contre l'anémie, de remettre en forme un convalescent ou de lutter contre la fatigue musculaire liée à la pratique sportive intense. 

 

Alors pourquoi s'en priver... d'autant plus que consommé frais (à l'inverse des abricots secs), il est très peu calorique. 

Que pouvez-vous faire avec ce fruit gorgé de soleil ? 

 

Comme beaucoup d'entre vous, j'en fais régulièrement des compotes et des confitures qui régalent nos papilles tout l'hiver. Vous pouvez laisser les fruits en morceaux ou bien  les mixer. 

Une des utilisations les plus fréquentes est d'en faire des desserts comme des tartes, des gâteaux ou des clafoutis... 

Quand j'en ai beaucoup, je réalise aussi des conserves au naturel

Et si vous manquez d'idées, vous pouvez aussi aller visiter d'autres blogs. Vous y trouverez d'autres recettes toutes plus appétissantes les unes que les autres...

Pas besoin d'être de grands cuisiniers, ce fruit s'adapte parfaitement à l'été, aux desserts comme aux plats sucrés-salés et c'est la réussite assurée ! 

Et vous, que cuisinez vous avec les abricots ?

N'hésitez pas à laisser un lien vers votre blog et vos recettes préférées ! 

 

Pour info à partir d'aujourd'hui, le mois de juillet me trouvant bien plus occupée que prévue, je ne publierai plus que les lundis, mercredis et vendredis. Je viendrai donc vous voir de manière plus irrégulière ces prochains jours et certainement en décalé, en fonction de mes possibilités, mais je ne vous oublierai pas pour autant, c'est promis ! 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 05:44
La forêt telle qu'on l'aime en été...

La forêt telle qu'on l'aime en été...

Je vous ai déjà emmené dans les bois de Varennes l'été dernier ICI, et au printemps dernier ICI . C'est une balade bucolique d'environ 6 à 7 kilomètres (ou davantage selon le circuit) qui nous permet de nous ressourcer.

Quel que soit le circuit que nous choisissons, nous aimons marcher sur ce petit chemin...

Le soleil perce à travers les feuilles et le sous-bois est bien agréable. 

Nous aimons marcher sur ce petit chemin...

Nous aimons marcher sur ce petit chemin...

La forêt est toujours fraîche même en plein été. 

La forêt est toujours fraîche...
La forêt est toujours fraîche...

La forêt est toujours fraîche...

Les épicéas (Picea abies) vus de plus près : cônes et jeunes pousses
Les épicéas (Picea abies) vus de plus près : cônes et jeunes pousses

Les épicéas (Picea abies) vus de plus près : cônes et jeunes pousses

Des plantations avec des arbres bien trop alignés, on aime moins !

Des plantations avec des arbres bien trop alignés, on aime moins !

Nous aimons découvrir les fleurs en été, dans les bois ou en lisière de la forêt, au bord des champs cultivés ou des prairies... 

Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...
Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...
Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...
Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...
Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...
Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...

Digitale pourpre (Digitalis purpurea) , globulaire, rosier sauvage à fleurs roses foncées...

Petites pensées sauvages tricolores (Viola tricolor) au bord du chemin
Petites pensées sauvages tricolores (Viola tricolor) au bord du chemin
Petites pensées sauvages tricolores (Viola tricolor) au bord du chemin
Petites pensées sauvages tricolores (Viola tricolor) au bord du chemin
Petites pensées sauvages tricolores (Viola tricolor) au bord du chemin

Petites pensées sauvages tricolores (Viola tricolor) au bord du chemin

Bleuets ( Centaurea cyanus) au bord des champs cultivés
Bleuets ( Centaurea cyanus) au bord des champs cultivés
Bleuets ( Centaurea cyanus) au bord des champs cultivés
Bleuets ( Centaurea cyanus) au bord des champs cultivés
Bleuets ( Centaurea cyanus) au bord des champs cultivés

Bleuets ( Centaurea cyanus) au bord des champs cultivés

De l'autre côté de la forêt, nous arrivons au hameau du Vernet dont je vous ai déjà parlé souvent.

L'arrivée au hameau du Vernet
L'arrivée au hameau du Vernet
L'arrivée au hameau du Vernet

L'arrivée au hameau du Vernet

Les champs sont repeints en vert et jaune par des genêts rampants
Les champs sont repeints en vert et jaune par des genêts rampants

Les champs sont repeints en vert et jaune par des genêts rampants

Puis, nous revenons par un autre chemin jusqu'à la voiture pour effectuer une boucle. Par là il y a davantage de feuillus. 

J'ai fait la connaissance du "red and black froghopper" des anglais, la "grenouille sauteuse rouge et noire" qui n'est autre que cette petite bestiole, proche des cigales : le cercope sanguin, un suceur de sève qui saute quand on le dérange d'où son nom anglais. En fait c'est sa couleur rouge qui lui a donné son nom français car il se contente de sucer...la sève des plantes.

 

Un cercope sanguin (Cercopis vulnerata) dans la forêt

Un cercope sanguin (Cercopis vulnerata) dans la forêt

Des charmes plutôt rares dans la région
Des charmes plutôt rares dans la région
Des charmes plutôt rares dans la région

Des charmes plutôt rares dans la région

Des faines de hêtres (Fagus sylvatica)
Des faines de hêtres (Fagus sylvatica)

Des faines de hêtres (Fagus sylvatica)

Et toujours ces paysages apaisants...

Et toujours ces paysages apaisants...

Voilà j'espère que cette balade à 1 000 mètres d'altitude vous a fait du bien, comme à moi. 

Bon week-end à tous ! 

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 05:15
Un régal pour les yeux (photo empruntée à mon mari...)

Un régal pour les yeux (photo empruntée à mon mari...)

Ici en Haute-Loire, c'est la fin de la saison pour les fraises, je suis donc allée directement chez un producteur pour en acheter. 

En Provence, ce printemps, j'avais déjà fait de la confiture de rhubarbe-fraise selon la recette que je vous ai déjà donné sur le blog ICI. Mais les fraise, employées toutes seules, donnent une confiture délicieuse que toute la famille adore. On peut aussi les mixer avant ou après cuisson pour en faire de la marmelade.  

Pour la réalisation de cette confiture de fraises, il vous faut garder les proportions suivantes : pour 1 kg de fruit trié, compter 700 g de sucre et 1/2 citron en jus. 

- Laver rapidement les fraises et les couper en morceaux.

- Les placer dans une grande jatte en alternant les fruits et le sucre.

- Verser le jus de citron au-dessus. 

- Laisser macérer ainsi toute une nuit. Perso j'aime bien remuer une fois pendant la soirée, ne serait-ce que pour sentir l'odeur délicieuse qui se dégage de la préparation ! 

Les fraises tirées, juste avant de les mettre à macérer...

Les fraises tirées, juste avant de les mettre à macérer...

- Le lendemain, remuer délicatement...

- Quand le sucre est fondu, passer la préparation à la passoire fine pour récupérer le jus.

- Le mettre à chauffer dans le faitout qui servira à cuire la confiture et le faire bouillir à gros bouillons pendant 10 à 15 minutes maximum. Cela permet de réduire le "sirop" et de diminuer d'autant la cuisson des fruits, donc leur goût. N'oublier pas d'écumer car cette confiture produit toujours beaucoup d'écume. 

Séparer les fraises et le jus...
Séparer les fraises et le jus...

Séparer les fraises et le jus...

- Quand le temps est écoulé, ajouter les fraises et laisser reprendre l'ébullition. Écumer à nouveau. 

- Faire cuire environ 25-30 minutes à feu vif, en remuant souvent. Les fruits deviennent translucides et s'écrasent facilement, mais gardent leur belle couleur rouge. 

Mettre à cuire pour environ 25 minutes

Mettre à cuire pour environ 25 minutes

La confiture de fraises ne "prend" pas toujours très bien et, avec cette méthode en deux temps, qui permet de réduire le jus, je trouve qu'elle est parfaite. 

Personnellement, j'aime bien mettre un petit coup de mixer plongeant, avant de mettre la confiture en pots, de retourner les pots, et de les laisser refroidir. Mais vous pouvez aussi la laisser en morceaux. 

Il ne reste plus qu'à étiqueter vos pots et à les distribuer aux gourmands qui vous entourent, en espérant qu'il en reste encore quelques pots pour cet hiver. 

A présent, les pots peuvent être rangés dans le confiturier !
A présent, les pots peuvent être rangés dans le confiturier !

A présent, les pots peuvent être rangés dans le confiturier !

Bon week-end à tous ! 

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 05:17
Le Mont Mézenc en été avec ses deux sommets...

Le Mont Mézenc en été avec ses deux sommets...

Je vous propose aujourd'hui une balade nature, au pied du plus haut sommet de Haute-Loire : Le Mont Mézenc. Ce sommet fait partie du Massif du Mézenc, une chaîne de montagnes dont le sommet le plus connu est le Mont Gerbier de Jonc, où se situent les sources de la Loire. 

 

Le Mont Mézenc est un sommet montagneux d'origine volcanique situé à la limite de deux départements : la Haute-Loire et l'Ardèche. Nous ne sommes pas montés au sommet lors de notre balade car il y avait bien trop de touristes et nous retournerons faire la balade hors saison pour le plaisir peut-être de croiser les marmottes qui ont été introduites sur ses versants dans les années 80. 

Ce qui est amusant c'est qu'il est constitué de deux sommets distincts, distants de 500 mètres, comme vous le voyez sur ma première photo.

Le sommet le plus au sud est celui situé en Ardèche et culmine à 1753 mètres d'altitude, tandis que celui qui est le plus au nord, situé en Haute-Loire, se distingue par la présence d'une croix et ne culmine qu'à 1744 mètres.  

Pour info, la croix en fer a été installée à la fin de la guerre par les prisonniers français à leur retour des camps allemands. 

 

Nous nous sommes contentés de nous balader à ses pieds et de profiter des paysages. 

Différentes vues du Mont MézencDifférentes vues du Mont Mézenc
Différentes vues du Mont MézencDifférentes vues du Mont Mézenc

Différentes vues du Mont Mézenc

Le Mont Mézenc est entouré de plateaux basaltiques d'où émergent de nombreux rochers. 

 

De nombreux rochers parsèment le paysageDe nombreux rochers parsèment le paysage
De nombreux rochers parsèment le paysageDe nombreux rochers parsèment le paysage

De nombreux rochers parsèment le paysage

Au pied des rochers, le paysage est constitué de landes fleuries composées de genévriers nains, de séneçons argentés et de raisin d'ours.  

Les paysages
Les paysages
Les paysages
Les paysages

Les paysages

Le séneçon argenté
Le séneçon argenté

Le séneçon argenté

Les versants offrent des forêts de conifères très variées parcourues par des petits ruisseaux et des sentiers.

Les ruisseaux et  sentiers forestiers
Les ruisseaux et  sentiers forestiers
Les ruisseaux et  sentiers forestiers

Les ruisseaux et sentiers forestiers

Dans le sous-bois clair poussent des myrtilles, des framboisiers et des bruyères. 

Le sous-bois
Le sous-bois
Le sous-bois

Le sous-bois

Les bruyères
Les bruyèresLes bruyères

Les bruyères

C'est une zone très riche tant au niveau de la faune que de la flore, ce qui explique que la région soit classée "Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique" et "Natura 2000". 

 

Le Mont Mézenc est situé sur la ligne de partage des eaux entre l'Atlantique et la Méditerranée. 

Ligne de partage des eaux...
Ligne de partage des eaux...Ligne de partage des eaux...

Ligne de partage des eaux...

Près du Mont Mézenc se trouve la petite station de ski des Estables et de très jolies fermes anciennes aux toitures basses qui sont adaptées aux hivers rigoureux et aux vents violents d'antan...

L'activité en dehors de la station est essentiellement agricole et en particulier, liée à l'élevage, un élevage qui bénéficie d'un AOC, "le Fin Gras du Mézenc"...pour ceux qui veulent en savoir plus. 

Les Estables et les zones d'élevage
Les Estables et les zones d'élevageLes Estables et les zones d'élevage
Les Estables et les zones d'élevageLes Estables et les zones d'élevage
Les Estables et les zones d'élevageLes Estables et les zones d'élevage

Les Estables et les zones d'élevage

Voilà notre balade est terminée pour aujourd'hui. Prochainement nous continuerons nos vacances virtuelles en Haute-Loire, enfin, comme d'habitude... si vous le voulez bien !

A bientôt pour d'autres balades

A bientôt pour d'autres balades

Partager cet article

Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 05:24

 

Malgré le confinement, nous voilà pour une bonne quinzaine de jours en vacances virtuelles en Haute-Loire, où j'avais prévu de passer un mois de vacances. Vous êtes partants j'espère ! 

Autant profiter de cette période pour sortir quelques photos prises l'été dernier et pas encore montrées sur le blog. 

 

Aujourd'hui, juste pour le plaisir des yeux, je vous propose quelques papillons vus tout simplement sur les lavandes de mon jardin. J'ai marqué leur nom commun sous mes photos...sauf erreur de ma part bien entendu. N'hésitez pas à me corriger si je me suis trompée.

 

Le dernier dont je ne connaissais pas le nom a été identifié par Domi et Plume (voir leurs commentaires ci-dessous) comme appartenant à la famille des Hesperidae. Il s'agit bien d'une hespéride : soit Hespérie de la Houque ou fauvet à bande noire (Thymelicus sylvestris), comme le propose Plume, ou bien, Hespérie du chiendent (= Thymelicus acteon) qui lui ressemble beaucoup mais dont la bande noire est plus discrète. 

Merci à tous les deux de m'avoir permis de l'identifier !  

 

Et comme d'habitude, n'oubliez pas d'agrandir les photos si vous le désirez en cliquant dessus...

 

 

 Le Flambé
 Le Flambé

Le Flambé

Le Petit nacré
Le Petit nacré

Le Petit nacré

Le Gazé

Le Gazé

Le vulcain
Le vulcain
Le vulcain

Le vulcain

Le tabac d'Espagne
Le tabac d'Espagne
Le tabac d'Espagne

Le tabac d'Espagne

La Vanesse de l'ortie ou petite tortue
La Vanesse de l'ortie ou petite tortue

La Vanesse de l'ortie ou petite tortue

La Belle-Dame ou Vanesse des chardons
La Belle-Dame ou Vanesse des chardons

La Belle-Dame ou Vanesse des chardons

Une Hespéride (Hespérie de la Houque ? Hespérie du chiendent ?)
Une Hespéride (Hespérie de la Houque ? Hespérie du chiendent ?)

Une Hespéride (Hespérie de la Houque ? Hespérie du chiendent ?)

Bonne semaine à tous, et surtout...

Restez à la maison ! 

Quelques papillons d'été / Balade en Haute-Loire

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 05:04

 

Et comme vous le savez-tous, l'été est bien fini même si dans le sud il joue les prolongations, en nous proposant encore chaleur et soleil...

Céline pour son défi "Avec vos dix doigts" numéro 52 (déjà !) auquel je participe depuis peu, a choisi cette couleur pour son thème de l'été.

 

Le jaune m'inspire peu, ce n'est pas une couleur que j'affectionne beaucoup, sauf par toutes petites touches, car elle donne beaucoup de clarté dans un tableau, comme dans la nature, le jardin ou la maison d'ailleurs. Néanmoins après plusieurs essais, je lui ai envoyé ces deux aquarelles, n'arrivant pas à choisir l'une plutôt que l'autre.

Des tournesols au bord du chemin

Des tournesols au bord du chemin

Un coucher de soleil...

Un coucher de soleil...

Et voilà, pour le simple plaisir des yeux, le lien indispensable pour découvrir les autres participations (photos, textes, tableaux, poèmes...) ci-dessous...

 

Et si vous désirez participer au prochain défi, pour les consignes, c'est ICI. Je ne connais pas encore le sujet à ce jour...alors ce sera une surprise ! 

Bonne semaine à tous...

Partager cet article

Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 05:15
La mauve musquée (Malva moschata)

La mauve musquée (Malva moschata)

Cette année, à cause de la sécheresse et des fortes chaleurs, la flore de Haute-Loire était moins variée et moins abondante qu'habituellement en été. 

De plus, dès la fin du mois de juillet, beaucoup de plantes étaient déjà fanées et donc en fruits, comme dans nos jardins d'ailleurs.

Mais, juste pour le plaisir, je ne résiste pas à vous montrer tout de même quelques photos, prises au cours de l'été lors de nos balades nature, au bord des chemins...

 

Tout d'abord la mauve musquée qui est une espèce beaucoup moins commune que la mauve sylvestre. Il faut savoir que toute la plante est comestible et que vous pouvez donc agrémenter vos salades avec ses fleurs ou ses jeunes feuilles, ou bien les consommer en tisanes. 

La mauve musquée (autres photos)
La mauve musquée (autres photos)
La mauve musquée (autres photos)

La mauve musquée (autres photos)

A l'inverse, la digitale est une plante toxique. Elle contient de la digitaline. La plus fréquente en Haute-Loire est la digitale jaune :  il y en a partout au bord des chemins. 

La digitale jaune (Digitalis lutea)
La digitale jaune (Digitalis lutea)
La digitale jaune (Digitalis lutea)

La digitale jaune (Digitalis lutea)

Sur les murs de pierre, nous avons souvent des sedums, des joubarbes et autres crassulacées. En juillet les sedums jaunes étaient abondamment fleuris. 

Un sedum que je n'ai pas déterminéUn sedum que je n'ai pas déterminé

Un sedum que je n'ai pas déterminé

Le long des sentiers mais aussi dans les jardins et les clairières, on croise aussi l'achillée millefeuille dont les fleurs sont de couleur blanche, mais parfois elles peuvent être rosées...

 

L'achillée millefeuille (Achillea millefolium) blanche et roseL'achillée millefeuille (Achillea millefolium) blanche et rose
L'achillée millefeuille (Achillea millefolium) blanche et rose
L'achillée millefeuille (Achillea millefolium) blanche et roseL'achillée millefeuille (Achillea millefolium) blanche et rose

L'achillée millefeuille (Achillea millefolium) blanche et rose

En lisière des forêts, nous avons souvent de vastes étendues colonisés par cette belle épilobe à la floraison abondante. On l'appelle aussi le laurier de Saint-Antoine. Il en existe plusieurs variétés reconnues pour leurs vertus médicinales et utilisées par les phytothérapeutes. 

L'épilobe (Épilobium parviflorum)
L'épilobe (Épilobium parviflorum)

L'épilobe (Épilobium parviflorum)

Une autre espèce d'épilobe, l'Epilobe hirsute (Epilobium hirsutum) colonise les bords des ruisseaux, les lisières humides et les fossés...

L'épilobe hirsute
L'épilobe hirsute

L'épilobe hirsute

Enfin au bord des champs de céréales, on trouve une plante semi-parasite dont les racines sucent celles des autres plantes : c'est le rhinanthe crête de coq (sans nul doute le Rhinanthus alectorolophus au calice velu).  Il suffit de regarder de près la fleur pour comprendre d'où vient son nom. 

Le rhinanthe (Rhinanthus...)
Le rhinanthe (Rhinanthus...)Le rhinanthe (Rhinanthus...)

Le rhinanthe (Rhinanthus...)

Et bien entendu, les bleuets sont toujours là pour notre plus grand plaisir...

Les bleuets au milieu des champs de céréales
Les bleuets au milieu des champs de céréales
Les bleuets au milieu des champs de céréales

Les bleuets au milieu des champs de céréales

Autres fleurs présentes en Haute-Loire, en été...

Plusieurs espèces de campanules, des centaurées, des œillets, et des inconnues dont je vous montre un  petit aperçu ci-dessous. 

 

N'oubliez pas que vous pouvez toujours agrandir les photos en cliquant dessus ! 

Une des campanules de Haute-Loire

Une des campanules de Haute-Loire

Des centaurées...
Des centaurées...

Des centaurées...

Un oeillet non déterminé

Un oeillet non déterminé

La Jacobée (ou Séneçon de Jacob). Merci à Marine de m'avoir dit son nom...

La Jacobée (ou Séneçon de Jacob). Merci à Marine de m'avoir dit son nom...

A bientôt pour d'autres découvertes !

A bientôt pour d'autres découvertes !

Partager cet article

Repost0
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 05:18
Les foins

Les foins

Pour poursuivre les plaisirs de l'été, je ne peux résister à partager aujourd'hui, quelques paysages de Haute-Loire, proches de ma maison de vacances. 

Bien entendu, quand nous sommes arrivés en juillet, les agriculteurs étaient en train de terminer les foins... 

Les foins...
Les foins...Les foins...
Les foins...Les foins...
Les foins...Les foins...

Les foins...

Partout, les champs sont cultivés en céréales par des éleveurs qui nourrissent leur bétail avec leur propre production, ou ceux qui ont besoin d'un supplément de revenus...

Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...
Des champs cultivés...

Des champs cultivés...

Dans les forêts, c'est bien agréable de se balader au frais et les chemins en lisière sont tous aussi agréables. 

En forêt...
En forêt...En forêt...
En forêt...En forêt...
En forêt...En forêt...

En forêt...

Nous faisons de belles rencontres...

De belles rencontres...
De belles rencontres...

De belles rencontres...

Et puis... le temps des moissons est arrivé. Comme d'habitude, il signe la fin des vacances...ou presque ! 

Les moissons
Les moissons

Les moissons

Très bientôt, nous ferons un petit tour d'horizon de la flore d'été, enfin comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 05:16
Quelques fleurs de mon jardin de Haute-Loire

Me voici de retour dans la blogosphère et, pour profiter encore un peu de l'été, je vous montre quelques fleurs de mon jardin de Haute-Loire qui a souffert cette année des périodes de canicule, comme tous nos jardins de ville ou de campagne et bien entendu, la nature autour de nous.

 

Canicule ou pas quand j'arrive là-bas, devant la maison, c'est un vrai fouillis qu'il faut discipliner pour avoir un peu d'espace car le jardin est minuscule. 

Un vrai fouillis !

Un vrai fouillis !

Les roses trémières se plaisent et envahissent tout, il faut même que j'en arrache...c'est un comble pour moi qui les adore !

Les rouges sont les plus belles...je trouve. 

Les rouges
Les rouges
Les rouges

Les rouges

Quoi que, j'aime bien les roses aussi ! En plus, elles ont plusieurs teintes et des pétales presque transparents selon la lumière...

Un rose un peu saumon...Un rose un peu saumon...

Un rose un peu saumon...

Un rose bien rose, même assez soutenu
Un rose bien rose, même assez soutenu
Un rose bien rose, même assez soutenu

Un rose bien rose, même assez soutenu

Un rose pâle et tellement transparent...
Un rose pâle et tellement transparent...
Un rose pâle et tellement transparent...
Un rose pâle et tellement transparent...

Un rose pâle et tellement transparent...

J'ai aussi des lavandes qui se plaisent beaucoup au soleil et sont plus belles que celles que je possède en Provence. 

Les lavandes Les lavandes

Les lavandes

Parmi les lavandes, quelques coquelourdes ont résisté à la sécheresse...

Les coquelourdes au milieu des lavandesLes coquelourdes au milieu des lavandes

Les coquelourdes au milieu des lavandes

Mais les pieds d'alouettes, eux, sont bien maigrichons cette année : ils ont manqué d'eau...

Les pieds d'alouetteLes pieds d'alouette

Les pieds d'alouette

Plus loin, la tanaisie éclaire le jardin de son jaune lumineux...

La tanaisie
La tanaisieLa tanaisie

La tanaisie

Finalement, ce sont les sedums qui ont le mieux résisté à la canicule...Seuls les roses ont fleuri ! 

Les sedumsLes sedums
Les sedumsLes sedums

Les sedums

Contente de vous retrouver après ma pause estivale !

Se déconnecter, fait du bien et je n'ai pas manqué d'occupation, ni de lectures, mais je ne vous ai pas oublié pour autant et promis,  je viens vous voir dès que possible.

 

Cette semaine entre deux lectures de vacances, nous continuerons à profiter encore un peu de l'été et je vous montrerai quelques paysages et quelques éléments de la flore de Haute-Loire, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien !

Mon Iris  (21 ans presque et demi) est toujours là et elle a apprécié la fraîcheur et l'altitude

Mon Iris (21 ans presque et demi) est toujours là et elle a apprécié la fraîcheur et l'altitude

Et voilà la maison durant le mois d'août ! Vous voyez LA différence ?

Et voilà la maison durant le mois d'août ! Vous voyez LA différence ?

Partager cet article

Repost0
2 août 2019 5 02 /08 /août /2019 05:25
Les calamars marinés

Les calamars marinés

Ingrédients

3 ou 4 calamars

3 gousses d'ail

1 oignon doux

huile d'olive douce

le jus d'1/2 citron

sel, poivre

Persil haché 

piment (facultatif)

 

Très faciles à cuisiner, agréables en été, et surtout beaucoup plus vite cuits que les poulpes, je fais de temps en temps des calamars en salade...

 

1- Prendre 3 ou 4 calamars FRAIS et les trier (ou les faire trier par le poissonnier)

Pour cela tirer délicatement la tête qui va se détacher du corps en entraînant avec elle les entrailles. Couper les tentacules au-dessus des yeux et jeter le reste. 

 

Ouvrir ensuite le manteau pour qu'il puisse tenir à plat, enlever le cartilage côté extérieur et la peau de couleur rose qui le recouvre. En enlevant la peau, on peut  détacher ou pas les ailerons qui eux aussi sont recouverts de cette fine peau rose. 

 

Finir le nettoyage en enlevant les filaments qui restent collés, côté interne.

 

2 -Rincer et bien sécher tous les morceaux.

 

3 - Placer les morceaux sur une plaque, le barbecue ou un plat allant au four et les badigeonner d'huile d'olive. Faire légèrement griller en les retournant. Il faut surveiller la cuisson selon la grosseur et l'épaisseur de la chair. Quand ils sont tendres les retirer du feu et les laisser refroidir.

Vous pouvez aussi les faire cuire à la vapeur pour un plat encore plus léger. 

 

4- Pendant ce temps, éplucher 2 à 3 gousses d'ail et un oignon doux.

Émincer l'oignon finement et écraser l'ail. 

 

5- Couper les morceaux de calamars en lamelles. 

 

6- Dans un saladier mélanger calamars, persil haché, ail et oignon, jus de citron et piment (facultatif).

Verser l'huile d'olive pour bien imprégner les morceaux. 

 

7- Laisser macérer au frais plusieurs heures avant de servir. En principe, je les fais la veille pour le lendemain. 

 

Pour un apéro, couper les morceaux assez petits...

Pour servir en salade, ajouter sur la table des petits bols contenant des tomates, de la salade verte, du concombre, du riz, du boulgour ou des pommes-de-terre cuites à la vapeur, et laisser les convives se régaler en composant eux-mêmes leur assiette.

Vous pouvez aussi déguster les calamars seuls avec une tranche de bon pain. C'est ainsi que je les préfère...

Promis, un jour je penserai à vous faire toutes les photos, pas à pas.

 

Bon appétit ! 

 

Une idée de salade

Une idée de salade

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2019 4 25 /07 /juillet /2019 05:22
Salade de raie aux câpres

Salade de raie aux câpres

Je fais souvent cette salade agréable à manger en été quand il fait chaud. Elle représente à elle seule un plat complet. 

 

1- Acheter une aile de raie pour deux personnes (selon grosseur)

La rincer et la faire cuire soit au court bouillon, soit à la vapeur alors qu'elle est très fraîche. La raie prend un goût fort quand on la fait attendre. 

2- La trier alors qu'elle est encore tiède en détachant des filets de chair du cartilage. Puis laisser refroidir.

3- Pendant ce temps préparer les ingrédients qui composeront votre salade, au choix. 

- Faire cuire 1 pomme-de-terre par personne à la vapeur (ou un peu de riz).

- Laver et couper les tomates et le concombre. Je ne mets jamais de poivrons. 

- Laver le persil et l'émincer grossièrement avec des ciseaux. 

- Trier et émincer un oignon doux. 

- Faire cuire des œufs durs éventuellement...

 

Préparer ensuite la sauce aux câpres et aux anchois. 

- Écraser à la fourchette deux ou trois filets d'anchois à l'huile, les allonger d'huile d'olive, d'un peu de citron (ou de vinaigre de cidre) et 1 bonne cuillère à soupe de câpres (vous pouvez utiliser le vinaigre des câpres). Saler peu (à cause des anchois) et poivrer. 

- Agrémenter avec du persil de préférence (mais la coriandre convient très bien si vous aimez).

La sauce peut se servir froide ou tiède, personnellement je la préfère froide en été. 

Vous pouvez laisser libre choix aux convives de rajouter ou pas un filet  de citron.

Sauce aux anchois et aux câpres

Sauce aux anchois et aux câpres

Vous dresserez ensuite les assiettes si vous le désirez ou bien vous présenterez cette salade dans un plat unique. 

Et en Provence, on n'oublie jamais quelques olives pour le plaisir des yeux et ouvrir l'appétit quand il fait chaud (j'ai fait les photos avant de les mettre)...

 

Bon appétit ! 

Vous avez le choix...​​​​​​​Bon appétit ! 
Vous avez le choix...​​​​​​​Bon appétit ! 

Vous avez le choix...​​​​​​​Bon appétit ! 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -