Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 05:21

 

Aujourd'hui je vous montre tout simplement quelques-unes des confitures et conserves que j'ai réalisées durant l'été et en ce début d'automne. 

 

En ce qui concerne les confitures, certaines ont déjà été distribuées aux enfants ou dégustées pendant les vacances par les gourmands.  

Après les confitures de fraises et d'abricots, et les abricots au naturel que je vous ai déjà montré cet été ICI et ICI j'ai confectionné des gelées de groseilles et des confitures de griottes avec les fruits de mon jardin de Haute-Loire. 

Abricots, fraises, groseilles et griottes...

Abricots, fraises, groseilles et griottes...

Puis le temps des confitures d'automne est arrivé mûres sauvages, quetsches du jardin de Haute-Loire et figues gentiment données par ma voisine, en Provence.

Mûres, prunes rouges et figues...

Mûres, prunes rouges et figues...

J'ai fait aussi, comme chaque année, des cornichons au vinaigre dont mes enfants raffolent. 

Cornichons au vinaigre

Cornichons au vinaigre

Puis une fois de retour en Provence, j'ai réalisé quelques bocaux de tomates au naturel et de ratatouille que nous serons bien contents de retrouver pour faire entre le soleil dans la cuisine et sur notre table en plein hiver.

Tomates au naturel et ratatouille
Tomates au naturel et ratatouille

Tomates au naturel et ratatouille

Et voilà pour ces quelques réalisations culinaires qui comme vous vous en doutez me prennent du temps, mais je les fais toujours avec grand plaisir !

C'est tellement agréable de les retrouver ensuite en cours d'année et surtout de les partager...

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:23
Près de Vernègues (13) à l'automne

Près de Vernègues (13) à l'automne

Retournons un peu près de Vernègues où nous sommes déjà allés souvent nous promener, pour profiter des dernières couleurs d'automne...  La balade dans la plaine est courte mais permet de prendre l'air. Partis sous un ciel clair, nous avons pris la pluie au retour.

Quand nous faisons ce circuit, nous partons toujours de la chapelle Saint-Symphorien...que je ne me lasse pas d'admirer en toutes saisons.

 

 

La Chapelle Saint-Symphorien

La Chapelle Saint-Symphorien

Tout à côté, il y a un joli mas provençal qui nous fait rêver...

Photo du mas prise du portail

Photo du mas prise du portail

Puis nous empruntons le chemin qui passe sous le TGV pour traverser des vignes...

Les vignobles à l'automne
Les vignobles à l'automne

Les vignobles à l'automne

Nous admirons au passage le Pavillon Victoire en empruntant l'allée de chênes. Je ne peux résister à vous le montrer à nouveau...

Le Pavillon Victoire
Le Pavillon Victoire

Le Pavillon Victoire

Le but est de rejoindre le Domaine de Château-Bas (qui entre parenthèse propose des vins renommés) et de le contourner.

Le Domaine de Château-BasLe Domaine de Château-Bas
Le Domaine de Château-Bas
Le Domaine de Château-BasLe Domaine de Château-Bas

Le Domaine de Château-Bas

Nous aimons alors faire une petite halte au pied du Temple de Diane, dont je vous avais parlé ICI, et de la jolie chapelle Saint-Césaire qui je vous le rappelle encore, sont dans  une propriété privée que nous avons le droit de traverser, grâce à la gentillesse des propriétaires, et bien entendu, dans le respect de ce lieu magique qui nous plonge dans le passé... 

Le Temple de Diane et la chapelle Saint-Césaire
Le Temple de Diane et la chapelle Saint-Césaire
Le Temple de Diane et la chapelle Saint-Césaire

Le Temple de Diane et la chapelle Saint-Césaire

Quelques détails...Quelques détails...Quelques détails...

Quelques détails...

Au retour nous passons toujours par derrière le pavillon Victoire qui je le rappelle est une Réserve naturelle LibreIl y a toujours quelques animaux en liberté... Lui nous attendait ! 

Et la pluie aussi, on n'a pas traîné pour rejoindre la voiture ! 

Il nous attendait sous la pluie...

Il nous attendait sous la pluie...

Voilà c'était notre dernière balade de l'année...

La semaine prochaine, nous resterons dans les recettes et préparatifs de noël, enfin comme d'habitude si vous le voulez bien ! 

Bon week-end !

Bon week-end !

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 06:20
Au loin la Sainte-Victoire...

Au loin la Sainte-Victoire...

Cela ne vous aura pas échappé que le mois de décembre est déjà là... et il serait temps que je vous montre un peu la Provence aux couleurs de l'automne avant que l'hiver arrive. 

Le gui sera prêt pour noël ! 

Le gui est prêt pour noël...Le gui est prêt pour noël...

Le gui est prêt pour noël...

Les balades ont été rares car la pluie est tombée abondamment pour ne pas dire quotidiennement pendant près d'un mois et les chemins de terre habituels sont devenus impraticables ou presque...

Les chemins sont inondés...
Les chemins sont inondés...

Les chemins sont inondés...

Résultat, les feuilles des quelques feuillus de la région et des vignes sont tombées très vite, et les belles couleurs dorées n'ont pas duré.

 

Voici quelques paysages, pris du haut de la chaîne des Côtes. 

Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...
Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...
Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...
Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...

Paysages vus du haut de la Chaîne des Côtes...

La nature a donc mis cette année beaucoup de temps à prendre de jolies couleurs mais j'ai pu tout de même prendre quelques clichés.

Quelques feuillus colorés
Quelques feuillus colorésQuelques feuillus colorés
Quelques feuillus colorésQuelques feuillus colorés
Quelques feuillus colorésQuelques feuillus colorés

Quelques feuillus colorés

Les vignobles...Les vignobles...
Les vignobles...Les vignobles...

Les vignobles...

La pluie a permis à la nature de revivre...nous avons même vu quelques rares papillons la semaine dernière et des fleurs qui ne savent plus qu'elle est la saison !  

La nature resplendit...La nature resplendit...
La nature resplendit...La nature resplendit...
La nature resplendit...La nature resplendit...

La nature resplendit...

Malheureusement, les jours de beaux temps, nous ne sommes pas les seuls à sortir...

Les dangers de l'automne sont bien là !

Les dangers de l'automne sont bien là !

Demain c'est la Sainte-Barbe et en Provence le début de la période calendale et donc des préparatifs de noël. Il faut planter le blé et les lentilles... 

Je vous mets ci-dessous le lien vers mon dernier article à ce sujet pour ceux qui veulent en savoir plus car je ne vais réécrire chaque année un nouvel article à ce sujet...

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 06:20
Un hameau sous la neige

Un hameau sous la neige

Pour une fois les prévisions météo ne se sont pas trompées et nous avons bien eu de la neige en Haute-Loire, la semaine dernière ! 

A notre arrivée, il faisait pourtant un temps superbe et une météo quasi printanière ce qui nous a permis de faire quelques jolies balades dans les environs. 

Donc, avant que je vous montre ces balades faites récemment (ou celles de l'été dernier, car il me reste encore beaucoup de choses à vous montrer et pas mal de photos à trier), je vais vous faire profiter des quelques photos prises pendant cet épisode "exceptionnel", d'après les dires des habitants de la région. 

 

En tous les cas, moi je n'avais jamais vu autant de neige pendant des vacances de Toussaint...et je vais dans cette région depuis près de 50 ans. 

Evidemment, les pitchounets s'en sont donnés à cœur joie et il a fallu utiliser des sacs plastiques en guise de gants, car bien sûr nous n'avions pas pensé qu'il ferait si froid et les gants étaient encore chez leurs parents, dans les cartons du déménagement ! 

Les pitchounets se régalent !

Les pitchounets se régalent !

Le premier jour, il en est tombé 15 cm dans la journée...

Le matin

Le matin

...Et petit à petit le paysage s'est transformé, pour devenir carrément féerique le lendemain, avec au moins 10 cm de plus tombé pendant la nuit. 

Donc en tout à peu près 25 centimètres en 24 heures...

Le lendemain à l'aube...

Le lendemain à l'aube...

Il a un peu gelé dans la nuit : les branches ploient sous la neige et la gouttière laisse échapper quelques gouttes...

Nous savons que le redoux est déjà là et que la neige ne tiendra pas bien longtemps. 

Il a un peu gelé dans la nuitIl a un peu gelé dans la nuit

Il a un peu gelé dans la nuit

Les branches ploient sous la neigeLes branches ploient sous la neige

Les branches ploient sous la neige

Et la gouttière pleure...quelques gouttes

Et la gouttière pleure...quelques gouttes

Les paysages sont devenus grandioses...enfin en bonne "provençale" qui ne voit que rarement la neige, je les trouve superbes ! 

 

Pensez à cliquer pour agrandir les photos !

Les paysages...
Les paysages...Les paysages...
Les paysages...Les paysages...

Les paysages...

Les maisons sont ensevelies...

Neige en automne en Haute-Loire !

Enfin presque ! !

Les maisons sous la neige
Les maisons sous la neigeLes maisons sous la neige
Les maisons sous la neige

Les maisons sous la neige

Il fait doux et l'abreuvoir du hameau n'a pas gelé...

L'abreuvoir n'a pas gelé

L'abreuvoir n'a pas gelé

Les animaux n'ont pas froid, enfin la plupart parce que Iris, elle, n'a pas mis une patte dehors ! 

Les chevaux, les vaches et...Iris qui préfère regarder par la fenêtre !
Les chevaux, les vaches et...Iris qui préfère regarder par la fenêtre !Les chevaux, les vaches et...Iris qui préfère regarder par la fenêtre !
Les chevaux, les vaches et...Iris qui préfère regarder par la fenêtre !Les chevaux, les vaches et...Iris qui préfère regarder par la fenêtre !

Les chevaux, les vaches et...Iris qui préfère regarder par la fenêtre !

A bientôt... pour des balades plus ensoleillées !

A bientôt pour des balades ensoleillées !
A bientôt pour des balades ensoleillées !

A bientôt pour des balades ensoleillées !

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 06:42
Couleurs d'automne en regardant au sol...

Couleurs d'automne en regardant au sol...

Couleurs d'automne en regardant  le ciel...

Couleurs d'automne en regardant le ciel...

 

L'hiver arrive à grand pas et quelques gelées matinales font déjà leur apparition...

 

Les écureuils continuent à stocker de quoi manger pour l'hiver.

Provisions d'automne

Provisions d'automne

 

Et les oiseaux ont déserté leur nid...

 

Couleurs d'automne...encore

 

Les hommes eux préfèrent prévoir de quoi se chauffer (mais là ce sera plutôt pour l'hiver prochain)...

Chauffage en vue !

Chauffage en vue !

 

Les amandiers ont perdu leurs feuilles et c'est le gui qui les colonise...

Un amandier et sa boule de gui bien visible

Un amandier et sa boule de gui bien visible

 

Les chênes blancs ont pris de belles couleurs cuivrées...

Les chênes ont pris de belles couleurs cuivrésLes chênes ont pris de belles couleurs cuivrés
Les chênes ont pris de belles couleurs cuivrésLes chênes ont pris de belles couleurs cuivrés
Les chênes ont pris de belles couleurs cuivrésLes chênes ont pris de belles couleurs cuivrés

Les chênes ont pris de belles couleurs cuivrés

 

Les vignes aussi...

Près de la voie romaine à Pélissanne

Près de la voie romaine à Pélissanne

 

Les oliviers gardent leur belle couleur cendrée...

Couleurs d'automne...encore

 

De la chaîne des côtes, nous avons une belle vue sur la Sainte Victoire.

La Sainte Victoire au loin...
La Sainte Victoire au loin...

La Sainte Victoire au loin...

 

Et c'est avec cette vue sur les Alpilles, prise du haut du plateau du Grand Puech à Vernègues que je vous souhaite à tous...

 

 

Un excellent dimanche !

Les Alpilles vues du plateau du Grand Puech à Vernègues

Les Alpilles vues du plateau du Grand Puech à Vernègues

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 06:29
Paysage de Haute-Loire

Paysage de Haute-Loire

 

Tout d'abord un grand MERCI à tous pour vos visites silencieuses ou vos commentaires durant ma pause verte...

 

Me voici de retour avec quelques photos d'automne prises en Haute-Loire ces deux dernières semaines. 

En attendant de vous montrer plus en détails quelques jolis coins, je vous propose un court aperçu des paysages.

 

Comme prévu, là-bas, l'automne était déjà très avancé...

 

Couleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

Mais, dans les jardins et les prés, la verdure était encore bien présente.

Couleurs d'automne / Balade en Haute-LoireCouleurs d'automne / Balade en Haute-Loire
Couleurs d'automne / Balade en Haute-Loire
Couleurs d'automne / Balade en Haute-LoireCouleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

Certains arbres avaient déjà perdu toutes leurs feuilles...

Couleurs d'automne / Balade en Haute-Loire
Couleurs d'automne / Balade en Haute-LoireCouleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

Le blé pointait le bout de son nez dans les champs...

Couleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

Nous avons ramassé toutes les courges du jardin...

 

Couleurs d'automne / Balade en Haute-Loire
Couleurs d'automne / Balade en Haute-LoireCouleurs d'automne / Balade en Haute-Loire
Couleurs d'automne / Balade en Haute-LoireCouleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

Et trouvé quelques rares fleurs au bord des chemins...comme ces centaurées.

Couleurs d'automne / Balade en Haute-LoireCouleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

Par contre, je ne vous montrerai pas mes récoltes de champignons parce que...et bien, je crois que c'est la première année depuis longtemps, que nous sommes rentrés de nos balades, totalement...bredouilles !

 

Couleurs d'automne / Balade en Haute-Loire

 

En attendant de vous retrouver sur vos blogs pour tous ceux que je n'ai pas encore eu le temps de venir visiter depuis mon retour, je vous souhaite de passer un excellent dimanche...

Et n'oubliez-pas ce week-end...

Et n'oubliez-pas ce week-end...

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 06:00

 

Je n'ai pas chômé au mois d'octobre à la maison.

Vous non plus... j'imagine ?!

Voici quelques photos pour vous montrer toutes mes productions récentes, ainsi que les liens vers les articles publiés précédemment, pour ceux qui veulent en savoir plus.

 

Le mois d'octobre a débuté avec le ramassage des olives de notre unique olivier. Sept kilos cette année... 

 

Avec les olives...

Avec les olives...

 

Comme elles étaient petites, vu le manque d'eau, et qu'elles commençaient déjà à virer, je les ai préparé selon la méthode de la lactofermentation, entières donc.

 

 

Ensuite j'ai trouvé au marché des anchois frais, et je les ai préparé au sel en vue des anchoïades d'hiver. 

 

Avec les anchois...
Avec les anchois...

Avec les anchois...

 

Nous sommes allés ramasser des pommes reinettes dans le jardin familial et j'ai fait de nombreuses compotes stérilisées.

 

Avec les pommes reinettes...
Avec les pommes reinettes...Avec les pommes reinettes...
Avec les pommes reinettes...

Avec les pommes reinettes...

 

Nous avons aussi ramassé des coings très abîmés par le vent. Et évidemment, je me suis empressée de réaliser de la pâte de coings et de la gelée de coings, car je me doutais que leur conservation ne serait pas très longue, vu leur état.

 

Avec les coings...
Avec les coings...Avec les coings...

Avec les coings...

 

Enfin, nous avons eu cette année une minuscule récolte de pommes-de-terre dans notre jardin. Juste pour s'amuser, au printemps, nous avions mis quelques pommes-de terre germées en terre, à l'arrière de la maison...

 

A recommencer l'année prochaine ! 

 

 

 

 

 

Pommes-de-terre nouvelles...

Pommes-de-terre nouvelles...

 

A très bientôt...

Cet article est encore programmé, mais nous sommes rentrés hier soir  et je viens vous voir dès que possible au  cours du week-end et au plus tard lundi.

C'est promis !

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 06:03

 

Après la canicule de cet été, le rafraîchissement des nuits et les multiples binages et arrosages ont permis à quelques plantes du jardin de redémarrer...

C'est comme un nouveau printemps au jardin !

 


Les crocus ont été les premiers, encore cette année, à pointer le bout de leur nez.

 

Les crocus jaunes du jardin
Les crocus jaunes du jardinLes crocus jaunes du jardin
Les crocus jaunes du jardinLes crocus jaunes du jardin

Les crocus jaunes du jardin

 

Puis c'est le tour des gazanias...

Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

et des mini-pensées...

 

Un nouveau printemps au jardin en Provence...Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...Un nouveau printemps au jardin en Provence...


Quelques campanules des murs résistent...

Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

Je ne me souviens jamais du nom de cette crassulacée comestible !

 

Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

Et nous appelons toujours celle-ci "la plante d'Alain"car notre ami nous a donné une bouture, et elle a proliféré là où je l'avais planté, mais je ne sais toujours pas comment elle s'appelle !

Ses feuilles changent de couleur à l'automne et elle a encore quelques rares fleurs bleues...

Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

J'allais oublier... un unique aster a résisté à la sécheresse, j'en avais un parterre l'année dernière.

 

Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

Et cette plante, dont je ne connais pas le nom, reprend avec vigueur alors que je la croyais morte, et elle m'offre quelques fleurs...

Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

Enfin, sur la tonnelle, la vigne vierge devient carrément rouge et perd abondamment ses feuilles au moindre coup de vent...

 

Un nouveau printemps au jardin en Provence...Un nouveau printemps au jardin en Provence...
Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

Et j'ai ramassé les grenades mais j'en ai oublié une ! 

Un nouveau printemps au jardin en Provence...

 

Je vous rappelle que cet article est programmé...je rentre en fin de semaine.

 

A très bientôt et merci d'avance pour votre visite ! 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 05:47
Près de Rognes (13)

Près de Rognes (13)

 

Les vendanges sont bien terminées depuis plus de quinze jours déjà...

Les vendanges...
Les vendanges...
Les vendanges...

Les vendanges...

 

La paille est sèche et il est temps de la ramasser...

Derniers ramassages...
Derniers ramassages...
Derniers ramassages...

Derniers ramassages...

 

Les maïs sont mûrs à point...

Champ de maïs pas encore ramassé.

Champ de maïs pas encore ramassé.

 

Les vignes commencent à changer de couleur...

Champs de vigne qui se colorent...Champs de vigne qui se colorent...
Champs de vigne qui se colorent...Champs de vigne qui se colorent...
Champs de vigne qui se colorent...Champs de vigne qui se colorent...
Champs de vigne qui se colorent...Champs de vigne qui se colorent...

Champs de vigne qui se colorent...

 

Les arbres ont quelques branches rougeoyantes par-ci, par-là...

L'automne arrive...
L'automne arrive...L'automne arrive...
L'automne arrive...

L'automne arrive...

 

D'autres arbres restent encore verts...

Un platane encore vert...
Un platane encore vert...
Un platane encore vert...

Un platane encore vert...

 

Il y a encore de la vie...je suis même surprise d'avoir vu cette chenille de machaon car ce n'est pas du tout la saison. 

Un nid de guêpes sans doute

Un nid de guêpes sans doute

Une chenille de machaon sur un plant de rue.

Une chenille de machaon sur un plant de rue.

 

La terre desséchée offre par endroit de véritables crevasses dans les sols argileux. Elle attend comme nous de la pluie...

Photo prise dimanche dernier !Photo prise dimanche dernier !
Photo prise dimanche dernier !

Photo prise dimanche dernier !

 

 

Voilà comment est l'automne en Provence cette année !

Je vous rappelle que et article est programmé...

 

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:19
Un assortiment coloré

Un assortiment coloré

La courge (genre Cucurbita) appartient à la famille des Cucurbitacés. C'est un des légumes le plus anciennement cultivé !

Elle était déjà connue en Amérique, au moins 7 000 ans avant notre ère et aurait été introduite en Europe par les premiers explorateurs, comme l'atteste sa première apparition dans nos livres de botanique datant du XVI° siècle.

Il en existe un grand nombre de variétés et d'espèces différentes. Les scientifiques ont longtemps pensé que toutes les courges avaient pour origine une même et seule espèce, tant les caractéristiques de toutes les courges connues sont proches. Il n'en est rien !

Charles Naudin, considéré comme un des précurseurs de la génétique moderne, a été le premier scientifique à démêler ces nombreuses variétés pour les rattacher botaniquement à trois espèces différentes : Cucurbita maxima, Cucurbita moschata  et Cucurbita Pepo. De ces trois espèces d'origine découlent donc toutes les variétés potagères que nous connaissons aujourd'hui. Voici ma petite synthèse. J'ai essayé de démêler les différentes versions et contradictions...

 

 

Le point commun entre ces trois espèces

 

Ce sont des plantes annuelles, grimpantes et pouvant s'accrocher à un support grâce à des vrilles. Leur tige est longue, herbacée (=non ligneuse) et souples. Les feuilles sont larges plus ou moins en forme de rein, rarement déchiquetées. Les fleurs sont grandes et jaunes. Les fruits (les courges !!) sont ronds ou allongés presque toujours côtelés. Ils contiennent des graines qui sont situées dans une cavité centrale protégée par une chair épaisse et dense (c'est la partie que l'on consomme !).

 

Comment cultiver la courge ?

 

Il lui faut beaucoup de chaleur pour se développer. Sa croissance est très rapide.

Cependant il ne faut pas oublier que c'est une plante originaire des pays tropicaux et des régions tempérées : il faudra la semer en pleine terre au mois de mai (ou sous-abri) et la ramasser avant les premières gelées. Le semis se fait directement dans un large trou rempli de fumier ou de compost et recouvert de terreau. Il faut planter deux à trois graines par trou et garder ensuite la pousse la plus solide.

Ne pas hésiter à ne laisser par pied, qu'un à trois fruits (choisis parmi les mieux formés) : ils seront plus gros ! Tailler ensuite les branches au delà du dernier fruit conservé, cela permettra un apport de nourriture accru pour les fruits. On peut enterrer les racines qui se forment spontanément sur la tige : cela accroît la quantité de nutriments qui atteindront le fruit...

 

Quels sont leurs différences ?

 

1 -Cucurbita maxima

 

C'est cette espèce qui a donné naissance aux variétés de courges les plus volumineuses en particulier celle que nous appelons communément les potirons.

Les parties vertes de la plante sont très velues et les feuilles sont grandes et arrondies en forme de rein. Le pédoncule qui retient le fruit devient très gros parfois trois fois plus gros que la tige et il est parfaitement lisse et dépourvu de côtes. Les graines sont lisses et peuvent garder leur pouvoir de germination pendant 6 ans.

 

Voici quelques variétés de potirons :

 

- Le potiron jaune (appelé courge romaine ou potiron romain) à la chair jaune et la peau de même couleur.

 

 

- Le potiron rouge d'Etampes à la forme un peu aplatie et aux larges côtes. L'écorce est mince et la chair épaisse. Il est très largement cultivé en France.

 

 

 

- Le potimarron (appelé courge châtaigne ou courge d'Hokkaido) appartient aussi à cette espèce. Il proviendrait du Japon où il aurait été introduit par les explorateurs portugais au XVI° siècle. De couleur orange vif à l'extérieur, cette courge appelée Kabocha au Japon, a une forme de toupie caractéristique. Sa chair épaisse d'un bel orangé foncé a une saveur douce et un goût prononcé de châtaigne d'où son nom. Elle est délicieuse en potage ou purée. Le grand avantage du potimarron est que, s'il est BIO, ce n'est pas nécessaire de le peler ce qui renforcera le goût de vos potages ou purées. Des variétés hybrides peuvent être de couleur différente (vert, bronze, rouge brique ou encore rose !).

 

Un potimarron à côté d'une pomarine

Un potimarron à côté d'une pomarine

Le potiron vert d'Espagne, le potiron gris de Boulogne, la courge brodée galeuse, la courge de Valparaiso, la courge de Valence et enfin le giraumon appartiennent aussi à cette espèce.

Le giraumon est encore appelé "giraumon turban" ou "bonnet turc" car il est connu pour sa forme caractéristique en forme de turban.

 

 

 

2 - Cucurbita moschata

 

Les tiges de cette espèce sont très longues et s'enracinent rapidement. Les parties vertes sont très poilues. Les fruits sont portés par un pédoncule élargi à son point d'insertion, présentant cinq côtes aux angles très marqués. Les feuilles ne sont pas de forme arrondies sans être pour autant anguleuses. Elles sont marquées par des taches  plus claires qui contrastent avec le vert foncé de l'ensemble.

 

 

Les graines sont de couleur blanches ou grisâtres. Leur durée de germination est très longue (jusqu'à 6 ans).

Les fruits ont pour la plupart une forme allongée.  La chair des différentes variétés a une odeur légèrement musquée d'où son nom. Lorsque les fruits sont aplatis, ils ont des côtes très marquées.

 

- La courge musquée (ou courge muscade de Provence) est particulièrement appréciée et cultivée... en Provence. Sa couleur peut varier : elle est soit vert foncé, soit orange mais sa chair est toujours orange plus ou moins foncé. Elle supporte très bien la chaleur et le manque d'eau. Sur les marchés, c'est la courge la plus fréquente, celle que le marchand coupe et vend en tronçons...

 

  

 

- La courge Butternut (ou doubeurre), en forme de poire, appartient  aussi à cette espèce. Elle est très fréquente sur nos marchés. Sa chair est douce mais peu sucrée. Elle a la particularité de contenir moins d'eau que les potirons ce qui facilite sa consommation en purée ou en tarte.

 

 

- La courge pleine de Naples a une forme plus allongée. Elle est appelée aussi "courge porte-manteau". Sa chair est orangé clair ou foncé, et sa peau vert foncé. En coupe, elle ressemble à la butternut, les graines étant rassemblées à la base.

3 - Cucurbita pepo

 

Un très grand nombre de variétés cultivées sont issues de cette espèce. Les plus connues sont les citrouilles !

Leurs feuilles sont découpées parfois en profondeur. Les tiges sont recouvertes de poils devenant piquants. Certaines courges sont coureuses d'autre non c'est-à-dire qu'elles présentent des tiges longues et grimpantes ou pas. Les pédoncules des fruits ont cinq angles bien marqués et ne grossissent pas lorsque le fruit arrive à maturité. Cette variété résiste moins bien à la chaleur que Cucurbita moschata. Les graines sont plus petites que celles des espèces précédentes mais ont une durée de germination équivalente.

 

Quelques variétés :

 

- la pomarine ressemble à une citrouille miniature. On l'appelle d'ailleurs "courge Lilliput". Elle était surtout consommée aux États-Unis (dans le Colorado) mais commence à être cultivée en France et on la voit en abondance cette année sur les marchés. Son goût est proche de la chataigne et de la noisette.

Elle peut être consommée avec la peau. Sa petite taille permet de la farcir et de la faire cuire au four sans problèmes.

 

Trois pomarines

Trois pomarines

- la courgette (Cucurbita pepo ssp pepo) jaune ou verte est appelée "Zucchini" au Québec.

 

- la courge d'italie (appelée coucourzelle) qui se consomme lorsque les fruits ont la taille d'un petit concombre. Elle ressemble à une courgette rayée de clair dans le sens de la longueur.

 

- la courge spaghetti est d'origine japonaise. De forme ovale, elle peut mesurer jusqu'à 30 cm. Sa particularité est de présenter à la cuisson une modification de sa texture : celle-ci se détache pour former des fibres (les spaghettis). Pour la cuire, il faut la laisser entière avec sa peau. On peut la cuire à l'eau ou au four. Elle est cuite lorsque la peau s'enfonce sous le doigt. Il suffira ensuite de la couper en deux et d'enlever les graines. Puis de préparer les "fibres" en sauce (tomates, basilic, crème...) à votre convenance.

Une courge spaghetti à côté d'un potimarron

Une courge spaghetti à côté d'un potimarron

- le pâtisson  appartient aussi à cette espèce (Cucurbita pepo var ovifera). C'est une plante curieuse à tige rampante et coureuse. Les feuilles sont grandes et bien vertes. Le fruit a une forme particulière car il est moins long que large et aplati. Le contour au lieu d'être arrondi présente des excroissances plus ou moins recourbées. La surface du fruit est très lisse et brillante. Les plus fréquents sont de couleur blanche mais il existe des pâtissons de couleur jaune, vert, orange, ou panaché...

 

 

 

La courge, un légume d'automne excellent pour la santé

Le patidou est une courge coureuse appelée aussi "Sweet Dumpling". Le fruit est à peine plus gros qu'une pomme et présente des rayures de couleur verte ou orangé. Il est concave au niveau du pédoncule. Les côtes sont très marquées. Quelle que soit sa couleur extérieure, sa chair est orange à l'intérieur. Toutes les recettes de courge lui conviennent mais en plus, sa forme et sa petite taille, lui permet d'être facilement farci et cuit au four pour un repas complet en portion individuelle ou pour deux selon sa grosseur.

Patidous sans dessus dessous.
Patidous sans dessus dessous.Patidous sans dessus dessous.

Patidous sans dessus dessous.

Les coloquintes font également partie de l'espèce de Cucurbita Pepo. A ne pas confondre avec la coloquinte médicinale (Cucumis colocynthis).

Les coloquintes sont des courges à petits fruits qui se conservent très longtemps. On les plante généralement car elles sont très ornementales et elles décorent treillages ou tonnelles, et croissent très rapidement. Il serait impossible de les énumérer toutes tant elles ont nombreuses à pouvoir être cultivées dans nos régions. Il existe la coloquinte poire, la coloquinte maliforme (en forme de pomme ou d'orange), la coloquinte plate rayée...

 

Attention à ne pas planter ces coloquintes ornementales dans votre jardin en même temps que les courges potagères. En effet elles contiennent de la cucurbitacine, une substance toxique présente à faible dose dans toutes les Cucurbitacés, pouvant provoquer des intoxications parfois graves.

Les coloquintes et les courges potagères peuvent s'hybrider. La substance toxique se retrouve alors dans les graines. A la génération suivante (si vous replantez ces graines), le fruit obtenu aura un goût amer et il sera dangereux de le consommer ainsi que ses graines.

 

4 - Cucurbita ficifolia


Il existe une quatrième variété de courge de la famille des Cucurbitacées (Cucurbita ficifolia ou melanosperma) appelé "melon de Siam" ou "courge à feuilles de figuier". Elle est originaire du Mexique où elle est vivace. Elle est actuellement très cultivée en Asie. C'est une courge à chair blanche et aux graines noires.

Assez fade, elle demande une préparation relevée.

A la cuisson, cette courge devient filandreuse et ressemble un peu à la courge spaghetti. Elle peut se cuisiner comme la choucroute...

On la consomme aussi en confiture (la fameuse "confiture de cheveux d'ange").

Les fruits avant maturité se consomment comme des courgettes.

Elle a longtemps été cultivée pour être donnée aux animaux et est consommée depuis peu. Elle a la particularité de ne pas s'hybrider avec les autres Cucurbitacées.

 

 

5 - Cucurbita argyrosperma (ou Courge du Mexique)

 

Il s'agit d'une cinquième espèce de courge cultivée uniquement en Amérique.

 

Elle pousse spontanément au Mexique, au Nicaragua, au Pérou et en Argentine et présente de nombreuses variétés.

 

Elle est cultivée pour ses fruits mais aussi pour ses graines utilisées pour fabriquer une sauce à la crème qui accompagne aussi bien les pâtes que toute sorte de légumes, de plats de céréales ou autres. Là-bas on l'appelle Cushaw.

 

 

6 - Une espèce cousine, Lagenaria vulgaris

 

Il existe enfin une autre forme de courge appelée la "courge bouteille" qui appartient à une espèce différente de la famille des Cucurbitacées. Il s'agit de Lagenaria vulgaris appelée encore gourde.

Cette variété, cousine des courges, est cultivée essentiellement en Afrique pour l'ornement ou pour servir de récipient en particulier l'espèce, Lagenaria siceraria ou calebasse.

Il existe sept espèces connues de Lagenaria : la courge pèlerine, la courge plate de Corse, la courge siphon, la courge massue...

 

 

Les vertus de la courge
 
La courge est un légume excellent pour la santé. C'est un légume qui agirait préventivement contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires car il contient en quantité non négligeable du bêta- carotène (surtout pour les variétés à chair orange). Le bêta-carotène est un antioxydant puissant qui nous aide à lutter contre les maux de l'hiver en renforçant notre immunité naturelle. C'est aussi un précurseur de la vitamine A (ce qui veut dire que l'organisme le transforme en vitamine A). La courge contient aussi deux autres antioxydant, la lutéine et la zéaxanthine, qui joueraient aussi un rôle dans la prévention des maladies et renforceraient la bonne santé de nos yeux.
 
La courge est un légume très peu calorique (20 calories pour 100 g) car il contient 90 % d'eau.
Il est très riche en fibres ce qui le rend très bénéfique pour lutter contre le cholestérol. Il contient aussi des sels minéraux comme le potassium, le calcium surtout mais aussi le magnésium, le manganèse, le cuivre, le fer et le phosphore, des vitamines, C surtout mais aussi B2 (riboflavine), B5 (ou acide pantothénique), B6 (pyridoxine) et B9 (acide folique), E, et K. 
 
Enfin, comme toutes les Cucurbitacées, la courge contiendrait de la cucurbitacine, une substance anti-inflammatoire, protectrice du foie et qui agirait en prévention des cancers d'après des études scientifiques in vitro canadiennes. Des études doivent être effectuées in vivo pour en être sûr... Cette substance agirait aussi contre les troubles de la vessie et de la prostate et seraient donc très utile pour prévenir les cancers masculins. Mais, et c'est là une info contradictoire, à dose excessive cette substance pourrait provoquer des intoxications.
 
La courge de Siam, par exemple, ferait baisser le taux de glucose dans le sang et serait donc très utile pour les diabétiques.
 
 
Le propre de la plupart des courges est de se manger uniquement cuit (sauf dans le cas de la courgette). A la cuisson, le bêta-carotène, surtout présent dans les courges colorées, deviendrait assimilable par l'organisme...
C'est donc une bonne chose !
 
Pour les consommer, choisir des spécimens bien lourds et parfaitement sains. 
Si vous voulez le conserver plusieurs mois, la peau doit être épaisse et exempte de moisissures ou autres imperfections pouvant entraîner une détérioration rapide du fruit.
En effet c'est un légume qui se conserve très bien jusqu'à 6 mois dans un local frais (autour de 10°) et à l'abri de l'humidité.
Par contre, la courge se conserve très mal dans un réfrigérateur (trop humide). Si vous achetez un morceau de courge, emballez le individuellement et consommez-le dans les 5 jours maximum.
Vous pouvez aussi conserver la courge en la coupant en morceaux et en la plaçant au congélateur.

Vous en ferez ensuite potages, purées, gâteaux ou gratins facilement. Elle se consomme aussi frite à la poële, au four, en tarte sucrée ou salée...

 
Si la courge est abîmée, elle peut encore être consommée. Pour cela ôter la partie moisie en coupant largement autour avec un couteau et consommer sans tarder le reste de la pulpe. Jetez les parties abîmées dans votre composteur.
 
Ne pas oublier de laver la courge avant de l'éplucher car la peau terreuse peut présenter des bactéries abondantes.
 
 
Les vertus des graines de courge
 
Riches en phytostérols (préventifs des maladies cardiovasculaires), les graines de courges sont très bonnes à la santé. De plus elles agiraient en prévention des troubles de la prostate. N'hésitez pas à remplacer à l'apéritif, les cacahuètes salées par des graines de courges du commerce ou préparées par vos soins !
Vous pouvez les consommer natures ou légèrement grillées au four ou à sec dans une poële, avec un petit filet d'huile d'olive, un peu de sel et des épices de votre choix. Elles se servent à l'apéritif ou pour agrémenter une salade à la place des amandes par exemple. Vous pouvez aussi les incorporer dans des gâteaux...
 
 
Bientôt, promis, vous trouverez des recettes sur ce blog !!
 

 

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 18:45
La châtaigne, le fruit de novembre

La châtaigne est le fruit du châtaignier "castanea sativus". Ce mot provient du latin "castanea" c'est à dire châtaigne et de  "sativus" qui signifie "cultivé".

On l'appelait aussi "arbre à pain" car il fournissait la farine et "arbre à saucisse" car la châtaigne servait aussi à nourrir les cochons !

 

La châtaigne est aussi le nom populaire donné à un coup de poing. La castagne étant elle, une vraie bagarre.

 

Le châtaignier serait originaire des pays du bassin méditerranéen et de l'Asie mineure. L'homme a consommé des châtaignes depuis les temps préhistoriques. 

 

La châtaigne, le fruit de novembre

Le châtaignier est un arbre qui, comme le chêne, peut vivre jusqu'à 500 ans.  Il mesure jusqu'à 15 mètres voire 30 et peut atteindre 1 mètre de diamètre ! 

Il pousse entre 400 et 800 mètres d'altitude car il a besoin d'eau  et de chaleur en été mais il craint le gel ! Il aime aussi les sols frais et profonds et déteste le calcaire. C'est la raison pour laquelle il pousse spontanément  en abondance dans des régions comme les Cévennes, la Dordogne, dans l'Ardèche,  en Corse...etc.

Son aire de répartition en France est la suivante...

Photo du net

Photo du net

Ses feuilles sont caduques, dentées  et de couleur vert foncé.

La châtaigne, le fruit de novembre

L'arbre fleurit durant le mois de juin. C'est la période où les apiculteurs placent leurs ruches dans les châtaigneraies pour que les abeilles butinent les fleurs, favorisant ainsi d'une part, la pollinisation et la fructification, tout en fabriquant, d'autre part, du délicieux miel de châtaignier  à la couleur rouge ambrée et aux vertus multiples...

 

 

Son goût fort et corsé, légèrement amer, est recherché des amateurs. Il est connu pour ses vertus  toniques.

Il serait aussi reminéralisant car riche en fer, faciliterait la circulation sanguine, serait bénéfique pour les rhumatisants et pourrait même stopper les maux de tête. On dit aussi qu'il serait bénéfique pour lutter contre l'ostéoporose.

En tous les cas si vous êtes convalescents, deux cuillères à soupe par jour dans vos tisanes ou sur vos tartines, vous permettront de vous remettre sur pied !

Le bois de châtaignier est utilisé pour fabriquer des parquets, des éléments de charpente ou des meubles. 
Autrefois, lors de l' apogée de sa culture au XVI° et XVII° siècle, il  était utilisé en vannerie associé à l'osier, pour la fabrication de nasse pour la pêche ou de manches d'outils, en support comme tuteur pour la vigne par exemple, pour la fabrication de  tonneaux, de poutres, et pour les  toitures...

Dans les Cévennes, on fabriquait traditionnellement dans son bois les berceaux et les cercueils. Il était présent à toutes les étapes de la vie du cévenol. Pour en savoir plus, consulter l'article très intéressant  sur le blog intitulé des "Châtaignes en Cévennes".

Enfin, sa richesse en tanins a permis aussi de l'utiliser pendant longtemps pour tanner les peaux.

 

L'arbre isolé commence à produire des fruits vers l'âge de 25 ans selon les espèces (il en existe près d'une centaine !) mais beaucoup plus tard dans les forêts de châtaigniers. On ramasse la châtaigne entre septembre et la mi-novembre, selon les espèces.

 

Les châtaignes sont protégées par une enveloppe hérissée de piquants : la bogue. A l'intérieur de chaque bogue, il y a trois châtaignes. 

La châtaigne, le fruit de novembre

Un peu d'histoire :

 

La châtaigne est toujours consommée abondamment dans le Sud de la France et en Corse, en Italie et en Afrique du nord.

Grillée, bouillie ou transformée en farine servant à fabriquer, pains et galettes elle était d'ailleurs la base de l'alimentation dans ces régions.

Aujourd'hui les pays producteurs de châtaignes sont la Chine, la Corée du sud, l'Espagne et et l'Italie ainsi que le Japon. Ils cultivent de nombreuses variétés adaptées aux besoins actuels des confiseurs, ou pour la conserve.

 

Comment la consommer ?

  

Pour consommer la châtaigne il faut enlever l'enveloppe brune rougeâtre extérieure plutôt coriace avec un couteau (c'est le péricarpe). Puis il faut éplucher la châtaigne en lui levant la pellicule beige qui l'entoure.

On découvre un fruit tout plissé !

Pour cuire les châtaignes il y a deux méthodes :

- soit on épluche chaque châtaigne crue et on la fait cuire ensuite le plus souvent, bouillie dans de l'eau ou du lait, ou bien braisée.

- soit on incise le péricarpe avec un couteau. On fait ensuite griller au four ou au feu de bois dans une poêle trouée.  Si on fait bouillir les châtaignes il faut les éplucher encore chaudes !! Pour faciliter l'épluchage, les enfermer dix minutes dans un journal.

 

On peut les utiliser braisées autour d'un rôti, d'une volaille par exemple. On peut les intégrer dans des potages.

On peut les mélanger à une farce pour une volaille, ou pour un chou farci.

On peut les utiliser dans des desserts, gâteaux, glaces, ou les faire confire au sucre (c'est le fameux marron glacé).

Enfin dans certaines familles on la mange crue en salade.

 

On peut les précuire et les congeler pour s'en resservir plus tard ou faire des conserves au naturel pour ceux qui ont des châtaigniers en abondance.

 

La châtaigne contient des amidons (deux fois plus que la pomme de terre). Elle apporte de la vitamine C, du potassium, de l'acide folique, du cuivre, de la vitamine B, du magnésium et de la thiamine. Elle contient aussi du phosphore et du fer en quantité non négligeable. On la dit anti-anémique, antiseptique et stomachique. Il faut bien la mâcher pour mieux la digérer.

Marron ou châtaigne ? Qu'elle est la différence ?

 

Dans la rue dès le début de l'hiver quelques marchands ambulants proposent encore aujourd'hui des marrons chauds...Ce sont en fait des châtaignes !!

Le terme de marron (qui provient de l'italien marrone= grosse châtaigne) est le terme employé en cuisine pour désigner la châtaigne.  Il en est de même dans la recette de la dinde aux marrons, ou de la buche de noël aux marrons...

Aujourd'hui on distingue en fait la châtaigne qui est le fruit du châtaignier sauvage et le marron, plus gros, fruit d'une variété améliorée de châtaignier cultivé où chaque bogue ne contient qu'un seul fruit (au lieu de 3). 

 

ATTENTION :

 

Le marron en tant que fruit existe pourtant. Mais il n'est pas comestible. C'est le fruit d'un arbre originaire des Balkans et qui a conquis l'Europe du nord, appelé marronier d'Inde (aesculus hippocastanum).

 

Cet arbre fait partie des plantes médicinales. Ses feuilles, fleurs, graines et écorces sont utilisées pour soigner les insuffisances veineuses.

Attention, cet arbre n'est pas commestible. Il est même toxique car il contient une substance appelée l'esculine. Donc pas de préparation maison !! Utiliser uniquement les extraits vendus en pharmacie...

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 15:21
Le coing... le fruit parfumé de l'automne

Le coing est le fruit du cognassier. Son nom scientifique est le Cydonia vulgaris. Le cognassier est un arbuste plutôt buissonnant qui peut atteindre environ 5 mètres de haut et vivre plus de 40 ans.

 

Le coing est un fruit de couleur jaune doré. Il est ventru et charnu, et il se reconnait aisément à sa forme de poire. Sa peau est recouverte d'un fin duvet qui la rend douce au toucher. Sa chair est dure, granuleuse et très astringente ce qui interdit de le consommer cru.

Il lui faut un climat méditerranéen pour arriver facilement à complète maturité. L'idéal est de le ramasser le plus tard possible avant le froid pour que sa chair soit bien parfumée. 

On peut conserver les fruits sains pendant plusieurs semaines après la récolte ce qui permet d'étaler les plaisirs culinaires...

 

Riche en fibres (en pectine) et pauvre en sucre, c'est le fruit idéal pour confectionner des pâtes de fruit car en refroidissant la pectine "prend". C'est grâce aussi à cette richesse en pectine associée à une grande quantité de tanins que le fruit a la réputation de soigner les épisodes de diarrhée. On peut en donner même aux petits bébés sous forme de gelées, de compotes souvent associées à la pomme ou à la poire, ou de confitures...

Il contient également une quantitié non négligeable de minéraux et oligo-éléments : phosphore, potassium, magnésium, fer et cuivre.  Il est riche en vitamines B et C mais attention, cette dernière est en partie détruite par la cuisson.

Dans le Sud-est où les cognassiers sont cultivés dans de petits vergers, le fruit est surtout consommé sucré.

En Orient, c'est...coupé en dés dans les tajines, en soupe comme légume ou farci de viande que ce fruit est le plus consommé ! 

 

Un peu d'histoire :

 

Ce fruit serait originaire des Balkans et des bords de la mer Caspienne. Il y était déjà cultivé 4 000 ans avant J.-C puis il a peu à peu gagné l'Europe.

Les grecs anciens le nommaient "pomme de Cydon" car le coing était cultivé en Crète dans la  cité de Kydonia...d'où est originaire son nom latin.

On le retrouve en Europe dès le Moyen Age dans les vergers des monastères et des châteaux.

Il est toujours cultivé aujourd'hui en Arménie (dans le Caucase), en Iran et  en Turquie.

Malgré son ancienneté, il n'a pas subi de modification génétique importante  et de nombreuses variétés anciennes sont encore cultivées dans nos jardins. C'est aussi la raison pour laquelle il produit chaque année quel que soit le sol et les soins apportés par le jardinier, un certain nombre de fruits...délicieux ! 

Attention si vous avez au jardin un "cognassier du Japon" il s'agit d'une variété ornementale !

Le coing... le fruit parfumé de l'automne

Que fait-on avec des coings en Provence ?

 

- des gelées.

- des confitures.

- des pâtes de coings : la recette traditionnelle ou plus rapide (cuite en MAP).

- des compotes mixtes (pommes-coings, poires-coings) comme sur la photo ci-dessus...

- et des boissons...comme le ratafia, la limonade, l'eau de coing, le sirop et le vin de coing...

 

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 08:32
La grenade...le fruit santé venant du sud !

La grenade est un fruit rouge à la peau beige à brunâtre, rouge ou veinée de rouge.

Lorsqu'on le coupe en deux on n'est pas à l'abri de nos surprises car c'est un fruit magnifique !

Ses grains de couleur rouge foncé sont croquants et acidulés. Il faut cueillir les fruits à maturité car ils ne continuent pas à mûrir après le ramassage...

 

La grenade est  le fruit d'un arbuste appelé grenadier (punica granatum) à ne pas confondre avec le grenadier ornemental des jardins qui produit  des fruits non comestibles. Cet arbuste pourrait vivre jusqu'à 200 ans et atteindre 6 mètres de haut.

Il en existe différentes variétés. Il se couvre en juin de fleurs rouges-orangées magnifiques qui donneront presque toutes des fruits à l'automne.

Et la saveur des fruits varie selon la variété : plus ou moins acidulée, sucrée, douce ou acide...

Le grenadier en fleurs et en fruits
Le grenadier en fleurs et en fruitsLe grenadier en fleurs et en fruits

Le grenadier en fleurs et en fruits

Longtemps ce fruit-plaisir a été pour moi symbole des vacances de Toussaint. Alors qu'il est aujourd'hui un fruit-tendance que l'on retrouve partout d'octobre à février sur nos étals, il venait alors de loin et coûtait donc cher.  Ma mère en achetait une ou deux qu'on se partageait dans la fratrie avec gourmandise.

Puis j'ai pu planter un rejet de souche de grenadier gentiment offert par une cousine... qui l'avait ramené d'Andalousie et miracle cette "bouture" est devenue un bel arbuste qui a l'air de se plaire chez moi...et qu'il va falloir bientôt que je taille d'ailleurs alors qu'il n'aime pas ça du tout paraît-il. Mais mon jardin est devenu trop petit pour lui maintenant !

 

Depuis deux ans, il produit environ une dizaine de fruits ce qui est peu mais bon, on se régale. Bien sûr, je n'ai pas choisi la variété. Mais celle que je possède a de gros fruits aux graines d'un rouge moyen et peu sucrées.

Les fruits de mon grenadier

Les fruits de mon grenadier

Un peu d'histoire...  

 

Le grenadier est originaire de Turquie et d'Iran. Il aurait gagné le pourtour méditerranéen dès l'âge du bronze. Il aurait été importé par les Phéniciens lors de la fondation de Carthage.

C'est un fruit du Sud que l'on retrouve partout autour de la méditerranée comme les dattes, les figues et les olives !

Peu de fruits, bien qu'ils sèchent très bien, ont été retrouvés par les archéologues. Les premiers datent de l'âge du bronze en Jordanie.

On a retrouvé ensuite, des vases en verre coloré, en forme de grenade à Chypre et en Egypte.

Puis l'épave d'un navire marchand, la plus vieille épave fouillée au monde datant de l'âge du bronze,  trouvée à Ulu Burun (site archéologique sous-marin), au large de la Turquie près de Kas, contenait, entre autres objets, des amphores chypriotes contenant des graines de grenade ! 

En Egypte, des  grenades ont également servi d'offrandes funéraires et ont été retrouvées dans un tombeau datant de l'époque de Ramsès II.

Le fruit était utilisé en Orient comme teinture pour les tapis.

Il était connu en Allemagne dès le Moyen Âge.

Il a de plus été représenté sur de nombreux tableaux religieux ou non.

La madone à la grenade  de Botticelli (1487)  

La madone à la grenade de Botticelli (1487)  

Le nom de grenade apparaît seulement au XIV° siècle dans la langue française. Auparavant ce fruit était appelé par les romains la pomme punique. Il vient du latin malum granatum qui signifie fruit à petites graines.

Il aurait été apporté en Europe via l'Espagne par les Berbères.

Symbolique de la grenade :  

 

La grenade est un fruit à la symbolique très forte : 

Il est depuis des temps anciens symbole de sang, de fécondité et de vie. C'est dire...

- En Orient c'était un fruit sacré. On lui prêtait des vertus magiques. Il symbolisait la force sexuelle mais aussi la résurrection. On disait que sa consommation rendait les soldats invincibles !

- Dans la Grèce antique, il a participé au mythe de Perséphone. Celle-ci fut enlevée par Hadès (le dieu des enfers) avec l'assentiment de son frère Zeus, le père de Perséphone mais pas celui de sa mère, Démeter. Celle-ci, déesse de l'agriculture, rendit la terre infertile. Zeus demanda donc à Hadès de lui rendre sa fille, mais celui-ci offrit des grains de grenade à Perséphone...Ayant mangé quelque chose durant son séjour aux enfers (ce qui était interdit), elle resta un tiers de l'année auprès de lui et  fut rendue à sa mère le reste du temps... C'est ainsi que les grecs expliquaient le rythme des saisons...

- La grenade est, avec l'olivier et la datte, le fruit le plus cité dans la Bible.

- Chez les Berbères, le fruit est présent à toutes les étapes importantes de la vie des femmes :  mariage, naissance...

- Enfin la grenade est avec le citron et la pêche un des fruits bénis pour les bouddhistes. 

 

Remarque...

La ville de Grenade a inscrit ce fruit sur son blason.

 

Mais l'origine de son nom  est discuté encore aujourd'hui : il ne provient pas forcément de ce fruit. La ville était anciennement appelé Medina Elvira. puis au temps des Wisigoths une petite communauté de juifs s'y installa et la surnomma   "Garnata al-yahud". Puis vers 711 de notre ère, des soldats maures venus d'Afrique en firent la conquête et firent prospérer la ville qui prit son nom définitif...

La grenade aujourd'hui...

 

En Chine, elle symbolise ancore aujourd'hui la fertilité à cause de son grand nombre de graines. La coutume veut qu'on en offre aux jeunes mariés. 

 

La grenade (ou fruit défendu du paradis) est depuis des millénaires le symbole de l'Arménie. Elle y est d'ailleurs cultivée (comme l'abricot) depuis plus de 4 000 ans et les variétés en provenance de ce pays n'y ont subi aucune modification et sont BIO comme tout ce q'uon mange là-bas d'ailleurs !

L'Arménie est un des plus grands producteurs au monde.

 

Géo reportage y a d'ailleurs consacré plusieurs émissions.

Voir la vidéo ci-dessous "Arménie les fruits du paradis". Il s'agit d'une vidéo disponible sur youtube et réalisée par Mirella Pappalardo.

 

Les vertus de la grenade

 

Ce fruit aurait des vertus incomparables pour la santé ! Riches en antioxydant, les graines, entourées par une partie rouge charnue = l'arille, seraient un bon protecteur du système cardio vasculaires par leurs richesses en antioxydants. La consommation régulière de ce fruit pendant trois mois limiterait le vieillissement (donc le durcissement de nos artères), ferait chuter le taux de cholestérol et stabiliserait l'hypertension. La consommation régulière protègerait de certains cancers et retarderait l'apparition de certaines maladies dues au vieillissement de nos cellules.

De plus la présence d'un antioxydant nommé la "punicalagine" permettrait à l'organisme de lutter contre l'inflammation du à l'arthrose.

 

Les antioxydants présents dans la grenade sont essentiellement des flavonoïdes (surtout les anthocyanines qui donnent au fruit sa couleur rouge), des tannins (qui lui donnent sa légère amertume) et de l'acide ellagique.

 

Ses vertus seraient supérieures à celles du thé vert et du vin rouge !

Elle contient évidemment comme tous les fruits beaucoup de vitamine C et du potassium.

 

A noter que le jus de grenade serait plus riche en antioxydants que les graines seules. En effet pour extraire le jus il est conseillé de laisser les peaux blanches qui entourent les graines. Elles contiennent elles aussi beaucoup d'antioxydants qui passent dans le jus !

 

Pour manger le fruit

 

Découper d'abord le fruit autour de la couronne puis faire le même découpage à l'opposé du fruit. Le découper ensuite en quartiers. Ouvrir toute la grenade en couronne.

Prendre chaque quartier et le retourner graines vers le haut.

Certains conseillent de faire alors tremper les tronçons dans l'eau pour faire remonter les parties blanches de membranes... je n'ai pour ma part jamais vu faire çà !! Par aucun membre de ma famille...

Soit on est "entre nous" et on croque à pleines dents directement les graines.

Soit prendre une fourchette et écarter délicatement les graines des parties blanches pour les servir ensuite avec un peu de sucre ou de miel en salade de fruit, seules ou accompagnées d'autres fruits de saison !

 

Pour un jus de grenade naturel, prendre une grenade et la rouler sur la table un bon moment. Puis percer le haut avec un couteau pointu et y introduire une paille. HUM...

 

Remarque : la grenadine n'est plus fabriquée depuis longtemps avec des grenades mais avec un mélange de fruits rouges !!

 

Enfin, en décoration, la grenade peut être séchée, entière auprès d'une cheminée ou d'une source de chaleur. Elle prendra alors une superbe teinte foncée et même cuivrée et sa peau durcira...Au bout de quelques temps vous pourrez même en la secouant entendre les graines bouger librement dans l'écorce durcie !!

 

Elle sert alors tout simplement pour décorer la maison. On peut la mélanger à d'autres fruits séchés comme par exemple des agrumes (citrons, oranges, clémentines). Lorsqu'elle est bien sèche, la peau peut être cirée pour donner toute sa couleur et un aspect moins mat à l'ensemble.

 

 

La grenade...le fruit santé venant du sud !La grenade...le fruit santé venant du sud !

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 15:48
La figue... le fruit du mois d'octobre !

La figue est le fruit du figuier dont le nom latin est "Ficus carica" (famille des Moracées). Le genre Ficus comprend plus de 700 espèces différentes dont certaines, ornementales, font partie de nos plantes d'appartement.

 

Les fruits se forment grâce à l'intervention (pour la pollinisation) d'un insecte voisin des guêpes et des abeilles, appelé le blastophage, lequel ne peut vivre que parce que le figuier existe !  Chaque espèce de figuier a son propre  pollinisateur.

 

Les figuiers sauvages sont mâles ou femelles.

Les figues du figuier mâle (appelées "figues de bouc"ne sont pas comestibles : leur peau est dure et épaisse et l'intérieur est sec.

Si vous avez un figuier mâle dans le jardin vous devez absolument le conserver, sinon les arbres femelles ne produiront plus de fruits.

En effet, c'est grâce à lui que le blastophage survit en hiver et qu'il est libéré en juillet couvert de pollen pour aller féconder les fleurs femelles qui produiront les fruits !

Certaines variétés de figuiers produisent des figues deux fois par an, en été et en automne, d'autres, une seule fois en automne.

 

Le figuier a du mal à survivre à des températures de - 15 °. Il aime le plein soleil et la chaleur. La partie aérienne peut donc geler en hiver et doit être protégée dans les régions hors du pourtour méditerranéen. Il faut planter le figuier à l'abri, contre un mur, etc...ou en conteneurs et le rentrer en hiver.
 

Eviter de tailler trop court votre figuier même pour le mettre en forme, car la plupart des espèces fructifie sur les rameaux de l'année.

Attention au latex, le liquide blanc qui apparaît à la taille des feuilles ou des rameaux, car il peut provoquer de graves brûlures sur la peau, surtout si vous vous exposez au soleil. Surveillez les enfants ! 

 

Le figuier se reproduit très facilement par bouturage; aussi n'hésitez pas à "voler" au mois de mars, un rameau de 15 à 20 cm sur le figuier de  vos amis si vous trouvez leurs figues délicieuses. Le planter dans une terre riche en laissant dépasser un ou deux yeux. Bien l'arroser lors des premiers étés.

On peut aussi prélever un rejet déjà enraciné et le replanter.

 

Sur les marchés on trouve des figues de différentes variétés : blanches, noires, violettes, vertes...elles sont plus ou moins grosses et sucrées.

La figue... le fruit du mois d'octobre !

Les vertus de la figue:

 

Les figues contiennent beaucoup d'antioxydants (essentiellement des flavonoïdes et des caroténoïdes...) qui protégeraient l'organisme contre certaines maladies (cardiovasculaires, respiratoires et même certains cancers...). De plus la présence de fibres favoriseraient la baisse du cholestérol et le bon fonctionnement intestinal.

Elles contiennent beaucoup de sels minéraux comme le potassium, mais aussi du calcium, du magnésium et des oligo-éléments comme le fer, ainsi que de nombreuses vitamines : A, B, et K...

C'est un fruit indispensable aux convalescents car il permet à l'organisme de se reconstituer et  favorise le retour de la santé, puis agit sur le moral.

Attention : La figue se conserve difficilement : il faut la garder au frigo 2 ou 3 jours maximum.

Le mieux est de la consommer sur place au pied du figuier !

 

Un petit peu d'histoire :

 

Avec la datte, l'olive et le raisin, la figue, fraîche ou sèche faisait partie de l'alimentation de base des populations du pourtour méditerranéen.

La culture du figuier remonterait d'après les découvertes des archéologues à au moins 4000 ans avant notre ère !

 

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 17:19
Le raisin...le fruit bonne mine de septembre !

J'inaugure cette nouvelle rubrique de mon blog avec un fruit d'automne qui pousse abondamment autour de chez moi : le raisin !

 

Le raisin est le fruit de la vigne cultivée (Vitis vinifera).

C'est un fruit remarquable car il est particulièrement bénéfique pour la santé.

Il apporte de l'énergie sous forme de sucres  (glucoses et fructoses).

Il contient des vitamines A, B et C, des sels minéraux et des oligo-éléments indispensables à notre forme en particulier, du  calcium, du potassium, du fer et du magnésium.

 

Riche en polyphénols (contenus dans les pépins) il a un rôle protecteur reconnu sur notre système cardiovasculaire : il ralentirait son vieillissement, réduirait le mauvais cholestérol, ferait baisser la tension artérielle, et tonifierait les vaisseaux sanguins. Rien que ça !

De plus, de récentes études scientifiques ont démontré aussi son rôle anti-cancer.

 

C'est surtout le raisin noir (deux fois plus riches en  polyphénols) qu'il faut consommer mais il ne faut pas pour autant se priver de raisin blanc. Et il faut donc avaler les pépins !

 

Le raisin...le fruit bonne mine de septembre !

Très peu calorique malgré son sucre, il peut être consommé à volonté même par ceux qui tiennent à garder la ligne. En plus il est très facile à digérer.

 

Il joue également un rôle important sur le système nerveux et musculaire.

Il embellit la peau en renforçant les fibres et le collagène, facilite la repousse des cheveux et les fortifie.

 

Le raisin peut être consommé sous toutes ses formes : frais, secs, en jus et même sous forme de vin sans en abuser car l'alcool est nuisible à la santé.

On peut l'incorporer frais ou sec dans la cuisine : dans des tartes, cakes, clafoutis, ou des plats sucrés-salés...

 

Remarque : Le raisin sec est  très calorique puisqu'on en mange forcément plus, puisque le volume n'est pas le même, mais il a les mêmes vertus que le raisin frais, sauf en ce qui concerne la quantité de vitamine C, qui a été détruite par la dessiccation et, bien sûr son taux de sucre est plus élevé.

 

En tous les cas, il vaut mieux donner des fruits secs aux enfants plutôt que des bonbons !

 

La cure de raisin, comment et quand la pratiquer ?

 

C'est le moment ! ainsi que tout au long de la saison du raisin...jusqu'à la fin du mois d'octobre environ. 

Elle détoxifie l'organisme en le drainant, re-minéralise, tonifie et régénère le corps car elle agit sur le système digestif par son effet légèrement laxatif. Elle aurait un rôle protecteur durable contre les petits maux de l'hiver.

 

Il suffit de ne consommer que du raisin tout au long de la journée ( de 1 à 2 kg), en fractionnant les prises toutes les deux ou trois heures pour éviter d'avoir faim.

 

Pour la rendre efficace, il faut, comme lors d'un jeûne, éviter de consommer des protéines au moins 24 heures avant le début de la cure. Alterner les différentes variétés de raisin blanc ou noir  et choisir du raisin bio et très frais !

 

La cure peut durer 3 jours ou plus selon votre disponibilité, vos obligations sociales, la réaction de votre organisme...

 

L'important est de commencer un jour et de ne pas se culpabiliser si on n'arrive pas à  tenir notre engagement  !

 

En plus on peut tout au long de la journée, boire de l'eau, du jus de raisin, du jus de bouleau et des tisanes surtout de romarin (tonique du foie).

 

Mon professeur de yoga, qui essaie toujours de concilier les conseils de santé et la vie moderne, propose une alternative : faire chaque semaine tout au long de l'année une journée de mono diète (j'en reparlerai plus tard), c'est à dire, consommer au cours des repas un seul aliment (fruit, légume, riz complet).  La veille au soir, consommer un repas sans protéine et très léger. Le lendemain, reprendre une alimentation "normale" en douceur (pas de fête, d'alcool, de viande et d'orgie de chocolat...).

 

Pour ceux qui sont inquiets à l'idée de ne pas manger. Faire pendant quelques jours des repas légers à midi (crudités, poissons et légumes et fruits cuits...) et ne consommer que du raisin le soir !

 

Malheureusement certaines personnes ne peuvent pas profiter des bienfaits de cette cure :

- les personnes atteintes d'un diabète insulino-dépendant car le raisin comme nous l'avons déjà dit contient beaucoup de sucres.

- les personnes ayant des intestins fragiles, mais le hic est que pourtant la cure de raisin peut améliorer leur état.

- et bien sûr les allergiques en particulier ceux qui sont allergiques au salysilate (un des composé de l'aspirine) car le raisin  en contient un taux non négligeable.

 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -