Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 06:51

 

Je vous ai montré dimanche dernier, la croix de Camarguedressée sur le premier rond-point à l'entrée de la ville et près de Pont du Mort.

 

Voici quelques photos des autres sculptures visibles sur les ronds-points et placettes, au coeur des Saintes Maries de la Mer...

 

Ambiance Camarguaise garantie !!

 

 

 

La première sculpture dont je veux vous parler, c'est celle de "Crin Blanc".

Vous vous souvenez tous de son histoire...n'est-ce pas ?

" Crin blanc est un magnifique cheval blanc de Camargue. Il est le chef d'un troupeau de chevaux sauvages vivant en liberté. Mais un jour il se fait capturer par les hommes.

Seul Folco un petit garçon qui comprend son désir de liberté arrivera à l'apprivoiser..."

 

Crin Blanc a donné son nom à un camping, une plage et un centre équestre...

 

Sa statue est l'oeuvre du sculpteur Pascal Demaumont. Elle est en pierre d'Estaillade et a demandé 1120 heures de travail ! 

Cette statue est un hommage au père de Crin Blanc, Denys Colomb de Daunant qui a écrit son histoire et était un fervent défenseur des traditions camarguaises. Il avait d'ailleurs consacré sa vie à lutter pour la préservation de la nature et du patrimoine que représentait la Camargue.

C'est un hommage également au réalisateur Albert Lamorisse qui est l'auteur du scénario du film de notre enfance, tourné en 1952, avec les propres chevaux de Denys Colomb de Daunant. 

 
Crin Blanc au milieu de la fontaine qui orne le rond-point. Malheureusement la fontaine ne fonctionnait pas !
Crin Blanc au milieu de la fontaine qui orne le rond-point. Malheureusement la fontaine ne fonctionnait pas !

Crin Blanc au milieu de la fontaine qui orne le rond-point. Malheureusement la fontaine ne fonctionnait pas !

 

A côté de Crin blanc, se trouve la statue de Mireille, oeuvre du sculpteur Marius Jean Antonin Mercié (1845- 1916) qui a réussi à immortaliser la souffrance de la jeune fille dont l'histoire, écrite en provençal par Frédéric Mistral  est la suivante...

 

"Au pays des Baux-de-Provence, Mireille, est la fille de riches paysans de la Crau.

Lorsqu'elle rencontre Vincent, un modeste vannier, les deux jeunes gens s'éprennent l'un de l'autre. Mais, n'étant pas du même milieu social, leur amour est impossible !

Les parents de la jeune fille sont furieux qu'elle éconduise de beaux partis et refusent de les unir...

Mireille, désespérée, s'enfuit de chez elle.

Sous le soleil plombant de l'été, elle traverse la Camargue, dans le but d'aller jusqu'aux Saintes-Maries-de-la-Mer implorer les saintes d'infléchir la décision de ses parents.

Le voyage est pénible : accablée de chaleur, elle est frappée d’insolation. Quand elle arrive au terme de sa route, les saintes lui apparaissent et lui racontent leur propre épopée. Elles lui font entrevoir le bonheur de l'autre monde.

Au milieu des siens et de Vincent qui l'attendent, elle se laisse alors doucement glisser dans la mort, confiante et sereine."

 

Sur une des faces de la statue vous pouvez lire...

O SANTI MARIO

QUE POUDES EN FLOUR

CHANJAR NOSTI PLOUR

CLINAS L'AURIHO

DE VERS MA DOULOUR

MIREIO

 

Qui se traduit par...

O Saintes Maries

Qui pouvez en fleurs

Changer nos larmes

Inclinez vite l'oreille

Devers ma douleur

 

Mireille est à la Provence ce que Roméo et Juliette sont à l'Italie...

C'est vous dire !

Mais c'est surtout à sa propre vie que Frédéric Mistral fait référence dans ce superbe poème...Il n'a pu lui aussi dans sa jeunesse, épouser celle qu'il aimait, une jeune servante, refusée par son père parce qu'elle n'avait aucun biens.

 

Fréderic Mistral qui a honoré l'histoire de Mireille en écrivant ce long poème était persuadé que "Miréio", le nom provençal de Mireille, correspondait au prénom Marie qui provient de l'hébreu "Myriam" et aurait été transformé par les juifs de Provence...

 

Il a obtenu, grâce à cette œuvre le Prix Nobel de Littérature en 1904.

 

La statue a elle aussi son histoire car ce que je ne savais pas, c'est que c'est Mistral lui-même qui avait décidé de l'offrir aux saintois. Mais c'est finalement après sa mort que sa veuve a pu réaliser son rêve. La statue fût donc inaugurée en 1920 sur la Place Frédéric Mistral.

Mais la seconde guerre mondiale arrive et il est prévue de la récupérer pour la fondre afin de fabriquer des armes...

Julien Durand, alors ferrailleur, est envoyé sur les lieux.

Il est chargé de déboulonner la statue, puis de la transporter à la fonderie des métaux de Nîmes réquisitionnée par l'armée ennemie.

Mais amoureux de la statue depuis son jeune âge, il décide de la cacher et pendant toute la nuit, il récupère du cuivre afin d'atteindre le poids exact de la statue.  

L'histoire raconte que c'est du vieux cuivre qui fut fondu à la place de Mireille...

Les Provençaux peuvent dormir tranquilles !

 

 

 

 

La statue de Mireille inaugurée en 1920
La statue de Mireille inaugurée en 1920

La statue de Mireille inaugurée en 1920

 

Puis près de la mairie, sur le rond Point Du Grand Large,  nous retrouvons la sculpture intitulée "Camargue" et réalisée par l'artiste Ben K. en 2000.

Elle est constituée de deux pièces en béton bronzé pesant 4 tonnes.

Elle représente un gardian et un taureau...

Voilà un bel hommage aux manadiers de la région car cette statue est elle aussi, magnifique !

 

Le Rond Point du Grand Large
Le Rond Point du Grand LargeLe Rond Point du Grand Large

Le Rond Point du Grand Large

 

Et comme il n'y a pas de Camargue sans taureaux...vous les retrouvez aussi dans divers lieux de la ville.

Un petit nouveau vient d'être placé devant la bibliothèque municipale et la Maison des jeunes...mais je ne sais pas encore à quoi il ressemble !

 

Surprise ! Surprise ! Surprise !

Surprise !

 

Et nous retrouvons le célèbre Vovo, né dans les années 40, un cocardier d'exception qui déplaçait les foules, dont l'histoire nous est contée sur le site ICI.

Vovo était un taureau appartenant à la manade Aubanel-Baroncelli et sa célébrité a duré toutes les années 50. 

Sa statue de bronze est dressée depuis 2010 devant les arènes des Saintes. Elle a été réalisée par le sculpteur Peter Eugène Ball. 

 

Je rappelle que les taureaux de combat en Camargue ne sont pas mis à mort sinon, vous pouvez me croire je ne vous en parlerai pas !

Les "bious", comme on le dit en Camargue, c'est-à-dire les taureaux de Camargue, dont la race est caractérisée par leurs petites tailles et leurs cornes en forme de lyre, participent uniquement à des jeux taurins. 

 

Je vous ai d'ailleurs déjà parlé d'eux sur ce blog à l'automne dernier. Vous pouvez lire mon article ICI

 

 

Le célèbre Vovo...
Le célèbre Vovo...Le célèbre Vovo...
Le célèbre Vovo...Le célèbre Vovo...

Le célèbre Vovo...

 

Et puis il n'y a pas de Camargue sans flamants...

 

Je n'ai pas trouvé l'auteur de ces très gracieux flamants...qui ne sont pas roses !Je n'ai pas trouvé l'auteur de ces très gracieux flamants...qui ne sont pas roses !
Je n'ai pas trouvé l'auteur de ces très gracieux flamants...qui ne sont pas roses !Je n'ai pas trouvé l'auteur de ces très gracieux flamants...qui ne sont pas roses !

Je n'ai pas trouvé l'auteur de ces très gracieux flamants...qui ne sont pas roses !

 

Ni de bord de mer... sans bateaux, sans ancre et sans phare.

Mais j'ai oublié de prendre le bateau !!

Alors vous n'avez que l'ancre et le phare
Alors vous n'avez que l'ancre et le phareAlors vous n'avez que l'ancre et le phare
Alors vous n'avez que l'ancre et le phare

Alors vous n'avez que l'ancre et le phare

 

A bientôt pour la suite de la visite

des Saintes Maries de la Mer !

 

Vous êtes sûrs d'avoir pensé à cliquer

sur les photos pour les voir en grand ?

Venez nous rejoindre chez Magda !

Venez nous rejoindre chez Magda !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

écureuil bleu 16/07/2016 12:53

Merci Manou se nous présenter ces belles statues et de nous raconter leur histoire. Ma préférée est celle de Mireille.

manou 17/07/2016 10:47

Je la trouve très belle aussi et très expressive. Malheureusement je n'ai pas réussi à prendre uniquement son visage...Le soleil n'était jamais placé au bon endroit :)

missfujii. 14/07/2016 19:59

On n'apprend toujours pleins de choses chez toi, c'est encore mieux quand on connait l'endroit dont tu parles

manou 15/07/2016 10:57

Oui j'imagine bien que tu connais :)

philae 11/07/2016 17:52

magnifique série j'apprécie

manou 15/07/2016 10:57

Merci ! C'est très sympa de me donner ton avis.

josy15 11/07/2016 14:31

il y en a des taureaux !

manou 15/07/2016 10:58

N'est-ce-pas !! Que serait la Camargue sans taureaux ! dès qu'on sort de la ville tous espaces verts sont emplis de taureaux, de chevaux et les marais d'oiseaux.

Renee 11/07/2016 12:47

tu me fais me souvenirs de super moment passé a flâner en ces lieux il y a fort longtemps. Bisessssss

manou 15/07/2016 10:59

Je suis heureuse de te rappeler tous ces beaux souvenirs. Ce petit coin de Provence a su conserver son charme...Bises

wolfe 11/07/2016 09:03

Bonjour
Ces sculptures sont superbes!
Les photos aussi d'ailleurs!
Bisous

manou 15/07/2016 11:00

Merci ! La lumière était facile...je ne suis pas particulièrement douée pour les photos !

Mimi 10/07/2016 22:02

Les Saintes Maries ont bien changé depuis ma dernière visite. Il est temps que j'y retourne ! Merci Manou pour toutes les histoires et légendes qui jalonnent cet article ( ah, Crin Blanc, j'en ai encore la larme à l'oeil). Et les taureaux camarguais qui permettent aus jeunes raseteurs de briller dans les arènes et de montrer leur vaillance et leur sportivité, quel spectacle !

manou 15/07/2016 11:02

J'ai trouvé aussi beaucoup de changements, mais d'autre part, les traditions sont respectées et le bord de mer préservé et ça c'est super.

L'Espigaou 10/07/2016 18:57

Merci pour ce splendide billet.
Je ne connaissais pas l'histoire de la "non fonte" de Mireille pour en faire des armes.
Tes photos sont superbes et ta documentation très intéressante et bien explicite.
Passe une belle semaine
Je t'embrasse
Mary

manou 15/07/2016 11:03

Merci Mary. Ce petit séjour aux Saintes avec mes amies m'a revigoré. Et ce début juillet au frais en Auvergne avec la tendresse de mes petitous, m'a fait aussi beaucoup de bien. C'est toujours un plaisir de partager !

Nell 10/07/2016 13:14

J'ai adoré, Manou, et tes histoires sont émouvantes. J'ai beaucoup lu du Mistral à mes enfants, lorsqu'ils étaient enfants. Le soir, avant de s'endormir, je leur lisais quelques-unes de ses belles histoires. Julien, mon fils ainé, s'en souvient toujours...Il a aujourd'hui 37 ans, c'est dire. Gros bisous, ma belle, et douces vacances.

manou 15/07/2016 11:05

C'est super car en principe c'est plutôt en Provence que les parents prolongent les traditions...mais je me souviens que tu m'as dit que tu avais des origines provençales...Bisous je suis rentrée hier soir tard et je viens te voir dès que possible.

Maria-Lina 10/07/2016 12:37

Superbe, tout est tout beau! Bise et bon dimanche tout en douceur!

manou 15/07/2016 11:05

Merci Maria-Lina !

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -