Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 14:42
J'irai cracher sur vos tombes / Boris Vian

C'est un roman policier, paru pour la première fois en 1946, écrit par Boris Vian, sous le pseudo de Vernon Sullivan, un nom imaginé à partir de Paul Vernon, un copain musicien, et Joe Sullivan, pianiste de jazz.

Pour le faire publier, Boris Vian se fait passer pour le traducteur du texte.

 

 

L'histoire se déroule dans le Sud des États-Unis et met en scène les difficultés quotidiennes des Noirs face au racisme des Blancs.

Lee Anderson est un "nègre blanc" : il est bien décidé à "franchir la ligne" c'est-à-dire à se faire passer pour un blanc. Il faut dire qu'il a la peau très claire, les cheveux clairs et, à part ses ongles qui sont colorés de jaune, il peut très facilement passer pour un blanc. Sa mère était une mulâtresse, sa grand-mère était noire et son grand-père blanc.

Son petit frère par contre "le gamin" n'a pas eu cette chance : il était très noir de peau.

C'est pour cela qu'une bande de blancs l'a poursuivi. Pour cela et aussi parce qu'il aimait une blanche, et qu'elle aussi l'aimait, fait inacceptable pour la société de l'époque. C'était facile alors de le condamner à mort en l'accusant de viol...

 

Fou de rage et bien décidé à venger son frère, Lee quitte sa ville natale pour se rendre à Buckton.

Là, grâce à une connaissance il devient libraire et entre dans la petite bande locale de jeunes fortement alcoolisés... grâce aux filles auprès de qui il passe pour un Don Juan.

Son but n'est pas de faire des connaissances, mais bien de venger son frère, en humiliant une femme blanche.

 

Mais cela ne suffit pas à Lee. Il veut faire du mal à Dexter, le caïd local, qui domine toute la bande et la ville. Celui-ci devine le secret de Lee et décide de le mettre à l'épreuve en l'amenant dans une sorte de "bordel" plein de très jeunes filles noires...

C'est lorsque Lee rencontre Jean et Lou Asquith, deux soeurs d'une très riche famille qu'il programme sa vengeance : l'approche et la séduction est facile, puis il rend les deux soeurs jalouses l'une de l'autre. Ce n'est qu'un début car Jean tombe enceinte.

Lee décide de les tuer le plus sauvagement possible mais avant, il veut voir la peur dans leurs yeux et leur révéler sa négritude puis les raisons de sa vengeance...

 

 

Mon avis

 

Le titre est choc mais il a le mérite de nous donner exactement l'intention de l'auteur. C'est avant tout un roman qui dénonce la ségrégation raciale et montre jusqu'où peuvent aller les hommes...

C'est un roman qui condamne avant tout les racistes de tout poil, les Blancs et les Noirs. Voilà pourquoi Boris Vian nous invite à aller "cracher" plutôt que "danser" sur leurs tombes.

L'auteur a avant tout voulu montrer les ravages causés par le racisme primaire dans la société américaine mais pas que là-bas...

Il faut replacer ce roman dans le contexte des années 40. La Seconde Guerre mondiale venait de se terminer et Hitler était passé par là.

Dans le sud de l'Amérique, la ségrégation raciale était la règle et l'apartheid pointait son nez en Afrique du Sud.

On peut d'ailleurs se demander si aujourd'hui, le racisme ne fait pas toujours autant de mal autour de lui...

 

 

C'est un roman violent, volontairement provoquant qui m'avait fortement marqué à la première lecture durant mon adolescence lorsque j'ai découvert tous les écrits de Boris Vian.

 

Le récit est aussi violent que très cru et Boris Vian décrit sans fioriture, aussi bien les ébats sexuels de ces jeunes dépravés qui s'ennuient mortellement, que leurs beuveries, ainsi que des scènes d'une violence quasi insoutenable... tout cela sur fond de provoc.

Ni la musique omniprésente, ni les descriptions très sensuelles du corps des jeunes femmes, n'arrivent à adoucir l'ensemble.

 

De plus, les actions du personnage principal ont beau être motivées par la vengeance, elles n'en sont pas moins abjectes.

Tous les personnages sont dans leur psychologie et leur comportement très bien décrits.

C'est pour cela qu'ils arrivent à nous toucher. Lee par exemple à un dessein condamnable et horrible mais on le prend en pitié, car il est à la fois une victime et un bourreau.

 

Il n'en est pas moins vrai que cette débauche de sexe, cette violence à chaque page a un côté dérangeant si on lit le roman au premier degré et peut choquer.

 

Mais c'est un roman très bien écrit (on y reconnaît la plume de Boris Vian) et il se lit très vite.

 

Le lecteur ne peut pas rester indifférent et sort de sa lecture à la fois très mal à l'aise et anéanti par tant de violence.

 

Il n'en fallait pas plus pour que ce livre soit INTERDIT dès 1949 et son auteur "Vernon Sullivan" condamné pour "Outrage aux bonnes moeurs". C'est à l'occasion de ce procès qu'il a été découvert que derrière Vernon Sullivan se cachait le talentueux Boris Vian et que "J'irai craché sur vos tombes" avait été écrit en quinze jours, comme une sorte de canular suite à un pari...

Lire à ce sujet l'article de l'EXPRESS "La véritable histoire de Vernon Sullivan".

Lire aussi "l'affaire Vernon Sullivan" , par Gary Kilian, sur le site de la BNF.

Il faut noter que le qualificatif de "Outrage aux bonnes moeurs" n'existe plus aujourd'hui depuis que le code pénal a été profondément remanié en 1994.

 

Boris Vian a aussi été attaqué en justice pour "assassinat par procuration", un fait divers ressemblant étrangement à son roman ayant eu lieu pendant le procès.

 

Une représentation théâtrale de "J'irai cracher sur vos tombes" a été créée au Théâtre Verlaine à Paris en avril 1948. 

Par contre, Boris Vian  n'était pas du tout d'accord avec l'adaptation cinématographique édulcorée de son roman. Elle a été réalisée par Michel Gast en 1959. C'est en assistant à la première du film que Boris Vian d'ailleurs est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 39 ans. Ceci n'explique pas forcément cela car il avait depuis son jeune âge suite à des rhumatismes articulaires, une faiblesse cardiaque.

 

Quelques jours avant sa mort, il a accepté que Françoise D'Eaubonne signe une nouvelle version de son roman plus "soft" et proche du film.

J'irai cracher sur vos tombes / Boris Vian

Dans le synopsis du film, comme dans le nouveau roman co-signé par la romancière Françoise D'Eaubonne les noms des personnages ont été modifié.

 

Voici l'histoire...

 

Dans le sud des États-unis, Johnny, un jeune noir, est assassiné parce qu'il aimait une blanche. Il est accusé de viol et lynché par des amis de la jeune fille.

Son frère, Joe Grant, un "nègre blanc", atterré par le racisme ambiant quitte Memphis pour se rendre vers le Nord, dans la petite ville de Trenton. Il est bien décidé à se venger en humiliant des femmes blanches.

Là, il obtient l'appui d'un vieux libraire, Horace Chandley qui le loge et lui cède la boutique.

La petite ville est dirigée par un gang, dont le chef, Stan Walker a la renommée d'être plutôt violent. Il rackette les habitants de la ville et s'entoure de jeunes ados désoeuvrés, accros au sexe et à l'alcool.

Joe résiste aux intimidations de Stan et n'hésite pas à se bagarrer avec lui.

Il réussit même à approcher la jeune fiancée du caïd, Elysabeth Shannon. Pour la rendre jalouse et mettre en place sa vengeance, il séduit aussi sa soeur, Sylvia.

Mais Stan le met à l'épreuve et découvre son secret. Il va alors clamer haut et fort sa négritude. Sylvia avec qui il a couché est folle de rage. Elle l'accuse de viol...et jette la police à ses trousses.

Mais pendant ce temps Joe et Elisabeth très amoureux, réussissent à se sauver et à passer la frontière...

 

 

Un livre à réserver aux adultes évidemment... qui sauront lire entre les lignes et voir tout ce que l'auteur a voulu dénoncer en provoquant ainsi la société bien pensante de l'époque.

 

Mais malgré tout accrochez-vous,  car on est loin de la poésie romantique de "L'écume des jours", loin du musicien de jazz passionné ou du peintre.

La première édition du roman

La première édition du roman

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rebecca G. 19/07/2015 21:31

Bien sur, je connaissais ce titre, mais je n'ai pas encore eu l'occasion de le lire, bien qu'il figure dans ma bibliothèque virtuelle. Du coup, je ne sais pas si je le lirais... C'est un classique, certes, mais la débauche, ce n'est pas trop mon truc... Je n'imaginais pas ça. merci à toi, en tout cas pour cet article fort instructif. Bises.

manou 20/07/2015 08:32

Tu peux essayer...J'ai eu envie de le relire parce qu'il m'avait choquée lorsque je l'ai découvert à l'adolescence. Mais même adulte, c'est un livre choc : il a été écrit pour ça et ça marche... car on ne peut s'empêcher de méditer sur la violence provoquée par le racisme.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -