Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 08:02

 

La période de l'année s'y prête... Je dédie cette petite bibliographie sans prétention, à la mémoire de mes grands-pères.

 

J'ai en effet envie cette année de me pencher sur cette période de l'histoire qui tombe dans l'oubli chaque année un peu plus, au fur et à mesure que les familles vieillissent, et que les jeunes générations n'ont plus que le cours d'histoire pour leur en parler.

La littérature joue ici un rôle important dans le devoir de mémoire. J'ai lu certains de ces livres depuis fort longtemps, d'autres ont été utilisés régulièrement dans mon travail avec les élèves, pour d'autres enfin, je les ai noté parce qu'ils sont incontournables même si je ne les ai pas encore lu...mais peut-être en connaissez-vous certains ?

 

Aujourd'hui c'est le 11 novembre, jour férié,  en commémoration de la signature, le 11 novembre 1918, de l'armistice qui a mis fin à quatre années de combats sanglants durant lesquels plus de 9,7 millions de militaires ont été tués dans les tranchées ou autres lieux.

En tout, avec les civils, cela a fait près de 18,6 millions de morts. Et je ne tiens pas compte des nombreux blessés, ni de l'épidémie de "grippe espagnole" de 1918, la pandémie la plus mortelle de l'histoire qui a tué à elle seule des milliers de personnes, affaiblis par la malnutrition.

Je n'aime pas spécialement les commémorations et je préfère de loin célébrer l'armistice qui annonce la paix, plutôt que de célébrer la guerre...voilà pourquoi je choisis cette date pour cette chronique !

 

Mes grands-pères sont miraculeusement revenus de la guerre, bien amoindris et blessés dans leur chair et dans leur coeur. Je pense à eux aujourd'hui, à ceux qui faisaient partis de ma famille et qui ne sont pas revenus, mais aussi de façon plus large et généreuse à tous les poilus qui se sont battus pour leur "patrie" ...

 

Rien n'est plus terrible que la guerre et la violence qui en découle.

Si mes grands-pères avaient su qu'aujourd'hui encore, la guerre serait à l'ordre du jour dans de nombreuses zones du monde et que des milliers de réfugiés viendraient chercher asile en Europe pour la fuir, ils auraient certainement perdus espoir dans l'humanité...

 

J'ai une pensée "émue" pour ceux qui se sont battus en pleine jeunesse pour leur patrie (on les avait conditionné pour ça), pour une cause qui les dépassait le plus souvent (ils croyaient tous être rentrés pour fêter noël en famille), contre d'autres jeunes de leur âge contre qui ils n'avaient pas d'animosité particulière, et surtout pour faire leur "devoir" (que signifie ce mot aujourd'hui pour nous et les jeunes générations ?).

Malgré ce qu'ils avaient vécu, ceux qui sont revenus, nous ont appris la tolérance et le pardon et ont su nous donner espoir en un avenir meilleur et nous transmettre des valeurs fondamentales de vie en communauté.

 

Je précise que le seul de mes grands-pères que j'ai connu, qui avait eu les pieds gelés dans les tranchées de la Marne et ne pouvait quasiment plus marcher car il n'avait plus qu'un petit orteil à un pied et heureusement le gros à l'autre, ne nous a jamais parlé des horreurs qu'il avait vécues.

Le silence devant les enfants était obligatoire dans ma famille et comme il est mort lorsque j'avais 11 ans, je ne sais pas grand chose de ce qu'il a pu vivre au quotidien.

Seules restent quelques rares photos d'époque...et surtout les livres.

 

Pour nous, qui avons vécu dans un certain confort, et encore plus pour les générations futures, cela nous paraît presque invraisemblable d'imaginer les conditions de vie durant ses quatre années de guerre dans le froid, dans la boue, avec la faim et la peur au ventre...

Se pencher sur cette période de l'histoire ne peut que nous ouvrir vers plus d'humanité.

En 1999, lors de l'éclipse totale de soleil, nous sommes allés dans les Ardennes avec nos enfants. Nous nous sommes rendus à Verdun et à l'ossuaire de Douaumont. Nous avons tous été fortement impressionnés par ce que nous y avons vu. Mon fils aîné, alors jeune adolescent, a trouvé cette visite plus explicite que des pages et des pages de livres d'histoire...et de cours, même bien documentés.

 

A noter : 

Le dernier soldat allemand, Erich Kästner, est décédé le 1er janvier 2008 à l'âge de 107 ans.

Le dernier combattant français, Lazare Ponticelli, est mort le 12 mars 2008 à 110 ans.

Delfino Borroni, dernier survivant italien, est décédé le 26 octobre 2008 à 110 ans.

Le dernier soldat survivant de la Première guerre mondiale est mort en Australie en 2010 à l'âge de 110 ans. Il s'agissait du britannique Claude Choules. Il avait été engagé à 14 ans dans la Royal Navy.

 

La commémoration du centenaire de la guerre 14-18 qui a débuté en 2014, ne se terminera qu'en 2018, par la commémoration de la signature de l'armistice.

J'ai donc le temps de compléter cette petite bibliographie d'ici là.

 

 

Pour les moins de 10 ans... quelques albums ou petits romans

 

- Rendez-vous au Chemin des Dames - avril 1917 / Yves Pinguilly

(à partir de 6-7 ans)

Transis de froid dans les tranchées, trois soldats vont participer à la grande offensive lancée par le général Nivelles le 16 avril 1917. Heureusement, ils sortent vivants de l'attaque si meurtrière qui a eu lieu sur le plateau du Chemin des Dames, un des plus tragiques champs de bataille de la guerre de 1914-1918. Quand ils apprennent que leur permission tant attendue est supprimée, ils décident de se révolter et de faire la grève de la guerre...

 

- Zappe la guerre / Pef (plus de 8 ans)

Des soldats reprennent vie et sortent du monument aux morts dans l'état où ils sont tombés, un siècle plus tôt. Dans les rues, ils découvrent la ville moderne, la télévision et ses images de conflits... Ils rencontrent aussi un enfant, à qui ils racontent ce qu'ils ont vécu.
Devenu un album de référence, un livre fort autour de la Première Guerre mondiale et des horreurs de la guerre en général.

 

 

 

 

 

 

- Mort pour rien / Guy Jimenes (plus de 8 ans)

 

Ce récit est inspiré de la bataille de la Meuse, dernière bataille de 1914-1918. Un soldat meurt alors même que l’armistice vient d’être instauré. Au-delà de la mort absurde de ce soldat vue à travers le regard de son ami épargné, c’est aussi toute la difficulté du retour et de la réadaptation qui est évoquée, dans une France meurtrie au lendemain de la guerre.

 

 

- Lulu et la grande Guerre / Fabien Grégoire (plus de 9 ans)

 

 

 

Saint Julien, village français, le 1er août 1914. Comme tous ses habitants, la petite Lucienne prépare la fête du village. Mais voilà tout à coup que l'atmosphère change. Il se passe des choses bizarres. Le curé et le maire traversent la place à grands pas, le visage sombre. Et soudain, le clocher de l'église se met à sonner le tocsin. Les habitants accourent pour lire les grandes affiches que le garde-champêtre est en train de coller sur les murs : Mobilisation générale. Charles, le frère de Lucienne, a vingt-deux ans. Il vient de finir ses trois années de service militaire. "Je vais devoir partir, ma Lulu. Je vais aller me battre contre les Allemands", dit-il à sa sœur. Les journaux prétendent que les Allemands seront rapidement vaincus et que la guerre ne durera pas. Mais les lettres que reçoit Lulu de son grand frère disent le contraire...

 

- Carnet de poilu - leur vie racontée aux enfants par Renefer (à partir de 8-9 ans)

Pour sa fille de huit ans, Renefer, artiste et soldat sur le front, a raconté et dessiné la vie quotidienne des poilus dans les tranchées. Ce témoignage de première main unique, publié à l'identique cent ans après sa réalisation, a une portée universelle : il s'adresse aux générations futures, à tous les enfants et donc aussi à nous, enfants, petits enfants et arrière-petits-enfants de la génération sacrifiée.
En plus du fac-similé du carnet de Renefer, cet ouvrage propose une biographie inédite de l'artiste illustrée d'oeuvres, témoin de son style (du Paris 1900 jusqu'aux paysages d'Ile de France), des lettres du front illustrées, ainsi qu'une sélection de ses principales oeuvres de guerre (eaux fortes, lithographies).

 

 

À la fois dessinateur, graveur, illustrateur et peintre paysagiste, Raymond Fontanet, dit Renefer (1879-1957) est un artiste complet dont les oeuvres sont aujourd'hui présentes dans les musées et collections. Durant toute la Grande Guerre, il dessine sans discontinuer et exécute de nombreuses gravures 'Sur le Front' de Verdun, 'Pendant le Combat' dans la Somme, des "Hauts-de-Meuse en Alsace".

Certaines d'entre elles serviront à illustrer "le Feu" d'Henri Barbusse paru chez Gaston Boutitie en 1918.
Gabrielle Thierry, artiste peintre, qui présente cet album magnifique, a créé l'association Renefer pour défendre l'oeuvre du peintre, un poilu "comme les autres" pendant la guerre de 14-18.

 

 

 

- Il s’appelait le soldat inconnu /  Arthur Tenor (à partir de 9 ans)

 

Quand il était petit, François rêvait d'être soldat. Puis la guerre de 1914 a éclaté et il est parti se battre, la «fleur au fusil», fier de défendre son pays. Mais il a rapidement découvert la dure réalité des champs de bataille, l'horreur des tranchées, la sauvagerie des hommes. Il a surtout connu une fin tragique, comme de nombreux soldats, et son nom s'est perdu dans la boue de Verdun. C'est ainsi qu'il est devenu... le Soldat inconnu.

 

 

- Le fils du héros / François Charles (à partir de 9 ans)

1918. La guerre s'achève. À quoi bon ? se demande Valentin dont le père est mort au combat. À quoi bon être le fils d'un héros quand on est un orphelin livré à un avenir incertain ? À quoi sert une médaille militaire quand la guerre a tué votre père ? Quand ni les honneurs ni les discours ne le feront revenir ? Mais une rencontre inattendue va bouleverser la vie de Valentin..

 

 

- Frères de guerre / Catherine Cuenca (plus de 9 ans)

 

 

 

L'Allemagne déclare la guerre à la France. La mobilisation générale est décrétée. Eugène rêve de faire partie de l'aventure, mais il n'a que seize ans. Avec Matthias, son meilleur ami, ils fabriquent de faux papiers et réussissent à se faire engager. Ils partent ensemble pour le front, mais, très vite, sont séparés. Chacun de leur côté, ils découvrent l'horreur de la guerre, dans l'enfer des tranchées...

 

 

 

- Le secret du dernier poilu / Catherine Cuenca (plus de 9 ans)

L’arrière-grand-père de Laura, Eugène Ruy, est le dernier des Poilus de la Grande Guerre. La petite fille aime l’interroger sur ses souvenirs de guerre et sur la fraternisation des soldats français et allemands le 24 décembre 1914. Alors qu’il regarde une émission sur les derniers survivants de la Première Guerre mondiale, Eugène devient livide. Il a reconnu un des soldats allemands. Animée par la curiosité, Laura aimerait comprendre ce qui a touché son arrière-grand-père. Au cours d’une promenade, il va lui confier un véritable secret…

 

 

- Comment parler de la Grande Guerre aux enfants / Sophie Lamoureux (à partir de 10-11 ans accompagné d'un adulte)

Quels ont été les enjeux et les conséquences la guerre 14-18 : l'Allemagne était-elle la seule responsable du déclenchement des hostilités ?

Quels rôles ont joué les intérêts économiques ?

En France, la IIIe République n'a t-elle pas tout fait pour obtenir sa revanche après son humiliante défaite de 1870 ?

L'auteure invite les adultes à "réviser" ces événements historiques pour entamer un dialogue avec les plus jeunes pour qui cette "Grande Guerre" appartient au siècle dernier !

Mieux comprendre cette période est crucial car l'Histoire nous livre un enseignement précieux pour mieux comprendre le présent.

Quinze fiches illustrées par des documents d'époques (photographies, carte, affiches) permettent d'engager un dialogue sur des sujets comme la guerre industrielle, les poilus, les coloniaux engagés dans le conflit, ou ce qu'était vraiment la guerre des tranchées...

 

Pour les 10 - 15 ans

 

 


- Cheval de guerre / Michael Morpugo (plus de 10 ans)

 

 

Un cheval raconte sa vie à la première personne. Ses premiers souvenirs remontent au jour où sa mère et lui ont été vendus et séparés pour toujours. Lui, a été acheté par un fermier alcoolique qui le maltraite. Heureusement, le fermier a un jeune fils âgé de 13 ans, Albert, qui prend le poulain en affection et le surnomme Joey. Ensemble, le jeune garçon et le cheval grandissent à la ferme. Un soir d'été, on apprend que la guerre est déclarée contre l'Allemagne. Le père d'Albert emmène alors Joey au village pour le vendre à l'armée britannique sans prévenir son fils. Quand Albert arrive, c'est trop tard.
Il est trop jeune pour s'engager dans l'armée...Albert et Joey se retrouveront-ils ?

 

 

- La marraine de guerre / Catherine Cuenca (à partir de 10 ans)

Etienne a 23 ans. Il est soldat et depuis deux ans il se bat sur le front, dans les tranchées. A chaque instant, il fait l'expérience de la peur, de la souffrance, de la mort, mais aussi de l'amitié et de la solidarité de ses compagnons. Comme d'autres soldats, il a une marraine de guerre qui lui envoie colis et lettres réconfortants. Un jour, pendant une permission, il décide de la rencontrer...

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

 

 

 

- Promenade par temps de guerre / Anne-Marie Pol (à partir de 11 ans)

Victor, un adolescent de 14 ans, vit avec ses copains dans un orphelinat depuis que la guerre a commencé en 1914. Pour lui, la vie est injuste mais ce qu'il ne sait pas encore, c'est que son père est mort sur le front. Victor s'interroge sur son avenir : retrouvera-t-il son père ? Pour cela il part à sa recherche à travers la France.

 

 

 

 

 

 

Le journal d'Adèle (1914-1918) / Paule de Bouchet (+ de 11 ans) 

 

Jeudi 30 juillet 1914. Adèle commence enfin le journal qu'elle a reçu pour Noël : un ami auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets.
En ce 1er août 1914, les cloches de l'église de Crécy se mettent à sonner le tocsin à toute volée, c'est la guerre! Le journal que tient Adèle l'aidera-t-il à avoir moins peur? Ses frères mobilisés reviendront-ils à la ferme? Reverra-t-elle Lucien, son filleul de guerre, venu un jour en permission? Qu'adviendra-t-il de sa meilleure amie ?
Les années passent dans le petit village de Bourgogne, rythmées par les travaux des champs, les nouvelles du front. La guerre tue, mutile les soldats, affame les gens de «l'arrière», endeuille les campagnes. Adèle grandit et rêve de devenir institutrice dans un monde meilleur...

 

 

- Trois frères dans la grande guerre : Correspondance inédite  / Annie Collognet-Barrès (plus de 11 ans)

Une famille dans la grande guerre c'est une correspondance unique, un récit épistolaire vrai et touchant au cœur de la Première Guerre Mondiale. Ils sont cinq, cinq frères d'une famille paysanne de l'Ariège que la Première Guerre mondiale va séparer. Si Joséphin et Zéphirin ne sont pas envoyés au front, Jean-Baptiste, Henri et Justin découvrent les tranchées et les horreurs de la guerre. À travers une centaine de lettres, des illustrations inédites et des notions historiques, le quotidien des soldats et de leur famille est dépeint avec justesse et sincérité.

 

 

 

 

- Verdun 1916 : un tirailleur en enfer / Yves Pinguilly

Tierno vit dans un petit village près de Conakry. Bon élève à l'école des blancs, il obtient une bourse pour étudier à Dakar. Mais le bateau qui l'emmène va le conduire contre son gré jusqu'à Marseille, mêlé à un groupe d'engagés plus ou moins volontaires, arrachés à leurs villages pour aller "apprendre la guerre" en France. Car nous sommes en 1916, et le but ultime du voyage, c'est Verdun et son champ de bataille. Tierno quitte donc un paradis pour l'enfer des tranchées ; là souffrent et meurent pêle-mêle poilus, tirailleurs, gradés, qu'ils soient lâches ou courageux, riches ou pauvres, noirs ou blancs. Tierno s'en sortira en héros, gradé et médaillé, mais son compagnon, Aboubakar le fils de roi, disparaîtra à Verdun, comme tant d'autres anonymes...

 

 

- 14-18 : Une minute de silence à nos arrière-grands-pères courageux / Thierry Dedieu (à partir de 11-12 ans)

Un album  presque sans paroles, en hommage aux poilus, avec des images violentes et réalistes, pour dire la guerre là où les mots ne sont plus.

Une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux. Cette minute de silence correspond aux conditions presque réelles de lecture de l'album.

Cet album singulier dénonce la douleur muette des combattants ainsi que la solitude et les interrogations dont souffraient les proches. Un véritable hommage à nos grands-parents et arrières grands-parents, victimes et héros de la «Grande Guerre».

 

 

 

- Le bruit du vent / Hubert Mingarelli (à partir de 12 ans)

Sur son île battue par les vents, Vincent rêve du continent et de ses mystères. Il attend impatiemment le retour de son père et des hommes du village partis pour la Grande Guerre. En cachette, il tente de remettre à flot un vieux canot échoué, mais qui pourra lui apprendre à naviguer? Un jour, son père revient. Muré dans le silence de ses insoutenables souvenirs, il est incapable d'aider son fils. A force de ténacité, Vincent réussira-t-il à franchir les jetées ?

Livre actuellement épuisé...A emprunter en médiathèque ou au CDI du Collège.

 

 

 

- Soldat Peaceful - Michael Morpugo  (+ de 12 ans)

Thomas Peaceful, dit Tommo, a 16 ans en 1914 lorsque son frère aîné Charlie est enrôlé dans l'armée anglaise pour partir sur le front français. Malgré son jeune âge, Tommo décide de partir aussi. Alors que Charlie a été condamné à mort pour insubordination et qu'il vit ses dernières heures, Tommo raconte leur enfance marquée par la mort tragique de leur père, son amour démesuré pour son frère, les premiers émois avec Molly, leur amie d'enfance. Puis, la guerre, l'horreur des tranchées, les bombardements et enfin, la condamnation à mort.

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

- Le dernier ami de Jaures / Tania Sollogoub (plus de 12 ans)

 

Rue de la Tour à Paris, une fenêtre éclairée sous les toits. Derrière cette fenêtre, un homme écrit un éditorial pour le journal L’Humanité. Il s’appelle Jean Jaurès. Ses écrits, ses prises de position, son désir profond de changer le monde l’ont mis en danger d’être assassiné. Le peuple de Paris a juré de le protéger. Ils sont jeunes ou vieux, ils s’appellent Suzanne, Lucien, Mallavec, Paul.
En cette fin du mois de juillet 1914, ce peuple-là ne veut pas de la guerre, et personne n’y croit vraiment. Paul a 15 ans, et son esprit est dévoré par l’amour fou qu’il éprouve pour Madeleine, une jeune fille de la bourgeoisie à qui il n’est pas censé adresser la parole.
Ce soir-là, rue de la Tour, en gravissant les marches qui mènent à la chambre de Jaurès, Paul ignore que cet homme va non seulement lui accorder sa confiance, mais devenir le confident de son secret, et lui donner la force de changer son destin.

 

 

- Mon père est parti à la guerre / John Boyne (plus de 13-14 ans)

 

La première guerre mondiale vue au travers des yeux d'un jeune garçon : Alfie. Le père d'Alfie rompt sa promesse et s'engage dans l'armée pendant la première guerre mondiale. Quatre ans plus tard, la guerre fait rage et le jeune garçon ignore si son père est vraiment parti en mission ou s'il a disparu à jamais.Tout le monde semble savoir ce qui lui est arrivé mais le secret reste bien gardé. Devenu cireur de chaussures à la gare de King's Cross de Londres, Alfie va enfin découvrir la vérité au hasard d'une de ses rencontres et partir pour la mission la plus importante de sa vie...

 

 

- Capitaine Conan / Roger Vercel  (+ de 14 ans)
1918. Les Balkans. L'armée d'Orient remporte sur les Bulgares la victoire du Mont Sokol, notamment grâce à l'action des nettoyeurs de tranchées. Deux jeunes officiers font cause commune contre la médiocrité de la hiérarchie militaire et le soudain désœuvrement où la paix les plongent. Mais l'un, Conan, est l'une de ces bêtes de guerre et l'autre, Norbert, doit porter accusation contre certains de ses hommes devant le tribunal militaire. La plus sincère amitié peut-elle résister lorsque surgit l'affrontement ?

 

 

- Le grand théâtre / Colette Blanluet (à partir de 14 ans)

Quelques jours après l'assassinat de Jaurès, c'est la mobilisation générale de la guerre 14-18. Gaston Parmentier, directeur d'école primaire, doit partir en laissant la direction de l'école et ses quatre fils à son épouse Emilie. Parviendra-t-elle à assumer cette lourde charge avec en arrière plan la grande guerre, bouleversante et cruelle...

Livre épuisé à emprunter en bibliothèque.

 

 

 

- La vie tranchée / Bénédicte Des Mazery (plus de 15 ans)

 

 

Louis Saint-Gervais, soldat réformé pour blessure est affecté au service du contrôle postal. Il doit lire et censurer les lettres de ses camarades restés au front. Mais comment peut-on rester indifférent à ces cris de souffrance et de détresse qui sont de véritables appels au secours...

Arrivera-t-il à désobéir à ses supérieurs ?

 

 


- J'ai saigné / Blaise Cendrars (plus de 15 ans)

En 1915, le narrateur est amputé du bras droit, puis conduit à l'hôpital de Châlons-sur-Marne pour y être soigné. Là, il est confronté à la souffrance de ses compagnons, mais rencontre également des femmes au grand coeur, telle l'infirmière en chef, Madame Adrienne...Dans ce court récit autobiographique, Cendrars raconte les souffrances et le chaos engendré par la Grande Guerre et rend hommage à ceux qui, par leur courage et leur générosité, l'ont transformé en aventure humaine.L'édition Classiques & Cie Collège.

 

Soigneusement annoté, le texte de la nouvelle est associé à un dossier illustré, qui comprend :- un guide de lecture, avec des repères, un parcours de l'oeuvre en 7 étapes, un groupement de documents sur le thème de la guerre,- une enquête documentaire : La médecine au front pendant la Première Guerre mondiale".

 

 

- Paroles de poilus-  lettres et carnets du Front 1914-1918 / Jean-Pierre Guéno (plus de 15 ans)

Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans. Ils ont quitté leur famille, leur métier, leur vie pour partir à la guerre.
A leur famille, du fond des tranchées, ils écrivent leur peur, leur désespoir ou leur espérance...

 

     

 

 

 

Ces trois livres édités par Librio sont également parus en Album-BD chez Soleil Éditeur.

 

 

 

 

 

 


- Mon papa en guerre - Lettres de poilus- Mots d'enfants 1914-1918 / Jean-Pierre Guéno (plus de 15 ans)

Extraits de lettres, de journaux intimes et de récits autobiographiques échangés pendant la première guerre mondiale, entre les pères partis au front et leurs enfants.

 

- Paroles de Verdun / Jean-Pierre Guéno (plus de 15 ans)

L'enfer de Verdun : Au jour le jour, durant ces dix longs mois, les combattants ont écrit à leur famille ou à leurs proches, et leurs lettres révèlent en direct la tragédie de cet événement. Jean-Pierre Guéno en a réuni un florilège, qui témoigne de l'endurance de ces hommes à la boue des tranchées, à la faim, à la soif, au désespoir, et à l'incompétence des élites militaires, celle de Joffre par exemple, qui fit désarmer les forts de la ville six mois avant la ruée allemande. " Verdun " est une bataille à somme nulle: 301 jours d'affrontements sévères pour, au final, raccompagner les Allemands à la case départ, laissant la Meuse tel un immense champ voué au carnage jusqu'en novembre 1918. Restent l'humanisme, la formidable bravoure des poilus, à la fois victimes et héros.

 

- Carnets de Verdun / Laurent Loiseau (plus de 15 ans)

 

Verdun garde les cicatrices des 26 millions d'obus qui ont laminé les collines, fracturé les roches et rayé de la carte neuf villages. Sur quatre hommes qui montent au front, un seul revient indemne. Crapouillots, brancardiers, médecins-major ou mitrailleurs, ils en ont tenu le journal. Cette sélection de lettres aux familles et de carnets de guerre, souvent rédigés sur le vif, parfois remaniés après les combats, provient des archives des mémoriaux de Péronne et de Verdun.
 

 

 

Pour les adultes et ados de + de 16 ans

 

- Dans la guerre / Alice Ferney

 

 

Jules doit partir au front. Il quitte en ce mois d'août 1914 sa ferme landaise où vont l'attendre les siens : sa femme et son jeune fils, son frère et sa mère, son chien. Il sait qu'il confie sa femme à une mère qui ne l'a jamais acceptée. Prince, son colley, qui se meurt sans son maître, ne tarde pas à le rejoindre au combat et à devenir un héros. Tandis que Jules souffre tant de l'horreur de la guerre qu'il ne sait pas comment la relater dans ses lettres, sans effrayer les siens, Félicité, sa femme, attend un second enfant de lui...

 

 

 

- A L'ouest, rien de nouveau /Erich Maria Remarque

Paul Bäumer est un jeune allemand. Engagé volontaire à 17 ans en même temps que toute sa classe, il verra, un à un, ses anciens camarades d'école, ainsi que ses plus proches camarades de régiment mourir. Ce livre, réaliste et pudique est un plaidoyer contre la guerre..

 

 

 

 

- La Guerre de 14-18 / François Rivière (recueil en trois parties)

Août 1914. Des millions d'hommes partent au front pour combattre. Ils ont entre dix-huit et quarante ans...Parmi eux les auteurs de ce recueil qui nous apportent ainsi leurs témoignages revisités. Contient :

  • Le feu / Henri Barbusse
  • Les croix de bois / Roland Dorgelès
  • L'équipage / Joseph Kessel
  • Orages d'acier / Ernst Jünger
  • Education héroïque devant Verdun / Arnold Zweig
  • la randonnée de Samba Diouf / Jérôme Tharaud

 

 

- Le feu / Henri Barbusse.

 

 

 

 

 

Pendant la première guerre mondiale, la vie quotidienne des soldats Volpate, Lamuse et de leurs camarades, pris dans la sale guerre malgré eux... Ils racontent l'horreur, la peur au ventre, leurs camarades qui tombent les uns après les autres...

Prix Goncourt en 1916, Le feu est le témoignage poignant de l'horreur des tranchées par un survivant. Il reste un chef-d'œuvre de la littérature de guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Les croix de bois  / Roland Dorgeles.

Pendant la guerre de 14-18, les nouvelles jeunes recrues arrivent par wagons entiers sur le front . Ils vivront, jour après jour, l'horreur de la guerre avec son lot de morts, d'angoisses et de souffrances dans les tranchées...

 

 

- L'équipage / Joseph Kessel

 

 

Herbillon, s’engage dans l’aviation car cela a toujours été un rêve pour lui. Mais pour cela, il doit quitter sa compagne auquel il tient beaucoup. Arrivé au camp d’aviation, Herbillon se fait de nombreux amis qui sont aussi ses équipiers. Il se lie particulièrement d’amitié avec un dénommé Maury, et découvre qu’ils aiment la même femme, Denise. Ce lien va encore plus les rapprocher alors qu’il devrait les éloigner...

 

- La percée, roman d'un fantassin 1914-1918 / Jean Bernier

Ce roman est le meilleur roman de guerre si on se place du côté de l'historien. Il a reçu le Prix "Clarté" en 1920.

 

 

- Le chemin des âmes / Joseph Boyden

1919. Nord de l'Ontario. Niska, une vieille Indienne, attend sur un quai de gare le retour d'Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre. A sa grande surprise, l'homme qui descend du train est son neveu Xavier qu'elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable. Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : l'engagement dans l'armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l'enfer des champs de bataille en France...

 

 

 

 

 

 

- Voyage au bout de la nuit / Louis Ferdinand Céline

Bardamu s’engage dans l’armée en 1914, et est confronté à la guerre. A la fin de la guerre, il découvre l’Afrique et le colonialisme. Puis ce sont les Etats-Unis où il connaîtra l’amour de Molly, une prostituée. Bardamu regagne Paris où il continue ses études de médecine. Devenu docteur, il sera confronté à la misère et à la mort, qu’il aura tenté de fuir depuis la Grande Guerre...

 

- Les champs d'honneur / Jean Rouaud

Prix Goncourt 1990

Ils sont morts à quelques semaines d'intervalle : d'abord le père, puis la vieille tante de celui-ci, enfin le grand-père maternel. Mais cette série funèbre semble n'avoir fait qu'un seul disparu : le narrateur, dont le vide occupe le centre du récit. C'est à la périphérie et à partir d'infimes indices (un dentier, quelques photos, une image pieuse) que se constitue peu à peu une histoire, qui finira par atteindre, par strates successives, l'horizon de l'Histoire majuscule avec sa Grande Guerre, berceau de tous les mystères.

 

 

 

 

- J'étais médecin dans les tranchées / Louis Maufrais (témoignage)

 

Août 1914. Louis Maufrais, étudiant en médecine, pense présenter l'internat quand la guerre éclate. Il rejoint alors le front et découvre les tranchées. Il va y rester quatre ans. Quatre ans pendant lesquels il côtoie la mort les pieds dans la boue et les mains dans le sang, jour et nuit enterré au fond de postes de secours secoués par le souffle des obus. Quand il a un moment de repos, il prend des notes, photographie, pour raconter la souffrance, celle de ses camarades, la sienne, mais aussi l'amitié, le burlesque, l'absurde. De l'Argonne au Chemin des Dames en passant par Verdun et la Somme, la Grande Guerre racontée au jour le jour et illustrée - fait rarissime - de photos prises par l'auteur du texte.

 

 

- Jules Matrat. Charles Exbrayat

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

- Un long dimanche de fiançailles / Sébastien Japrisot

 

Mathilde, jeune paralysée, a rencontré Jean à l'âge de treize ans et très vite l'amour les a gagnés. Parti sur le front lors de la Première Guerre mondiale, Jean est livré en pâture au camp ennemi pour avoir fumé une cigarette de nuit. Porté mort, Mathilde ne veut croire à la version officielle et entame une longue série de recherches pour retrouver l'homme qu'elle aime et découvrir l'horrible réalité de la guerre.

 

 

- Cris / Laurent Gaudé

 

Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M'Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d'où ils s'élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l'insoutenable fraternité de la guerre de 1914. Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore retentit l'horrible cri de ce soldat fou qu'ils imaginent perdu entre les deux lignes du front : " l'homme-cochon ". A l'arrière, Jules, le permissionnaire, s'éloigne vers la vie normale, mais les voix des compagnons d'armes le poursuivent avec acharnement. Elles s'élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité, prenant en charge collectivement une narration incantatoire, qui nous plonge, nous aussi, dans l'immédiate instantanéité des combats, avec une densité sonore et une véracité saisissantes

 

 

- Le grand troupeau / Jean Giono

Il débute par ces mots :

" La nuit d'avant, on avait vu le grand départ de tous les hommes. C'était une épaisse nuit d'août qui sentait le blé et la sueur de cheval. Les attelages étaient là dans la cour de la gare. Les gros traîneurs de charrues on les avait attachés dans les brancards des charrettes et ils retenaient à pleins reins des chargements de emmes et d'enfants.

Le train doucement s'en alla dans la nuit : il cracha de la braise dans les saules, il prit sa vitesse. alors les chevaux se mirent à gémir tous ensemble...

 

 

- La chambre des officiers / Marc Dugain

 

1917. La vie sourit à Adrien, un ingénieur officier. Mais au début de la guerre, un éclat d'obus le défigure. Il devient une "gueule cassée". Adrien n'ira plus dans les tranchées, il ne connaîtra pas le froid, la faim, la peur ou les rats. Il est hospitalisé dans une chambre d'officiers. Un endroit où aucun miroir ne permet de connaître son visage détruit. Il va rester cinq ans dans cet hôpital, cinq ans pour penser à l'avenir, à l'après-guerre, à sa fiancée...

 

 

- En attendant minuit - Claude Michelet

Le mercredi 20 décembre 1916 à 22 heures, Marthe tricote à la ferme près de Brive pendant que Jean, son mari, est de garde dans les tranchées dans la Somme. Ils sont séparés depuis presque vingt-huit mois, à 700 kilomètres l'un de l'autre, mais pendant trois jours leurs pensées vont se rejoindre comme dans un dialogue à distance.

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

- L'Adieu aux armes / Ernest Hemingway

 

Frédéric Henry, jeune Américain volontaire dans les ambulances sur le front d'Italie, pendant la Première Guerre mondiale, est blessé et s'éprend de son infirmière, Catherine Barkley. Avec Catherine, enceinte, il tente de fuir la guerre et de passer en Suisse, où le destin les attend.

Un des meilleurs romans de guerre. Un des plus grands romans d'amour.

 

 

 

- Les âmes grises / Philippe Claudel

Prix des Lectrices de Elle 2004 et Prix Renaudot 2003

Nous sommes en 1917 dans une petite ville de province. Toute la société des notables est présente et tient son rôle. Le maire, le juge, le procureur, le flic, le médecin… tous font rouler depuis des années l’agréable train-train de la comédie sociale faite d’amicaux échanges. C’est curieux, même la Grande Guerre ne semble pas avoir bousculé les positions et les habitudes de chacun. Tout reste bien en place dans l’immuable tranquillité de la bourgeoisie sûre d’elle-même. Pourtant tout bascule lorsqu’une fillette de 10 ans est retrouvée morte dans l’eau. La petite Belle-de-Jour, comme on l’appelle. Tous la connaissent, elle servait au Rébillon, la seule brasserie restaurant du coin. "Bien, bien, bien…" reprend le juge, tout content d’avoir un meurtre, un vrai à se mettre sous la dent, un meurtre d’enfant en plus, et de petite fille pour couronner le tout. Dès lors, le soupçon gagne et rogne les âmes grises de nos notables. En premier lieu le procureur qui habite au château, juste à côté du lieu du meurtre…

 

- La peur / Gabriel Chevallier

Gabriel Chevallier, que l’on reconnaît sous les traits de Jean Dartemont, raconte la guerre de 1914-1918 telle qu’il l’a vécue et subie, alors qu’il n’avait que vingt ans. Le quotidien des soldats – les attaques ennemies, les obus, les tranchées, la vermine – et la Peur, terrible, insidieuse, « la peur qui décompose mieux que la mort ». Parue en 1930, censurée neuf ans plus tard, cette oeuvre, considérée aujourd'hui comme un classique, brosse le portrait d’un héros meurtri, inoubliable.

 

 

 

 

 

 

 

 

- La pitié dangereuse / Stefan Zveig

En 1913, dans une petite ville de garnison autrichienne, Anton Hofmiller, jeune officier de cavalerie, d'origine modeste, est invité dans le château du riche Kekesfalva. Au cours de la soirée, il invite la fille de son hôte à danser, ignorant qu'elle est paralysée. Désireux de réparer sa maladresse, Anton accumule les faux pas... pris de pitié pour l'infirme, il multiplie bientôt ses visites. Edith de Kekesfalva cache de plus en plus mal l'amour que lui inspire le bel officier, qui lui ne s'aperçoit de rien, jusqu'au moment où il sera trop tard...

 

- La main coupée de Blaise Cendrars

C'est une évocation vivante et dramatique de la Grande Guerre de 14-18. L'auteur prélève dans sa mémoire les bribes de la vie et de la mort de ses compagnons de combat, des hommes ordinaires, tragiques ou cocasses, échappant à toute vision héroïque ou édifiante...

Blaise Cendrars rend hommage aux hommes qui se sont battus avec lui durant la Première Guerre mondiale et, tout en évoquant l'atrocité des carnages, nous offre une inoubliable leçon d'amitié et de courage.

 

- La Grande Guerre / Pierre Miguel ou autre titre de l'auteur

 

Quelles sont les causes de la Première Guerre mondiale ?

Pourquoi l'a-t-on qualifiée de "Grande" ?

Quel est son héritage dans l'histoire de l'Europe ?

A combien s'élève le nombre de tués ?

Plonge dans la vie de tes ancêtres grâce à de superbes reconstitutions historiques illustrées et découvre tous les détails de leur quotidien. Avec La Vie privée des hommes, remonte le fil de l'histoire de l'humanité et réunis une incontournable collection de référence !

 

 

 

 

- Ceux de 14 / Maurice Genevoix (recueil de textes)

 

- L'initiation d'un homme : 1917 / John Dos Passos

Martin Howe, est un jeune homme américain. Son entrée de plain-pied dans la Grande Guerre va lui faire griller les étapes et le faire entrer dans l'âge adulte. Il nous raconte ses découvertes, les atrocités, ses réflexions avec un regard d'enfant...

Roman autobiographique : l'auteur décrit dans ce roman largement autobiographique qui est quasiment un journal de guerre, son engagement comme ambulancier volontaire de l'armée américaine durant la Grande Guerre.

 

 

- Johnny s'en va t-en guerre /Dalton Trumbo

Chef-d'œuvre de la littérature antimilitariste, ce roman a pour héros un soldat américain de la guerre de 1914-1918 atrocement mutilé par une explosion. Devenu ce mort vivant dont l'âme s'agrippe à un corps qui n'est plus, il incarne, avec une puissance narrative stupéfiante, l'horreur vécue de toute guerre. Publié au début de la Seconde Guerre mondiale, ce livre mythique était lu dans les meetings pacifistes pendant la guerre du Viêt-nam. Encore et toujours d'actualité, il constitue sans doute la plus violente, la plus crue des dénonciations de la guerre.

 

- Il est minuit docteur Schweitzer / Gilbert Cesbron

A emprunter en Médiathèque

 

 

- Les soldats de la honte / Jean-Yves Le Naour

 

C'est par la révolte d'un paysan, Baptiste Deschamps, qu'a été révélé le sort atroce qu'on réservait aux poilus atteints du syndrome du shell shock, ces soldats qui n'avaient pas résisté psychologiquement à l'épreuve du feu et que l'on avait retrouvé pétrifiés, l'air hagard, parfois même fous. En haut lieu, on les appelait les " embusqués du cerveau ", soupçonnés d'être des simulateurs. Pour le prouver, on les soignait à coups de décharges électriques. Les Français n'en auraient sûrement jamais rien su si Baptiste Deschamps n'avait été traduit en justice parce qu'il refusait d'être brutalisé. L'affaire fit scandale et ouvrit la boîte de Pandore des traumatismes de guerre. Jean-Yves Le Naour donne ici toute la mesure de ce drame méconnu à travers le récit tragique et émouvant de ces soldats de la honte. En quelques années, Jean-Yves Le Naour est devenu l'un des meilleurs historiens de la Grande Guerre, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages.

Les Soldats de la Honte a reçu le Grand Prix du livre d'histoire Ouest-France-Société Générale.

 

 

Du théâtre...

- Le voyageur sans bagage / Jean Anouilh

À la fin de la Première Guerre mondiale, Gaston est retrouvé amnésique. Il est recueilli par le directeur d'un asile qui l'emploie comme jardinier. Il est cependant réclamé par plusieurs familles, dont la famille Renaud, à laquelle il est confronté. D'un caractère gentil, Gaston découvre avec horreur l'identité qu'on lui attribue : personnage violent et sans scrupule. Il ne se reconnaît pas dans ce portrait de l'enfant et l'adolescent qu'il aurait été..

 

 

Et de nombreuses BD entre autres :

 

- C'était la guerre des tranchées / Tardi (et autres titres sur la guerre)...

 

- Série les Godillots / Olier et Marko 

Au cours de la Grande Guerre, dans une escouade de seconde ligne, deux soldats sont chargés de s'occuper de la "roulante", la cuisine itinérante, et du ravitaillement en nourriture des tranchées du front. Pour y acheminer la soupe, le café et les patates, ils doivent malheureusement traverser une zone placée sous le feu d'un mitrailleur ennemi surnommé "le Croquemitaine" par les Poilus en raison du grand nombre de victimes qu’il a déjà infligées dans les rangs français. Mais, dans ce no-man's-land, ils font une rencontre inattendue qui va bouleverser leur destin et leur permettre de mettre au jour une sinistre combine au sein de la tranchée B12...

 

Cicatrices de Guerre / Noredine Allam

 

22 auteurs de BD se penchent sur le thème de la guerre. Chacun d'entre eux nous livre avec sasensibilité et son style, sa propre représentation de cette guerre.

Du front à l’arrière, du début du conflit à son issue, les histoires illustrent par petites touches le quotidien de la population pendant la première guerre mondiale : la vie dans les tranchées, les gueules cassées, les mutineries de 1917, les déserteurs, mais aussi les affaires des industriels ou la correspondance avec les familles et le quotidien des enfants loin des combats…

15 histoires courtes et bouleversantes avec en vis à vis, un document inédit issu des collections de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne.

 

 

Retrouvez ICI une bibliographie plus complète de BD sur la Grande Guerre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pol 01/12/2015 22:46

bel article qui m'a remis en mémoire la vie de Lazare Ponticelli notre dernier poilu disparu en 2008. Un vrai roman que sa vie (éditée par sa ville d'adoption du kremlin bicétre). l histoire d'un petit immigré italien illettré arrivé clandestinement en France au début du 20e siècle.
italien de naissance mais français de préférence. une belle leçon

manou 02/12/2015 07:24

Merci ! Je ne connais que le livre de Veronique Fourcade :"Le dernier poilu : Lazare Ponticelli" paru en 2009 et que je n'ai pas encore lu... et bien sûr les nombreux articles sur le net.

Rebecca G. 12/11/2015 00:03

Merci mille fois pour cette très longue liste. Quel travail pour toi!! Je vais prendre le temps de tout lire et de noter les livres qu'il me faut absolument lire! Dans mon 2eme roman, il sera justement question (entre autres) de cette horrible guerre des tranchées... Encore merci!!

Rebecca G. 02/12/2015 14:30

Non, je ne connais pas d'autres romans sur la question... J'ai eu par contre plusieurs livres d'Histoire entre les mains. Ta liste est super, je réitère! :D
Bisous.

manou 12/11/2015 07:49

Merci à toi Rebecca d'être venue me voir. Les listes enfants ont été faciles à faire je m'en suis tellement servi dans mon travail. Pour les adultes il y a tellement de romans que j'ai eu du mal à faire un choix...J'ai choisi les plus "fort". Peut-être en connais-tu d'autres ?

josy15 11/11/2015 10:37

il y en a des livres, j'ai regardé le film sur la 3 hier soir, bises

manou 11/11/2015 10:46

Moi aussi ! Le cinéma reste un témoignage important et révélateur...un complément important des livres.

philippe 11/11/2015 09:02

Merci pour ces belles et nombreuses idées de lectures ! Je retiens évidemment le Gaudé que je n'ai pas lu, et le Dernier ami de Jaurès.

manou 11/11/2015 09:27

Merci pour ta visite. Le Gaudé est comme toujours magnifique et très "court", j'ai envie de dire "heureusement", tant il est poignant... Il est paru en poche.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -