Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 07:15
Gallimard Folio, 2015

Gallimard Folio, 2015

Si tu as besoin de neige au printemps, ouvre un livre. Si tu as besoin de printemps au printemps, ouvre la fenêtre.

 

C'était en juin dernier déjà, rappelez-vous...juste quelques jours avant l'été qu'une merveilleuse aminaute m'avait fait une surprise énorme en m'offrant ce petit livre. Vous trouverez tous les détails racontés sur ce blog ICI.

Comme vous le devinez, j'ai pris tout mon temps pour le savourer et vous en parler.

 

La quatrième de couverture nous dit...

"Peut-on voyager à dos de baleine ?

Quel est le meilleur remède contre l'insomnie : la lecture parcours ou la lecture par coeur ?

Est-il possible qu'un rossignol de trois mètres de long offre un peu de lecture à notre oreille ?

Que retenir de notre passage dans une «biblioville» ?

Et que vient faire "L'Homme au casque d'or" de Rembrandt dans ce "Petit éloge de la lecture" ? 

De nos pieds jusqu'au ciel étoilé, tout est lecture. Pef nous entraîne dans un voyage sans autre destination que celle du plaisir de lire."

 

Comme vous le voyez, c'est tout un programme ! 

 

D'abord je voudrais préciser que ce petit essai sur la lecture n'est pas du tout un livre pour enfant (ou même ado) comme certaines personnes le présument mais un livre pour adulte et en particulier pour les adultes qui ont su garder leur âme d'enfant...

Rien ne vous empêche par contre d'en faire lire quelques  extraits choisis à votre ado ou bien d'en lire des passages aux plus jeunes. A vous de les sélectionner ! 

 

De plus, je tiens à préciser aussi, que ce n'est pas un essai pour vous convaincre de lire (bien que...) mais un essai qui vous en apprendra beaucoup sur l'auteur et ses rencontres littéraires, mais aussi sur vous-même et sur votre propre rencontre avec les livres et la lecture.

 

Ce que je vous promets, c'est qu'il vous fera rire, sourire ou rêver, qu'il  vous étonnera ou vous obligera à relire plusieurs fois la même phrase, en vous demandant si vous êtes brusquement devenus idiot(e)s _vu la chaleur de l'été cela pourrait arriver_ ou si c'est l'auteur qui vous embarque dans un ailleurs que vous ne maîtrisez plus...et qui vous oblige ainsi à lâcher prise et à vous laisser (em)porter.

 

Truffées d'anecdotes truculentes, il vous fera  surtout voyager avec quelques haltes par-ci par-là, de la poésie aux grand classiques, en passant par des auteurs jeunesse ou adulte, connus ou moins connus...Antonin Artaud, Jules Verne, Jérôme K. Jérôme, James Oliver Curwood, Charles Baudelaire, Umberto Eco, Franz Kafka se côtoient dans ces pages... ce qui ne manquera pas de vous donner envie de les noter_sur une très grande feuille de papier_ pour les (re)découvrir plus tard !

 

Le Pef que l'on connaît en lecture jeunesse, plein d'humour et de poésie, ressort au fil des pages, souvent au détour d'une phrase.

 

Rien à lire. Pas de graffito gribouillé par quelques traces de vie. Pas la moindre arabesque dessinée par un doigt ni d'hiéroglyphe à déchiffrer.
Rien. Les seuls mot en ma possession sont ceux écrits au dos de mon billet panoramique : le règlement des chemins de fer canadiens. Texte son signé, imprimé à des millions d'exemplaires, d'un prix variable, que personne d'autre que moi ne peut se vanter d'avoir lu dans son intégralité...
(...)
"Pour votre fortin, si vous n'avez pas de bille valable, nous vous conseillons de gueuler aux points d'habits. A bord votre régularisation peut tuer".

Content d'avoir tondu le règlement, décapité, amputé et détourné les mots extraits d'un pensum juridique...

 

On croise aussi sur sa route, les lectures qu'il a aimées mais pas que...car il ne nous parle pas uniquement de livres, il nous parle de lecture en général, de lecture vivante car intégrée dans notre vie de tous les jours, ce qui correspond exactement à ce que j'ai essayé de mettre en place avec tous les jeunes (et moins jeunes) que j'ai pu côtoyer dans mon métier.

 

Pef nous parle par exemple de "l'homme au casque d'or", une oeuvre bien connue de Rembrandt qu'il aime particulièrement à tel point qu'il a l'impression qu'elle lui appartient et a été peinte pour lui. 

 

L'homme peint par Rembrandt avait raison. Alexandrins ou pas, la lecture mène à l'amour.

 

Que ceux qui n'ont jamais pensé que tel poème, tel tableau ou tel roman avait été écrit uniquement pour eux, se lèvent ! 

 

Nous retrouvons aussi des lectures de notre enfance ou de notre adolescence et il nous donne envie de les relire car nous en avons oublié les détails, tant elles sont restées enfouies depuis tout ce temps en nous. 

Il nous invite à penser aux livres voyageurs que nous avons prêtés et qui ne sont jamais revenus et nous manquent parfois à présent.

 

Il sera là, ce livre qui ouvre la saison vacancière. Son titre : "Voyage à dos de baleine". En mon jeune âge, je me fiche bien de savoir qui en est l'auteur et, qui plus est, l'éditeur. Je le saisis et le feuillette boulimiquement. Les gravures qui l'illustrent sont autant d'incitations à la lecture. Elles surgissent en signe comblé de reconnaissance. Je n'ai encore aucune notion du nom de Jules Verne, de son univers de tour du monde ou de course à la Lune...

 

Mais il nous invite aussi à penser à d'autres modes de lecture...le ciel est un bel exemple pour qui sait prendre le temps de l'observer mais aussi les vieilles cartes postales comme celles que je viens de trouver dans une vieille boîte à chaussures au fin fond d'un des placards de ma mère...

Tout, absolument tout ce qui nous entoure, est propice à la lecture.

 

 

 

Marcher pieds nus. Sentir l'écorce terrestre. Lui laisser la chance de m'accorder par la caresse inépuisable des promenades une possible mais improbable réciproque. Les orteils en deux groupes de cinq éclaireurs, le premier précédant l'autre de peu, vite relayé par le second, font la course pas à pas, battant l'herbe rase devenue pampa, évitant de peu le marécage d'une flaque, la poussière, le sable ou les brûlures du goudron estival.
(...)
Fouler le sol a toujours été pour moi un jeu de parcours cartographié, la recherche de signes appropriés à une autre lecture, celle du paysage.

 

J'avais commencé à dresser la liste de toutes ces oeuvres lues durant ma jeunesse, ainsi que celles dont il nous propose la découverte lorsque je me suis aperçue qu'à la fin du livre, il y avait non seulement la liste des auteurs par ordre de leur apparition, mais aussi la liste complète des oeuvres citées ! 

 

C'est ainsi que j'ai découvert que dans sa grande bonté, Pef nous donnait en page 136, le conseil d'utilisation de son livre suivant ...

Prenez en main ce petit livre. Courbez-le comme un arbre sous le vent imaginaire né de votre pouce. Ventilées, ses pages prennent le grand galop. Votre œil abusé ne peut retenir le cheminement des mots mués en un nuage strié, dilués dans le blanc du papier et le noir des lettres. Le gris vous grise mais, au moindre arrêt, la lecture s'impose avec conviction et renaît la lenteur paisible d'un trésor à partager.

 

Moi-même je me permets aussi de vous donner un conseil : Ne lisez pas ce livre d'une traite, mais de manière discontinue et en papillonnant d'un chapitre à l'autre. Le ton est soutenu et les propos d'une telle densité qu'il ne peut se prêter aisément à une lecture continue : vous ne manqueriez pas d'y rechercher un fil directeur et comme dans un labyrinthe, vous vous y perdriez tout en vous éloignant des intentions de l'auteur...

 

C'est donc une lecture qui nous renvoie vers nos propres expériences de lecture et de lecteur et nous invite à nous y enfouir, mais aussi nous y perdre, comme on se perdrait dans nos souvenirs, pour mieux y porter un regard empli de poésie et de couleurs comme Pef le fait lui-même pour les siennes...histoire de ne pas oublier notre regard d'enfant. 

La lecture est eau, elle file entre les doigts de la mémoire...

 

Qui est Pef ?

 

Pierre Elie Ferrier, dit Pef, est né le 20 mai 1939. Il passe son enfance sous la bienveillance de sa mère, maîtresse d'école. Il a pratiqué les métiers les plus variés : journaliste, essayeur de voitures de course ou responsable de la vente de parfums pour dames.

À trente-huit ans et deux enfants, il dédie son premier livre, "Moi, ma grand-mère", à la sienne, qui se demande si son petit-fils sera sérieux un jour. En 1980, il invente le personnage du prince de Motordu.

Lorsqu'il veut raconter ses histoires, Pef utilise deux plumes : l'une écrit et l'autre dessine. La première dérape à la moindre occasion et la seconde la suit les yeux fermés. Sa femme Geneviève met en couleurs la plupart de ses livres.

Chaque matin du 36 du mois, c'est-à-dire tous les deux ou trois jours de son propre calendrier, Pef court sur les chemins de sa campagne, discute avec les alouettes et les crottes de lapin. Ses meilleurs amis sont le vent, les nuages et trois petites étoiles qu'il est le seul à connaître.

Pef a déjà signé plus de 150 ouvrages, graves, drôles, tendres ou désopilants...

"La belle lisse poire du prince de Motordu", publié en 1980, est son plus beau succès, vendu à plus d'un million d'exemplaires. Une fabuleuse reconnaissance qui l'amène à collaborer régulièrement avec des institutrices et des orthophonistes, à sa plus grande joie!

«Le prince de Motordu sera présent surtout par sa façon de parler. Il a inventé une langue, aux enfants de se l'approprier».

 

Pef a obtenu pour l'ensemble de son œuvre :

- le grand prix spécial Sorcières,

- le prix Humour Loisirs-Jeunes,

- le prix d'illustration de la ville de Bari (Italie).

 

(source : site Gallimard)

 

 

Pef à "La grande librairie", un phénomène à revoir si vous l'avez raté !

J'ai une chance : je dessine. Cela me donne une grande capacité à "photographier" les mots. Je vois tout de suite le parti que je peux en tirer. Parler en jeux de mots, c'est une gymnastique… pas une déficience mentale, hein!

.

Pef, interview dans "Ouest France"

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 06:32
Roald Dahl aurait eu 100 ans en 2016 (photo empruntée sur le net)

Roald Dahl aurait eu 100 ans en 2016 (photo empruntée sur le net)

Les enfants, il faut les passionner, sinon ils vous laissent tomber et vont regarder la télévision. J'essaie d'écrire des histoires qui les saisissent à la gorge, des histoires qu'on ne peut pas lâcher.

 

Cet année, vous l'avez compris, Roald Dahl est donc à l'honneur dans son pays d'origine qui propose des lectures publiques, des émissions sur la BBC...

 

Mais son éditeur français, Gallimard, n'est pas en reste et en profite pour rééditer toute son oeuvre, une oeuvre qui a su enchanter petits et grands et qu'on ne se lasse pas de lire, de relire ou de raconter à nos petits-enfants...enfin là je parle pour moi !

 

Voici donc un petit tour d'horizon non exhaustif des livres que vous trouverez en librairie ou en médiathèque. 

 

- "James et la grosse pêche" (1961 /1966) dont on tirera un film d'animation intitulé "James et la pêche géante" en 1997. A lire à partir de 9-10 ans. 

 

- "Charlie et la chocolaterie" (1964 / 1967), qui sera adapté au cinéma en 1971 par Mel Stuart, puis en 2005 par Tim Burton avec un scénario de John August. A lire à partir de 9 ans. 

 

- "Fantastique Maître renard" (1970/1977) qui donnera le film "Fantastic Mister Fox" en 2009 réalisé par Wes Anderson. Dès 8 ans.

 

- "Charlie et le Grand ascenseur de verre" (1972/1978), la suite de "Charlie et la chocolaterie".

 

- "Danny, champion du monde" (1975/1978)

- "James et la grosse pêche" (1961 /1966) dont on tirera un film d'animation intitulé "James et la pêche géante" en 1997

- "Charlie et la chocolaterie" (1964 / 1967), qui sera adapté au cinéma en 1971 par Mel Stuart, puis en 2005 par Tim Burton avec un scénario de John August.

- "Fantastique Maître renard" (1970/1977) qui donnera le film "Fantastic Mister Fox" en 2009 réalisé par Wes Anderson.

- "Charlie et le Grand ascenseur de verre" (1972/1978), la suite de "Charlie et la chocolaterie".

- "Danny le champion du monde" (1975/1978)

- "Les deux gredins" (1980)

- "L'enfant qui parlait aux animaux" (1981) recueil de nouvelles.

-"La potion magique de George Bouillon" (1981/1982)

- "Le Bon gros géant "(1982/1984) qui a fait l'objet en 1989, d'une adaptation de Brian Cosgrove. Un film américain réalisé par Steven Spielberg (en préparation) sortira en 2016.

- "Sacrées sorcières" (1983/1984) donnera le film "Les Sorcières" en 1990.

- "Matilda" (1988)... le célèbre film sorti en 1996 de Danny Devito avec un scénario de Nicolas Kazan et Robin Swicord.

- "Un amour de tortue" (1990)

- "Coup de Gigot et autres histoires à faire peur" (2003)

Et bien d'autres...

 

En parallèle il écrit quelques scénarios, comme celui de "On ne vit que deux fois" (1967), d’après les romans de Ian Flemming.

 

Il écrira aussi deux autobiographies :

- "Moi, Boy" (1984), où il évoque son enfance.

- "Escadrille 80" où il raconte ses années africaines lorsqu'il était pilote dans la RAF.

 

C’est dans une cabane, au fond du verger de sa maison, située dans le comté de Buckingham, que Roald Dahl a écrit tous ces livres.

Il est devenu un des plus célèbres auteurs de livres pour la jeunesse.

 

Il s’est éteint le 23 novembre 1990 à l’âge de soixante-quatorze ans.

Son oeuvre est intemporelle. Les petits et les grands, quelle que soit leur génération continue à le lire et à raconter ses histoires...toujours drôles et inoubliables.

 

Roald Dahl a conservé dans un meuble de rangement en bois, les différents brouillons de ses histoires.

Ces brouillons sont maintenant conservés dans les archives du "musée Roald Dahl" à Great Missenden, dans le Buckinghamshire ­ ce qui nous permet de retracer la fascinante évolution de chacun de ses livres.

 

Pour en savoir plus vous pouvez consulter son site officiel ICI. (en anglais)

ou son fan club IC

- "James et la grosse pêche" (1961 /1966) dont on tirera un film d'animation intitulé "James et la pêche géante" en 1997

- "Charlie et la chocolaterie" (1964 / 1967), qui sera adapté au cinéma en 1971 par Mel Stuart, puis en 2005 par Tim Burton avec un scénario de John August.

- "Fantastique Maître renard" (1970/1977) qui donnera le film "Fantastic Mister Fox" en 2009 réalisé par Wes Anderson.

- "Charlie et le Grand ascenseur de verre" (1972/1978), la suite de "Charlie et la chocolaterie".

- "Danny le champion du monde" (1975/1978)

- "Les deux gredins" (1980)

- "L'enfant qui parlait aux animaux" (1981) recueil de nouvelles.

-"La potion magique de George Bouillon" (1981/1982)

- "Le Bon gros géant "(1982/1984) qui a fait l'objet en 1989, d'une adaptation de Brian Cosgrove. Un film américain réalisé par Steven Spielberg (en préparation) sortira en 2016.

- "Sacrées sorcières" (1983/1984) donnera le film "Les Sorcières" en 1990.

- "Matilda" (1988)... le célèbre film sorti en 1996 de Danny Devito avec un scénario de Nicolas Kazan et Robin Swicord.

- "Un amour de tortue" (1990)

- "Coup de Gigot et autres histoires à faire peur" (2003)

Et bien d'autres...

 

En parallèle il écrit quelques scénarios, comme celui de "On ne vit que deux fois" (1967), d’après les romans de Ian Flemming.

 

Il écrira aussi deux autobiographies :

- "Moi, Boy" (1984), où il évoque son enfance.

- "Escadrille 80" où il raconte ses années africaines lorsqu'il était pilote dans la RAF.

 

C’est dans une cabane, au fond du verger de sa maison, située dans le comté de Buckingham, que Roald Dahl a écrit tous ces livres.

Il est devenu un des plus célèbres auteurs de livres pour la jeunesse.

 

Il s’est éteint le 23 novembre 1990 à l’âge de soixante-quatorze ans.

Son oeuvre est intemporelle. Les petits et les grands, quelle que soit leur génération continue à le lire et à raconter ses histoires...toujours drôles et inoubliables.

 

Roald Dahl a conservé dans un meuble de rangement en bois, les différents brouillons de ses histoires.

Ces brouillons sont maintenant conservés dans les archives du "musée Roald Dahl" à Great Missenden, dans le Buckinghamshire ­ ce qui nous permet de retracer la fascinante évolution de chacun de ses livres.

 

Pour en savoir plus vous pouvez consulter son site officiel ICI. (en anglais)

ou son fan club IC

Cette nuit-là pourtant, aucun bruit ne me parvint de l’atelier. La station-service était silencieuse. Je quittai ma couchette et trouvai près de l’évier une boîte d’allumettes. J’en allumai une et l’approchai de l’étonnante vieille pendule accrochée à la cloison de la roulotte, juste au-dessus de la bouilloire. Il était onze heures dix. J’ouvris la porte et appelai doucement : « Papa ? Papa, tu es là ? » Pas de réponse.

Danny, champion du monde

 

- "Les deux gredins" (1980). Dès 9 ans. 

 

- "L'enfant qui parlait aux animaux" (1981) recueil de nouvelles. Dès 9-10 ans.

 

-"La potion magique de George Bouillon" (1981/1982). Dès 8-9 ans.

 

Un samedi matin, la mère de Georges Bouillon dit à son fils :
- Je vais faire des courses au village. Sois sage et ne fais pas de bêtises.
Voilà exactement ce qu'il ne faut pas dire à un petit garçon, car cela lui donne aussitôt l'idée d'en faire !

La potion magique de Georges Bouillon

 

- "Le Bon gros géant "(1982/1984) a fait l'objet en 1989, d'une adaptation de Brian Cosgrove. Un film américain réalisé par Steven Spielberg (en préparation) vient de sortir en juillet 2016.

Ce roman a été écrit en hommage à Olivia, sa fille aînée décédée.

 

 

 

- "Sacrées sorcières" (1983/1984) donnera le film "Les Sorcières" en 1990. Dès 9 ans.

Maintenant, vous savez que votre voisine de palier peut être une sorcière.
Ou bien la dame aux yeux brillants, assise en face de vous dans le bus, ce matin.
Ou même cette femme au sourire éblouissant qui vous a offert un bonbon, au retour de l'école.
Ou encore (et ceci va vous faire sursauter!) votre charmante institutrice qui vous lit ce passage en ce moment même. Regardez-la attentivement. Elle sourit sûrement, comme si c'était absurde. Mais ne vous laissez pas embobiner. Elle est très habile.
Je ne suis pas, bien sûr, mais pas du tout, en train d'affirmer que votre maîtresse est une sorcière. Tout ce que je dis, c'est qu'elle peut en être une. Incroyable?... mais pas impossible !

Sacrées sorcières

 

- "Matilda" (1988)... le célèbre film sorti en 1996 de Danny Devito avec un scénario de Nicolas Kazan et Robin Swicord.

A partir de 8-9 ans.

 

- Papa, dit-elle, tu crois que tu pourras m'acheter un livre?
- Un livre ? dit-il. Qu'est-ce que tu veux faire d'un livre, pétard de sort !
- Le lire, papa.
- Et la télé, ça ne te suffit pas ?

Matilda

Matilda (illustrée par Quentin Blake) ou bien Manou quand elle était petite...c'est comme vous voulez !

Matilda (illustrée par Quentin Blake) ou bien Manou quand elle était petite...c'est comme vous voulez !

 

- "Un amour de tortue" (1990) à partir de 7 ans. 

 

- "Coup de Gigot et autres histoires à faire peur" (2003) plutôt pour les collégiens. 

 

Et bien d'autres...

 

En parallèle il écrit quelques scénarios, comme celui de "On ne vit que deux fois" (1967), d’après les romans de Ian Flemming.

 

Il écrira aussi deux autobiographies :

 

- "Moi, Boy" (1984), où il évoque son enfance. Niveau CM2-sixième.

 

- "Escadrille 80" où il raconte ses années africaines lorsqu'il était pilote dans la RAF. A partir de 11 ans.

 

 
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse
Quelques couvertures de livres pour la jeunesse

Quelques couvertures de livres pour la jeunesse

Et, surtout, ayez les yeux ouverts sur le monde entier, car les plus grands secrets se trouvent toujours aux endroits les plus inattendus. Ceux qui ne croient pas à la magie ne les connaîtront jamais.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 08:09

 

Je ne voulais pas terminer mon tour d'horizon (non exhaustif) des poètes peu connus du XXe siècle sans parler d'une écrivaine et poétesse qui aurait pu tomber totalement dans l'oubli si une partie de ses oeuvres n'avait pas été découverte par hasard dans un grenier.

Il s'agit de Mireille Havet...

Mireille Havet, la poétesse maudite de l'entre-deux guerre

Je serai abracadabrante jusqu'au bout.

 

Mireille Havet est une poétesse et écrivaine française. 

Née en 1898 dans les Yvelynes, elle est morte à 34 ans (en 1932) au sanatorium de Montana (en Suisse). 

 

C'est la seconde fille d'un peintre, Henri Havet et de Léoncine Cornillier. La famille évolue dans un milieu artistique qui marque la jeune Mireille. Elle assiste à des débats littéraires animés, rencontre des écrivains, des peintres et des idéologues...parfois féministes.

 

Mais la vie familiale est difficile. Le père, en effet, est dépressif et c'est la mère qui doit assumer toutes les charges. Il est finalement hospitalisé et mourra en 1912, laissant la famille dépourvue de moyens financiers.

Mireille n'a que 14 ans et passera sa courte vie à avoir peur de tomber elle-même dans la "folie". 

 

Depuis l'âge de 7 ans, elle écrit. Mais à 14 ans (1912), elle se met à écrire des poèmes et des textes en prose. Elle sera renvoyée du collège à cause de ses écrits, jugés trop d'avant-garde.

D'avant-garde, elle le sera à peu près sur tout...Sa famille heureusement la soutient.  

 

Guillaume ​Apollinaire qui est un ami de la famille, la fait connaître dans le milieu littéraire parisien. Il la surnomme d'ailleurs la "petite poyetesse" et ils entament une correspondance assidue.

Il fait publier ses poèmes dans les "Soirées de Paris" (1914) alors qu'elle n'a que 15 ans. 

 

Puis c'est au tour de Jean Cocteau de lui témoigner son admiration. Plus tard, il partagera avec elle les nuits de rêves et d'opium.

 

Enfin Colette va devenir son amie, après avoir préfacé son premier recueil de contes fantastiques et de poèmes, "La Maison dans l'oeil du chat", paru en 1917.

 

Puis en 1922, Mireille Havet publiera un roman "Carnaval", qu'elle a écrit en 15 jours et qui sera sur la liste du Goncourt. Elle a alors plus de 20 ans. 

 

Mais entre-temps, la guerre a mis fin brutalement à tous ses espoirs. Elle y a perdu des amis, dont Guillaume Apollinaire et pas mal de ses illusions de jeunesse. C'est en 1913, qu'elle va d'ailleurs commencer à écrire son journal. Elle y décrira les états d'âme d'une jeunesse meurtrie, partagée entre la joie d'être en vie et l'angoisse d'être survivante...

Car après-guerre, rien ne sera plus comme avant.

 

Nos maîtres sont morts et nous sommes seuls.

 

Mireille Havet adorait sortir dans le monde...et son journal intime est aussi le reflet de la vie parisienne durant les années folles. Mais cette génération qui s'est amusée plus que de raison jusqu'à s'étourdir et à perdre la capacité de réfléchir, était avant tout une génération meurtrie par la guerre, il ne faut pas l'oublier, et cela explique d'ailleurs tous les excès...

 

Elle a un peu plus de 20 ans, elle aime par dessus tout vivre la nuit et les nuits parisiennes la comblent. Elle commence une liaison exaltante mais peu secrète avec la comtesse de Limur. 

Elle s'inspirera de leur aventure pour écrire son roman "Carnaval", dans lequel elle reprendra l'histoire de trois personnages, un couple (le couple de Limur) et un tout jeune homme naïf (elle-même)... 

 

Elle était homosexuelle, l'assumait et ne s'en cachait pas, ni dans ses écrits, ni dans sa vie quotidienne, ce qui était rare à l'époque.

Elle développera souvent dans ses textes et poèmes, cette ambiguité des sentiments, ses doutes, mais aussi ses humiliations. Malgré tout, l'opinion des autres l'indiffère : jeune femme amoureuse de la vie, volage et féroce, elle se fera entretenir par des femmes plus fortunées qu'elle, en mal d'amour ou d'aventures, ou par des amies égarées comme elle qui rechercheront les plaisirs de l'après-guerre.

 

Eprise de liberté, elle voulait vivre sa vie sans masque, comme elle l'entendait et tenait à ce que tout le monde le sache...ce qui était difficile dans une époque peu préparée aux incartades du "beau sexe". 

 

Je voudrais que grandir et devenir une femme ne soit pas synonyme de perdre sa liberté.

J'aime la vie. Elle me monte à la tête, elle m'envahit.
Elle surpasse ses promesses comme une maîtresse follement amoureuse

...Les horizons ne sont pas des mythes
Ils sont là pour être traversés ! vaincus ! Livrés !
Tous les secrets des montagnes,
toute la langueur des rivières,
toute la force mystique de l'océan indomptable
et le désert, qui noie, mieux que l'onde
sont pour nous.

Pour Toi : Voyageur désirable !
Que rien n'harasse et que rien ne déçoit :
avec ta besace grise sur ta hanche
ton dur bâton !
Sans arme ! Et sans fortune !
Livré au ciel, comme Jésus-Christ
Le fut aux hommes,
Livré avec le seul vêtement
de ta chair : à la source
qui coule en chantant
sur tes reins...

Extrait du poème "C'est ce désir du monde"

 

En amour comme dans la vie en général, en permanence insatisfaite, c'est peu à peu dans la drogue, que la jeune poétesse va se réfugier au détriment de sa passion d'écriture. Elle sait ce que la prise de stupéfiants lui offre et elle se méprise de ne pas réussir à y renoncer ce qui aggrave son addiction. 

 

Elle égare d'ailleurs le manuscrit de son second roman "Jeunesse perdue" qui ne sera jamais retrouvé.

 

Elle tente plusieurs désintoxications sans succès. Et elle y perdra ses amis et son argent pour s'engager dans une vie de misère, de maladie et de solitude.

 

... je souffre d'aimer trop et je souffre que l'on m'aime. Je souffre d'être si exigeante et si difficilement heureuse. Je souffre de cette différence qu'il y a entre la vie quotidienne et celle que j'imagine. Je suis incorrigible et ne me résigne à aucun arrangement.

Je m’enlise et volontairement m’aveugle et m’assoupis. On me le reproche ! Et, cependant, grâce à cela je vis, je peux vivre en souriant, sans mécontentement, sans reproche ! Que le cœur y soit, peu importe.

J'ai perdu ce qui faisait de moi un poète et je suis devenue un être avec toutes les paresses, toutes les lâchetés, tous les désirs des êtres que la vie a domestiqués, asservis sous son poing de fer, courbés sous le joug de l'argent, de l'amour et de l'ennui.

J’avais du talent encore, et de l’ambition. Je n’avais pas été malade et je croyais à l’amour. La vie s’ouvrait, centrale comme un livre à son milieu, et j’y entrais, appuyant mon présent et mon avenir sur des bases qui paraissaient incontestables et dignes de foi. J’avais la jeunesse enfin, et confiance dans les autres et en moi.

 

L'histoire a bien failli ne pas retenir le nom de Mireille Havet.

Heureusement, juste avant sa mort, elle avait confié ses carnets manuscrits à son amie Ludmila Savitzky, une traductrice franco-russe connue, morte en 1957.

 

On la redécouvre en 1995, lorsque l'héritière de son amie, par hasard, en traquant une fuite d'eau dans le grenier de la maison familiale dont elle a hérité, trouve une vieille malle qu'elle n'avait jamais ouverte, appartenant à sa grand-mère : à l'intérieur, le journal intime de Mireille Havet, écrit entre 1913 et 1929. 

 

Les cahiers étaient tous soigneusement numérotés, les pages annotées. Le journal semblait prêt à être publié et quasiment pas raturé.

Aussitôt, les éditions Claire Paulhan se charge de la publication de ce sulfureux journal intime.

 

C'est la révélation ! 

On y découvre une artiste douée, visionnaire par le regard acéré qu'elle porte sur notre société moderne à la dérive, libertine et capable de transgresser tous les tabous...des milliers de pages brûlantes qui enflamment les lecteurs et le monde littéraire, mais des pages d'une poésie rare qui sont celles d'un véritable écrivain, qu'elle nourrira de sa vie personnelle, certes, de ses déboires amoureux aussi, mais également de ses voyages et de ses escapades loin de la vie parisienne...Un témoignage d'une époque révolue, vu par les yeux d'une féministe accomplie. 

 

La vie, c'est un endroit où l'on meurt...

 

Vous pouvez lire quelques compilations d'articles de presse écrits dans les années 2000, suite à la découverte de son journal. 

 

Et l'hommage qui lui est rendu dans le magazine littéraire "Nuit Blanche", par patrick Bergeron dans lequel vous trouverez de nombreux extraits de ses textes et de ses poèmes.

LE PETIT ESCALIER DE SAINT-CLOUD

C'était un petit escalier, tout petit. Il n'avait que trois ou quatre marches, mais ces trois ou quatre marches en valaient bien des quarantaines d'autres par leur beauté. Elles étaient recouvertes de mousse, mais surtout de monceaux de feuilles mortes tout en or. Il était bien content, le petit escalier et il n'en demandait pas plus pour être heureux et de bonne humeur. Et depuis des années, il savourait cette joie si simple et si pure d'être recouvert de feuilles mortes et d'admirer la nature. Car il l'admirait ! il trouvait splendide le trou fait dans le feuillage par lequel il pouvait regarder un morceau de ciel bleu. Il adorait sa grande sœur, la statue, qui se reflétait dans l'eau glauque du bassin et les beaux troncs des arbres entourés de lierre rouge.

Quand les gens venaient visiter ce coin isolé du parc de Saint-Cloud et que, par hasard, ils disaient : « Ah ! le joli petit escalier, montons ses vieilles marches de pierre », il ressentait une joie énorme, mais pas d'orgueil ; aussi sa joie était-elle très pure et lui était-il très heureux.

C'est une tout petite histoire que celle de ce petit escalier, mais c'est celle de tous les gens modestes qui savent être heureux par eux-mêmes et par la beauté du ciel qu'ils voient.

Revue Les Soirées de Paris n°26-27

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:30
Cette version date de 1956 !

Cette version date de 1956 !

"Il était une fois une petite fille dont les cheveux étaient si blonds qu'on l'appelait "Boucle d'or". Sa maman lui avait toujours interdit d'aller se promener seule dans les bois, mais il arriva un jour où Boucle d'or ne put résister à la tentation..."

Encore une petite fille désobéissante !

Bien sûr "Boucle d'or" se perd dans les bois. Mais ce n'est pas le loup qu'elle rencontre en chemin (comme dans "Le petit chaperon rouge") mais une maison vide qu'elle trouve confortable et à son goût.

Elle goûte la soupe, s'assoie sur les chaises et essaie les lits et bien sûr à chaque fois, elle trouve juste ce qu'il lui faut...

Lorsque les ours vont rentrer et la retrouver endormie dans le petit lit, celui qui est juste à sa taille, "Boucle d'or"  se réveille en sursaut et, effrayée, s'enfuit par la fenêtre. Heureusement le petit ours lui a indiqué le chemin à suivre... pour rentrer chez elle :"Prends le tout petit chemin à droite, petite fille, pour sortir du bois."


 

Les enfants adorent...

 

- A l'école maternelle, de la petite à la grande section, les enfants (filles ou garçons) s'identifient totalement à "Boucle d'or", car eux aussi, n'écoutent pas toujours leur maman...

Et quand on n'écoute pas sa maman, on sait ce qui arrive aux petits enfants "pas sages"...des mésaventures !

Ce conte est bien le reflet d'un époque plutôt moralisatrice car bien sûr, il incite les enfants à écouter davantage les conseils des adultes (au lieu de vivre leur propre vie en autonomie).


- Si les enfants adorent ce conte c'est aussi parce qu'ils adorent les ours.

Les trois ours symbolisent une famille puisqu'il y a un grand ours (le papa, off course), le moyen ours  (la maman) et le petit ours (l'enfant) .

 

- Le récit est plein de rythme et les enfants adorent les répétitions puisque chaque fois, il y a une grande table (assiette, chaise, lit), une moyenne table (assiette, chaise, lit), une petite table (...)

 

Enfin, la fin est rassurante comme c'était souvent le cas à  l'époque même dans les contes.

"Boucle d'or et les trois ours" est un conte, moralisateur certes, mais plein de charme.

 

 

Quelles sont les origines de ce conte ?

 

La première version écrite connue est celle de Robert Southey datant de 1837. Elle s'intitulait : "The story of the three bears" et sa parution dans son livre "The doctor" a été un franc succès.

Dans cette version, la petite fille blonde n'existait pas encore. C'était alors une vieille femme malhonnête qui avait en plus mauvais caractère !

Ensuite la vieille femme a été remplacée par une renarde (dans les versions anglaises) qui venait troubler la tranquilité de la famille formée par les trois ours...ce qui explique qu'à la fin, ils se mettent en colère et souvent la jettent au feu (ou la noient, selon les versions).

On retrouve aussi un renard, nommé "Scrapefoot", dans une version de 1894, très populaire, illustrée par John Dickson Batten, un illustrateur et peintre d'origine anglaise.

Le personnage de la petite fille apparaît finalement dans une adaptation du conte de Southey par Joseph Cundall (1849), un écrivain anglais qui a souvent écrit sous le pseudonyme de "Stephen Percy"et qui était aussi photographe.

"Boucle d'or" s’appelle d’abord Silver Hair, Silver-Locks, Golden Hair, Golden-Locks, et ce serait Flora Annie Steel qui aurait apporté le nom définitif Goldilocks en 1918 [source wikipedia]

 

Ensuite dans les années 50, l'histoire évolue encore et "Boucle d'or" est devenue si attachante et si jolie que les ours lui indique même le chemin pour retrouver sa maison et sa maman...c'est la version que l'on connait  !

 

 

Qu'apporte, aux enfants, la lecture de ce conte ?

 

La lecture de ce conte apporte bien évidemment tout d'abord, le plaisir du partage avec l'adulte !

 

Mais il faut savoir que ce conte a été critiqué par Bruno Bettelheim dans son livre bien connu où il analyse les contes de fées et qui s'intitule : "Psychanalyse des contes de fées". Selon lui quand l'histoire se termine, il n'y a "ni guérison ni réconfort ; aucun conflit n'est résolu ; et il n'y a pas de conclusion heureuse." comme c'est le cas dans la plupart des contes traditionnels.

 

Pourtant,  comme le pense la plupart des psychologues de l'enfance, si l'enfant adore cette histoire et veut sans cesse qu'on la lui raconte à nouveau, c'est qu'il trouve une solution à son problème...

 

Ce conte aborde en effet la question importante de l'identité et de la place qu'occupe l'enfant au sein de la famille.

 

L'enfant apprend aussi, sur lui-même, plein de choses à la lecture de ce conte...

 

- que ce n'est pas bien de rentrer chez les autres, c'est chez eux.

 

- qu'on doit rester à sa place d'enfant. Pourtant quand "Boucle d'or" casse la petite chaise,  elle s'aperçoit qu'elle est trop grande pour une aussi petite chaise. C'est donc qu'elle grandit...et qu'il lui faut à chaque étape, chercher sa nouvelle place qui évolue au fur et à mesure [dans la famille donc]

 

 

- que lorsqu'on fait des essais, c'est bien de procéder toujours dans le même ordre (elle goûte d'abord la soupe dans la grande assiette, puis dans la moyenne enfin dans la petite et celle-ci est parfaite).

 

- que ce n'est pas bien de désobéir (de s'éloigner de la maison, de ne pas écouter sa maman...) mais ce qui est très important, c'est qu'on peut TOUJOURS revenir en arrière et retrouver sa maison et sa maman.

 

Voilà une conclusion très rassurante pour l'enfant !

 

 

Qui sont les auteurs ?

 

Rose Celli (pseudonyme de Rose Brua) est née en Algérie en 1895. Sa mère était sicilienne et son père algérien. Elle était la sœur aînée d'Edmond Brua (1901-1977), écrivain, poète et journaliste.

Elle était amie avec Lucien Jacques et Jean Giono.

Dans une de ces "Lettres à la NRF", datant de mars 1932, Jean Giono s'adresse directement à Louis-Daniel Hirsch, qui faisait partie du Comité de lecture de la NRF (Gallimard)  et était le principal contact de Giono dans cette maison d'édition. Il lui envoie le manuscrit du roman "Isola" (1932), et précise que l'auteur, Rose Celli, a déjà traduit chez eux un roman "Pas si calme" sous son vrai nom (Rose Brua).

Non seulement ce roman "Isola" fut publié par Gallimard, mais Rose Celli remporta le prix Minerva en 1933.

Au cours de sa carrière, elle traduit de nombreux auteurs dont George Steiner, Virginia Woolf, Charles Dickens et Herman Melville.

De nombreux textes sont inédits comme par exemple son journal d'Algérie dont son frère a fait don d'un extrait à lire ICI.

 

Rose Celli se spécialise ensuite dans la réécriture de contes classiques pour enfants en particulier dans la collection "Classiques du Père Castor", dont elle est une des fondatrices.  parmi eux :"Baba Yaga", un conte russe célèbre et le "Conte du petit poisson d'or" (2005). "Album fée" datant des années 30 (1933 exactement) vient d'être réédité.

 

Rose Celli est morte à Saint-Paul-de-Vence en 1982.


 

Gerda Muller est une illustratrice d'origine néerlandaise. Elle est née le 21 février 1926, à Naarden aux Pays-Bas.

 

Gerda Mûller a illustré dans les années 60 la version traditionnelle de "Boucle d'or et les trois ours" paru au Père Castor en 1956. Les illustrations de Gerda Muller sont pleines de tendresse.  Boucle d’or est une petite paysanne modèle avec sa courte jupe rouge froncée et ses sabots aux pieds ! Les illustrations sont réalistes et les enfants les regardent avec un très grand plaisir...

Mais elle rêvait de reprendre ce grand classique et publiera en 2006, 50 ans après la première, une version modernisée... Boucles d'Or (avec un s) habite maintenant dans une roulotte. Elle fait partie de la troupe d’un cirque et voyage en caravane !

Cette fois-ci, l'illustratrice assure le texte et l’illustration.

 

Quelle a été sa carrière ?

Elle a d'abord suivi des cours à l'Ecole des arts décoratifs d'Amsterdam, puis à l'école Estienne à Paris, avant de collaborer à de nombreux albums pour enfants.

Puis elle rencontre l’éditeur Paul Faucher et ce sera le début d’une longue collaboration qui commence avec "La Bonne journée" qui paraît en 1951 et "Marlaguette" en 1952. Elle a aussi illustré "Les Bons amis" et "Les Trois petits cochons" de Paul François (de son vrai nom Paul Faucher).

Gerda Muller collabore aussi à la presse enfantine, notamment à Bayard Presse de 1968 à 1975. Elle est également l'auteur de la série des "Turlutins".

"Quand je travaille seule dans mon atelier, je ressens la présence d'un enfant qui regarde et souvent me guide. C'est pour lui que je travaille (pas pour les parents ou pour les éditeurs)."

Comme l’a dit un jour un critique, on ne connaît pas toujours son nom, mais tous les enfants connaissent ses dessins.

 

Gerda Muller travaillera aussi pour des livres de classe édités par Belin, pour Gautier-Languereau chez qui elle illustre des contes qu’elle apprécie, ceux de Grimm ("Les Musiciens de la ville de Brême"), d’Andersen, de Marie Tenaille, d’après Goethe ("L’Apprenti sorcier"), pour Bayard, avec l’éditeur allemand Ravensburger, enfin pour l’Ecole des loisirs.

En tout elle est l'auteur ou l'illustrateur de plus de cent albums souvent traduits en 12 langues.

Elle utilise différentes techniques dont la plume (encre noire ou sépia) et l'aquarelle, la gouache, les crayons de couleurs, la peinture à l’huile, la lithographie, et plus récemment le pastel ..

 

Les différentes versions de "Boucle d'or et les trois ours"

 

- Boucle d'or et les trois ours / Rose Celli, Gerda Muller. Père Castor Flammarion, 1956 (réédition 1993) c'est celui qui est présenté ici.

 

- Boucle d'or et les trois ours / Jennifer Greenway. Editions Mango. 1993

 

 

- Boucle d'or et les trois ours / Louise Le Fur, Catherine Fichaux. Lito, l’imaginaire en relief. 1994

 

 

- Boucle d'or et les trois ours /  Rascal.  L'école des loisirs 2002

 

Le célèbre conte est ici proposé sans texte. Simplement en noir et blanc, avec des jeux d'ombres et de silhouettes. A l'enfant de raconter...ou d'imaginer !

 

 

 

 

 

- Boucles d'Or et les trois Ours / Jim Aylesworth, Barbara Mc Clintock. Circonflexe. 2004

Le texte est soigné et les paroles des trois ours sont de taille différente, en fonction de l'intervenant : écrites en petite taille pour le petit ours, en moyenne taille pour la maman et en grande taille lorsqu'il s'agit du papa avec sa grosse voix. Les caractéristiques des objets utilisés par Boucle d'Or sont soulignées avec humour. Les illustrations, charmantes, ressemblent à des gravures anciennes. Sur le dos de la couverture, un petit plus par rapport au conte classique : la recette des cookies de Maman Ours !

 

 

 -Boucles d'or et les trois ours / Gerda Muller 2006

Boucles d'Or est maintenant une petite fille qui voyage en caravane !

Un jour, en entrant dans la maison des trois ours, elle sème le désordre. Mais les ours, si ordonnés, lui pardonnent, tout en lui rappelant quelques règles de bonne conduite...

Gerda Muller donne une dimension nouvelle au conte...

 

 

 

- Boucle d'Or et les trois ours / Anne Royer, Mayalen Goust. Editions Lito. 2009.

Une version moderne du conte classique !

 

 

- Bou et les trois zours / Elsa Valentin, Ilya Green. L’atelier du posson soluble. 2009

 

Tout le monde connaît le conte de Boucle d'or et les trois ours. Mais connaissez-vous celui de Bou, petite fille aux cheveux noirs de jais, qui vit entourée de son paië et de sa maïe et qui, se perdant au milieu des bois pour "groupir des flores" et ne parvenant pas à retrouver son chemin, entre dans la « casa pikinote » de 3 « zours » ?

L’histoire de Boucle d’or et les 3 ours est ici revisitée dans une langue cocasse et phonétique.

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 09:02
Les animaux ont la parole / Peter Spier

Voici un album sans parole tout à fait plaisant qui s'adresse aux 0-3 ans et convient parfaitement à la petite section de maternelle.

 

Chaque double page regroupe les animaux dans leur milieu familier.

Par exemple, les animaux de la savane, de l'étang, du bord de mer, les animaux nocturnes ou ceux des zones désertiques sans que cela soit expliqué d'ailleurs aux parents.

Ce n'est pas obligatoire de le dire à l'enfant car il fera tout seul le lien.

 

La page des singes amuse énormément les enfants car chacun à un cri très particulier...

L'enfant adore voir la maman éléphant doucher son petit qui adore ça...

Quant à la basse-cour ou à l'étang envahi par les grenouilles, on s'y croirait !

 

Les animaux défilent au fil des pages, animaux connus ou pas par l'enfant, animaux bruyants ou animaux muets...

Le jeune enfant apprend chaque jour le nom d'animaux qu'il ne connaissait pas et s'amuse à retrouver ceux qu'il côtoie...

L'adulte partage avec l'enfant cette découverte et imite les cris des animaux ou invente leur propos.

Sur certaines pages, une petite souris se balade et on peut jouer avec l'enfant à la retrouver et à observer ce qu'elle fait...

 

 

C'est un album très coloré et très vivant, malgré l'absence totale de texte, l'enfant s'amuse beaucoup et l'adulte se lâche un peu ce qui crée une vrai complicité entre eux.

Les enfants sont d'excellents spectateurs et de plus ils sont indulgeants !

 

Cet album est paru pour la 1ère fois en 1971 aux USA et en 1974, en France. Depuis, il a été réédité plusieurs fois.  On le trouve aujourd'hui dans la collection Lutin Poche chez l'éditeur, l'École des Loisirs, en version poche broché.

 

 

Qui est l'auteur ?

 

Peter Spier est né en juin 1927 à Amsterdam. Son père était journaliste et illustrateur.

Il passe toute son enfance aux Pays-Bas et  fait ses études à Amsterdam. 

Son père, Jo Spier est d'origine juive. Pendant la Seconde guerre mondiale, il est arrêté suite à la publication de dessins satiriques sur Hitler, et interné à Westerbork.

Puis toute la famille est "cachée"  (ou retenue prisonnière ?) à la villa Bouchina, un presbytère chrétien, un camp pour les "juifs protégés par l'occupant" où pendant quelques mois la famille sera effectivement protégée des convois vers les camps de concentration allemands "soit-disant" par Anton Mussert, chef de la "pro-allemand Nationaal Socialistische Beweging", une organisation d'extrême-droite qui n'était pas antisémite au départ... Mais, Anton Mussert collaborera ensuite avec les nazis.

Toute la famille Spier sera ensuite détenue au camp de Theresienstadt où de nombreux artistes séjournèrent. Beaucoup trop moururent...

Eux survécurent...

En fait Jo Spier le père, aurait travaillé activement au film de propagande allemande "Theresienstadt". A-t-il subi réellement la pression de l'administration du camp ? A-t-il collaboré de son propre chef ? Il a réalisé aussi plusieurs peintures sur les murs de l'hôpital du camp.

Je n'en sais pas plus sur cette période "trouble" vécue par la famille et je ne sais pas si les allégations de collaboration avec les nazis sont réellement fondées ? Seuls, les historiens peuvent bien sûr trouver des éléments pour le prouver.

 

Quoi qu'il en soit, Peter est à cette époque un adolescent : il ne peut être tenu pour responsable des actes de son père...Il a été fortement marqué par son vécu dans les camps.  Toute sa vie il montrera dans son oeuvre, beaucoup d'humanité et prouvera son respect des différences et de la diversité humaine.

 

Mais revenons à sa biographie...

A l'âge de dix-huit ans (à la fin de la guerre), Peter commence à étudier le dessin et les arts graphiques jusqu'en 1947. Il fait ensuite son service militaire dans la marine jusqu'en 1951. Là il découvre l'Inde et l'Amérique du Sud.

Peter Spier travaille pour des journaux néerlandais : il est correspondant pour le "Elsevier's Weekly", un grand hebdomadaire hollandais, avant de s'installer à Paris pour un temps, puis à Houston au Texas.


Sa famille migre à New York en 1951.


Il s'y établit défintivement lui-aussi et commence à illustrer des livres pour enfants. Pour chacun de ses livres il fait toujours des recherches rigoureuses.

Ses premières illustrations paraissent en 1953 pour l'ouvrage de Margaret G. Otto, "Cocoa". Depuis il a illustré plus de 150 livres pour différents auteurs.

En 1961, il publie son premier livre en tant qu'auteur-illustrateur "The Fox Went Out on a Chilly Night", pour lequel il recevra, en 1962, le plus convoité des prix littéraires des Etats-Unis, le prestigieux "Caldecott Arward" .

Il publiera plus d'une quarantaine de livres par la suite.
"L'Arche de Noé" paru en 1978 remportera également de nombreux prix.

 

Peter Spier vit à Shoreham, Long Island, près de New York.

"Mes livres furent de grands succès parce qu'ils sont des livres de tous les jours, que les gens s'y reconnaissent..."

"Je ne fais jamais de livres à partir de sujets que je ne connais pas : ils ne seraient pas crédibles. Pour chacun d'eux, je vais sur les lieux afin de les rendre plus authentiques. Pour "Circus", le dernier paru, j'ai voyagé deux semaines avec le cirque que je peins. (Interview paru dans Notes Bibliographiques, Novembre 1992)

 

 

Petite bibliographie

 

Auteur-illustrateur très prolifique, il est difficile pour moi de vous lister tous ses albums... Dans ses illustrations, il utilise toutes les techniques : plume, aquarelle, encre...

 

- "Le cirque Mariano" (1992), est un véritable documentaire (à partir de 5 ans) pour tout savoir sur un grand cirque et sur ses pensionnaires, de l'installation du chapiteau au matin du départ en tournée...

 

 

- "Sept milliards de visage" (2009) à lire partir de 4 ans, accompagné d'un adulte ou de 7 ans, en autonomie.

 

Nous sommes tout différents et nous partageons la même planète...

Si nous regardons tous les êtres humains en détail, il n'y en a pas deux de semblables : la taille, les habitudes, les vêtements, la nourriture...tout est différent !

Il faut se procurer cet album en grand format pour mieux apprécier les illustrations. Les textes sont courts et très compréhensibles.

Indispensable pour aborder la diversité et la richesse du monde, ainsi que le racisme et ses origines, avec les enfants et les ouvrir sur les autres cultures et le respect . Des heures d'observations, de lecture et de discussions.

 

Ce livre est la réédition, au fur et à mesure de l'augmentation de la population mondiale, des titres suivants :  "Quatre milliards..." (1981) "Cinq milliards..." (1989) "Six milliards de visages" (1992), mais le contenu n'a pas changé d'un iota.

A noter : Les années des premières parutions sont approximatives. Je n'ai pas trouvé plus de détails à ce propos.

 

- "Noël" (1982) un album sur la période de noël qui aborde en couleur, les préparatifs...

 

- "Il pleut" (1982) à partir de 3 ans

Un frère et sa soeur enfilent une paire de bottes et un imperméable. Dehors, ils regardent les oiseaux perchés sur un fil électrique, courent dans les flaques, jouent avec l'eau qui tombe de la gouttière...

Sans texte, le livre raconte une journée par temps de pluie.

Il a obtenu le prix du livre pour la jeunesse attribué par la Fondation de France en 1983.

Des dessins très réalistes et pas de texte ce qui laisse place à l'imaginaire de l'enfant.

 

 

 

- "L'Arche de Noé"(1978), est devenu un classique aux superbes aquarelles où on retrouve l'humour de l'auteur...

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 09:15
Spot, le petit chien ne savait pas lors de sa parution qu'il allait révolutionner l'édition jeunesse...

Spot, le petit chien ne savait pas lors de sa parution qu'il allait révolutionner l'édition jeunesse...

Sally, la maman chien  cherche son petit partout !

Mais où est donc passé Spot ? 

 

Est-il dans la malle ?  derrière la porte ? dans l'armoire ? dans le piano ? ou sous le tapis ? peut-être sous le lit...

 

 

Un album interactif, tout simple avec très peu de texte, mais qui "marche" à tous les coups avec les plus petits puisqu'à la place de Spot, il y a bien sûr, vous l'avez deviné, un autre animal que l'enfant devra découvrir et reconnaître... en soulevant un rabat.

Chaque double page est consacrée à un thème.

L'enfant adore ouvrir les volets qui bien sûr sont à manipuler doucement car fragiles. On apprend à nommer les différents meubles de la maison en même temps que le nom des animaux.

Les phrases répétitives "Est-il dans... Est-il sous...?" permettent d'enrichir le vocabulaire de l'enfant et de le faire participer à l'histoire...

 

C'est un album indémodable pour les petits... Une valeur sûre !

J'ai choisi ce titre car c'est l'auteur qui a lancé le premier, le concept des flaps à soulever ! Avouez que vous ne le saviez pas !!

 

Cet album est paru pour la première fois en France chez Nathan en 1980. Il est le tout premier de la longue série de Spot ! Et oui, Spot a déjà 35 ans et pas une ride !

Il vient d'être réédité en 2011 avec une nouvelle couverture argentée.

Les jeunes parents d'aujourd'hui ont tellement aimé Spot lorsqu'ils étaient petits qu'ils adoreront le raconter à leur tour à leurs enfants dès l'âge de 18 mois (si vous les aidez à soulever les rabats)....

C'est également un album très utilisé en Petite et Moyenne section de maternelle.

 

Dans la même série :

- Spot va à l'école

- Bonne nuit, Spot

- Le grand imagier de Spot

- La journée de Spot

- Les amis de Spot

- Les jouets de Spot

- La promenade de Spot

- Spot va à la ferme

et bien d'autres :)

 

Incroyable mais vrai...

 

Eric Hill (Eric Gordon Colline de son vrai nom) est né à Londres en 1928 et décédé en 2014 en Californie.

Il avait quitté l'école à l'âge de 14 ans. Embauché comme garçon de course (livreur quoi...) dans un studio d'illustration, les autres employés l'encouragent à dessiner des petites BD et des dessins animés durant son temps libre. C'est ainsi qu'il apprend à dessiner.

Après son service militaire, il produit des sketches pour des magazines puis travaille comme designer et illustrateur indépendant dans la publicité.

 

C'est en dessinant pour son petit-fils Christopher âgé de 3 ans que l'auteur Eric Hill  invente assez tardivement dans sa carrière, le petit chien Spot.

Véritable innovation, le concept des rabats à soulever est un tel succès que Spot se retrouve en tête des ventes et est très rapidement traduit en 60 langues. Il sera vendu à plus de 60 millions d'exemplaires dans le monde.

 

Eric Hill a sans le vouloir révolutionné l'édition jeunesse !

 

Dès l'adolescence, Eric Hill avait pris l'habitude de dessiner, notamment des comics et des avions, comme il s'en souviendra plus tard : "Quand j'ai dessiné Spot pour la première fois, j'ai automatiquement dessiné les taches sur son flanc et au bout de sa queue, comme les marques sur le fuselage d'un avion."

 

Adopté par les enfants, le petit chien va connaître un succès jamais démenti...

"J'aime beaucoup le personnage, c'est mon pote et je me sens bien avec lui. Inconsciemment, je vois les choses du point de vue d'un chien, et Spot fait partie de moi", expliquait l'auteur, non sans humour !

 

En 1983, l'auteur s'installe en Arizona puis en Californie.

En 1987, La BBC réalise un dessin animé à partir de l'histoire de Spot.

La première série animée (saison 1) était produite par King Rollo Films, et a été diffusée sur la BBC entre le 9 Avril 1987 et le 17 Juillet 1987. Elle se composait de treize épisodes durant chacun cinq minutes. Les épisodes étaient racontés par Paul Nicholas et la musique composée  par Duncan Lamont.

Ensuite la saison 2 est diffusés entre le 7 Septembre et le 30 Novembre 1993. Elle est également composée de treize épisodes de cinq minutes.

Une fois de plus, les épisodes ont été produits par King Rollo Films. Paul Nicholas et Duncan Lamont sont encore de la partie.

Enfin, une troisième série très semblable aux premières et intitulée "Musical Adventures Spot", est diffusée entre le 25 Octobre et 10 Novembre 2000.  Cette série est composée de treize épisodes, chacun avec une courte chanson en eux. Cette fois, c'est la comédienne Jane Horrocks qui raconte l'histoire  et la musique est toujours composée par Duncan Lamont, mais les chansons sont interprétées par Dan Russell.

D'autre produits commerciaux vont ensuite voir le jour en particulier des VHS comme "Il est amusant d'apprendre avec Spot" phase 1 en 1990, et phase 2 en 1994.

Mais ça c'est beaucoup moins intéressant !!

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:31

 

La période de noël approche et j'ai décidé de penser un peu plus aux jeunes enfants, en vous proposant chaque semaine, une chronique (ou +) sur un album dit "incontournable" faisant partie des classiques pour la jeunesse.

 

Je ne prétends pas être exhaustive dans mes choix mais vous proposer des auteurs qui ont marqué la littérature jeunesse depuis plusieurs décennies et grâce auxquels cette littérature est devenue une littérature à part entière, reconnue par ses pairs.

 

Parfois ces albums sont uniques et je vous parlerai de l'auteur et de l'illustrateur.

Quelquefois ces albums appartiennent à des séries et j'essaierai de vous lister les meilleurs titres.

 

Enfin vous l'aurez compris, je vais délaisser un temps mes thèmes de prédilection comme mes bibliographies thématiques par exemple celles que j'ai commencé sur la SF (hé oui je sais je ne l'ai pas fini) pour proposer cette sélection d'album à offrir...aux plus jeunes ou à s'offrir pour le plaisir !

 

Pour retrouver cette sélection, il suffira de cliquer sur le tag "classiques jeunesse" !

 

 

 

 

Noël chez Ernest et Célestine / Gabrielle Vincent

Cet album est idéal pour les petits de 2 ou 3 ans et la petite section de maternelle.

 

C'est bientôt noël, Ernest (l'ours) avait promis à Célestine (la petite souris) de faire une fête...mais maintenant que noël approche, Ernest pense qu'ils sont trop pauvres pour organiser un vrai réveillon.

 

Trop pauvres ? Ce n'est pas du tout l'avis de Célestine qui ne manque pas d'idées originales...

 

Dans leur petite maison pauvre certes, mais néanmoins chaleureuse, Ernest se met à dessiner, Célestine à empaqueter...

Tous deux récupèrent dans la rue des tasses, des assiettes et des tissus. Ernest a tout pour se déguiser en père noël !

 

Le soir du réveillon arrive et de nombreux amis sont attendus.

Mais parmi eux bien sûr, il y a un trouble-fête...

Qu'à cela ne tienne, les enfants s'amusent et Ernest n'a pas son pareil pour jouer de la musique et raconter des histoires...

 

 

J'aime cet album empli de poésie, de tendresse, de générosité et surtout de beaucoup d'humanité. Il nous parle de l'importance de l'amitié et du partage à chaque page.

Les personnages sont particulièrement attachants...et les couleurs pastels ajoutent beaucoup de douceur à l'ensemble.

Magnifique et touchant !

 

J'ai choisi ce titre car en cette période de préparatifs de noël, il m'a semblé que c'était une jolie façon de rappeler aux enfants les vrais valeurs de noël, plutôt oubliées dans nos sociétés de consommation.

 

De plus, c'est un album qui a enchanté plusieurs décennies d'enfants (dont les miens) depuis sa première parution en 1983 chez Duculot.

 

Qui est Gabrielle Vincent ?

 

Son vrai nom est Monique Martin.

Elle est née à Bruxelles en 1928 et est décédée en septembre 2000.

 

Dès son enfance elle aime dessiner. Après avoir fait des études de dessin et de peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, elle se consacre d'abord à la peinture qui est sa principale activité.

Elle expose ses oeuvres qui sont unanimement saluées par les critiques.

 

Puis, elle se lance dans les années 80, dans l'illustration de livres pour enfants et crée la série "Ernest et Célestine" qui lui vaudra une renommée mondiale et de nombreux prix. Mais elle a écrit une vingtaine de titres souvent moins connus, en dehors de cette série.

 

Elle s'attachera toute sa vie d'artiste à "exprimer la vérité humaine, à transmettre l'intensité d'un geste ou d'un regard, à faire sentir la qualité de la relation qui unit les êtres".

 

Ses livres sont publiés dans le monde entier et même les adultes sont touchés en plein coeur par l'intensité poétique de ses images.

 

Elle laisse derrière elle de nombreux dessins, en noir et blanc (encre, fusain, crayon) ou en couleur (aquarelle, pastel, huile)... oeuvres qui continuent à vivre grâce à la Fondation Monique Martin.

Pour en savoir plus sur l'auteur, consultez la page de la fondation, consacrée à sa biographie complète, en cliquant ICI.

 

 

Retrouvez Ernest et célestine chez Casterman, dans...

 

- Ernest et Célestine ont perdu Siméon (premier album publié en 1981)

Le sapin de Noël

- La naissance de Célestine

- La chambre de Joséphine

Les questions de Célestine

- Ernest et Célestine vont pique-niquer

- Ernest et Céestine au cirque

- La tante d'Amérique

Ernest et Célestine chez le photographe

- Ernest et Célestine musiciens des rues

La tasse cassée

- La cabane

- Une chanson

- Le labyrinthe

- Ernest et Célestine...et nous !

-  Ernest et Célestine ont des poux (dernier album publié du vivant de l'auteur en 2000)

 

 

En 2012, "Ernest et Célestine" a été adapté au cinéma.

Réalisation Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier sur un scénario de Daniel Pennac, qui lui dédie aujourd'hui un livre intitulé : "Le Roman d'Ernest et Célestine", véritable hommage à l'artiste.

Il a obtenu en 2013 le César du meilleur film d'animation !

Un film à visionner à partir de 3-4 ans...

 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 08:02

 

La période de l'année s'y prête... Je dédie cette petite bibliographie sans prétention, à la mémoire de mes grands-pères.

 

J'ai en effet envie cette année de me pencher sur cette période de l'histoire qui tombe dans l'oubli chaque année un peu plus, au fur et à mesure que les familles vieillissent, et que les jeunes générations n'ont plus que le cours d'histoire pour leur en parler.

La littérature joue ici un rôle important dans le devoir de mémoire. J'ai lu certains de ces livres depuis fort longtemps, d'autres ont été utilisés régulièrement dans mon travail avec les élèves, pour d'autres enfin, je les ai noté parce qu'ils sont incontournables même si je ne les ai pas encore lu...mais peut-être en connaissez-vous certains ?

 

Aujourd'hui c'est le 11 novembre, jour férié,  en commémoration de la signature, le 11 novembre 1918, de l'armistice qui a mis fin à quatre années de combats sanglants durant lesquels plus de 9,7 millions de militaires ont été tués dans les tranchées ou autres lieux.

En tout, avec les civils, cela a fait près de 18,6 millions de morts. Et je ne tiens pas compte des nombreux blessés, ni de l'épidémie de "grippe espagnole" de 1918, la pandémie la plus mortelle de l'histoire qui a tué à elle seule des milliers de personnes, affaiblis par la malnutrition.

Je n'aime pas spécialement les commémorations et je préfère de loin célébrer l'armistice qui annonce la paix, plutôt que de célébrer la guerre...voilà pourquoi je choisis cette date pour cette chronique !

 

Mes grands-pères sont miraculeusement revenus de la guerre, bien amoindris et blessés dans leur chair et dans leur coeur. Je pense à eux aujourd'hui, à ceux qui faisaient partis de ma famille et qui ne sont pas revenus, mais aussi de façon plus large et généreuse à tous les poilus qui se sont battus pour leur "patrie" ...

 

Rien n'est plus terrible que la guerre et la violence qui en découle.

Si mes grands-pères avaient su qu'aujourd'hui encore, la guerre serait à l'ordre du jour dans de nombreuses zones du monde et que des milliers de réfugiés viendraient chercher asile en Europe pour la fuir, ils auraient certainement perdus espoir dans l'humanité...

 

J'ai une pensée "émue" pour ceux qui se sont battus en pleine jeunesse pour leur patrie (on les avait conditionné pour ça), pour une cause qui les dépassait le plus souvent (ils croyaient tous être rentrés pour fêter noël en famille), contre d'autres jeunes de leur âge contre qui ils n'avaient pas d'animosité particulière, et surtout pour faire leur "devoir" (que signifie ce mot aujourd'hui pour nous et les jeunes générations ?).

Malgré ce qu'ils avaient vécu, ceux qui sont revenus, nous ont appris la tolérance et le pardon et ont su nous donner espoir en un avenir meilleur et nous transmettre des valeurs fondamentales de vie en communauté.

 

Je précise que le seul de mes grands-pères que j'ai connu, qui avait eu les pieds gelés dans les tranchées de la Marne et ne pouvait quasiment plus marcher car il n'avait plus qu'un petit orteil à un pied et heureusement le gros à l'autre, ne nous a jamais parlé des horreurs qu'il avait vécues.

Le silence devant les enfants était obligatoire dans ma famille et comme il est mort lorsque j'avais 11 ans, je ne sais pas grand chose de ce qu'il a pu vivre au quotidien.

Seules restent quelques rares photos d'époque...et surtout les livres.

 

Pour nous, qui avons vécu dans un certain confort, et encore plus pour les générations futures, cela nous paraît presque invraisemblable d'imaginer les conditions de vie durant ses quatre années de guerre dans le froid, dans la boue, avec la faim et la peur au ventre...

Se pencher sur cette période de l'histoire ne peut que nous ouvrir vers plus d'humanité.

En 1999, lors de l'éclipse totale de soleil, nous sommes allés dans les Ardennes avec nos enfants. Nous nous sommes rendus à Verdun et à l'ossuaire de Douaumont. Nous avons tous été fortement impressionnés par ce que nous y avons vu. Mon fils aîné, alors jeune adolescent, a trouvé cette visite plus explicite que des pages et des pages de livres d'histoire...et de cours, même bien documentés.

 

A noter : 

Le dernier soldat allemand, Erich Kästner, est décédé le 1er janvier 2008 à l'âge de 107 ans.

Le dernier combattant français, Lazare Ponticelli, est mort le 12 mars 2008 à 110 ans.

Delfino Borroni, dernier survivant italien, est décédé le 26 octobre 2008 à 110 ans.

Le dernier soldat survivant de la Première guerre mondiale est mort en Australie en 2010 à l'âge de 110 ans. Il s'agissait du britannique Claude Choules. Il avait été engagé à 14 ans dans la Royal Navy.

 

La commémoration du centenaire de la guerre 14-18 qui a débuté en 2014, ne se terminera qu'en 2018, par la commémoration de la signature de l'armistice.

J'ai donc le temps de compléter cette petite bibliographie d'ici là.

 

 

Pour les moins de 10 ans... quelques albums ou petits romans

 

- Rendez-vous au Chemin des Dames - avril 1917 / Yves Pinguilly

(à partir de 6-7 ans)

Transis de froid dans les tranchées, trois soldats vont participer à la grande offensive lancée par le général Nivelles le 16 avril 1917. Heureusement, ils sortent vivants de l'attaque si meurtrière qui a eu lieu sur le plateau du Chemin des Dames, un des plus tragiques champs de bataille de la guerre de 1914-1918. Quand ils apprennent que leur permission tant attendue est supprimée, ils décident de se révolter et de faire la grève de la guerre...

 

- Zappe la guerre / Pef (plus de 8 ans)

Des soldats reprennent vie et sortent du monument aux morts dans l'état où ils sont tombés, un siècle plus tôt. Dans les rues, ils découvrent la ville moderne, la télévision et ses images de conflits... Ils rencontrent aussi un enfant, à qui ils racontent ce qu'ils ont vécu.
Devenu un album de référence, un livre fort autour de la Première Guerre mondiale et des horreurs de la guerre en général.

 

 

 

 

 

 

- Mort pour rien / Guy Jimenes (plus de 8 ans)

 

Ce récit est inspiré de la bataille de la Meuse, dernière bataille de 1914-1918. Un soldat meurt alors même que l’armistice vient d’être instauré. Au-delà de la mort absurde de ce soldat vue à travers le regard de son ami épargné, c’est aussi toute la difficulté du retour et de la réadaptation qui est évoquée, dans une France meurtrie au lendemain de la guerre.

 

 

- Lulu et la grande Guerre / Fabien Grégoire (plus de 9 ans)

 

 

 

Saint Julien, village français, le 1er août 1914. Comme tous ses habitants, la petite Lucienne prépare la fête du village. Mais voilà tout à coup que l'atmosphère change. Il se passe des choses bizarres. Le curé et le maire traversent la place à grands pas, le visage sombre. Et soudain, le clocher de l'église se met à sonner le tocsin. Les habitants accourent pour lire les grandes affiches que le garde-champêtre est en train de coller sur les murs : Mobilisation générale. Charles, le frère de Lucienne, a vingt-deux ans. Il vient de finir ses trois années de service militaire. "Je vais devoir partir, ma Lulu. Je vais aller me battre contre les Allemands", dit-il à sa sœur. Les journaux prétendent que les Allemands seront rapidement vaincus et que la guerre ne durera pas. Mais les lettres que reçoit Lulu de son grand frère disent le contraire...

 

- Carnet de poilu - leur vie racontée aux enfants par Renefer (à partir de 8-9 ans)

Pour sa fille de huit ans, Renefer, artiste et soldat sur le front, a raconté et dessiné la vie quotidienne des poilus dans les tranchées. Ce témoignage de première main unique, publié à l'identique cent ans après sa réalisation, a une portée universelle : il s'adresse aux générations futures, à tous les enfants et donc aussi à nous, enfants, petits enfants et arrière-petits-enfants de la génération sacrifiée.
En plus du fac-similé du carnet de Renefer, cet ouvrage propose une biographie inédite de l'artiste illustrée d'oeuvres, témoin de son style (du Paris 1900 jusqu'aux paysages d'Ile de France), des lettres du front illustrées, ainsi qu'une sélection de ses principales oeuvres de guerre (eaux fortes, lithographies).

 

 

À la fois dessinateur, graveur, illustrateur et peintre paysagiste, Raymond Fontanet, dit Renefer (1879-1957) est un artiste complet dont les oeuvres sont aujourd'hui présentes dans les musées et collections. Durant toute la Grande Guerre, il dessine sans discontinuer et exécute de nombreuses gravures 'Sur le Front' de Verdun, 'Pendant le Combat' dans la Somme, des "Hauts-de-Meuse en Alsace".

Certaines d'entre elles serviront à illustrer "le Feu" d'Henri Barbusse paru chez Gaston Boutitie en 1918.
Gabrielle Thierry, artiste peintre, qui présente cet album magnifique, a créé l'association Renefer pour défendre l'oeuvre du peintre, un poilu "comme les autres" pendant la guerre de 14-18.

 

 

 

- Il s’appelait le soldat inconnu /  Arthur Tenor (à partir de 9 ans)

 

Quand il était petit, François rêvait d'être soldat. Puis la guerre de 1914 a éclaté et il est parti se battre, la «fleur au fusil», fier de défendre son pays. Mais il a rapidement découvert la dure réalité des champs de bataille, l'horreur des tranchées, la sauvagerie des hommes. Il a surtout connu une fin tragique, comme de nombreux soldats, et son nom s'est perdu dans la boue de Verdun. C'est ainsi qu'il est devenu... le Soldat inconnu.

 

 

- Le fils du héros / François Charles (à partir de 9 ans)

1918. La guerre s'achève. À quoi bon ? se demande Valentin dont le père est mort au combat. À quoi bon être le fils d'un héros quand on est un orphelin livré à un avenir incertain ? À quoi sert une médaille militaire quand la guerre a tué votre père ? Quand ni les honneurs ni les discours ne le feront revenir ? Mais une rencontre inattendue va bouleverser la vie de Valentin..

 

 

- Frères de guerre / Catherine Cuenca (plus de 9 ans)

 

 

 

L'Allemagne déclare la guerre à la France. La mobilisation générale est décrétée. Eugène rêve de faire partie de l'aventure, mais il n'a que seize ans. Avec Matthias, son meilleur ami, ils fabriquent de faux papiers et réussissent à se faire engager. Ils partent ensemble pour le front, mais, très vite, sont séparés. Chacun de leur côté, ils découvrent l'horreur de la guerre, dans l'enfer des tranchées...

 

 

 

- Le secret du dernier poilu / Catherine Cuenca (plus de 9 ans)

L’arrière-grand-père de Laura, Eugène Ruy, est le dernier des Poilus de la Grande Guerre. La petite fille aime l’interroger sur ses souvenirs de guerre et sur la fraternisation des soldats français et allemands le 24 décembre 1914. Alors qu’il regarde une émission sur les derniers survivants de la Première Guerre mondiale, Eugène devient livide. Il a reconnu un des soldats allemands. Animée par la curiosité, Laura aimerait comprendre ce qui a touché son arrière-grand-père. Au cours d’une promenade, il va lui confier un véritable secret…

 

 

- Comment parler de la Grande Guerre aux enfants / Sophie Lamoureux (à partir de 10-11 ans accompagné d'un adulte)

Quels ont été les enjeux et les conséquences la guerre 14-18 : l'Allemagne était-elle la seule responsable du déclenchement des hostilités ?

Quels rôles ont joué les intérêts économiques ?

En France, la IIIe République n'a t-elle pas tout fait pour obtenir sa revanche après son humiliante défaite de 1870 ?

L'auteure invite les adultes à "réviser" ces événements historiques pour entamer un dialogue avec les plus jeunes pour qui cette "Grande Guerre" appartient au siècle dernier !

Mieux comprendre cette période est crucial car l'Histoire nous livre un enseignement précieux pour mieux comprendre le présent.

Quinze fiches illustrées par des documents d'époques (photographies, carte, affiches) permettent d'engager un dialogue sur des sujets comme la guerre industrielle, les poilus, les coloniaux engagés dans le conflit, ou ce qu'était vraiment la guerre des tranchées...

 

Pour les 10 - 15 ans

 

 


- Cheval de guerre / Michael Morpugo (plus de 10 ans)

 

 

Un cheval raconte sa vie à la première personne. Ses premiers souvenirs remontent au jour où sa mère et lui ont été vendus et séparés pour toujours. Lui, a été acheté par un fermier alcoolique qui le maltraite. Heureusement, le fermier a un jeune fils âgé de 13 ans, Albert, qui prend le poulain en affection et le surnomme Joey. Ensemble, le jeune garçon et le cheval grandissent à la ferme. Un soir d'été, on apprend que la guerre est déclarée contre l'Allemagne. Le père d'Albert emmène alors Joey au village pour le vendre à l'armée britannique sans prévenir son fils. Quand Albert arrive, c'est trop tard.
Il est trop jeune pour s'engager dans l'armée...Albert et Joey se retrouveront-ils ?

 

 

- La marraine de guerre / Catherine Cuenca (à partir de 10 ans)

Etienne a 23 ans. Il est soldat et depuis deux ans il se bat sur le front, dans les tranchées. A chaque instant, il fait l'expérience de la peur, de la souffrance, de la mort, mais aussi de l'amitié et de la solidarité de ses compagnons. Comme d'autres soldats, il a une marraine de guerre qui lui envoie colis et lettres réconfortants. Un jour, pendant une permission, il décide de la rencontrer...

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

 

 

 

- Promenade par temps de guerre / Anne-Marie Pol (à partir de 11 ans)

Victor, un adolescent de 14 ans, vit avec ses copains dans un orphelinat depuis que la guerre a commencé en 1914. Pour lui, la vie est injuste mais ce qu'il ne sait pas encore, c'est que son père est mort sur le front. Victor s'interroge sur son avenir : retrouvera-t-il son père ? Pour cela il part à sa recherche à travers la France.

 

 

 

 

 

 

Le journal d'Adèle (1914-1918) / Paule de Bouchet (+ de 11 ans) 

 

Jeudi 30 juillet 1914. Adèle commence enfin le journal qu'elle a reçu pour Noël : un ami auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets.
En ce 1er août 1914, les cloches de l'église de Crécy se mettent à sonner le tocsin à toute volée, c'est la guerre! Le journal que tient Adèle l'aidera-t-il à avoir moins peur? Ses frères mobilisés reviendront-ils à la ferme? Reverra-t-elle Lucien, son filleul de guerre, venu un jour en permission? Qu'adviendra-t-il de sa meilleure amie ?
Les années passent dans le petit village de Bourgogne, rythmées par les travaux des champs, les nouvelles du front. La guerre tue, mutile les soldats, affame les gens de «l'arrière», endeuille les campagnes. Adèle grandit et rêve de devenir institutrice dans un monde meilleur...

 

 

- Trois frères dans la grande guerre : Correspondance inédite  / Annie Collognet-Barrès (plus de 11 ans)

Une famille dans la grande guerre c'est une correspondance unique, un récit épistolaire vrai et touchant au cœur de la Première Guerre Mondiale. Ils sont cinq, cinq frères d'une famille paysanne de l'Ariège que la Première Guerre mondiale va séparer. Si Joséphin et Zéphirin ne sont pas envoyés au front, Jean-Baptiste, Henri et Justin découvrent les tranchées et les horreurs de la guerre. À travers une centaine de lettres, des illustrations inédites et des notions historiques, le quotidien des soldats et de leur famille est dépeint avec justesse et sincérité.

 

 

 

 

- Verdun 1916 : un tirailleur en enfer / Yves Pinguilly

Tierno vit dans un petit village près de Conakry. Bon élève à l'école des blancs, il obtient une bourse pour étudier à Dakar. Mais le bateau qui l'emmène va le conduire contre son gré jusqu'à Marseille, mêlé à un groupe d'engagés plus ou moins volontaires, arrachés à leurs villages pour aller "apprendre la guerre" en France. Car nous sommes en 1916, et le but ultime du voyage, c'est Verdun et son champ de bataille. Tierno quitte donc un paradis pour l'enfer des tranchées ; là souffrent et meurent pêle-mêle poilus, tirailleurs, gradés, qu'ils soient lâches ou courageux, riches ou pauvres, noirs ou blancs. Tierno s'en sortira en héros, gradé et médaillé, mais son compagnon, Aboubakar le fils de roi, disparaîtra à Verdun, comme tant d'autres anonymes...

 

 

- 14-18 : Une minute de silence à nos arrière-grands-pères courageux / Thierry Dedieu (à partir de 11-12 ans)

Un album  presque sans paroles, en hommage aux poilus, avec des images violentes et réalistes, pour dire la guerre là où les mots ne sont plus.

Une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux. Cette minute de silence correspond aux conditions presque réelles de lecture de l'album.

Cet album singulier dénonce la douleur muette des combattants ainsi que la solitude et les interrogations dont souffraient les proches. Un véritable hommage à nos grands-parents et arrières grands-parents, victimes et héros de la «Grande Guerre».

 

 

 

- Le bruit du vent / Hubert Mingarelli (à partir de 12 ans)

Sur son île battue par les vents, Vincent rêve du continent et de ses mystères. Il attend impatiemment le retour de son père et des hommes du village partis pour la Grande Guerre. En cachette, il tente de remettre à flot un vieux canot échoué, mais qui pourra lui apprendre à naviguer? Un jour, son père revient. Muré dans le silence de ses insoutenables souvenirs, il est incapable d'aider son fils. A force de ténacité, Vincent réussira-t-il à franchir les jetées ?

Livre actuellement épuisé...A emprunter en médiathèque ou au CDI du Collège.

 

 

 

- Soldat Peaceful - Michael Morpugo  (+ de 12 ans)

Thomas Peaceful, dit Tommo, a 16 ans en 1914 lorsque son frère aîné Charlie est enrôlé dans l'armée anglaise pour partir sur le front français. Malgré son jeune âge, Tommo décide de partir aussi. Alors que Charlie a été condamné à mort pour insubordination et qu'il vit ses dernières heures, Tommo raconte leur enfance marquée par la mort tragique de leur père, son amour démesuré pour son frère, les premiers émois avec Molly, leur amie d'enfance. Puis, la guerre, l'horreur des tranchées, les bombardements et enfin, la condamnation à mort.

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

- Le dernier ami de Jaures / Tania Sollogoub (plus de 12 ans)

 

Rue de la Tour à Paris, une fenêtre éclairée sous les toits. Derrière cette fenêtre, un homme écrit un éditorial pour le journal L’Humanité. Il s’appelle Jean Jaurès. Ses écrits, ses prises de position, son désir profond de changer le monde l’ont mis en danger d’être assassiné. Le peuple de Paris a juré de le protéger. Ils sont jeunes ou vieux, ils s’appellent Suzanne, Lucien, Mallavec, Paul.
En cette fin du mois de juillet 1914, ce peuple-là ne veut pas de la guerre, et personne n’y croit vraiment. Paul a 15 ans, et son esprit est dévoré par l’amour fou qu’il éprouve pour Madeleine, une jeune fille de la bourgeoisie à qui il n’est pas censé adresser la parole.
Ce soir-là, rue de la Tour, en gravissant les marches qui mènent à la chambre de Jaurès, Paul ignore que cet homme va non seulement lui accorder sa confiance, mais devenir le confident de son secret, et lui donner la force de changer son destin.

 

 

- Mon père est parti à la guerre / John Boyne (plus de 13-14 ans)

 

La première guerre mondiale vue au travers des yeux d'un jeune garçon : Alfie. Le père d'Alfie rompt sa promesse et s'engage dans l'armée pendant la première guerre mondiale. Quatre ans plus tard, la guerre fait rage et le jeune garçon ignore si son père est vraiment parti en mission ou s'il a disparu à jamais.Tout le monde semble savoir ce qui lui est arrivé mais le secret reste bien gardé. Devenu cireur de chaussures à la gare de King's Cross de Londres, Alfie va enfin découvrir la vérité au hasard d'une de ses rencontres et partir pour la mission la plus importante de sa vie...

 

 

- Capitaine Conan / Roger Vercel  (+ de 14 ans)
1918. Les Balkans. L'armée d'Orient remporte sur les Bulgares la victoire du Mont Sokol, notamment grâce à l'action des nettoyeurs de tranchées. Deux jeunes officiers font cause commune contre la médiocrité de la hiérarchie militaire et le soudain désœuvrement où la paix les plongent. Mais l'un, Conan, est l'une de ces bêtes de guerre et l'autre, Norbert, doit porter accusation contre certains de ses hommes devant le tribunal militaire. La plus sincère amitié peut-elle résister lorsque surgit l'affrontement ?

 

 

- Le grand théâtre / Colette Blanluet (à partir de 14 ans)

Quelques jours après l'assassinat de Jaurès, c'est la mobilisation générale de la guerre 14-18. Gaston Parmentier, directeur d'école primaire, doit partir en laissant la direction de l'école et ses quatre fils à son épouse Emilie. Parviendra-t-elle à assumer cette lourde charge avec en arrière plan la grande guerre, bouleversante et cruelle...

Livre épuisé à emprunter en bibliothèque.

 

 

 

- La vie tranchée / Bénédicte Des Mazery (plus de 15 ans)

 

 

Louis Saint-Gervais, soldat réformé pour blessure est affecté au service du contrôle postal. Il doit lire et censurer les lettres de ses camarades restés au front. Mais comment peut-on rester indifférent à ces cris de souffrance et de détresse qui sont de véritables appels au secours...

Arrivera-t-il à désobéir à ses supérieurs ?

 

 


- J'ai saigné / Blaise Cendrars (plus de 15 ans)

En 1915, le narrateur est amputé du bras droit, puis conduit à l'hôpital de Châlons-sur-Marne pour y être soigné. Là, il est confronté à la souffrance de ses compagnons, mais rencontre également des femmes au grand coeur, telle l'infirmière en chef, Madame Adrienne...Dans ce court récit autobiographique, Cendrars raconte les souffrances et le chaos engendré par la Grande Guerre et rend hommage à ceux qui, par leur courage et leur générosité, l'ont transformé en aventure humaine.L'édition Classiques & Cie Collège.

 

Soigneusement annoté, le texte de la nouvelle est associé à un dossier illustré, qui comprend :- un guide de lecture, avec des repères, un parcours de l'oeuvre en 7 étapes, un groupement de documents sur le thème de la guerre,- une enquête documentaire : La médecine au front pendant la Première Guerre mondiale".

 

 

- Paroles de poilus-  lettres et carnets du Front 1914-1918 / Jean-Pierre Guéno (plus de 15 ans)

Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans. Ils ont quitté leur famille, leur métier, leur vie pour partir à la guerre.
A leur famille, du fond des tranchées, ils écrivent leur peur, leur désespoir ou leur espérance...

 

     

 

 

 

Ces trois livres édités par Librio sont également parus en Album-BD chez Soleil Éditeur.

 

 

 

 

 

 


- Mon papa en guerre - Lettres de poilus- Mots d'enfants 1914-1918 / Jean-Pierre Guéno (plus de 15 ans)

Extraits de lettres, de journaux intimes et de récits autobiographiques échangés pendant la première guerre mondiale, entre les pères partis au front et leurs enfants.

 

- Paroles de Verdun / Jean-Pierre Guéno (plus de 15 ans)

L'enfer de Verdun : Au jour le jour, durant ces dix longs mois, les combattants ont écrit à leur famille ou à leurs proches, et leurs lettres révèlent en direct la tragédie de cet événement. Jean-Pierre Guéno en a réuni un florilège, qui témoigne de l'endurance de ces hommes à la boue des tranchées, à la faim, à la soif, au désespoir, et à l'incompétence des élites militaires, celle de Joffre par exemple, qui fit désarmer les forts de la ville six mois avant la ruée allemande. " Verdun " est une bataille à somme nulle: 301 jours d'affrontements sévères pour, au final, raccompagner les Allemands à la case départ, laissant la Meuse tel un immense champ voué au carnage jusqu'en novembre 1918. Restent l'humanisme, la formidable bravoure des poilus, à la fois victimes et héros.

 

- Carnets de Verdun / Laurent Loiseau (plus de 15 ans)

 

Verdun garde les cicatrices des 26 millions d'obus qui ont laminé les collines, fracturé les roches et rayé de la carte neuf villages. Sur quatre hommes qui montent au front, un seul revient indemne. Crapouillots, brancardiers, médecins-major ou mitrailleurs, ils en ont tenu le journal. Cette sélection de lettres aux familles et de carnets de guerre, souvent rédigés sur le vif, parfois remaniés après les combats, provient des archives des mémoriaux de Péronne et de Verdun.
 

 

 

Pour les adultes et ados de + de 16 ans

 

- Dans la guerre / Alice Ferney

 

 

Jules doit partir au front. Il quitte en ce mois d'août 1914 sa ferme landaise où vont l'attendre les siens : sa femme et son jeune fils, son frère et sa mère, son chien. Il sait qu'il confie sa femme à une mère qui ne l'a jamais acceptée. Prince, son colley, qui se meurt sans son maître, ne tarde pas à le rejoindre au combat et à devenir un héros. Tandis que Jules souffre tant de l'horreur de la guerre qu'il ne sait pas comment la relater dans ses lettres, sans effrayer les siens, Félicité, sa femme, attend un second enfant de lui...

 

 

 

- A L'ouest, rien de nouveau /Erich Maria Remarque

Paul Bäumer est un jeune allemand. Engagé volontaire à 17 ans en même temps que toute sa classe, il verra, un à un, ses anciens camarades d'école, ainsi que ses plus proches camarades de régiment mourir. Ce livre, réaliste et pudique est un plaidoyer contre la guerre..

 

 

 

 

- La Guerre de 14-18 / François Rivière (recueil en trois parties)

Août 1914. Des millions d'hommes partent au front pour combattre. Ils ont entre dix-huit et quarante ans...Parmi eux les auteurs de ce recueil qui nous apportent ainsi leurs témoignages revisités. Contient :

  • Le feu / Henri Barbusse
  • Les croix de bois / Roland Dorgelès
  • L'équipage / Joseph Kessel
  • Orages d'acier / Ernst Jünger
  • Education héroïque devant Verdun / Arnold Zweig
  • la randonnée de Samba Diouf / Jérôme Tharaud

 

 

- Le feu / Henri Barbusse.

 

 

 

 

 

Pendant la première guerre mondiale, la vie quotidienne des soldats Volpate, Lamuse et de leurs camarades, pris dans la sale guerre malgré eux... Ils racontent l'horreur, la peur au ventre, leurs camarades qui tombent les uns après les autres...

Prix Goncourt en 1916, Le feu est le témoignage poignant de l'horreur des tranchées par un survivant. Il reste un chef-d'œuvre de la littérature de guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Les croix de bois  / Roland Dorgeles.

Pendant la guerre de 14-18, les nouvelles jeunes recrues arrivent par wagons entiers sur le front . Ils vivront, jour après jour, l'horreur de la guerre avec son lot de morts, d'angoisses et de souffrances dans les tranchées...

 

 

- L'équipage / Joseph Kessel

 

 

Herbillon, s’engage dans l’aviation car cela a toujours été un rêve pour lui. Mais pour cela, il doit quitter sa compagne auquel il tient beaucoup. Arrivé au camp d’aviation, Herbillon se fait de nombreux amis qui sont aussi ses équipiers. Il se lie particulièrement d’amitié avec un dénommé Maury, et découvre qu’ils aiment la même femme, Denise. Ce lien va encore plus les rapprocher alors qu’il devrait les éloigner...

 

- La percée, roman d'un fantassin 1914-1918 / Jean Bernier

Ce roman est le meilleur roman de guerre si on se place du côté de l'historien. Il a reçu le Prix "Clarté" en 1920.

 

 

- Le chemin des âmes / Joseph Boyden

1919. Nord de l'Ontario. Niska, une vieille Indienne, attend sur un quai de gare le retour d'Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre. A sa grande surprise, l'homme qui descend du train est son neveu Xavier qu'elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable. Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : l'engagement dans l'armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l'enfer des champs de bataille en France...

 

 

 

 

 

 

- Voyage au bout de la nuit / Louis Ferdinand Céline

Bardamu s’engage dans l’armée en 1914, et est confronté à la guerre. A la fin de la guerre, il découvre l’Afrique et le colonialisme. Puis ce sont les Etats-Unis où il connaîtra l’amour de Molly, une prostituée. Bardamu regagne Paris où il continue ses études de médecine. Devenu docteur, il sera confronté à la misère et à la mort, qu’il aura tenté de fuir depuis la Grande Guerre...

 

- Les champs d'honneur / Jean Rouaud

Prix Goncourt 1990

Ils sont morts à quelques semaines d'intervalle : d'abord le père, puis la vieille tante de celui-ci, enfin le grand-père maternel. Mais cette série funèbre semble n'avoir fait qu'un seul disparu : le narrateur, dont le vide occupe le centre du récit. C'est à la périphérie et à partir d'infimes indices (un dentier, quelques photos, une image pieuse) que se constitue peu à peu une histoire, qui finira par atteindre, par strates successives, l'horizon de l'Histoire majuscule avec sa Grande Guerre, berceau de tous les mystères.

 

 

 

 

- J'étais médecin dans les tranchées / Louis Maufrais (témoignage)

 

Août 1914. Louis Maufrais, étudiant en médecine, pense présenter l'internat quand la guerre éclate. Il rejoint alors le front et découvre les tranchées. Il va y rester quatre ans. Quatre ans pendant lesquels il côtoie la mort les pieds dans la boue et les mains dans le sang, jour et nuit enterré au fond de postes de secours secoués par le souffle des obus. Quand il a un moment de repos, il prend des notes, photographie, pour raconter la souffrance, celle de ses camarades, la sienne, mais aussi l'amitié, le burlesque, l'absurde. De l'Argonne au Chemin des Dames en passant par Verdun et la Somme, la Grande Guerre racontée au jour le jour et illustrée - fait rarissime - de photos prises par l'auteur du texte.

 

 

- Jules Matrat. Charles Exbrayat

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

- Un long dimanche de fiançailles / Sébastien Japrisot

 

Mathilde, jeune paralysée, a rencontré Jean à l'âge de treize ans et très vite l'amour les a gagnés. Parti sur le front lors de la Première Guerre mondiale, Jean est livré en pâture au camp ennemi pour avoir fumé une cigarette de nuit. Porté mort, Mathilde ne veut croire à la version officielle et entame une longue série de recherches pour retrouver l'homme qu'elle aime et découvrir l'horrible réalité de la guerre.

 

 

- Cris / Laurent Gaudé

 

Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M'Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d'où ils s'élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l'insoutenable fraternité de la guerre de 1914. Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore retentit l'horrible cri de ce soldat fou qu'ils imaginent perdu entre les deux lignes du front : " l'homme-cochon ". A l'arrière, Jules, le permissionnaire, s'éloigne vers la vie normale, mais les voix des compagnons d'armes le poursuivent avec acharnement. Elles s'élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité, prenant en charge collectivement une narration incantatoire, qui nous plonge, nous aussi, dans l'immédiate instantanéité des combats, avec une densité sonore et une véracité saisissantes

 

 

- Le grand troupeau / Jean Giono

Il débute par ces mots :

" La nuit d'avant, on avait vu le grand départ de tous les hommes. C'était une épaisse nuit d'août qui sentait le blé et la sueur de cheval. Les attelages étaient là dans la cour de la gare. Les gros traîneurs de charrues on les avait attachés dans les brancards des charrettes et ils retenaient à pleins reins des chargements de emmes et d'enfants.

Le train doucement s'en alla dans la nuit : il cracha de la braise dans les saules, il prit sa vitesse. alors les chevaux se mirent à gémir tous ensemble...

 

 

- La chambre des officiers / Marc Dugain

 

1917. La vie sourit à Adrien, un ingénieur officier. Mais au début de la guerre, un éclat d'obus le défigure. Il devient une "gueule cassée". Adrien n'ira plus dans les tranchées, il ne connaîtra pas le froid, la faim, la peur ou les rats. Il est hospitalisé dans une chambre d'officiers. Un endroit où aucun miroir ne permet de connaître son visage détruit. Il va rester cinq ans dans cet hôpital, cinq ans pour penser à l'avenir, à l'après-guerre, à sa fiancée...

 

 

- En attendant minuit - Claude Michelet

Le mercredi 20 décembre 1916 à 22 heures, Marthe tricote à la ferme près de Brive pendant que Jean, son mari, est de garde dans les tranchées dans la Somme. Ils sont séparés depuis presque vingt-huit mois, à 700 kilomètres l'un de l'autre, mais pendant trois jours leurs pensées vont se rejoindre comme dans un dialogue à distance.

Cliquer sur le titre pour en savoir +

 

 

- L'Adieu aux armes / Ernest Hemingway

 

Frédéric Henry, jeune Américain volontaire dans les ambulances sur le front d'Italie, pendant la Première Guerre mondiale, est blessé et s'éprend de son infirmière, Catherine Barkley. Avec Catherine, enceinte, il tente de fuir la guerre et de passer en Suisse, où le destin les attend.

Un des meilleurs romans de guerre. Un des plus grands romans d'amour.

 

 

 

- Les âmes grises / Philippe Claudel

Prix des Lectrices de Elle 2004 et Prix Renaudot 2003

Nous sommes en 1917 dans une petite ville de province. Toute la société des notables est présente et tient son rôle. Le maire, le juge, le procureur, le flic, le médecin… tous font rouler depuis des années l’agréable train-train de la comédie sociale faite d’amicaux échanges. C’est curieux, même la Grande Guerre ne semble pas avoir bousculé les positions et les habitudes de chacun. Tout reste bien en place dans l’immuable tranquillité de la bourgeoisie sûre d’elle-même. Pourtant tout bascule lorsqu’une fillette de 10 ans est retrouvée morte dans l’eau. La petite Belle-de-Jour, comme on l’appelle. Tous la connaissent, elle servait au Rébillon, la seule brasserie restaurant du coin. "Bien, bien, bien…" reprend le juge, tout content d’avoir un meurtre, un vrai à se mettre sous la dent, un meurtre d’enfant en plus, et de petite fille pour couronner le tout. Dès lors, le soupçon gagne et rogne les âmes grises de nos notables. En premier lieu le procureur qui habite au château, juste à côté du lieu du meurtre…

 

- La peur / Gabriel Chevallier

Gabriel Chevallier, que l’on reconnaît sous les traits de Jean Dartemont, raconte la guerre de 1914-1918 telle qu’il l’a vécue et subie, alors qu’il n’avait que vingt ans. Le quotidien des soldats – les attaques ennemies, les obus, les tranchées, la vermine – et la Peur, terrible, insidieuse, « la peur qui décompose mieux que la mort ». Parue en 1930, censurée neuf ans plus tard, cette oeuvre, considérée aujourd'hui comme un classique, brosse le portrait d’un héros meurtri, inoubliable.

 

 

 

 

 

 

 

 

- La pitié dangereuse / Stefan Zveig

En 1913, dans une petite ville de garnison autrichienne, Anton Hofmiller, jeune officier de cavalerie, d'origine modeste, est invité dans le château du riche Kekesfalva. Au cours de la soirée, il invite la fille de son hôte à danser, ignorant qu'elle est paralysée. Désireux de réparer sa maladresse, Anton accumule les faux pas... pris de pitié pour l'infirme, il multiplie bientôt ses visites. Edith de Kekesfalva cache de plus en plus mal l'amour que lui inspire le bel officier, qui lui ne s'aperçoit de rien, jusqu'au moment où il sera trop tard...

 

- La main coupée de Blaise Cendrars

C'est une évocation vivante et dramatique de la Grande Guerre de 14-18. L'auteur prélève dans sa mémoire les bribes de la vie et de la mort de ses compagnons de combat, des hommes ordinaires, tragiques ou cocasses, échappant à toute vision héroïque ou édifiante...

Blaise Cendrars rend hommage aux hommes qui se sont battus avec lui durant la Première Guerre mondiale et, tout en évoquant l'atrocité des carnages, nous offre une inoubliable leçon d'amitié et de courage.

 

- La Grande Guerre / Pierre Miguel ou autre titre de l'auteur

 

Quelles sont les causes de la Première Guerre mondiale ?

Pourquoi l'a-t-on qualifiée de "Grande" ?

Quel est son héritage dans l'histoire de l'Europe ?

A combien s'élève le nombre de tués ?

Plonge dans la vie de tes ancêtres grâce à de superbes reconstitutions historiques illustrées et découvre tous les détails de leur quotidien. Avec La Vie privée des hommes, remonte le fil de l'histoire de l'humanité et réunis une incontournable collection de référence !

 

 

 

 

- Ceux de 14 / Maurice Genevoix (recueil de textes)

 

- L'initiation d'un homme : 1917 / John Dos Passos

Martin Howe, est un jeune homme américain. Son entrée de plain-pied dans la Grande Guerre va lui faire griller les étapes et le faire entrer dans l'âge adulte. Il nous raconte ses découvertes, les atrocités, ses réflexions avec un regard d'enfant...

Roman autobiographique : l'auteur décrit dans ce roman largement autobiographique qui est quasiment un journal de guerre, son engagement comme ambulancier volontaire de l'armée américaine durant la Grande Guerre.

 

 

- Johnny s'en va t-en guerre /Dalton Trumbo

Chef-d'œuvre de la littérature antimilitariste, ce roman a pour héros un soldat américain de la guerre de 1914-1918 atrocement mutilé par une explosion. Devenu ce mort vivant dont l'âme s'agrippe à un corps qui n'est plus, il incarne, avec une puissance narrative stupéfiante, l'horreur vécue de toute guerre. Publié au début de la Seconde Guerre mondiale, ce livre mythique était lu dans les meetings pacifistes pendant la guerre du Viêt-nam. Encore et toujours d'actualité, il constitue sans doute la plus violente, la plus crue des dénonciations de la guerre.

 

- Il est minuit docteur Schweitzer / Gilbert Cesbron

A emprunter en Médiathèque

 

 

- Les soldats de la honte / Jean-Yves Le Naour

 

C'est par la révolte d'un paysan, Baptiste Deschamps, qu'a été révélé le sort atroce qu'on réservait aux poilus atteints du syndrome du shell shock, ces soldats qui n'avaient pas résisté psychologiquement à l'épreuve du feu et que l'on avait retrouvé pétrifiés, l'air hagard, parfois même fous. En haut lieu, on les appelait les " embusqués du cerveau ", soupçonnés d'être des simulateurs. Pour le prouver, on les soignait à coups de décharges électriques. Les Français n'en auraient sûrement jamais rien su si Baptiste Deschamps n'avait été traduit en justice parce qu'il refusait d'être brutalisé. L'affaire fit scandale et ouvrit la boîte de Pandore des traumatismes de guerre. Jean-Yves Le Naour donne ici toute la mesure de ce drame méconnu à travers le récit tragique et émouvant de ces soldats de la honte. En quelques années, Jean-Yves Le Naour est devenu l'un des meilleurs historiens de la Grande Guerre, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages.

Les Soldats de la Honte a reçu le Grand Prix du livre d'histoire Ouest-France-Société Générale.

 

 

Du théâtre...

- Le voyageur sans bagage / Jean Anouilh

À la fin de la Première Guerre mondiale, Gaston est retrouvé amnésique. Il est recueilli par le directeur d'un asile qui l'emploie comme jardinier. Il est cependant réclamé par plusieurs familles, dont la famille Renaud, à laquelle il est confronté. D'un caractère gentil, Gaston découvre avec horreur l'identité qu'on lui attribue : personnage violent et sans scrupule. Il ne se reconnaît pas dans ce portrait de l'enfant et l'adolescent qu'il aurait été..

 

 

Et de nombreuses BD entre autres :

 

- C'était la guerre des tranchées / Tardi (et autres titres sur la guerre)...

 

- Série les Godillots / Olier et Marko 

Au cours de la Grande Guerre, dans une escouade de seconde ligne, deux soldats sont chargés de s'occuper de la "roulante", la cuisine itinérante, et du ravitaillement en nourriture des tranchées du front. Pour y acheminer la soupe, le café et les patates, ils doivent malheureusement traverser une zone placée sous le feu d'un mitrailleur ennemi surnommé "le Croquemitaine" par les Poilus en raison du grand nombre de victimes qu’il a déjà infligées dans les rangs français. Mais, dans ce no-man's-land, ils font une rencontre inattendue qui va bouleverser leur destin et leur permettre de mettre au jour une sinistre combine au sein de la tranchée B12...

 

Cicatrices de Guerre / Noredine Allam

 

22 auteurs de BD se penchent sur le thème de la guerre. Chacun d'entre eux nous livre avec sasensibilité et son style, sa propre représentation de cette guerre.

Du front à l’arrière, du début du conflit à son issue, les histoires illustrent par petites touches le quotidien de la population pendant la première guerre mondiale : la vie dans les tranchées, les gueules cassées, les mutineries de 1917, les déserteurs, mais aussi les affaires des industriels ou la correspondance avec les familles et le quotidien des enfants loin des combats…

15 histoires courtes et bouleversantes avec en vis à vis, un document inédit issu des collections de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne.

 

 

Retrouvez ICI une bibliographie plus complète de BD sur la Grande Guerre.

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 08:08

 

Dans la SF Post-apocalyptique, la société telle qu'on la connaît n'existe plus : la civilisation humaine a totalement disparu, parce qu'une catastrophe naturelle, biologique, nucléaire ou autre... a  détruit en partie la Terre.

 

La SF post-apocalyptique est de la dystopie poussée à l'extrême. Donc il faut aimer pour s'accrocher car ces romans (ou ces films) sont réellement pessimistes et dérangeants !

 

 

De plus il existe de nombreux livres, jeux videos ou films dit "post-apocalyptiques" et qui ne sont pas forcément de la Science-Fiction...

Comme vous le voyez c'est toujours aussi simple de tenter de "classer" les livres dans des genres précis :)

 

 

Parmi les romans vous pouvez lire... ou voir leur adaptation au cinéma.

 

Attention si vous avez des ados à la maison, de nombreux jeux vidéos s'inspirent de ces livres...et la plupart des films sont interdits aux moins de 16 ans.

Pour les livres je vous propose de laisser les préados dévorer les titres de dystopie mais de ne pas leur proposer de la SF post-apocalyptique avant 15-16 ans ou de partager vos impressions.

 

 

 

- La guerre des mondes / Herbert George Wells (1ère publication en 1898 !)

Un grand classique de Science-Fiction...très largement influencé par les oeuvres de Jules Verne.

Pour la première fois l'humanité rencontre une race extraterrestre hostile...et pour la première fois apparaissent dans ce roman des "robots" (= les tripodes martiens) que vous pouvez visualiser sur la couverture de l'édition folio ci-dessous.

 

 

 

Ce roman a donné naissance à de nombreuses adaptations :

- en 1938 tout d'abord, sous forme de feuilletons radiophoniques réécrits et lus par Orson Welles, un artiste américain à la fois acteur, réalisateur, producteur et scénariste qui sera révélé en France après la Seconde Guerre mondiale par son film "Citizen Kane". L'émission aurait créé un vent de panique aux États-Unis, des milliers d'auditeurs croyant à une réelle invasion extraterrestre... Légende ou réalité ?

 

- en 1953 au cinéma, un film (même titre) adapté par Byron Haskin 

Suite à la chute d'une météorite en Californie,  ayant provoqué un feu de forêt, un shérif laisse trois hommes garder le cratère... Mais une intelligence artificielle se rend sur les lieux...

 

- en 2005 dans un célèbre film (même titre) de Steven Spielberg avec Tom Cruise.

- en 2005 (encore) dans un film (même titre) de Timothy Hines, sorti directement en DVD.

 

- en 2005, un téléfilm (même titre) réalisé par David Michael Latt.

George Herbert, un astronome est séparé de sa famille lors d'une invasion d'aliens. Il fera tout pour les retrouver et les sauver.

- en 2008 La guerre des mondes 2 fait suite au téléfilm de David Michael Latt. Réalisé par C. Thomas Howell.

 

Les deux téléfilms proches de l'horreur ont été interdits aux moins de 16 ans aux États-Unis.

 

- en 2012 enfin dans "Battle invasion" de Neil Johnson.

Dans un futur proche, une armée d’extraterrestres décide d’envahir la Terre. Son but : réduire l’Humanité à l’esclavage pour constituer une réserve alimentaire presque infinie. La rébellion des humains s’organise afin de lutter contre les ennemis, tous les coups sont permis pour les anéantir afin de sauver la Terre.

 

 

- enfin dernière adaptation en date du roman en 2014 dans "Invasion meurtrière" du même réalisateur.

 

 

- La mort de la Terre (1910) / J-H-Rosny Aîné

Dans un futur lointain, la Terre est devenue, du fait de sa surexploitation par l'espèce humaine, un immense désert desséché. Les quelques communautés restantes limitent les naissances et incitent les humains à pratiquer l'euthanasie pour obtenir une mort plus rapide. Targ, sa femme, sa sœur, et leurs enfants, les derniers vivants sur Terre encore prêts à survivre, partent à la recherche d'eau et de nouvelles terres pour reconstruire. En parallèle, une autre race d'êtres mi-vivants mi-minéraux, prospère sur les ruines de la civilisation humaine : les ferromagnétaux.

 

- Ravage (1943)/ René Barjavel

C'est aussi un roman d'anticipation et une dystopie post-apocalyptique...dont j'ai déjà parlé à plusieurs reprises.

 

 

- La Flamme noire (1948) / Stanley G. Weinbaum

Plusieurs centaines d'années après l'anéantissement par une peste de la quasi-totalité de l'espèce humaine, une famille d'immortels cherchent à conquérir le monde grâce à la science de pointe développée.

Un frère et une sœur, devenus immortels, luttent contre la mutation de l'humanité, car l'immortalité leur apparaît comme un fléau.

 

 

- La Terre demeure (1949) / George R. Stewart

Isherwood "Ish" Williams, un étudiant américain en écologie demeure isolé dans les montagnes pendant plusieurs semaines. En regagnant la ville la plus proche, devant l'absence de toute activité humaine, il découvre qu'en son absence une pandémie foudroyante est survenue. En parcourant les États-Unis, il réalise que l'humanité a quasiment totalement disparu, à l'exception de quelques individus. Il fait la rencontre d'une femme nommée Em, et de quelques survivants avec lesquels il reformera un noyau de civilisation, La Tribu.

Le récit comprend plusieurs parties. La première partie évoque la fin de la civilisation humaine, la rencontre avec Em. La seconde se déroule 22 ans après la catastrophe. Ish est à présent au sein d'une petite communauté d'individus. La dernière se déroule plus de 40 ans après la catastrophe. Entre ces parties de courts chapitres font la transition.

 

 

- Je suis une légende (1954) / Richard Matheson

C'est à la fois un roman de SF post-apocalyptique et d'horreur, bien que plein d'humour...

Robert Neville est le dernier survivant d'une pandémie, contre laquelle il est immunisé, à la suite d'une morsure de chauve-souris. Cette épidémie est causée par un bacille qui transforme les gens en êtres décharnés et cannibales, trop sensibles aux UV pour survivre à la lumière du soleil.

Tous ses anciens amis et voisins sont devenus des vampires nocturnes et sauvages.

Robert est obligé de vivre seul et dans une maison fortifiée pour se prémunir des attaques nocturnes...

Adapté au cinéma en 2007 par Francis Lawrence.

 

La SF Post-Apocalyptique

 

- Le monde vert (1962)/ Brian Aldiss

Ce roman décrit un avenir lointain dans lequel la Terre, qui ne tourne plus, s'est transformée en une gigantesque serre dominée par les végétaux. Ceux-ci ont formidablement évolué et acquis des capacités prédatrices redoutables. L'homme a régressé tant en taille qu'en connaissances et doit lutter farouchement pour survivre dans cette jungle.

Au départ il s'agissait de 5 nouvelles qui ont été réunies dans un seul volume.

 

 

- Le monde englouti (1962 publié en France en 1964) / James Graham Ballard

Dans un futur proche, une série d'explosions solaires a augmenté la température de la planète et un climat tropical règne sur l'ensemble de la Terre. La faune et la flore sont revenus à ce qu'elles étaient à l'époque préhistorique, et l'homme n'a plus beaucoup de place dans ce monde surchauffé et étouffant. Ayant fui les grandes villes et les continents recouverts de vastes forêts infestées d'iguanes et de moustiques et arrosés continuellement de pluies diluviennes, les hommes vivent désormais dans des bases au Groenland, en Antarctique et dans diverses îles des pôles. Dans ce contexte, le médecin Kerans participe à une expédition scientifique sur le site englouti d'une ancienne capitale européenne. La déliquescence d'un monde en ruine, la tentation de la régression vers un monde primitif préhistorique, la lutte perdue d'avance des hommes face à une nature sauvage et une psyché qui les conduit à leur perte sont les thèmes porteurs de cette histoire angoissante d'une humanité qui touche à sa fin. (source wikipedia).

 

 

- La planète des singes (1963) / Pierre Boulle

C'est un roman d'anticipation post-apocalyptique.

Une fusée propulse un équipage d'astronautes deux mille ans dans le futur pour finalement atterrir sur une planète inconnue gouvernée par des singes. Taylor, l'un de astronautes rescapés, est jeté au fond d'une cage où sont enfermés d'autres humains.

Le roman reprend les idées de Charles Darwin sur l'évolution, mais au lieu de favoriser l'homme, l'évolution naturelle entraine la dominance des singes...jusqu'à ce que l'homme évolué disparaisse totalement.

 

Ce roman a fait l'objet de multiples adaptations cinématographiques :

 

- en 1968 (même titre) un film de Franklin J. Schaffner, avec Charlton Heston, Woodrow Parfrey, Linda Harrison a été tiré de ce roman.

- en 1970, un film intitulé "Le secret de la planète des singes" de Ted Post.

- en 1971, un film intitulé "Les évadés de la planète des singes" de Don Taylor.

- en 1972, un film intitulé "La Conquête de la planète des singes" de J. Lee Thompson.

- en 1973, un film intitulé "La bataille de la planète des singes" du même réalisateur.

- en 2001 un film intitulé "la planète des singes" de Tim Burton.

- en 2011, un film intitulé "La planète des singes : les origines" de Rupert Wyatt.

 

Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire.

 

- enfin en 2014, un film intitulé "La planète des singes : l'affrontement" de Matt Reeves.

 

Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s'est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

 

 

 

 

 

- Malevil (1972)/ Robert Merle

 

 

À la suite d'une explosion, sans doute nucléaire, qui a  ravagé la Terre entière, Emmanuel Comte et ses six compagnons (La Menou, Momo, Peyssou, Meyssonnier, Colin et Thomas) tentent de reconstruire la civilisation. Installés dans le château de Malevil où ils ont pu survivre à la catastrophe, cachés dans les caves, ils se mettent en quête d'autres survivants...en particuliers de femmes. Ils doivent faire face aux autres bandes survivantes.

 

Ce roman a fait l'objet

-d'une adaptation cinamétographique de Christian de Chalonge en 1981. La fin est complètement différente du roman.  L'auteur, considérant que l'esprit de son roman n'a pas été respecté, n'a pas voulu que son nom figure au générique.

- Puis d'un téléfilm de Denis Malleval  en 2010.

 

 

- Le Troupeau aveugle (1972) / John Brunner

À la fin du XXe siècle, la pollution chimique est telle que la Méditerranée est un cloaque pestilentiel.

Certains jours, à New York, il pleut de l'acide ; l'eau du robinet n'est pas potable ; tout le monde ou presque souffre d'allergies ou d'intolérances ; les microbes résistent aux antibiotiques et la vermine aux insecticides ; la nourriture est rare et altérée par des pesticides ; l'espérance de vie décroît régulièrement.

Or l'ultime démarche que tente le philosophe écologiste contestataire Austin Train est vouée à l'échec.

 

 

- Le cycle d'Ender (11 tomes  et 10 nouvelles, dont certains non traduits) publiés à partir de 1977 -  / Orson Scott Card

Le cycle se déroule dans un futur, non daté.

La flotte terrienne a réussi à repousser l'attaque des doryphores géants, une race d'insectes extraterrestres très agressives...  Mais, une nouvelle invasion menace.

Les enfants les plus intelligents de la planète sont repérés très jeunes au moyen de tests pointus, et les meilleurs d’entre eux sont envoyés à l’École de Guerre, une station orbitale terrienne sous la responsabilité de la Force Internationale afin de les former au commandement militaire.

Parmi les élèves-officiers - Tous des surdoués, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé à devenir un puissant Stratege, il est le jouet de manipulations depuis sa naissance... Et cela le dépasse.

Car c'est entre ses mains que repose le sort de l'humanité, tout du moins c'est ce que les adultes prétendent... et Ender n'a que six ans.

 

- Le Fléau (1978 puis 1990)/ Stephen King

A la fois roman d'horreur et post-apocalyptiqu

Il a suffi que l'ordinateur d'un laboratoire ultra-secret de l'armée américaine fasse une erreur d'une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l'Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99,4 %.
Dans ce monde d'apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant chacun veut rejoindre celle que, dans leurs rêves, ils appellent Mère Abigaël : une vieille Noire de cent huit ans dont dépend leur salut commun. Mais ils savent aussi que sur cette terre dévastée rôde l'Homme sans visage, l'Homme Noir aux étranges pouvoirs, Randall Flagg. L'incarnation des fantasmes les plus diaboliques, destinée à régner sur ce monde nouveau.
C'est la fin des Temps, et le dernier combat entre le Bien et le Mal peut commencer.

 

Ce roman a été adapté sous la forme d'une mini-série par Mick Garris en 1994.

 

 

- La compagnie des glaces (1980-1992 et 2001-2005) / Georges-Jean Arnaud

C'est l’œuvre littéraire de Science Fiction la plus longue (98 épisodes). Elle est également parue en BD chez Dargaud.

 

Les poussières consécutives à une explosion de la Lune ont recouvert l'atmosphère terrestre, interceptant les rayons du soleil et plongeant la planète dans une nouvelle ère glaciaire.

Les survivants sont obligés de vivre dans des villes sous-globe reliées par des trains.

Les grandes compagnies ferroviaires ont donc le pouvoir et règnent sur les hommes leur cachant la vérité : les Hommes Roux peuvent résister à des températures de moins quarante et vivre à l'extérieur des villes...

 

La série a été adaptée sous forme de d'épisodes en 2006 (coproduction franco-canadienne). Elle reprend la trame générale du roman mais se permet de grandes variations...

 

 

- La mort blanche (1982 traduit en français en 1983) / Frank Herbert

Le , en plein centre de Dublin, John Roe O'neill, un biologiste moléculaire, perd sous ses yeux sa femme et ses deux fils dans un attentat à la voiture piégée.

Peu de temps plus tard, un homme mystérieux que tout le monde fini par appeler "le Fou" a défié le monde en répandant un virus d'une forme nouvelle, "La peste blanche": elle ne tue que les femmes et cela, en quelques heures seulement. "Le Fou" en veut notamment à l'Irlande (pour son terrorisme), à l'Angleterre (pour donner une raison au terrorisme irlandais) et à la Libye (parce qu'elle entraîne les terroristes) et demande aux autres pays du monde de renvoyer les ressortissants de ces trois pays dans leur pays d'origine sous peine de répandre plus largement le virus...

 

- Les derniers hommes (1999- 2000) Pierre Bordage.

 

Il comprend Six épisodes :

 

1 -Le Peuple de l'eau (décembre 1999)

2-Le Cinquième ange (janvier 2000)

3-Les Légions de l'apocalypse (février 2000)


4-Les Chemins du secret (mars 2000)


5-Les Douze tribus (avril 2000)


6-Le Dernier jugement (mai 2000)

 

Un siècle après la Troisième Guerre mondiale, qui a opposé le camp Indo-Arabo-Américain à l'alliance Paris-Moscou-Pékin, le monde est devenu invivable en raison des radiations nucléaires, des poisons déversés dans les rivières et les lacs, des animaux rendus dangereux par les manipulations génétiques et des armes robotisées toujours en service. Les humains sont pour la plupart devenus nomades et tentent de survivre dans cet environnement.

L'un de ces clans de nomades, celui des aquariotes, parcourt l'Europe de l'Oural à la côte atlantique française en cherchant l'eau potable, ce trésor inestimable, afin de le troquer avec les autres tribus au cours de son périple. Parmi eux, vivent Solman et Raïma qui pressentent l'arrivée de l'Apocalypse décrite dans la Bible.

 

- Le dernier homme (2003)/ Margaret Atwood

 

Notre monde, dans un futur pas si lointain...dévasté à la suite d'une catastrophe écologique sans précédent, où se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l'ensemble de l'humanité.

Esseulé au cœur de cet enfer aseptisé et visionnaire, digne de 1984 et d'Orange mécanique, un homme, Snowman, est confronté à d'étranges créatures génétiquement modifiées, les Crakers, une nouvelle race d' " humains " programmés pour n'être sujets ni à la violence, ni au désir sexuel, ni au fanatisme religieux.

Tel un Robinson futuriste, il doit lutter pour sa survie et celle de son espèce...

 

 

 

A ne pas confondre avec...

 

- "Le dernier homme" de Mary Shelley, un roman d'anticipation paru en 1823, adapté au cinéma en 1924 et 2008.

 

 

Lionel Verney est le dernier homme. Accablé par la mort de son père, ancien ami du roi d'Angleterre, tombé en disgrâce et réduit à la pauvreté, Verney abandonne sa jeunesse à l'esprit de revanche et à la violence, avec, tendrement enfouie, une lueur d'amour pour sa sœur Perdita. Arrivent dans le voisinage, au château de Windsor, les enfants royaux, Idris et Adrian. Leur rencontre préside au bouleversement de leurs vies, chacun révélant à l'autre sa véritable nature...Puis, survient la terrible nouvelle : la peste a fait son apparition et progresse. Exacerbant passions et sagesse, le fléau met chaque homme en face de son destin.

 

 

 

- "Le dernier homme" de Wallace G. West, une nouvelle de SF (dystopie) parue en 1929

 

Dans un lointain futur, la race humaine a tout découvert : le monde est parfait et les hommes sont devenus inutiles. Après avoir massacré tous les mâles, les femmes ont pris le pouvoir et ont instauré une société mono-sexe. M-1 est le dernier homme sur Terre ; il est gardé à l'abri dans une cage en verre, dans un musée, et sert d'attraction aux femmes-ouvrières pendant leur jour de repos.

 

 

Et Deux films intitulés  "Le dernier homme" qui n'ont  rien à voir avec les romans précédents...

 

 

- Un film est sorti en 1970 (scénario et dialogue Charles L. Bitsch)

Il raconte l'histoire de trois spéléologues, Jean-Claude, sa femme Catherine et Eva, se retrouvent être les seules personnes encore vivantes sur la terre au retour d'une mission sous terre. Une guerre chimique a provoqué la mort de toute la population et des animaux.

Le trio s'organise afin de survivre.

Jean-Claude et Eva meurent après avoir été en contact avec des cadavres.

Catherine, enceinte, a échappé à la contamination, et donne naissance à un garçon...le dernier homme.

 

- Un film est sorti en 2008 (scénario et dialogues Ghassan Salhab)

Il raconte l'histoire de...

Beyrouth se réveille chaque jour avec une nouvelle victime de ce qui semble être un tueur en série. Les victimes sont vidées de leur sang. Beyrouth où Khalil, un médecin d'une quarantaine d'années, se découvre d'étranges symptômes qui vont bouleverser sa vie, la transformer. Un imperceptible lien rattache Khalil à ces victimes, et plus précisément à leur insaisissable meurtrier...

 

 

- La Route (2006)/ Cormac Mac Carthy

 

Un cataclysme inconnu a dévasté le monde. Des incendies géants ont ravagé les villes et les campagnes tandis que la faune a disparu. Le soleil est masqué en permanence par du brouillard et des cendres recouvrent le paysage. L'humanité a presque disparu. cependant quelques survivants se cachent tandis que d'autres, deviennent des criminels...

Dans ce décor apocalyptique, un père et son fils, que l'auteur ne dénommera jamais autrement que « l'homme » et « le petit », errent en direction du sud, tout en étant confrontés en permanence à la violence et à la barbarie, leurs maigres possessions rassemblées dans un chariot de supermarché et des sacs à dos...

Tous deux vont tenter de survivre, le temps pour "l'homme" de transmettre au "petit" la mémoire passée.

 

 

La SF Post-Apocalyptique

 

Adaptation cinématographique en 2009 par John Hillcoat (réalisateur) et Joe Penhall (scénariste)

Cette adaptation possède des éléments tantôt très ressemblants et tantôt très différents par rapport au roman de McCarthy.

 

- Le passage (trilogie) 2010 / Justin Cronin

 

Le roman débute sur une partie de football dans un futur proche où nous assistons à l'apocalypse puis à l'apparition de créatures à l'apparence de vampire qui sont infectés par un virus à l'origine militaire. Cent ans plus tard, un groupe de survivants dans cet univers post-apocalyptique tente de survivre face à ces créatures qu'ils craignent plus que tout.

 

 

 

- Le labyrinthe (2012) / James Dashner

Quand Thomas reprend connaissance, seul son nom lui est familier : il est amnésique... Il se retrouve entouré d'adolescents dans un lieu étrange, à l'ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d'acier. Chaque nuit, le plan en est modifié.

Thomas comprend qu'une terrible épreuve les attend tous. Comment s'échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenais à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire...

 

La SF Post-Apocalyptique
La SF Post-Apocalyptique
La SF Post-Apocalyptique

Le tome 1 a été adapté au cinéma en 2014.

Le tome 2 très attendu par les cinéphiles de ce genre sort début octobre !

 

- World War Z ou une histoire orale de la guerre des zombies (2006) / Max Brooks

C'est un roman d'horreur post-apocalyptique.

 

Une adaptation réalisée par Marc Forster est sortie en 2013 au cinéma.

 

 

Vous trouverez une liste plus complètes des oeuvres post-apocalyptique ICI

 

 

**************************************************************************

 

 

 

Filmographie

 

Une filmographie complète se trouve sur Wikipedia

J'en ai retenu quelques uns en plus des films tirés des romans cités ci-dessus...

 

 

- Le dernier combat (1983)

Film de Luc Besson

A la suite d'une catastrophe mondiale, la lutte pour la survie s'organise. Certains pronent la violence, d'autres veulent construire une nouvelle société.

 

 

- L'armée des 12 singes (1996)

Film de science-fiction de Terry Gilliam avec Bruce Willis, Brad Pitt, Madeleine Stowe.

Nous sommes en l'an 2035. Les quelques milliers d'habitants qui restent sur notre planète sont contraints de vivre sous terre. La surface du globe est devenue inhabitable à la suite d'un virus ayant décimé 99% de la population. Les survivants mettent tous leurs espoirs dans un voyage à travers le temps pour découvrir les causes de la catastrophe et la prévenir. C'est James Cole, hanté depuis des années par une image incompréhensible, qui est désigné pour cette mission...

 

- 28 jours plus tard (2002)

Film d'horreur et SF de Danny Boyle

 

Interdit aux moins de 16 ans

Un commando de la Protection Animale fait irruption dans un laboratoire top secret pour délivrer des dizaines de chimpanzés soumis à de terribles expériences. Mais aussitôt libérés, les primates, contaminés par un mystérieux virus et animés d'une rage incontrôlable, bondissent sur leurs "sauveurs" et les massacrent.
28 jours plus tard, le mal s'est répandu à une vitesse fulgurante à travers le pays, la population a été évacuée en masse et Londres n'est plus qu'une ville fantôme. Les rares rescapés se terrent pour échapper aux "Contaminés" assoiffés de violence. C'est dans ce contexte que Jim, un coursier, sort d'un profond coma...

 

 

 

- Le jour d'après (2004)

Film américain de Roland Emmerich

Le climatologue Jack Hall avait prédit l'arrivée d'un autre âge de glace, mais n'avait jamais pensé que cela se produirait de son vivant.
Un changement climatique imprévu et violent à l'échelle mondiale entraîne à travers toute la planète de gigantesques ravages : inondations, grêle, tornades et températures d'une magnitude inédite. Jack a peu de temps pour convaincre le Président des Etats-Unis d'évacuer le pays pour sauver des millions de personnes en danger, dont son fils Sam.
A New York où la température est inférieure à - 20° C, Jack entreprend une périlleuse course contre la montre pour sauver son fils.

 

 

 

- Mad Max (série de 4 films)

 

Films d'anticipation dystopique et post-apocalyptique réalisés par George Miller pour le premier film qui est sorti en 1979. le dernier  Mad Max : Fury Roead est sorti en 2015.

Le personnage principal est incarné par Mel Gibson dans les trois premiers films et par Tom Hardy dans le dernier.

 

- Mad Max / Synopsis du premier volet (1979)

Celui ci n'a rien d'un film de SF...

Dans un futur proche, Max Rockatansky est un policier de la route, chargé de faire régner l'ordre et de chasser les criminels. Mais Les Aigles de la Route, une dangereuse bande de motards, veulent venger l'un des leurs, notamment en s'en prenant au collègue et meilleur ami du policier, Jim Goose. Prenant peur, Max décide de démissionner et part en vacances avec sa famille au Nord, loin de la violence routière. Cependant les motards retrouvent sa trace et s'en prennent à sa femme et à son fils, finissant par les tuer. Fou de rage, Max ré-endosse son uniforme et part traquer les meurtriers de sa famille, dans le seul but de les éliminer un par un.

 

-  Mad Max 2 : Le défi (1982)

Vivant en marge après le massacre de sa famille et de son collègue, Max sillonne les routes d'un pays livré à la violence dont le pétrole est devenu une ressource rare. Alors qu'il cherchait de l'essence et après avoir maîtrisé un homme en autogire qui l'a attaqué, ce dernier lui révèle qu'il peut trouver autant de carburant qu'il veut dans une raffinerie gérée par une poignée de personnes, constamment assiégée par une bande cherchant à en prendre le contrôle. Max décide d'aider les gens de la raffinerie : en échange de quelques litres, il leur fournit un camion capable de tirer la citerne qui contient le précieux carburant.

 

- Mad Max 3 : Au delà du dôme du Tonnerre (1985)

Après une guerre nucléaire, la société a été presque entièrement décimée. Les survivants s'organisent pour recréer un monde nouveau. Alors qu'il traverse le désert à bord de son véhicule attelé à un troupeau de dromadaires, Max se fait dépouiller de ses biens par un étrange aviateur. Il poursuit donc son chemin à pied et arrive à Bartertown, une ville où le troc aide à relancer le commerce. Il demande à y entrer afin de retrouver l'homme qui l'a volé. Il y rencontre Entité, la créatrice de cette ville. Celle-ci est en conflit avec Maître-Bombe, petit homme perché sur les épaule d'un géant, qui est responsable de la production de l'énergie servant à faire fonctionner la ville. Elle propose une affaire à Max : elle le ré-équipe s'il affronte Bombe dans un combat à la loyale sous le Dôme du Tonnerre.

 

- Mad Max : Fury Road (2015)

Dans un monde dévasté par la guerre pour l'eau et le pétrole, un seigneur de guerre nommé Immortan Joe règne en maître sur la Citadelle, un petit bastion d'hommes qu'il a asservis à l'aide de "war boys" fanatisés. Ceux-ci capturent Mad Max, qui se retrouve prisonnier en tant que "globulard" jusqu'à ce que l'Imperator Furiosa, général de guerre d'Immortan Joe envoyée chercher du carburant de l'autre côté du désert, ne change de route en emportant les épouses-esclaves du maître de la Citadelle.

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 13:04

 

L'utopie est un sous-genre de la Science-Fiction dans lequel les auteurs présentent un monde parfait et sans défaut, ce qui, soit dit entre nous, peut-être aussi effrayant que dans son contraire.

 

Ce type de romans a le mérite de nous faire réfléchir sur notre société moderne, de proposer des idées nouvelles pour l'améliorer et de changer le regard qu'on porte sur le monde d'aujourd'hui.

 

En général, la SF propose une vision plutôt négative et noire du monde actuel, car elle nous parle de drames, de problèmes, et de dérives...

 

Il y a donc peu de véritables utopies dans la SF mais plutôt des éléments d'utopie au coeur des romans.

 

Lire à ce sujet l'article consacré à l'utopie et à la SF sur le site du cafardcosmique.

 

Quelques exemples de livres...

 

- La machine à explorer le temps / Herbert George  Wells

Cet auteur devenu un précurseur de la SF est le premier à avoir relié Utopie scientifique et SF. Dans ce roman, le narrateur se retrouve confronté à sa propre incompréhension des éléments...

 

Un savant construit une machine qui permet de voyager dans le temps.

Arrivé en l'an 802 701, il découvre que la Terre est peuplée par des êtres doux et insouciants, les Élois, qui se nourrissent de fruits ; ils passent leurs journées à s'amuser mais sont effrayés quand vient l'obscurité. L'explorateur sauve de la noyade une Éloi, Weena, et se lie d'amitié avec elle.

Mais la machine disparaît, et l'explorateur s'aperçoit de l'existence d'une autre race d'habitants, les Morlocks. Ceux-ci vivent sous la terre où ils descendent par des puits, ils ne supportent pas la lumière, et ils détiennent la machine.

Après bien des péripéties, l'explorateur parvient à comprendre la raison pour laquelle les Élois sont effrayés la nuit ; il réussit à récupérer la machine et à retourner dans son époque. Il raconte ses aventures à des amis venus pour dîner, mais aucun ne le croit.

Il repart sur sa machine avec un appareil photo en précisant qu'il sera de retour d'ici un quart d'heure... mais trois ans plus tard, il n'est toujours pas revenu.

 

 

- Temps futurs / Aldous Huxley
Longtemps après la guerre nucléaire, l'élégant et candide Dr Poole, débarque dans une Californie fantomatique. Courtoisement accueilli, il découvre une humanité mutante soumise au culte d'idoles sanguinaires, une civilisation désolée ou l'accouplement n'est permis que quinze jours par an.

De rares dissidents tentent d'échapper au cauchemar.
Avec son ironie féroce, Huxley annonçait, voici plus d'un demi-siècle, ces temps futurs dans lesquels nous sommes entrés.

 

- Ile / Aldous Huxley

Spécial SF : Utopie et dystopie

 

Bienvenue à Pala, une île où l'Orient et l'Occident s'embrassent, où tout est pour le mieux dans le plus juste, le plus sage, le plus pacifique environnement qui soit. Utopie ?

 

Soit. Mais pour Will Farnaby, journaliste et heureux naufragé, le rêve est bien réel. Communion des hommes et de la nature, paradis artificiels, méditation, sagesse, liberté, respect des ressources et des individus... On la disait imaginaire : Pala s'ouvre à lui, bien réelle.

Hélas, la perfection n'est pas appelée à durer. Cette enclave idéale ne tarde pas à attirer les plus funestes convoitises. Le sultanat voisin menace bientôt sa douce quiétude.

À croire que ce que l'homme a fait de plus beau, l'homme peut le défaire.

          

                                                    

- La cité du soleil et autres récits héliotropes / Bellagamba

Et si la Cité du Soleil, l'utopie du moine dominicain Tommaso Campanella, existait réellement ? Si incroyable que cela  puisse paraître, Paul n'en a pas moins disparu à sa recherche en laissant derrière lui de mystérieux indices à l'intention de Laura, son amour. Une formidable quête métaphysique attend la jeune femme.

Révisez votre histoire : en 1798, la double couronne d'Egypte a fait de Bonaparte l'Empereur-Pharaon du monde occidental. Deux cents ans plus tard, l'Empire est mis en péril par les Républicains. Tout va se jouer à bord du Champollion, quelque part en orbite autour de Titan...

L'Univers se meurt. De tous les peuples qu'il abrite, seuls les Hu semblent en mesure de combattre l'inéluctable en la personne - ou plutôt l'intelligence désincarnée - de Hu-Jon, le Gardien de la Mnémothèque céleste.

Trois courts romans d'une rare ambition où Histoire et science-fiction s'enlacent étroitement...

 

 

- Utopolis / Werner Illing (1930)

A rechercher en Médiathèque...car introuvable actuellement.

Karl et Heinz, deux marins de Hambourg, échouent sur les côtes d'Utopie, un monde sans classes sociales, ni titres de propriété. Ils y découvrent une civilisation très avancée, entièrement tournée vers le progrès technique. Mais les derniers capitalistes qui vivent encore retranchés dans le quartier d'U-Privée trament un sombre complot qui pourrait bien signer la fin de cette communauté idéale. Karl et Heinz auront pour mission d'aider les Utopiens à défendre leur monde solidaire contre les affres de l'individualisme et de l'appât du gain.

 

- La nuit des temps / René Barjavel

 

Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...

Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère?

Ce roman à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d'amour passionné.

Traversant le drame universel comme un trait de feu, le destin d'Elea et de Païkan les emmène vers le grand mythe des amants légendaires. Magnifique !

 

 

- Une rose au paradis / René Barjavel

 

Une gigantesque manifestation réunit, place de la Concorde, des millions de femmes enceintes venues dénoncer les effets de la bombe U. Mais il est déjà trop tard... Le cataclysme se déclenche. La planète Terre est réduite à néant.

Cependant, Lucie, l'une des manifestantes, échappe mystérieusement à la déflagration.

Seize ans plus tard... Lucie vit avec son mari et ses enfants dans un univers étrange où le temps n'existe plus, où il suffit d'appuyer sur un bouton pour obtenir vêtements et nourriture. Que s'est-il passé ? Pourquoi ont-ils échappé au cataclysme ?

 

 

 

- Les dépossédés /Ursula Le Guin

Deux mondes se font face : Anarres, peuplé deux siècles plus tôt par des dissidents soucieux de créer enfin une société utopique vraiment libre, même si le prix à payer est la pauvreté.

Et Urras qui a, pour les habitants d'Anarres, conservé la réputation d'un enfer, en proie à la tyrannie, à la corruption et à la violence. Shevek, physicien hors normes, a conscience que l'isolement d'Anarres condamne son monde à la sclérose. Et, fort de son invention, l'ansible, qui permettra une communication instantanée entre tous les peuples de l'Ekumène, il choisit de s'exiler sur Urras en espérant y trouver une solution.

Ce roman, qui a obtenu les prix Hugo, Nebula et Locus, n'a rien perdu aujourd'hui de sa virulence politique ni de sa charge d'aventures.

 

- Lune et l'autre / John kessel

 

 

La vie est belle, dans la Société des Cousins. Cette colonie lunaire matriarcale est ce qui ressemble le plus à l'Utopie : si les femmes ont le pouvoir, les hommes ne sont pas aliénés pour autant et se contentent de leurs rôles d'hommes au foyer, d'étalons ou d'artistes. Mais certains n'y trouvent pas leur compte.

C'est le cas du jeune Erno qui, après avoir assisté au one-man-show d'un certain Tyler Durden, est amené à remettre en cause le bien-fondé des principes de la colonie. Ou de cet homme qui, à peine arrivé de la Terre, a du mal à s'adapter aux nouvelles conditions de vie qui lui sont imposées et à canaliser sa violence...

Ces quatre textes explorent avec finesse les rapports hommes/femmes lorsqu'ils sont inversés...

 

 

- Mars Blanche ou la libération de l'esprit / Brian Wilson Aldiss

 

 

En 2041, les problèmes économiques incessants interrompent les communications entre la Terre et la petite colonie scientifique établie sur Mars. L'Antarctique avait été le continent de la science, Mars devient une planète réservée à la science : Mars blanche.

Naufragés de l'espace, les pionniers isolés, essaient de repenser le monde et le destin de l'humanité, de réellement créer un monde meilleur. Une planète sans exploitation, sans armes, sans pollution, peuplée d'hommes libres.

Tandis que le débat sur l'utopie progresse, la question de l'existence d'une forme de vie martienne totalement inconnue prend un tour dramatique. Des caractères forts se révèlent à la lumière des événements et des débats.

Avec humour, dérision et tendresse, Brian Aldiss amène le lecteur à prendre parti.

 

 

- Mars la rouge ; Mars la verte ; Mars la bleue / trilogie de Kim Stanley Robinson

 

 

 

Demain. Cent pionniers s'envolent pour Mars. Ils devront l'explorer, survivre sur cette planète usée et hostile. Si l'homme ne peut s'y adapter, il faudra adapter Mars à l'homme :: créer l'atmosphère, bâtir les cités, transformer les déserts en prairies, la glace en océans. Par-delà les difficultés ou les conflits idéologiques, c'est un monde nouveau que l'on invente. Jusqu'à l'émancipation de la tutelle d'une Terre de moins en moins souveraine.

Kim Stanley Robinson a consacré presque deux décennies à ses recherches sur Mars, en abordant des domaines aussi variés que l'astrophysique, l'économie, la sociologie, la physique des matériaux ou la botanique.

 

- Le Cycle de "La Culture" / Iain M. Banks

 

Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...
Je crois qu'ils y sont tous...

Je crois qu'ils y sont tous...

"La Culture" est une sorte de société idéale. C'est une société anarchiste : ni loi, ni hiérarchie, ni argent, ni propriété. Elle compte trente mille milliards d'habitants, mêlant dans une totale égalité humains, extra-terrestres, drones et intelligences artificielles.

L'intervention de l'intelligence artificielle est positive :  loin de s’en prendre à l’humanité, elle la libère de tous les soucis matériels, économiques ou juridiques et lui permet de vivre une utopie hédoniste.

 

 

Et aussi ....

 

       

 

 

Et...

 

- L'île des gauchers / Alexandre Jardin

Ce roman n'est pas à proprement parlé de la SF mais...

 

Dans un archipel du Pacifique Sud ignoré des géographes, l'île des Gauchers abrite une population où les droitiers ne sont plus que l'exception. Mais là n'est pas le plus important. Cette minuscule société, fondée par des utopistes français en 1885, s'est donné pour but de répondre à une colossale question : comment fait-on pour aimer ? Sur cette terre australe, le couple a cessé d'être un enfer. C'est l'endroit du monde où l'on trouve, entre les hommes et les femmes, les rapports les plus tendres.
Voilà ce que vient chercher, dans l'île des Gauchers, lord Jeremy Cigogne. À trente-huit ans, cet aristocrate anglais enrage de n'avoir jamais su convertir sa passion pour sa femme Emily en amour véritable. À trop vouloir demeurer son amant, il n'a pas su devenir un époux.
Dans cette réalité à l'envers où tout est à l'endroit, Cigogne et Emily se délivrent non sans mal de leurs habitudes et tentent l'aventure de se combler en suivant les coutumes et les rites étonnants du petit peuple des Gauchers.

 

 

********************************************************************

 

 

Filmographie

 

- Metropolis de Fritz lang (1927) Film noir et blanc muet avec Brigitte Helm, Gustav Fröhlich, Alfred Abel et Rudolf Klein-Rogge.

Des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole de l'an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis qui vivent dans les jardins suspendus de la ville. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte.

 

Metropolis version film muet (1927)

- Metropolis version Film d’animation (2001) adaptant l’œuvre de Fritz LANG et celle de l’auteur de manga Osamu TEZUKA de 1949.

A Metropolis, une cité futuriste, les humains cohabitent avec les robots. Le gigantesque gratte-ciel Ziggurat abrite les élites de la société, tandis que les pauvres et les robots sont condamnés à une vie souterraine.
Le détective Shunsaku Ban et son neveu Kenichi enquêtent sur un trafic d'organes humains et font la rencontre du docteur Laughton, un scientifique rebelle. Ce dernier a conçu Tima, une merveilleuse fillette qui est aussi un androïde d'un nouveau genre. Celle-ci est destinée à trôner au sommet de Ziggurat.

 

Metropolis version film d'animation japonais (2001)

 

- La belle verte / Coline Serreau (1996) avec Coline Serreau, Vincent Lindon, Marion Cotillard

Quelque part dans l'univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d'entre eux partent en excursion sur d'autres planètes. Curieusement, depuis deux cents ans plus personne ne veut aller sur la planète Terre. Or un jour, pour des raisons personnelles, une jeune femme décide de se porter volontaire. Et c'est ainsi que les Terriens la voient atterrir en plein Paris.

 

-  La saga galactique Stars Wars (1999)  a débuté en 1977 et continue à ravir petits et grands.

D'abord conçue comme une trilogie cinématographique sortie entre 1977 et 1983, la saga s'est ensuite élargie de trois nouveaux films sortis entre 1999 et 2005 racontant des événements antérieurs aux premiers...

Georges Lucas a déclaré à ce sujet : " J'ai pris beaucoup de plaisir à renverser la trajectoire des films à l'origine. Si vous les visionnez dans l'ordre de leur parution, IV, V, VI, I, II, III, vous obtenez un certain film. Si vous les visionnez en partant du I jusqu'au VI, le résultat est complètement différent. Une ou deux générations les ont vus d'une certaine manière, qui sera complètement autre pour les prochaines..."

 

Si vous voulez en savoir plus,  consultez le dossier complet de la BNF sur le thème de l'Utopie en général, de ses origines à aujourd'hui. Ce thème ne concerne pas seulement  la science-fiction,mais aussi la philosophie...

Il existe aussi de nombreux essais sur l'utopie.

 

********************************************************************

 

 

 

La dystopie ou contre-utopie

 

Dans la société imaginée, il est impossible pour les hommes d'atteindre le bonheur. La dictature est installée et les habitants des villes vivent un véritable cauchemar quotidien. Seule la campagne peut présenter un peu de douceur, mais ce n'est pas toujours le cas.

La dystopie présente donc un monde qui, loin d'être parfait, correspond en fait à nos plus profondes angoisses concernant l'avenir, ce qui explique que les ados et jeunes adultes soient particulièrement friands du genre.

La dystopie est l'occasion rêvée de dénoncer les dérives de nos sociétés et de mettre en garde contre les conséquences, donc de montrer ce qui pourrait arriver de pire...

Bien sûr,  il y a toujours un groupe de résistants qui lutte contre ces dérives, avec des moyens technologiques à la clé !

 

 

En plus des titres déja mentionnés dans mon article sur la dystopie pour les ados, qu'il faudrait déjà que je réactualise, car beaucoup d'autres titres sont sortis depuis...

 

Vous pouvez tenter de lire, pour parfaire vos connaissances sur ce genre particulier,

les quelques livres suivants...

 

 

- La zone du dehors / Alain Damasio.

 

Nous sommes en 2084, dans une société formatée, étroitement gérée par le pouvoir en place et bien évidemment scrupuleusement surveillée.

Émerge alors de ce monde aseptisé un groupe de dissident appelé "La Volte" qui fonce à contre-courant de l’ordre établi.

Ils sont trois, Kamio, Capt et Slift à mener leur groupe pour aller jusqu’au bout de leurs idéaux...

 

 

 

 

 

 

 

- Moi qui n'est pas connu les hommes / Jacqueline Harpman

 

 

Elles sont quarante, enfermées dans une cave, sous la surveillance d'impassibles gardiens qui les nourrissent. La plus jeune (la narratrice) n'a jamais vécu ailleurs. Les autres, si.  Aucune ne se rappelle les circonstances qui les ont menées là. Elles lui transmettent le souvenir d'une vie où il y avait des maris, des enfants, des villes. Mystérieusement libérées de leur geôle, elles entreprennent sur une terre déserte une longue errance à la recherche d'autres humains, ou d'une explication. Elles ne découvrent que d'autres caves analogues, peuplées de cadavres...

 

 

- La servante écarlate / Margaret Atwood

 

La servante écarlate, c'est Defred, une entreprise de salubrité publique à elle seule. En ces temps de dénatalité galopante, elle doit mettre au service de la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, son attribut le plus précieux : sa matrice.

Vêtue d'écarlate, à l'exception des voiles blancs de sa cornette, elle accomplit sa tâche comme une somnambule.

Doit-elle céder à la révolte, tenter de tromper le système ? Le soir, Defred regagne sa chambre à l'austérité monacale.

Elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, d'échanger des confidences, de dépenser de l'argent, d'avoir un travail, un nom, des amants...

 

C'était le temps où l'amour était au centre de tout.

L'amour, cette chose si douce aujourd'hui punie de mort...

Adapté au cinéma en 1990.

 

 

- Ubik / Philip K Dick

 

Quel est donc ce monde où les portes et les douches parlent et n'obéissent aux ordres qu'en retour de monnaie sonnante et trébuchante ? Un monde où les morts vivent en animation suspendue et communiquent avec les vivants dans les "moratoriums".

C'est dans cet univers que Glen Runciter a créé un organisme de protection contre les intrusions mentales : télépathie, précognition, para-kinésie.

Joe Chip, un de ses employés, est chargé de monter un groupe de "neutraliseurs" de pouvoirs "psy", afin de lutter contre ce qui semble être une menace de grande envergure.

 


 

 

 

- La Série Autre-Monde / Maxime Chattam

 

 

- La ballade de Lila K / Blandine Le Callet

 

Années 2100 et quelques...Une jeune femme, Lila K., fragile et volontaire, raconte son histoire. Un jour, des hommes en noir l'ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l'a prise en charge. Surdouée, asociale, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Son obsession : retrouver sa mère, recouvrer sa mémoire perdue. Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d'un univers étrangement décalé, aseptisé, où les livres n'ont plus droit de cité…

 

 

 

- La brigade de l'oeil / Guillaume Guéraud

 

Rush Island, 2037. La loi Bradbury interdit toutes les images depuis vingt ans sur l'ensemble du territoire. La propagande matraque : "Les photographies sont nocives. Le cinéma rend fou. La télévision est l'opium du peuple." Les agents de la Brigade de l'Œil, les yeux armés du gouvernement, traquent les terroristes opposés à cette dictature. Brûlent les images encore en circulation et les pupilles de ceux qui en possèdent. Parce qu'un bon citoyen est un citoyen aveugle.

 

 

- Le monde englouti / James G. Ballard

 

Dans un futur proche, des explosions solaires ont provoqué une canicule permanente et une catastrophique élévation du niveau des océans.

L’Angleterre est devenue une mosaïque de marécages, de bancs de vase et de lagunes que baigne un climat tropical. C’est dans un Londres dont il ne reste que le sommet des plus hautes tours que le biologiste Robert Kerans va rencontrer la riche Béatrice Dahl et tenter de survivre à la fin du monde.

 

A moins que son but soit tout autre…

 

 

 

 

 

 

********************************************************************

 

 

 

Filmographie

 

-Bienvenue à Gattaca (1998)

 

Film de science-fiction de Andrew Niccol avec Ethan Hawke, Uma Thurman, Jude Law.

A Gattaca, un centre de recherche spatiale, le destin d'un être humain ne dépend plus de son éducation ou de son expérience, mais uniquement de son génome. Ainsi, selon ses parents une personne sera destinée à telle ou telle chose, irrémédiablement. Dans ce monde futuriste, les plus fortunés peuvent même choisir leur patrimoine génétique.

Mais qu'arrivent-ils à ceux qui n'ont pas les moyens ?

A ceux qui sont nés naturellement ?

C'est le cas de Vincent Freeman (Ethan Hawke), possédant de nombreuses imperfections génétiques touchant notamment ses yeux et son espérance de vie. Afin de réussir à réaliser son rêve de voyager dans l'espace, il va devoir user de subterfuges pour passer à travers tous les contrôles, aidé notamment par Jérôme Eugene Morrow, ancien nageur paralysé lors d'un accident, qui va accepter de lui "vendre" l'usage de son ADN ...

 

- V pour Vendetta est un film réalisé par James McTeigue.

V, est un mystérieux justicier masqué qui souhaite renverser le gouvernement totalitaire qui règne sur l'Angleterre.

 

- Les Fils de l'homme est un film réalisé par Alfonso Cuarón. Dans un monde chaotique où les humains ne peuvent plus procréer, un ancien activiste (joué par Clive Owen) doit escorter une femme miraculeusement enceinte à un regroupement de scientifiques qui souhaitent sauver l'humanité.

 

 

- Equilibrium est un film réalisé par Kurt Wimmer

 

- La Guerre des Mondes est un film réalisé par Steven Spieldberg. Dans un futur où la planète Terre se fait attaquer par des extraterrestres, une famille tente de survivre.

 

- Minority Report est un film réalisé par Steven Spielberg.

Dans les années futures, les criminels sont arrêtés avant même de commettre leur acte à l'aide d'une technologie spéciale. L'un des officiers est accusés d'un crime qu'il n'a pas commis, et tente de prouver son innocence.

 

 

 

 

 

 

 

 

- L'agence avec Matt Damon

Film adapté de la nouvelle The Adjustement team de Philip K. Dick, réalisé par George Nolfi.

- Never Let me go  (Auprès de moi toujours) film réalisé par Mark Romanek, adapté du roman du même nom de  Kazuo Ichiguro.

 

- Orange mécanique un film de Stanley Kubrick, d'après le roman d'Antony Burgess intitulé "L'orange mécanique".

 

L’action se déroule à Londres, dans un futur proche. Un jeune délinquant âgé de 16 ans, Alex DeLarge, part avec sa bande, Pierrot, Jo et Momo occuper sa soirée. Il vole, viole, torture, se bat. Un jour, il se fait trahir par ses droogies, il est arrêté et part en prison.

On va lui faire subir le traitement Ludovico. À la suite de celui-ci, la violence et le sexe le rendent malade. Mais à sa libération, il doit faire face à ses anciennes victimes...

 

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 08:14
Comment s'y retrouver dans la SF ?

La SF est un genre littéraire récent puisqu'il n'est apparu qu'à la fin du XIX° siècle aux États-Unis.

Le terme de science-fiction (avec un tiret en français, sans tiret en anglais) a été employé pour la première fois en 1853 par William Wilson, dans son essai intitulé "A Little Earnest Book Upon A Great Old Subject" (source Wikipedia).

 

Extrait du livre de William Wilson "A Little Earnest Book Upon A Great Old Subject" (source google book)

 

Ce terme ne sera définitivement adopté qu'en 1927 dans la revue "Amazing Stories".

 

 

Le premier magazine de SF américain

 

Dans les années 50, en France, le terme anticipation est encore le synonyme de Science-Fiction, remplaçant celui de "voyages extraordinaires".

On emploiera dès les années 70, l'abréviation SF.

C'est aussi dans les années 70 que la SF se répand en France grâce à la revue "Fiction".

 

 

Lorsque j'étais adolescente, les enseignants pensaient que la SF était une sous-littérature (comme les policiers, les BD...).

Heureusement cette vision des enseignants a évolué,  enfin... je l'espère.

 

J'ai particulièrement adoré un de mes enseignants de français qui m'a considérablement marqué car il m'a fait "grandir", et m'a permis de modifier ma pratique culturelle ce qui a changé ma vie.

A notre entrée en 3ème,  il nous avait donné une liste de lecture de plusieurs pages. Nous étions affolés par le nombre de références. A côté des romans classiques, des oeuvres de théâtre et de la poésie, il y avait de la SF, des policiers, des livres adaptés au cinéma...

Un prof d'avant-garde, je vous l'assure !

Il nous proposait de présenter par écrit (chaque mois si mes souvenirs sont bons) une oeuvre choisie dans la liste quelle qu'en soit le support. Mais il fallait obligatoirement dans l'année présenter un film, une pièce de théâtre (vu "en live"), un classique et varier les genres littéraires...

C'est donc grâce à lui que je me suis inscrite pour la première fois dans une bibliothèque, que j'ai fréquenté davantage le cinéma (surtout d'Art & Essai) et mis les pieds pour la première fois au théâtre (et le comble... avec mes parents qui n'y étaient  jamais allés, eux non plus).

 

C'est aussi grâce à lui que j'ai exploré tous les genres de littérature pour la première fois.  Il savait aiguiser notre curiosité et soulever des débats argumentatifs...

J'ai donc découvert la SF, bien après "Le club des cinq" et autres lectures instructives de l'époque !

 

Plus tard, au lycée alors que j'étais plutôt du style sportive dans mes loisirs mais tranquille à la maison,  je me délectais avec les livres de Lovecraft...évasion garantie, Sf et fantastique mêlés, ce qui changeait de mon travail scolaire !

 

Un monstre d'après Lovecraft

 

 

Mais revenons à notre SF !!

 

En lisant un roman de science-fiction, le lecteur est tout simplement transporté dans le futur, dans un monde transformé par l'évolution technologique et scientifique (technologie que nous n'avons pas encore découverte la plupart du temps) auprès d'êtres fictifs plus ou moins "humains" ...

 

La SF prend sa source d'inspiration dans nos espoirs, nos peurs ancestrales et bien sûr dans la société d'aujourd'hui et ses évolutions possibles. Mais ce n'est pas si simple car quelquefois la SF rejoint le fantastique ou la fantasy...

Aujourd'hui la SF s'est énormément développée au cinéma alors que la lecture des romans de ce genre n'est plus officiellement au programme des collèges et que seulement certains enseignants la conseillent toujours dans leurs listes de rentrée ou de vacances.

 

En fait il existe différents "sous-genres" de SF en littérature, dans les séries télévisées et au cinéma. C'est toujours difficile de mettre les livres (ou les films) dans des catégories bien distinctes car souvent ces différents sous-genres se mélangent.

Ce n'est cependant pas obligatoire de les connaître  pour apprécier la lecture de romans de SF ou pour aller voir un film.

 

Pour ma part il y a des "sous-genres" que je ne connaissais pas du tout ou que j'ai découvert récemment comme le steampunk par exemple.

De plus cette petite "classification" est vouée à évoluer au fil des parutions et de l'imagination sans bornes des nouveaux auteurs...

 

Mais bon, c'est toujours intéressant de faire un petit tour d'horizon et de donner quelques exemples... Non ? Vous me suivez ?

 

Alors il suffit de cliquer sur les liens pour en savoir plus et trouver des exemples...de livres et de films.

Il vous faudra juste un peu de patience pour que les liens fonctionnent car, hélas...je ne suis pas un robot et il me faudra un peu de temps pour me documenter et écrire les articles...

Il est donc possible que je commette quelques erreurs... que je vous invite à corriger dans les coms sans complexe. Merci d'avance !

 

 

Les principaux sous-genres de la SF...

 

 1 - L'Anticipation.

C'est le plus ancien des genres.

Les romans relatent notre propre vision du futur proche (quelques années) ou plus lointain (des siècles ou des milliers d'années).

Les romans d'anticipation doivent décrire obligatoirement des innovations scientifiques et technologiques inconnues à nos jours qui peuvent de façon hypothétique être réalisables dans ce futur.

 

 2 - L'Utopie et la dystopie. Nous en avons déjà parlé ! Ce sont toujours des romans d'anticipation. Mais dans l'Utopie les personnages atteignent le bonheur sans entrave dans un monde parfait, ce qui est tout le contraire dans la dystopie.

 

 3 - L'Uchronie répond à la question :

Et si on changeait le passé, qu'adviendrait-il de nous ?

 

 4 - Le Cyberpunk. 

Le mot vient de :

cyber vient du mot cybernétique = amélioration des performances humaines grâce à des automates qui remplacent certains organes .

punk implique violence, décadence, ...

 

Les romans se situent dans un univers ultra-technologique ou tout, et tout le monde, peut être connecté directement au réseau. Cet univers est empreint de violence et de pessimisme.

Quand le cyberpunk se passe dans un univers entièrement lié à la technologie du vivant on parle alors de biopunk (contraction de biotechnologie et cyberpunk).

Quand dans  le cyberpunk, la technologie s'allie à la magie on parle de arcanepunk.

Enfin quand dans le cyberpunk, la technologie cherche à améliorer la vie quotidienne des êtres humains ou à éviter que la situation empire... on parle de postcyberpunk.

 

 

 5 - La Hard SF (ou Hard science ou SF dure).

Dans la Hard SF, l'univers est entièrement scientifique et le héros manie la biologie, les maths, l'astronomie ou la physique avec aisance ce qui peut ennuyer le lecteur qui n'aiment pas ces disciplines scientifiques.

A l'inverse, les connaissances sont très proches de celles des scientifiques au moment de l'écriture du roman, ce qui est très intéressant pour les lecteurs qui étudient les sciences et en particulier l'histoire des sciences.

A l'opposé, la soft SF (ou fiction spéculative)  s'intéresse surtout au côté philosophique, psychologique et humain...Même les robots ont une âme !

 

 

 6 - La SF Post-Apocalyptique.

L'humanité n'existe plus suite à une catastrophe sans précédent (nucléaire, climatique, biologique...au choix !). Un petit groupe tente de survivre pour éviter la fin...

 

 

 7 - Le Space Opera et Le Planet Opera.

Dans le Space opera (ou opera de l'espace) tous les événements se déroulent dans l'espace, au sein de nouvelles galaxies, de planètes inconnues qui se rejoignent grâce à des vaisseaux intergalactiques en nombre. L'action est omniprésente, les guerres intergalactiques, la règle...et l'exploration spatiale aussi.

Le Space opéra peut s'unir avec la fantasy pour créer la space fantasy.

Dans le Planet Opera, le lecteur ne quittera pas une planète étrangère, tandis que les héros auront pour mission de l'explorer dans les moindres recoins...ce qui n'exclut pas le déplacement possible et aisé vers d'autres planètes existantes plus ou moins proches.

Selon le développement, le roman parlera seulement de vol spatial, de vie extraterrestre, ou se situera dans des mondes parallèles (et se rapprochera alors de la fantasy).

 

 8 - L'Univers Steampunk.

Ce sont des romans de SF qui se passent plutôt dans le passé et souvent au XIXe siècle sous l'ère victorienne. L'usage de la vapeur pour les armes ou les moyens de transport est de règle. L'intervention du fantastique ou de la magie est très fréquente.

 

 9 - Les Voyages imaginaires dans le temps.

Ce type de romans est celui des débuts de la SF...

Le héros a le choix entre retourner dans le passé pour changer son présent et lorsqu'il se trompe il n'arrive pas au moment choisi.

Il peut aussi repartir dans le futur mais là encore la précision n'est jamais de mise !

 

On trouve aussi une SF militaire (surtout au cinéma) et une SF humoristique.

 

 

***************************************************************

 

 

Les hommes présents dans la science-fiction peuvent être...

 

- des mutants  :

Ce sont des hommes particuliers possédant des pouvoirs différents des hommes normaux. Ce ne sont pas pour autant des supermen (comme dans les "comics"), ni des robots ou des extra-terrestres.

 

A l'origine, leurs ancêtres étaient des hommes qui ont subi souvent une irradiation, modifiant leur patrimoine génétique. Conséquences : leur aspect physique et leurs capacités mentales sont modifiées de manière irréversible.

 

Cela peut être les capacités psychiques qui sont décuplées. Dans ce cas ils sont particulièremlent intelligents, capables de communiquer par télépathie, de prévoir l'avenir ou d'obliger les autres à lui obéir et à se plier à ses idées.

 

Ils peuvent devenir hideux ou au contraire magnifiques...

 

Famke Janssen alias "Dr Jean Grey"

 

- des robots :

Les robots sont sensés effectuer en autonomie des tâches diverses à la place des hommes.

On dit qu'ils ont un aspect humanoïde lorsque leur corps ressemble à celui d'un être humain avec une tête, un visage, deux bras, deux jambes...ce qui n'est pas toujours le cas.

C'est Isaac Asimov qui a le premier employé le mot "robotique" dans sa célèbre série SF intitulée "Les Robots".

Les robots ne sont pas de simples automates comme certaines créatures artificielles : ils sont dotés d'une certaine intelligence...d'où les lois de la robotique énoncées par Asimov.

 

R2-D2 et C-3PO dans Stars Wars

 

- des androïdes :

Ils ont l'aspect humain mais ce sont des robots. C'est grâce à Philip K. Dick, Isaac Asimov et Clifford D.Simak qu'ils font leur apparition dans la SF dans les années 1950-60.

 

 

 

- des cyborg :

Ce sont des hommes simplement améliorés par la technique (= cyberpunk). Ils sont donc un mélange de parties vivantes et de parties entièrement mécaniques ou électroniques. Deux exemples ci-dessous :

 

 

Le T-800 de Terminator

 

Robocop

 

- Parfois on retrouve aussi des immortels répondant ainsi au fantasme de tout homme : ne pas mourir !

 

 

Et voilà pour ce bref aperçu !

A bientôt pour les liens vers chaque sous-genre et quelques exemples concrets...

 

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 08:02

 

J'ai découvert récemment l'Univers Steampunk, en lisant le jeune auteur, Cécile Duquenne et en consultant les sous-genres de la Science-fiction dont je vais vous parler sur ce blog très bientôt.

 

Le Steampunk fait partie de ce qu'on appelle, à tort, dans le milieu des livres, la "littérature de l'imaginaire" qui comprend la science-fiction, le fantastique, la fantasy...

A tort... parce que je considère que n'importe quel roman, étant le fruit de l'imagination de l'auteur et attisant celle du lecteur pourrait en faire partie.

 

*********************************************

Le mot steampunk, a pour origine un jeu de mot fait par des auteurs aimant écrire des romans de ce genre mais qui n'aimaient pas particulièrement la "classification", ni les "étiquettes" qui en découlent.

L'explication se trouve sur le site du cafardcosmique. Je vous en livre un extrait.

"Le terme « Steampunk » puise son origine dans une lettre envoyée par K. W. Jeter au magazine Locus. Dans ce courrier, l’auteur californien propose l’appellation de Steampunk, parodiant volontairement celle de Cyberpunk, pour qualifier les fantaisies victoriennes écrites avec ses deux acolytes, Tim Powers et James P. Blaylock . La volonté de dérision est avérée mais K.W. Jeter, qui n’aime pas beaucoup les étiquettes et les genres (qui constituent à ses yeux autant de barrières entre le lecteur et l’auteur), a profité de l’occasion pour voir s’il était capable de créer un genre à partir d’un terme de son cru. D’un mot, en forme de boutade, il a donc fondé... un nouveau domaine de l’Imaginaire".

 

Ce nouveau "genre littéraire", qui était censé parodier le cyberpunk (promis, je vous explique très bientôt ce que c'est !), est devenu un phénomène à part entière !

 

Né à la fin du XXe siècle donc, le Steampunk (littéralement "punk à vapeur") consiste à imaginer un monde où notre société occidentale serait restée à l'aube de l'industrialisation, sous le règne de la "machine à vapeur" donc, et à l'époque victorienne.

Les hommes imaginent alors le futur (donc en gros le monde d'aujourd'hui) avec leurs connaissances technologiques de l'époque...

Ce sont souvent des technologies complexes qui n'existaient pas au XIXe siècle, des machines à vapeur improbables aux rouages apparents, des ordinateurs au design particulier, des machines à explorer l'espace, des objets volants bizarres...

Ils utilisent pour les fabriquer de l'acier, du cuivre, des boulons, du cuir, du bois  ou autre matériaux utilisés dans l'industrie du XIXe siècle.

 

Cette période ancrée dans les traditions du passé mais tournée vers le progrès sert donc de base à la plupart des romans...

 

Le steampunk est un sous-genre de SF parfois proche de l'uchronie, ou un mélange de fantastique, d'anticipation ou encore de fantasy...

Mais il définit également un courant esthétique qui s'étend donc au delà de la simple littérature (romans et  BD) et touche d'autres domaines de la création comme l'art, les jeux vidéos et le cinéma, la tenue vestimentaire... Il influence même la musique.

 

Le mouvement steampunk devient actuellement  un phénomène de mode et regroupe un certain nombre de fans qui se regroupent, s'habillent à la mode victorienne et utilisent les accessoires et objets correspondants.

Cette dernière décennie, ce phénomène prend de l'ampleur.

 

Remplacera-t-il pour autant  le mouvement gothique ?

 

Les Hauts-de-forme, les jupons, les dentelles, les corsets et  les volants très sexy côtoient le  porte-flingue en cuivre, le tout accompagné de lunettes de soudeur !

Les moyens de transport sont des calèches romantiques, mais aussi des ballons dirigeables ou autres  machines...

Le steampunk a un charme fou, incomparable, dans lequel les objets et accessoires jouent un rôle prépondérant.

 

Voici quelques exemples :

 

Objets steampunk (source :Site des topiteurs...)Objets steampunk (source :Site des topiteurs...)
Objets steampunk (source :Site des topiteurs...)
Objets steampunk (source :Site des topiteurs...)Objets steampunk (source :Site des topiteurs...)

Objets steampunk (source :Site des topiteurs...)

Consulter le site des "topiteurs" qui contient des créations Steampunk, si vous voulez en savoir plus sur ce sujet !

 

Quoi qu'il en soit les bricoleurs peuvent laisser libre cours à leur imagination... Il suffit de trouver la matière première en chinant ou en fouillant dans l'atelier de votre grand-père.

 

 

A l'origine, le décor des histoires steampunk est donc situé avant la Première guerre mondiale.  La machine est devenue toute puissante et règne sur le monde.

Aujourd'hui, le décor évolue et les romans sont à la fois des romans d'aventure, des westerns, des romans fantastique ou de fantasy qui se situent dans  le futur ou parfois dans des univers parallèles.

 

Cet univers se rattache aussi au rétro- futurisme qui consiste à revisiter le passé en y intégrant des éléments anachroniques.

 

 

*********************************************

Livres

 

- La Bible steampunk /Jeff VanderMeer

Vous y trouverez tout ce que vous voulez savoir sur les origines du steampunk : des pères fondateurs comme Jules Verne ou H. G. Wells aux nombreux auteurs, artisans et artistes qui ont illustré les canons du genre, à travers la mode et le culte des accessoires futuristes...

 

                                              

 

- La saga Léviathan de Scott Westerfeld est le parfait exemple d'uchronie steampunk.

 

1914. L’archiduc François-Ferdinand, prince héritier d’Autriche-Hongrie vient d’être assassiné. Aleksandar, son fils de quinze ans, prend la fuite vers la Suisse. Il appartient au camp des Clankers, dont la Civilisation est fondée sur les machines mécaniques. Face à eux, les Darwinistes, qui au contraire, ont opté pour un développement technologique basé sur la modification du vivant. De leur côté, les animaux mutants ont remplacé les machines. C’est donc sur le plus grand des « méduso-zeppelins », le Léviathan, que voyage Deryn, une jeune orpheline. Chargé d’une mission secrète, son navire est attaqué et s’écrase dans les Alpes où se cachait Aleksandar. Les deux jeunes gens vont se rencontrer et traverser ensemble l’Europe à feu et à sang.

[source : pocketjeunesse.fr]

 

 

- Burton Swinburne dans L'étrange cas de l'homme mécanique  / Mark Hodder

 

 

-The Mortal Instruments / Les origines de Cassandra Clare

Ce roman reprend des codes steampunk et inscrit son intrigue dans la société victorienne londonienne.

 

Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège : enlevée par les horribles Soeurs Noires, elle développe des pouvoirs qu'elle ignorait posséder. Jusqu'au jour ou Will, un Chasseur d'Ombres, la libère et lui apprend qu'elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux, ou vampires, sorciers et autres créatures de l'ombre règnent en maîtres...

 

 

- L'instinct de l’équarrisseur / Thomas Day

Sherlock Holmes existe bel et bien ! Simplement il se trouve avec le professeur Watson sur une Terre parallèle ayant jadis reçu la visite des Worsh, des extraterrestres désormais parfaitement intégrés à la communauté humaine, qui bénéficie de leur technologie avancée ; et notre Conan Doyle, capable de se rendre sur cette autre Terre grâce à une invention de Watson, se contente dans notre monde de raconter les vraies aventures du célèbre détective - très édulcorées, cela va sans dire. Car Holmes, l'" Assassin de la Reine ", n'a pas grand-chose à envier aux monstres qu'il pourchasse... Le fabuleux trio, au fil de ses aventures, va devoir affronter pas moins de deux Jack l'Éventreur, et combattre l'infâme professeur Moriarty, ennemi juré de Sherlock Holmes, qui va tout faire pour découvrir la clé de l'immortalité - un secret qui se dissimulerait dans un bien mystérieux Instinct de l'équarrisseur...

 

- La machine à explorer l'espace / Christopher Priest

Expédié sur la planète rouge par une machine à explorer le temps, un savant découvre stupéfait les préparatifs d'une invasion de grande ampleur visant la Terre.

 

 

- Arcadia / Fabrice Colin

 

 

- Les voies d'Anubis de Tim Powers

Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d'or ? Comment deviner que l'attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ? Voyez plutôt : à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 !

Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou... Et, nul doute, quelqu'un cherche à l'enlever sinon à le tuer ! Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu'en 1685 puis sera projeté dans l'Egypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis. Traqué, maintes fois capturé et toujours s'échappant, il cherche à corps perdu la " brèche " du retour.

 

 

 

- La machine à différences / William Gibson

Imaginez des ordinateurs en plein XIXe siècle, des ordinateurs composés de roues dentées, de bielles et de leviers, mus par la vapeur. Des Machines à Différences, imaginées par Charles Babbage, aidé de Lady Ada Byron, la fille de Lord Byron lui-même, oui, le Premier ministre de Sa Majesté la Reine Victoria.

En 1855, l'Histoire a pris un autre cours. Les industries se développent avec frénésie. Des transports sous-terrestres sillonnent Londres en proie à la pollution, aux courses automobiles et au chômage technologique.

L'Empire britannique, gouverné par les scientifiques et les industrialistes, est plus soucieux de technologie que d'aventures outre-mer. Edward " Léviathan " Mallory, explorateur des terres sauvages d'une Amèrique du Nord divisée par les guerres, se voit remettre par Lady Ada un mystérieux paquet de cartes mécanographiques.

Dès lors sa vie est en danger. Avec l'aide inattendue de Sybil Gerard, femme déchue, fille d'un célèbre agitateur qui poussait à la destruction des Machines et mort sur l'échafaud, et de Laurence Oliphant, diplomate ou plutôt espion de la reine, il va commencer à comprendre quel est le sens de ces cartes.

Un enjeu planétaire, le contrôle de l'Information.

 

 

 

- Confessions d'un automate mangeurs d'opium / Mathieu Gaborit et Fabrice Colin

Paris, 1899... L'industrie, portée par la force de l'Éther, a révolutionné le monde. Le ciel bourdonne de machines volantes, les automates sont partout qui agissent au service des hommes, hommes qui communiquent entre eux par téléchromos d'un continent à un autre. Dans cette ville moderne où s'ouvre une éblouissante Exposition Universelle, une jeune comédienne, Margo, aidée de son frère psychiatre, enquête sur la mort mystérieuse de son ex-maîtresse et d'un singulier personnage créateur de robots... Écrites à deux mains par deux jeunes auteurs incroyablement doués, ces Confessions d'un automate mangeur d'opium sont un bonheur d'imagination et de virtuosité littéraire, à découvrir au plus vite.

 

- Les Foulards rouges / Cécile Duquenne

 

- Boneshaker / Cherie Priest

 

 

- La Trilogie Steampunk / Paul Di Fillipo

La rumeur court que la jeune reine Victoria a été enlevée et remplacée par un clone, mutant mi-femme, mi-batracien.

Qui pourra, sans trahir ce terrible secret d'Etat, retrouver la trace de l'originale et lui faire regagner son trône ? Des créatures marines, dignes de Lovecraft, font peser une lourde menace sur le Massachusetts.

Mais cette menace n'est rien, selon certains de ses plus " conservateurs " habitants, comparée aux Hottentotes, ces curieux aborigènes sud-africains récemment débarqués sur le Nouveau Continent...

La poétesse américaine Emily Dickinson s'amourache de Walt Whitman, qui la fait devenir femme et lui sert de guide dans une dimension temporelle alternative où ils croisent la route du jeune Allen Ginsberg...

 

 

Découvrez d'autres listes de livres sur ce thème sur Babelio, par exemple celle des incontournables du steampunk, que je viens de découvrir !

*********************************************

 

 

Films

 

Puisque d'autres ont déjà travaillé sur le sujet, je vous livre ici les liens vers deux listes de films que je trouve intéressantes et complémentaires !

- Le Top 15 des films de steampunk du site  Sens critique.

-La liste de films du site cinétrafic.

 

Vous voyez que vous avez le choix !

 

 

*********************************************

Mode

 

Il existe des codes vestimentaires très précis pour faire partie du mouvement steampunk autant pour les hommes que pour les femmes.

Pour info car je ne suis pas sponsorisée...

On doit à Kato (Kate Lambert) d'avoir créer la première ligne de vêtement steampunk.  On l'appelle d'ailleurs le "mannequin de steampunk" au Royaume Uni.

Après avoir été mannequin, elle a créé sa propre entreprise qui s'appelle "steampunk couture". Elle a commencé avec des modèles néo-victoriens qu'elle a personnalisé de plus en plus.

Pour vous faire une idée du style steampunk vous pouvez consulter son site.  Pour les adeptes elle a aussi créé une ligne érotique mais bon vous n'avez qu'à chercher sur le net pour le trouver  :)

Je vous avais prévenu que le steampunk était sexy !

 

Vous pouvez aussi vous faire une idée précise sur le style en consultant le site des créateurs imaginaires.

 

 

Enfin pour parfaire vos connaissances, il existe un journal en français de la communauté steampunk, French Steampunk : livres, films, jeux, expos...tout ce que vous devez savoir sur ce mouvement s'y trouve !

 

Pour approfondir le sujet, je vous conseille aussi l'article écrit par des étudiants en Master ICI, qui vous éclairera même si certains commentaires le critiquent : je trouve qu'ils ont fait du bon boulot ces jeunes !

 

Et puis, amusez-vous un peu avec la video ci-dessous ! Peut-être aurez-vous l'occasion de rencontrer "La nef des premiers Ohms" en région PACA ou ailleurs lors d'un salon steampunk ?

Le"duel de thé" organisé par "La nef des premiers Ohms" basée en PACA, ambiance steampunk garantie...

 

Et vous, vous connaissiez le Steampunk ?

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 06:32

Pour égayer la rentrée et bien commencer l'année scolaire, voici une petite bibliographie sur les romans d'humour !

 

L'humour est difficile à définir. Il est considéré comme "l'ensemble des procédés visant à susciter le rire ou le sourire".

Il permet de prendre du recul dans la vie de tous les jours face à un événement réel et parfois douloureux.

Il peut avoir plusieurs facettes : humour british, autodérision, jeux de mots ou humour grinçant, entr'autres formes d'humour...

Et plusieurs couleurs : l'humour noir par exemple !

 

D'où vient le rire ?

Pourquoi certains lecteurs ne réussissent-ils pas à entrer dans l'histoire alors que d'autres rient à chaque page ?

 

Le rire naît de la rencontre entre deux sensibilités : celle du lecteur qui, à un instant donné, va ressentir certaines choses lors de la lecture d'un texte et celle de l'écrivain dans laquelle il faut parfois plusieurs pages pour entrer...

Remarque : Il en est de même pour toute autre émotion...

 

Il est bien évident que ce ressenti est variable selon la personnalité du lecteur, son éducation et la culture de son pays. Mais ce  ressenti peut aussi varier en intensité selon les  jours ou les circonstances _ par exemple, on ne ressentira pas la même chose devant un événement donné, ou lors d'une lecture, si on est en vacances ou stressé, si on lit au calme ou à côté de nos enfants, avec la Télé en bruit de fond, ou dans le jardin calme et ombragé, à la plage etc...)

 

Ce qui explique qu'à la lecture d'un livre drôle, certains lecteurs rient aux éclats quand d'autres restent de marbre !

 

 

N'oublions pas qu'au niveau physiologique, le rire est un simple réflexe musculaire et que l'homme seul, rit en moyenne 12 fois moins qu'en société, d'où l'importance de lire des livres d'humour dans les périodes où vos amis ou proches sont en vacances, ou lorsque vous vous retrouvez tout seul...

Bien sûr vous pouvez aussi regarder des films drôles !

 

En effet, le rire permet d'évacuer le stress, l'émotion ressentie face à un événement perturbant, la pression sociale, voire la colère et la violence que nous gardons trop souvent à l'intérieur de nous...

Il serait donc bénéfique à la santé et permettrait de faire baisser la tension nerveuse, le niveau de stress et le seuil de ressenti de la douleur. De plus, il améliorerait l'immunité. Tout un programme !

 

 

L'humour peut être interprété selon différents degrés :

- Au premier degré : c'est le niveau le plus simple de compréhension : la situation comique est ressentie en tant que telle et ne pose pas de problèmes particuliers.

- Au second degré : La situation de base est plus subtile.  Elle demande un temps de réflexion pour être comprise. Elle peut poser problème si elle n'est pas immédiatement compréhensible par des inconnus ou des personnes non initiées.

Le second degré est délicat au niveau des relations humaines car il n'est pas compréhensible par tous et jouent sur les références culturelles et personnelles de chacun. Celui qui évoque la situation n'en pense pas un mot, ce qui est plus facile à comprendre à l'oral par les signaux gestuels, mimiques...qu'à l'écrit où ce qui est écrit, reste écrit, sans les nuances...A méditer !

 

On parle aussi d'humour fin, subtil, grivois, lourd, léger, absurde ou insensé ce qui explique que tout le monde ne soit pas sensible au même type d'humour.

 

 

 

Voici ma petite bibliographie...

 

Tout d'abord, si vous aimez les livres de fantasy, vous pouvez déjà vous référer à ma petite biblio sur la light fantasy ICI puisque c'est la fantasy humoristique.

Certains livres ci-dessous ont déjà été cités dans la biblio sur les chick-lit.

 

 

D'abord il y a des classiques comme :

 

- Trois hommes dans un bateau de Jérôme K. Jérôme. Humour British garanti ! C'était le livre de chevet de jeunesse de mon père qui l'a lu tant de fois qu'il a fallu un jour le jeter. Je l'ai donc lu durant mon adolescence et j'avoue ne jamais l'avoir relu depuis.

 

- Il y a aussi tous les livres des auteurs suivants : Roald Dahl, Pef, Anne Fine...et bien d'autres, qui sont devenus des classiques du genre en littérature jeunesse ainsi que de nombreux auteurs de BD.

 

 

L'humour vu par les filles...

 

- La tête dans les choux / Gaia Guasti (+ de 13 ans)

 

Quelle belle aventure que l'installation dans un hameau ardéchois pour cette famille de Parisiens...

Mais il y a tout apprendre de la nature et des habitants.

Margotte observe avec humour sa nouvelle vie et ses parents.

 

 

- Les petites reines / Clementine Beauvais (+ de 13 ans)

On les a élues «Boudins de l'année» sur Facebook. Ce qui n'est pas gentil du tout.

Mais Mireille Laplanche et ses «boudinettes», Hakima et Astrid, n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort !

Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent faire leurs preuves et  rallier Bourg-en-Bresse à Paris... ... pour s'incruster à l'Elysée !

 

 

 

 

- Miss Lagaffe / Meg Cabot (+ de 13 ans)

Lizzie Nichols est une jeune femme drôle, pétillante et attachante.

Son problème ? C'est aussi une pipelette invétérée et une gaffeuse chronique.

De la fin de ses études de mode a ses projets de mariage, en passant par son premier emploi et la recherche d'un appartement, elle collectionne les boulettes.

Bienvenue dans le tourbillon coloré et délirant de la vie de Miss La Gaffe !

 

 

 

 

 

 

- 15 ans charmante mais cinglée / Sue Limb

 

 

Si seulement Jess pouvait être aussi sublime que sa meilleure amie, Flora !

Mais ce qu'elle aimerait par-dessus tout, c'est que Ben Jones, le garçon le plus séduisant de la terre, la remarque. Pour le conquérir, Jess déploie des trésors d'imagination - ce dont elle ne manque pas ! - quitte à se retrouver parfois dans des situations impossibles...

Entre émotions et éclats de rire, retrouvez Jess Jordan, l'adolescente décalée de la série 15 ANS, avec ses rêves, ses doutes et ses réflexions face à la vie. Irrésistible !

 

 

- Le journal d'Aurore (3 tomes) / Marie Desplechin

La plupart des jeunes filles d'aujourd'hui tiennent un journal intime, c'est bien connu. Aurore, 13 ans a décidé de faire de même. Mais qu'écrit-on dans un journal intime, si ce n'est des banalités sur sa famille, ses amours, ses amis ?

C'est avec une bonne dose d'humour et de cynisme qu'Aurore, ado désabusée et fière de l'être, entreprend de consigner sa vie "trépidante" dans son journal...

Une écriture savoureuse et d'une grande justesse, qui rend désopilant le quotidien le plus banal.

 

 

 

- Le journal d'Aurélie Laflamme  (8 tomes) / India Desjardins

 

A 14 ans, Aurélie ne se sent à sa place nulle part.

Elle a l'impression que des extraterrestres l'ont abandonnée sur Terre.

C'est grâce à son humour, à son caractère bien trempé et à sa sensibilité qu'Aurélie affronte les aléas de sa vie d'adolescente : l'amitié, sa scolarité, l'amour, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Le Journal intime de Georgia Nicolson (10 tomes) / Louise Rennison (+ de 13 ans)

Georgia Nicolson a 14 ans et trouve que sa vie est un enfer  !

Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait aller vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie.

Enfin, s'il n'y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage : son nez !


Unanimement salué par la presse, le journal intime de Georgia Nicolson est un éclat de rire permanent, le portrait juste, tendre et corrosif d'une adolescente d'aujourd'hui.

 

 

- Le Journal de Bridget Jones  (3 tomes)/ Helen Fielding (+ de 14-15 ans)

Bridget Jones Bridget a presque trente ans et n'est toujours pas mariée. Entre une mère égoïste et des amis plus ou moins en couple, elle cherche le prince charmant qui changera sa vie, son regard sur elle-même et sur le monde.

Comment s'y prendre avec les hommes ? Par où commencer ? Avec un humour décapant, Helen Fielding trace le portrait d'une génération de femmes socialement responsables, financièrement autonomes, mais affectivement... frustrées !

 

 

- Le Journal de Mona Lisa (2 tomes sortis, un troisième en attente) / Agnes Olive (+ de 15 ans) ou La Bridget Jones marseillaise...

 

  

 

Monalisa 37 ans, séparée, un enfant, tient un kiosque à livres sur le Vieux-Port de Marseille. Jusqu’à ce beau matin où elle décide de tenir aussi son journal.

Pleine de contradictions, entre modernité et tradition, pulsion destructrice et soif de vivre, humour et désespoir, la sulfureuse Monalisa accumule les amourettes ratées jusqu’au jour où, contre toute attente, elle rencontre un prince du Bahreïn venu acheter des hélicoptères chez Eurocopter…

 

 

L'humour vu par les garçons...

 

- Oasis dans le pacifique / Jaime Alfonso Sandoval (+ de 10 ans)

 

Une épopée hilarante, l'histoire d'une famille qui va de déconvenue en désillusion, puis en catastrophe... Comique gore garanti.

 

Don Pepe Topete, le père, n'a que des idées toutes plus catastrophiques les unes que les autres. Il invente les combines les plus folles pour offrir à sa famille une vie décente.

La dernière en date : émigrer dans un nouveau pays que personne ne connaît, dans une région indéterminée, mais où la vie sera douce et facile pour tous.

Pepe junior ne doute jamais de son père et c'est avec enthousiasme qu'il s'embarque dans l'aventure...

 

 

 

 

 

 

- Journal d'un dégonflé  (8 tomes)/ Jeff Kinney (+ de 11 ans)

 

Greg a 12 ans, un grand frère musicien qui lui fait des blagues, un petit frère qui le colle, un copain qu'il supporte histoire de ne pas être seul, des problèmes avec les filles qui pouffent à longueur de journée, des parents qui ne comprennent jamais rien à ce qu'il demande...

Un jour sa mère lui offre un journal intime, que Greg rebaptise son "carnet de bord". "Si elle croit que je vais écrire là-dedans ce que je "ressens" ou je ne sais pas trop quoi, elle se fourre le doigt dans l'oeil."

Heureusement, entre ce que dit Greg et ce qu'il fait vraiment, il y a un monde...

L'avis d'une adolescente ICI.

 

 

- Journal d'un garçon  / Colas Gutman (+ de 13 ans)

 

Paul entre en seconde mais n'a d'yeux que pour une grande de terminale qui se prénomme, Lisa.

L'approcher ne va pas être simple à moins que le cours de théâtre ne soit une bonne idée...

 

 

 

La trilogie de Anne Percin (+ de 13 ans)

 

 

 

 

Mes articles sur cette trilogie :

Comment (bien) rater ses vacances ;

Comment (bien) gérer sa love story ;

et Comment devenir une rock star.

 

Pour échapper aux vacances en famille, Maxime choisit de les passer avec sa grand-mère, dans son pavillon du Kremlin-Bicetre. Il avait tout prévu pour couler des jours tranquilles devant son ordinateur, sauf la crise cardiaque de sa grand-mère.

Voilà notre ado obligé de vivre tout seul : ses vacances vont se transformer en feuilleton délirant !

 

 

- La série Thomas Drimm (2 tomes) / Didier Van Cauwelaert (+ de 13 ans)

 

Thomas, un enfant ordinaire, se débat entre l’incompréhension de sa mère, la dépression de son père et ses problèmes de surpoids.

Il vit dans une société où le bio, le bien être et le jeu exercent une dictature absolue sur les esprits.

Une société "parfaite", sans guerre, sans religions, sans obèses, où tout est diététiquement correct et où la chance au jeu est le critère de sélection N°1.


Un jour, Thomas tue accidentellement un vieil homme, le professeur Pictone, scientifique génial et caractériel au bord d’une découverte majeure, qui va se réincarner dans le nounours du garçon...


Ainsi commence le premier tome de cette formidable saga, synthèse entre le fantastique d’Harry Potter et l’humour réaliste du Petit Nicolas.

 

 

- Ma tronche en slip / Vincent Cuvellier (+ de 13-14 ans)

Benjamin a 16 ans, n’est pas moche, pas trop bête et il aime que les filles lui tournent autour. C'est un ado normal quoi !

On peut même dire que cela lui plaît beaucoup et qu’il ne pense "qu’à ça".

Il est carrément obsédé par les filles !

Un jour il est repéré par une agence de mannequin et se retrouve en slip sur des affiches géantes devant son lycée...

Drôle et sans tabou, l'histoire d'un ado comme les autres c'est-à dire un tantinet "obsédé" par les filles...

 

 

 

- Garçon ou fille / Terence Blacker (+ de 13 ans)

 

Un adolescent américain de 13 ans se retrouve en Angleterre chez sa tante, sa mère venant de mourir.

Sa nouvelle famille le reçoit avec tout le tact possible mais cela n'empêche pas le fils unique de le regarder comme un drôle d'animal.

Sam l'américain cache son chagrin sous des airs arrogants et désagréables.

Devant cela, Matthew l'anglais et sa bande décident de le mettre à l'épreuve avant de l'accepter : il doit, durant une semaine, se déguiser en fille et aller au collège avec eux sans que personne ne se doute de rien...

Sam a l'air d'y prendre goût.

Un roman plein d'humour mais à partager absolument avec vos ados...

 

 

- Les aventures de Bob Tarlouze (2 tomes) / Frank Andriat (+ de 13 ans)

 

 

Découvrez les aventures d'un ado pas comme les autres, prêt à tout pour résoudre ses enquêtes (et ses problèmes)
Bob a hérité d'un nom de famille qu'il porte en souriant et avec calme.
Il assume ses choix : il aime la panthère rose, Najmah, sa nounou afghane, le boudin-compote et les enquêtes policières.
Il a résolu sa première énigme à quinze ans, au collège, quand Baratin, son prof d'anglais, a été retrouvé égorgé dans sa classe, le corps tourné vers La Mecque.
Bob est un ados très intelligent, gentil et plein d'humour, et d'amour pour son prochain...même quand celui-ci se moque de lui.

Quand l'humour amène les ados à se moquer des autres...et leur fait du mal.
 

 

 

- Sous le même signe / Mikaël Ollivier

 

Quelle galère, cette virée en Bretagne !

Et dire que c'est le cadeau d'anniversaire du père de Sébastien pour son fils. Tout ça parce qu'il a lu dans son horoscope : "Prenez le large ! Le grand amour pourrait bien être au rendez-vous !"

Mais tout ne se passe pas comme prévu : la voiture tombe en panne, les gendarmes s'en mêlent, un orage se déchaîne, père et fils se disputent...

Et l'amour annoncé dans tout ça ?

 

 

 

 

 

 

 

- Comment je suis devenu stupide / Martin Page (+ de 16 ans)

Férocement drôle, ce petit ouvrage retrace la vie d’Antoine, un jeune homme brillant, bardé de diplômes, et néanmoins farouchement malheureux.

A force de vouloir tout comprendre, tout analyser, tout saisir, Antoine ne parvient pas à vivre spontanément. Après de vaines tentatives pour devenir alcoolique - les spiritueux lui semblent un bon remède contre l’intelligence - et se suicider, il décide alors de devenir stupide.
Une entreprise déroutante à laquelle Antoine va, comme dans le reste, exceller. S’ensuivent quelques pages jubilatoires où notre héros plonge progressivement dans le puits sans fond de la bêtise...

 

 

Et les autres romans ...à partager avec vos parents

 

- L'écho des cavernes / Pierre Davy (+ de 13 ans)

 

Il ne fut pas long, en effet, à découvrir qu'en mariant ces nouveaux sons à ses "ou", ses "i" et autres "a", il ouvrait un champ infini de combinaisons qui ne tardèrent pas à lui donner le vertige.

Il n'était pas loin de la panique, lorsqu'il articula un inimaginable "keskimariv".

En effet, Sapiens prend un jour conscience des limites du misérable "wroumpf" qui lui sert à communiquer avec sa tribu et décide d'inventer le langage...

Depuis ses premières vocalises jusqu'à la mise au point du subjonctif, en passant par l'invention de la préposition et des familles de mots, c'est toute la grammaire française, mais aussi le lien entre le langage et la pensée, que Pierre Davy revisite dans ce petit traité jubilatoire.

 

 

- Sept jours pour une éternité  / Marc Levy (+ de 15 ans)

Il a le charme du diable. Elle a la force des anges...

Pour mettre un terme à leur éternelle rivalité, Dieu et Lucifer se sont lancés un ultime défi. Ils envoient en mission leurs deux meilleurs agents.

Lucas et Zofia auront sept jours sur Terre pour faire triompher leur camp, décidant ainsi qui du Bien ou du Mal gouvernera les hommes.

En organisant ce pari absurde, Dieu et Lucifer avaient tout prévu, sauf une chose... que l'ange et le démon se rencontreraient...

 

 

 

 

- Malavita  /Tonino Benacquista (+ de 15 ans)

Une famille américaine s'installe en Normandie. Fred, le père, se prétend écrivain et prépare un livre sur le Débarquement. Maggie, la mère, est bénévole dans une association caritative et se surpasse dans la préparation des barbecues. Belle, la fille, fait honneur à son prénom. Warren enfin a su se rendre indispensable pour tout et auprès de tous. Une famille apparemment comme les autres...

Ne vous fiez pas aux apparences car, une chose est sûre, s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner...

 

 

- Demain j'arrête ! de Gilles Legardinier et autres titres de l'auteur (+ de 16 ans)

 

Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?


Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher…


Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…

 

 

 

 

 

 

 

- Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire / Jonas Jonasson (+ de 16 ans)

Drôle, attachant et jubilatoire...

Alors que tous dans la maison de retraite s'apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de fête, décide de fuguer. Il saute par la fenêtre de sa chambre chaussé de ses seules pantoufles.

Mais derrière ce frêle vieillard,  se cache un artificier de génie...

Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, va se retrouver mêlé à l'Histoire.

 

 

 

- Pourquoi j'ai mangé mon père / Roy Lewis (+ de 14 ans)

 

Une famille préhistorique ordinaire : Édouard, le père, génial inventeur qui va changer la face du monde en ramenant le feu ; Vania, l'oncle réac, ennemi du progrès ; Ernest, le narrateur, un tantinet benêt ; Edwige, Griselda et d'autres ravissantes donzelles...

Ces individus nous ressemblent : ils connaissent l'amour, la drague, la bataille, la jalousie.

Et découvrent l'évolution.

Situations rocambolesques et personnages hilarants pour rire et réfléchir.

 

 

 

 

 

 

 

- Les pirates dans "Une aventure avec les baleines" ! / Gideon Defoe

 

 

Un roman totalement farfelu, dans la plus pure tradition de l'humour britannique...

Une lecture à conseiller aux amateurs de l'absurde ayant gardé leur âme d'enfant.

 

 

- La série de la famille Malaussène (7 romans) / Daniel Pennac

1 Au bonheur des ogres ; 2 La fée carabine ; 3 La petite marchande de prose ; 4 -Monsieur Malaussene ; 5 Monsieur Malaussène au théâtre ; 6 Des chrétiens et des maures ; et...7 Aux fruits de la passion.

 

 

 

 

- Le lièvre de Vatanen / Arto Paasilinna

 

Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu'il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route.

Vatanen descend de voiture et s'enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s'enfonce délibérement dans la nature.


Ce roman-culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cercle polaire avec son lièvre fétiche en guise de sésame.

L'auteur invente un genre : le roman d'humour écologique.

 

 

- Sans nouvelles de Gurb / Eduardo Mendoza

Deux extraterrestres débarquent sur notre planète et investissent les rues de Barcelone sous les traits de diverses célèbres personnalités.

L'un se volatilise, l'autre part à sa recherche et découvre les étranges moeurs des terriens...

 

 

 

 

 

 

- Mon chien stupide / John Fante

Un énorme chien à tête d'ours, obsédé et très mal élevé, débarque un soir dans la famille en crise d'Henry J. Molise, auteur quinquagénaire raté et désabusé.

Dans leur coquette banlieue californienne de Point Dume, ce monstre attachant s'apprête à semer un innommable chaos.

 

 

 

- Le monde selon Garp / John Irving

 

Jenny Fields ne veut pas d’homme dans sa vie mais elle désire un enfant. Ainsi naît Garp. Il grandit dans un collège où sa mère est infirmière. Puis ils décident tous deux d’écrire, et Jenny devient une icône du féminisme. Garp, heureux mari et père, vit pourtant dans la peur : dans son univers dominé par les femmes, la violence des hommes n’est jamais très loin...

Un livre culte qui a été sélectionné par les lecteurs dans les "20 livres qui ont changé votre vie" en décembre dernier, à l'occasion des 20 ans de France 5 et à l'initiative de François Busnel.

Mais attention l'humour d'Irving est particulier.

 

 

 

- La conjuration des imbéciles / John Kennedy Toole

Ignatus a 30 ans, vit toujours chez sa mère et lui fait subir un enfer ! Quand il va devoir (enfin !) trouver un emploi, c'est le début d'une longue série de péripéties plus jouissives les unes que les autres...

Un roman jubilatoire et une critique désopilante de la société américaine.

 

Remarque : Persuadé qu'il est un écrivain raté, l'auteur, J.K. Toole se suicide en 1969, à l'âge de 32 ans. "La conjuration des imbéciles" est donc son seul roman. Grâce à l'acharnement de sa mère, il a fini par être publié et a reçu le prix Pulitzer en 1981.

 

 

 

- Swap / Anthony Moore

Un simple échange entre enfants. Une BD contre un tuyau en plastique. Un acte anodin au départ.

Seulement avec le temps, le Superman "numéro 1" a pris une immense valeur.

Et Harvey, devenu libraire de bandes-dessinées, ne rêve que de récupérer ce comic rarissime. C'est même une obsession, le seul but de sa vie d'adolescent attardé...

Mais après toutes ces années d'attente, son scénario longuement mûri va dérailler, et il se retrouvera pris dans un imbroglio incroyable.

Humour british. C'est drôle et ironique comme du Jerome K. Jerome.

 

 

 

et bien d'autres encore ...

comme la série "Vie de merde" trop drôle et qui permet de prendre du recul sur notre vie de tous les jours, les jours de déprime...à lire dès 14 ans.

Remarque : Au départ, VDM (Vie De Merde) était un site Web où des milliers de Français sont passés écrire leur malheur avec humour et spontanéité. Au-delà du rire, c'est la vraie vie d'hommes et de femmes de tous âges qui a été retranscrite. Tout est donc vrai, et c'est vraiment drôle. Car une vraie "vie de merde", çà ne s'invente pas !

Les livres sont illustrés par Pénélope Bagieu.

 

Bonne lecture et bonne rentrée !

 

Partager cet article

Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 09:25

Pour mon dernier article sur la fantasy, je vais vous parler de la fantasy animalière  (ou animal fantasy) !

 

Dans la fantasy animalière, les personnages principaux sont des animaux (vous l'auriez deviné !) anthropomorphisés : c'est à dire qu'ils possèdent la parole, les habitudes, les gestes et les pensées des humains. Ils permettent à l'auteur de faire une critique de notre société et des hommes.

Certains contes anthropomorphiques comme par exemple "Le Roman de Renart", "Les fables de La Fontaine" et Les fables d'Esope en font partie et peuvent être considérés comme des classiques précurseurs du genre...

 

Dans les oeuvres de fantasy animalière, les hommes sont inexistants ou très peu présents. Ils ne cohabitent jamais avec les animaux.

Le plus souvent, les romans s'adressent aux plus jeunes...

 

 

- Le Vent dans les saules / Kenneth Grahame (un classique paru en 1908 mais seulement en 1935 en France).

Ce roman a été adapté en BD (4 tomes), une bonne façon d'aborder ce classique...

 

 

 

- Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf.

 

 

 

 

 

Un classique que j'ai lu lorsque j'avais 11 ans car je l'avais reçu en Prix au collège :)

 

Un petit garçon voyage sur le dos d'une oie...

Avant de devenir un classique,  ce roman a été écrit pour faire connaître la Suède aux enfants suédois...

 

 

 

 

 

 

- Les Garennes de Watership Down / Richard Adams (1972).

Les animaux sont des lapins de garenne.

 

 

- La fameuse invasion de la Sicile par les ours / Dino Buzzati

 

Tout commence le jour où Tonin, le fils du roi des ours, est enlevé par des chasseurs dans les montagnes de Sicile...

Profitant de la rigueur d'un hiver qui menace son peuple de famine, le roi décide alors d'envahir la plaine où habitent les hommes.

Avec l'aide de son armée et d'un magicien, il réussit à vaincre et finit par retrouver Tonin.

Mais il comprend vite que le peuple des ours n'est pas fait pour vivre au pays des hommes...

 

 

- Jonathan Livington le goeland /Richard Bach

A la fois conte philosophique, poésie et fantasy...

 

Jonathan Livingston n'est pas un goéland comme les autres. Sa seule passion : voler toujours plus haut et plus vite pour être libre. Mais cet original qui ne se contente pas de voler pour se nourrir ne plaît guère à la communauté des goélands.

Condamné à l'exil, seul, Jonathan poursuit ses découvertes, sans peur, sans colère. Il est seulement triste de ne pouvoir les partager, jusqu'au jour où il rencontre des amis...

Jonathan apprend alors à briser les chaînes qui emprisonnent son corps et ses pensées.

 

 

 

- Le Bois Duncton / William Horwood (1980-1993).

 

« Brin-de-Fougère naquit par une nuit d’avril dans un terrier plein d’ombre et chaleur, au plus profond du réseau de galeries du Bois Duncton, six années-taupe après la naissance de Rébecca. »

Les animaux sont des taupes !

 

 

- Saga Rougemuraille (22 tomes) / Brian Jacques qui est aussi de la fantasy medievale. La saga a donné suite à Redwall, une série télévisée.

 

Au cœur de la forêt de Mousseray, il existe une abbaye du nom de Rougemuraille. Cette abbaye fut fondée il y a bien longtemps par Martin le Guerrier et ses amis après que celui-ci libéra Mousseray d'une terrible chatte sauvage nommée Tsarmina. Le château de Castelfelis, demeure de la Reine aux Yeux Multiples, se tenait autrefois à l'endroit même où fut fondée Rougemuraille. Depuis, l'esprit de Martin le Guerrier veille sur l'abbaye. Ses habitants, frères, sœurs ou laïcs, vivent en paix. Mais la paix est souvent bouleversée par de nombreuses vermines qui convoitent l'abbaye ou d'autres biens...

 

 

- Les gardiens de Ga'Hoole (15 tomes) / Kathryn Lasky

 

Soren coule une enfance paisible dans le sapin creux qu'il occupe avec sa famille dans la Forêt de Tyto, le royaume des chouettes effraies.

Mais de mystérieuses disparitions d'oeufs et de jeunes poussins perturbent la tranquilité des habitants.

Alors qu'il tombe du nid, Soren est kidnappé à son tour et emmené au sinistre orphelinat de Saint-Aegolius.

Sous la direction de l'effroyable Crocus, des poussins venus de tous les royaumes y subissent un enseignement des plus étranges...
Soren et sa meilleure amie Gylfie n'ont qu'une envie : s'échapper et révéler au monde ce que trament Crocus et ses lieutenants.

Mais pour cela, encore faudrait-il apprendre à voler...

 

- Silverwing / Kenneth Oppel.

Depuis la nuit des temps, le peuple des chauves-souris est condamné à l'obscurité. Quand Ombre, un chauve-souriceau de la tribu des Silverwing, brave cet interdit pour voir le soleil se lever, sa vie bascule. Poursuivi par ses ennemis, rejeté par les siens, il devra aller au bout de son rêve, et affronter sa destinée.

 

 

 

 

 

- Le royaume d'Outrebrume (3 tomes)/ MI Mac Allister

Les animaux sont des écureuils...

 

   

C'était une nuit d'étoiles filantes. Au royaume d'Outrebrume, elles annoncent toujours un événement exceptionnel... Cette nuit-là, un drôle de bébé écureuil au pelage clair est recueilli sur le rivage d'Outrebrume. Baptisé Oursin, le jeune orphelin grandit en paix parmi les autres animaux de l'île jusqu'au jour où l'on apprend une terrible nouvelle : Culbute, le prince héritier, a été assassiné... Oursin des Étoiles doit alors accomplir son destin et livrer la plus dangereuse des batailles.

 

 

- Gamba et les rats aventuriers par deux auteurs japonais Atsuo Saitô

 

 

Gamba, rat des villes, vit tranquillement dans sa confortable tanière. Un jour, son copain Manpuku le Glouton l'invite au grand rassemblement des rats marins dans un port lointain. En pleine fête et au milieu d'une tempête effroyable survient Chuta, un rat atrocement blessé. Il les supplie de venir sur son île, où son peuple est cruellement chassé par un groupe de redoutables belettes, menées par Noroi la Maléfique.

Courage et amitié, ruses et combats pour la liberté, aventures palpitantes et pleines de dangers : dans un grand élan de fraternité, Gamba et ses compagnons décident de traverser la mer pour libérer les rats de leurs pires ennemies !

 

- Tom Patate (3 tomes)/ Emmanuelle Maisonneuve et François Gomes

 

Je m appelle Tom. Tom Patate. Je ne me souviens de rien, et pourtant, je sais des choses. Je suis tout petit, et pourtant j ai des pouvoirs extraordinaires. Je parle le langage des animaux, mais aussi celui des Grandes Gens.
Je ne sais pas qui je suis, mais je vais tout faire pour le découvrir.
Arrivé on ne sait comment dans une grosse patate, un garçon minuscule est recueilli par les Granmanitous, la société très secrète du jardin. Baptisé Tom Patate, il va apprendre à se débrouiller dans son nouvel univers rempli de dangers. Mais Tom souffre de ne pas savoir qui il est. En quête de son identité, il va alors être emmené aux portes d un autre monde, un monde aussi merveilleux que dangereux, celui de ses origines...

 

 

- Le cycle de La guerre des clans / Erin Hunter

 

 

Cycle I : 6 romans

Cycle II : 6 romans

Cycle III : 6 romans

Plus 4 HS

 

 

- La Quête des ours (5 tomes parus) / Erin Hunter.

 

 

Ils sont trois oursons, nés sous des cieux différents. Kallik vit sur la banquise, qui fond chaque jour davantage. Toklo grandit dans une forêt abîmée par les hommes. Lusa, enfermée dans un zoo, rêve d'explorer le monde sauvage. Ils n'auraient jamais dû se rencontrer, et pourtant... Leur quête pour un monde meilleur ne fait que commencer !
La nouvelle saga d'Erin Hunter...

 

 

 

 

- La ferme des animaux / George Orwell

 

 

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement :
"Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d'alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux."

 

 

Et bien sûr Le monde de Narnia (déjà mentionné plusieurs fois dans les bibliographies de fantasy).

 

ainsi que les contes de Beatrix Potter, Le Livre de la jungle, Alice au pays des merveilles, et même Winnie l'ourson pour les plus jeunes et tous les contes de fées...

 

Partager cet article

Repost0
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 06:45

 

Dans la fantasy arthurienne, l'époque historique est très précise puisqu'elle correspond à celle des légendes du Roi Arthur, tout en répondant aux critères de la fantasy épique.

Ces légendes ainsi que celles des Chevaliers de la Table Ronde, sont nées vers la fin du Ve siècle après J.-C.

Au delà de leur transcription par des auteurs classiques comme Chrétien de Troyes ou Thomas Malory, les écricains de fantasy s'en sont considérablement emparés.

 

La fantasy arthurienne fait partie de la fantasy historique mais se rapproche de la fantasy mythique puisque elle reprend des mythes connus. Mais attention tous les romans qui abordent cette période ne sont pas forcément de la fantasy.

 

Sur Les chevaliers de la Table ronde et le roi Arthur...

 

- Le Prince du Graal (2 tomes) / Nancy McKenzie (+ de 14 ans)

 

Avant de mourir, le roi Arthur a demandé à Galaad, fils de Lancelot, de partir à la recherche de trésors inestimables : une épée, une lance et le Graal, censés garantir l'unité et la stabilité de la Bretagne. Galaad, accompagné de son cousin Perceval, met son bras au service de son souverain et accepte sa mission.
La route est longue, semée d'embûches, et le jeune chevalier ne cesse de penser à son enfance : il essaie de percer les secrets qui ont bercé sa jeunesse et de comprendre la trahison de son père. Il se rappelle aussi la prophétie de la Dame du Lac que seul un homme au coeur pur pourra réaliser.
Et si c'était lui ? S'il était l'élu ?

 

 

- Graal (4 tomes) / Christian de Montella (+ de 12 ans)

 

Tome 1 : Le Chevalier sans nom

Il est le fils d'un roi mort de chagrin. Elevé par la fée Viviane en chevalier, Lancelot a grandi au domaine du Lac. Un jour selon la prédiction, il part en quête du Graal... Il sort vainqueur des épreuves et de ses ennemis mais trouve sur sa route un maléfice contre lequel il n'a pas d'armes : c'est l'amour...

 

Tome 2 : La neige et le sang

Dans le château du roi Arthur, à l'aube d'un long hiver, Perceval est fait chevalier. Est-ce lui qui sauvera le monde du Mal qui le menace ? Morgane et son fils Mordret trament un sombre complot contre le roi et l'affrontement sera impitoyable...

 

Tome 3 : La nef du lion

C'est au tour de Galahad de partir en quête du Graal. Mais le jeune est-il vraiment l'Elu ? Saura-t-il poser les deux questions et accomplir la prophétie ?

 

Tome 4 : La revanche des ombres

La légende du Graal s'achève enfin. Retrouvez Lancelot sur les lieux de son enfance. Pénétrez dans la forêt de Brocéliande. Assistez à son ultime combat aux confins de l'autre Monde.

 

 

 

- La Légende arthurienne de Gillian Bradshaw (+ de 13-14 ans)

 

 

 

 

- Le roi Arthur de Michael Morpurgo (+ de 11 ans)

Un jeune garçon décide lors de la grande marée d'équinoxe, d'aller dans les îles du Levant. Or le brouillard se lève l'empêchant d'avancer. La mer se referme sur lui. Il se réveille chez un homme qui affirme être Arthur, celui de la légende et qui entreprend de lui raconter sa vie : son enfance, Merlin, Guenièvre, les chevaliers de la Table ronde, et ...sa disparition.

 

 

- La quête du Roi Arthur (4 tomes) / Terence Hanbury WHITE (+ de 12 ans)

 

La Quête du roi Arthur est un cycle culte en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Voici donc, pour commencer, l’enfance d’Arthur, dit La Verrue, futur écuyer de Keu. Lors d’une excursion dans la Forêt sauvage, il rencontre un vieillard facétieux du nom de Merlin. Commence alors un apprentissage où il sera initié aux mystères du monde animal, et métamorphosé en de nombreuses bêtes...

 

 

 

 

 

 

 

- La Saga du roi Arthur, tome 1 : Le Roi de l'hiver de Bernard Cornwell

 

Au Ve siècle de notre ère, les ténèbres se sont abattues sur les îles Britanniques, désertées par les Romains, assaillies par les féroces Saxons, et où le christianisme est en lutte perpétuelle avec les vieux dieux païens. Face à tous les périls nouveaux, les vieux royaumes bretons ne tiennent encore que grâce à l'unité fragile imposée par leur Roi des Rois, Uther Pendragon. Mais les forces de celui-ci déclinent, sa vie touche à sa fin, et son héritier n'est qu'un enfant, né par une sombre nuit d'hiver. Seul un homme peut tenir le rôle crucial naguère joué par Uther Pendragon : Arthur, son fils illégitime, qu'il avait rejeté et exilé.

Arthur reviendra donc sauver son peuple menacé et s'efforcer, au prix d'âpres combats et d'héroïques efforts, d'apporter la paix au royaume de ses pères...

 

 

- Les Dames du lac (4 tomes)  / Marion Zimmer Bradley, dont on a déjà parlé plusieurs fois.

 

 

 

Sur le thème de Merlin...

 

- L'Apprentie de Merlin (4 tomes) / Fabien Clavel (+ de 11 ans)

 

Ana, l'apprentie de Merlin, se réveille après vingt-cinq années de sommeil. Le royaume a changé.

Alors que les chevaliers de la Table ronde partent pour une dernière quête, la division règne à Camaaloth. Les anciens compagnons sont devenus ennemis.

Arthur est vieux, blessé. La seule manière de le guérir semble être la coupe du Graal, qui se trouve au cœur de Brocéliande. Mais sa magie suffira-t-elle à sauver le royaume ?

 

 

 

 

- Le pas de Merlin / Jean-Louis Fetjaine (+ de 14 ans)

 

Au VIe siècle, l'île de Bretagne est assaillie par les Saxons, les Gaëls et les Pictes. Après la mort du roi
Guendoleu, tué lors d'une terrible bataille, son jeune barde Merlin se trouve plongé malgré lui dans un
complot aux conséquences effroyables. Fuyant la barbarie, perdu dans les affres d'un amour impossible, il parcourt les royaumes celtes ravagés par la guerre, suscitant la méfiance de ceux qui voient en lui " le fils du diable ". Au plus profond de la forêt, pourtant, l'enfant se découvrira de bien étranges alliés. Au cours de ce voyage initiatique, celui qui deviendra Myrddin le Nécromant réussira-t-il à percer le fascinant secret qui pèse sur ses origines ?

 

 

- Le Codex Merlin (3 tomes) / Robert Holdstock (+ de 14 ans)

 

 

L'intégrale réunit dans un même volume : "Celtika"  (Grand Prix de l'Imaginaire 2004) "Le Graal de feret" et  "Les Royaumes brisés".

 

Des siècles avant sa rencontre avec Arthur, Merlin voyage à travers le monde, immortel et éternellement jeune, à la recherche du savoir. Il se lie d'amitié avec le héros grec Jason et l'accompagne dans sa quête de la Toison d'or. Une décision qui lui coûtera cher...

Quelques centaines d'années plus tard, Merlin entend parler d'un navire perdu dans un lac gelé du Nord et d'où jaillit une longue plainte. Il découvre qu'il s'agit de l'Argo, le vaisseau de Jason, où gît l'âme du héros pleurant ses fils volés par l'enchanteresse Médée, éprise de Merlin dans sa prime jeunesse. Merlin s'engage alors dans une autre quête : retrouver les fils de Jason, projetés dans le futur par leur mère, Médée.

 

 

- L'Enchanteur (ou la vie de Merlin) /  René Barjavel (1984)

 

Qui ne connaît pas Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l'ait pas jugé inaccessible, et l'aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac ? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l'Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n'a jamais guéri. Le voici revenu...

 

 

 

 

- Le cycle de Merlin (3 tomes)/ Mary Stewart

 

        

 

 

- Les descendants de Merlin (3 tomes) / Irène Radford (+ de 14 ans)

Elle s'appelle Wren : fille de Merlin et d'une grande prêtresse de Dana, mariée à un seigneur qu'elle ne peut aimer, obligée de partager sa demeure avec une sorcière, elle doit se frayer un chemin dans le labyrinthe sinueux de la magie et décrypter les visions apocalyptiques qui l'assaillent.
Car à l'ombre des divinités anciennes, c'est le destin même du roi Arthur qui est en jeu.

 

 

- Le cycle de Pendragon (5 tomes) /Stephen R. Lawhead en particulier le tome 2 dont on a déjà parlé.

 

 

Guenièvre...

 

- Guenièvre (2 tomes  : l'enfant reine ; la reine de Bretagne) / Nancy McKenzie

 

   

 

Guenièvre est encore une très jeune fille lorsque se pose sur elle le regard du Haut Roi. Le grand Arthur, Excalibur en main, a soumis les hordes saxonnes, unifié le royaume, et jeté son dévolu sur la princesse. Guenièvre s'apprête à devenir la reine d'une Bretagne pacifiée, sous le regard bienveillant du fougueux Lancelot et du sage Merlin : le destin
que lui prédit dès sa naissance la sorcière Giselda se réalise. Mais la prophétie annonçait aussi qu'un grand malheur s'abattrait sur le couple royal quand, auréolé de gloire, il serait au comble du bonheur.

 

 

- Guinevere (Guenièvre) la dame blanche de Jean-Louis Fetjaine

 

Lorsque Artur épouse Guinevere de Carmelide, le royaume de Camelot semble retrouver un peu de l'éclat ancien, du temps de l'alliance entre les elfes et les hommes. Merlin met cependant le roi en garde : la beauté et l'apparente fragilité de la jeune reine cachent une nature bien plus effrayante, dont son nom véritable, Gwenwyffar, " Blanc Fantôme " est le sombre présage.

Alors que des armées de monstres, qu'on croyait vaincues à jamais, se répandent de nouveau sur les terres des hommes, Camelot s'enfonce peu à peu dans la guerre, les complots et les trahisons. E

t chaque fois Guinevere est au centre des intrigues. Entre la Dame blanche et le mage d'Arthur, un combat s'engage pour la survie du royaume.

 

 

 

ET bien d'autres comme ...

 

- La trilogie des elfes  / Jean-Louis Fetjaine

 

L'auteur parle "d'un âge où les hommes n'étaient que l'une des quatre tribus de la déesse Dana, les Tuatha Dê Danann, elfes, nains, monstres et hommes. Et à chaque peuple la déesse avait confié un talisman, symbole de chaque race et garant de sa survie. Les hommes reçurent le Fal Lia, la Pierre de Fal, principe même de la souveraineté, qui gémissait dès qu'un roi légitime s'en approchait. Peut-être est-ce pour cela qu'ils crurent pouvoir dominer le monde... Aux elfes échut le Chau­dron du Dagda, le Graal de la connaissance divine. Aux monstres la lance de Lug, le dieu que les moines appelèrent Lucifer, arme terrible qui ne pouvait étancher sa furie meurtrière qu'en étant plongée dans un chaudron empli de sang. Et les nains reçurent l'Épée de Nudd, qu'ils nommaient Caledfwch dans leur langue rocailleuse et qui devint, dans la bouche des hommes, Excalibur". Extrait du prologue.

 

 

- Le royaume de l'été  (1)/ James A. Hetley

 

Maureen Pierce a un boulot minable, vit aux crochets de sa soeur Jo et est psychologiquement très instable. Sa vie bascule le soir où un inconnu qui semblait vouloir l'agresser est tué sauvagement par un guerrier surgi de nulle part. Une porte sur un monde magique vient de s'ouvrir : le Royaume de l'été, tout droit sorti des légendes celtiques. Dans ce pays où il fait toujours beau vivent les Anciens, descendants de Merlin et d'Arthur Pendragon. Maureen est l'une des leurs, elle détient le Pouvoir : elle devient donc une compagne de choix pour les hommes du Royaume, et une rivale à détruire pour les femmes...

 

 

 

 

 

- Le seigneur de l'hiver  (2)/ James A. Hetley

 

Au creux des failles de la réalité, des portes s'ouvrent parfois vers le royaume de l'été, monde magique tout droit sorti des légendes celtiques. Une bataille entre rêve et réalité, entre les Anciens et l'humanité, a commencé. Le dragon Khe'sha, fou de chagrin, pleure sa compagne assassinée et rumine sa haine contre celle qu'il tient pour responsable : Maureen Pierce, devenue Gardienne de la forêt enchantée. Fiona, la sorcière noire, entend bien profiter de l'occasion pour assouvir ses plans de vengeance. Mais les blessures d'enfance de Maureen sont loin d'être cicatrisées, et elle cherche encore sa place dans ce royaume de magie. Pendant ce temps, sa sœur Jo a choisi de retourner dans le monde des hommes, et poursuit sa lutte au cœur de l'hiver du Maine contre ses démons intérieurs et la figure terrifiante de son père qui hante sa vie et ses cauchemars...

 

 

- Le Cycle de Lyonesse (2 tomes)  de Jack Vance

 

Il y a bien longtemps, sur des îles aujourd'hui englouties sous les flots de l'océan Atlantique, s'étendait une contrée où le royaume de Faërie vivait en harmonie avec celui de la chevalerie, un monde de magnificence, d'aventure et de sombre magie. De ces Isles Anciennes, jadis, les ancêtres d'Arthur Pendragon s'étaient élancés pour atteindre les côtes de l'Angleterre... Et là vivait Suldrun, une princesse dont la beauté mélancolique déchaînait toutes les convoitises ; et pourrait servir l'ambition sans limite de son puissant et malfaisant géniteur, le roi Casmir de Lyonesse. Là vivait Suldrun, qui un beau jour vit surgir des eaux déchaînées le corps presque sans vie du prince Aillas de Troicinet...

Un monument de la fantasy, à ranger aux côtés du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien.

 

- Avalon High : Un amour légendaire / Meg Cabot (+ de 13 ans)

Un roman un peu à part entre romance et fantasy arthurienne...

 

 

 

Le cocktail peut paraître assez improbable: superposer à une histoire d'amour sur un campus du Minnesota les légendes de la Table ronde, à un bel étudiant, capitaine de son équipe de foot, le roi Arthur en personne, et à une jeune fille follement amoureuse de lui, une authentique princesse, semble plutôt hardi !

Les purs et durs vont crier au scandale mais bon...

 

******************************************

 

La fantasy historique, dont fait partie la fantasy arthurienne réinvente des époques précises en y mêlant des éléments surnaturels.

 

Les dates, les personnages et les lieux sont proches du réel mais des éléments de fantasy sont présents : intervention de la magie, présence de créatures surnaturelles...

 

Chaque période de l'histoire peut être représentée...comme par exemple :

 

- Arcadia de Fabrice Colin  qui se passe à Londres au XIX° (+ de 14 ans)

 

Londres, 1872.
Dans le monde d’Arcadia, la réalité a les couleurs du rêve : un royaume idéal, baigné de féerie arthurienne, dans lequel les ministres sont poètes et les artistes sont rois, où le futur est tabou et la mort improbable.
Un jour pourtant, d’étranges présages viennent troubler la sérénité de la belle capitale. Neige bleutée, vaisseau fantôme… Le peintre Rossetti et ses amis se sentent mystérieusement concernés. Cent quarante ans plus tard, dans un Paris agonisant plongé sous les eaux, quatre jeunes gens férus d’art victorien entendent le même appel, et s’apprêtent à déchirer le voile qui sépare les deux mondes.
 

- Le clan des Otori de Lian Hearn qui se passe au Japon à l'époque féodale (+ de 14-15 ans)