Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 06:06
Liana Levi, 2006 / Le livre de poche 2009,

Liana Levi, 2006 / Le livre de poche 2009,

Dans chaque famille, il y a toujours quelqu'un qui paie son tribut pour que l'équilibre entre ordre et désordre soit respecté et que le monde ne s'arrête pas.

 

Voilà un roman que j'ai déjà lu lors de sa sortie et que j'ai été incité à relire suite à la sortie du film, très critiqué que je n'ai pas vu, et aux discussions animées que nous avons eu sur l'auteur dans le cercle de lecture auquel je participe. 

C'est le premier roman de Milena Agus qui a été traduit en français. 

 

Quelle est la part de vérité et de fiction dans ce que l'on nous raconte sur nos ancêtres ? Connaissons-nous véritablement les êtres qui nous sont les plus proches ? 

 

Le dimanche, quand les autres filles allaient à la messe ou se promenaient sur la grand-route au bras de leur fiancé, grand-mère relevait en chignon ses cheveux et elle se rendait à l’église demander à Dieu pourquoi, pourquoi il poussait l’injustice jusqu’à lui refuser de connaître l’amour, qui est la chose la plus belle. En confession, le prêtre disait que ces pensées constituaient un grave péché et que le monde offrait bien d’autres choses, mais pour grand-mère elles étaient sans intérêt.

 

La narratrice nous emmène en Sardaigne autour des années 30, dans les pas de sa grand-mère qu'elle a adoré.

 

Jeune, sa grand-mère est plutôt jolie avec de grands yeux noirs et des cheveux longs magnifiques, mais tout cela ne lui sert à rien car son destin est tout autre et le mal de pierres (les calculs) dont elle souffre, l'empêche de trouver un mari. Enfin pas que...

En fait, c'est peut-être parce qu'elle est trop sensuelle pour l'époque et à la recherche du grand amour.

Alors forcément un mariage arrangé ne peut pas lui offrir cet amour-là avec un grand A.

Ou bien c'est peut-être parce qu'elle est un brin décalée ou folle, si vous préférez, et qu'elle fait fuir tous ses prétendants.

Ou parce qu'elle leur écrit des lettres exaltées qui font rougir de honte sa famille. 

Mais peut-être aussi est-ce parce qu'un jour où on l'a enfermé dans le grenier, elle a coupé ses beaux cheveux noirs avec une vieille paire de ciseaux, ou alors parce qu'elle s'est tailladé les bras, ou alors encore parce qu'un jour, elle s'est jetée de désespoir au fond du puits.

Vous ne le saurez pas...

 

Encore vieille fille à 30 ans, ce qui pour l'époque ne manque pas de faire parler les gens du village, elle finit pourtant par se marier avec un veuf venu se réfugier dans le village après avoir perdu tous les siens lors du bombardement de Cagliari. Il accepte de ne pas consommer le mariage car il fréquente abondamment depuis toujours les filles de joie et s'en contente. Elle accepte son sort et la vie à deux...

Mais son désir d'enfant la ronge et la détruit. Elle va alors accepter de se rendre sur le continent pour une cure censée améliorer son mal.

C'est là-bas qu'elle rencontre celui qu'elle appellera dans ses carnets, "le Rescapé" et dont elle va tomber amoureuse...

 

Grand-mère connut le Rescapé à l'automne 1950. C'était la première fois qu'elle quittait Cagliari pour aller sur le Continent. Elle approchait des quarante ans sans enfants, car son "mali de is perdas", le mal de pierres, avait interrompu toutes ses grossesses. On l'avait donc envoyé en cure thermale, dans son manteau droit et ses bottines à lacets, munie de la valise avec laquelle son mari, fuyant les bombardements, était arrivé dans leur village.

Et dans son coeur, pour la première fois, elle avait remercié Dieu de l'avoir fait naître, de l'avoir sortie du puits, de lui avoir donné de beaux seins, de beaux cheveux et même, ou plutôt surtout, des calculs aux reins.

 

C'est un roman simple et dépouillé, pour ne pas dire minimaliste mais qui en dit long sur la condition de vie des femmes et le peu de considération qu'on leur prêtait. 

La narratrice dévoile par petites touches, au fur et à mesure qu'elle découvre les carnets laissés par sa grand-mère, la personnalité de son aïeule. Le ton est toujours juste mais souvent empli de nostalgie. Le destin de la grand-mère est révélé avec tendresse, un grand sens du détail et beaucoup de poésie.  

 

Au coeur de l'histoire, la Sardaigne prend beaucoup de place.  Le lecteur découvre ainsi cette région isolée, avant et après la guerre, ce qui fait de ce roman une sorte de témoignage à la fois social et historique. 

 

Dans ses carnets secrets où elle satisfait son désir irrépressible d'écrire, la grand-mère livre sans pudeur ses désirs les plus fous, ses fantasmes, son manque criant d'amour, son innocence face aux exigences sexuelles de son mari et surtout, réinvente sa vie. 

Elle nous décrit la place de la femme dans la société de l'époque, la vie quotidienne, le rejet dont elle fait l'objet car elle est différente. Le lecteur découvre ainsi tous les membres d'une famille, sur trois générations.  

Mais quelle est la part de vérité et de rêve dans ses écrits ?

 

Cette femme sensuelle et libre qui réclame l'amour à corps et à cris mais dérange sa famille et les bien-pensants de l'époque ne peut que nous émouvoir quand le lecteur prend connaissance de son tragique destin. 

 

C'est un roman, sans doute en partie autobiographique, qui nous poursuit longtemps, la preuve en est que depuis plus de 10 ans que je l'avais lu pour la première fois, des lambeaux de phrases me revenaient en mémoire au fur et à mesure de ma lecture. Quoi qu'il en soit, impossible de fermer le livre en cours de (re)lecture...

Chroniqué sur ce blog et du même auteur "La comtesse de Ricotta".

 

Je l'avais peut-être aimé de la bonne façon...Quand je rentrais de voyage, elle était déjà dans la rue à m'attendre, je courais à sa rencontre, on s'embrassait et on pleurait d'émotion comme si je revenais de la guerre et pas d'un voyage d'agrément.

La nostalgie, c'est de la tristesse, mais c'est aussi un peu de bonheur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

vivi 22/05/2017 21:54

J'ai lu ce livre il y a quelques années déjà et je n'en garde pas un très bon souvenir... Ou alors je n'ai rien compris...

zazy 14/05/2017 20:44

Je n'ai pas encore lu celui-ci

manou 15/05/2017 07:39

C'est un de ces plus fort texte d'après ce que j'ai pu lire depuis sur les blogs littéraires...mais comme je n'ai pas tout lu :)

L'Espigaou 12/05/2017 10:27

Je l'ai lu, j'avais bien aimé, certains passages se sont un peu effacés (ou atténués) de ma mémoire, tu m'as donné envie de le relire, ce que je vais faire.
Je t'embrasse (je suis toujours en pause)
Maryse

manou 12/05/2017 17:28

Franchement à la relecture, j'ai à la fois eu l'impression de ne rien avoir oublié et de le découvrir autrement car avec quelques années de plus, on ressent les choses différemment...J'ai vu ton mail et je suis contente que tout le monde se porte bien. Tu as bien raison de profiter de ta pause...Gros bisous

Cléo 11/05/2017 01:44

C'est un cas qui semble par bouts désespéré! Par contre, l'espoir revient! J'aime bien, mais je ne note plus de livres, puisque j'en ai déjà trop dans ma liste. Bises et bonne journée !

manou 11/05/2017 07:58

Je comprends bien ! L'important est que tu trouves du temps pour toi avec tout ce que tu as à faire en ce moment :) Bises et bon courage

Rebecca G. 10/05/2017 21:27

Je le note, celui-ci. Il me donne bien envie...

manou 11/05/2017 07:58

Je crois qu'il plaît beaucoup aux femmes et comme il est court mais intense, ça vaut le coup de le découvrir. Bises

lemenuisiart 10/05/2017 20:55

Pas le temps de lire mais cela doit être triste.

manou 11/05/2017 07:59

Je comprends bien Christian...

Rose63 10/05/2017 17:29

Une bonne idée de lecture en effet
Mais je ne lis pas tant que toi

manou 10/05/2017 18:41

Si tu en as envie, tu le liras un jour...On ne fait pas de compétition ma douce Rose et toi tu nous fais des montages superbes que moi je ne sais pas faire :) Bisous et une belle soirée

Maryline 10/05/2017 16:40

J'en ai entendu parler à sa sortie, mais ne l'ai pas lu... Ce sera chose faite dès que possible, le récit que tu en fais y incite!
Merci Manou!
bisous et bonne soirée!

manou 10/05/2017 18:40

C'est gentil ! j'espère surtout qu'il te plaira...il se lit vite et cette histoire de femmes est très belle. Bisous et une douce soirée

Renee 10/05/2017 16:21

Un bouquin intéressant mais comme dit j'en ai tellement en attente en ce moment....je note quand même. Bisousssss

manou 10/05/2017 18:39

Il est très court celui-ci et se lit très vite...mais peut-être préféreras-tu voir le film. C'est toujours différent mais parfois ça donne envie de lire le roman. Bises

barbizon 10/05/2017 15:40

Le film est sorti aussi ici, je ne l'ai pas encore vu mais j'en ai lu du bien, lire le roman est encore mieux, il a même été traduit, c'est une belle et émouvante histoire, la condition des femmes était terrible au siècle dernier, on ne se rend plus compte des progrès que la société a faits, merci pour le partage Manou, bises et belle soirée.

manou 10/05/2017 18:38

Merci de ton ressenti. Je n'ai pas vu le film non plus mais si j'ai l'occasion j'irai le voir. Quand j'ai aimé un roman j'ai souvent peur d'être déçue par le film. Bises et une belle soirée à toi aussi.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -