Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2018 6 06 /01 /janvier /2018 06:37
Fayard 2017

Fayard 2017

Le pick-up. Parfois, cela me revient avec une clarté qui m'étonne. Les vitres salies par la poussière , l'inclinaison du pare-brise, la crasse sur le tableau de bord, l'odeur d'essence, et de pommes pourries, et des chiens. Je ne saurais dire précisément combien de fois je me suis retrouvée enfermée dans le pick-up. Ni la première fois que c'est arrivé, ni la dernière...

A la voir ainsi devant moi, à l' entendre utiliser ce surnom que je n'avais plus entendu prononcer depuis une éternité, je me sentais envahie d'une sorte de chaleur liquide. Comme si toute la tension accumulée en moi avait formé un bloc compact, et que ce bloc n'existait plus.

 

Alors que Lucy Barton vient de subir une opération bénigne, des complications l'obligent à rester plus longtemps que prévu à l'hôpital.

Lorsqu'elle émerge de son sommeil, c'est sa mère qu'elle retrouve assise auprès d'elle, sa mère...qu'elle n'avait pas revu depuis ses années d'étudiante. 

 

Tandis que celle-ci, au lieu de donner des nouvelles de la famille, ou d'en demander de la sienne, s'enfonce pendant cinq jours durant, dans des commérages sans fin touchant  la vie de personnes de leur entourage commun, Lucy se retrouve plongée bien malgré elle, dans des souvenirs d'enfance.

De vieilles blessures refont surface...

 

Elle nous raconte alors, son enfance dans une petite ville de l'Illinois où la famille, d'une extrême pauvreté, est installée dans le garage de la minuscule maison de l'oncle.

Une enfance, différente de celle des autres où, pour fuir les conditions de vie de la famille, la petite Lucy préfère rester seule à l'école, près du chauffage pour y faire ses devoirs, puis, lorsque les devoirs sont finis... pour lire.

Une enfance où elle a honte de sa condition sociale, de son père trop rigide, de sa mère qui ne sait pas aimer ses enfants...mais qui leur permet tout de même de survivre au quotidien, c'est déjà ça.

Une enfance, où les autres lui font trop souvent sentir qu'elle n'est pas comme eux.

Une enfance qu'elle veut oublier maintenant qu'elle s'en est sortie, qu'elle est devenue écrivain et qu'elle vit à New York, et surtout qu'elle n'a plus aucun lien ni avec sa famille, ni avec sa fratrie...

Est-on obligé de fuir les siens, parce qu'on veut réussir sa vie ?

 

Peu de mots, des phrases et des chapitres très courts donnent une ambiance particulière à ce roman. Il m'a à la fois terriblement touché par moment, et complètement laissé indifférente, voire ennuyé dans d'autres...

Les souvenirs reviennent par flashes et donnent lieu à de nombreux retours en arrière, entrecoupés de scènes de vie à l'hôpital. 

J'ai trouvé que certains sujets (peut-être trop douloureux pour l'auteur si ce roman est autobiographique) auraient mérité d'être davantage développés. Lors de la lecture, le lecteur croit qu'ils vont être à nouveau abordés plus loin, mais il n'en est rien...

 

J'ai donc un avis mitigé sur ce roman.

Pourtant les thèmes abordés m'intéressaient : la construction de soi, le poids des fantômes du passé, les relations mère-fille, des relations qui, dans ce roman, sont à la fois complexes, emplies de non-dits et tellement humaines.

Lucy est attachante et sa recherche personnelle qui aboutira des années après cet épisode, à la faire changer de vie, ne peut nous laisser indifférents.

C'est de plus une lecture courte, facile à lire, une histoire simple et sensible qui aurait pu pour moi être un vrai coup de cœur tant certaines phrases sont belles et touchantes...mais comme je vous l'ai dit, je n'ai pas accroché avec d'autres passages. 

 

Aux Etats-Unis, il a été considéré comme un chef-d'oeuvre...pas pour moi, mais je reconnais que je l'ai lu avec plaisir et que je suis contente d'avoir découvert cet auteur et son écriture toute en délicatesse et retenue.

Je lirai donc votre avis avec grand plaisir si vous le lisez un jour. 

 

J'ai cessé d'écouter. C'était le son de la voix de ma mère dont j'avais besoin : ce qu'elle disait n'avait pas d'importance. Alors j'ai écouté le son de sa voix ; avant ces trois derniers jours, je ne l'avais pas entendue depuis longtemps et elle était différente. Ou peut-être était-ce mon souvenir qui était différent car, d'habitude, le son de sa voix me crispait. Tout le contraire de ce que j'entendais là, avec ce sentiment pressant, cette urgence.

Partager cet article

Repost0

commentaires

keisha 03/07/2020 13:35

J'ai noté ton billet, exact, ce n'est pas mon préféré des trois (Amy et Isabelle est à part de toute façon) et Tout est possible éclaire un peu tout ça.
Et je te recommande Olive Kitteridge

manou 03/07/2020 13:51

Merci pour ces conseils, j'ai noté dans mon carnet car comme je te l'ai dit j'avais totalement oublié cet auteur...belle fin de journée

Mimi 10/01/2018 09:17

Je l’ai déjà croisé ici et là mais je n’ai jamais réussi à m’accrocher au point de le lire et j’avoue qu’après la lecture de ton ressenti, l’envie n’est toujours pas là. Pourtant le thème de la réussite sociale qui creuse les écarts même à l’interieur D’une famille est très intéressant...

manou 07/01/2018 08:31

MERCI à tous pour vos commentaires...Si vous le lisez je viendrai voir votre avis avec grand plaisir ! Bon dimanche...

Philippe D 06/01/2018 21:14

Je ne connais pas du tout et, d'après ce que tu en dis, je peux passer, ma PAL est suffisamment fournie comme ça ! Bon dimanche.

Gomez Victoria - Lynn 06/01/2018 20:00

coucou les lecteurs des différents pays ont sans doute des sensibilités différentes ; bisous

Floralie 06/01/2018 18:49

Bonsoir ma douce Manou,
Personnellement je n'accroche pas vraiment, je pense qu'il y a des souvenirs qui se réveillent en lisant ce livre !
Gros gros bisous ma douce Manou et bonne soirée !

marine D 06/01/2018 16:24

Fuir les siens, c'est une idée qui me fait craindre que l'on n'en ai pas ressenti toute la portée ou que parfois on donne trop d'importance à ses souvenirs... C'est quand nos parents ne sont plus que l'on sait que le manque sera parfois très grand...
Bonne année Manou

barbizon 06/01/2018 16:17

Bonjour Manou, je te souhaite une excellente année remplie de bonheur et bien sur de bonnes lectures que tu nous feras partager! Tu n'as pas trop aime ce livre, peut-être qu'il a été mal traduit...ça m'est déjà arrive de lire des livres traduits de manière exécrable, bâclée..de quoi faire bondir l'auteur. En général, j'aime assez bien la littérature américaine, alors je vais essayer de me le procurer. Merci Manou. Bises et non week-end.

Renée 06/01/2018 14:51

Non mais on les fuit pour oublié les blessure subie sans aucun doute. Bisousssss

cathycat 06/01/2018 13:17

Un sujet intéressant mais la sauce n'a pas pris cette fois-ci. C'est une belle découverte quand même... Bisous

Thaddée 06/01/2018 13:10

Coucou Manou, peut-être un livre un peu difficile à lire pour moi en ce moment, parce que fuir les siens, alors que je voudrais tant les retrouver ...

L'Espigaou 06/01/2018 12:58

Je note immédiatement ce livre.
Mardi je vais en ville et bien sur chez mon libraire .
Passe une belle journée
Bisous
Maryse

Maria-Lina 06/01/2018 12:44

Merci pour ce beau partage! Bise, bon week-end tout doux!

lemenuisiart 06/01/2018 12:35

J'aime beaucoup cette couverture

Maryline 06/01/2018 12:25

Le thème m'intéresse, ton avis est mitigé, mais je vais essayer de me le procurer en bibliothèque pour me faire ma propre idée.
Merci Manou!
Bisous et bon week-end!

Colette 06/01/2018 12:06

Les sujets abordés dans ce livre m'intéressent vivement, peut être me laisserais je tenter après avoir épuisé ma pile ! j'ai été gâtée à Noël !!
Merci pour les crozets ! je les avais rayés de ma cuisine à cause du blé bien sûr mais sans remarquer qu'ils existaient au sarrazin ! bel après midi ! Bises

domi 06/01/2018 11:57

Tes bémols n'incitent pas vraiment à acheter cet ouvrage et le fait que les Américains l'aiment n'est pas pour moi une excellente référence... en tous cas tu joues parfaitement ton rôle de critique modéré et objectif, bravo

danielle 06/01/2018 10:40

la notion de chef-d'oeuvre... modulable selon l'époque et le lieu. et le lecteur :)

Doc Bird 06/01/2018 10:34

Les sujets abordés semblaient pourtant intéressants, mais ton avis me donne moins envie de le lire, vu que tu t'es ennuyée par moments. J' essayerai peut-être de le lire si je le vois à la médiathèque. Bon week-end !

ecureuilbleu 06/01/2018 10:19

Bonjour Manou. Ton avis mitigé ne m'incite pas à le lire dans l'immédiat. Ma pile en attente est déjà bien haute. Bonne journée et bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -