Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 06:05
Grasset, 2016

Grasset, 2016

Il ne sait pas qu'ils n'ont jamais tiré que sur des cibles en papier. Comment pourrait-il imaginer que, la première fois qu'elle a sorti son arme en service, elle a appelé ses parents pour le leur dire ? Il a le regard vide des torturés auxquels on a ravi à jamais la possibilité de faire confiance.

 

Ils sont gardiens de la paix. Ils ont eu une journée difficile et voilà, alors que le soir s'annonce déjà, qu'on les appelle en renfort.

Virginie est épuisée car elle reprend à peine le travail après un congé parental, et de plus, elle sait que le lendemain l'attend une journée encore plus terrible, vous verrez pourquoi en lisant le roman. Mais elle a accepté la mission sans savoir de quoi il retournait.

Erik et Arsène l'accompagnent. 

Tous trois doivent maintenant prendre en charge un réfugié en situation irrégulière et le reconduire à la frontière, c'est-à-dire à l'aéroport, où il sera récupéré par des escorteurs.

Ce n'est pas une mission habituelle, car c'est la COTEP (Compagnie des Transferts, Escortes et Protections) qui est responsable du transfert, mais ce soir-là est spécial, puisque tous ont été appelés en renfort, suite à un incendie au Centre de Rétention de Vincennes.

 

En douce, durant le trajet vers l'aéroport, Virginie ouvre le dossier pour simplement en savoir davantage sur cet homme mutique et résigné. Elle comprend tout de suite que le retour au pays pour cet homme, est synonyme de mort... 

Asomidin Tohirov est-il vraiment militant pour les droits de l'homme dans son pays ? 

 

Lorsque Virginie réalise qu'elle a été sa vie et ce qu'elle sera là-bas, dès son retour chez lui, elle tente de persuader ses compagnons de le laisser s'évader.

Mais là-bas à l'aéroport, les attendent les escorteurs...

Leurs mains vont et viennent sur les documents qu'ils aplatissent, tapotent contre leurs genoux, retournent de leurs poignets épais où perce une menace. L'intimidation est déjà toute entière dans ces mains sûres qui ne trembleront pas le moment venu, s'il faut contraindre. Ils doivent être de ceux qui mettent un point d'honneur à ne pas donner de coups...

 

L'auteur décrit avec beaucoup de psychologie, l'ambiance tendue de ce huis-clos intimiste, qui se déroule le temps d'un trajet en voiture vers l'aéroport et de quelques haltes.

Dans cette voiture, les quatre protagonistes ne sont pas seuls. Nous sommes là, assis à leur côté, assistant impuissants aux événements.

Par petites touches successives, l'auteur nous fait entrer avec beaucoup de réalisme et de finesse dans le ressenti des personnages. Peu à peu, nous comprenons les doutes des policiers, nous ressentons leurs contradictions, leur profond désir d'humanité mais aussi le carcan dans lequel ils sont enfermés : ils ont fait le serment de servir la France...

Nous tremblons avec le réfugié tadjik, dont le silence poignant est encore plus expressif que son langage corporel, mais aussi parce que ses regards et son incapacité à réagir, en disent long sur ce qu'il a subi chez lui. 

 

Il meurt un homme par seconde. Il en va de lui comme de tous les autres. Un bourreau n'est pas un assassin. Cet homme est tadjik mais demain il sera angolais, irakien, afghan, syrien, tamoul, kurde, ivoirien. Personne n'a dit qu'il fallait être indifférent, mais on ne peut pas se sentir responsable du sort de chaque être humain qu'on rencontre. Pourquoi accorder plus d'attention à celui-ci qu'à un autre ?

 

Virginie est le personnage central du roman, celle par qui tout arrive...

Pour les policiers, la désillusion par rapport à leur métier est là, mais ils savent qu'ils doivent faire leur travail, aller jusqu'au bout, même si leur conscience leur dicte de faire le contraire et, cette prise de conscience, emplie de contradictions, est très douloureuse.

 

Elle était entrée dans la boîte parce que son propre père y travaillait, parce qu'elle aimait l'ambiance fraternelle qui régnait entre collègues lorsqu'ils venaient dîner à la maison, parce que la police est une grande famille, qu'elle voulait aider les gens et chasser le bandit.
...
Mais ce soir c'est trop pour elle. Cette nuit, dans ce véhicule à hauteur de Nogent-sur-Marne, la situation n'est pas franche. La mort s'est assise entre eux dans cette voiture.

 

C'est un roman qui se lit d'une traite et qui peut être lu dès l'adolescence, car il est très court et très facile à comprendre, tout en étant très fort en émotions.

De plus, il invite le lecteur à s'interroger sur ce métier humainement difficile. 

C'est donc un livre court, mais profond et percutant, qui suscitera chez les jeunes de nombreux débats.

 

Hugo Boris est l’auteur de quatre romans très remarqués aux éditions Belfond, "Le Baiser dans la nuqu" (2005), "La Délégation norvégienne" (2007), "Je n’ai pas dansé depuis longtemps" (2010) et "Trois grands fauves" (2013). Tous sont disponibles chez Pocket.

Il a été assistant réalisateur sur plusieurs documentaires à la télévision, travaille dans une école de cinéma le jour et écrit la nuit.

C'est le premier livre que je lis de cet auteur et cela me donne envie de poursuivre en faisant connaissance de ces autres écrits.

Encore un auteur à découvrir donc ! 

Erik prend à son compte leur mauvaise réaction,qui partait d'une bonne intention, stupide, regrettable, mais d'une bonne intention quand même.

On est pas là pour être aimé,reprend-il pour ne pas s'embourber.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Audrey - Que Lire ? 10/10/2016 18:59

On l'a acheté pour la bibliothèque. Je me réjouis de le lire, mais il m'a filé entre les doigts ! Oh je suis furieuse!!!! C'est vraiment un sujet d'actualité et qui m'intéresse beaucoup. Merci de me faire saliver :)

manou 11/10/2016 07:28

Tu auras d'autant plus de plaisir à le lire :) Moi j'ai trouvé que le sujet était abordé de façon subtile et très intéressante. Tu me diras si tu penses comme moi qu'on peut le proposer à des grands ados...Une belle journée

missfujii. 10/10/2016 17:31

Un métier très difficile, je devrais aimer ce livre

manou 10/10/2016 18:06

Oui je pense aussi qu'il pourrait te plaire en plus si tu es en contact avec des jeunes de plus de 16 ans, tu peux leur en conseiller la lecture

Yv 10/10/2016 11:14

Une belle lecture pour moi aussi qui découvrait ici l'auteur

manou 10/10/2016 11:58

Je l'ai découvert grâce à Zazy puis peu après je suis tombée sur ta chronique qui a fini de me décider. Merci !

écureuil bleu 10/10/2016 01:44

Ce livre a l air très intéressant mais j en ai déjà beaucoup à lire.

manou 10/10/2016 07:05

Je comprends ! La mienne me désespère...mais au moins on a le choix selon notre humeur du moment, c'est ce qui compte. Bisous

L'Espigaou 09/10/2016 12:10

Le même cas de conscience que dans "un gout de cannelle et d'espoir" où le policier préfère donner sa démission plutôt que d'être à nouveau obligé de reconduire à la frontière ces malheureux.
Policier est un métier très difficile surtout en ce moment.
Passe un beau dimanche
Je t'embrasse fort
Maryse

manou 09/10/2016 14:06

Il faut absolument que je le lise ce roman d'autant plus que je suis sûre qu'il me plaira...
Je t'embrasse moi aussi et je te donne rendez-vous à demain car...je parle de toi :) Mais e bien évidemment et que cela ne t'empêche pas de passer un bel après-midi.

CathyRose 09/10/2016 07:08

Un livre d'actualité qui évoque un métier pas facile de nos jours, et comment on peut être tiraillé entre la loi et les décisions prises par la justice d'une part, et sa conscience et son humanité d'une autre part ...!
Bon dimanche, bisous !
Cathy

manou 09/10/2016 14:08

J'ai trouvé aussi que le thème était d'actualité et que ce roman était abordable dès 15 ans ce qui était une bonne chose pour rétablir aussi un certain respect pour ce métier pas facile du tout en ce moment. Bises et bon après-midi

lemenuisiart 08/10/2016 21:26

C'est sur pas un métier facile mais il y a tant à raconter

manou 09/10/2016 07:09

Un livre facile à lire celui-là, même pour ceux qui n'aiment pas lire...

zazy 08/10/2016 20:24

Oui, un bon livre tout public

manou 09/10/2016 07:08

Il fera son chemin celui-là aussi...peut-être davantage par le bouche à oreille et les blogs que par les médias parce que pour l'instant je n'en ai pas beaucoup entendu parler à part chez toi et chez Yv. Bon dimanche

Rose63 08/10/2016 20:20

Je te souhaite un beau dimanche à venir
MERCI POUR LA SUGGESTION :)

manou 09/10/2016 07:07

Merci beaucoup Rose et passe toi aussi un merveilleux dimanche.

Cléo 08/10/2016 15:10

Celui-là, je le met dans ma liste! Wow! J'en suis chavirée juste à lire ton billet! Bises et bon week-end !

manou 08/10/2016 19:11

Merci beaucoup Cléo. J'espère qu'il te plaira et que tu ne seras pas déçue. Bises et une bon week-end à toi aussi

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est le printemps maintenant !

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -