Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 07:07
Gallimard Folio n°6052, 2016

Gallimard Folio n°6052, 2016

Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. Il nous arrivait toutes sortes d’histoires, chez nous et à l’extérieur, jour après jour : mais je ne crois pas avoir jamais pensé que la vie qui nous était échue fût particulièrement mauvaise. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.

 

Il s'agit du premier tome d'une saga constituée de quatre volumes dont le quatrième vient de paraître en Italie.

Voilà qu'alors que j'écris ces lignes, j'ai déjà commencé la lecture du second tome "Le nouveau nom" que, par miracle, je viens d'emprunter à la médiathèque.

Il m'attendait là, tout seul sur l'étagère des nouveautés et personne dans l'après-midi ne l'avait emprunté parce qu'il était trop gros, oui c'est cela...trop gros !

 

Mais quelle saga et quelle découverte que cet auteur dont je n'avais jamais entendu parler avant le printemps de cette année, un auteur qui d'ailleurs préserve son identité... En effet, personne ne sait qui se cache derrière ce pseudonyme d'Elena Ferrante. De quoi attiser encore plus notre curiosité et nous donner envie d'entrer dans ses écrits.

 

Je vous assure que vous ne le regretterez pas !

 

Personne n’a jamais vu sa tête, ni entendu sa voix, son identité est un mystère. Avant la publication de son premier livre, elle avait écrit : «Je pense que les livres, une fois qu’ils sont écrits, n’ont pas besoin de leurs auteurs. S’ils ont quelque chose à dire, ils trouveront tôt ou tard des lecteurs.» On a dit que derrière le pseudonyme pouvait se cacher un homme, l’écrivain Domenico Starnone. Certains indices permettent de penser que c’est plutôt une femme qui a été mariée et a eu des enfants. Elle serait née dans la région de Naples et vivrait en Grèce.

Libération "Saga Ferrante"

 

L'histoire se passe dans un quartier pauvre de Naples dans les années 50-60, juste après la seconde guerre mondiale.

Dans ce quartier vivent plusieurs familles, toutes aussi misérables les unes que les autres, avec une ribambelle d'enfants à nourrir et aucun confort dans les habitations aux plafonds tachés d'humidité et aux peintures délavées qui s'ouvrent sur des ruelles ou des cours intérieures vétustes et sombres.

Les pères sont épuisés par leur travail et les mères restées au foyer n'arrivent pas à joindre les deux bouts.

 

Là, deux petites filles du même âge deviennent amies.

 

Il y a d'abord Raffaela, que l'on surnomme Lila, l'amie prodigieuse. C'est une petite fille brillante à l'école, mais au caractère difficile et qui ne se laisse pas faire, malgré son apparente fragilité.

Lila est LA plus courageuse, LA plus douée, LA plus belle...si elle en a envie, car là est bien le problème ! 

 

Puis il y a la narratrice, Elena, que l'on surnomme, Lenuccia ou Lenù. Elle est craintive et timide, n'ose pas prendre la parole, doute d'elle-même. Mais elle est avant tout sérieuse et studieuse.

Je décidai que je devais copier cette petite fille et ne jamais la perdre de vue, même si cela l'agaçait et si elle me repoussait.

 

Elena, la narratrice nous raconte la vie dans son quartier, la pauvreté des habitations, leurs jeux et peurs d'enfants, l'école et la compétition que les maîtres et maîtresses tentent de mettre en place pour les stimuler, en leur faisant honte de ne pas savoir devant les autres, car ils savent que l'orgueil est leur défaut numéro un. 

 

C'est elle qui parle de son admiration sans bornes pour Lila, de cette impression que sans elle, elle n'est plus rien. 

 

Pourtant toutes deux sont très intelligentes. Elles aiment passionnément les histoires et leur institutrice fera tout pour leur permettre de poursuivre leurs études. 

Mais malheureusement Lila, dont le père est cordonnier, ne pourra pas voir aboutir son rêve : après l'école primaire, elle devra aller travailler pour aider sa famille.

Celle d'Elena, par contre, fera des sacrifices pour qu'elle puisse faire honneur à la famille alors que son père n'est que portier. 

 

Leur amitié n'aura de cesse que de connaître des hauts et des bas, des moments de rapprochement et de compréhension mutuelle et des moments de compétition, d'envie ou même de jalousie...

 

Lenù poursuivra ses études au collège puis au lycée, ce qu'elle aurait tant voulu vivre avec son amie, alternant des phases d'enthousiasme et de découragement, des moments de liberté, suivis par des moments de solitude où son amie lui manque à en mourir...

Je pensais à Lila et moi, à cette capacité que nous avions toutes deux quand nous étions ensemble de nous approprier la totalité des couleurs, des bruits, des choses et des personnes, de nous les raconter et de leur donner de la force.

Lila continuera un temps, en dehors de son travail, à lire en cachette ou à faire réviser Lenù, mais elle se fiancera très jeune... 

Elle est si exclusive et a un caractère si tranché, qu'elle peut devenir parfois très méchante. Elle sait faire souffrir son entourage ou l'humilier mais Elena restera malgré tout son amie. Elle sera d'ailleurs la seule à toujours chercher à la comprendre, et à la protéger des autres et d'elle-même. 

 

Le premier tome s'arrête sur un événement susceptible de faire exploser l'équilibre précaire du quartier...alors que Lila vient tout juste de se marier. 

Seule Lila me manquait, Lila qui pourtant ne répondait plus à mes lettres. J’avais peur qu’il ne lui arrive quelque chose, en bien ou en mal, sans que je sois là. C’était une vieille crainte, une crainte qui ne m’était jamais passée : la peur qu’en ratant des fragments de sa vie, la mienne ne perde en intensité et en importance.

 

J'aimerais pouvoir lire plus souvent des romans aussi intenses que "L'amie prodigieuse".

En abordant cette lecture, je me suis questionnée pour savoir s'il s'agissait d'un roman ou d'une autobiographie puisqu'une des deux fillettes s'appelle Elena comme l'auteur. Et puis au bout de quelques pages, il m'a semblé que cela n'avait aucune importance tant les propos de l'auteur semblaient réels.

C'est un roman proche du témoignage social à la fois roman sur l'amitié, sur l'amour et récit de vie d'un quartier pauvre de Naples au temps de son éveil économique, au sortir de la période fasciste où tous espèrent enfin, un monde meilleur. 

 

L'amitié est au coeur du roman. Toujours passionnelle et fusionnelle, souvent exclusive, parfois teintée de jalousie, et très souvent de pudeur, elle joue un rôle important dans la construction de la personnalité des deux fillettes qui vont ainsi devenir des adolescentes, belles et différentes, forgées par leur vie quotidienne au sein  de leur famille et des us et coutumes de leur quartier, mais qui passeront leur temps à se comparer l'une à l'autre.  

 

Car le quartier est à mes yeux largement aussi important que les sentiments qui unissent ou divisent les deux jeunes filles. Dans ce quartier pauvre où l'argent confère le pouvoir et attire le regard des filles, le vivre ensemble et une certaine solidarité, unissent pourtant les êtres et limitent les rancoeurs, voire les haines bien présentes.

Dans ce quartier, les jeunes filles doivent marcher les yeux baissés, ne pas attirer le regard des hommes, ne pas leur être supérieures en étant trop intelligentes. Les femmes sont soumises, au père, au mari et même aux frères.

 

Tout à coup les cris cessèrent, et quelques instants plus tard mon amie vola par la fenêtre, passa au dessus de ma tête et atterrit derrière moi, sur le bitume.
Je restai bouche bée. Fernando se mit à la fenêtre, hurlant toujours d'horribles menaces à sa fille. Il l'avait lancée comme un objet.
Je la regardai consternée tandis qu'elle tentait de se relever et me disait avec une moue presque amusée: "Je ne me suis même pas fait mal!"
Mais elle saignait et s'était cassé le bras.
Les pères pouvaient faire cela et bien d'autres choses encore aux petites filles impertinentes.

 

Les garçons deviendront de vrais hommes capables de se battre entre eux ou de battre leur femme si besoin sans que personne ne trouve rien à redire. C'est sur eux que repose l'honneur de la famille et ils n'hésiteront pas à le défendre s'il le faut ou à se battre s'ils jugent leur orgueil bafoué. 

Dans ce quartier-là, on travaille, on ne se tourne pas les pouces à étudier et on parle le dialecte napolitain et non pas l'italien appris à l'école !

Et attention à tous les coins de rue, la violence règne et l'argent attire les convoitises. 

 

Le style est simple, facile à lire, car riche en dialogues souvent savoureux et très imagés.

C'est un roman émotionnellement très fort car très vivant, parfois drôle, empli de l'énergie vitale de ses personnages, de leurs rêves, de leurs espoirs et de leurs douloureux échecs. C'est à la fois un roman populaire et une fresque  sociale et psychologique richissime.

Car au-delà des deux attachantes héroïnes, il y a tout un lot de personnages secondaires, tous biens présents, et dont l'auteur va aussi dévoiler le caractère.  

Les personnages sont nombreux mais faciles à identifier d'autant plus qu'un index en début d'ouvrage vous aide à le faire ( je n'ai eu besoin de m'y référer qu'une seule fois).

Le lecteur entre dans leur vie comme s'ils faisaient partie de leur quartier et suit les hauts et les bas de leur existence malmenée par cet environnement particulier.

 

Un immense plaisir de lecture que j'espère retrouver dans les autres tomes de la saga. 

Vous pouvez lire l'avis de Mimi ci-dessous...

 

Lila fut obsédée jusqu'à la fin de l'été par un concept unique, assez insupportable pour moi. J'utilise la langue d'aujourd'hui et j'essaie de résumer ainsi : il n'y a pas de gestes, de mots, de soupirs qui ne contiennent la somme de tous les crimes qu'ont commis et que commettent les êtres humains.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marine D 25/09/2016 10:33

Tu donnes vraiment envie de lire ce livre si bien présenté Manou
Bon dimanche

manou 01/10/2016 12:18

Merci Marine. je vois ton message aujourd'hui à peine et je m'en excuse. Je crois que l'avis des lecteurs sur cette saga est unanime. Bon week-end

missfujii. 21/09/2016 16:05

J'aime bien lire les sagas, si elles sont volumineuses ça ne me dérange pas du moment que l'histoire est intéressante et bien écrite

manou 21/09/2016 17:53

Je ne suis pas la seule à l'avoir adoré ! Mimi est aussi de mon avis...Alors tu ne seras pas déçue...Belle soirée

Velidhu - Que lire ? 19/09/2016 15:51

Il faut que je le lise. Mes amis bénévoles de la bibliothèque n'arrêtent pas de m'en parler !

manou 19/09/2016 16:33

Tu le liras un jour et si tu te régales, il vaut mieux attendre que les autres tomes de la saga soient disponibles sinon tu vas faire comme moi, tu va enrager d'être obligée d'attendre leur sortie ! Belle soirée

CathyRose 19/09/2016 07:04

Il est sur ma liste de livres à acheter, ainsi que sa suite ! J'ai lu beaucoup de critiques positives sur les blogs, et je vous fais plus facilement confiance qu'aux critiques littéraires dont c'est le métier !
Belle semaine, bisous !
Cathy

manou 19/09/2016 09:55

"Mariage pluvieux, mariage heureux" dit-on chez nous ?!

CathyRose 19/09/2016 08:02

Le mariage s'est bien passé, malgré le froid et la pluie, merci Manou !
Belle semaine, bisous !
Cathy

manou 19/09/2016 08:01

Il est magnifique ! Et je viens de finir le tome 2 dont je parlerai dans la semaine...J'espère que tu as passé un merveilleux weekend en famille et que le mariage s'est bien passé. Bisous et bonne journée

Dany 18/09/2016 15:53

Merci pour ton beau texte sur ce livre, j'hésitais à me le procurer mais maintenant tu m'as donné très envie de le lire!

manou 18/09/2016 19:39

Ton commentaire est trop gentil ! C'est un livre passionnant...ceci explique sans doute mon enthousiasme. Merci de ta visite. J'espère que tu vas bien. Bonne soirée

Clara65 18/09/2016 07:27

Cela a l'air vraiment passionnant et en te lisant je me disais que pas grand-chose n'avait changé à Naples.
J'ai vu des reportages sur cette ville, beaucoup d'enfants ne sont pas scolarisés de nos jours et travaillent au noir pour aider leur famille. La misère économique et sociale y règne toujours.
Juste rentrée de mon escapade, je passais te souhaiter un très bon dimanche.

manou 18/09/2016 08:15

Oui tu as raison j'ai vu aussi que la misère régnait encore dans les quartiers pauvres et nous n'en sommes pas encore là mais parfois quand je vois la pauvreté qui augmente en France je me dis que nous n'en sommes pas loin. Je suis venue voir si tu étais rentrée hier ! J'espère que tes quelques jours de vacances t'ont fait du bien. Bisous et bon dimanche

écureuil bleu 17/09/2016 22:41

Bonsoir Manou. Je vais attendre que tu aies lu les autres tomes et puis je l'emprunterai à la bibliothèque car cette histoire devrait me plaire. Bisous

manou 18/09/2016 08:17

C'est tellement proche du témoignage que je suis sûre que cela te plaira...Les deux bibliothèques que je fréquente, celle qui est en ville et celle de mon petit village ont acheté les deux premiers tomes. Le troisième ne va pas tarder à paraître en France et le quatrième vient à peine de paraître en Italie : il va nous falloir attendre... Bisous et bon dimanche

Renee 17/09/2016 15:19

je vois que tu aime lire alors je te conseille aussi Yem, le grand rif puis la suite Yem la liberté.......je suis en train de finir le 2ème et hier j'ai lu jusqu'à 4 heure du mat tellement j'étais prise dans l'histoire qui est tirée de fait rél. Bisousssss je garde sous le coude ta découverte

manou 17/09/2016 19:55

J'avais déjà noté le tome 1, Yem le grand rift dans ma liste en attent. Je crois que c'est Bernie qui en avait parlé sur son blog. Mais comme je ne l'ai jamais trouvé en médiathèque, j'attend qu'il paraisse en poche...ce qui ne devrait pas tardé ou alors je l'achèterai en version numérique. Merci de me faire part de ton enthousiasme ainsi vous êtes déjà deux :) Bises et une belle soirée

L'Espigaou 17/09/2016 14:52

C'est le genre de roman que j'aime.
Bien sur que je vais me le procurer,
Merci d'en avoir parlé, comme je n'ai pas toujours beaucoup de temps à passer en librairie pour lire tous les résumés de tous les livres, je me fie à ceux que toi et d'autres copines nous parlent.
Je viens de terminer "la couleur du lait" dont Cathy avait parlé sur son blog.
C'est un délice.
J'en parle sur mon prochain billet.
Je t'embrasse
Maryse

L'Espigaou 17/09/2016 20:24

Même mon mari a adoré, il a lu en un après midi.
Moi je lis moins vite sauf lorsque j'aime moins.
Bisous
Bonne soirée
Maryse

manou 17/09/2016 19:58

Je fais ça aussi...je fais une synthèse de tous ceux qui me tentent et ensuite je surligne les priorités. Parfois aussi je me laisse porter par ce que je trouve en Médiathèque quand je ne connais pas l'auteur.. J'ai entendu parler de "la couleur du lait" dans mon cercle de lecture par deux des membres. Et je l'ai donc déjà noté dans ma liste ! Je languis de lire ton avis. Bisous et une douce soirée.

Maria-Lina 17/09/2016 14:41

Cette série semble superbe, merci pour ce beau partage! Bise, bon samedi tout doux!

manou 17/09/2016 19:58

Oui une belle saga, et de plus bien traduite, ce qui est un plus. Bisous et bon weekend

Nell 17/09/2016 14:38

L'enthousiasme à la lecture de ce livre est vraiment extraordinaire chez toi, Manou et je comprends combien tu as dû être touchée par cette histoire. Je le note et le réserve pour mes prochaines lectures: tu m'as trop donné l'envie de le sonder. Je te souhaite un merveilleux week-end et t'embrasse.

manou 17/09/2016 20:03

Merci Nell ! Cette histoire est magnifique et c'est Mimi qui m'a donné envie de la mettre en priorité sur ma liste :) Oui il m'a touché parce que ces deux jeunes filles sont inoubliables. Tu le verras quand tu auras le temps de le lire. Toi aussi passe un excellent weekend. Gros bisous

Cléo 17/09/2016 12:45

C'est noté sur mon téléphone : j'en suis rendue à une douzaine de suggestions de lecture pour ma retraite et j'en aurai bien d'autres d'ici là (16 mois). Merci de la belle narration que tu fais et ton enthousiasme contagieux! Bises et bon week-end!

manou 17/09/2016 20:05

Merci Cléo ! C'est bien vrai à la retraite on a le temps de lire...selon les périodes, car parfois c'est l'inverse ! Bises et belle soirée toute douce. Tu verras ces 16 mois vont passer à toute vitesse. Ne te languis pas trop il faut profiter aussi de la vie professionnelle car elle nous apporte autre chose.

Maryline 17/09/2016 12:08

Je l'avais déjà en note dans mon petit carnet....
Bisous
Maryline

manou 17/09/2016 20:06

Hi hi alors c'est que je ne me suis pas trompée : il est vraiment bien :) Bisous et belle soirée

cathycat 17/09/2016 11:28

Ah mais oui ! je n'avais pas vu que c'était un folio !... adopté !! :-)

manou 17/09/2016 12:03

Moi aussi j'ai acheté le tome 1 en poche :)

cathycat 17/09/2016 11:27

Je l'ai noté, tu donnes très envie de le lire. Et puis j'aime ces histoires d'enfance et cette époque. Je vais tâcher de le trouver rapidement, j'espère qu'il existe en poche... Bisous et merci pour ce bel article.

manou 17/09/2016 12:03

Bon tu as trouvé la réponse toute seule et je pense que le tome 2 paraîtra en poche cet hiver, si l'histoire te plaît ! Je languis de connaître ton avis :) Bises et beau weekend

danièle 17/09/2016 10:20

on sent à la lecture de ton article que ce livre ne t'a pas laissé indifférente, il t'a passionnée et tu transmets très bien ta passion, une saga à lire!
très belle journée, bises
danièle

manou 17/09/2016 12:02

C'est une histoire magnifique et la façon dont la narratrice en parle est très proche du témoignage ce qui donne lui beaucoup de force. C'est une saga à lire, c'est sûr ! Bisous

Mimi 17/09/2016 09:33

Quel enthousiasme et comme je le partage ! Oui c'est une vraie fresque sociale et les nombreux personnages ne gênent en rien la lecture. Au contraire, ils multiplient le regard sur ce quartier de Naples où règne la misère et la débrouille. Et pour moi, c'est l'amitié indestructible (du moins dans ce premier tome, apres je ne sais pas) de ces deux filles qui brille au-dessus de tout ce capharnaüm. Vraiment un tres tres tres bon roman... Bisous Manou et bon week-end.

manou 17/09/2016 11:43

C'est toi qui m'a décidé à en aborder cette lecture et je suis en train de lire le second tome, sans savoir quand va paraître le troisième que je lirai c'est sûr. j'en suis convaincue aujourd'hui. Cette histoire sonne si juste...Bisous et bon weekend

Quichottine 17/09/2016 09:27

Tu me donnes envie de le lire... je le note, pour quand je vais avoir un peu plus de temps.
Bisous et douce journée Manou.

manou 17/09/2016 11:41

C'est une très belle histoire d'amitié mais c'est sûr que si tu veux lire tous les tomes il faut prévoir un peu de temps...et tu ne peux pas tout faire. Bisous à toi et un bon weekend

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -