Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Quand le crabe en pince pour moi / Martine Martin-Cosquer

Éditions NomBre7

Éditions NomBre7

A ceux qui souffrent actuellement d'un cancer et à leurs aidants-aimants, je dédie, en conclusion, ce message d'espoir :
"Le malheur peut être un pont vers le bonheur."
Proverbe japonais

Ce livre est un témoignage poignant. 

L'auteur que beaucoup d'entre vous connaissent à travers sa page Facebook ou son blog (je vous met les liens en fin d'article), raconte son long combat, vécu entre le diagnostic de son cancer du sein et aujourd'hui. C'est le récit de longs mois de traitements, d'interrogations et de doutes, de moments heureux ou d'angoisses.

Découvert lors d'un simple examen de routine, alors qu'elle venait à peine de s'installer à sa retraite aux Sables d'Olonne, et espérait commencer une nouvelle vie, Martine est dans un premier temps anéantie par cette nouvelle, d'autant plus que les médecins lui annoncent, plutôt abruptement, un cancer très agressif. 

Mais sa personnalité de battante, lui permet de rebondir très vite, pour elle mais aussi, afin de préserver ses proches le plus possible. Au départ cependant, elle a du mal à réaliser ce qui lui arrive et surtout ce qui l'attend, espérant ainsi en ne mettant pas de mots sur son mal, qu'il n'existe pas. Mais très vite le personnel médical, par son attitude ou ses paroles, la ramène à la réalité. Elle ne peut pas fuir, il faut qu'elle accepte puis regarde la maladie en face... pour pouvoir se battre.

Dans ce témoignage, Martine fait le récit de ses blessures passées et elle nous explique aussi la façon dont ses proches ont ressenti les événements, ce en quoi cela l'a aidé ou pas. Elle nous parle de ses difficultés à se confier à ses proches, à décrire son ressenti de femme, face à la mutilation, aux conséquences des traitements même si par chance, elle les a plutôt bien supportés. 

Ce livre n'est cependant pas qu'un témoignage axé sur elle-même, elle refuse d'être réduite à sa maladie, elle veut continuer à vivre le plus possible "comme avant", tout en réalisant que justement rien ne sera plus comme avant. Elle lit, elle se promène dans la nature, elle profite de la plage regrettant juste de ne pas pouvoir nager, ni profiter du soleil qu'elle aime tant. 

En parallèle de son récit, elle n'oublie pas de retracer le contexte social de ces mois passés, montrant pas là que malgré tout, la vie continue de s'écouler en dehors d'elle-même et de la maladie, mais que cette vie-là, si elle l'émeut encore (comme les attentats de Nice en particulier) ou la passionne (comme les élections présidentielles) c'est à présent avec un certain recul qu'elle l'observe...

Aujourd'hui tout a changé, et elle peut même dire ouvertement sans se tromper que ce cancer l'a transformé. Il lui a permis de penser à elle, de modifier sa vie quotidienne, de se remettre au sport et d'éprouver du plaisir de se dépasser. Il lui a permis aussi de concrétiser son désir et son besoin d'écrire. Elle est aujourd'hui heureuse du présent tel qu'il est et de la présence de sa famille, de ses amis autour d'elle. Sa maladie a donné à sa vie une toute autre dimension.  

Je doute de la sincérité de mon époux. C'est un taiseux. Il refoule ses sentiments. Si on l'écoute, tout va bien. Il garde pour lui ses pensées négatives. Je sens en ce moment qu'il angoisse pour moi et peut-être, légitimement pour lui-aussi. Voir quelqu'un qu'on aime diminué sur le plan physique et psychologique est douloureux...

J'ai beaucoup réfléchi à nos relations et je crois que je la rejetais [elle parle de son oncologue]. Le fait même de la voir me plaçait face à une réalité que je refusais. A chaque rencontre, elle insistait : j'avais un cancer agressif, je devais l'admettre et en tenir compte. Plus je le niais, plus elle me le rappelait !

Arrivée au dernier paragraphe de ce témoignage, je me suis sentie libérée d'un immense poids. D'abord de savoir que Martine allait bien, même si comme elle nous l'explique, la personne atteinte d'un cancer devra toute sa vie vivre avec, ensuite, de savoir que pour l'instant, je n'avais pas eu à vivre tout cela moi-même.

[Dois-je rappeler ici que toutes les femmes doivent se soumettre à cet examen de dépistage, car plus tôt une tumeur est décelée, plus légères seront les conséquences.]

C'est humain je pense de ressentir cela, ce qui ne veut pas dire que je sois indifférente ou insensible. Je m'explique. J'ai perdu des proches dont ma meilleure amie de cette terrible maladie. Je n'en suis pas encore réellement remise d'ailleurs et elle me manque beaucoup. Presque tous les jours je pense à elle à ce qu'elle et sa famille ont enduré, à ses enfants adultes certes aujourd'hui, mais qui portent en eux cette perte immense alors qu'ils étaient de jeunes ados. J'ai parmi mes proches, comme beaucoup d'entre vous, des personnes qui se battent quotidiennement. Mais être présents quand l'autre en éprouve le besoin, l'écouter, lui tenir la main lors des journées difficiles, donner un coup de main sans en avoir l'air pour qu'il ou elle, ne se sente pas diminué par sa maladie, ce n'est pas la même chose que de le vivre, cela n'a rien à voir et ceci dit, c'est donc avec beaucoup d'humilité que je vais vous livrer mon ressenti par rapport à ce témoignage.  

Mon avis

Je précise tout d'abord que ce témoignage n'est pas un livre triste. Je sais que ça parait incroyable mais Martine Martin-Cosquer garde dans ses propos, l'humour et le recul que nous lui connaissons tous, nous les lecteurs de son blog et de ses premiers écrits. Le ton est léger malgré des propos très réalistes. Les phrases, les titres et les chapitres courts rendent la lecture aisée. De plus, au delà du récit de sa vie quotidienne, de son ressenti et de ses angoisses, son propos est étayé de nombreux poèmes, de références à ses romans ou à ses lectures. 

Mais ce n'est pas pour autant un livre facile, car au détour d'une page, alors que vous ne vous y attendez pas, vous serez d'un coup au bord des larmes, et c'est le cœur serré et le souffle court que vous continuerez votre lecture.

Son récit rend hommage au personnel médical qui l'a accompagné au cours de ses longs mois de traitements. Les relations négatives ou positives qu'elle a entretenues avec eux, sont étudiées de près. Il faut noter que la plupart du temps le personnel médical, bien que débordé, fait preuve de beaucoup d'empathie, de gentillesse, d'écoute. Les relations qui lui sont apparues comme négatives au départ, Martine comprendra plus tard à quel point elles lui ont été utiles pour avancer dans la prise de conscience de la maladie, et lui ont donné la volonté de réagir et de se battre. 

C'est un livre profond qui, au delà du récit des événements, des rendez-vous, des traitements, de la vie quotidienne, analyse aussi avec la finesse et la pudeur qui la caractérisent, ce qui dans sa vie personnelle a pu être l'élément déclencheur de ce cancer du sein. Je vous laisse le découvrir en lisant son livre, mais vous ne serez pas surpris que cela la touche de très près. Cette prise de conscience lui permet de mener une véritable réflexion sur sa sensibilité encore plus exacerbée par les traitements et l'annonce du cancer, sur la manière dont elle appréhendait la vie avant et réagissait face aux événements, sur ses difficultés à dire à ses proches à quel point elle les aime ce qui a pu leur laisser penser à tort que ce n'était pas le cas. 

C'est donc un témoignage précieux car il nous décrit bien à quel point cette nouvelle façon d'appréhender la vie est semblable à une renaissance, une nouvelle jeunesse, porteuse d'espoir en l'avenir. Il nous parle de l'art de rebondir, ce qu'on appelle la résilience, une attitude qui se nourrit de pardon, et d'acceptation du présent quel qu'il soit et cet art à part entière dont seules les personnes ayant subi un traumatisme peuvent se prévaloir, c'est une belle manière de recoudre finement des blessures.  

Rien ne sera plus comme avant et Martine nous le montre avec beaucoup de détermination, elle qui a déjà écrit trois romans en plus de ce témoignage et qui accueille son public avec son humour et son sourire tellement réconfortants, lors des signatures de livres qu'elle effectue dans sa jolie région.  

La couverture rose, bien entendu, nous fait tout de suite comprendre par le titre et la couleur, le sujet du livre. Elle ne doit pas vous faire fuir, bien au contraire. Ce livre peut non seulement aider ceux qui vivent ou ont vécu la même chose, mais aussi leurs proches, les aidants, les amis, leur famille...

Nous sommes tous concernés par cette maladie qui prend différentes formes selon la personne qu'elle touche et je reste persuadée que d'en parler quand ceux qui l'ont vécu le peuvent, c'est la meilleure façon d'aider ceux qui sont touchés actuellement, eux ou un de leurs proches.

N'hésitez pas et soyez nombreux à aller en direct donner vos impressions de lecture sur la page Facebook de Martine, lien ICI. 

Je suis sortie transformée de cette épreuve. Je trouve maintenant la vie sublime et précieuse, car j'ai failli la perdre...
J'ai appris à relativiser tous les problèmes et déceptions, à jouir de chaque instant présent comme si c'était le dernier.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Martine Martin-Cosquer...

Après une vie professionnelle bien remplie dans les ressources humaines en entreprise et cabinet conseil, Martine Martin-Cosquer s’est installée en Vendée aux Sables-d’Olonne pour une retraite bien méritée. 

Elle a écrit pendant dix ans des nouvelles et des poèmes sur son blog "Quai des rimes", lien ICI, un blog qu'elle a aujourd'hui arrêté pour le remplacer par celui-ci ICI, son blog d'auteur.

Elle a déjà publié :

"Je dirai tout" (cosy mystery), publié une première fois sous le titre "Je dis tout mais je ne dis rien". 

"Souviens-toi du bus 96" qui a obtenu en 2022 le Prix du meilleur thriller du salon Livre "Comme l’air" de Cergy. 

et "Le secret de Noëlle".

Il suffit de cliquer sur les titres pour voir apparaître mes chroniques.

Merci infiniment à Martine pour son envoi et sa délicate dédicace et désolée pour la longueur de cette chronique.

Bonnes lectures ! 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
C'est une bonne chose de partager ce genre de témoignage, même si ce n'est pas facile (pour la personne qui témoigne, j'imagine, et pour la personne qui le lit et qui doit faire avec son propre vécu.) Merci pour cette découverte. Un témoignage à partager.
Répondre
S
Témoignage émouvant et certainement pas facile à lire, heureusement que cette autrice s'en est sortie, c'est également important d'en parler, je lisais justement dans la presse que c'était encore ùn sujet tabou dans le monde du travail. C'est incroyable. Bises à toi.
Répondre
E
Envie de piétiner et écraser ce vilain crabe....Je connais le blog de Martine , je découvre son combat ! Très belle chronique écrite Manou sur son témoignage livre ! Gros bisous!
Répondre
C
Je ne connaissais pas du tout l'autrice, ni ce roman. Je te remercie pour cette découverte.<br /> Les romans abordant les maladies sont toujours difficiles je trouve, il faut souvent s'accrocher
Répondre
A
Ton article est très élogieux et nous parle aussi de toi.<br /> Oui il s'agit du crabe ... Mais elle aurait pu tout aussi bien témoigner de son combat contre la SEP, la bi polarité, la maladie de Parkinson, etc... Elle parle du monde que nous aurions aimé stable, qui ne l'est pas. Et de combat, de danse chaque jour renouvelée.<br /> Chacun vit le sien, tu le sais. Et chaque souffrance nous remue qu'elle soit petite ou grande. Et doit être respectée.<br /> J'ai fini le livre de Martine hier matin. Son témoignage ne peut qu'eclairer notre chemin, notre humanité.<br /> Bises
Répondre
P
Voilà une couverture qui n'aurait pas attiré mon regard. Le titre ne m'a rien inspiré non plus. <br /> Ce que tu en dis m'attire beaucoup plus !
Répondre
V
J'ai toujours du mal avec ce genre de récit parce que justement, j'ai été confrontée de près à cette maladie et... c'est difficile pour moi même s'il y a de l'espoir. Politique de l'autruche, sans doute...
Répondre
E
je l'ai commandé, parce que fréquentant par blogs interposés, depuis maintenant quelques années, Martine, je pense que c'est le livre d'une battante. Je le lirai plus tard parce que j'ai une pile qui s'étoffe depuis des mois, mais je le lirai et ta chronique ne peut que m'y encourager. <br /> bises à toi
Répondre
B
une lecture qui doit être poignante
Répondre
B
Quelle belle chronique !<br /> J'ai aussi lutté contre un cancer du sein en 2003-2004...<br /> Découvert aussi lors d'un simple examen de routine... On m'a annoncé aussi que c'était un cancer très agressif. J'avais 45 ans... J'ai été très bien soignée à l'Institut Gustave Roussy, bénéficiant à l'époque d'un nouveau protocole américain (200 femmes ont été sélectionnées sur dossier. J'ai eu la chance d'être retenue)... Mais le traitement en chimiothérapie a été terrible et si douloureux. J'ai bien cru ne jamais m'en remettre. Je suis là... Mais fragilisée par les traitements... Je vis avec... Je ne me plains pas... Je suis en vie, c'est l'essentiel...<br /> Quand je repense à cette période que j'ai très mal vécue, je souffre à nouveau dans ma chair... même si je n'hésite pas en parler... <br /> J'ai perdu des êtres chers à la suite du même cancer... Il y a une chose que je ne supporte pas. D''entendre des personnes dire que le cancer du sein n'était pas si grave et presque pas mortel... Comme s' il était devenu bénin parce que les statistiques de guérison sont bonnes. <br /> Je vais rendre une visite chez Martine<br /> Lirais-je son livre ? Peut-être...<br /> Bisous Manou
Répondre
M
Bonjour Manou.<br /> Je connaissais le blog de Martine, mais je découvre ce combat qu'elle a mené...<br /> Bises.<br /> Bon après-midi,<br /> Mo
Répondre
R
Je l'attend j'espère le recevoir d'ici fin de semaine. Bonne journée bises
Répondre
M
Je suis tellement émue par ton avis sur mon livre que je n'ai plus de mots pour te l'exprimer Surtout que tu as très bien compris et que tu dis tout. Merci beaucoup. Bisous
Répondre
J
tu as parfaitement parlé du livre et de Martine que j'admire.<br /> Personnellement je ne suis pas prête pour ce livre après le cancer qui a emporté mon époux il y a 1 an déjà ou seulement ...trop d'émotion encore !
Répondre
M
Un témoignage magnifique que tu sais ccomme à ton habitude transmettre avec talent, Manou.<br /> Il faut du courage et de l'amour de la vie pour en parler de cette manière, bravo à elle !<br /> J'ai vécu cela en 2005, je n'aime pas en parler, je le dis simplement, mais je trouve formidable la manière dont elle le fait !<br /> Bises Manou
Répondre
E
Bonjour Manou. Tu as écrit une très belle chronique sur ce livre-témoignage qui peut redonner de l'espoir et la volonté de se battre aux personnes atteintes par cette terrible maladie. Bonne journée et bisous
Répondre
D
Ta chronique est superbe. J'ai fini le livre hier, c'est une terrible épreuve que Martine a subie, elle a su réagir, je retiens ses mots à la fin du livre" J'accepte enfin mon passé et je ne crains plus l'avenir". C'est une terrible maladie , les dépistages sont importants, on ne le dira jamais assez. Merci à Martine pour ce livre et à toi pour cette très belle chronique.<br /> Bonne journée.<br /> bises
Répondre
D
Voici un sujet douloureux abordé malgré tout avec du positif et de la douceur. Ayant moi-même accompagné le cancer dans ma famille, je sais combien est douloureux le choc de l'annonce, avec la peur quand on apprend qu'il est agressif, les traitements, la perte de cheveux, la modification du goût, l'amaigrissement, la crainte de voir la personne aimée mourir à cause de la chimio tellement forte qu'elle affaiblit le corps, la perte des globules blancs et la crainte d'attraper un banal rhume qui pourrait mal finir... Et les conséquences après le cancer du sein. Mais aussi la victoire d'avoir vaincu le crabe et de ne n'avoir jamais baissé les bras. Et comme tu l'écris, il est important de se faire dépister, cela permet de pouvoir lutter contre le cancer suffisamment tôt et d'augmenter ses chances de s'en sortir. Merci d'avoir présenté ce titre, et bravo à l'autrice pour avoir pu mettre des mots sur ce qu'elle a vécu. Car accompagner et vivre, ce n'est pas du tout la même chose.
Répondre
G
Je ne peux lire en ce moment <br /> Mais j'attends de pouvoir me rattraper...:)
Répondre
E
Ne sois surtout pas désolée par la longueur de ta chronique, elle ontre à quel point tu as admiré ce livre et son auteure qui se livre.<br /> Merci à toi. Je lirai ce livre (en ce moment, je suis plongée dans celui de Marie Gillet).<br /> Très belle journée à toi.
Répondre