Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 07:07

 

Je vous fait remonter aujourd'hui cet article concernant les traditions en Provence, article que j'ai rédigé l'année dernière. Désolée pour ceux qui l'ont déjà lu...

 

Le Gros Souper (musée Arlaten)

Le Gros Souper (musée Arlaten)

Il n'y a pas qu'en Alsace que les traditions de nöel se perpétuent.

 

Chaque région a ses propres traditions et la Provence ne fait pas exception à la règle, même si, il faut bien le reconnaître certaines coutumes tombent dans l'oubli ou bien se sont adaptées à la vie moderne et aux différents membres de la famille.

 

Car, avant, (je parle au début du XX° siècle pas au temps des dinosaures !), il était très rare de se marier en dehors de sa région. C'était donc plus facile de conserver les traditions qui se perpétuaient ainsi de génération en génération.

Aujourd'hui, c'est plutôt la mixité qui prime et cela est une bonne chose car elle apporte une ouverture et un mélange des cultures, bénéfiques à l'éducation des enfants, à notre vie familiale et à la société.

 

Comme je l'ai déjà dit dans ce blog : en Provence tout commence le 4 décembre à la Sainte Barbe en plantant le blé de la Sainte Barbe.

 

Mes plantations quinze jours aprèsMes plantations quinze jours après
Mes plantations quinze jours après

Mes plantations quinze jours après

 

Puis il faut décorer le sapin...

 

Attention si vous installez le sapin près de la cheminée...

Attention si vous installez le sapin près de la cheminée...

 

Ensuite on montera la crèche provençale, dans laquelle on placera les santons que l'on soit croyant ou pas...

 

En principe, la crèche doit rester en place jusqu'à l'épiphanie, au moins, et la période calendale ne se terminer qu'à la chandeleur. Mais bon, j'ai bien dit "en principe"...

Quelques vues de la crècheQuelques vues de la crèche
Quelques vues de la crèche

Quelques vues de la crèche

Tout le mois de décembre on profitera de la douceur des dimanches en famille, pour faire  le tour des marchés de noël, plutôt nombreux dans la région.

Une façon d'attendre noël, car nous n'avons pas l'habitude dans nos contrées éloignées de la capitale, d'emmener les enfants faire le tour des grands magasins et il faut bien qu'ils rencontrent le père noël de temps en temps !

Sinon, comment ferait-il pour y croire ?

 

Entre temps, vous n'aurez pas oublié de bien arroser votre blé...

 

Le 13 décembre, à la sainte Luce, il faudra aller cueillir le houx et le gui pour en décorer la maison ou à défaut aller en acheter...

En Provence le houx est le plus souvent remplacé par du houx fragon (ou petit-houx) qui décore la maison grâce à ses boules rouges. Il était placé autrefois dans la maison pour conjurer le mauvais sort.  Aujourd'hui il est simplement mis en place pour décorer.

Le houx fragon

Le houx fragon

Vous suspendrez votre bouquet de gui au dessus de la porte d'entrée pour attirer la paix dans votre maison. Les Druides pensaient en effet que le gui avait un pouvoir miraculeux. L'inconvénient est qu'en cette période de l'année, le gui est plein de boules blanches qui se feront un malin plaisir à tomber sur le sol à chaque ouverture de la porte...

Donc en fait je l'accroche à côté !!

Le gui dans la nature

Le gui dans la nature


"A la Sainte-Luce, les jours s'allongent d'un saut de puce", dit le proverbe.  Ce n'est pas tout à fait exact...

En fait du point de vue astronomique, le soleil continue à se lever plus tard après le solstice d'hiver, donc les jours semblent raccourcir le matin, et le soleil commence à se coucher plus tard avant le solstice, ce qui donne l'impression que les jours rallongent et explique sans doute le proverbe.

Mais en fait les jours ne se mettent réellement à grandir qu'après le solstice...

Pour aider les jours à s'agrandir et fêter le renouveau du soleil, à partir de ce jour-là et jusqu'à noël on doit illuminer la maison, voire les façades... avec des bougies, des lampions, des guirlandes, ce que beaucoup de gens font aujourd'hui.

 

Mais bon en ces temps d'économies d'énergie, je ne vous cache pas que je trouve excessif, d'illuminer le moindre petit village même si je reconnais que cela est très festif et offre un peu plus de gaieté aux habitants au coeur de l'hiver. En tous les cas je n'illumine pas la façade de ma maison. Mais je pense à éclairer des bougies tous les soirs...sur ma cheminée. C'est déjà ça !

 

 

«A la Sainte Luce, les jours s’allongent d’un saut de puce» si l’on en croit le proverbe - See more at: http://www.bonjourdumonde.com/blog/grece/11/tradition/les-traditions-de-noel-en-provence#sthash.l7HhqN8K.dpuf

 

«A la Sainte Luce, les jours s’allongent d’un saut de puce» si l’on en croit le proverbe - See more at: http://www.bonjourdumonde.com/blog/grece/11/tradition/les-traditions-de-noel-en-provence#sthash.l7HhqN8K.dpuf

 

Puis vient le temps de la veillée de noël et du Gros Souper.

 

La veillée commençait dans les familles par le traditionnel cacho-fiò.

Si un jour vous allez visiter en Arles, le musée Arlaten, vous en verrez une représentation très imagée.

 

          lou cacho-fio

Lors de cette cérémonie, le plus âgé de la famille, le «papé» et le plus jeune, le «caganis» apportent ensemble la plus grosse bûche issue d’un arbre fruitier (le plus souvent celle d’un cerisier, olivier ou amandier) et font trois fois le tour de la table qui est recouverte de trois nappes (symbole de la Trinité) avant de bouter le feu. - See more at: http://www.bonjourdumonde.com/blog/grece/11/tradition/les-traditions-de-noel-en-provence#sthash.l7HhqN8K.dpuf
Lors de cette cérémonie, le plus âgé de la famille, le «papé» et le plus jeune, le «caganis» apportent ensemble la plus grosse bûche issue d’un arbre fruitier (le plus souvent celle d’un cerisier, olivier ou amandier) et font trois fois le tour de la table qui est recouverte de trois nappes (symbole de la Trinité) avant de bouter le feu. - See more at: http://www.bonjourdumonde.com/blog/grece/11/tradition/les-traditions-de-noel-en-provence#sthash.l7HhqN8K.dpuf

 

Le plus âgé de la famille, (lou papé) et le plus jeune enfant (lou caganis) apportent près de la cheminée une grosse bûche (d'olivier, d'amandier ou d'un des arbres fruitiers).

Tous deux devaient faire trois fois le tour de la table avant d'allumer le feu, d'y poser la bûche et de l'arroser de vin chaud (3 fois) en prononçant cette phrase :

"Alegre, Diou nous alegre, Cachofue ven, tout ben ven, Diou nous fague la graci di veïre l'an que ven Se sian pas mai que siguen pas men." en provençal bien sûr, ce qui signifie :

"Soyons joyeux, Dieu nous garde joyeux, Cacho feu vient, tout bien vient, Dieu nous fasse la grâce de voir l'an qui vient, Si nous sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins."

 

Je n'ai jamais vu cette coutume et mes grands-parents me disaient que c'était l'apanage des familles très croyantes et que chez eux non plus cela ne se faisait pas. Je ne connais personne d'ailleurs dans mon entourage qui ait vu cela en réalité.

 

Chez mes grands-parents maternels, qui sont nés un peu avant le XX° siècle, l'aieul se contentait d'allumer le feu...

Et tout le monde chantait ensemble en buvant le vin chaud (ou le vin cuit) en guise d'apéritif  avant de se mettre à table :

 l'an que vèn, se sian pas mai que siguen pas mens"

"A l'année prochaine" ! si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins...donc s'il n'y a pas de naissance, qu'il n'y ait pas de décès dans la famille.

 

Cette phrase se prononce encore aujourd'hui très fréquemment durant la période de fin d'année quand on quitte des amis ou de simples connaissances, nos voisins, nos collègues de travail et c'est une manière très provençale de se souhaiter de bonnes fêtes.

 

Cette phrase a marqué mon enfance. C'était toujours mon grand-père maternel qui la prononçait et ma mère a pris la suite...J'ai souvent encore les larmes aux yeux en y pensant car c'était un moment à la fois très solennel et emplie de mélancolie et de mystère. Bien sûr en grandissant j'ai très vite compris que ce n'était pas une formule magique...mais bien une façon de conjurer le mauvais sort et de se porter mutuellement chance, tout en étant contents d'être tous réunis. Mais je voyais bien que les anciens et même les autres adultes ressentaient toujours beaucoup d'émotion en la prononçant.

 

Puis tout le monde passait à table pour la veillée de noël...

La tradition de mettre la bûche dans la cheminée a été remplacée par le dessert bien connu dont tout le monde se régale !

 

Le repas du réveillon, s'il était bien un Gros Souper dans les temps anciens, est aujourd'hui plutôt un repas maigre...

 

Je vous livre rapidement les détails de l'organisation et de la déco du Gros Souper !

Chez les respectueux stricts de la tradition, sur la table, on devait disposer trois nappes blanches (une pour le repas du 24, une pour le 25 à midi et la troisième pour le 25 au soir), trois chandelles et les trois coupelles de blé germé et enfin tous les plats, y compris les treize desserts.

Le gros souper était obligatoirement composé de 7 plats maigres et  servi avec 13 petits pains, représentant la Cène avec les 12 apôtres et Jésus. Il était suivi avant ou après la messe par la dégustation des treize desserts. Puis bien sûr toute la famille se rendait à la messe de minuit (pour les croyants) ou allait voir une pastorale...et dégustait la soupe à l'oignon en rentrant !

 

Chez nous, durant mon enfance, on a toujours fait beaucoup plus simple.

Le Gros souper n'avait donc pas forcément 7 plats mais nous n'avons jamais fait l'entorse des 13 desserts.

 

Les plats et les recettes diffèrent selon les villes, les villages et les familles.

 

Il y a cependant des incontournables comme le céleri en anchoïade ou la carde en sauce blanche ou en sauce aux anchois, deux légumes vraiment traditionnels, la salade de jeunes pousses, les épinards le plus souvent en gratin (ou en omelette), un poisson (morue en tian ou à la sauce aux câpres,  dorade au four, parfois seulement de la brandade, des coquillages ou des escargots, enfin parfois une soupe comme l'aigo boulido remplaçait la soupe à l'oignon.

Chez nous c'était le soir du 25 décembre après les agapes qu'on la dégustait...

 

Vous voyez il n'y a pas de quoi en faire un plat : ce sont des mets simples très éloignés de ceux qu'on vous propose pour un réveillon aujourd'hui.

 

J'ai vu qu'à certains endroits (peut-être en montagne ?) on servait encore la soupe aux choux  lors de la veillée de noël. C'est une tradition dont je n'ai jamais entendu parler. Cette soupe était déjà servie tous les jours, je ne crois pas que dans les familles, on la servait aussi les jours de fête, sauf peut-être dans les familles très pauvres.

 

Noter que souvent la maîtresse de maison a enfin un peu de répit le soir de noël, une fois que tout le monde est rassasié !

C'est un soir où, en effet, non seulement tous les plats sont mis en même temps sur la grande table, ou à proximité, y compris les 13 desserts : personne n'a donc besoin de se lever pour servir. 

De plus, les miettes doivent rester sur la table toute la nuit (pour nourrir les ancêtres qui ne manqueront pas de venir participer à leur façon à la fête...). La table ne sera pas desservie jusqu'au lendemain matin où on pourra enfin enlever la première nappe pour le repas du 25  !

Personne n'indique où sera pris le petit  déjeuner ! Mais il est vrai que les enfants découvrent les cadeaux du père noël et en oublient de manger et que les adultes n'ont pas vraiment faim et se contentent d'un café !

 

A l'époque donc, la plupart du temps, encore au début du XX° siècle, les enfants dans les campagnes recevaient une simple orange en guise de cadeaux. Comme ce fruit était encore cher et rare, mon père qui est né en 1919, était heureux de recevoir un de ces fruits juteux dans ses souliers (ce n'est donc pas un mythe). Il avait le droit de le déguster aussitôt. Souvent il trouvait aussi un nouveau bonnet tricoté en cachette par sa soeur aînée ou une bonne paire de chaussettes bien épaisses et partait jouer dehors pour les essayer sans tarder ! Il savait ensuite qu'il y aurait un bon dîner de noël pour se réchauffer.

Plus tard les cadeaux ont évolué : un petit soldat de plomb, une voiture en bois ; les filles elles, reçoivent une poupée de chiffon ou une dînette...Mais c'est une autre histoire que celle des cadeaux de noël et je vous la raconterai une autre fois...sans doute l'année prochaine !

 

 

 

Très bonnes fêtes de noël à tous...en attendant quelques photos (si j'y pense... avant que tout soit mangé !)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Audrey - Que Lire ? 25/12/2016 19:05

J'ai adoré découvrir ta façon de fêter Noël. Si nous ne sommes pas plus, que nous soyons pas moins...très jolie façon de dire les choses.

missfujii. 25/12/2016 12:07

En Provence aussi nous aimons les traditions de Noël, je confirme

Stéph (un dîner en provence) 23/12/2016 15:42

Un petit coucou Manou pour te souhaiter de passer de très bonnes fêtes de Noel, qu'elles soient douces et heureuses. Bisous

Cléo 23/12/2016 14:43

Beau billet que je n'avais pas lu. Bises et bonne journée dd Noël et avant et après.

Quichottine 23/12/2016 14:24

Très bonnes fêtes à toi aussi. :)
Bisous et douce journée Manou.

Maria-Lina 23/12/2016 11:55

J'aime beaucoup les traditions de Noël, c'est superbe!!! Bise, bon vendredi tout doux!

celine 23/12/2016 10:08

je ne connaissais pas du tout ces traditions, merci pour ce bel article. bises. celine

Mimi 23/12/2016 09:47

J'ai relu ton article avec grand plaisir. Son côté folklorique (dans le vrai sens du terme) m'enchante et a un petit côté mystérieux puisque chez moi (Lille), aucune tradition de ce genre n'existe. Bien sûr le sapin était décoré et les huîtres étaient servies, mais ce sont bien les seuls éléments que je retrouvais d'une année à l'autre. Passe d'excellentes fêtes, chère Manou, et profite bien de tous ces instants. Gros bisous.

CARDAMOME 24/01/2016 12:01

coucou, je pensais bien que tu étais de Provence maintenant j'en ai la certitude,,surtout avec cette magnifique description de ,nos traditions. Tu exerces le métier dans lequel j'aurais aimé me glisser de temps à autre et j'ai toujours reculé...bientôt la retraite je vais enfin pouvoir réunir mes écrits et peut être les communiquer.
Es tu de Marseille, ou d'Aix ou pas loin? je te souhaite une belle journée, comme aujourd'hui avec plein de douceurs. Je ne laisse pas souvent de com, plus trop le temps...que je réserve à des échanges de valeurs ou de sourire

manou 24/01/2016 15:23

Oui j'habite la Provence depuis toujours mais je suis moitié auvergnate par mon père. Un sacré mélange dirait mes proches...

Mimi 25/12/2015 21:27

Très beau récit riche d'enseignements. Il n'est pas encore trop tard pour te souhaiter un joyeux Noël !

manou 31/12/2015 16:28

Merci j'ai vu ton message à temps ! Par contre moi, je répond vraiment très tard ...Voilà ce que c'est de partir quelques jours en famille au fin de l'Auvergne là où le réseau ne passe pas...

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -