Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 15:16
La faiseuse d'anges / Camilla Läckberg

En 1974, sur l'île de Valö, située en face du petit port de pêche de Fjällbacka, une famille entière disparaît mystérieusement, sans laisser de traces.

La table du dîner de Pâques est dressée, mais il ne reste sur l'île qu'une toute petite fille d'un an à peine, incapable donc de raconter de ce qui s'est passé. C'est Ebba...

Elle est aussitôt recueillie par une famille d'accueil qui l'adoptera définitivement quelques temps plus tard.

 

Trente ans après, Ebba, devenue adulte, revient sur les lieux avec son mari Melker. Ils viennent de perdre leur fils de trois ans dans des circonstances tragiques quelques mois auparavant. Ils ont décidé de fuir leur ancienne vie et de restaurer la vieille demeure pour en faire des chambres d'hôtes.

A peine arrivés sur l'île, alors que tous deux se tuent à la tâche pour tenter de survivre à la douleur du deuil difficile qu'ils ont à traverser, un incendie criminel se déclare en pleine nuit dans leur maison. Melker réveille Ebba pour la tirer des fumées toxiques...

 

D'autres événements vont venir perturber leur installation.

Lorsqu'ils commencent à ôter le plancher de la salle à manger, ils découvrent du sang coagulé en-dessous.

Puis quelques jours plus tard, on tire sur Ebba avec un pistolet, alors qu'elle se trouve dans la cuisine.

 

Patrik Hedström et son équipe sont immédiatement dépêchés sur les lieux. Dans l'équipe de Patrik, il y a le chef, Bertil Mellberg, pas toujours très subtil ; Paula qui est enceinte et en congé mais va venir les aider ; Martin qui vient d'apprendre la maladie incurable de sa femme et plonge dans la dépression ; Gösta qui tout d'un coup fait preuve d'un zèle bien inhabituel et Annika.

Erica Falck, la femme de Patrik, journaliste et  écrivain, qui a toujours été fascinée par cette histoire, va aussitôt replonger dans le dossier. Elle décide, malgré ses obligations familiales, de se donner les moyens de fourrer son nez partout au grand dam de son mari ! Heureusement sa belle-mère veille au grain et vient garder les trois enfants...

 

Anna, la sœur d'Erica, va se retrouver, bien malgré elle, impliquée dans le drame. Elle s'est lancée dans la décoration intérieure et va venir prêter main-forte à Ebba pour la rénovation. 

 

Les mystères  du passé ressurgissent...

 

Qui a appelé la police ce fameux jour de Pâques 1974 pour leur demander de se rendre en urgence sur l'île ?

Où sont passés les membres de la famille Elvander ?

La mère et le père d'Ebba, et les trois enfants de son père, ne seront jamais retrouvés...

Ont-ils été assassinés ? Ont-ils disparu de leur plein gré et dans ce cas, pourquoi ont-ils abandonné leur petite fille ?

Quel rôle a joué à l'époque le policier Gösta ? Pourquoi s'investit-il autant dans cette nouvelle affaire ? Quels liens le rattachent à Ebba ?

 

En 1974, cette grande maison était  un internat pour jeunes gens issus de familles aisées. La plupart des élèves étaient rentrés chez eux pour les vacances. Seuls quelques garçons étaient restés sur place. N'étant pas invités au repas de fête, ils seraient partis à la pêche au maquereau. Ils n'ont bien sûr, rien vu ni rien entendu.

L'internat était tenu d'une main de maître par le despotique Rune et sa deuxième femme, Inez, était plutôt maltraitée comme le lecteur le découvrira au cours du roman.

Rune avait eu trois enfants d'un précédent mariage, Claes, Annelie et le petit dernier Johan, le seul qui s'était attaché à Inez. Puis Rune et Inez avait eu ensemble la petite Ebba.

 

 

L'enquête sur la mystérieuse disparition de la famille reprend et les policiers décident d'interroger les anciens professeurs et de partir à la recherche des jeunes ados qui fréquentaient l'école. Ils sont tous devenus des adultes que le lecteur va avoir le temps de découvrir.

John est devenu un politicien d'extrême droite ; Léon a eu un grave accident qui le laisse tétraplégique ; Joseph veut construire un musée de la mémoire car ses parents (juifs) sont décédés en déportation ; Sebastian est un homme d'affaires corrompu ; enfin, Percy a hérité du château familial mais n'a plus d'argent pour l'entretenir.

 

Ils sont liés par un secret étouffant qui va peu à peu les ramener vers Fjällbacka et qu'ils vont devoir dévoiler...

 

En parallèle le lecteur suit le récit de la mystérieuse "faiseuse d'anges", Helga Svenson, une femme qui gardait des enfants en nourrice et qui a été accusée d'infanticide en 1908.

Elle faisait disparaître les enfants, pensant que les parents ne reviendraient jamais les chercher. Elle et son mari, accusé de complicité, ont été exécutés. Leur fille légitime, Dagmar, est recueillie par une famille, humiliée par les enfants de l'école et violentée par le père d'accueil qui abuse d'elle. C'est elle qui prend la parole pour nous raconter sa triste vie.

Un jour Dagmar croise sur son chemin celui de l'aviateur, Hermann Göring venu faire la fête à Valö. Ensemble, ils passent une nuit fabuleuse pendant laquelle, pour la première fois, Dagmar se sent aimée.  Suite à leur rencontre, une petite fille Laura, verra le jour. Persuadée que Göring l'aime à la folie (alors qu'il a juste passé une nuit plaisante avec une jolie serveuse), Dagmar passera sa vie à le rechercher jusqu'à sombrer  dans la folie et se noyer dans l'alcool, laissant Laura seule au monde.

 

Ce que j'en pense

 

C'est la première fois que je lis un roman de cet auteur dont j'ai beaucoup entendu parler. Je n'ai donc pas de comparaison possible avec ses autres titres.

Souvent je lis des polars quand j'ai envie de me détendre et ça marche ! Ce n'est pas pour ça que je vais lire n'importe quoi.

 

L'écriture de ce roman est fluide. Il est facile à comprendre malgré le récit des deux histoires parallèles : elles sont très bien identifiables car la typographie change.

 

Les personnages sont dépeints avec beaucoup de psychologie, ce qui les rend tout de suite familiers au lecteur et très attachants. Du coup, sachant qu'il s'agit d'une série, cela me donne envie de lire les autres romans pour les retrouver... Mais peut-être que, comme certains lecteurs le disent sur le net, je me lasserai. On verra bien !

 

Le suspense est maintenu grâce à l'alternance dans le récit, d'une part des événements contemporains et d'autres part, de retours dans le passé...Puis peu à peu les deux histoires se rejoignent, le lecteur sent qu'il y a un rapport entre les deux, mais ne devine pas forcément lequel. Il y a donc un effet de surprise à la fin.

 

Mais ces histoires personnelles rejoignent aussi la grande Histoire.

L'auteur, en effet,  nous parle à travers l'histoire d'Hermann Göring de la montée du fascisme et de la Seconde Guerre Mondiale, puisque Göring était un militaire et un homme politique allemand important qui est devenu le bras droit d'Hitler...

 

En nous parlant de John, qui faisait partie des ados scolarisés sur l'île, elle nous parle du parti d'extrême droite auquel il adhère. Elle nous le décrit comme un être plutôt charmeur, ce qui le rend d'autant plus dangereux.

Son portrait est prétexte à une description de nos sociétés modernes.

A noter : comme elle le mentionne à la fin du roman , elle a écrit la fin de ce roman au moment de l'attentat à la bombe d'Oslo et de la tuerie qui a eu lieu en Norvège sur l'île d'Utoya.

 

L'auteur nous parle aussi avec justesse du deuil à travers l'histoire d'Ebba et de son mari. On les voit souffrir au début du roman, se chercher, se rejeter, ne supportant plus de se toucher. Ils se font des reproches incessants, culpabilisent et rejettent la responsabilité de la mort de leur enfant sur l'autre. L'auteur dévoile là tout son talent dans cette situation très réaliste et émouvante. Le lecteur voudrait tant qu'ils retrouvent tous deux un peu de paix et d'amour...Mais ce ne sera pas le cas !

 

Enfin elle aborde le problème de la maltraitance familiale, transmise de génération en génération, à travers le destin tragique de Dagmar et de sa descendance...

 

Finalement sous une apparente légèreté, elle aborde des sujets très sérieux et d'actualité.

 

L'auteur surnommée la "reine du polar" explique dans un interview édité sur le site suisse de la librairie Payot en 2014, que l'idée de ce roman lui est venue lorsqu'elle a appris qu'Hermann Göring, s'était rendu, avec sa femme Carin, sur l'île de Valö pour participer à une fête. Cette île bien connue de l'auteur car elle y a séjourné enfant, en colonie de vacances, est située juste en face de Fjällbacka.

 

Fjällbacka est sa ville natale et même si elle n'y habite plus, sa mère y vit toujours et elle la connaît intimement.

"On garde toute sa vie en mémoire les odeurs, les bruits, l'ambiance de l'endroit où l'on a grandi" dit-elle. De plus, "rien de mieux que les petites villes pour créer une tension. Car il faut une grande pression sociale pour garder un secret et, dans une petite ville, ce que l'on pense de vous est primordial".

 

Elle a aussi utilisé l'histoire vraie de la dernière faiseuse d'anges du pays, pendue en 1912 pour avoir tué les bébés non désirés qu'on lui confie. L'auteur a simplement cherché à comprendre ce que cela ferait d'être sa fille.

 

Enfin, l'image d'une grande table familiale dressée pour Pâques, mais avec personne autour, juste un petit enfant seul...lui est apparu.

 

Et voilà tous les ingrédients réunis pour faire un bon polar !

 

Je vous conseille de découvrir cet auteur sans tarder, la plupart de ses romans sont parus en poche...

Petite biographie sans prétention de Camilla Läckberg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Doc Bird 12/03/2016 17:21

Un super polar très prenant. J'ai lu dans le désordre tous les tomes de la série et je ne me suis jamais lassée. D'un côté on suit l'évolution d'Erika et Patrick, et de l'autre, chaque enquête est captivante, montre les noirceurs de l'âme humaine, et la fin est toujours surprenante. De bons moments de lecture !

manou 13/03/2016 09:31

Moi aussi je les lis dans le désordre, mais je m'y retrouve ! C'est un moment de détente que j'apprécie beaucoup d'autant plus que c'est bien écrit et que le suspense dure jusqu'au bout...

manou 05/06/2015 07:31

Il n'y a pas mieux pour se détendre et se rafraichir les idées...
Merci d'être passée sur mon blog.
Manou

jai50ans 04/06/2015 21:25

oui je connais cette auteure et je l'adore. Elle créée des ambiances fabuleuses, des mystères, e suis fan, je rajoute ce titre à ma liste

manou 13/05/2015 07:41

Oui je ne cache pas que j'aime de plus en plus ces ambiances nordiques...Certains blogueurs disent se lasser de la série, parce que le lecteur retrouve les mêmes personnages, mais j'ai beaucoup aimé cette première lecture très prenante et finalement plutôt facile à lire.

Bernieshoot 13/05/2015 07:24

Tous ces éléments doivent donner un tres bon polar dans une ambiance nordique, merci pour le partage sur la communauté livres ô blogs

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -