Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Miroir de nos peines / Pierre Lemaitre

Albin Michel, 2020

Albin Michel, 2020

Les deux soldats avancèrent dans ce décor de fin du monde, à croire qu'ils étaient les uniques survivants de la catastrophe.
-Ah, ils sont beaux les Français ! disait Raoul.
L'exclamation choqua Gabriel.
- Nous aussi, on s'enfuit...
Raoul s'arrêta en plein milieu de la rue déserte.
- Pas du tout ! Et c'est toute la différence, mon petit père. Les civils s'enfuient, les militaires, eux, font retraite, nuance !

Raoul aimait bien Gabriel. Au pont de la Tréguière, il s'était montré courageux. Lui était colérique, faire exploser un pont était dans son tempérament, toute son enfance il avait dû lutter contre la violence, la bagarre lui était naturelle. Mais de la part de ce petit professeur de mathématiques, c'était plus surprenant, Raoul l'avait trouvé très bien.

Ce roman est le dernier opus de la trilogie intitulée "Les enfants du désastre " qui couvre la première moitié du XXe siècle. 

Le premier opus, "Au revoir là-haut", retraçait les années qui ont suivi la Grande Guerre, dont nous commémorons aujourd'hui la signature de l'armistice qui a mis fin aux combats.

Le second opus "Couleurs de l'incendie" nous parlait de la crise des années 30. 

Le dernier opus "Miroir de nos peines" se déroule entre avril et juin 1940, durant la très courte période que l'on a surnommée, la "drôle de guerre" (en fait cette drôle de guerre a commencé un peu avant mais je simplifie). La France vient à peine d'entrer dans le conflit mondial, les allemands gagnent Paris et l'exode amène des milliers de gens sur les routes, fuyant la capitale pour se rendre dans le sud de la France . 

Le lecteur retrouve Louise la petite fille qui dessinait des masques pour Edouard dans "Au revoir là-haut". Elle est à présent devenue institutrice. Son drame est celui de ne pas avoir eu d'enfants. Le week-end, elle va aider Jules qui tient le restaurant en face de sa maison où elle vit à présent toute seule depuis la mort de Jeanne, sa mère. Jules est très attaché à Louise. Il était très amoureux de Jeanne qui elle, en aimait un autre, ce qui  explique son dévouement sans faille et son côté protecteur pour la jeune femme.

Un jour, alors qu'elle aide au service, le vieux docteur qu'elle connait bien, car il vient à la même table chaque semaine, lui demande de venir à l'hôtel avec elle, en tout bien tout honneur, il veut juste qu'elle se mette nue devant lui et il lui dit qu'il la paiera. Elle ne sait pourquoi mais quelques temps après, elle accepte de le rencontrer et il choisit ce moment-là, pour se suicider. Pourquoi l'avoir choisi, elle, pour passer à l'acte. Louise n'en restera pas là...

A peine remise du choc provoqué par le suicide en direct du docteur, et par sa fuite, affolée, traumatisée et nue, dans les rues de la ville, et le scandale qui s'en suivra et entachera sa carrière modèle d'institutrice, elle décide d'en apprendre davantage sur le docteur et sur sa vie. Ce qu'elle va peu à peu découvrir, tout comme les événements qui vont suivre, vont considérablement modifier le cours de son existence.

Le lecteur croise aussi Désiré, sous différentes "casquettes" selon où le mènent ses pas. Nul ne sait d'où il vient ni où il va. On le retrouve, tantôt stratège, tantôt...chut je ne vais pas tout vous raconter ! 

En parallèle, le lecteur fait la connaissance de Raoul, un petit escroc particulièrement roublard, mais au fond de lui d'une grande sensibilité, même s'il donne plutôt l'impression d'être en permanence révolté. Raoul n'a pas son pareil pour monter des coups incroyables. Il se retrouve proche de Gabriel, un professeur de mathématiques, très droit dans sa vie et dans ses actes, qui lui est totalement opposé. Mobilisés ensemble, ils vont tous deux être fait prisonniers, puis transférés en car tout d'abord, avant de se retrouver avec les autres prisonniers sur les routes, mais les ordres ne suivent pas et les routes sont encombrées par les nombreux civils qui fuient la capitale... 

Fernand garde mobile à Paris est chargé d'accompagner les prisonniers tandis que sa femme Alice, qui souffre d'une maladie cardiaque, va se mettre à l'abri chez sa belle-sœur. Jusqu'où sera-t-il obligé de faire son devoir ? Vous le saurez en lisant ce roman. 

Evidemment, le lecteur sait par avance qu'à un moment donné tout ce petite monde va forcément se croiser...

...la manière dont s'étaient rassemblés les prisonniers était un autre sujet d'inquiétude. Les communistes méprisaient les anarchistes qui haïssaient les espions présumés qui eux-mêmes vomissaient les insoumis, ajoutez à ça la position respective des saboteurs, des réfractaires, des défaitistes et supposés traîtres qui tous exécraient les droits-communs qui eux-mêmes faisaient clairement la différence entre les voleurs, les escrocs, les pilleurs et les assassins qui pour rien au monde ne se seraient mélangés aux violeurs. Ah oui il y avait aussi quelques spécimens d'extrême-droite que tout le monde appelait les "cagoulards"...

Louise n'avait aucun souvenir de son père, il n'était qu'une photographie désuète, alors que tout la rapprochait de sa mère. Elle avait été aussi aimante qu'elle avait pu, mais la dépression l'avait terrassée, avait fait d'elle un fantôme.
Louise avait passé une partie de son enfance à se préoccuper d'une mère peu vivante, mais dont elle se sentait proche. Parce qu'elles se ressemblaient. Louise n'avait jamais su si c'était ou non une bonne chose. Sur l'image figée qu'elle avait sous les yeux, c'était le même visage qu'elle, la même bouche et, plus que tout, les mêmes yeux d'une clarté rare.
Pour la première fois depuis la disparition de Jeanne, elle eut envie de lui parler, regretta de n'avoir pas su le faire quand il était encore temps.

Les personnages choisis par l'auteur, sont tous issus du peuple et c'est peut-être pour cela, que je les ai trouvé terriblement attachants. Chacun va vivre ce début de guerre à sa façon donnant le pire comme le meilleur de lui-même. L'auteur nous décrit ici une belle fresque sociale. Il a une manière très personnelle de revisiter l'Histoire.  Les événements de ce début de guerre, vus de son point de vue à lui, ne manquent pas de sel car son humour et son cynisme, sont toujours bien présents, comme c'était le cas dans les deux premiers opus. L'auteur sait aussi nous émouvoir en nous permettant d'entrer dans la vie de ces personnages, au point que nous nous sentions concernés véritablement par leur destin. 

Il s'est encore une fois parfaitement documenté avant d'écrire ce troisième opus. Si je n'ai pas été étonnée d'apprendre que l'émission de radio dont il est question dans le roman a bel et bien existé, et qu'elle avait été conçue pour remonter le moral des troupes et de leur famille, j'ai été par contre surprise de savoir que l'exode de mille détenus, sur les routes aux côtés des familles, étaient un fait réel.

Finalement, si je fais le bilan de ma lecture de cette trilogie, j'avais aimé moyennement le premier. J'avais été déroutée, voire choquée d'ailleurs, par la manière dont l'auteur racontait les faits, sans doute parce que j'y avais mis trop d'affect, et que je trouvais certains de ses propos déplacés quand je songeais à mon grand-père et à l'histoire de ma famille.

Presque à contre-cœur, j'ai fini par lire le second opus car plusieurs personnes de mon entourage sont arrivées à me convaincre de le faire. Je l'avais trouvé beaucoup mieux, même  si je n'étais pas arrivée à m'attacher aux personnages autant que je l'aurais voulu.

Et je peux dire sans me tromper que le troisième opus est mon préféré. Comme quoi j'ai bien fait de m'accrocher ! 

Bonne lecture à ceux qui ne connaissent pas encore cette trilogie, ou cet auteur...un auteur que je continuerai à découvrir.

La diversité des véhicules qui circulaient sur cette nationale semblait une vitrine du génie français. A quoi il faut ajouter la variété de ce que tous transportaient, valises, cartons à chapeau, édredons, bassines et lampes, cages à oiseaux, batteries de cuisine, malles en fer, niches à chien. Le pays venait d'ouvrir la plus grande brocante de son histoire.

L'hospice des Enfants assistés était situé au 100, rue d'Enfer, on se demande parfois où l'administration a la tête...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bonsoir Manou, moi j'avais bien aimé le premier, je ne savais pas qu'il avait fait une trilogie, je ne sais pas si je les lirai car c'est tout de même "lourd", le premier déjà, tu as dû mal à t'en détacher tant c'est terrible. Bises.
Répondre
V
Je m'étais un peu perdue dans le 2e que je n'ai pas tellement aimé mais je sens que j'ai tort de m'arrêter là, on te sent conquise !
Répondre
M
C'est vraiment mon préféré. Dans le second je ne m'étais attachée à aucun des personnages sauf au petit garçon...
M
J'ai adoré celui-là ! Je n'ai aps encore lu les deux précédents mais j'ai au-revoir là-haut dans ma PAL, il faut que je le sorte :-)
Répondre
M
Tu les lis donc dans le désordre je n'aurais pas eu idée pour cette trilogie mais comme je le dis plus bas à des lecteurs, maintenant que je l'ai lu dans l'ordre je pense que c'est tout à fait possible ce que je ne pensais pas au départ !!
E
Bonsoir Manou. C'est aussi mon préféré de la trilogie. https://www.unebonnenouvelleparjour.com/2020/04/chapeau-bas-a-pierre-lemaitre-pour-son-magnifique-roman-miroir-de-nos-peines.html Je me suis attachée aux personnages, surtout à Louise, Gabriel et Désiré. Bonne soirée et bisous
Répondre
M
Pareil pour moi, alors que je ne m'étais attachée à aucun dans le deux sauf le petit garçon...Bisous
C
merci de la présentation et ton avis sur cette trilogie
ça ne me tente pas mais je te dit souvent "pour le moment" un jour qui sait....
belle soirée
bisous
patricia
Répondre
M
Tu travailles encore et ne peut tout faire, comme toi je lisais davantage de polars et de romans du terroir quand je travaillais encore :) bisous
E
je n'ai toujours pas lu ce 3e opus!!! le retard s'accumule inexorablement :-)
j'ai bien aimé les 2 premiers surtout le T1
Répondre
M
Tu le liras un jour, les histoires ne se suivent pas même si on retrouve certains personnages...
A
Et bien pour moi ce fut l'inverse : j'avais adoré le premier, un peu moins le second et pas beaucoup le troisième.
Répondre
M
C'est amusant en effet ! Le premier je l'ai trouvé beaucoup trop cynique, je pensais sans cesse à mon grand-père en le lisant et à ceux de ma famille qui ont perdu la vie lors de la Grande Guerre ainsi qu'aux conséquences que cela a eu et je trouvais ce cynisme de plus en plus déplacé...je le relirai à une autre période et cela ne me fera peut-être plus du tout le même effet...
E
Je ne connais pas mais je veux bien essayer de le lire ! Bonne fin de semaine, bisous
Répondre
P
Je n'ai pas aimé le premier. Je n'ai donc pas continué la série...
Bonne fin de semaine.
Répondre
M
Et bien tu vois j'ai changé d'avis au cours de ma découverte et préféré le dernier :)
K
J'ai pris note de cette trilogie. Je pense que j'apprécierai la lecture des ces trois romans.
Merci Manou,
Répondre
M
Le premier est surprenant et il y a des passages qui m'ont beaucoup marqué mais n'hésites pas à aller lire les autres avis sur Babelio. J'ai vraiment aimé ce dernier ! Merci de ton passage et de ta fidélité
D
Un coucou en ce 11 novembre. J'aime bien le sujet malgré qu'il soit triste. Bisous - daniel
Répondre
M
Forcément quand on parle de cette première moitié du XXe siècle, ce n'est pas très gai. Bisous et merci pour ton coucou
G
Tu lis beaucoup
Mes yeux me font défaut , je lis mais pas longtemps hélas +++
Répondre
M
Bonjour Manou,
merci pour la présentation? je vais réfléchir à son acquisition.
Gros bisous et bonne journée,
Mo
Répondre
M
L'auteur a un style particulier, il est souvent cynique mais là dans ce tome cela ne m'a pas dérangée alors que dans le premier j'avais vraiment trouvé que c'était trop ! bisous
P
Bonjour Manou,
Un roman de circonstance en ce 11 Novembre. Merci de nous faire connaître cette trilogie.
Douce journée. Bisous
Répondre
R
IT was a terrible time. THis is not my favorite kind of book to read. Freindship and HUGS
Répondre
F
Bonjour Manou,
Ah bien voilà vous l'avez lu ce troisième Opus des "Enfants du désastre" et je vois que vous l'avez apprécié.
C'est vrai qu'avec, on repart dans le temps à cette période terrible de l'exode au Printemps 40... Terrible et édifiante rencontre avec notre humanité confronté à la peur, à la ruine de tous projets d'avenir, projetée par milliers d'individus sur les routes du "désespoir-espoir"... Le salut est-il plus loin, toujours plus loin? J'aime bien votre présentation de ce roman qui, sans en livrer les faisceaux de l'intrigue, invite bien à la lecture.
En avril 2020,j'en avais aussi fait le compte-rendu que vous avez aussi commenté. Je remets le lien ici :
https://www.mirebalais.net/2020/04/lire-miroir-de-nos-peines-de-pierre-lemaitre.html
Amitiés.
Répondre
M
Oui je l'ai lu, et je savais que je le ferais, le plus dur ayant été de me décider à lire le second, étant donné que j'avais été rebutée par une partie du premier. Merci de ton long commentaire, j'avais lu ta chronique en effet...Amitiés de Provence (tu me vouvoies maintenant ??)
M
J'ai adoré le premier mais je n'ai pas lu les deux autres. Je fais un blocage sur les trilogies.... Ce que tu dis de ce troisième livre donne envie de le lire. Bisous et belle fin de semaine
Répondre
M
Tu n'es pas obligée de lire celui du milieu ! Je comprends ce que tu dis, j'aime bien lire les séries de temps en temps mais toutes les unes à la suite des autres, mais là, même si tu as des personnages récurrents, tu peux les lire indépendamment ! bisous
L
Bonjour Manou,
Je suppose que ce n'est pas pour rien que tu présente ce livre en ce jour de 11 novembre. bonne jounrée. Bisous. Huguette
Répondre
M
La trilogie commence juste après la signature de l'armistice...c'est en effet pour cela que je voulais en parler aujourd'hui...bisous
L
Les 3 sont sur ma liste de livres de la médiathèque, mais ils sont toujours pris. Je vais devoir les réserver je crois.
Bisous et bonne journée
Répondre
M
C'est ce que j'ai fini par faire aussi :) Bisous
B
Je ne connais pas encore cette trilogie...
A découvrir.
Un beau partage de lecture.
Bisous Manou
Répondre