Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

La part du fils / Jean-Luc Coatalem

Stock, 2019

Stock, 2019

Brest est notre cassure, la sienne, la nôtre, la capitale du séisme, Brest est ce qui nous reste, l'eau s'est refermée, le mystère a été bu. "Informer, c'est déjà trahir", murmurait-on durant la guerre. Nous ne parlerons jamais de la disparition de Paol, c'est un "blanc" dans nos conversations, nous évitons ses états de service, ses garnisons, jusqu'à ses adresses à Saigon, à Brest, à Kergat.
Longtemps, je ne sus quasiment rien de lui hormis ces quelques bribes arrachées, ces miettes. Elles menaient toutes au gouffre de l'Allemagne nazie.

Prix Giono 2019

 

Longtemps l'auteur n'a pas su grand chose de Paol, son grand-père, arrêté par la Gestapo début septembre 1943, suite à une dénonciation, emprisonné et torturé, avant d'être envoyé en Allemagne où il mourra en 1944 en déportation dans les camps.

 

Personne ne sait exactement de quoi il a été accusé. Il ne rentrera jamais chez lui. Le silence s'abat alors sur sa famille, sur Jeanne, la grand-mère mais aussi Pierre, le père de l'auteur.

L'auteur nous parle alors de l'histoire familiale, de l'oncle parti en Angleterre pendant la guerre, porteur de divers documents rangés dans des boîtes étanches, pour ne revenir que des années après.

De Pierre son père, envoyé en pension après le drame et qui est devenu mutique, ne parlant jamais du passé, ni de son enfance.

 

Avec courage, l'auteur se lance dans de longues recherches dans les archives, questionne, cherche des témoignages de ceux qui ont côtoyé Paol ou qui le connaissait. Il tente ainsi de recouper les informations et de comprendre les rouages de l'histoire. 

 

En chemin il retrace donc aussi la grande Histoire. 

Il nous parlera en particulier du camp de Dora où de 1943 à 1945, 60 000 prisonniers, dont Paol, ont travaillé dans des sous-sols humides pour fabriquer et cacher les V2, ces ancêtres des fusées américaines, des missiles dont l'armée nazie avait bien besoin pour gagner la guerre.

C'est un camp dirigé entre autres par Wernher von Braun, qui après la guerre, comme la plupart des chercheurs allemands deviendra  "un honorable citoyen" et fuira l'Allemagne pour devenir citoyen américain en 1955. Il est avec son équipe, le père de la fusée Saturne et a bâti son empire américain sur les milliers de prisonniers morts en déportation...

 

N'en déplaise à Von Braun et à son sourire triomphal, sa conquête des étoiles avait dû franchir d'abord la porte des enfers. Les prisonniers de Dora en firent les frais, Paol parmi eux. Comment l'oublier en regardant le ciel ?

 

J'ai découvert l'auteur il y a deux ans avec "Fortune de mer" dont j'ai parlé sur ce blog ICI, un court mais intense polar qui se passe sur l'île d'Ouessant.  Jean-Luc Coatalem venait d'obtenir le Prix Fémina 2017 pour "Mes pas vont ailleurs" que je n'ai pas encore lu, et le Grand Prix de la Langue française en 2017 également.  

Dans "la part du fils", l'auteur dit vouloir apporter des réponses à Pierre, son père qui n'a jamais voulu remuer le passé. Il tente d'ailleurs quasi désespérément d'établir un dialogue avec lui, de comprendre ses larmes muettes, de permettre au petit garçon à qui on a volé son enfance d'exprimer enfin sa peine, et de mettre des mots sur l'incompréhension. Mais il cherche aussi ces réponses pour lui-même, car être le petit-fils de Paol n'est pas plus facile quand on ne sait rien de son passé. 

 

Le ton employé par l'auteur est d'autant plus bouleversant qu'il ne cherche en aucune manière à nous émouvoir. Il décrit certaines scènes avec une telle distance qu'elles en deviennent encore plus poignantes. 

Peu à peu, de lectures d'archives en témoignages de toute sorte, il reconstitue l'histoire de son grand-père et nous entraîne dans sa quête. 

J'ai aimé le suivre dans ses doutes et ses réflexions personnelles... j'ai aimé la force de ce roman intimiste qui nous emmène, vous l'aurez compris, bien au-delà de l'histoire personnelle de l'auteur. 

Paol avait connu la Grande Guerre et s'était battu à Verdun en 1916, puis avait fait la Guerre d'Indochine en 1929, avant de s'engager dans la résistance...comme tant d'autres. 

N'oublions pas tous ces héros qui comme Paol ont donné leur vie pour notre liberté. 

J'étais toujours ému par les photos de lui prises à la fin de 1929, comme indiqué au verso d'une écriture serrée et pointue, où les consonnes sont parfois plus grandes que les voyelles. Elles étaient devenues le catalyseur de ma rêverie. Celle notamment où Paol est assis sous un palmier hirsute. Elle fait partie de trois images saigonnaises, tel un découpage de film de cinéma muet...

La vérité d'un homme, ce peut être aussi sa souffrance. Mais même si elle était insoluble, insécable, jamais partagée, elle pesait sur moi par contrecoup. Ce poids de mémoire close était devenu le mien. J'en restais meurtri, dépossédé de ma propre histoire. Qu'aurai-je pu faire sinon la remonter, l'éclaircir et la raconter ?

Ne rien tenter de savoir, n'était-ce pas les abandonner les uns et les autres, et me perdre à mon tour ?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
A lire absolument Manou mais difficile à coup sûr...
Bisous
Répondre
A
Je l'ai commencé, mais je dois avouer que je n'accroche pas.
Répondre
M
Ce n'est pas le plus facile de ses livres, puisqu'il s'agit à la fois d'un récit et d'un roman et que les retours en arrière donnent un côté décousu à la lecture...j'ai mis un peu de temps à entrer dedans
C
merci de la présentation même si ça ne me tente pas je ne veux pas lire ça pour le moment
belle journée à toi
bisous
patricia
Répondre
M
Pas de soucis Patricia, quand je travaillais encore je lisais plutôt des policiers et des romans du terroir , en plus des lectures utilitaires pour pouvoir conseiller les jeunes ados côté lecture...alors tu penses bien que maintenant je me rattrape :) bisous et un doux week-end
J
tu me tente... j'ai envie de découvrir cet auteur
Répondre
É
Bonjour Manou ! Je te souhaite une excellente journée !
Je t'embrasse.
Répondre
M
Je ne suis pas encore allée voir ce que tu avais publié aujourd'hui :) bisous
F
Bonjour Manon ,
Merci de ton commentaire sous mon dernier article.
A propos der "My absoluste darling" , tu peux lire cette critique sur mon blog à ce lien : http://www.mirebalais.net/2019/09/j-ai-lu-my-absolute-darling-de-gabriel-tallent.html
Amicalement.
Répondre
M
J'irai lire ton appréciation très volontiers quand j'aurai lu le roman...figure-toi que lorsqu'il est sorti j'étais sur liste d'attente à la médiathèque pour le lire et puis le livre a été perdu :) Et je l'avais oublié ! Je viens de le trouver dans une boîte à livres de mon village...Belle journée et merci pour ton lien
Z
Déjà noté, et tu rajoutes une petite couche de désir
Répondre
M
C'est bien d'avoir du désir en matière de lectures comme dans la vie...cela nous porte vers l'avenir et on ne s'ennuie jamais !
S
Coucou Manou,
J'aime beaucoup toutes les idées que tu nous donne C'est très sympa
Bisous et bonne soirée
Répondre
M
Ah au fait j'ai oublié de te dire que je ne pouvais pas mettre de commentaires chez toi, il faut que je sois connectée pour ça...tu vas pas m'obliger à créer un compte ?? Bisous
M
Merci Sissi ! bisous
M
J'ai de la lecture en retard, on dirait...
Bises
Mo
Répondre
M
hi hi j'en présente environ 3 par semaine mais parfois je lis moins que ça mais comme je mets à chaque vacances mon blog en pause, forcément j'ai des présentations en retard !! C'est ainsi j'ai beaucoup lu toute ma vie au lieu de regarder la TV. Bises
F
Décidément le passé historique n'est jamais loin de celui de nos aînés... et les grands tourments du XXe siècle n'ont épargné personne ...
Et là, des "génies" ayant servi plusieurs "maîtres" aux menées très différentes ne font pas rêver .
Oui, "en regardant le ciel comment ne pas oublier"...
Merci pour cette présentation.
Un titre et un auteur à retenir.
Bonne soirée.
Répondre
M
Un auteur qui a obtenu le Grand Prix de la Langue française mérite d'être lu un jour...qu'importe quand, il a plusieurs titres parmi lesquels chacun peut piocher à sa guise...belle journée
C
Bon je suppose que tu te doutes de ce que je vais te dire ... donc je ne te le dirai pas ! ;)
Belle soirée Manou, bisous !
Cathy
Répondre
M
Ben oui mais c'est pas grave Cathy, chacun lit ce qu'il veut ! bisous
E
j'ai hésité, peut-être vais-je avoir des regrets après avoir lu ta chronique, mais ma PAL déborde tellement qu'il est urgent de faire des choix :-)
Répondre
M
Je l'ai lu parce qu'il avait été présenté dans le cadre du cercle de lecture auquel j'appartiens et j'aime le faire, ainsi nous pouvons en rediscuter pour donner notre propre ressenti...je ne regrette pas ! Un jour tu le liras...
R
Merci pour cette jolie présentation Manou. Bisous
Répondre
R
This sounds intriguing. Friendship
Répondre
P
Récit poignant et certainement difficile à lire.
Merci pour tes partages et le temps que tu prends pour nous faire de si beaux condensés.
Bises de Haute Provence sous le soleil. (J'espère que le Mistral est "sage")
Répondre
M
Ah si je prenais le temps de lire, je lirai des livres intéressants. Mets En ce moment, c'est difficile, je suis très prise par d'autres activités. Bisous
Répondre
M
Tu ne peux tout faire comme nous tous il faut faire des choix...bisous
D
Un sujet toujours intéressant, on retrouvera cet auteur dans ta riche rubrique littéraire
Répondre
M
L'auteur est à découvrir quel que soit son titre apparemment :)
D
je chercherai ce livre, il peut être à la bibli? bonne journée!
Répondre
M
Je l'ai emprunté en médiathèque moi -aussi, tu le trouveras très certainement. Merci de ton passage
L
coucou un livre qui semble intéressant ; bisous
Répondre
É
Bonjour Manou. Je note le titre : ce roman devrait me plaire. Bonne journée et bisous
Répondre