Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le marais des Bouligons (2) / Balade dans la Drôme

La Marais des Bouligons

La Marais des Bouligons

Voilà aujourd'hui la suite de notre balade au Marais des Bouligons, commencée ICI sur ce blog.

Comme vous vous en doutez, le marais est très riche au point de vue de la biodiversité, ce qui explique que selon votre intérêt personnel, la saison et votre envie du jour, vous y passerez facilement une heure à une demi-journée. 

Il est divisé en différentes parties distinctes : tout d'abord une roselière et au-delà, des prairies humides qui constituent une zone de pâturage, plus ou moins asséchée selon les saisons.

Ces prairies permettent la pratique de l'écopâturage. C'est aussi une zone refuge pour les Cervidés et les sangliers qui trouvent là de quoi se nourrir en toutes saisons.   

En périphérie, les coteaux boisés abritent une flore et une faune, adaptées à la sécheresse et au soleil, comme nous avons pu l'observer lors de notre balade aux Tours de Rochebrianne (pour rappel ICI sur ce blog). 

La flore est très diversifiée. Il y a 320 espèces différentes sur le site... Rassurez-vous je n'ai pas tout vu, et je ne risque pas de tout vous montrer un jour ! 

La roselière vue de la colline

La roselière vue de la colline

La roselière et la zone humide, vues du platelage
La roselière et la zone humide, vues du platelage
La roselière et la zone humide, vues du platelage

La roselière et la zone humide, vues du platelage

A cet endroit, même en plein été, l'eau est partout.

L'eau est partout !

L'eau est partout !

Voici le chemin en bordure de la zone de pâturage, avec comme vous le voyez, une clôture amovible. C'est la seule photo que j'ai pensé à faire...

Une trace de la zone de pâturage

Une trace de la zone de pâturage

La bourdaine (Frangula dodonei) borde le platelage. C'est un arbuste qui adore les lieux humides. Je n'en vois jamais chez moi, en Provence, et pour cause, car cet arbuste apprécie peu les régions méditerranéennes, vous vous en doutez.

C'est un arbuste aux fleurs particulièrement mellifères, qui abrite de nombreuses chenilles de différentes espèces de papillons, d'où son importance pour l'équilibre de la nature.

L'écorce séchée, bien qu'utilisée à très faibles doses en médecine pour ses propriétés laxatives, est toxique à fortes doses, ainsi que les baies.

Autre particularité, cet arbuste, dont le bois souple est utilisé en vannerie, a servi pendant des siècles à fabriquer de la poudre à canon ce que j'apprends en rédigeant cet article.  

Vous pouvez agrandir les photos, en cliquant sur la première, pour mieux voir les détails de cet arbuste. 

La Bourdaine borde le maraisLa Bourdaine borde le marais
La Bourdaine borde le maraisLa Bourdaine borde le marais

La Bourdaine borde le marais

Il y a de nombreuses orchidées que je ne connaissais pas...

L'orchis moucheron ou Gymnadenie moucheron (Gymnadenia conopsea) se voit de loin avec sa couleur rose. Elle pousse en bordure des coteaux humides ou détrempés.

L'Epipactis de Müller (Epipactis muelleri) beaucoup moins spectaculaire, avec ses fleurs blancs verdâtres à peine ouvertes qui pendent comme de petites cloches, colonise le même milieu.  

L'Orchis moucheron et l'Epipactis de Müller
L'Orchis moucheron et l'Epipactis de Müller

L'Orchis moucheron et l'Epipactis de Müller

Une des particularités du marais des Bouligons, c'est qu'il est considéré comme la plus grande station du département de la Drôme, pour une orchidée rare qui est menacée en France, à cause de la disparition des zones humides : il s'agit de l'Epipactis des marais ou Helléborine des marais (Epipactis palustris).

Pas facile de la photographier, car il aurait fallu pour cela, pénétrer dans le marais ce qui bien entendu, vous vous en doutez, est interdit mais celle-ci poussait en bordure du platelage. 

L'Epipactis des marais

L'Epipactis des marais

La salicaire (Lythrium salicaria) appartient à la famille des Lythracées. Elle pousse toujours près de l'eau ou carrément les pieds dans l'eau. Elle est encore appelée la lysimaque, ou herbe aux coliques, à cause de ses nombreuses vertus médicinales (antispasmodique, astringente et hémostatique).

Elle est utilisée depuis le XIIIe siècle. Ses feuilles étaient consommées, crues ou cuites durant les périodes de famine ainsi que ses tiges (cuites). 

Elle pousse en nombre et peut mesurer jusqu'à 1.50 m. On la considère aujourd'hui, comme une plante envahissante. Mais il faut bien reconnaître que ses fleurs d'un rose lumineux sont de toute beauté. 

Pour la petite histoire, cette plante est tellement grande, qu'en Allemagne, elle est devenue célèbre grâce à une légende qui raconte... qu'elle servait d'abri, sous ses fleurs, aux petits lutins de la forêt.

La lysimaque ou salicaire
La lysimaque ou salicaire

La lysimaque ou salicaire

En chemin, le promeneur en apprend davantage sur l'agriculture de la vallée. Ces peupliers têtards en sont un bel exemple. Ce sont des arbres taillés  de manière à couper la tête de l'arbre à environ deux mètres du sol. Les branches poussent alors en couronne. Elles seront taillées à nouveau quelques années après. Les feuilles servaient de nourriture d'appoint pour les animaux d'élevage. 

Ces peupliers ont été taillés ainsi, du Moyen Âge au milieu du XIXe siècle environ. Les arbres en vieillissant deviennent creux et de nombreux animaux (insectes et oiseaux) se cachent alors dans leurs troncs. 

Il est donc important de les préserver comme témoins de pratiques agricoles ancestrales, mais aussi pour le maintien de la biodiversité sur le site.

Peupliers têtards sur le site
Peupliers têtards sur le sitePeupliers têtards sur le site
Peupliers têtards sur le sitePeupliers têtards sur le site

Peupliers têtards sur le site

Le retour se fera par le chemin qui surplombe le marais, un sentier ombragé et très joli qui passe sous les pins et offre de jolis points de vue. On y retrouve une flore typique des coteaux secs de moyenne montagne. 

Les coteaux secs qui bordent le marais
Les coteaux secs qui bordent le marais

Les coteaux secs qui bordent le marais

Voici quelques-unes des fleurs croisées sur le chemin : Inule des montagnes, Millepertuis commun, et plusieurs centaurées. 

Inule des montagnes, millepertuis commun et centauréesInule des montagnes, millepertuis commun et centaurées
Inule des montagnes, millepertuis commun et centauréesInule des montagnes, millepertuis commun et centaurées
Inule des montagnes, millepertuis commun et centauréesInule des montagnes, millepertuis commun et centaurées

Inule des montagnes, millepertuis commun et centaurées

Et c'est avec ce liseron des haies que se termine mon article du jour, ainsi que nos balades d'été dans la Drôme. 

Voilà un endroit que nous avons eu du plaisir à découvrir et où nous retournerons un jour, à une autre saison, peut-être aussi en dehors de la période touristique. 

A bientôt !

A bientôt !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
J'ai adoré cette balade. Que de découvertes de dame nature!! Elle est belle cette nature et il nous faut vraiment la protéger. J'ai appris pleins de choses grâce à toi. Merci! Belle semaine à toi. Bises
Répondre
M
Oh alors si je t'apprends des choses je n'en reviens pas, toi qui explores la nature sous toutes ses coutures :):) Bises et merci pour ton message
E
Dame nature , c'est la liberté , il faut la protéger! Merci Manou pour cette belle balade ! Bises!
Répondre
T
Bonjour Manou, quelle belle suite de balade avec à la clé, de belles séries de fleurs dont de nombreuses me sont inconnues, je suis toujours impressionné de voir à quel point tu as des connaissances à leur sujet. Les orchidées sont magnifiques ainsi que la diversité des fleurs. Et que dire de ces paysages verdoyants... Vraiment une belle balade, bon dimanche et merci pour cette découverte très intéressante et instructive.
Répondre
M
Contente que tu aies aimé me suivre...Merci pour ta fidélité et tes messages auxquels je ne réponds pas toujours ou alors très en retard ! Bises
M
Ah la nature, on ne s'en lasse pas - pour se ressourcer il n'y a rien de mieux - bonne journée - bisous
Répondre
M
Des paysages et des découvertes que j'aime
Répondre
V
J'ai aimé découvrir cet espace humide. La vie grouille en ces lieux. Lorsque je me promène au coeur d'un marais, j'ai l'impression d'être à l'orée du monde.
Merci Manou.
Répondre
M
Quelle belle image ! Je ne peux hélas que rarement me promener dans ces lieux, car comme tu t'en doutes en Provence, à part en Camargue, pas de marais. Bisous
E
Bonjour Manou. J'aime les plantes sauvages que tu nous fais découvrir. Bisous
Répondre
B
Bonsoir Manou waouh magnifique série de photos et quelle belle balade en partage et merci pour les infos bisous beau weekend à+
Répondre
C
Que c'est beau cet endroit humide et c'est superbe que cela existe! Merci de ce magnifique partage! Bises et bon vendredi!
Répondre
M
Contente que tu aimes et que tu apprécies la balade...bises
P
Les lieux humides sont très importants pour la biodiversité !
Je n'ai jamais vu d'orchidées sauvages. J'aimerais bien.
Passe une bonne soirée.
Répondre
M
Au printemps il doit y en avoir chez toi aussi :) tu en verras un jour...
B
une balade qui continue à tenir ses promesses
Répondre
M
Merci Bernie, je me sens mieux dans la nature qu'en ville, que veux-tu on ne se refait pas !
D
Merci Manou pour la poursuite de cette belle balade. J'ai découvert grâce à toi ce qu'est une roselière, je ne connaissais pas du tout ce mot !
Répondre
M
Il y en a en Camargue alors tu comprends que c'est vraiment un terme qu'on ne connait que par rapport aux marais :) bon week-end
L
Coucou Manou
Voilà une bien jolie balade . Merci pour toutes ces documentations. Je ne connaissais pas ces orchis.
Bonne fin D'AM. bisous.Huguette
Répondre
M
Pareil pour nous, c'est la première fois qu'on les voyait ! Bisous et une belle fin de journée
B
Quelle magnifique balade florale dans ce marais drômois.
On y apprend plein de choses grâce à toutes tes explications.
Bisous du jeudi Manou
Répondre
R
Merci pour cette superbe balade super bien documentée qui plus est. Très beau tes clichés. Bisous bisous
Répondre
M
Merci Renée, je suis contente que tu apprécies la balade. Bisous et une douce fin de journée
M
Les marais sont des écosystèmes très particuliers. Le seul que j'ai visité est le marais poitevin.
J'ai bien apprécié la balade dans le tien.
Bisous et bonne journée Manou,
Mo
Répondre
M
Je rêve d'y aller un jour, il est tellement plus grand en plus ce marais poitevin et célèbre :) Bisous et une douce fin de journée
M
Quelle belle nature avec ces fleurs sauvages si précieuses !
Je n'ai jamais su reconnaitre la bourdaine, merci pour toutes ces images commentées Manou
Répondre
M
A Seignosse dans les Landes nous allions quelquefois à la plage des bourdaines. Je me demande si ce n'est pas de la famille de l'aulne, merci en tout cas pour ces détails Manou
M
C'est la première fois que je voyais de la bourdaine alors je l'ai photographié sous toutes les coutures. Mais il faudrait à présent que je vois cet arbuste en fleurs...Les nervures ressortent vraiment beaucoup sur la face inférieure des feuilles, c'est étonnant mais cela peut être un critère marquant qui aide à la reconnaître. Bisous
E
Super balade bien imagée et des renseignements intéressant pour compléter...
On retrouve ses peupliers têtards dans le marais poitevin où je retournerais volontiers d'ailleurs !
Merci pour ce bel article.
Bisous et bonne fin de semaine
Répondre
M
C'était la première fois que je voyais des peupliers têtards, je ne connaissais que les frênes têtards car en Haute-Loire, les agriculteurs les utilisaient pour nourrir les vaches...Bisous et une douce fin de journée (et de semaine, c'est vrai qu'on est déjà jeudi !)
R
What a beautiful variety of plants and flowers you have shown us. HUGS
Répondre
P
Bonjour Manou,
Je dirais tout de suite "Comme c'est vert" ! Une très jolie balade en ta compagnie qui fait du bien. Des fleurs à profusion et c'est beau. Oui, ici c'est grillé calciné ..... Nous n'avons plus rien. La pluie est tombée cette nuit.
Merci pour ce billet pour tes jolies photos et toutes tes explications. Bises
Répondre
M
La pluie est bien tombée cette nuit, et elle a continué cet après-midi. La nature en a bien besoin, par contre cela a stoppé net les vendanges...Les vignes donnent un peu plus de verdure aux paysages du sud-est. Bises