Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

La condition magique / Hubert Haddad

Zulma, 2014

Zulma, 2014

Sous la pluie, à cette minute, il se souvenait de son âge et du désert de sa vie. Un mariage raté et une succession d'aventures au goût de tabac froid laissaient la place entière pour le remords. Son vague ennui se mua en angoisse à la pensée de tous ces jeunes gens éperdus de savoir qu'il s'employait à raisonner aujourd'hui avec méthode après l'exaltation hasardeuse de jadis.

Une silhouette divaguait sous l'averse, les épaules déjà trempées. Elle allait et venait entre les passerelles provisoires menant aux stations d'autobus et l'angle des bâtiments où s'engouffrait un vent de montagne. Roland Desargues connaissait bien ces étudiants solitaires, consumés d'angoisse et faméliques par distraction, qui répandaient en classe leur odeur de chien mouillé. Celui-ci lui rappelait vaguement quelqu'un d'autre...

Du même auteur, j'avais lu et beaucoup apprécié "Le peintre d'éventail" présenté ICI sur le blog, une œuvre très poétique qui se déroulait au Japon. Voilà pourquoi j'ai voulu emprunter ce roman à la médiathèque. 

Dans une université parisienne, Hiel Akangelos fait la connaissance de Marghrète durant le cours du professeur Roland Desargues. 

Tous deux participent à ce cours, pour des raisons différentes : Hiel pour marcher dans les pas de son frère, décédé lors d'un tragique accident d'alpinisme, qui les avait suivi assidûment ; Marghrète, parce que son père, un riche industriel collectionneur d'automates, possède des œuvres inédites du philosophe. En fait, c'est surtout parce qu'elle a voulu fuir son père en venant vivre en France. Son père, en effet, n'arrive pas à faire son deuil de sa femme, disparue depuis des années lors d'une expédition dans l'Himalaya, alors que Marghrète était toute petite. 

Desargues est un enseignant désabusé, mais qui est passionné par Descartes. Son cours intéresse cependant peu d'étudiants, il a l'impression d'avoir raté sa vie. Il va très vite remarquer Hiel.

Hiel tombe sous le charme de Marghrète et découvre qu'elle est sous la coupe d'une secte qui sème l'angoisse autour d'elle. Il tente de la faire sortir de son emprise avec l'aide de Mortimer, amoureux transi depuis qu'il a fait la connaissance de la jeune fille, un an auparavant à Stockholm. Il se trouve que Mortimer est un guide de haute montagne chevronné qui aide le père de Marghrète à monter une expédition dans l'Himalaya. 

Tous les quatre vont suivre le père de Marghrète dans sa folie : il a décidé d'organiser une expédition pour retrouver le corps de sa femme...une quête impossible dans un lieu inaccessible. 

Mon ressenti.

L'auteur rassemble dans ce roman tout un panel de personnages, perturbés et meurtris par leur passé, qu'il nous décrit avec précision jusque dans leur folie. Ils sont tous en quête de quelque chose d'inaccessible, mais ne le savent pas, ou bien ne veulent pas réellement l'atteindre, préférant le rêve à la réalité.

Pour cela, l'auteur use de très nombreuses métaphores, nous faisant  entrer dans leurs esprits, leur désirs, leurs actes ce que j'ai trouvé extrêmement dérangeant, ayant l'impression de lire en permanence deux histoires parallèles, ne sachant plus ce qui relevait du réel ou de l'imaginaire. 

Certes, c'est d'une qualité littéraire indéniable, et il y a de belles réflexions autour de la pensée de Descartes, qu'il faudrait d'ailleurs, soit dit en passant, que j'approfondisse, car mes souvenirs étaient bien lointains. Il y a aussi de très belles descriptions de la nature. Le roman nous propose aussi de réfléchir aux différentes voies qui s'offrent à nous, à notre société moderne, et à la manière dont les humains vont arriver à s'adapter. 

Mais au-delà de ces considérations intéressantes, après la lecture des premières pages qui m'ont permis d'entrer dans le roman, certes, mais avec difficulté, tout en faisant connaissance avec les différents personnages, je dois avouer que je me suis profondément ennuyée et que j'ai trouvé la lecture de ce roman fastidieuse et, il est donc pour moi une belle déception.

C'est sans doute un roman beaucoup trop "littéraire" pour moi, chaque phrase demandant à être interprétée, encore et encore, ce qui devient lassant à la longue. D'ailleurs,  je ne sais pas si je tenterai la lecture d'un troisième roman de cet auteur. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
J'ai eu l'occasion d'écouter Hubert Haddad lors d'une conférence à un salon du livre et très honnêtement, j'avais du mal à le suivre. Trop intellectuel pour moi (ce que tu dis de son livre fait écho à mon ressenti sur la conférence).
Répondre
M
C'est ce que j'ai ressenti en lisant ce livre, je me suis sentie dépassée par ma lecture, alors que certains passages étaient très intéressants...il faut aborder cet auteur sans être dérangée !
E
je l'ai repéré (en fait j'aime l'auteur)mais je ne sais pas si je suis assez attentive, concentrée pour me lancer :-)
Répondre
M
Pour celui-ci j'ai vraiment eu du mal à me concentrer pourtant les personnages étaient intéressants dans leur "folie". Peut-être que c'est pour cela que je ne suis pas entrée dedans, par manque de concentration et parce que j'ai trop souvent été dérangée dans ma lecture, je ne sais pas...
E
Tu me donnes envie de le lire : Bon mercredi, bisous
Répondre
É
Merci Manou pour ton reseenti ... bises
Répondre
P
Tu lis beaucoup de livres qui me sont totalement inconnus.
Je passe celui-ci...
Bonne soirée.
Répondre
M
Pas sûre d'y arriver niveau philo... Je passe...
Répondre
A
Je ne note donc pas ce titre. Merci pour ton avis.
Répondre
R
Thank you for this excellent review. Friendship
Répondre
C
A la lecture de l'histoire ça ne me disait rien qui vaille, mais maintenant que j'ai lu ton ressenti ça me tente encore moins ! Les choses trop littéraires ne me tentent pas du tout.
Bel après-midi, bisous.
Cathy
Répondre
M
Bonjour Manou,
avec tous les bouquins attirants que j'ai en attente de lecture, je ne vais peut-être pas y ajouter celui-ci... ;-)
Bisous et bonne journée,
Mo
Répondre
D
alors je ne tenterai sans doute pas le premier, bises
Répondre
B
merci pour ta chonique, je ne me lancerais pas dans un lecture qui risque de m'ennuyer.
Répondre
J
voilà qui est clair !
merci Manou
Répondre
E
Bonjour Manou. Merci pour ton ressenti. Ce roman ne me tente pas. Bisous
Répondre
D
C'est vraiment dommage en effet ! Mais tu as eu le courage de le lire jusqu'au bout ;)
Pour une fois, je ne noterai pas un titre sur ma liste de souhaits de lecture.
Passe une belle journée.
Répondre
M
Dommage, à la lecture du début de ton résumé, j'etais tentée, d'autant plus que le precedent ouvrage de cet auteur t'avait plu... certains ecrivains ont parfois des hauts et des bas. Je viens de terminer une vie entre les pages de Cristina Carboni... un peu decue par rapport à ses précédents ouvrages ... avant j'ai lu le cocher du pont - neuf de Jean-Baptiste Bester... roman historique et la terre du bout du monde de Tamara McKinley que j'ai beaucoup aimé. Bonne journée... bisous
Répondre
R
Hier panne internet impossible de mettre un com...Je crois que ça je vais zapper mais merci. Bisous
Répondre
L
Déjà ton résumé du livre ne me faisait pas trop envie, mais avec ton ressenti en plus, je ne le note pas celui-là !
Bisous et bonne journée
Répondre
F
Les auteurs de notre temps sont acculés à l'exigence des lecteurs toujours plus friands du sensationnel, du machiavélique, du tordu, de théories de complots et de complexités psychiques. Les personnages de fictions romanesques doivent à la fois ressembler à monsieur tout le monde et être hors norme par les réflexions, les menées, les comportements et les natures d'âme...Pour les auteurs puiser dans le fantasque de l'imaginaire et du sordide..., pour les lecteurs, se repaître d'intrigues ultra complexes qui confinent autant au réel sur-gonflé qu'à l'invraisemblable. En résulte des histoires de plus en plus alambiquées qui deviennent très difficiles à suivre.
Oui cela peut être frustrant et décevant en dépit d'un style et d'une écriture de bon niveau.
La lecture ne devrait pas ennuyer mais distraire vraiment... instruire, c'est la cerise sur le gâteau.
Merci pour ce partage d'impression après lecture dont l'objectivité n'est nullement exclue.
Amitiés.
Répondre
M
En effet, je n'irai pas m'aventurer dans ce genre de livre!
Répondre