Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Miss Islande / Auður Ava Ólafsdóttir

Editions Zulma, 2019

Editions Zulma, 2019

C'est là que je lui ai dit.
Que j'écrivais.
Tous les jours.
Que j'avais commencé à écrire sur le temps qu'il faisait, comme mon père, et sur les changements de lumière au-dessus du glacier de l'autre côté du fjord, que j'avais d'abord décrit les nuages blancs qui flottaient comme un écheveau de laine sur l'aire de glace, puis que j'avais ajouté des gens, des lieux et des événements.

Les hommes naissent poètes. Ils ont à peine fait leur communion qu'ils endossent le rôle qui leur est inéluctablement assigné : être des génies. Peu importe qu'ils écrivent ou non. Tandis que les femmes se contentent de devenir pubères et d'avoir des enfants, ce qui les empêche d'écrire.

Dans les années 60 en Islande, Hekla (qui porte le nom d'un volcan) quitte son père et la ferme de son enfance pour Reykjavik, avec quatre manuscrits dans sa valise, et sa machine à écrire. Elle compte bien trouver un travail à la ville pour continuer à faire ce dont elle rêve le plus au monde, écrire. Mais en ce temps-là, les femmes doivent se marier et faire des enfants, c'est tout ce que la société (et les hommes) leur demande. Alors se faire publier, il ne faut même pas y penser, ce qu'elle a déjà réussi à faire cependant, en prenant un pseudo...masculin. Les femmes écrivains sont rares à cette époque en Islande et considérées comme "sans talent".

 

Là-bas, elle retrouve avec bonheur son fidèle ami d'enfance, Jon John qui est marin à ses heures mais ne trouve sa place nulle part, étant homosexuel et meurtri par son enfance passée à être traité de bâtard. Lui rêve de pouvoir enfin aimer un homme en toute liberté sans qu'on l'accuse d'être pédophile, ce qui n'a rien à voir.  Il voudrait vivre de son art, car ce qu'il aime avant tout c'est créer des vêtements. Il voudrait devenir styliste de mode, ou costumier de théâtre. Il ne supporte plus de ne plus "être comme tout le monde" et de se faire violemment agresser. 

Tous deux se protègent mutuellement, et lui seul est capable de comprendre le désir d'écrire de la jeune femme.

Elle retrouve aussi son amie d'enfance Isey, aujourd'hui mariée et mère de famille, qui comme elle, aime les mots, mais n'a plus le temps de les fixer par écrit autrement que dans son journal intime qu'elle remplit en cachette de son mari, ce cahier semblant être le seul capable de la maintenir à flot et de lui permettre de trouver un sens à sa vie d'épouse. 

 

Harcelée par un homme qui désire la voir participer au concours de Miss Islande, et par les clients de l'hôtel où elle travaille comme serveuse qui ne cherchent qu'à la tripoter ou à la mettre dans leur lit, Hekla a du mal à continuer à écrire, d'autant plus qu'elle tombe amoureuse d'un poète qui travaille à la bibliothèque qu'elle fréquente. Tous deux s'installent ensemble.

Mais rien ne se passera comme prévu. Hekla tient trop à sa liberté. Elle ne veut pas avoir à choisir ! Féministe dans l'âme, elle va devoir se battre pour que son rêve se réalise.

Les mots m'évitent, dès qu'ils me voient, ils prennent la fuite comme un banc de nuages noirs poussés par un vent propice. Il en suffit d'une quinzaine pour écrire un poème et je ne les trouve pas. Je suis au fond de l'eau, oppressé par le poids de tout un océan salé et froid, mes mots n'atteignent jamais le rivage...

Nous sommes faits de l'étoffe de nos rêves...

Je tombe toujours sous le charme des personnages quand je lis un roman de Auður Ava Ólafsdóttir. Elle n'a pas son pareil pour nous faire entrer dans l'ambiance de ses romans qui se passent tous en Islande (au moins en partie) et nous décrire à merveille la vie quotidienne des habitants de ce pays, le plus souvent méconnu du grand public qui n'a de lui que ses paysages de carte postale. 

Dans les années 60, le pays vivait quasi exclusivement de la pêche d'où les difficultés pour les hommes de trouver un travail ailleurs que sur les bateaux.  

Là-bas bien entendu, les années 60 ressemblent beaucoup aux années 60 de chez nous avec leur côté conservateur. Les idées féministes ont du mal à faire leur chemin, même dans les milieux intellectuels, où pourtant tout le monde en discute quotidiennement.  Mais en parler ce n'est pas les accepter vraiment, ni les appliquer dans leurs propres vies : les hommes n'en sont pas encore capables. D'ailleurs, les femmes sont exclues de leurs cercles de discussion, c'est dire...

 

Le roman aborde aussi sans détour la cause homosexuelle à travers le personnage de Jon John, obligé de fuir son propre pays, pour trouver à peine un peu plus de liberté ailleurs. 

Ainsi l'auteur met-elle en avant les contradictions de la nature humaine, mais elle le fait avec humour, légèreté, délicatesse, sans animosité ni agressivité, et à travers des personnages attachants, sincères et authentiques, emplis de tendresse et d'humanité. Son sens du détail nous captive dès les premières lignes et nous donne envie de tourner les pages très vite tout en savourant au passage de magnifiques moments de poésie, des dialogues réalistes, des situations quotidiennes certes, mais puissamment évocatrices. Le roman est parsemé de petites phrases et de poèmes ce qui ajoute à son charme. 

 

Un roman que j'ai eu un grand plaisir à découvrir. Il a obtenu en 2019 le Prix Médicis étranger.

 

J'ai déjà lu de cet auteur : 

Rosa Candida

Le Rouge vif de la rhubarbe

L'embellie

Et vous ?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Bonjour Manou, un roman qui m'a beaucoup plu pour son histoire.
Répondre
M
Tu donnes envie de le découvrir...
Répondre
Z
Je n'ai lu que Rosa Candida que j'avais apprécié. Peut-être me laisserai-je tenter par celui-ci
Répondre
L
J'aime beaucoup cette maison d'édition en générale.
Ton avis donne très envie de tenter l'expérience.
Répondre
B
Je note car je pense que ce livre que tu nous as bien présenté, me plairait.
Biz
Répondre
P
Je crois que ce roman me plairait. Je ne connais pas l'auteure mais la façon dont tu décris ce roman me donne l'envie de le lire. Merci Manou
Répondre
S
Bonjour Manou, je ne connais pas cette auteure mais ton enthousiasme est contagieux : j'aimerais bien me le procurer. Et aller visiter ce pays un jour aussi ! Bises et belle journée.
Répondre
M
Visiter ce pays me tente beaucoup et j'aime de plus en plus découvrir les auteurs nordiques !! bises et une belle journée
D
J'ai découvert cette auteure récemment, Rosa candida dans une boîte à livres alsacienne et je lirai tous ses livres. Je suis conquise.
Bises
Répondre
M
Je suis conquise aussi :) bises
R
une auteur que je découvre et dont je viens de mettre le titre dans mes envies.....Au passage le site sur lequel j'achète en Suisse a fait peau neuve et a supprimer toutes mes listes ça me gonfle j'avoue. Bisous
Répondre
M
Tu ne peux pas les joindre par mail, ils ont forcément une sauvegarde non, car il me semble que la démarche n'est pas bien normale. Bisous
M
Je n'ai encore rien lu d'elle
J'ai trouvé à télécharger ce roman . Mais je n'arriverai sûrement jamais à retenir le nom de l'auteur...
Bonne journée à toi Manou et gros bisous,
Mo
Répondre
M
Les avis sont partagés sur cet auteur car elle écrit des livres très humains et il faut aimer l'ambiance, certains les trouvent trop lents...Tu me diras ce que tu en penses ! Bisous
A
Rosa Candida ne m'avait pas passionnée, je n'ai pas continué avec cette autrice.
Répondre
M
Ah c'est certain que cela n'a rien à voir avec des polars, l'ambiance est beaucoup plus lente...
C
Merci Manou pour ce partage
Tout ce que tu lis donne envie ...
Bises
Répondre
E
je n'ai lu que "L'embellie" et "Rosa Candida" j'apprécie la poésie de l'auteure mais peu la lenteur de ses récits, je lirai probablement celui-ci ainsi que "Le rouge vif de la rhubarbe" ils sont dans ma PAL :-)
belle semaine à toi :-)
Répondre
M
C'est amusant que tu évoques la lenteur, cela ne me dérange pas du tout quand je la lis, mais je reconnais que je le fais souvent quand j'ai besoin de calme justement et de me poser ! Je lirai tes avis avec grand plaisir. Belle semaine à toi aussi
D
A chaque fois que je lis une chronique sur un des romans de cet auteur, j'ai envie de le lire, et celui-là ne fait pas exception, avec cette façon d'aborder la place de femme, ou l'homosexualité à l'époque. J'ai bien aimé ton choix de citation, comme quoi nous sommes faits de l'étoffe de nos rêves... Belle semaine à toi !
Répondre
M
Alors si tu as aimé certains titres, tu aimeras celui-là... Elle a un style bien à elle et je comprends aussi que d'autres lecteurs ne soient pas captivés. Belle semaine à toi aussi (bientôt les vacances !)
M
Oui j'ai deja lu cette auteure, " rosa candida " que j'ai adoré... et ce que tu nous contes de celui-ci donne envie de le découvrir.. merci Manou.. mes dernieres lectures: l'homme aux cercles bleus de Fred Vargas.. je n'ai pas accroché et c'etait sa deuxième chance ;-) et les tisserands de la Licorne de Francoise Bourdon que j'ai adorė, l'univers du textile, la difficulté de se réaliser à cette époque oû elles s'echinaient à longueur de journee sur les metiers à tisser... et n'avaient aucun droit... merci Manou. A bientôt ! Bisous
Répondre
M
Et bien alors tu l'aimeras, oui je me souviens que tu étais venue me mettre un messages sur Rosa Candida quand tu l'avais lu !! bisous et une douce fin de journée, déjà
G
Je ne connais pas cet auteur
Bonne journée Manou
Bises de chez nous
Répondre
L
Je n'ai jamais lu de livres de cet auteur, mais j'ai vu celui-ci à la librairie, et je l'ai mis sur ma liste de Noël ! Mais il n'est pas le seul
Bisous et bonne journée
Répondre
M
L'important est que le père noël pense à toi :) bisous
C
Il a l'air vraiment intéressant ce roman par les thèmes qu'il aborde ! je m'étais noté "Rosa Candida" mais celui-ci je n'en n'avais encore jamais entendu parler... merci pour la découverte !
Bonne journée, bisous
Répondre
M
"Rosa Candida" a été son premier livre traduit en français et vu son succès, d'autres ont suivi :) bisous et une belle journée
E
Bonjour Manou. Je ne connais pas cet auteur qui semble rendre vivant ses personnages. Je note le gtitre pour une future lecture. Bonne journée et bisous
Répondre
M
Il te plairait peut-être ou alors un de ses autres titres...J'aime en effet ses personnages. Bisous
M
Je n'ai rien lu de cet auteure, mais vu ton enthousiasme, tu donnes envie de lire au moins ce livre. Bisous
Répondre