Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le dernier gardien d'Ellis Island / Gaëlle Josse

Les Editions Noir sur blanc/ Collection Notabilia, 2014

Les Editions Noir sur blanc/ Collection Notabilia, 2014

C'est par la mer que tout est arrivé. Par la mer, avec ces deux bateaux qui ont un jour accosté ici. Pour moi ils ne sont jamais repartis, c'est le vif de ma chair et de mon âme qu'ils ont éperonné avec leurs ancres et leurs grappins.

Pendant quarante-cinq années_j'ai eu le temps de les compter_, j'ai vu passer ces hommes, ces femmes, ces enfants, dignes et égarés dans leurs vêtements les plus convenables, dans leur sueur, leur fatigue, leurs regards perdus, essayant de comprendre une langue dont ils ne savaient pas un mot, avec leurs rêves posés-là au milieu de leurs bagages.

Dès leur arrivée dans le grand hall, on les prit de déposer leurs affaires, ce qui ne va pas sans protestations, sans pleurs, sans méfiance malgré l'assurance qui leur est donnée de les retrouver intactes. C’est tout ce qu’ils possèdent de leur vie précédente, la plupart du temps guère plus qu’un peu de mauvais linge et un modeste nécessaire de toilette, quelques photos, un violon ou un harmonica, une bible, une croix, une ménorah, une icône peinte. A l’épreuve de tout quitter, faut-il que leur soit ajoutée celle de perdre leurs maigres biens.

Nous sommes le 3 novembre 1954. 

Dans quelques jours le centre d'Ellis Island va définitivement fermer.  

A un kilomètre de la Statue de la Liberté, pendant près d'un siècle, l'île a été utilisée comme centre d’accueil pour les immigrés en provenance de toute l'Europe.

 

John Mitchell, le directeur y a travaillé pendant près de 40 ans. Il est maintenant seul dans le lieu déserté et attend le bateau qui doit venir le chercher.

 

Pendant que les dernières heures s'égrènent peu à peu, les souvenirs de sa douloureuse vie remontent à la surface et il décide de les coucher sur le papier. 

Il se souvient de son arrivée sur l'île, de Liz sa femme adorée qui alors qu'elle était infirmière sur le centre, est morte bien trop tôt du typhus.

Il se souvient aussi de ses années de solitude jusqu'à ce qu'arrive Nella, l'immigré d'origine sarde, accompagnée de son frère "pas comme les autres". Nella qui sera celle qui va bouleverser à nouveau sa vie et qui le poussera à commettre des actes dont il ne se relèvera jamais.

 

Dans cette longue confession, touchante et merveilleusement écrite, l'auteur nous fait entrer dans les plus intimes pensées de John, tentant de comprendre avec lui, la solitude, le sens de ce destin tragique qu'il a dû accepter sous peine de devenir fou... et ce dilemme impossible entre le travail bien fait, administratif et froid et sa sensibilité d'homme, devant tant de détresse humaine.

 

A travers ce roman où se mêlent récit et fiction, l'auteur nous parle des conditions d'accueil pour ne pas dire de détention des immigrés passés par le centre, des longs mois d'attente, avant d'avoir l'autorisation d'être accueillis sur le sol américain...et du fameux questionnaire auquel ils devaient savoir répondre, sous peine de voir leur rêve s'effondrer.  

Ils ont été plus de douze millions à passer par l'île, à être soignés, à être mis en quarantaine. C'était la porte d'or, la porte d'entrée incontournable pour "la Mérica". D'après les chiffres officiels 2 % seulement auraient été renvoyés dans leur pays d'origine, parce que trop dangereux, ou pour d'autres raisons. 

 

L'auteur s'est rendu dans le centre transformé aujourd'hui en musée, elle a vu les clichés pris par le photographe du lieu, s'est senti submergée par l'émotion et l'ambiance particulière. 

Elle nous montre que les choix des dirigeants ont eu des conséquences souvent terribles pour les hommes, et que malgré les décisions à prendre, ils n'en étaient pas moins des hommes, pour la plupart touchés de voir tant de détresse humaine, arrivée par bateau de l'Europe. 

 

Aux côtés de personnages imaginaires, le lecteur rencontre aussi des personnages réels, comme Sherman, le photographe qui a réellement pris tous les clichés aujourd'hui exposés au musée.

Il en est de même pour l'histoire de Giorgy Kovacs, arrivé au centre avec sa femme et qui sera dirigé vers l'Amérique du sud, parce que "trop" communiste et considéré comme un danger potentiel. 

 

Un livre bouleversant que je voulais lire depuis longtemps...et qui reste malheureusement toujours une lecture nécessaire. 

 

Je compte poursuivre la découverte de Gaëlle Josse dont je n'avais lu jusqu'à présent que le superbe roman "Les heures silencieuses", présenté ICI sur le blog. 

Cette jeune italienne brune et affligée avait atteint en moi des régions inconnues, de ces lieux dont l'existence reste insoupçonnable et dont la brusque découverte nous tend un miroir où se reflète un inconnu...

Ces photos me mettent mal à l'aise. Je sais ce qui se cache derrière elles, et je ne connais que trop leur mode opératoire, la plupart du temps indiscret et insistant...
Les futurs modèles se trouvaient dans l'impossibilité de refuser cette prise de vue...
Beaucoup n'avait jamais vu d'appareils photos de leur vie.

L’épisode vécu avec l’écrivain hongrois Giorgy Kovacs et son épouse Esther m’a fait réaliser, bien des années plus tard, mais avec une dureté qui me fait encore mal aujourd’hui, que les martyrs sont toujours du côté de l’esprit, les coupables, du côté de la force, et que l’Histoire demeure le seul juge...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Comme tu as raison Manou, c'est une lecture au combien nécessaire
Répondre
E
j'ai adoré ce roman, c'était mon 2e de Gaëlle Josse que j'apprécie de plus en plus...
il y a eu un film au cinéma qui m'a plu mais différent du roman
bon 1er mai à toi :-)
Répondre
M
Je ne connais pas le film ! Bon 1er mai à toi aussi...
Q
Je note... je n'avais lu que son premier roman...
Répondre
M
Je viens d'en découvrir encore un et je n'ai pas été déçue. bisous
C
je ne connais pas l'auteure merci de la présentation comme toujours formidable chez toi
j'imagine aisément comme ce livre doit être bouleversant
douce soirée à toi
bisous
patricia
Répondre
M
C'est le cas en effet mais il se lit très facilement et la plume de l'auteur est tellement sensible et touchante qu'on ne peut le lâcher...bisous
S
Je suis une inconditionnelle de Gaëlle Josse, je l'ai découverte avec les Heures silencieuses, j'aime tous ses romans, mais n'ai jamais lu sa poésie. Merci !
Répondre
M
Je continue à la découvrir. Je viens de lire "Nos vies désaccordées"...bises
Z
Oui, un très beau livre
Répondre
M
Je ne sais plus si j'avais lu ta chronique je note tellement de livres que tu présentes. Mais je vois que toi aussi tu l'as aimé
M
Merci pour ce partage
Répondre
M
J'aime bien découvrir des faits réels à travers des romans... et celui-ci devrait être plein de découvertes....
Je note...
bisous et bonnes vacances avec tes petits!
Répondre
M
Merci à retardement ! je suis rentrée à présent et une jolie surprise m'attendait dans la boîte aux lettres...un adorable faire-part que j'ai trouvé merveilleux quand on connaît l'illustratrice :) mais l'attention aussi m'a beaucoup touchée...vraiment. bisous
L
Coucou,

Un sujet qui m'intéresserait beaucoup. Sujet actuel et dans un lieu que j'aime.

En lisant le titre, j'ai repensé à un autre roman que j'ai lu il y a longtemps déjà et qui mettait en scène un gardien de phare et sa famille. Malheureusement, je ne me souviens plus du tout du titre du livre ni du nom de l'auteur.

Gros bisous et belle journée.
Lavandine
http://lorgnettedunjour.canalblog.com/
Répondre
M
Cela m'arrive aussi...j'ai pendant longtemps tenu un cahier de mes lectures (c'était avant l'informatique) puis je n'ai plus rien noté pendant 10 ans et cela m'arrive encore aujourd'hui de regretter de ne pas avoir tout noté. Quand je pense à tout ce que j'ai lu au cours de ma vie !! bisous et une belle journée
P
Je n'ai pas encore lu cette auteure. Je vois beaucoup ce livre sur les blogs...
Bon weekend.
Répondre
M
Il était dans ma liste depuis très longtemps et je ne regrette pas de l'avoir lu...Bonne journée Philippe et merci de ta visite pendant ma pause
M
Un livre certainement bouleversant, et autant que la visite du musée qu’est devenu Ellis Island dont je garde toujours un souvenir plus qu’émouvant bien des années après.
Répondre
M
Je ne suis jamais allée là-bas et je n'irai sans aucun doute jamais mais l'auteur encore une fois me surprend par sa plume si émouvante. bisous
L
coucou merci pour cette découverte bouleversante ; bisous
Répondre
M
C'est un beau livre, poignant. bises
L
Pas facile mais cela doit être bien
Répondre
M
C'est le cas pour ceux qui aiment lire et ont le temps...
C
Certainement très dur à lire, peut être même verser une larmette, mais une cause qui mérite qu'on se pose des questions et c'est encore malheureusement d'actualité même si les modalités ont changé ….
Bisous Manou.
Répondre
M
Cette lecture m'a beaucoup touchée et je pense que ce livre pourrait te plaire. L'auteur a une plume d'une grande sensibilité. Il faut par contre avoir le moral pour aborder ses lectures bouleversantes. Bisous et à bientôt
R
désolée j'espérais pour le moins revenir un peu avant mais tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Soucis de santé pendant Pâques, puis un autre c'est greffé dessus. Je reviens faire des visites mais pas au rythme dont j'ai l'habitude donc, doucement doucement. En espérant que tu ailles bien et pouvoir revenir plus régulièrement. Amicales pensées. Ceci et un copier/coller afin de ne pas rester trop longtemps derrière l'ordi vu les circonstances merci de la compréhension.
Répondre
M
Ne t'en fais pas Renée et prends ton temps pour revenir et prendre soin de toi...bisous et bon courage
E
un sujet puissant que le déracinement qui peut se décliner en bien d'autres lieux, souvent sur un mode tragique. Cet endroit là a été intimement lié à la tragédie et l'histoire, ce livre doit être passionnant
Répondre
M
Plus je lis cet auteur, plus je l'aime...Merci de tes visites malgré ma pause cette semaine. Je viens te voir dès que possible. bisous et une douce journée
D
"et qui reste malheureusement toujours une lecture nécessaire" : que c'est bien dit, merci Manou
Répondre
M
Merci Domi...cela reflète bien ce que je ressens
M
Une belle critique qui me donne envie de le lire. Mes petites filles arrivent, je fais une pause commentaires d'une dizaine de jours. Bisous
Répondre
M
Pas de problèmes Martine. Je t'ai copié dessus en me mettant en pause commentaire moi-aussi toute la semaine. Je viens te voir dès que possible. Je ne t'oublie pas et profite-bien des pitchounettes. bisous
P
Un sujet fort, et je ne doute pas que cet ouvrage soir poignant et bouleversant.
Bises et bonne journée Manou
Répondre
M
J'ai beaucoup aimé la délicatesse avec laquelle l'auteur aborde ses propos...Bisous
D
C'est un roman fort que tu nous présentes ! Indispensable à lire pour comprendre les migrants, leurs rêves et parfois les désillusions à l'arrivée. Merci pour la découverte.
Répondre
D
Comment l'as-tu deviné ? ;)
M
J'aime de plus en plus l'auteur et je viens de terminer un autre de ses romans. Il faut la découvrir. Je viens te voir dès que possible, je suis certaine que tu as publié plein de choses durant mon absence :)