Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Câpres de capucine au vinaigre

Mes capucines cet été en Haute-LoireMes capucines cet été en Haute-Loire
Mes capucines cet été en Haute-Loire

Mes capucines cet été en Haute-Loire

 

Le câprier que je possède dans mon jardin provençal, ne me fait pas encore de fleurs, je ne peux donc pas préparer mes propres câpres. Or dans la cuisine provençale, nous en consommons beaucoup...

 

En effet, le câprier est un arbrisseau épineux qui pousse à l'état sauvage uniquement dans les régions méditerranéennes en particulier sur l'île de Malte et au Moyen Orient où il prolifère. Mais on peut le rencontrer dans tout le sud de la France, en Provence, dans le Roussillon et le Languedoc, et jusqu'en Gironde où il s'est échappé des cultures, colonisant les zones rocailleuses de la garrigue.

Le mien a été transplanté au jardin et a eu du mal à s'adapter...

Le câprier est un arbuste grimpant qui peut atteindre 1 mètre de hauteur. Il est assez rustique, mais craint le gel (entre 0° et - 5°). Il aime en particulier la chaleur, le soleil et les sols rocailleux, voire aride.

 

Le câprier de mon jardinLe câprier de mon jardin

Le câprier de mon jardin

 

Les câpres, ce sont les boutons floraux qui sont cueillis avant la floraison, quand ils ont encore la taille d'un petit pois.

Ils sont mis ensuite au vinaigre, au sel ou traités par la lactofermentation, afin d'être utilisés comme condiments.

On dit LA câpre, ce que j'ai appris depuis peu : je n'aurais pas mis ce nom au féminin !

Si le câprier est gros, vous pouvez aussi profiter au jardin de sa remarquable floraison...

Laissez alors l'arbuste produire des  fruits, les câprons. Ceux-ci peuvent également être consommés au vinaigre et dégustés comme des cornichons...

Nous en reparlerons donc le jour où mon petit câprier sera devenu grand, si ce jour arrive ! 

 

Fleur épanouie de câprier (Photo wikipedia)

Fleur épanouie de câprier (Photo wikipedia)

 

A défaut donc, j'ai semé au printemps derniers des graines de capucine dans mon jardin de Haute-Loire. Les fleurs en salade, les bourgeons de fleurs et les fruits de capucines sont comestibles.

 

J'ai donc essayé de préparer des "câpres" de capucines...

Les capucines étaient superbes sous le climat de l'Auvergne (en Provence, il fait trop chaud !).

Le mot "câpre" en ce qui concerne les capucines est donc erroné, mais bon apparemment sur le net et sur les étiquettes des produits, il est employé. 

 

Dans cette préparation, ce sont essentiellement les fruits qui sont utilisés et plus rarement les boutons floraux (donc exactement l'inverse du cas du câprier). Ils ont une saveur piquante et vous pouvez en goûter un cru, pour voir si vous aimez ça avant de les préparer en condiment ! 

Il suffit de les faire macérer dans du vinaigre d'alcool aromatisé avec des herbes, du vinaigre de cidre plus doux ou de les traiter par lactofermentation (dans une solution salée...).

 

Je vous donne donc ma méthode simplissime...

 

1- Stériliser un bocal avec une fermeture à caoutchouc et le retourner sur un torchon pour qu'il s'égoutte.

 

2- Faire bouillir 1/2 litre de vinaigre d'alcool (ou de cidre) avec 1 verre d'eau et des aromates : de l'estragon, du thym, du laurier, de la sauge, du romarin, des grains de poivre, de la coriandre si vous aimez... Vous avez le choix !

Stopper dès l'ébullition et laisser infuser et refroidir. 

 

3- Tous les jours, soulever délicatement les feuilles et les fleurs du massif pour ramasser les fruits bien formés mais encore bien vertsIls se présentent sous la forme d'une boule séparée en 3 lobes.

Si j'ai bien compris mes cours de botanique passés, lorsque le fruit devient sec, chacun de ces lobes constituera une graine. 

Les lobes sont donc séparables, ce que je n'ai pas hésité à faire quand les fruits étaient trop gros. 

 

4- Les placer dans une passoire et les rincer sous un filet d'eau. Bien enlever les petites bestioles fréquentes en été sur les fleurs. 

Si votre capucine est envahi par les pucerons, ébouillanter les fruits et rincez-les rapidement sous l'eau froide. Je n'ai pas eu ce problème donc je ne l'ai pas fait. 

 

5- Bien égoutter et essuyer consciencieusement les fruits. 

 

6- Les mettre ensuite directement dans le bocal dans lequel vous ajouterez peu à peu le vinaigre aromatisé.

Attention ! Les fruits doivent en permanence être recouverts.

Evidemment, une fois mis dans le vinaigre, ils changent de couleur !


 

Les câpres de capucine
Les câpres de capucine

Les câpres de capucine

 

7- Quand le bocal est rempli à environ 2 cm en dessous de la fermeture, arrêter d'ajouter des fruits. Compléter en versant encore un bon centimètre de vinaigre aromatisé et fermer hermétiquement. Si vous n'aimez pas les préparations au vinaigre vous pouvez essayer d'ajouter un peu de sucre qui adoucira son acidité. 

 

8- Mettre à l'obscurité et au frais et oubliez-les pendant au moins un mois. Mais ils sont encore meilleurs au bout de plusieurs mois. A vous de voir !

 

C'est facile à réaliser, gratuit ou presque et en plus on profite des fleurs au jardin où dans une jardinière. 

 

Petite astuce : à la fin de l'été, quand la floraison se termine, ramasser tous les boutons de fleurs et les traiter de même ! 

En regardant bien ma dernière photo vous verrez que j'en ai glissé quelques-uns, juste pour tester...

 

 

Et le bocal est prêt à mettre à l'obscurité !

Et le bocal est prêt à mettre à l'obscurité !

 

Et pour ceux qui manquent d'idées pour consommer des câpres...Patrick sur son blog "La Cachina" propose cette semaine une recette d'omelettes aux câpres, et la conservation des câpres au sel, en plus de ses galéjades habituelles...

N'hésitez pas à aller le lire ! 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Bonjour Manou. Je ne sais pas si j'aimerais car je n'aime pas les câpres, et les laisse dans mon assiette lorsqu'un plat en comporte. Bonne journée et bisous
Répondre
C
ma grand mère faisait les câpres mais je me souviens, là où on allait les chercher c'était à l'ombre dans les bois. j'ai bien pensé à en mettre chez moi mais il y a trop de soleil, trop peu d'arbres et arbustes. et puis, je te dirai qu'à part quelques rares utilisations, je n'en consomme pas beaucoup. je préfère kl'an prochain me concentrer sur les cornichons dont tu as parlé il y a quelques temps. Hier, on a changé le poulailler de place et du coup on va avoir pas mal de place pour y mettre les tomates et autres solanacées. bonne fin d e semaine! bises
Répondre
C
Je ne sais pas au juste; je sais qu'on montait dans la colline (qui lui appartenait et surmontait sa maison) et qu'on trouvait ça, rampant au sol. Tu sais...j'avais 7 ou 8 ans! C'était à Pas des Lanciers (13). A ton avis? bises
M
Là tu me surprend vraiment le câprier est une plante de rocailles, de sol aride et de soleil ! Il pousse uniquement sur le pourtour méditerranéen et il lui faut de la chaleur !! Dans ta région les câpriers poussent dans la garrigue. Tu es sûre que ta grand-mère n'allait pas ramasser des boutons de fleurs d'une autre plante qu'elle traitait comme des câpres ? A voir donc...bises
M
Moi aussi j'ignorais qu'elles étaient commestibles
Répondre
M
J'aime en apprendre toujours plus sur les plantes !
Q
Je ne savais pas qu'on pouvait les manger...
Merci pour la découverte, Manou.
Bisous et douce journée.
Répondre
M
Ainsi on peut profiter des fleurs et se faire quelques câpres pour l'hiver :) bisous et une douce soirée
C
Quelle idée originale ! Je ne savais pas que l'on pouvait consommer les fruits et boutons floraux de la capucine ... A essayer - merci beaucoup pour ce partage !!
Répondre
M
Cela remplace agréablement les véritables câpres ! Je les tenterai au sel l'année prochaine pour changer du vinaigre...
L
je vais mettre un lien direct avec ton article et une photo, ça te vas! Bisous
Répondre
M
Merci Patrick ! Mais tu n'es pas obligé...bisous
R
Bonsoir Mamou,
Je ne savais pas pour les câpre, j'avais planté des capucines comestibles !! je n'en ai pas mangé
même en vinaigrette ça ne me tentait pas !!
Par contre j'ai fait la recette de ton gâteau !! nous en avons mangé la moitié !!
je l'ai fait aux poires ,..... avec du mascarpone ! lol c'était bien bon !! j'ai fait des photos !
Bon mardi, bises
Répondre
M
Avec des poires cela doit être délicieux et bien moelleux :) Merci d'avoir essayé pour moi utiliser le mascarpone dans les gâteaux a été une découverte de l'été...à part dans le tiramisu, je n'y aurais pas pensé ! Comme quoi les échanges ont du bon pour se renouveler en cuisine...bisous
C
Je savais que le nom était féminin, mais par contre je n'aurais jamais imaginé qu'on puisse faire la même chose avec des capucines ! Je vais me coucher moins bête ce soir ... Pour ce qui est des fleurs je savais qu'elles étaient comestibles, on en a même eu en déco sur certaines de nos crêpes dans une crêperie du Finistère !
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
C
Oui mais hélas avec mes 12m2 de jardin je n'ai pas la place ...
Belle journée, bisous !
Cathy
M
Donc tu peux consommer les fleurs, les boutons floraux et les fruits...en plus chez toi elles doivent bien pousser avec l'humidité de l'air :) bisous
L
C'est bien complet, et si on connait c'est bien
Répondre
M
Tu dois avoir des câpriers dans ta garrigue si tu ouvres l'oeil
V
bon appétit
Répondre
C
J'en apprends des choses avec ton article :
Je n'avais aucune connaissance de l'arbuste d'où provenait la câpre et en plus je pensais également que c'était "le câpre" que l'on disait
En tout-cas j'apprécie beaucoup ce condiment.
Répondre
M
J'apprends en écrivant mes articles moi-aussi ! C'est ça le partage :) Bonne soirée
R
He bien tu est calée et douée jamais je n'aurais penser que l'on pouvait faire des câpres de cette fleur si mignonne que l'on ne voit plus beaucoup vers chez nous. BIsoussss
Répondre
M
Je n'avais jamais essayé et donc ma curiosité l'a emportée :) bisous
D
Je viens de lire avec grand intérêt ton article, je découvre les "câpres" de capucines, je viens de découvrir aussi avec délice le blog de Patrick, merci.
très belle journée, bises
Répondre
M
Patrick habite dans le Var et son blog est un mélange de rires, de recettes et de bonne humeur, pourtant la vie n'est pas toujours facile pour lui. Merci d'y être allée :) bisous
M
J'aime beaucoup ces petits fruits que je ramasse pour les remettre en terre, même si je ne sais pas si ils sont tous sortis, j'aime tant la fraicheur des capucines !
Je ne suis pas très câpres mais j'aime les cornichons. Je vais voir le lien.
Merci pour la recette ma chère mMnou, bisous
Répondre
M
J'aime aussi les capucines mais en Provence elles n'apprécient pas la forte chaleur ambiante...bisous et une douce fin de journée
Y
J'en apprends vraiment de belles choses et de bien gourmandes.
Un câprier dans son jardin, une chose que ne m'arrivera jamais, pas né sous les bonnes latitudes, comme l'oranger sur le sol irlandais.
Mais je peux me proposer une visite au rayon condiments, et y choisir fleurs en boutons, ou fruits maintenant que tu le dis. On aime les salades joyeuses bien accompagnées, et là, ton idée vient encore de nous l'enrichir.
Et Pour la capucine, je découvre aussi.
Amicalement. Yann
Répondre
M
Si tu ne peux planter de câprier dans ton jardin, tu peux avoir des parterres de capucines ! Quelle chance ! bisous
C
je ne savais pas du tout qu'il y avait des câpres de capucines, merci de ton super billet très instructif et passionnant...
belle journée à toi
bisous
patricia
Répondre
M
A défaut de véritables câpres cela permet de préparer soi-même un condiment similaires à peu de frais...Bisous et un bel après-midi
S
ah ben alors ça je ne connaissait pas, merci pour ces infos et cette recette!!!!bisous
Répondre
M
Je n'en reviens pas ! Je t'ai appris quelque chose :) bisous
F
Je ne savais pas non plus pour la câpre ! j'en met de temps en temps sur mes pizzas mais je l'achète tout fait
Si j'ai bien compris tu habites en Haute-Loire et tu as une maison secondaire en Provence c'est bien ça ? je croyais que tu vivais en Provence
J'aime beaucoup les fleurs des capucines, j'en ai déjà consommées aussi au restaurant une fois,c 'est bon et c'est joli. Merci pour ce billet riche
Bisous & douce journée
Répondre
M
Alors en fait je vis en Provence, où je suis née et où j'ai travaillé ! Mais j'ai hérité d'une maison en Haute-Loire que j'ai eu la chance de pouvoir garder et où je vais très souvent maintenant que nous sommes tous deux à la retraite...Je comprends que tu t'y perdes ! C'est vrai que je ne parle pas souvent de moi ici, et tu fais bien de poser la question. Côté jardin j'ai la chance en Haute-Loire d'avoir un grand jardin que nous avons commencé à cultiver et un mouchoir de poche devant la maison, que je fleuris, comme mon minuscule jardin de Provence... Voilà tu sais tout ! bisous et un bel après-midi
M
Comme je n'aime pas le vinaigre, je ne mange pas de câpres. J'ai appris pour les capucines. Bisous
Répondre
M
Et bien justement en bas de ma recette je mets la recette de Patrick qui les prépare au sel. Du coup quand on aime pas le vinaigre, c'est une bonne solution, je trouve que je testerai. bisous
V
Pas trop de capucines par ici, mais quelques câprier oui... je n'ai jamais osé en ramasser, mais je ne pense pas que ce soit protégé; il faudra que j'essaye. gros bisous Manou. cathy
Répondre
M
Quelle chance les câpriers sont si jolis :) Tu dois pouvoir cueillir les boutons floraux sans problème mais tu as raison : il vaut mieux se renseigner avant...bisous