Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

La Lumière parfaite / Marcello Fois

Seuil / Roman, 2017

Seuil / Roman, 2017

"La mort, le plus atroce donc de tous les maux, n'existe pas pour nous. Quand nous vivons la mort n'est pas là, quand elle est là c'est nous qui ne sommes pas là."
C'est ainsi que commençait l'histoire de la lignée des Chironi, avec une note écrite au crayon sur un dossier orange. C'était tout le patrimoine que Marianna, avait laissé à Maddalena Pes : une centaine de feuillets rédigés à la main...

Mais c'est ce qui arrive dans les rêves, n'est-ce pas ? Que l'on puisse parler avec quelqu'un qui est mort depuis des décennies comme s'il avait votre âge, pour comprendre des choses qu'on ne peut comprendre. Certains rêves sont têtus.

 

Bien qu'ils n'appartiennent pas à la même famille, Cristian et Domenico ont grandi comme deux frères. 

Mais dans les années 80 en Sardaigne, le culte de l'individualisme régit le monde et le profit peut amener des êtres généreux au départ, vers une violence destructrice...

 

La famille Chironi fait tout depuis des décennies pour contrer son destin...

Cristian et sa tante Marianna sont les derniers survivants de la famille. Pour les aider à gérer leur énorme patrimoine, ils ont fait appel à la famille Guiso.

Cristian et Domenico sont jeunes et enthousiastes. Ils partagent tout. Ils sont engagés dans des projets communs. 

Mais quand Cristian s'amourache de Maddalena, promise à Domenico, les événements s’enchaînent, les passions se déchaînent et les valeurs communes passent aux oubliettes. Il ne peut rien sortir de bon de cette rivalité amoureuse et les passions vont prendre un air de tragédie grecque...

Les fiançailles sont avancées mais peu de temps après la fête, les deux "frères" partent ensemble pour Carrare où ils doivent négocier des matériaux pour leur chantier...Au dernier moment Domenico se désiste et se fait remplacer. A l'arrivée du ferry, les carabiniers fouillent le véhicule et y trouvent des armes et des munitions cachées dans la malle. Cristian et son compagnon sont arrêtés. Mais si ce dernier se laisse menotter sans difficulté il n'en est pas de même pour Cristian, qui s'énerve, réussit à prendre la fuite et disparaît en mer...

Personne n'est vraiment surpris de le voir compromis dans cette affaire de trafic d'armes lui qui était pourtant la droiture en personne. Et tous acceptent sa mort comme un signe du destin...

Était-ce un piège tendu par le père de Domenico ? Ou une vengeance personnelle de Domenico ? Ou alors une façon détournée de prendre les rênes de l'entreprise commune ?

Qui est responsable de la disparition de Cristian ?

 

Pour Maddalena, qui se découvre enceinte de Cristian, ce que bien sûr elle va cacher à tous,  une seule solution s'impose : elle mettra au monde un garçon, né Guiso, un point c'est tout ! 

Mais dès la naissance du petit Luigi Ippolito, elle découvre, qu'il est déjà un Chironi et que la vie quotidienne va être pour eux deux, un combat permanent comme elle l'a été pour leurs ancêtres.

Car le destin de la famille Chironi est toujours en marche et le mauvais sort qui semble s'acharner sur eux, n'a pas été détourné de son chemin...

 

Maddalena, pour cet enfant, avait demandé un miracle. Elle avait demandé, en particulier, qu'il cesse d'être aussi hostile. Et, même si elle pensait bien connaître l'origine de cette hostilité, elle feignait pourtant de l'attribuer seulement au fait que les parents ne peuvent choisir leurs enfants, comme les enfants ne peuvent pas choisir leurs parents. Elle avait bien à l'esprit l'instant exact où elle avait compris, au-delà de tout doute possible, qu'avec Luigi Ippolito le combat serait constant.

On ne prête jamais attention aux mots, mais si on le fait on comprend de quelle obscurité on parle, de quelle absence d'astres, quand on prononce le mot désastre.

 

Ce roman est le dernier volet d'une trilogie mais peut se lire indépendamment, ce que j'ai fait car je l'ignorai...

Il se trouve que sans le savoir, j'avais déjà lu le premier volet de la trilogie intitulé "la lignée du forgeron" ("Stirpe" en italien) et que je vous l'ai fait découvrir sur mon blog il y a quatre ans. 

Il me reste donc à lire celui du milieu "C'est à toi" ("Nel tempo di mezzo" en italien) ce que je ferai sans doute prochainement...

 

Le roman est entrecoupé de flashbacks, de descriptions de rêves qui nous emmènent très loin, de légendes, de digressions dans lesquels le lecteur peut se perdre...

Déjà comme dans beaucoup de roman, l'histoire commence par la fin.

Maddalena Pes, veuve depuis peu de Domenico, va retrouver Luigi Ippolito, son fils, devenu séminariste dans le nord de l'Italie. Elle lui confie alors les feuillets laissés par Marianna, sa grand-tante qui contiennent l'histoire paternelle de sa famille. Il va comprendre qu'il n'est pas un Guiso et les révélations contenues dans ces feuillets vont bouleverser sa vie et éclairer d'un nouveau jour son identité...

L'auteur nous ramène ensuite 20 ans en arrière, au moment des événements et de nombreuses digressions nous baladent du présent au passé, le temps de se pencher en détails sur la vie de leurs ancêtres, et sur des événements qui auront tous leur importance dans la vie des différents protagonistes.

Une place importante est laissée à Marianna. C'est un personnage atypique, fantasque et un peu sorcière...et le lecteur se demande souvent puisqu'elle connaît si bien les secrets de l'âme humaine, si elle n'est pas elle-aussi un peu responsable de l'étrange destin qui poursuit les Chironi depuis des générations...

 

Je me suis plongée avec délice dans la Sardaigne des années 70 avec ses paysages à couper le souffle, ses us et coutumes, sa poésie.

J'ai découvert ses côtés sombres comme la corruption qui régit les relations économiques et politiques, et le désir de modernisation qui amène à accepter n'importe quelle spéculation immobilière du moment que les financements sont là ! Le banditisme et la violence sont également bien présents et semblent être les seules solutions face à la grande pauvreté de la région. 

Tout cela me donne envie d'en savoir plus sur l'histoire de la Sardaigne, pays de l'auteur, car lire ce roman m'a fait comprendre qu'il me manquait beaucoup de connaissances sur ce pays où je rêve d'aller un jour. 

La lecture de ce roman est agréable. L'auteur sait garder une certaine distance tout en rendant les personnages bien présents. 

C'est donc une lecture parfois complexe, mais qui  a su m'emporter bien loin d'ici...

 

...on ne peut être heureux si on aime au détriment des autres.

Chacun avait cherché à sa manière à donner un sens à quelque chose dont il n'était pas dit qu'il devait nécessairement en avoir.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Encore une très belle analyse Manou, je ne connais rien de la Sardaigne mais j'imagine...
Répondre
M
J'en prends note lorsque je me plongerai "enfin" dans la littérature italienne. Merci ^^.
Répondre
M
Merci à tous pour votre visite, vos commentaires et votre ressenti sur cette lecture...
Répondre
C
La Sardaigne ... un endroit qu'il me plairait de découvrir un jour ...! Je n'ose plus noter de nouveaux livres sur ma liste ... j'en ai déjà plus de 200 !
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
L
coucou j'aime quand un livre est le prétexte à montrer un pays , bisous
Répondre
E
une histoire comme je les aime.... et la Sardaigne à découvrir! je note illico
je vais essayer de les trouver tous les 3!
ma PAL te dit un grand merci!
bzzzzzzzzzzzzzzzzzz
Répondre
B
la mort..oui c'est terrible mais mal vieillir, malade, sans autonomie, sans personne parfois, c'est peut-être pire que tout..Je ne connais pas la Sardaigne, et ce roman semble bien décrire l'atmosphère qui y régnait dans les années 70, j'espere que c'est moins violent a présent, toutes ces familles qui souffrent de cette violence... Merci pour ton billet. Bises et belle soirée.
Répondre
R
L'honneur et la paroles donnée un peu comme en Corse donc...La Sardaigne si proche et les deux de l’Italie baigne dans cela....Il me semble bon ce bouquin mais tant qu'à faire, si je devais, commencé par le 1...Bisous
Répondre
C
Du poids des traditions ………. des bises Manou !
Répondre
M
Merci pour ton ressenti Manou, je vais noter les 3 volumes, au cas où j'arriverais à trouver un des trois ou tous! ;-)
bisous
Je lis en ce moment: la fille du tailleur de Janice Graham, la vie d'une jeune-femme sourde qui lutte pour vivre la vie qu'elle se choisit à l'époque victorienne...j'ai du mal à le poser chaque soir!
Répondre
D
Une belle découverte que tu partages ! Les rancunes familiales et la violence sont au menu dans cette île de Sardaigne. Belle journée
Répondre
É
Bonjour Manou. Tu m'as donné envie dé lire ce roman. Je commencerai peut-être opar le premier, si je le trouve à la médiathèque. Bonne journée et bisous
Répondre
C
Coucou
Merci pour ton ressenti ..la Sardaigne on a tous envie d'y aller ..on en parle moins que la Corse et j imagine que cette île doit être toute aussi belle ..
Cette trilogie me plairait beaucoup , alors je note
Bises Manou
Répondre
V
je suis allée voir ton article sur le premier livre, il est tentant aussi... si je les trouve, je les liraient avec plaisir! gros bisous Manou. cathy
Répondre
A
Je ne sais pas trop ce qu'il faut penser de cette citation sur la mort, moi qui la côtoie au quotidien, je sais qu'il y a toutes sortes de morts et que trop souvent hélas on la voit venir de loin tout en étant très présent. J'hésite toujours à lire les livres qui parlent de mafieux quand on sait de quoi ils sont capables et qu'ils ont la main mise sur des produits de consommation courante comme le ketchup ou la sauce tomate avec des ramification jusqu'en Chine, ou encore la mozarella que l'on sert tout l'été avec le sourire, mais la plupart des gens l'ignorent ou font semblant de ne pas savoir! J'ai pourtant adoré la série des Montalbano mais si je le trouve à la médiathèque je pense que j'emprunterai le premier tome pour voir. Le souci avec cette médiathèque c'est qu'ils achètent souvent un tome mais pas les autres , je crois qu'ils sont eux aussi pieds et poings liés avec un libraire d'Albi qui leur fait acheter tous les livres qu'il ne vend pas. Je suis tombée récemment sur un livre totalement indigeste dont j'ai lu du reste une mauvaise critique sur babelio, (il faut qu'il soit vraiment mauvais car c'est plutôt rare) mais il avait un joli cœur rose sur le ventre avec une critique élogieuse du libraire! J'ai cru rêver! Et si le libraire était un mafieux! Je vais creuser l'affaire! bises et merci pour tes avis éclairés
Répondre
R
La Sardaigne est une partie du monde qui mérite le détour , ...
Tu es très généreuse sur ta lecture
Merci à toi
Bonne journée
Répondre
P
La Sardaigne, je ne connais pas du tout. On parle beaucoup plus de la Corse.
Je ne connais pas cette trilogie non plus, mais il y a tellement à lire, tant de tentations ! Je suis allé chez le coiffeur hier...et je suis revenu avec sept livres ! Non, le coiffeur ne vend pas de livres, mais il y a des librairies non loin...
Bonne journée.
Répondre
M
Un roman pour decouvrir la Sardaigne et son histoire, voilà qui promet un beau voyage. Merci Manou et belle journée.
Répondre
C
merci pour cet ais, cela donne envie, je lis tellement que j'avoue des fois avoir du mal à me renouveller dans les auteurs. je les adore ces papillons colorés, pas facile de les prendre en photo quand aria fait la zouavette à coté, mais avec l'apn on peut faire plusieurs photos et ne garder que la meilleure. bises.celine
Répondre
D
un bon moyen d'aimer la Sardaigne en effet, j'ai bien aimé la citation sur la mort
Répondre