Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

La serpe / Philippe Jaenada

Julliard, 2017

Julliard, 2017

 

Ce roman, qui vient d'obtenir le Prix FEMINA 2017, raconte l’histoire d’un triple meurtre qui a eu lieu en octobre 1941 dans le château d’Escoire, en Dordogne, au cœur du Périgord.

Georges Girard, sa sœur Amélie, et Louise la bonne, sont découverts sauvagement assassinés à coups de serpe (d’où le titre).

Le seul survivant Henry, le fils de Georges, est tout de suite inculpé car tout l’accuse...

De plus, il était le seul héritier des deux victimes et, manque de chance ou préméditation, il venait d’emprunter deux jours avant, l’arme du crime, et avait obligé son père à venir les rejoindre au château, alors qu’il n’avait pas l’intention d’y venir.

Aucune porte n’a été fracturée et les témoignages ne concordent pas.

Alors que tout le monde le pense coupable, il sera pourtant acquitté lors de son procès aux assises, en 1943, après 19 mois d’emprisonnement dans les conditions terribles de l’époque…

Maurice Garçon, son avocat, un ami de son père, a fait une plaidoirie remarquable et les jurés, convaincus de son innocence, ont à peine pris le temps de délibérer...

Henry Girard est libre, certes, mais il sera poursuivi toute sa vie par cette accusation et ne se remettra jamais de la perte de ses proches.

 

Que Maurice Garçon ait cru son client innocent ne prouve assurément pas qu'il l'était. Mais au moins que certains détails négligés par les enquêteurs permettaient de le penser. C'est pour essayer de les déterrer que je suis là, avec ma petite pelle...

 

Je ne suis pas du tout férue de fait divers et si l’histoire me touche c’est parce qu’Henry Girard n’est autre que Georges Arnaud, le futur auteur d’un livre qui nous a tous marqué, « le salaire de la peur » qu’il écrira des années après, suite à son errance en Amérique du Sud et qui sera porté à l'écran par Henri-Georges Clouzot, avec Yves Montand et Charles Vanel, et lui assurera son succès d'auteur. Mais c'est aussi parce que l'auteur n'a pas son pareil pour nous raconter cette terrible histoire...

 

Philippe Jaenada est donc reparti sur les terres du massacre. Il s’est plongé dans les archives, les journaux de l’époque, les correspondances trouvées dans le dossier (plus de mille pages).

Le narrateur qui n’est autre que l’auteur nous raconte son voyage vers ses terres encore aujourd’hui "sauvages", où il va falloir qu’il se fasse accepter par les villageois pour aller recueillir les impressions transmises de génération en génération, sur ce meurtre atroce et s’approcher du château pour s’imprégner des lieux.

En parallèle, nous avançons dans la connaissance de la vie du jeune Henry, tel qu’elle a été décrite au procès.

Il aurait été mal aimé par sa famille car il était laid mais surtout parce que différent, trop grand, trop maigre, trop sensible, trop intelligent (il a le bac à 15ans) et surtout trop rebelle et irrespectueux…

C’est vrai qu’il a été profondément perturbé par la mort prématurée de Valentine, sa mère, d’une tuberculose, mort dont il ne se remettra jamais et qui aurait eu pour conséquence son rejet de sa famille trop riche, trop bourgeoise, trop guindée…

Mais c’est vrai aussi que Georges, son père, était dans un grand désarroi : il avait perdu sa jeune sœur, puis sa femme. Il ne savait pas comment gérer son fils…

En plus d’être rebelle, le jeune Henry aurait eu, alors qu’il était étudiant, une vie de « dépravé », buvant, sortant, dépensant sans compter mais partageant ses largesses avec les plus pauvres que lui, ou ses maîtresses de passage, puis avec sa femme Annie, qui à son tour ne sera pas du tout acceptée par la famille…

Enfin c’est ainsi qu’il est décrit par les divers témoignages…un rebelle prêt à tout pour obtenir de l’argent, même à menacer sa tante et incapable de respecter ses proches et en perpétuelles disputes avec eux, ce qui s’avérera totalement faux.

Et il sera acquitté…

 

Le lecteur découvre alors, dans la seconde moitié du roman, que beaucoup de pistes n’ont pas été poursuivies, que de nombreux témoins de l’affection qu’Henri portait à ses proches n’ont jamais été convoqués au procès, que la scène de crime elle-même, n’a pas été étudiée de près comme elle aurait dû l’être…et même que certains faits relevés par les brigadiers, arrivés les premiers sur les lieux le jour du crime, ont carrément été contestés par les plus hauts gradés. 

 

Tout cela paraît inouï, inimaginable dans un cadre aussi grave que celui d'une instruction et d'un procès qui vont décider de la vie d'un jeune homme, et pourtant : non seulement il était très facile d'ouvrir les volets de l'extérieur puis de pousser la fenêtre, mais, un peu mieux, les volets et la fenêtre étaient ouverts le matin...

 

Voilà un auteur que je découvre. Journaliste pour « Voici » que par ailleurs je ne lis jamais, il a un véritable don pour nous raconter les événements, le déroulé de l’enquête et nous faire douter de la culpabilité comme de l’innocence de Georges Arnaud.

L’humour de l’auteur et sa capacité d’autodérision agrémentent ce roman qui se lit avec beaucoup de plaisir, malgré les scènes quasi insoutenables qui décrivent les meurtres.

Il faut savoir qu’à l’origine, l’auteur a rencontré le petit-fils de Georges Arnaud et c’est pour lui qu’il a eu envie de reprendre l’enquête et de réécrire l’histoire…

 

L’auteur, sous la voix du narrateur, mêle l’histoire du meurtre et le procès, son enquête, son voyage sur les lieux avec, ses propres sentiments sur l’histoire, sa vie familiale, ses propres livres ou lectures, lus ou écrits.

Il nous refait le procès de ce fait divers qui aurait pu être une grave erreur judiciaire, vu que l'accusé risquait la peine capitale. Il reprend  tous les témoignages, étudient de près les phrases qui ont été sorties de leur contexte, les replace dans les lettres, ou les conversations qui ont été réellement prononcées, et retranscrites lors des interrogatoires, mais qui apparemment n’ont jamais été lues en totalité (sauf par l’avocat).

Le lecteur découvre alors un Henry totalement différent du portrait qui a été brossé, un être attentif aux autres, solidaire de leurs difficultés et profondément généreux même s'il a commis quelques erreurs dans sa vie.

Je ne veux pas rejoindre le camp de ceux qui passent leur temps à regretter un temps où leurs parents regrettaient un temps où les vieux regrettaient un temps où tout était mieux et il restait de vrais hommes (au bout du compte : Cro-Magnon, quel bonhomme, et les soirées devant la grotte à mordre dans le mammouth ; on savait vivre !), mais les fous furieux dans le genre de Georges Arnaud, qui ne laissent rien passer et sautent à la gorge de toutes les injustices à leur portée, qui y consacrent leur vie, il me semble qu'il n'y a plus de quoi monter une équipe de basket...

 

Le romancier confie avoir passé deux ans pour aller chercher au-delà des apparences, les informations qui lui ont permis de raconter l’histoire.

Une belle façon de rendre son honneur à un homme bafoué qui a porté sur lui toute sa vie les soupçons de tous parce que, peut-être à cause de la guerre, l’enquête a été bâclée et que les rumeurs populaires en ont fait le coupable idéal.

Ce roman, qui se lit comme un thriller, est un coup de cœur pour moi, malgré ses 600 pages, et me donne envie non seulement de relire les œuvres de Georges Arnaud, mais aussi de découvrir les autres romans de Philippe Jaenada. 

Le seul livre que j'ai envie d'écrire, c'est la rencontre d'un père et de son fils. Mais ce bouquin-là, je le garde pour moi.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marion L. 28/01/2018 15:33

Bonjour,

Une chronique complète qui donne envie de découvrir ce livre. Peut-on parler d'un récit de vie ? Ou plutôt d'un thriller basé sur des faits réels (plus romancé qu'une récit de vie) ? Je pose cette question pour le public cible entre ceux qui lisent du policier/thriller et ceux qui aiment les histoires vraies, même romancées.

manou 28/01/2018 17:31

En fait selon les moments du livre on change de style. Quand il raconte le meurtre on est dans un vrai thriller, mais quand il refait le procès davantage dans le récit de vie, et l'auteur en plus raconte la sienne au milieu. Et au début quand il nous raconte la vie de Georges Arnaud, tel qu'elle a été raconté au procès on est quasiment dans de la fiction...Si cela peut t'aider...

Quichottine 25/01/2018 12:05

Je ne l'ai pas lu... mais je le note, car je le lirai un jour, c'est certain.

Marion L. 28/01/2018 21:04

Oui merci.

manou 25/01/2018 18:17

C'est un gros pavé mais j'avoue que je l'ai avalé sans m'en rendre compte, tant il est prenant. Bises et à très bientôt

Azalaïs 24/01/2018 08:51

J'avais entendu la critique de ce livre au masque et la plume sur France Inter et il m'a vraiment fait envie. J'attends qu'il soit à la médiathèque où en livre de poche. Peut-être le voile sera-t-il un jour levé mais ces affaires criminelles non élucidées sont toujours fascinantes
bises

manou 25/01/2018 18:19

Il doit être à ta médiathèque je pense. Parfois la liste d'attente est assez longue ! Tu me diras ce que tu en penses quand tu l'auras lu. Bises et bonne soirée

Sigrid 23/01/2018 20:14

Comme ce roman a eu le prix fémina, des journaux ont ressuscité le fait divers et les articles qui n'ont pas cessé d'être écrits ces dernières années, même après la mort d'Henri Girard, dit Georges Arnaud, lequel a eu une vie courageuse de journaliste, de militant, de romancier (C'est lui qui a écrit Le Salaire de la peur tourné ensuite par Clouzot avec Charles Vanel et Yves Montand ! Dès qu'il sera en poche, je lirai ce livre. Merci d'avoir renforcé mon idée !

manou 25/01/2018 18:20

Je sais que c'est lui qui a écrit le salaire de la peur, et d'autres œuvres moins connues, je le dis dans ma chronique :) Je lirai ta chronique avec grand plaisir sur ton blog Sigrid. merci pour ton message

danielle 23/01/2018 18:39

je sais que je ne le lirai pas, sujet tellement dur, et pourtant il doit être très intéressant; je ne savais pas que l'auteur du salaire de la peur avait vécu ça, ce doit être terrible; l'auteur du livre dont tu parles a-t-il "vu" des pistes de soupçons vers d'autres personnes? mais tout cela doit être difficile à démêler tant de temps après!

manou 25/01/2018 18:22

Ce qui est intéressant c'est justement qu'en enquêtant sur l'affaire et en lisant le dossier en détail, toutes les failles du dossier sont apparues et il y a une piste sérieuse et un autre coupable "idéal" si je puis dire...mais je ne voulais pas donner plus de détails pour laisser les lecteurs éventuels découvrir les conclusions de l'auteur !

Maryline 23/01/2018 11:05

600 pages, mazette ce n'est pas rien. On ne connait jamais vraiment les gens, tout le monde a ses secrets et zones d'ombre... Je ne suis pas férue de faits divers et autres cultes des gens célèbres, mais il faut avouer que tu me donnes vraiment envie de découvrir ce livre. Le salaire de la peur est un film que j'ai apprécié...
Mon p'tit carnet... et hop c'est noté!
Merci Manou!
gros bisous

manou 25/01/2018 18:23

Je lirai avec grand plaisir ton avis car finalement ce qui compte dans ce livre c'est la façon dont l'auteur décortique l'affaire. Un travail fabuleux et passionnant. Le meurtre en lui même n'est pas le centre de l'histoire ! Bises et une douce soirée

manou 23/01/2018 07:18

Merci à tous pour vos commentaires et votre visite ! Si vous le lisez je viendrai lire votre avis avec grand plaisir ...Une bonne journée à tous !

lavandine 22/01/2018 22:34

600 pages quand même. L'histoire m'intéresserait mais la longueur me fait un peu peur....
Gros bisous et belle nuit.

missfujii. 22/01/2018 20:41

ça a l'air vraiment pas mal

Philippe D 22/01/2018 20:35

Un livre qu'on voit partout : un gros succès certainement. Je le lirai sans doute par curiosité sinon je ne connais pas l'auteur.
Bonne semaine.

Gomez Victoria - Lynn 22/01/2018 19:06

coucou merci pour la découverte de ce livre ; cet homme a eu la chance , dans son malheur, d'avoir un bon avocat ; bisous

zazy 22/01/2018 18:34

Un prix très mérité. Belle chronique

Renée 22/01/2018 16:34

Une histoire vraie en plus ça c'est bien je note. Merci bisoussssss

CathyRose 22/01/2018 15:32

Je connais l'histoire et je pense que ce livre pourrait me plaire, alors je le note sur ma déjà très longue liste ! ;)
Bel après-midi, bisous !
Cathy

Pascale MD 22/01/2018 15:26

Que d'idées de lecture, toujours intéressante, mais le temps me manque pour te suivre.
Bises et bonne fin de journée

chemindetables 22/01/2018 15:08

ta chronique sur ce livre est passionnante et nous montre comme ce livre à du te passionner et tu me donnes envie de le lire, merci vraiment de tes présentations que j'adore (je n'arrive pas à poser des coms tu le sais plus d'une à deux fois/semaine mais je le fais là pour plusieurs autres chroniques formidables lues et très appréciées)
bisous
patricia

Colette 22/01/2018 14:44

Je note sur ma liste d'envies !! je n'aurais jamais pu être juge !!! quelle responsabilité ! et sauf en de rares cas, quelles difficultés à travailler sur "l'humain" ! bel après midi Manou ! bisous

domi 22/01/2018 11:38

Bravo pour cet article critique de qualité professionnelle comme toujours

Yv 22/01/2018 10:19

J'aime bien P. Jaenada, mais le poids du livre m'a découragé...

écureuil bleu 22/01/2018 09:32

Bonjour Manou. J'avais lu et entendu de bonnes critiques de ce roman et j'ai découvert Philippe Jaenada dans "Plage de Manaccora, 16h30". Je chercherai ce livre à la médiathèque. Bonne journée et bisous