Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le pistou des provençaux

Le pistou des provençaux

Il y a longtemps déjà alors que j'étais encore enfant, j'associais toujours la fabrication du pistou à un jour de fête.

 

Ma grand-mère (ou ma mère) avait cueilli dans le jardin dès le matin avant les premières heures chaudes de la journée, un bon bouquet de basilic [ je ne peux vous dire s'il s'appelait déjà "basilic à grandes feuilles" ou  à petites feuilles dit encore "basilic marseillais" car à l'époque c'était le basilic tout court ou le pistou !].

 

Elle avait épluché toutes les gousses d'une bonne tête d'ail.

 

Elle s'installait alors avec son grand tablier à carreaux sur une chaise, calait entre ses genoux entr'ouvert le mortier en bois et  se mettait à écraser les gousses avec la tête du pilon bien large.

 

Le pistou des provençaux

Quand les gousses d'ail commençaient à rendre du jus...ma grand-mère ajoutait les feuilles de basilic et les écrasait en même temps.

 

Ensuite et seulement quand la préparation virait au vert tendre uniforme c'est à dire quand aucune granulation  blanche n'était visible (ce qui voulait dire que tout l'ail était finement écrasé) je venais auprès d'elle pour aider et là j'étais autorisée à laisser couler tout doucement un filet d'huile d'olive qu'elle incorporait à la crème d'ail et de basilic en remuant sans cesse ce qui embaumait  la cuisine et permettait de finaliser le fameux pistou !

 

Une fois le pistou transvasé dans un bol prêt à mettre sur la table familiale,  on avait le droit d'en "piter" un peu sur un bout de pain en essuyant le fond du mortier. Le mortier était ensuite lavé à l'eau très chaude sans user d'un quelconque produit à vaisselle, ce qui n'aurait pas manqué de dénaturer, en s'imprégnant dans le bois, les futurs pistous !

Le pistou des provençaux

Le pistou servait les 3/4 du temps à manger la soupe au pistou que l'on dégustait le soir sous la tonnelle et qui nous rafraîchissait après les journées chaudes d'été.

Le lendemain, s'il en restait on l'incorporait à des pâtes fraîches, ou à une sauce tomate...

 

Aujourd'hui on peut réaliser le pistou dans un simple robot ménager. Le résultat est super bon.

Il manque juste le rituel !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe R. 10/11/2018 13:03

Merci de toutes ces informations passionnantes ! Philippe

manou 10/11/2018 16:48

Merci de votre visite ! Contente de répondre à votre curiosité...