Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

S'adapter / Clara Dupont-Monod

Stock, 2021

Stock, 2021

Les parents jetèrent un dernier regard à ce qu'était leur existence. Désormais tout ce qu'ils s'apprêtaient à vivre les ferait souffrir, et tout ce qu'ils avaient vécu avant aussi, tant la nostalgie de l'insouciance peut rendre fou.

Voilà un livre que je voulais lire dès sa sortie et de plus, je voulais faire connaissance avec cet auteur, dont j'avais lu beaucoup de critiques positives pour ses autres titres. 

J'ai fini par me l'offrir puisque les listes d'attente à la médiathèque étaient démesurément longues, et que Noël était encore loin !

Entre-temps, ce roman a obtenu le Prix Landernau des Lecteurs, le Prix Femina et le Prix Goncourt des Lycéens 2021, des prix bien mérités.

Je préviens mes lecteurs, c'est encore une fois une histoire triste mais tellement émouvante et racontée de manière originale et poétique, qu'on oublie "presque", au fil des pages, l'histoire en elle-même, pour ne se plonger que dans les ressentis des différents protagonistes, qui vous allez le voir, sont complexes. 

Au cœur des Cévennes, dans un endroit un peu perdu qui ressemble au paradis, un enfant vient de naître. Un moment de pur bonheur pour cette famille unie et aimante, un pur ravissement pour les parents, mais aussi pour l'ainé et la cadette de la famille.

Il est beau et joufflu, il a de magnifiques yeux noirs et des cheveux aussi noirs que ceux de son frère ainé à qui il ressemble beaucoup. 

Mais très vite la mère se rend compte que cet enfant ne sera jamais comme les autres. Il souffre d'une maladie génétique rare, invalidante. Il est aveugle (la mère le réalise en lui passant une orange devant les yeux), ne marchera jamais et restera allongé, ne parlera pas mais émettra des sons car il entend les bruits autour de lui. Il restera un bébé pour toujours même quand il grandira. Le médecin ne lui donne pas plus de trois ans à vivre, il restera parmi les siens presque huit ans... 

"A cause" de lui, de sa différence, la vie de la famille bascule et les enfants ne peuvent plus vivre leur enfance comme avant.

Malgré tout, il a sa place dans cette famille, dans la fratrie, chacun faisant comme il le peut pour trouver une manière de communiquer avec lui, de le rendre heureux et...peut-être, de l'aimer. 

Au sein de cette nature magnifique, au cœur des montagnes protectrices, tout près de la rivière et du petit pont, la famille continue de vivre.

Il leur faut s'adapter...

On ne saura rien des courants qui, à cet instant, traversent le cœur d'une mère. Nous, les pierres rousses de la cour, qui faisons ce récit, nous nous sommes attachées aux enfants. C'est eux que nous souhaitons raconter. Enchâssées dans le mur, nous surplombons leurs vies. Depuis des millénaires, nous sommes les témoins. Les enfants sont toujours les oubliés d'une histoire...
Nous leur devons ce récit_chaque adulte devrait se souvenir qu'il est redevable envers l'enfant qu'il fut.

Toute la force de ce roman choral est dans la construction du récit (en trois parties), et dans la description du cadre où il se déroule, car la nature est omniprésente avec sa sérénité et sa richesse, mais aussi sa violence propre capable de tout dévaster. Les personnages ne sont jamais nommés, l'auteur les appelant les parents, la grand-mère, l'aîné, la cadette, l'enfant...

Ce sont les pierres de la maison qui témoignent de l'histoire, ce qu'elles voient, ce qu'elles entendent, ce qu'elles comprennent qui n'est pas dit. Elles ne se contentent pas d'observer, elles vivent les événements, les restituent avec tendresse, pudeur, émotion. 

Dans la première partie, les pierres observent l'ainé de la famille. Très vite, alors qu'il n'a que 10 ans, il va laisser tomber sa vie en dehors de l'école, et les jeux avec sa sœur, pour ne se consacrer qu'entièrement à l'enfant, lui parler, lui faire sentir les odeurs des fleurs, de l'herbe, entendre la rivière, les bruits de la forêt et, joue contre joue, fusionner avec lui pour chercher à mieux le comprendre. Il va devenir à son insu, un ainé protecteur, attentionné mais ayant toujours peur de tout, et se sentant responsable de tout ce qui peut advenir à l'enfant. Il n'a pas peur de transporter son frère au-dehors, de changer les couches, de le baigner, de bien tenir sa tête. Il s'y perdra...mais finalement sans l'avoir voulu au départ, il aidera beaucoup ses parents. 

Les pierres forment une petite plage. Il dépose le corps avec délicatesse, la main contre sa nuque. Il cale sa taille, déplace un peu son menton pour qu'il reste à l'ombre d'un immense sapin. L'enfant soupire d'aise. L'aîné frotte les aiguilles qui libèrent un parfum de citronnelle et les lui passe sous le nez...

La famille acheta un oiseau pour que l'enfant entende les piaillements. On prit l'habitude d'allumer la radio. De parler fort. D'ouvrir les fenêtres. De faire entrer les sons de la montagne afin que l'enfant ne se sente pas seul. La maison résonna du bruit des cascades, des cloches des moutons, des bêlements, d'aboiements de chiens, de cris d'oiseaux, de tonnerres et de cigales. L'aîné, lui, ne s'attardait pas à la sortie du collège. Il courait vers son car...

Dans la seconde partie, c'est le ressenti de la cadette que le lecteur découvre. Sa colère, son rejet de ce petit frère différent et qui lui vole son aîné et ses jeux, son dégoût qui l'empêche de s'approcher et de s'occuper de lui, de l'accepter. De plus, ses parents ne sont plus les mêmes et elle le juge responsable de ce gâchis. Elle va donc passer par une phase de colère et de provocation puis devenir plus forte et changer de comportement.

Elle va alors résister à la tristesse, faire comme si tout était normal, rester gaie et vivante au milieu de tout ce chagrin masqué, sans savoir que si elle se fait du mal à elle-même, car elle culpabilise beaucoup de son ressenti, elle sauve à quelque part la famille...et l'empêche totalement de sombrer. Sa grand-mère, admirable et que j'ai beaucoup aimé, l'aide beaucoup en lui permettant de mener une vie normale comme les autres filles de son âge. 

Elle se souvenait du crissement rageur des cigales, la dégringolade du torrent, le rire pouffé des arbres secoués de vent, et pourtant, de cette musique d'été, ne subsistait que la tête baissée de sa mère, une orange à la main.
Elle avait compris que cet instant-là était celui de la fracture.

Elle aurait donné n'importe quoi pour un peu de banal. Pour se fondre dans la masse des gens standard, deux parents, trois enfants, une maison en montagne. Elle rêvait de matins chantonnants et de frère ainé disponible, de musique dans le salon, de copines le vendredi soir. De familles ordinaires, délestées, à peine conscientes de ce privilège.

Nous ne la jugeâmes pas_ qui étions-nous ? En revanche, nous reconnûmes cette vieille logique absurde, propre aux humains et aux animaux, à laquelle heureusement nous échappons : la fragilité engendre la brutalité, comme si le vivant souhaitait punir ce qui ne l'est pas assez.

Enfin dans la troisième partie, le lecteur découvre le ressenti du petit dernier, qui arrive bien après la disparition de l'enfant, et qui devra apprivoiser ce petit frère qu'il ne connaitra jamais, mais avec qui il lui faudra vivre aussi, tout en cherchant à réunir toute la famille et à comprendre ce que ceux qu'il aime ont vécu avant lui.  Lui aussi culpabilise à sa façon...

Sa sœur était rapide et drôle, emplie de projets. Elle embrassait la vie comme si la vie lui avait manqué...

Un livre magnifique, poignant et bouleversant qui parle du handicap et de la différence à travers les yeux de la fratrie. Les parents apparaissent au second plan, mais rien de leurs difficultés ne nous est épargné pour autant, bien que ce ne soit pas le vif du sujet. 

J'ai aimé la plume délicate, poétique et pudique de l'auteur...une belle découverte et pour moi aussi, un coup de cœur.  

D'autres avis comme celui de Eve ICI, ou d'Alex ICI.

Se lier, c'est trop dangereux, pense-t-il. Les gens qu'on aime peuvent disparaître si facilement...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Tu en parles très bien ! On est d'accord en tous cas sur les beautés et les émotions que dégage ce roman. A lire, sans aucun doute !
Répondre
M
Bonjour Manou,
Je prends enfin le temps de venir te lire (je m'excuse d'avoir mis aussi longtemps.)
J'avais bien aimé les précédents romans que j'avais lu de cette autrice mais j'hésitais à lire celui-ci pour son sujet difficile. Quand les romans ont des prix j'ai tendance à ne pas les lire car ils n'ont pas besoin de notre médiation en bib. Je me concentre sur d'autres titres.
Je te raconte tout ça ^^ car ton avis m'a donné très envie de le lire. Nous l'avons reçu lors de notre dernière commande... je vais me laisser tenter. Merci pour ton retour.
Répondre
M
Quand j'étais bibliothécaire (ça date !!) je faisais comme toi, je ne lisais que les œuvres qui n'étaient pas spontanément empruntées par les lecteurs, ou bien les nouveaux auteurs, achetés suite aux conseils des libraires. Pas facile ensuite de trouver le temps de lire pour son plaisir. Merci pour tes messages
D
Bonjour manou, merci pour ce billet sur un livre que tu donnes envie de lire. Je n'ai lu que du bien à son sujet et il vient de recevoir le prix Goncourt des lycéens qui en général ont du goût. Bon dimanche.
Répondre
M
Oui j'ai vu ça et d'ailleurs je l'ai rajouté dans mon article que j'avais programmé avant !
E
là je passe mon tour :-) je crois que je ne serais pas capable de le lire pour le thème...
bisous
Répondre
B
Je te remercie infiniment Manou pour cette excellente chronique ! Un livre qui est dans mes projets de lecture, pas encore dans ma PAL mais j'ai très envie de le lire. Elle était à LGL la semaine dernière il me semble. Je ne sais plus.
Je te souhaite encore une douce fin de semaine et je t'embrasse très fort.
Bernadette.
Répondre
M
J'écoute l'émission de temps en temps mais je l'avoue j'ai raté celle-ci ! bisous
É
Coucou Manou! Pour la réaction differente des enfants ça me donne vraiment envie de le lire ! Bisous
Répondre
A
merci pour la présentation de ce livre que je lirai même s'il me remue beaucoup. La lecture est toujours une aide. Bises
Répondre
M
Je le crois aussi et voilà pourquoi nous devons suivre notre instinct...Bises
M
je ne lirais pas ce livre, la vieillesse, la maladie, le handicap, je l'ai vécu..... maintenant il ne me reste que la vieillesse qui essaie de me ronger, mais je me bats, elle me prend physiquement chaque jour mais moralement elle ne m'atteindra pas !!! je dois dire que je suis bien accompagnée. cela compte. bisous a toi et bonne semaine.
Répondre
M
Je te comprends heureusement on a le choix de le lire ou pas. bisous
B
Je pense vraiment que c'est un livre magnifique qui, en plus, évoque un sujet très important : combien sont les familles confrontées au handicap d'un enfant et dont la vie plonge dans un total inconnu et un devenir improbable. Je ne sais pas si je pourrai le lire ; un jour, certainement. Mais je suis très heureuse pour cet auteur de cette reconnaissance méritée.
Merci d'en avoir si bien parlé et d'inciter ceux qui vous lisent à le lire également.
Répondre
M
Merci pour ce message adorable. Oui je crois vraiment que les livres viennent à notre rencontre quand on est prêt, certains ainsi nous attendent parfois des années, mais quand on sait qu'ils sont là, c'est rassurant aussi. Belle journée
Q
Je ne sais pas... je crois que je ne suis pas encore prête pour ce livre.
Mais j'aime ce que tu en dis.
Merci de l'avoir présenté.
Bisous et douce journée.
Répondre
M
J'ai pensé à toi en rédigeant ma chronique et je me doute que pour toi il aurait une résonnance particulière...par contre tes enfants peut-être vont retrouver et mettre en mots certaines choses, s'ils en ont envie bien entendu...c'est un livre très pudique et les pierres tu le sais savent aussi rester muettes quand il le faut et attendre. Bisous
E
Bonjour, c'est un livre que j'ai envie de lire, tu m'as donné l'envie de le lire et je vais voir si je l'ai sur ma liseuse ! Bisous
Répondre
P
J'aime les histoires tristes et ce que tu dis de ce livre-ci m'intrigue. Je retiens...
Merci pour la présentation et bonne soirée.
Répondre
D
Un roman très émouvant en effet, qui doit mêler des moments forts et intenses, sur un sujet délicat et pas si souvent abordé. Merci d'avoir partagé ton ressenti avec nous.
Répondre
M
Le fait que ce soit les enfants qui s'expriment est d'autant plus bouleversant, c'est ce qui m'a donné envie de le lire car ce point de vue là n'est pas traité en littérature, comme si la fratrie devait accepter sans rien dire. Belle journée
Coucou je dois avouer que tu en parles très bien et que ce doit être très beau. Mais en ce moment je n'ai pas la force de le lire. Bisous
Répondre
P
Bonjour Manou,
Même si ce roman a d'excellentes critiques, je ne me sens pas la force de le lire.
La perte d'un enfant est quelque chose de si douloureux. Parfois même le couple ne résiste pas.
Répondre
M
Hélas tu as raison...bises
C
bonjour
c'est poignant d'autant que cela existe dans la réalité, que des familles sont passées et passent par ces épreuves..A ne pas lire si on est déprimé j'en conclus
bonne soirée
Répondre
M
Oui il faut choisir le bon moment et c'est vrai qu'encore en ce moment, la conjoncture n'est pas très gaie...bisous
R
Ce doit être dur a lire mais ton descriptif m'attire beaucoup, donc je vais voir si je le trouve sur mon site marchand. Bisous bisous
Répondre
M
Il doit exister en ebook mais comme il est récent et qu'il a eu plusieurs prix, peut-être encore assez cher ! bisous
M
Malgré les critiques positives et ta belle présentation, je ne pense pas avoir le courage de lire quelque chose d'aussi triste...
Bisous et bonne journée,
Mo
Répondre
M
Je comprends, chacun fait comme il peut avec certains sujets. J'ai aimé découvrir l'écriture de l'auteur en tous les cas. Bisous et une belle journée
E
très belle chronique... Je suis contente qu'il te plaise....
J'ai vraiment aimer ce roman, l'auteure est sortie de sa sphère habituelle et c'est génial :-)
j'ai beaucoup aimé son passage à LGL elle en parle tellement bien :-)
merci pour le lien :-)
Répondre
M
Du coup tu vois j'arriverai peut-être à lire ses romans historiques, moi qui ne suis pas attirée par ce genre littéraire sauf pour le XXe siècle...tout arrive, j'ai vraiment aimé sa plume...
R
You have given us much to think about with this novel. My husband had a disabled brother, mentally and physically. HUGS
Répondre
M
Oh Ruthie, quelle tristesse en effet. Il aimerait peut-être le lire si vous le trouvez chez vous quand il sera traduit...Merci pour ton message