Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Syngué sabour / Atiq Rahimi

POL, 2008 / Gallimard, folio, 2010

POL, 2008 / Gallimard, folio, 2010

La chambre est petite. Rectangulaire. Elle est étouffante malgré ses murs clairs, couleur cyan, et ses deux rideaux aux motifs d'oiseaux migrateurs figés dans leur élan sur un ciel jaune et bleu...

Si tu trouves cette pierre, pose-la devant toi, parle-lui de tes souffrances, de tes secrets, la pierre t’écoute. Tout ce que tu n’oses jamais dire aux autres, tu le dis à la pierre. Elle entend tout. Et un jour, la pierre éclate. Elle tombe en miettes, et ce jour-là, tu es délivrée, délivrée de toutes tes douleurs. 

En Afghanistan (ou dans un autre pays d'Orient) une femme veille et protège son mari, blessé d'une balle dans la nuque par un des hommes de sa propre milice. Il semble être endormi, mais est en réalité dans un coma profond, quasiment mort, depuis des semaines. C'est un héros de guerre, elle le sait et l'admire pour cela. L'imam vient la voir tous les jours et lui a prédit son réveil,  mais elle ne sait pas si elle doit le croire, et surtout si elle le souhaite vraiment. En attendant, elle prie sans discontinuer, tout en s'occupant avec minutie de lui.  

Au-dehors les combats font rage...la guerre approche. Elle veille sur son mari jour après jour, remplaçant sa perfusion, lui faisant sa toilette, tout en s'occupant de ses deux petites filles qu'elle n'autorise pas à entrer dans la chambre. 

Mais il lui faut quitter la maison pour mettre ses filles à l'abri chez sa seule parente, une tante à la réputation sulfureuse, que son mari n'aime pas du tout. Son dévouement lui pèse, mais elle revient jour après jour. 

Elle ne sait pas s'il l'entend mais peu à peu, s'enhardissant chaque jour davantage, elle va se confier à lui, au rythme des gouttes qui s'écoulent dans la perfusion...et de l'appel du muezzin.  Elle se livre dans un long monologue et raconte son enfance, sa vie de jeune femme, faite de fréquentes humiliations, mariée très jeune à cet homme inconnu, en l'absence du principal intéressé, elle ne fera sa connaissance que trois ans plus tard. Mari violent et maladroit, souvent absent, elle ne fera que le croiser, et il lui fera longtemps peur, avant que peu à peu, elle apprenne à l'aimer. Elle formule à haute voix ses doutes, ses peurs, ses désirs et ses frustrations.

Il devient son "syngué sabour", sa pierre de patience, selon la culture perse et ce que lui apprend sa tante, cette pierre à laquelle il est autorisé de faire des confessions, jusqu'à ce qu'un jour elle éclate et que, la personne qui se confie, soit libérée pour toujours de ses tourments. 

Après le temps des prières et de l'espoir, elle se met en colère et se révolte. Puis peu à peu renoue avec ses désirs, tabous dans sa culture, et se réapproprie son corps, humilié et caché trop longtemps. C'est alors en femme libre qu'elle s'exprime, elle devient même provoquante, attendant avec espoir qu'un jour son mari réagisse.

Il est déconseillé à une jeune mariée vierge de fréquenter les autres filles mariées. Foutaises ! Je devais dormir avec ta mère qui veillait sur moi, ou plutôt qui veillait sur ma chasteté. Et tout cela paraissait si normal, si naturel à tout le monde. Même à moi !

Ma tante n'a pas tort de dire que ceux qui ne savent pas faire l'amour, font la guerre.

Ton père me lisait des poèmes, me racontait des histoires. Il me faisait lire, écrire, réfléchir. Il m'aimait. Parce qu'il t'aimait, toi. Il était fier de toi quand tu te battais pour la liberté. Il m'en parlait. C'est après la libération qu'il a commencé à te haïr, toi, mais aussi tes frères, lorsque vous ne vous battiez plus que pour le pouvoir.

Ce roman a obtenu le Prix Goncourt en 2008. Je ne l'avais jamais lu, mais comme je l'ai trouvé cet été dans une boite à livre, c'était l'occasion que je le fasse. J'en avais beaucoup entendu parler lors de sa sortie, mais aussi lors de la sortie du film éponyme, adapté par l'auteur lui-même en 2013, avec pour co-scénariste, Jean-Claude Carrière.

Il s'agit du premier livre de l'auteur écrit en français, ces trois précédents romans ayant été écrits dans sa langue natale, le persan. Il dit avoir voulu aborder le sujet des tabous, dans un autre langue que la sienne. 

Vous l'aurez compris, il s'agit d'un huis-clos qui se déroule dans la chambre où dort le mari. La femme déroule son long monologue sans que jamais celui-ci ne nous lasse. Peu à peu, le lecteur met une image sur son visage, imagine sa vie passée, le pays où elle vit. Elle n'a pas de nom, mais cela ne nous empêche pas de la connaître. 

L'histoire de cette femme est poignante et l'auteur sait particulièrement bien décrire ce qu'elle ressent ce qui rend ses propos très touchants. La manière dont peu à peu la jeune femme s'approprie sa propre parole, sa vie, et même son corps est particulièrement émouvante. Elle aime encore son mari et redoute de le voir se réveiller et redevenir comme il était. Elle aimerait une vie plus douce avec lui ou alors préfèrerait la solitude et vivre sans lui... 

L'ambiance est particulière car beaucoup de choses sont suggérés et non pas dites. Certains passages sont très réalistes, d'autres nous font penser que la jeune femme rêve, ou est tombée dans une sorte de transe, ou de folie passagère, et qu'elle parle toute seule à son mari absent, ou même déjà mort et le doute à ce sujet s'installe. 

L'auteur dit avoir eu envie d'imaginer l'émancipation d'une femme, sa révolte face à la violence vécue par les femmes afghanes dans leurs propres familles. 

Ecrivain et cinéaste, Atiq Rahimi est né en Afghanistan en 1962, où il est élevé dans une famille occidentalisée. Il fait ses études au lycée franco-afghan de Kaboul, ce qui explique qu'il maîtrise parfaitement le français. En 1973, son père et son oncle sont emprisonnés, puis ses parents s'exilent en Inde. Lui vit la guerre de 1979 à 1984, avant de se réfugier au Pakistan, puis de demander l'asile politique à la France. Son frère sera assassiné en 1989. C'est ce qui le pousse, dit-il, à continuer à écrire sur son pays. 

Je suis bouddhiste parce que j'ai conscience de ma faiblesse, je suis chrétien parce que j'avoue ma faiblesse, je suis juif parce que je me moque de ma faiblesse, je suis musulman parce que je condamne ma faiblesse, je suis athée si Dieu est tout puissant.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je vais essayer de trouver le film....une histoire troublante mais intéressante, une histoire terrible sur le sort des femmes afghanes. Bises.
Répondre
M
Bonjour Manou,

Ce doit être un livre très beau mais oppressant. je ne connaissais cette histoire de pierre. Je trouve ça formidable cet exutoire.
Merci Manou
Bises
Répondre
D
Bonjour manou, quel beau roman qui m'a fait penser à une pièce de théâtre. Le film est aussi très réussi. C'est sympa d'avoir trouvé ce livre dans une boîte à livres. Bonne journée.
Répondre
M
Oui c'est sympa surtout qu'au moment où je voulais le lire, les listes d'attente étaient très longues à la médiathèque, du coup ensuite j'ai oublié. Je chercherais à voir le film en DVD, car je ne pense pas qu'il passe un jour à la TV...
E
il est dans ma PAL mais je remets toujours à plus tard...
L'Afghanistan me terrorise toujours, c'est un peu idiot mais...
Répondre
M
C'est un livre marquant, il faut choisir le moment où on le lit en effet si tu ne te sens pas, attends, tu le liras un jour...mais j'ai trouvé que c'était une magnifique et poignante parole de femme.
S
il à l'air bien ce bouquin, merci pour cette découverte!!! bisous
Répondre
C
merci de la présentation de ce livre surement pas très facile à lire mais très poignant
belle journée
bisous
patricia
Répondre
M
Il n'est pas difficile à lire mais poignant...bisous et merci pour tes messages. Je suis toujours en pause et ne serais pas très disponible cette semaine non plus, même si j'ai programmé des articles, mais je me rattraperai à la fin des vacances. C'est ainsi et chacun son tour ! bisous profites bien des vacances
M
Cela doit être un bouquin passionnant étant donné ton analyse, merci Manou
Très bonne journée
Répondre
M
Un grand merci à tous pour votre visite et vos messages que je découvre toujours avec plaisir...belle fin de semaine !
Répondre
M
Un roman qui a l'air superbe je ne l'ai pas lu et je te remercie pour cette belle chronique
Répondre
M
Peut-être as-tu vu le film ??
E
Je ne l'ai pas lu mais je vais le mettre dans mes préférences ! Bonne fin de semaine, bise
Répondre
E
cela me dit quelque chose, mais je ne l'ai jamais lu, il faudrait que je me penche dessus!
Répondre
M
Le livre ou le film en effet, c'est un sujet encore d'actualité que la condition des femmes dans ce pays et tant d'autres. Merci de ta visite
P
Je ne me souviens pas de ce Goncourt. Il n'a pas dû passer beaucoup sur les réseaux. Un sujet qui pourrait me plaire en tout cas... Merci pour la présentation et bonne soirée.
Répondre
D
J'ai moi aussi beaucoup entendu parler de ce roman, mais je ne l'ai pas lu non plus. Il me paraît vraiment intéressant pour parler de la condition de la femme. Merci de ton avis !
Répondre
M
Quand on parle trop j'ai souvent envie d'attendre un peu pour lire un roman et ensuite, j'oublie de le faire !! Mais un bon livre peut être lu des années après, il reste un bon livre...belle journée
K
Je me tâte...... J'hésite un peu à mettre ce titre dans mes "A lire" car je lis finalement peu car je suis toujours occupée à beaucoup (trop) de choses en même temps. Couture, tricot, crochet, broderie. Alors, j'établis un programme : aujourd'hui, ce sera, par exemple, crochet. Demain, ce sera couture etc, etc . Je n'oublie évidemment pas, les tâches ménagères, les repas, les courses et patati et patata. Ma seule plage de temps lecture est le matin, avec la tasse de café. Bref! Il faut que ce que je lise me plaise vraiment et je pense que ce résumé me plairait.
Je te souhaite une excellente soirée.
Répondre
M
Je te comprends moi aussi je lis moins qu'avant parce que je tiens à sortir tous les jours me balader et que j'aime aussi le soir alterner lecture et autres activités. Tu as raison de bien sélectionner tes lectures, heureusement on a du choix selon notre humeur du moment. Merci de tes messages.
M
Bonjour Manou,
Je n'ai pas le livre mais j'ai le DVD que je n'ai pas encore regardé.
Bisous,
Mo
Répondre
M
Et bien tu me diras ce que tu en penses car tu vois je n'ai pas vu le film et maintenant que j'ai lu le livre j'ai envie de le voir ! bisous
R
Il est intriguant d'après ce que tu en dit mais suis pas sûr on verra plus tard. Bisous bisous
Répondre
M
Il est poignant et donc il faut choisir son moment pour le découvrir. bisous
B
C'est un roman que je n'ai jamais lu, un jour peut-être
Répondre
M
Les prix littéraires restent souvent de bons livres à découvrir en dehors du battage médiatique...
M
encore un livre que tu nous donnes envie de lire......je prends note!
passe une belle journée
bises
Répondre
A
Je ne connaissais pas cet auteur. Un livre à lire pour comprendre l'autre.
La dernière phrase est à réfléchir. Les croyants nous devrions nous unir au lieu de croire en la suprématie de notre religion. Bises
Répondre
M
Oui tu as bien raison et ne pas rejeter non plus ceux qui ne croient pas et qui ont leurs raisons. Bises
R
Your review gives us a good idea of the intensity of this novel. Friendship
Répondre