Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Les jours d'avant / René Chalem

Publishroom Factory, 2020

Publishroom Factory, 2020

Le présent s'efface très rapidement, et les moments que nous devons encore vivre ne sont-ils pas déjà là, alors que nous ne les avons pas encore vécus ?

Tout homme est une île entourée de regrets.

On ne peut pas revivre ce qui a été vécu ni ce qu'on n'a pas réussi à vivre. C'est idiot, tout le monde le sait, mais on ne le comprend réellement, complètement, qu'au moment où on n'y peut plus rien.

Trois hommes, arrivés à un instant douloureux de leur vie, repensent au bonheur passé, à leur famille ou leurs amis et à ce qu'ils ont partagé.

Tous croient avoir raté leur vie, ne pas avoir su dire à leur proche à quel point il les aimait...mais c'est trop tard à présent, ils sont seuls, et la plupart de leurs proches ont disparu. 

 

Dans la première de ces trois histoires, "Un voyage en métro", Emmanuel, le narrateur devenu un vieil homme, se rend à un rendez-vous médical dont il redoute le dénouement. On lui a demandé de venir accompagné, ce qu'il ne fait pas et, il s'attend au pire à cause de ça.

Il est partie en avance car il aime prendre le métro et s'amuser à observer les passagers tout en imaginant leur vie. Il se faisait un plaisir de faire ce "voyage" mais il est surpris par le monde, inhabituel à cette heure-ci. Il est mal à l'aise, anxieux et se retrouve emporté par des souvenirs de jeunesse, heureux et tristes à la fois. Il pense en particulier à ses trois amis, Pierre, l'ami reporter,  Jean-Pierre, le poète et écrivain, et Dimitri qui est mort soudainement. Il regrette à présent la manière dont leur amitié s'est terminée. Il repense à leur projet d'écrire un livre ensemble. Il se souvient des femmes qu'il a aimées et qui ne sont plus là près de lui, à Isabelle, à Gabrielle qui est partie elle-aussi, et qui lui reprochait de ne savoir écrire que des tristesses. Ses années de jeunesse au Caire, des années lointaines...mais d'une grande richesse, le hantent. Il voudrait se rappeler de tous les détails mais n'y arrive pas.

Les gens entrent et sortent, les portes s'ouvrent et se ferment, les stations défilent, trop vite à son goût...

Dans la seconde de ces trois histoires, "Les années silencieuses", le narrateur est installée dans une chambre d'hôtel parisien exiguë et mal isolée, qui lui rappelle les étés chauds passés au Caire.

Il se souvient du temps où il était associé pour son travail avec Ruben, de leurs difficultés de communication. Il se promène au bord de la Seine, qui lui rappelle le Nil... et il repense à ceux qu'il a aimés, à ses enfants, à Manuela. 

Ce qu'il veut avant tout c'est se retrouver seul, redevenir anonyme parmi les hommes, voilà pourquoi il est parti de chez lui avec juste un petit sac et son ordinateur...Il ne sait pas pourquoi il a emporté ce dernier, dont il ne se sert pas. Il ne sait plus qui il est, ni ce qu'il veut faire de sa vie. Il a, toutes ces années, toujours suivi les autres...en silence, mais à présent, c'est différent, il a changé, un retour en arrière est-il possible ? Pourrait-il mieux les aimer, mieux être lui-même ? 

Dans la troisième de ces trois histoires, "Les enfants du deuxième", Robert, le narrateur, est hospitalisé suite à une opération chirurgicale. Il est en attente des résultats d'une biopsie.

Il s'ennuie dans sa chambre, avec pour seule compagnie la télé et le sourire des infirmières. Sa femme Nathalie n'est plus de ce monde, ses enfants habitent à l'étranger et il se sent devenu vieux.

Alors il rêve...s'il demandait au médecin de son service l'autorisation de descendre au second étage, là où sont hospitalisés les enfants, il pourrait leur raconter des histoires ?

Cela lui fait penser à Sarah, sa fille, qui aimait tant qu'on lui raconte des histoires mais pas celles qu'il inventait pour elle...et toute sa vie repasse devant lui, ses instants de bonheur, ses doutes, comme ses erreurs...

Un enfant sait vivre le moment sans traîner derrière lui l'hypothèse de son passé ni la poursuite d'un avenir hasardeux. Et le rire d'un enfant, c'est vraiment une éclaircie, un trou dans la lourdeur du ciel. ça te fait tout oublier, même si ce n'est qu'un instant. Un enfant c'est le présent absolu.

Il ne veut pas des souvenirs, parce qu'ils véhiculent les regrets et les remords, et une nostalgie souvent difficile à supporter. Il fait tout ce qu'il peut pour les refouler, mais ils arrivent parfois, certainement plus souvent qu'il ne le souhaite, à briser la barrière et à s'infiltrer.

Voilà trois histoires emplies de nostalgie. Je les ai trouvé très émouvantes car tellement réalistes, mais aussi d'une infinie tristesse...

Pourtant ces hommes nous parlent de leurs rêves, de leur pays natal tant aimé, qui leur manque beaucoup et qu'ils ont été obligés de quitter, de leurs amis et de leurs familles et des moments partagés heureux ou malheureux. Mais, alors que leur vie a été bien remplie, ils se retrouvent très seuls. 

Les histoires peuvent se lire séparément car il s'agit de trois tranches de vie différentes, même si elles se ressemblent. 

J'avoue que la tristesse qui émane de ces écrits m'a un peu refroidi par moment ce qui explique que j'ai mis un certain temps après avoir lu la première histoire, à passer à la lecture des suivantes.

Mais finalement, j'ai bien fait d'espacer ainsi ma lecture, de l'entrecouper d'autres "voyages" car je pense, que j'ai ainsi pu apprécier davantage la qualité de l'écriture, la plume agréable et  fluide de l'auteur, le ton tout en pudeur et délicatesse, le regard empli de tendresse posé sur la vieillesse, la solitude et la maladie, les angoisses et les regrets de ces hommes emplis d'humanité.

J'ai fait une belle découverte en lisant cet auteur...mais mieux vaut le lire si vous avez le moral tout de même.

Merci à l'éditeur pour sa confiance  et pour m'avoir proposé cette lecture !

Né au Caire, René Chalem est parti pour Paris juste avant l'avènement de Nasser.

Après quelques années en France, il part pour l'Amérique du Sud où il s'installe pendant de longues années.

A 40 ans, poussé par la menace de l'enlèvement de ses enfants dans un pays pris par une frénésie de rapts et de séquestrations, et son besoin soudain d'une nouvelle vie, il revient à Paris - ville à laquelle il se sent attaché comme à un premier amour - et se lance dans l'édition. Il écrit en français et en anglais, mais Les jours d'avant est son premier livre à paraître en français. Il partage actuellement son temps entre Paris et Barcelone, ville aux multiples couleurs qu'il a redécouverte avec bonheur il y a une trentaine d'années.

(infos du net)

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
éh, éh je pourrais dire que ce livre me tente :-)
Répondre
M
Merci à tous pour vos messages et votre visite...une belle journée !
Répondre
D
comme tu le dis, à lire quand on a le moral !!! Bises
Répondre
L
Pas vraiment un recueil de nouvelles par vraiment un roman.
Merci de l'avoir présenté je me le note.
Répondre
P
Moi, j'aime les histoires tristes, alors, celles-ci pourraient bien me plaire.
Un livre inconnu pour moi.
Bonne semaine.
Répondre
C
En effet ça n'a pas l'air très gai, alors tant mieux si ces trois histoires peuvent se lire indépendamment les unes des autres. Mais à te lire je pense qu'il y a des choses intéressantes dans ce livre, certaines personnes âgées se sentent bien seules ou même abandonnées ...
Belle soirée Manou,bisous.
Cathy
Répondre
M
C'est le sujet en effet, cette solitude que beaucoup de gens âgés ressentent alors qu'ils ont tant donné...Mais que c'est triste ! bisous et un doux mardi
D
En effet, il faut vraiment avoir le moral pour lire ces trois nouvelles ! Je crois que j'aurais fait comme toi, j'aurais pris le temps de lire autre chose avant d'y revenir, car il en ressort une infinie tristesse.
Répondre
M
J'ai besoin de lectures plus légères mais j'avais reçu ce livre et je me devais aussi de donner mon avis. Il est très bien écrit et émouvant.
B
la nostalgie est souvent source de tristesse, ce doit être une lecture émouvante.
Répondre
M
C'est le cas :)
F
Bonjour ma douce Manou,
Ce sont des livres que j'aurais du mal à lire, donc je zappe, gros bisous et bonne semaine !
Répondre
M
Je comprends bien, même moi il m'a ébranlé alors que je lis souvent des sujets tristes...Bisous
C
bonjour
je pense que dans ces histoires chacun peut trouver une part d'un vécu, d'un regret...
belle semaine, marche à l'ombre !!!
Répondre
R
Merci pour ce ressentis et la présentation mais pas envie de tristesse donc je zappe. Bisous douce semaine
Répondre
M
Je comprends et tu comprends aussi pourquoi je l'ai lu histoire par histoire en entrecoupant d'autres lectures...Bisous
M
Bel article sur le temps qui passe et nous entraine dans sa vertigineuse descente ...... j'ai 78 ans et je ne cesse d'y penser, depuis 1 an et demi , nous faisons quoi nous les anciens, on a déja essayé de ne pas attraper la covid .... mais la solitude même a deux pèse sur nos pensées.... qu'attend t on ... si ce n'est le grand départ.... Mais je suis sereine ca aide.bisous
Répondre
M
Oui il faut rester serein en effet en vieillissant car de toute manière nous ne savons rien du futur, heureusement. Bisous
R
This sounds very poignant. Friendship
Répondre
M
Bonjour Manou,
Ces histoires me semblent bien déprimantes...
Bonne journée à toi et gros bisous,
Mo
Répondre
M
Emouvantes mais pas déprimantes. Ces personnages tous masculins sont tous tellement humains...Mais je comprends bien entendu que cette lecture ne soit pas à lire n'importe quand. Bisous
B
Je note pour ces 3 histoires tristes...
Tu nous les as bien présentées.
A lire donc si on n'a pas trop le moral au ras des pâquerettes.
Bisous du lundi Manou
Répondre
L
Des histoires nostalgiques, mais qui me plairaient bien. Les livres n'influent pas sur mon moral. je lis des histoires qui me plaisent, gaies ou tristes, ou dures, et ensuite je passe à autre chose
Bisous et bonne journée
Répondre
M
Pareil pour moi, tu as vu que j'aborde souvent des sujets tristes mais réalistes, cela ne change pas mon moral du jour, je fais la différence entre ma vie et ce que je lis, mais d'autres n'ont pas cette faculté, donc je préviens...bisous
P
Bonjour Manou,
Trois tranches de vie et énormément de nostalgie. Il faut avoir bon moral pour lire ou alors aimer ce genre de récit. Dans la vie nous avons de grandes joies puis des coups durs. Lorsque la famille est là tout semble certainement plus doux. Mais lorsque celle-ci est éclatée c'est une immense désillusion et l'on pense au passé.
Bonne fin de journée Manou. Je t'embrasse
Répondre
F
Ah,revenir sur son passé !... et me dire :mais qu'est-ce que je fais moi sur les pages de mon blog ?... je suis allé jusqu'à parapher l'intitulé : "un monde riche de son passé, a forcément un Avenir "...
Mais là ces trois personnes qui se penchent sur leur passé elles semblent en exclure l'avenir... et ce sont les regrets qui font surface... temps d'avant vus après des années d'existence.... Il faut convenir que dans le troisième âge, on se laisse vite aller au ressassage des moments de vie passés ... Mais qu'en est-il dans le quatrième âge de ces générations d'anciens bénéficiant d'une existence pus longue ? A entendre les échos de notre temps, les centenaires, très curieusement, eux, apprécient leur présent .
Bon, la Vie, en fait, il revient à chacun d'en faire quelques belles parts de bonheur et de là, même si la tristesse apparait dans cette lecture, je me ferai joie de l'entreprendre pour la belle part d'humanité qui semble en émaner ...
Merci manou , pour cette présentation et analyse.
Amitiés des farfadets du Poitou.
Répondre
M
Je n'ai pas regretté ma lecture, car ces hommes sont attachants et s'ils sont seuls c'est aussi parce qu'à un moment donné de leur vie ils ont été des êtres autonomes et pourvus de leurs propres désirs...Merci pour tes réflexions. belle journée
M
La vie n'est un long fleuve tranquille pour personne, même si certaines sont plus gâtées que d'autres... La vie est faite de grandes joies et de jolis bonheurs, d'immenses tristesses et de désillusions, mais malgré tout, elle est belle et il faut se raccrocher aux bons moments présents, passés ou futurs, pour garder la tête hors de l'eau... Je viens de lire les quatre filles du docteur Marsch de P.J. Stahl.... un voyage dans le passé .... et ça fait du bien. bisous
Répondre
M
Bien entendu je suis d'accord avec toi ! Personnellement je ne vis pas dans le passé, ni dans le futur, mais parfois on est obligé d'y faire référence :) bisous et une douce journée (oh cette lecture, j'avais adoré à l'époque)
Q
Je ne le lirai pas tout de suite, mais je note... tu me donnes envie de découvrir l'auteur.
Bises et douce journée.
Répondre