Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Et soudain, la liberté / Evelyne Pisier, Caroline Laurent

Les Escales, 2017

Les Escales, 2017

Les souvenirs sont des fantômes, ils traversent nos peaux et nos rêves.

Voici l'histoire en partie romancée d'Evelyne Pisier (Lucie dans le roman) et de sa mère (Mona dans le roman), racontée par Evelyne Pisier elle-même et son éditrice, Caroline Laurent. 

Evelyne Pisier est née en Indochine en 1941. C'est la sœur de l'actrice Marie-France Pisier, qui n'apparait pas dans le livre d'ailleurs ce qui au début m'a beaucoup étonnée. Enseignante à la Sorbonne, agrégée de droit public, elle a été directrice du livre et de la culture, écrivain et scénariste. 

Elle est décédée en 2017, alors que le roman n'était pas achevé, mais son éditrice lui avait promis de le terminer et de le publier, en partant des nombreuses notes qu'elle lui avait laissées.

J'ai aimé entrer dans sa vie mouvementée, et dans celle de sa mère, car elles ont toutes deux traversé des décennies d'histoire contemporaine. En effet, les grands sujets qui ont agité le XXe siècle sont tous abordés dans le roman :  la décolonisation, la lutte pour les droits de l'homme, les droits des femmes, les droits des homosexuels, la révolution cubaine...

Caroline Laurent a tenu sa promesse, car une étroite amitié les reliait, au-delà de leur différence d'âge.  L'histoire de cette amitié, faite de tendresse et de respect mêlés, est très bien expliquée dans le roman par petites touches discrètes : le récit de leurs échanges ; le questionnement en cours d'écriture, les liens d'amitié qui se sont créés au fur et à mesure du temps (six mois à peine) ; leurs deux vies parfois mises en parallèle, tout cela entrecoupant les chapitres du roman et nous le rendant encore davantage vivant et émouvant. 

"C'est fou. Quand on te répète en permanence qu'il y a des races et que sont elles qui fondent les rapports humains...Quand la religion est partout, qu'on t'élève dans l'antisémitisme, la haine des protestants, des homos, des métèques...Comment as-tu fait ? Et ta mère ? Ta mère ! Elle a grandit avec ses idées-là, elle les a partagées avec son mari...
Comment avez-vous fait pour vous affranchir de tout ça ? "
Evelyne me ressert un verre de vin en souriant : "C'est tout l'objet du livre, non ?"

Mona Desforêt est une toute jeune femme charmante mais naïve lorsqu'elle épouse son mari, André, un haut fonctionnaire maurrassien qui soutiendra ensuite Pétain. Il est raciste et antisémite, et sa petite famille vit sous son autorité et, doit penser comme lui, sans remettre en question ses idées. Mona n'est pas toujours d'accord, mais elle n'exprime pas sa propre opinion, ce qui pourrait déclencher des foudres dont elle se passe bien. Son mari peut devenir violent pour une broutille, mais elle est profondément amoureuse de lui et l'accepte. En Indochine, où il est affecté, ils ont une vie facile et bourgeoise de colon, du personnel de maison, des chauffeurs à leur service.

Mais c'est la seconde guerre mondiale et l'occupation japonaise. Les occidentaux sont arrêtés, certains seront massacrés. Mona est emprisonnée avec sa petite fille, Lucie (Evelyne) alors âgée de 4 ans. 

Un an après, à leur sortie de prison, la famille s'enfuira en Nouvelle-Calédonie où Mona espère commencer une nouvelle vie. 

La vie, il faut le dire, est plutôt idyllique pour eux à Nouméa, mais le racisme est également bien présent. Mona ne croit plus dans les idées de son mari qu'elle aime pourtant toujours, et elle rencontre une bibliothécaire (seul personnage fictif du roman) qui lui fait découvrir Simone de Beauvoir. La lecture du livre "Le deuxième sexe", la plonge dans la nostalgie mais la révèle à elle-même, elle rencontre un autre homme qui deviendra son amant.

C'est le début d'une prise de conscience de son mal-être, de son ennui. Elle demande le divorce et s'enfuit en France, à Nice où elle va faire une formation pour devenir secrétaire et acquérir ainsi son indépendance financière, clé de la liberté. Ne plus dépendre de personne, assumer sa vie familiale...Bien entendu ses idées influencent celles de ses enfants qui grandissent tout en aimant, et à la fois détestant, leur père. 

Mona va s'engager dans les causes féministes, créer un centre d'accueil qui deviendra plus tard le planning familial. L'égalité homme-femme, le droit à disposer de son corps, l'avortement, sont ces nouveaux combats.

Lucie grandit à ses côtés, petite fille marquée par la séparation avec ses nourrices tant aimées, le racisme de son père, l'emprisonnement lors duquel elle a compris beaucoup de choses non dites, comme la violence, les viols que sa mère a subis, les brimades, l'humiliation, tous sujets encore tabous, préposés au silence.

Dans cette nouvelle vie, les études sont valorisées et les jeunes femmes peuvent choisir leur avenir. Julie est brillante ! 

Elle s'engage auprès de sa mère, mais aussi avec un groupe de jeunes qui se battent pour la libération des opprimés. Dans les années 60, le militantisme de gauche est très actif dans les universités et la révolution sexuelle est en marche. Elle part à Cuba, elle en rêvait et là-bas, elle va croiser sur sa route... Fidel Castro.

Je crois que les mères mentent. Qu'il n'y a rien de plus triste que cette seconde où l'enfant s'en va_ pour ses études, pour se marier, pour vivre sa vie. Elles se félicitent, bien sûr, ont rempli leur part du contrat, l'enfant est autonome et peut affronter l'existence, mais quoi ? la solitude, la nostalgie ? Ce ne sont pas des cadeaux. Les mères sont égoïstes, les enfants encore plus. Chacun prend à l'autre quelque chose qu'il ne lui rendra pas...

Voilà un roman émouvant et passionnant que j'ai dévoré en quelques jours à peine, tant j'ai eu envie de connaître la suite. Je l'avais noté depuis longtemps mais je n'avais pas eu l'occasion de l'emprunter à la médiathèque. 

Mona et Lucie sont deux femmes terriblement attachantes. Mona s'affranchit de son milieu social, remet en cause son éducation et les idées de son mari, pour vivre sa propre vie, même si cela n'est pas facile pour elle, et que cela la marquera pour toujours, elle ne veut pas que ses enfants vivent la même chose qu'elle. 

Le fait que le roman s'ancre dans la Grande Histoire a été pour moi une très belle surprise. Tout sonne juste. C'est vivant et le lecteur en oublie les passages romancés. 

Ce roman autobiographique a remporté dès sa sortie, le Grand Prix des Lycéennes de ELLE, le Prix Marguerite Duras et le Prix Première Plume.

Il est bien évident que la dernière affaire en date, concernant la famille d'Evelyne Pisier, et en particulier son dernier mari, est venue me hanter tout au long de ma lecture...mais j'ai voulu rester honnête avec ce livre et le lire pour ce qu'il est : l'histoire de deux femmes qui se sont battues pour leurs idées et qui ont fait évoluer leurs conditions de femmes envers et contre tout.

Un autre avis chez Zazy ICI

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hélène 16/07/2021 09:20

Je voudrais le découvrir après avoir lu et adoré le roman suivant de Caroline Laurent !

manou 19/07/2021 07:18

J'ai mis le dernier dans ma longue liste...

Laura 14/07/2021 16:42

Un livre qui est dans ma wishlist depuis un bon moment.
Et d'après ta chronique il a beaucoup pour me plaire et j'espère que j'aurais l'occasion de le lire très rapidement.

manou 19/07/2021 07:18

J'espère qu'il te plaira Laura. Merci pour tes messages

Gribouillette 09/07/2021 15:45

Ce livre m'intéresse car c'est une histoire de femmes, de mère et fille... même si l'attitude de la narratrice, à l'égard de ses enfants, fut très loin d'être honorable, (voir livre de Camille K, sa fille,) puisqu'elle a choisi de conserver "son statut social", et de se fâcher avec sa sœur, de ne plus se voir confier ses petits-enfants, plutôt que de les protéger... Je lui accorderais le crédit que la vérité devait lui être insupportable, et elle devait l'être, tellement les actes de son mari sont abominables... et malheureusement, les conséquences désastreuses que cela provoque chez les victimes, peuvent revenir en boomerang quel que soit l'âge... Elle n'a pas joué son rôle de mère protectrice, et en cela, je la juge "détestable"
Mais je lirai ce livre malgré tout. A bientôt

manou 19/07/2021 07:17

Ce que je dis en fin d'article c'est que cette histoire m'a "hanté" durant toute ma lecture, mais le propos du livre n'est pas là, et j'ai voulu ne m'attacher qu'à ce qu'il raconte et non pas à cette affaire récente. C'est une question d'honnêteté. Elle y parle de son enfance et de sa propre mère, donc cela n'a pas vraiment de rapport. Bien entendu je n'excuse rien mais je crois qu'elle n'est pas la seule, beaucoup de psy le disent à ne pas voir ce qui crève les yeux, et cela dans tous les milieux sociaux. Merci de ton commentaire.

Lavandine 09/07/2021 10:12

Sais-tu que je viens de dévorer en très peu de temps un autre livre que tu nous as présenté : Il est grand temps de rallumer les étoiles. En commentaire, je t'avais dit que je l'avais pris dans une boite à livres et finalement il était dans le camping-car alors ....
Il est truculent.

Gros bisous du jour.
Lavandine

Marine D 07/07/2021 10:27

Je me sens proche de Mona, au début de ma vie d'adulte j'ai traversé les conflits au moment de la guerre d'Algérie, l'antisémitisme, le racisme, avec un premier mari Algérie française, et ça allait trop loin, les "quatre mousquetaires" rêvaient et mêlaient leurs idéaux, tout cela se termine mal...
Tous ces combats je les ai connus, ressentis, et puis j'ai suivi ma route avec mes 3 enfants, seule car cela ne correspondait pas à ce que je voulais...
Ce livre ne peut que me toucher profondément, je le lirai. Merci Manou

Marine D 08/07/2021 11:29

Quand un livre me plait je prends le temps, mais hélas ce n'est pas si courant et puis j'évite les pavés du coup...
Merci Manou

manou 08/07/2021 07:18

Il te plaira Marine...il faut prendre le temps car c'est un roman intense mais je n'ai pas regretté de l'avoir lu, enfin, depuis le temps que je voulais le faire. bisous

Carole94p 07/07/2021 09:39

Ca a l'air d'être un roman vraiment riche en émotion ! Merci pour ton retour :)

manou 07/07/2021 08:54

Merci à tous pour vos commentaires et votre passage ici. Comme je vous l'ai dit hier, je ne peux venir vous répondre à tous cette semaine, et je privilégie les visites sur vos blogs. Belle journée à tous !

missfujii. 07/07/2021 07:21

Un roman qui je pense ne pourra que me plaire

Bernie 06/07/2021 23:22

Une lecture qui doit être très prenante

Philippe D 06/07/2021 21:00

Voilà encore un livre que je ne connais pas du tout.
Merci pour la découverte et bonne soirée.

Églantine 06/07/2021 20:10

Merci pour la présentation Manou ! Bisous !

Doc Bird 06/07/2021 18:09

Merci d'avoir partagé ton ressenti. En général, quand un roman a reçu un prix des lycéens, je trouve que c'est très souvent un bon choix. Et c'est important de parler de l'émancipation, et des études qui aident à réfléchir et à dépasser les clichés.

Béa kimcat 06/07/2021 17:12

Très belle présentation
je note !
Bisous Manou

Renée 06/07/2021 16:05

Merci pour cette excellente présentation mais en ai trop en attente. Bisous

ruthiebear 06/07/2021 15:23

Thank you for this insightful review HUGS

laramicelle 06/07/2021 15:00

coucou bien sûr quand j'ai vu Evelyne Pisier j'ai tout de suite pensé à son attitude quand son fils a été agressé ; elle ne parle pas de Marie France ? elle est vraiment centrée sur elle et sa relation avec sa mère ? je t'avoue qu'en ce moment j'ai laissé les aiguilles et je lis :) mais la situation fait que je ne suis pas tentée ; bisous

Mo 06/07/2021 14:42

Ça y est, je l'ai!

Mo 06/07/2021 14:40

Bonjour Manou,
je suis tentée,
je vais essayer de la trouver en numérique.
Bises,
Mo

Binchy 06/07/2021 14:33

Une excellente chronique ! J'avais déjà repéré ce livre dès sa sortie en librairie. Tu ne fais que me conforter dans l'idée de le lire.
Je te souhaite un bel après-midi Manou. Chez nous, orages ! Pluies !
Gros bisous.
Bernadette.

ecureuilbleu 06/07/2021 13:14

Bonjour Manou. Ce roman devrait me plaire aussi, mais c'est étonnant qu'elle ne parle pas du tout de sa soeur. Bisous