Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

La certitude des pierres / Jérôme Bonnetto

Editions Inculte, 2020

Editions Inculte, 2020

Il y a une émotion des petits chemins perdus que l'on emprunte une fois l'an pour écraser quelques herbes et faire remonter les pierres à la surface...
S'il y a des hommes par ici, c'est que la montagne les tolère. Momentanément.

Il fallait venir au cimetière, là, lové en contrebas du village, pour prendre son pouls et lire l'état civil.
A Ségurian, il y avait quatre cent âmes qui vivaient et des milliers qui reposaient. On se dit parfois que les vivants ne font pas le poids.

Après avoir travaillé quelques années en Afrique pour une ONG, Guillaume Levasseur décide de poser ses valises à Ségurian, un petit village (fictif) du sud de la France, entre mer et montagne, où ses parents ont décidé de s'installer pour leur retraite. Un peu idéaliste mais téméraire, il veut bâtir une bergerie et y élever des moutons. 

Mais dans ce village de montagne où les  traditions régissent la vie quotidienne des habitants depuis des générations, les chasseurs ne voient pas son installation d'un bon œil, en particulier  Joseph Anfosso, maçon de son état qui  possède avec son frère l'unique entreprise du village et a donc beaucoup d'influence ici, car pourvoyeur de travail. De plus, la famille Anfosso a toujours vécu là car c'est une des plus anciennes du village.

Même si le berger a acheté sa terre et si la pâture est autorisée sur les terres communales, ils étaient là avant et comptent bien le faire valoir. Là, ils ont toujours chassé le sanglier et ne veulent en rien changer leurs habitudes. 

De désaccords en représailles, au fil des années marquées dans le roman par la fête annuelle de la Saint Barthélémy, la tension monte et, ce qui aurait pu s'arranger à l'amiable, devient une véritable obsession, chacun en faisant son affaire personnelle, ce qui ne manque pas d'exacerber l'orgueil des hommes, d'obscurcir leurs pensées, jusqu'à croire que c'est de la survie du village entier qu'il s'agit...

Joseph était fier de lui. Il avait parlé comme il le fallait. Il avait trouvé la bonne distance entre l'affirmation du droit et la menace. Une sorte d'entre-deux subtil qui l'étonna lui-même. Il aurait aimé se retourner pour voir le visage des collègues, récolter les lauriers qu'il méritait, échanger une sorte de "Vous avez vu ? - Bien joué, Joseph", mais il devait soutenir le regard du berger. Il était sans conteste le chef des chasseurs.
Sauf que le berger ne baissait pas les yeux...

Au village, Joseph se moquait un peu du berger quand le berger n'était pas là, mais il lui fallait cacher en même temps une certaine admiration. Au fond de lui, il reconnaissait des valeurs communes - le travail, l'abnégation, la détermination - et subodorait tout à la fois d'autres qualités qu'il craignait ne pas avoir.
Le berger dérangeait l'ordre des choses. Il redistribuait les cartes. Si on ne peut plus dire que les jeunes sont fainéants, alors où va-t-on ?

Ce livre emprunté en médiathèque au hasard, simplement attirée par le titre, est une petite pépite pour qui aime la montagne et les lieux retirés du monde. 

Il ne s'agit pas seulement d'une "histoire de moutons, de chiens et de loups", comme la présente avec humour son auteur, mais d'un roman qui nous dévoile le fond des âmes, car il nous parle de la nature humaine.  Le lecteur est confronté à la bêtise et à la folie des hommes. 

C'est l'histoire de deux mondes qui s'affrontent malgré leur ressemblance et des valeurs communes, et cela jusqu'au drame. 

Dans ce village refermé sur lui-même, les hommes sont rudes et taiseux. Ils tiennent à l'ordre établi, c'est rassurant. La vie est rythmée par le travail, les fêtes, les naissances, les deuils.

La peur de l'étranger (celui qui n'est pas d'ici et n'était pas là pour connaître l'histoire du village) est bien présente, elle devient hostilité, puis violence. Ceux qui voudraient parler, prévenir ou même s'opposer, ne le font pas, même si le roman nous fait part de leur ressenti. 

Le lecteur entre facilement dans l'ambiance particulière de ce village retiré du monde, dans lequel même le maire et les gendarmes n'arrivent pas à calmer les esprits, et à faire respecter la loi.  

 

C'est un roman noir, écrit dans une écriture simple, mais terriblement évocatrice et souvent poétique, en particulier quand l'auteur décrit la beauté des montagnes. Heureusement, l'auteur sait mettre un peu d'humour... entre les lignes.

Les personnages sont remarquablement vivants, et l'auteur prend du plaisir à les mettre en scène, car bien entendu, le lecteur sent venir la tragédie, elle est inéluctable...c'est la fatalité et d'ailleurs le "fou" du village la prédit lui-aussi.  

Une belle découverte ! 

On est une race, un bois. La mesure se prend dans le ventre, on ne trouverait pas vraiment les mots pour l'expliquer. Çà se sent, voilà tout. C'est qu'on vient d'un pays à l'intérieur d'un autre pays comme la langue chante son accent local, son vocabulaire, une autre langue au fond de la langue, d'autres hommes parmi les hommes. C'est la terre qui décide ici, c'est elle qui trace les mêmes lignes sur les fronts...

L'histoire du monde pourrait commencer ici. On pourrait être en train de se promener sur des chemins inexplorés et bordés d'oubli, profiter de la virginité du matin pour faire le point sur sa vie et repartir de zéro, fonder un nouvel ordre, une nouvelle république, envisager le futur dans la certitude des pierres et la sérénité des herbes, retrouver les fondamentaux, jouir tout simplement d'être au monde avec cette illusion du premier homme, savourer le sentiment que le monde vous appartient.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

manou 24/05/2021 17:08

Un grand MERCI à tous pour votre visite et vos commentaires ! Belle semaine et désolée de venir répondre très en retard à vos messages...et en plus de ne pas répondre à tous !

FARFADET 86 22/05/2021 09:42

"Si on ne peut plus dire que les jeunes sont fainéants, alors où va-t-on ?" - Je retiens cette phrase extrait de citation... un clin d’œil non dépourvu d'humour qui résume ben l'état d'esprit de ces âmes d’anciens du village enracinés dans leurs convictions , rivés à leurs jugements et qui pensent que les générations qui suivent ne sont et seront jamais à leur hauteur. Alors ce nouveau venu, courageux, entreprenant, volontaire, il dérange vivement les habitudes et les façons de penser.
Oui ce roman doit être passionnant. Merci pour cette présentation qui donne envie de tourner les pages de ce cette "Certitude des pierres".
Bon week-end de la Pentecôte.

manou 24/05/2021 17:09

J'ai aimé la rudesse de ce roman qui nous raconte un drame mais avec des mots qui me parlent...dans ces villages il ne fait pas bon changer les habitudes ni les certitudes...Belle semaine

missfujii. 22/05/2021 06:50

Un roman que a toute les chances de me plaire, malgré sa noirceur

Marie Minoza 21/05/2021 16:17

Encore un livre intéressant, une belle découverte

Bonheur du Jour 21/05/2021 06:44

Très intéressant. Cela montre que vivre à la montagne ou à la campagne n'est pas facile. C'est toujours difficile de s'intégrer dans des villages où comme vous le dites, tous étaient là "avant".
Bon week end.

Églantine 20/05/2021 23:18

Ce livre me plairait bien ! La bêtise de l'homme se révèle dans toute sa petitesse , ne méritant pas que la montagne le tolère plus longtemps !

manou 24/05/2021 17:09

C'est exactement ça !

PHILIPPE 20/05/2021 20:55

Une belle découverte qui me tente. Je n'ai encore jamais rencontré ce livre, mais ce que tu en dis m'attire.
J'ai parfois très envie de me retirer loin du monde.
Bonne soirée.

Bernie 20/05/2021 18:57

J'aime les lieux retirés du monde, ce livre devrait me plaire

Mo 20/05/2021 15:17

Bonjour Manou,
ce livre m'intéresse, je vais voir si je le trouve pour ma liseuse.
Bisous et bonne journée,
Mo

danièle 20/05/2021 14:26

En lisant ta chronique, je pense à "Manon des sources", pas facile pour un étranger de se faire accepter dans des
petits villages. Un livre qui va sans aucun doute me plaire.
Très belle journée, bises

manou 24/05/2021 17:11

En plus il se passe dans un village de montagne du sud qui pourrait être près de chez toi ! Bises et merci pour ta fidélité et ton intérêt

Alex-Mot-à-Mots 20/05/2021 13:48

Une lecture qui n'est pas pour moi.

manou 24/05/2021 17:11

Je comprends !

laramicelle 20/05/2021 13:30

Coucou merci pour cette découverte. Bisous

Martine Martin 20/05/2021 11:28

Un thriller que tu me donnes envie de lire. L'adaptation des étrangers dans un village est un sujet qui me tient à cœur et c'est d'ailleurs un des thèmes de mon premier roman "je dis ça mais je ne dis rien". Bisous

manou 24/05/2021 17:12

C'est exactement ça, la rumeur tient là aussi une place importante...et le silence de ceux qui prévoit que cela va mal tourner est assourdissant :) bisous

marine D 20/05/2021 10:42

A la campagne tout le monde connait ces manières là, si l'on n'est pas né au village on est considéré comme un "implanté", et il faut du temps pour se faire accepter...
Le fusil sur la couverture est peu agréable à voir, beaucoup de chasseurs du cru se croient les maîtres des lieux, en effet...
J'ai plusieurs fois reçu des plombs lors de mes balades à cheval dans les bois !

ecureuilbleu 20/05/2021 10:16

Bonjour Manou. Ce livre devrait me plaire, si je le trouve à la médiathèque. Bonne journée et bisous

Claudine/canelle 20/05/2021 09:56

Encore un livre qu'il faut surement lire
Merci pour ton ressenti
Bises

Doc Bird 20/05/2021 08:49

Le titre est intéressant, mais je pense que j'aurais peut-être été rebutée par la couverture... Alors que ce tu en dis donne envie.

manou 24/05/2021 17:13

Comme on y parle de chasse et de chasseurs, forcément la couverture nous met tout de suite dans l'ambiance mais la chasse est en fait très peu abordée, ce sont des hommes que le roman parle... Merci pour tes messages

celine 20/05/2021 08:30

merci pour cette idée lecture, j'avoue que le titre m'aurait attiré également, je note, cela va me plaire. merci à toi d'apprécier mon voyage aquarellé, pas toujours facile de choisir le pays, soit il y a l'embarras du choix, soit c'est l'inverse. encore quelques lettres avant de revenir à des sujets plus classiques.....et locaux. bises.celine

Quichottine 20/05/2021 07:59

J'aurais aussi été attirée par le titre.
Ce que tu nous en montres me donne envie de le lire.
Je note.
Bisous et douce journée.

Golondrina63Auv 20/05/2021 07:55

Un livre intéressant sûrement
Ma Bibliotheque vient enfin d'ouvrir dans ma ville ...
Bonne journée Manou