Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Betty / Tiffany McDaniel

Gallmeister, 2020

Gallmeister, 2020

Pendant toute mon enfance, mon père nous a parlé de nos ancêtres, pour s'assurer que nous ne les oublierions pas.
- Notre terre était grande comme ça, disait-il en écartant les bras le plus possible, lorsqu'il parlait du territoire de l'est qui avait appartenu aux Cherokees autrefois, avant qu'ils ne soient déportés jusqu'en Oklahoma.

Papa était une véritable encyclopédie des plantes particulièrement en ce qui concernait leur usage médicinal.
Partout où nous sommes allés, il a toujours attiré à lui une petite quantité de gens disposés à lui acheter ses tisanes, ses fortifiants et autres préparations...
- Tout ce dont nous avons besoin pour vivre une vie aussi longue que ce qui nous a été accordé nous a été donné dans la nature, disait-il...

Prix du roman FNAC 2020

 

Betty Carpenter est la sixième de huit enfants.

Landon, son père est indien cherokee. Il est le descendant de ces guerriers qui survivent aujourd'hui dans des camps. Il s'est donné comme devoir de transmettre à ses enfants les légendes de son peuple. Il veut que ce soit leur force pour supporter le racisme que subissent les enfants pauvres et métis comme eux. Il se fait donc conteur à ses heures et transmet à ses enfants la poésie des mots et l'amour de la terre. Cependant, même si toute la fratrie est concernée, Betty est la seule à avoir hérité de la couleur de peau de ses ancêtres ce qui la rapproche de son père qui lui donne le joli surnom de "Petite indienne".  

Alka, la mère est blanche. Elle est originaire d'une famille pauvre dans laquelle elle a été maltraitée mais le sujet est tabou, le passé enfoui, n'en reste que l'attitude de ses propres parents qui ne veulent  même pas connaître leurs petits-enfants et les laissent dehors dans la cour comme des chiens quand elle leur rend visite avec eux.  

 

La famille, après plusieurs déménagements va se fixer dans l'Ohio, à Breathed (une petite ville rurale imaginaire). Betty grandit au milieu de sa fratrie. Les jeux, le jardin potager, les baignades dans la rivière proche et les récoltes de plantes sauvages avec son père vont occuper les journées de son enfance. Le père fabrique des remèdes indiens et a une fidèle clientèle qui vient lui demander conseil en cachette. La petite fille apprend beaucoup à son contact, elle connaît le nom des plantes et leurs vertus médicinales. 

Mais au milieu de ce temps heureux de l'enfance, elle va découvrir l'école. Elle ne veut pas y aller. Elle ne peut s'y faire des amis car elle y subit le racisme et l'intolérance venant des enfants mais aussi des adultes et de sa maîtresse qui ne rate jamais une occasion de l'humilier. Le père la console comme il peut. Il l'emmène dès son retour dans la forêt afin de lui rappeler qu'elle est "forte". Il est certain qu'observer la nature peut la guérir de tous les maux et de tous les doutes. 

 

Il faut dire aussi que la famille vit en marge de la société, qu'elle est rejetée par le voisinage, qu'ils vivent dans une maison délabrée, dite même hantée, car les précédents propriétaires ont tous mystérieusement disparu.

 

Mais les découvertes de Betty ne s'arrêtent pas là. Sa famille cache aussi de sombres secrets qui vont lui être dévoilés peu à peu, dans des circonstances terriblement choquantes pour elle (et pour le lecteur). L'innocence de Betty s'envole alors pour toujours. Elle n'a que huit ans...

Pour supporter le poids de ces révélations, la petite indienne va se réfugier dans l'écriture. Elle cachera ensuite ses textes dans des bocaux hermétiquement fermés qu'elle enfouira  le plus profondément possible dans la terre autour de la maison familiale, dans un endroit surnommé, le bout du monde. Elle a compris le pouvoir réparateur des mots.  

Un jour pense-t-elle, avec toutes ces histoires inventées ou pas, elle pourra n'en former plus qu'une seule, la sienne ! Un jour elle pourra choisir sa vie, vivre comme elle le désire et partir...mais en attendant il faut grandir. 

J'ai compris une chose à ce moment-là : non seulement Papa avait besoin que l'on croie à ses histoires, mais nous avions tous autant besoin d'y croire aussi. Croire aux étoiles pas encore mûres. Croire que les aigles pouvaient faire des choses extraordinaires. En fait, nous nous raccrochions comme des forcenés à l'espoir que la vie ne se limitait pas à la simple réalité autour de nous. Alors seulement pouvions-nous prétendre à une destinée autre que celle à laquelle nous nous sentions condamnées.

Ton père, lui, ne connaît rien de tout ça. Les seuls nombres que Landon Carpenter a en tête, c'est le nombre d'étoiles qu'il y avait dans le ciel la nuit où ses enfants sont nés. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi je dirai qu'un homme qui a dans la tête les cieux remplis d'étoiles de ses enfants est un homme qui mérite leur amour.

C'est un roman initiatique, fort et souvent dérangeant, car rien n'est épargné au lecteur, côté violence, mais c'est aussi un roman militant et féministe car les filles dans ce milieu-là sont condamnées d'avance. Elles subissent la violence des hommes, proches ou pas, quittent l'école très jeunes, sont sous-payées et exploitées quand elles réussissent à trouver un travail. 

C'est un roman respectueux de la nature. L'auteur n'oublie pas de nous rappeler aussi que la nature nous parle et que nous devons l'écouter, comme le faisaient les indiens si nos sociétés veulent perdurer et si les gens veulent être heureux et libre. Elle nous plonge avec délice dans la poésie et l'imaginaire à travers les contes et légendes racontés par le père à ses enfants. Ce sont autant de notes d'espoir, de moments de rêves censés les sauver de la tristesse ambiante. 

 

Dès le début du roman, le lecteur s'attache fortement à Betty car c'est une petite fille intelligente, douce, et tellement innocente, mais elle n'est pas comme les autres, car elle est consciente d'être partagée entre deux cultures. Le regard qu'elle porte sur les choses de la vie quotidienne, sur sa fratrie et ses parents, sur les autres enfants et sur leurs actes, est d'une grande maturité et nous la rend encore plus attachante.

Profondément généreuse, elle aime chacun des membres de sa fratrie, mais elle entretient avec sa mère, souvent dépressive, une relation difficile. Le lecteur comprendra pourquoi au fil de l'histoire. Enracinée à la terre de ses ancêtres comme aucun autre membre de sa fratrie, Betty s'imprègne des croyances et coutumes cherokees. Son père l'a choisi pour lui transmettre tout le savoir de ses origines, un savoir qui sans cela se perdrait. Tout cela permet à Betty de se sentir exister, de prendre confiance en elle, d'être unique en quelque sorte et en effet plus forte. 

 

Les autres membres de la fratrie, Leland, le frère aîné violent, Fraya si sage et lumineuse, Flossie plus superficielle qui se rêve actrice célèbre, Trustin à la sensibilité exacerbée qui aime avant tout dessiner, Lint le petit dernier, pas comme les autres, mais qui d'après Betty constitue "les fondations" de leur famille, ainsi que les personnages secondaires, sont autant de pièces importantes dont je ne vous parlerai pas, pour vous laisser le plaisir de les découvrir à votre tour (et puis parce que ce serait trop long !). 

Les secrets de famille, le déni devant certaines situations alarmantes, les blessures et les drames ne font que séparer les différents membres de cette famille déjà fragilisée par le vécu et l'enfance des parents. La famille est ravagée par les non-dits et la culpabilité qui va avec. Et l'amour qui les unissait, va peu à peu être modifié par les épreuves que tous vont avoir à traverser... tandis que Betty grandit.

 

Voilà un roman poignant, voire déchirant.  Il révèle la dureté de la vie rurale en Amérique du Nord dans les années 50, 60 et 70 mais je ne suis pas persuadée que les choses aient beaucoup changé aujourd'hui. Il nous révèle le combat quotidien d'une petite métisse que la société américaine voudrait anéantir mais qui se rappellera jusqu'au bout que chez les cherokees, ce sont les femmes qui ont le pouvoir familial, que ce sont elles qui cultivent la terre nourricière, et se battra pour réaliser ses rêves. 

Betty a réellement existé : c'est la propre mère de l'auteur. Ce roman est un hommage poignant à celle qui lui a donné la vie mais aussi au père de Betty, le grand-père Cherokee. 

Un coup de cœur pour moi, cette petite fille est inoubliable et ce roman le sera aussi ! 

 

Vous pouvez aller lire les avis d'Hélène, d'Alex, de Eve  qui comme toujours, sont  en avance sur moi pour les lectures récentes (et les autres aussi !). 

Que fait-on lorsque les deux personnes qui sont censées nous protéger le plus sont justement les monstres qui nous déchirent et nous mettent en pièces ? 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eMmA MessanA 17/12/2020 06:48

Grâce à toi, je suis en train de lire ce merveilleux roman. Il va me marquer, j'ai l'impression de lire comme quand j'étais très jeune, en entrant tout à fait dans l'histoire qui m'est racontée...
Merci Manou et bonnes vacances.

zazy 11/12/2020 19:10

Je suis en pleine lecture de ce livre

manou 12/12/2020 09:16

Je languis de lire ton avis !

Violette 11/12/2020 18:24

je viens tout juste de me l'offrir ! Je ne savais pas qu'il y avait tant de violence... j'espère que ce n'est pas du même acabit que My absolute Darling?

manou 12/12/2020 09:17

Je préviens mes lecteurs mais tu verras ce n'est pas l'essentiel de ce roman...il y a cependant quelques scènes difficiles.

Petits Bonheurs 11/12/2020 16:55

Ce roman est certainement fort et poignant. Il me plairait car lorsque nous habitions au Canada j'ai fréquenté une Indienne qui avait quitté sa réserve. Elle avait une forte personnalité. Elle me parlait, m'expliquait comment sa communauté fonctionnait. Cela serait trop long à expliquer mais cette jeune femme qui avait le même âge que moi me fascinait. Elle avait épousé un blanc et était rejetée. On était fin des années 70.

manou 12/12/2020 09:17

Tu vois tu me confortes dans le fait que les choses étaient ainsi encore récemment...Bises

Laura 11/12/2020 13:49

Je crois que c'est le roman de la rentrée littéraire qui me fait le plus envie.
Je suis aussi souvent en retard sur les nouveautés mais j'ai très envie de découvrir celui rapidement.

Alex-Mot-à-Mots 11/12/2020 11:56

Ravie que tu aies aimé ce roman fort aux personnages que l'on n'oublie pas.

manou 12/12/2020 09:17

Merci de m'avoir donné envie de le réserver à la médiathèque !

FARFADET 86 11/12/2020 10:33

Et pourtant le métissage est de plus en plus fréquent... néanmoins, l'humanité ne glissera pas dans le moule d'une race ou d'un type humain unique mais dans une riche diversité d'une palette harmonieusement irisée... Le monde est fait pour la diversité des genres, des types, des cultures et des façons d'être et de vivre.
Merci pour cette invitation à lire "Betty".

manou 11/12/2020 10:20

Je suis désolée encore aujourd'hui, de ne pas pouvoir vous répondre individuellement. Bonne journée à tous !

Elena800 11/12/2020 05:46

Un roman que j'ai envie de lire, je vais le prendre sur ma liseuse su=i je le trouve ! Bonne fin de semaine, bisous

Philippe D 10/12/2020 21:09

Un roman que je ne connais pas, mais je reconnais la couverture, ce qui veut dire que je l'ai déjà vu passer plusieurs fois sur les blogs ou sur Insta.
Bonne fin de semaine.

laramicelle 10/12/2020 20:11

Coucou. Tu donnes envie de le lire. Bisous

Doc Bird 10/12/2020 18:41

Je note tout de suite ce titre, car ta chronique m'a convaincue de le lire. J'espère le trouver bientôt en médiathèque. Ce mélange de violence, mais aussi d'espoir dans les mots et la nature donne envie de se plonger dans cette lecture.

CathyRose 10/12/2020 18:26

Il me paraît en effet très dur mais l'histoire me plaît beaucoup donc je vais le noter sur ma longue, très longue liste ...! J'imagine comme la vie a dû être difficile pour cette petite fille ...
Belle soirée, bisous.
Cathy

Josette 10/12/2020 18:25

superbe présentation de ce livre tu donnes envie de le lire

mouneluna77 10/12/2020 17:50

je pense moi aussi que je vais essayer de le trouver a la médiathèque !! je l'ai noté merci du partage Bisous

chemindetables 10/12/2020 17:42

merci de ta très belle présentation et ton enthousiasme pour ton avis
je ne connais pas cet univers d’Amérique du nord, les cherokees...
belle soirée
bisous
patricia

Béa kimcat 10/12/2020 17:42

Je note !
Ta belle présentation me donne vraiment envie de le lire.
Bisous Manou

ruthiebear 10/12/2020 17:07

Thnk you for this heartfelt and insightful review. Friendship

Renée 10/12/2020 16:53

Ta présentation me titille beaucoup je le note mais pour quand encore je sais pas. Bisous

Mo 10/12/2020 14:36

Bonjour Manou,
merci pour la présentation. Ce livre m'intéresse, je l'ai téléchargé.
Ceci étant quand vais-je le lire? J'ai déjà énormément de quoi... ;-)
Merci et gros bisous,
Mo