Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Guan-gong dit oui / Charlotte Pollet

L'Asiathèque, 2019

L'Asiathèque, 2019

Le point positif quand on arrive à Taïwan, c'est qu'on n'a plus les problèmes qu'on a en France. Et quand on revient en France, on n'a plus les problèmes qu'on avait à Taïwan.

La seule véritable aventure, c'est de tout laisser. Un aller sans retour et sans savoir où l'on va. Lâcher prise, se laisser porter, abandonner toute détermination, et le plus difficile, s'y complaire. Déposer les armes devant l'angoisse des lendemains, comme un ultime combat contre soi-même.

Voici un récit autobiographique plein d'humour et qui se lit en un clin d’œil tant le lecteur est désireux d'en savoir plus sur le parcours atypique et si original de cette jeune femme dynamique qui ne manque pas de cran... l'auteur. 

Un jour en effet, cette jeune enseignante de philosophie décide de tout quitter, son pays, ses amis et son métier pour partir à Taïwan étudier les mathématiques et leur histoire...en chinois ! 

Un défi qu'elle se lance à elle-même comme : "le sommet qui me reste alors que tous les autres ont été gravis".

 

Le parcours du combattant peut commencer. Charlotte devient "Jiajia", un prénom qui veut dire "bon" ou "meilleur" en chinois. Elle retrace pas à pas ses difficultés... de l'inscription à l'obtention de ses diplômes.

 

L'organisation de l'université là-bas est déroutante pour un étudiant habitué à l'université française. Jiajia est heureusement très adaptable. Cela tombe bien car elle découvre qu'à Taïwan c'est le plus adaptable_ en fait celui qui a la meilleure résistance nerveuse et la meilleure concentration_ qui sera récompensé par le succès. Beaucoup d'étudiants abandonnent sans que jamais personne ne se demande ni ce qu'ils sont devenus, ni pourquoi ils ont tout lâché.

 

Il lui faudra apprendre la langue tant écrite qu'orale, se plonger dans des livres que les autres étudiants ne regardent même pas. Elle place la barre TRÈS haut parce qu'elle doute toujours d'elle-même. 

 

Les pensées de Dao de jing la soutiennent et la réconfortent quand tout va mal et elle nous en livre quelques-unes au fil du récit. 

Jiajia reprend également confiance chaque fois qu'elle pense à Guan-gong, la seule divinité censée la protéger contre les mauvaises énergies, et les esprits malveillants, et qui doit aussi lui assurer la richesse et la réussite.  Jiajia  a découvert son existence en se rendant dans un temple avec un ami taïwanais. Sur le ticket rose, où se trouve la réponse de Guan-gong à ses questions, il est clairement dit que tout ce qu'elle est venue faire à Taïwan sera une réussite. Alors à quoi sert de se décourager !

 

Elle doit aussi s'adapter à la vie quotidienne, à la sédentarité ce qui est difficile pour une alpiniste accomplie, aux objets domestiques récalcitrants et dont le mode d'emploi est du chinois, à la chaleur et l'humidité, et aux moustiques...

Elle réussira à décrocher ses examens pas sa seule volonté et le travail incommensurable qu'elle fournira pour y arriver, s'éloignant souvent de son but, car elle trouvera peu d'aide parmi ses pairs, les autres étudiants l'ignorant et ses professeurs ne comprenant pas sa démarche personnelle. 

Comment faire pour apprendre à comprendre ?
Comment apprendre à comprendre lorsqu'on croit avoir été formée à pouvoir tout comprendre ?
...
Il faut comprendre. Et surtout ne partir de rien. Effacer tout ce que je sais, tout ce que j'ai pu savoir ou cru que je savais.

Si un professeur veut garder ses élèves, il vaut mieux qu'il n'enseigne pas. Autrement dit, qu'il laisse les élèves se hisser à son niveau. Inutile de tirer sur une plante pour la faire pousser, il suffit de lui donner les conditions nécessaires, et elle poussera toute seule. Mais c'est un peu oublier qu'il faut une énergie monstrueuse pour arriver à pousser et qu'il faut se battre pour avoir sa part de terreau.

Le sage gouverne par le non-faire
Il enseigne par le non-dire
(Dao de jing 2)

J'ai trouvé ce récit littéraire brillant, à l'image de son auteur, qui est une femme admirable. J'ai aimé l'immersion dans la culture taïwanaise et les réflexions philosophiques qui étayent le récit. Ses remarques sur l'enseignement en général et celui des mathématiques en particulier, sont tout à fait édifiantes pour qui a déjà enseigné, et s'est déjà demandé pourquoi certains enfants échouent, ne comprennent pas ou s'ennuient en classe quel que soit leur âge. 

 

Il n'est pas nécessaire d'être mathématicien pour la suivre dans son parcours, car en fait, elle nous livre davantage de réflexions que de formules mathématiques ! Elle nous décrit la démarche intellectuelle des chercheurs scientifiques, les différences didactiques entre les universités occidentales et orientales. Bien entendu, nous savons que nos deux cultures sont fondamentalement différentes mais malgré tout, nous sommes souvent étonnés de ce que l'auteur nous dévoile... 

 

Merci à Pascaline et aux Editions L'Asiathèque de m'avoir fait confiance à nouveau et proposé cette lecture en SP. J'ai fait une belle découverte et j'ai passé un très agréable moment à lire ce récit plein d'humour...

Avec les beaux jours, on voit apparaître un étrange animal qui suscite à chaque fois la même stupéfaction : le touriste. Pourtant, j'en avais déjà vu dans mes montagnes, et même il y en avait plein et ils faisaient un peu tache dans le décor. Mais ici, c'est la rencontre du troisième type. L'homme blanc tout droit sorti du catalogue Décath', ne se sépare pas de ses chaussures de rando, du gilet et du short plein de poches, couleur camouflage, du chapeau à la Indiana Jones, des jumelles autour du cou et du sourire satisfait de l'aventurier en goguette qui pourrait croiser un autobus sauvage.

Cette dynamique et sympathique jeune femme a non seulement obtenu son diplôme de doctorat en cotutelle à Paris et à Taipei en 2012, mais a été sélectionnée à la suite d'un concours pour un poste de professeur à la National Chiao Tung University à Taïwan. Elle y poursuit son enseignement et ses recherches, qui portent sur l'histoire des mathématiques de l'Inde et de la Chine. 

[Extrait de la troisième de couverture]

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
je l'avais acheté à la Fnac et envoyé à ma fille au Canada qui comme toi, lit beaucoup, elle ne l'a pas vraiment aimé, je pense qu'elle t'en dirai plus.....lors de notre prochaine visite j'essayerai de le lire à mon tour....passe un bien doux mercredi
Répondre
M
Dommage en effet je trouvais que c'était bien écrit et une histoire vécue intéressante...Merci de ce retour Monique
D
un livre que j'aimerais lire ; je regarderai à la médiathèque ; quand on est passionné, que ne fait-on pas ? Pourquoi tant de jeunes chez nous, alors qu'ils disposent de tant de possibilités, ne se passionnent pas. J'ai du me battre pour passer le bac technologique, il y a bien longtemps, cela apporte tant de se dépasser. Bises
Répondre
M
C'est vrai que ce goût de l'effort certains l'ont perdu, peut-être parce qu'ils n'ont pas eu d'exemples autour d'eux pour le faire, peut-être parce que la société ne leur fait pas assez confiance...je ne sais pas. Bises
P
Je ne connais pas du tout, mais ce livre pourrait me plaire. Merci pour la présentation...
Bon weekend.
Répondre
M
Il est très plaisant à lire...Bon week-end à toi aussi
L
coucou je l'inscris pour de prochains cadeaux, mes fils étant tous matheux, profs de maths ou chercheur en physique ; ça peut les intéresser ; bisous
Répondre
M
C'est le récit d'une femme mais tout ce qu'elle raconte sur ses recherches, la didactique...va les passionner ! bisous
L
j'ai oublié de te dire que j'ai présenté les maths comme un jeu à mes fils , comme une devinette : ) et quand ils étaient encore en primaire ils adoraient faire les équations à deux inconnues parce que c'était un jeu :) ça leur a réussi :)
C
Et bien quel courage pour quitter une vie bien établie pour reprendre des études, et en plus dans ces conditions !
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
M
C'est certain et partir dans un pays qu'elle ne connaissait pas :) bisous et une douce soirée à toi aussi
Q
Tu m'as donnée envie de le lire...
Merci pour tous ces renseignements et ton commentaire enthousiaste.
Bisous et douce soirée.
Répondre
M
J'ai vraiment passé un bon moment...elle a tellement d'humour, même si certains moments sont vraiment décourageants pour elle, elle surmonte tout avec une énergie admirable...bisous et une douce soirée à toi aussi, les jours grandissent tellement
L
Bonjour (copier/coller)
Je reviens doucement vers vous mes ami(e)s, je vous ai délaissé quelques temps, mais pour une bonne raison la santé de maman avant tout, bien quel soit encore fragile, je reprends ma vie en main, mes habitudes, la préparation de nos repas et nos sorties, nous en avons fait une samedi dernier et une mercredi, cela fait du bien le soleil en plus était présent.
Bises amicales
Répondre
M
Je viens d'aller te voir sur ton blog, tu sais que je suis abonnée alors je reçois quand tu publies, ne t'en fais pas...Contente que ça ailles mieux pour vous tous. bises
S
belle découverte ce bouquin, encore un qui s'ajoute à ma liste!!! bisous
Répondre
M
Et bien si tu voyais la mienne :) :) bisous
K
Oh là, mais c'est fichtrement intéressant, ça!
Répondre
M
J'ai lu son récit avec grand plaisir !
R
Voilà une femme hors du commun! Bisoussss
Répondre
M
Elle a un enthousiasme communicatif :) bisous
M
Et bien! Quel destin, il faut dire qu'elle l'a pris ente ses mains et l'a façonné selon ses aspirations... Un livre qui doit donner envie de se dépasser soi même... A noter donc!
Merci Manou!
bisous et bon week-end!
Répondre
M
S'il peut servir d'exemple à d'autres jeunes ou moins jeunes pour avoir le courage de se jeter à l'eau c'est super ! bisous et bon week-end
M
Bravo à cette femme. Elle a franchi son Everest personnel. Mais après elle va retomber dans la routine car faire plus fort sera difficile . Bisou
Répondre
M
Je ne sais pas si elle est capable de se contenter de la routine :) :) en tous les cas elle a des projets plein la tête...bisous
N
Quel parcours!!! Quel dynamisme, quel culot, quel courage...J'en aurais à donner des termes sur cette extraordinaire femme. Tu nous donnes vraiment envie de la suivre, Manou. Gros bisous et excellent week-end et à bientôt. Oui, j'ai les petitous depuis jeudi et je les aurai toute la semaine prochaine. Puis je prends quelques jours de détente pour aller à Valence, en Espagne. Alors à très vite et prends soin de toi ♥
Répondre
M
Super ! Je suis contente pour toi tu vas te régaler et cela va te faire un bien fou...Je pense fort à toi. gros bisous
D
fort intéressant, belle démarche !
Répondre
M
Une femme battante et combattante :) en plus capable d'auto-dérision
C
C'est un parcours atypique, elle a bien du courage!
Répondre
M
Oui elle est incroyable et je suis admirative :) bises
D
Si je le trouve à la médiathèque, je l'emprunterai avec plaisir pour découvrir le courage de cette femme, sa ténacité, ainsi que pour connaître un peu la culture taiwanaise et ses méthodes d'enseignement. Bonne journée !
Répondre
M
J'ai été scotchée par les différences de pédagogie vraiment et la façon dont elle se retrouve seule pour comprendre ce qu'on lui demande de faire, que retenir, de quoi seront fait les examens...Incroyable ! Tu aimeras ses réflexions sur la pédagogie j'en suis certaine...Bonne soirée
É
Bonjour Manou. Découvrir la culture asiatique me tente. Je l'emprunterai si je le trouve à la médiathèque. Bonne journée et bisous
Répondre
M
Je pense que tu le trouveras...bisous et une douce soirée
F
waouh chapeau bas à cette femme !!! je suis admirative quel courage elle a eu ! la dernière citation sur le touriste m'a bien fait rire ! merci pour ce partage Manou
Bisous et doux week-end
Répondre
M
J'ai mis cette citation pour montrer que malgré les difficultés auxquelles elle doit faire face, son livre est plein d'humour...bisous et un doux week-end à toi aussi
M
Un parcours atypique qui me rappelle celui de Fabienne Verdier, artiste peintre, partie etudier en Chine la calligraphie. Des vrais parcours de combattantes ! Et l’on est étonné le peu d’engouement pour les étudiants étrangers...
Répondre
M
Je ne connais pas Fabienne Verdier et je n'en ai jamais entendu parler :) Ce sont des battantes prêtes à combattre en effet !
D
Voilà une jeune femme qui ne manque pas de caractère! Un livre qui doit être très intéressant, merci pour ton ressenti.
Très belle journée, bises
Répondre
M
ça, tu peux le dire, elle est courageuse et pugnace ! bises et une douce soirée