Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Tchicaya U Tam’si, la seconde voix majeure de la poésie africaine

Tchicaya U Tam’si, la seconde voix majeure de la poésie africaine

Mon destin écorché éclate de soleil, il ne faut plus dormir je sonne les réveils.

 

Poète, romancier et dramaturge, Tchicaya U Tam'si est un écrivain célébré au Congo mais peu connu en France. Il est pourtant une des voix incontournables de la poésie africaine.

Né à Mpili en République du Congo en 1931, il passe son enfance à Pointe-Noire. Son père, Jean-Félix Tchicaya, est instituteur et très érudit. Il rêve de voir son fils devenir magistrat. 

A 15 ans, le jeune Gérald-Félix quitte le Congo : son père vient de devenir le premier député noir qui va représenter l'Afrique équatoriale à l'Assemblée Nationale, de 1944 à 1958.

 Il deviendra plus tard, une figure majeure de la décolonisation. 

 

L'adolescent abandonne ses études au grand désespoir de son père pour se livrer à différents petits métiers et surtout se mettre à écrire. Il fréquente assidûment les cafés littéraires de la Rive Gauche. 

Il fait paraître ses premiers poèmes dès 1955 dans un recueil intitulé "Le mauvais sang", alors qu'il n'a que 24 ans... des poèmes largement inspirés de Rimbaud qu'il admire et qui lui vaudront son surnom de "Rimbaud noir". 

 

C'est en 1957, que Gérald-Félix Tchicaya, prend le pseudonyme de U Tam'si qui veut dire "petite feuille qui parle pour son pays". Le "mauvais garçon" devient donc Tchicaya U Tam'si. 

Malgré ses études faites en France, le poète reste très attaché à sa culture d'origine et il se qualifie lui-même non sans humour, de "poète congaulois".

Après l'indépendance de son pays natal, alors qu'il est retourné y vivre, il prend la direction du Journal local "Congo" avec son ami Patrice Lumumba, premier ministre de la République Démocratique du Congo. Mais ce dernier est brutalement assassiné ce qui oblige Tchicaya U Tam'si à retourner en France. Là, le poète va alors s'occuper d'éducation et travailler auprès de  l'UNESCO jusqu'en 1986.

Il se consacrera ensuite uniquement à l'écriture de romans, jusqu'à sa mort en 1988. 

 

Sa poésie qui s'est démarquée très tôt de la négritude et n'a jamais reflété l'exotisme africain attendu, a toujours été mal comprise par les critiques européens et a fait de lui un poète mal aimé.

Lui, était simplement épris de liberté et voulait n'être qu'un simple poète et pas forcément un poète "africain"...pourtant sa poésie est fortement enracinée en Afrique, mais par rapport à Léopold Sedar Senghor, il doute de l'avenir de son pays et lorsqu'il se tourne vers le passé, il ne voit que traite des noirs et colonialisme. 

Sa poésie est donc nettement plus pessimiste et parfois violente, tant elle est empreinte de ses doutes et de ses souffrances, de la douleur de l'exil et de son impuissance à sauver sa terre natale. 

On le considère aujourd'hui comme le poète le plus représentatif de la poésie africaine moderne.

 

Tchicaya U Tam’si, la seconde voix majeure de la poésie africaine
Tchicaya U Tam’si, la seconde voix majeure de la poésie africaine

Présentation d'un de ces romans "Ces fruits si doux de l'arbre à pain"...

 

Si vous avez la chance d'habiter à Paris, ne ratez pas aujourd'hui même à 12 heures, la lecture à la Comédie française de poèmes de Léopold Sedar Senghor et de Tchicaya U Tam'si. 

Tous les renseignements sont sur le document ci-dessous...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Merci à toi et au printemps des poètes pour cette superbe découverte
Répondre
M
De rien Miss, nous leur devons bien ça sur nos blogs...
V
coucou je ne connaissais pas ce poète; bisous
Répondre
M
Et bien moi non plus et je n'aurais pas du tout fait de recherche sur lui, si le Printemps des poètes ne l'avait pas mis à l'honneur ! Bises et une belle journée
M
Voilà un poète dont je fais la connaissance. Je connaissais le Sénégaulois d'hier mais pas le Congaulois d'aujourd'hui. Je suis contente d'apprendre à son sujet qu'il voulait être poète et non un poète africain, ce qui change tout au niveau de son état d'esprit, pas de revendication. Et pourtant, tu dis de lui que sa poésie est empreinte des doutes sur son pays. Le naturel revient au galop...
Répondre
M
Ton exemple est très bien choisi et tu as raison. Il est poète avant tout !
M
Et bien moi non plus figure-toi je ne le connaissais pas. Mais comme il est mis à l'honneur par le Printemps de Poètes au même titre que Léopold Sedar Senghor j'ai cherché à en savoir un peu plus sur lui. J'ai trouvé que son oeuvre se démarquait de ce que l'on lit habituellement et bien sûr c'est humain qu'il soit attaché à son pays, mais je comprends aussi son combat pour être reconnu comme un poète "tout court"...Une parenthèse perso, quand j'étais petite j'ai entendu la maîtresse dire à mon propos "elle travaille très bien pour une fille d'ouvrier". Tu vois c'est un peu pareil je trouve ces propos très réducteurs et plein de sous-entendus c'est pareil pour lui. Il est poète, un point c'est tout et s'il parle de ses racines ce n'est que plus beau. Bisous et une belle soirée
M
Merci pour ce partage, je ne le connaissais pas.... Bisou, bon mardi tout doux!
Répondre
M
C'est l'occasion de connaître des poètes inconnus grâce à cette manifestation sur la poésie et au thème choisi. Bises et une belle fin de journée
C
Tout un parcours pour ce poète que je ne connaissais pas. Bises et bonne journée !
Répondre
M
Il s'est bien battu pour être reconnu et accepté. Bises
V
je ne le connaissais pas du tout, merci. gros bisous Manou. cathy
Répondre
M
Merci à toi Cathy de venir jusqu'ici. Bises
É
Bonjour Manou. Je ne connaissais pas du tout cet écrivain et poète. Merci pour cette belle mise en lumière et bonne journée. Bisous
Répondre
M
J'avoue que s'il n'avait pas été mis à l'honneur par le Printemps des Poètes je ne serais peut-être jamais allée lire certains de ses poèmes. Bisous
D
j'ai écouté les vidéos, j'ai lu ton article, et j'ai envie de lire plus. j'aime l'idée qu'il voulait être un poète, pas forcément un poète africain. il est difficile d'être "juste" artiste, poète, romancier etc... dans un contexte où il y a "combat". les autres le sentent comme une trahison? merci pour cet article et pour ton comm sur mon blog à propos de Taniguchi. j'apprécie chacun de tes commentaires.
Répondre
M
Mais c'est bien normal que je vienne sur ton blog et je le fais toujours avec plaisir mais tu as vu, c'est quand je peux :) Merci à toi aussi d'être là c'est pour moi aussi un plaisir...Bises
R
Merci de me faire mieux découvrir ce poète

Ce billet est un réel partage
Bise et belle journée je te souhaite
Répondre
M
Merci Rose...c'est très gentil. Moi je viens juste de le découvrir et je trouvais qu'il s'était battu pour une cause juste. Bises et une belle fin de journée
Q
Je ne suis malheureusement pas disponible pour cet événement, j'aurais bien aimé.
Merci pour la découverte.
Bisous et douce journée.
Répondre
M
Sur Paris c'est tous les jours qu'il ya des des lectures, des ateliers, ou des rencontres avec des poètes, il y a des moments comme ça où j'aimerai vivre à la capitale mais l'instant suivant je suis bien aussi dans ma campagne au milieu des champs, des vergers...et des petits oiseaux. Bisous et une douce soirée
Y
Oui, il courtise toute forme d'écriture. Le titre parle de l'arbre à pain, déjà entendu, mais je vais aller ivoire sur le net.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5e/Artocarpus_incisus_Blanco2.267.png

Merci pour cette découverte, sans toi et ton article, je crois que je ne l'aurais jamais croisé.
Oui, à Paris, lectures aujourd'hui.
Amicalement. Yann
Répondre
M
Merci pour le lien vers la photo de l'arbre à pain. Sur overblog il ne peut pas y avoir d'image comme c'est le cas sur ton blog. Et bien moi je ne le connaissais pas non plus et son livre était déjà emprunté à la médiathèque de la ville alors qu'ils viennent juste de l'acheter...j'attendrais donc pour en savoir plus. Bise
M
Me revoilà, je suis en pause !
J'ai oublié de répondre à ta question.
Je suis assistante dentaire, rien de passionnant !
Avant j'étais assistante d'une députée, je préfère encore être où je suis j'ai vu tellement de choses, que je suis dégoûtée de la politique !
Je suis plus souvent à mon bureau qu'au cabinet dentaire, je fais beaucoup de paressasse, je prépare les clients, je te rassure, je n'enlève pas les dents, (rires).
Le mercredi je suis au cabinet quand il y a des enfants, ils ont moins peur quand je suis là,
Je fais le clown ! Je suis bien, ils sont deux, le mari et la femme, je travaille pour le mari, le matin, j’ai les deux, l’après-midi j’ai une collègue qui arrive à 13h, elle termine à 20h, je commence à 8 h jusqu’à 17h, je préfère mon horaire. Le matin quand ils sont occupés, je peux faire des blogs, je réponds au téléphone, comme j’ai les deux, ils ne veulent pas que j’en fasse trop, le matin, c’est cool.Le mari arrive à 9h, elle c'est souvent vers 11h, elle termine plus tard. Tu sais tout, (rires-).
Bisous.
Répondre
M
Tu as un beau métier car si les dentistes étaient tout seuls, les soins seraient beaucoup plus inconfortables pour les patients. Grâce à toi, des générations d'enfants n'auront plus peur de se faire soigner les dents...Je t'imagine sans peine en train de faire le clown :) C'est sûr que comme dans tous les boulots, il y a des coups de bourre et des moments plus zen, des moments sympas et des moments plus monotones (comme les paperasses !) et je comprends en tous cas que cela te change de la politique ! Bisous et à bientôt
Y
Vraiment hyper intéressant ton commentaire détaillé sur mon petit billet jours et plumetis!
Tu reprends avec bonheur chaque cliché et tu le revisites. Mais je suis conscient que l'on ne peut faire ça pour tous les articles qu'on visite.
Du coup, me vient à l'idée de se mettre à plusieurs pour publier un article sur le sujet des draps anciens, broderies etc...
Là, on a des pilous pilous comme draps, mais dès les beaux jours, exit, et draps en lin, tu sais ces fins lins, pas les lourds que je vois ce que tu veux dire.
A plus. Yann
Répondre
M
Merci Yann j'aime bien prendre un peu de temps quand je peux...c'est ça les échanges :) Bisous
M
Bonjour chère Manou,
Je ne connais pas ce poète, je pense qu'il n'a pas tort de douter !
Cela ne s'arrange pas trop chez eux.
J'aime les Africains, ce sont de belles âmes.
Il devrait être connu, je vais m'intéresser à lui.
Merci pour cette découverte.
Bonne journée, bisous.
Répondre
M
Re
Merci d'avoir pris le temps de le découvrir...Il a des choses à dire comme beaucoup des poètes que je découvre dans la longue liste proposée sur le site du Printemps des Poètes. Il faudrait plus de temps mais bon déjà j'essaie d'en proposer un bref aperçu. Bisous
N
Très intéressant. La phrase citée donne envie de le lire. Merci pour cette présentation. Bonne journée.
Répondre
M
Pas de problèmes Nassy ! j'essaie de partager ce que je découvre ( comme tu le fais). Bises
D
Je ne connaissais pas du tout cet auteur. Merci pour la découverte et le partage ! Bonne journée
Répondre
M
Et bien moi non plus je l'avoue. S'il n'avait pas été mis à l'honneur pour ce Printemps des Poètes je ne l'aurais peut-être jamais découvert. Voilà d'où vient cette envie de le partager avec vous. Bonne soirée