Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans la Bulle de Manou

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le passage de Louis Sachar

Le passage de Louis Sachar

Depuis plusieurs générations la famille Yelnats est poursuivie par la malchance. Stanley n’échappe pas à la règle ! Il est accusé d’avoir volé les chaussures de Clyde Livingston, un célèbre joueur de base-ball, qui en avait fait cadeau à une œuvre de bienfaisance. Or lorsque ces chaussures sont tombées du ciel, Stanley a cru voir un signe du destin : son père faisait des recherches pour inventer un produit capable d’éliminer les odeurs de pied et avait donc besoin d’un nombre important de vieilles baskets ! Cette accusation a valu à Stanley, 18 mois de séjour au Camp du Lac Vert…où, soit dit en passant, il n’y a ni lac ni verdure.

Le Camp du Lac Vert, c’est un camp de « vacances » forcées au milieu du désert et au fin fond du Texas. Tous les jeunes délinquants présents clament leur innocence mais ont commis de petits délits. Ils sont condamnés à creuser tous les jours un trou énorme à l’ancien emplacement du lac (qui lui, a réellement existé !), mais aussi à obéir, à avoir peur du directeur, à avoir soif, à se donner des surnoms et à avoir peur des lézards à tâches jaunes, bien plus dangereux que les serpents à sonnettes.

Ce trou doit faire 1 m50 de profondeur et de diamètre. La terre est dure et sèche. Il fait chaud et l’eau est rationnée. Plus vite le trou est terminé, plus vite le jeune rentre au camp. Et s'il trouve quelque chose au fond du trou, il doit le montrer d'urgence, et peut-être alors il rentre direct au camp.

Dès le départ, Stanley comprend que le terrible directeur, qui est en fait une femme, recherche quelque chose de précis dans cette étendue désertique. Pourquoi sinon, surveillerait-elle de si près les trous et leurs contenus ?

 

L’auteur nous raconte la vie quotidienne des pensionnaires du Lac Vert, leurs conflits et leurs relations d’amitié. Il nous raconte pourquoi la famille de Stanley subit de génération en génération une malédiction qui fait que chacun se trouve toujours au mauvais endroit au mauvais moment.
En parallèle, il nous raconte par un subtil retour en arrière, une histoire qui s’est passée il y a 100 ans sur les bords du lac.

Peu à peu par de multiples indices, le lecteur comprend pourquoi ces histoires sont extrêmement liées… Mais chut si je vous le raconte pas, sinon vous n’aurez plus rien à découvrir.

C’est un roman très original, plein de suspense et bourré d’humour, qui nous parle d’amitié, de cruauté et de racisme...

Le lecteur ado s'identifie aussitôt à ces jeunes délinquants. Le lecteur adulte les prend en affection.

Un excellent moment de lecture.

A lire à partir de 13 ans.

Ce livre est précédemment paru sous le titre « La morsure du lézard ». Puis il a été adapté au cinéma sous ce titre (je n'ai pour ma part pas vu le film).

Jetez-un oeil à la bande-annonce ci-dessous !

Bande-annonce du film "La morsure du lézard"

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article