Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Mémoires d'Outre-mer / Audrey Heiser

Publishroom, 2021

Publishroom, 2021

"A présent, je peux mourir", voilà ce que j'ai pensé en 2005, alors âgée d'à peine 26 ans, de retour de ma deuxième campagne GEAOM. J'ai réalisé que j'avais fait, vu et vécu tellement plus de choses que l'immense majorité des hommes et des femmes sur cette planète, que cela résonnait en moi sereinement. Je réalisais la chance inouïe que j'avais eu de vivre tant d'expériences différentes en même pas un an de vie, cumulé.

La vie : un don magnifique pour quiconque sait saisir les opportunités et provoquer son destin. Ces deux campagnes sont un cadeau. Le cadeau professionnel d'une vie qui ne se refuse pas, et qu'on accueille le cœur battant...

Voici un livre qui vous fera voyager, tout en nous plongeant dans l'univers très réaliste de la Marine nationale. A lire absolument pour les fans ! 

Écrit sous forme de journal de bord, ce récit raconte le voyage de l'auteur à bord de "la Jeanne", entendez du croiseur porte-hélicoptères français "la Jeanne-d'Arc", construit par l'arsenal de Brest entre 1959 et 1964. 

Ce célèbre porte-hélicoptères a achevé sa dernière mission en mai 2010 et a été retirée du service le 7 juin de la même année.

La Jeanne-d'arc était destinée à servir de bâtiment-école pour les officiers de Marine (Groupe Ecole d'application des officiers de Marine, ou GEAOM). Il s'agissait d'une mission annuelle de la Marine nationale qui durait six mois et permettait de mettre en application les acquis plus théoriques découverts les années précédentes, un stage pratique de fin de scolarité en quelque sorte.

Étaient concernés par cette mission, les officiers de marine issus de l'École navale (ce sont les officiers élèves, appelés tout simplement OE à bord), et les officiers issus du monde maritime militaire (médecins militaires, commissaires des armées, administrateurs des affaires maritimes... ).

L'auteur n'a que 25 ans lorsqu'elle embarque sur la Jeanne pour la première fois en octobre 2003. Elle participera à deux campagnes en 2003-2004 et décembre 2004-2005. Sa mission a elle, c'est avant tout de donner des cours d'anglais aux officiers-élèves (les OE donc) et aux autres personnels. Elle donne aussi des cours de français aux officiers-élèves étrangers. Aux escales, elle peut être amenée à servir d'interprète, à fair visiter le bâtiment aux journalistes ou officiels du coin,  et elle en profite aussi pour visiter les lieux autant qu'elle le peut, acheter des souvenirs pour elle ou pour ses proches, s'amuser un peu...

Comme elle ne tient pas en place et a peur de s'ennuyer à bord, elle s'est en parallèle inscrite en DEA, au Certificat militaire de langue d'italien (premier niveau) et au concours d'Officier sous-contrat. Rien que ça ! 

Quinze ans après, elle décide de publier son aventure qu'elle nous présente comme un roman initiatique et exotique. 

Il faut dire aussi que lorsque comme moi, on ne connait rien à la Marine nationale, son récit ne manque pas d'intérêt.

Elle ne nous cache rien des instants difficiles : le mal de mer, les rites de passage, les hommes trop machos ou carrément voyeurs.

Elle  fait des rencontres fabuleuses à bord mais aussi durant les escales, des personnes importantes dans leurs pays (même un roi), des journalistes, des écrivains comme Jean-François Deniau.

Elle est interviewée,  croise des personnes aux métiers variés, comme des intermittents du spectacle, des photographes, des mannequins et même des prostituées. Elle rencontre et parle à de nombreux autochtones mais aussi à des expatriés.

C'est une manière de voyager beaucoup plus authentique finalement, même si étant militaire, les relations avec les autres lors des escales peuvent être parfois faussées...

Elle visite des lieux paradisiaques, touristiques, classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, ou plus sauvages... Elle découvre les manchots du cap, la baie de Rio et son ambiance particulière avec les favelas dans l'envers du décor, la Guadeloupe...passe l'équateur et le cercle polaire, visite l'Islande lors d'une escale où son amoureux est venu jusqu'à elle, traverse le canal de Suez, fait connaissance à Djibouti, avec le rituel du café thiop, découvre Madagascar et bien d'autres endroits...

Au passage, elle nous raconte l'histoire de ces sites, nous fait goûter aux produits locaux, fréquenter les lieux à la mode. 

Elle connaît des moments intenses et douloureux lors de leur arrivée en Indonésie après le tsunami...alors qu'au départ elle devait rester à bord, elle découvre la désolation, les ravages causés par cette catastrophe sur la population et sur les constructions, les camps de réfugiés, les secours d'urgence mis en place...ils apporteront leur pierre à ces jours "d'après". 

L'auteur se décrit comme une personne plutôt naïve, mais je trouve qu'elle n'a pas froid aux yeux pour entreprendre un tel périple et certains passages où elle nous raconte les détails de ses "aventures" sont pleins d'humour, car vus aussi avec la fraicheur de sa jeunesse.

Bien entendu, il faut replacer le récit dans le contexte du début des années 2000, où internet n'avait pas encore pénétré dans tous les foyers, et où le monde ne nous apparaissait qu'à travers les médias de l'époque...

C'est exotique et dépaysant ! 

...j'ai adoré voir l'hélico repartir après s'être posé, le suivre, regard fixé sur lui, nuque qui embrasse son mouvement et visage qui se lève en sa direction. L'observer gagner en hauteur, passer quasiment au-dessus de moi, le voir se détacher, masse sombre sur ce ciel d'encre constellé d'étoiles, et le voir littéralement traverser les étoiles...Magique. L'absence totale de bruit parasite, hormis celui des vagues fouettant la coque du bâtiment et le bruit de l'hélicoptère, crée une atmosphère étrange...
pour la novice que j'étais, le spectacle était de toute beauté.

Voilà une lecture plaisante. L'auteur divise son récit en deux parties correspondant chacune à une des deux "missions" passées en mer. 

J'ai aimé qu'elle partage avec nous ses découvertes des autres pays, son ressenti en mer, tant côté paysages que côté ambiance entre les marins ou la hiérarchie. Bien entendu, être une jeune femme au milieu de tous ces hommes n'est pas tous les jours facile. Mais elle a du caractère et sait se défendre...elle traquera jusqu'à le trouver un intrus, "voyeur" lors de sa deuxième campagne.

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas, tantôt l'ennui guette les marins, d'autres jours, c'est la baisse du moral parce qu'ils sont tous éloignés de leur famille, d'autres jours encore ce qu'ils vivent est plus intense. Le passage de la ligne (l'équateur) donne l'occasion d'un baptême un peu spécial pour les néophytes. 

J'ai appris bien évidemment beaucoup de choses sur la vie quotidienne à bord, de l'organisation des repas aux opérations...Au détour d'une phrase elle nous décrit même le sens de certaines expressions couramment employées dans notre langue et qui trouvent leur origine dans l'armée, la marine ou les combats. 

Le sport, la compétition, les blagues de potaches, sont indispensables à la bonne marche de l'ensemble et ne manqueront pas de rappeler à certains lecteurs l'ambiance qu'ils ont peut-être connue, lors de leur service militaire.

La mission du GEAOM, appelée aujourd'hui "Mission Jeanne d'Arc", est en fait une mission 4 en 1.

Il y a :

- les opérations qui sont clairement identifiées comme celle en Indonésie après le tsunami, appelée l'opération Béryx, que l'auteur nous détaille dans son récit. 

- La coopération qui sont des exercices pratiques avec les marines des autres nations. 

- Le rayonnement lorsque le porte-avion fait escale. Visite du bâtiment, conférences, et cocktails sont de rigueur. 

- et enfin, à bord, la formation qui se poursuit...comme par exemple le perfectionnement des langues à bord dont l'auteur assure les cours. 

Pas d'inquiétude, côté compréhension, tous les sigles et autres appellations sont expliqués dans le texte ou par des notes de bas de page. Et à la fin de chacune des parties, photos et cartes permettent de se repérer. Les hélicoptères sont décrits avec précision ainsi que toutes les opérations. C'est parfois technique pour une novice comme moi, mais très intéressant et instructif !

Le seul bémol que je mettrais à ce récit bien écrit et très rythmé, c'est que par moment je me suis un peu lassée des descriptions des nombreuses fêtes pratiquées lors des escales, beuveries en boîtes de nuit...qui sont pourtant nécessaires pour le bon moral des troupes, j'en conviens, surtout  après des semaines en mer.

Mais cela est sans doute lié à mon âge, les sorties de nuit ne m'intéressant plus du tout ! 

Il est vrai aussi que même si l'auteur nous livre avec beaucoup de sincérité son ressenti face à sa découverte des populations pauvres, ici ou là sur la planète, le contraste entre l'argent dépensé pour les missions (dont elle nous donne souvent des détails), et la vie des autochtones, saute immédiatement aux yeux du lecteur, mais ce n'est pas le sujet bien évidemment, vous l'aurez compris.

Merci à l'éditeur Publishroom pour ce service de presse instructif et inattendu...

Bonne lecture ! 

Il y a de la misère, les gamins pieds nus qui demandent un sou, les vendeurs qui interpellent ou suivent les touristes pour vendre leurs bricoles...
Cela dit, c'est fatiguant au bout d'un moment et personnellement ça m'embête de dire "non" à des gens qui ont besoin d'entendre "oui". Mais la vie est comme ça, on ne peut guérir le monde, aider tous ceux qui en ont besoin ; alors j'évite de faire des jaloux, et puis dans l'absolu, cela ne change rien à leur vie...Mais c'est vrai que ça peut être déchirant de ne pas tendre la main.

Cette scène, je ne suis pas près de l'oublier. Être entourée de ces gamins qui rient, sont contents d'être là malgré les circonstances et s'amusent d'un rien, ça ne laisse pas indifférents...
C'est clairement cette force de vie, ces sourires affichés, ces bras levés en guise de bonjour. Malgré tout ce qui les accable et malgré la misère dans laquelle ils vivent, ils n'abandonnent pas.

C'est ça la Jeanne, beaucoup de moment d'exception, magiques et bien souvent hors du commun, parfois parsemés de moments moins drôles ou carrément plus ennuyeux. Mais dans l'ensemble, ça demeure une aventure fantastique et inoubliable !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
É
Ce livre a l'air passionnant , j'aime tout ce qui a trait à la mer ...et que d'aventure à découvrir ! Bisous Manou!
Répondre
F
Cette lecture invite au voyage et pas à bord de n'importe-quel navire. La Jeanne ! Diantre on ne craindra point le champs des sirène ainsi conduit par telles égéries sur les flots bleus, verts, argentés. Voilà bien une lecture qui me tente. Merci pour cette présentation .
Et vogue la Jeanne !...
Répondre
M
Une lecture à la fois d'aventure et documentaire que j'ai aimé découvrir avec les yeux ce cette jeune femme...belle journée et merci pour ton message
M
Sans doute un livre passionnant !
Je dois choisir mes livres au compte goutte, ne tombe pas toujours bien (le hasard du la médiathèque ou de la boite à livres) à cause de mes yeux...
Je pense à toi, te remercie et te souhaite de merveilleuses fêtes avec les tiens, je l'espère, Manou
Répondre
C
merci à toi pour cette idée lecture, je note cela pourrait me plaire; merci pour ton ressenti. bises.celine
Répondre
M
Merci à tous pour vos messages et vos nombreuses visites sur cet article. Merci pour votre sincérité ! Belle fin de semaine à tous, en attendant que je vienne visiter vos blogs ou que j'ai le temps de vous répondre...
Répondre
E
Tu en parles si bien que j'ai envie de le lire, je vais voir si je peux l'avoir sur ma liseuse ! Bonne fin de semaine, bisous
Répondre
P
Encore un livre qui m'est tout à fait inconnu...
Je ne le note pas. Je dois absolument faire baisser ma PAL qui n'arrête pas de grandir !
Répondre
D
Ta chronique a réussi à me convaincre pour ce roman-témoignage, alors que je ne connais rien à l'univers de la marine, et que je n'aurais pas été a priori attirée par ce titre. Merci de ton partage qui donne envie d'aller vers d'autres découvertes !
Répondre
B
C'est un livre que j'ai particulièrement apprécié, moi qui voulait être marin étant enfant.
Répondre
B
Don un livre pour voyager...
Lecture plaisante certainement...
Bisous Manou
Répondre
R
Mince je viens de voir sur mon site achat et il n'y est pas....Dommage...merci Manou aussi de tes passages et gentils mots. Bisous
Répondre
A
Un livre intéressant. Merci de nous le présenter. Sous mon lit pas mal de livres en attente de lecture.. bises
Répondre
R
YOu make this sound interesting and full of feeling. Friendship and hugs
Répondre
M
Bonjour Manou,
c'est un bouquin qui doit être intéressant à lire, je vais voir ça.
Bisous et bonne journée,
Mo
Répondre
E
la mer en littérature et moi, c'est un peu dur...
Alors je vais être raisonnable et ne plus noter sinon je ne vais plus m'en sortir...
Répondre
L
J'ai un cousin qui a navigué sur la Jeanne. Mais ce livre n'est pas pour moi. Merci pour la présentation malgré tout
Bisous et bonne journée
Répondre
E
Ce livre doit être intéressant mais j'en ai de plus palpitants en attente. Bonne journée et bisous
Répondre
M
je ne supporte l'eau que pour la douche, alors les histoires de bateaux, c'est pas pour moi, j'ai tout de même appris a nager en même temps que mes enfants. mais si je n'ai pas pied je coule....... ce n'est pas une plaisanterie. les histoires qui se passe dans un bateau me font peur bisous a toi
Répondre
coucou, ah je vais le monter à ma belle soeur ; son mari a navigué partout pendant son engagement dans la marine nationale ; ça devrait lui plaire ; bisous
Répondre
G
C'est bien qu'elle partage ses expériences et tout et tout
Je ne sais pas si je vais lire ce livre
En fait la navigation pour moi c'est à taille humaine et m'en enrichir personnellement
Certes j'ai fait des croisières sur des îles flottantes dans des pays merveilleux mais j'ai aussi croiser la misère mais j'ai vite compris que cela n'était pas fait pour moi ces grands bateaux
Depuis nov 2019 c'est le calme plat ... aussi nager dans un beau livre est un plus pour s'évader
Merci Manou
Répondre