Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le violon d'Auschwitz / Maria Angels Anglada

Stock, la Cosmopolite, 2009

Stock, la Cosmopolite, 2009

Au début de la tyrannie, il s'était accroché l'étoile jaune de David sans savoir que c'était le signe de la mort, comme on marque les pins qui vont subir la hache ; et il ne s'était en fait pas éveillé à la nouvelle réalité brutale avant le jour terrible où ils avaient saccagé son atelier-dans un passé récent, la vieille synagogue du quartier où il s'était senti en sécurité dans son enfance, sous le long "talith" de son père qui l'emmenait souvent dans les fêtes, avait brûlé. Depuis, pensait-il maintenant, chaque jour ils s'enfonçaient d'un pas dans les eaux marécageuses qui finiraient par les engloutir tous.

Ce très court roman était dans ma liste de livres à lire, depuis un bon bout de temps à présent. Il est paru en 2009, donc ce n'est pas une nouveauté.

Le lecteur fait la connaissance de Daniel, déporté au camp de concentration d'Auschwitz. A son arrivée, il s'est déclaré menuisier, ce qui n'est qu'un demi-mensonge, car il est luthier de profession.

Il est souvent appelé chez Sauckel, le commandant du camp, que ce soit pour des réparations ou des aménagements, d'ailleurs, il participe à la construction d'une serre.

Pour Daniel, c'est une véritable chance de passer du temps en dehors de l'usine ou de la carrière. Cela lui permet de survivre, en luttant contre la fatigue chronique et la lassitude qui s'installent chaque jour davantage dans son corps meurtri. En effet, là-bas, les hommes s'épuisent à la tache et ne survivent pas longtemps, entre la malnutrition, la violence, l'humiliation et les punitions d'une grande cruauté.

Mais un jour, le commandant du camp qui aime aussi la musique, fait donner un concert qui risque de vraiment mal se terminer pour Bronislaw, le violoniste, qui joue faux.

Daniel ne peut pas s'empêcher d'intervenir, à ses risques et périls, pour expliquer que ce n'est pas de la faute de son ami, mais que le violon a été endommagé. Il déclare donc ouvertement son vrai métier, et propose de le réparer : le violon a une fissure dans la chambre d'harmonie, fissure qui l'empêche d'avoir la bonne sonorité. Le commandant est surpris, mais ne le punit pas. Il accepte. Minutieux de nature, Daniel va mettre toute son énergie dans ce travail. Il sait très bien que la vie de son ami, et la sienne, sont en jeu. 

Peu de temps après, "satisfait" de la réparation effectuée par Daniel, le commandant lui demande de fabriquer un violon qui imite le son d'un stradivarius.  

C'est comme une parenthèse "heureuse" dans la vie de Daniel : se retrouver tous les matins dans l'atelier, dans les odeurs de bois, de colle et au milieu d'outils qui auraient pu être les siens, laissés à Cracovie. Il n'en revient pas de sa chance. Mais il apprend que la réalisation de ce violon a été l'objet d'un pari, et que s'il le perd, il sera immédiatement envoyé auprès de Rascher, le médecin du camp, qui réalise de terribles et cruelles expérimentations sur les déportés...

Il se trouvait à l'un des moments les plus délicats de son travail, qui consistait à mettre en place à l'intérieur de l'alto l'âme, cette petite pièce en épicéa, aux veines fines et denses, qu'il était sur le point de laisser partir, parfaitement verticale, parfaitement droite, juste derrière le pied droit du chevalet. Mais que lui arrivait-il ? Il avait les mains moites, l'âme glissait, elle s'échappait avant l'heure ! Elle était trop courte, inutilisable. Il allait devoir tout recommencer. Mais l'alto devenait profond, profond...
Des mains qui le secouaient le réveillèrent à ce moment. L'alto se trouvait sans âme. Cela lui sembla être un mauvais présage.

Il avait parlé sans interrompre son travail, car on ne pouvait jamais être sûr de la réaction ; il avait parfois été frappé pour ne pas s'être mis au garde-à-vous alors qu'on lui adressait la parole, mais l'avait été aussi un jour où il l'avait fait, pour s'être arrêté de travailler.

Le livre débute en 1991, alors qu'un groupe de musiciens jouent ensemble à Cracovie, le jour du deux centième anniversaire de la mort de Mozart. Parmi eux se trouve Régina, une violoniste qui attire sans le vouloir l'attention d'un des invités. Ce dernier, va apprendre que le violon qu'elle possède, et avec lequel elle joue divinement bien, a toute une histoire, car il a appartenu à son oncle, déporté à Auschwitz.

C'est lui qui confiera les notes de la violoniste à l'auteur, pour qu'elle témoigne.

Maria Angels Anglada aborde à travers le récit de Régina, le terrible univers concentrationnaire. Des encarts placés en début de chacun des chapitres, nous en rappellent avec froideur et distance, toute sa cruauté comme ce sinistre état des lieux des vêtements récupérés dans les camps (page 87).

En même temps, le lecteur suit pas à pas Daniel, entre sa vie quotidienne, ses rêves et ses souvenirs.

J'ai, bien entendu, lu ce court roman d'une traite, voulant savoir si la fabrication de ce violon allait sauver Daniel.

J'ai trouvé dommage que le ton employé par l'auteur soit souvent trop froid, ce qui nous permet, certes, de garder une certaine distance, mais nous empêche aussi d'éprouver une certaine empathie pour notre luthier. 

C'est un livre émouvant, écrit avec simplicité. C'est finalement ce terrible contraste entre la beauté de l'objet, l'amour que Daniel met à le fabriquer, et la cruauté des camps, qui est le fait le plus marquant du roman. Ce décalage montre bien, que la musique peut rendre un visage presque humain à un bourreau, ce qui est d'autant plus terrible au vu des faits qui lui sont reprochés, mais, à quelque part, apporte un peu d'humanité là où il n'y en avait aucune.  

Ce roman peut être lu par des adolescents, car en plus de l'amour de la musique, il place aussi l'importance de l'amitié au centre de l'histoire. 

 

Sa lecture et sa présentation en cette veille du 8 mai, jour férié où nous commémorons la fin de la Seconde Guerre Mondiale et la capitulation de  l'Allemagne nazie, me permet de contribuer au devoir de mémoire indispensable à mes yeux.

Un livre à lire, et à faire lire, pour ne jamais oublier... 

Bon week-end à tous ! 

Presque toute sa famille avait péri durant l’Holocauste, sa mère et sa grand-mère étaient mortes au ghetto de Varsovie, son père et son frère aîné à Auschwitz ; tous étaient donc morts aux mains des nazis. Je pensais qu’elle devait être toute petite à l’époque. Comment en avait-elle réchappé ? Il me vint également à l’idée que la musique avait dû beaucoup l’aider à dissiper ces ombres.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dasola 13/05/2021 06:34

Rebonjour manou, est-ce vraiment un roman? En tout cas, je le note. Tu donnes envie de le découvrir Je sais que des musiciens ont été épargnés parce qu'ils étaient musiciens... Bonne journée.

manou 24/05/2021 16:15

Je n'ai trouvé aucune mention contraire...et l'auteur reste discrète sur sa biographie, du coup je ne sais rien de plus. On lui a même reproché de rester trop en dehors de l'histoire, mais je l'ai trouvé crédible tout de même. Si tu le lis dis-moi ce que tu en penses, je savais aussi que des musiciens avaient été épargnés et cela m'intéressait de lire une histoire à ce sujet. Désolée de te répondre aussi tard, je n'avais pas vu ton commentaire.

René 12/05/2021 05:28

Merci Manou pour ce livre qui retient toute mon bonne journée.bises

manou 12/05/2021 06:37

Il est court mais sa lecture est intense et marquante. Bises, belle journée à toi aussi

Béa kimcat 10/05/2021 18:12

Merci pour ton si beau ressenti !
Un livre bouleversant c'est sûr.
Je note car j'ai très envie de le lire...
Biz

manou 10/05/2021 08:06

Un grand MERCI à tous pour vos messages et votre visite. Belle semaine !

maggie 09/05/2021 09:36

Je note mais j'ai déjà deux lectures à faire dans la semaine sur les camps ( Sobibor de Molla et Le garçon au pyjama rayé;...)

manou 10/05/2021 08:07

Je n'ai lu que Sobibor, on le faisait étudier au collège. Je n'ai jamais eu le courage de lire le second mais j'en ai entendu parler en bien, ce sont tous deux des livres pour jeunes ados, le mien s'adresse aux plus grands.

EmilieRD 08/05/2021 21:14

Ce livre doit être émouvant et boulversant.. je note sur ma liste, merci!

mouneluna 08/05/2021 15:51

je ne peux plus lire quoi que ce soit de ce type de livre. je suis marquée a jamais par cette guerre et ces atrocités. j'ai la possibilité d'aller voir des amis en Allemagne !! mais je ne peux pas c'est plus fort que moi. bonne jourée

manou 10/05/2021 08:08

Les amis en question n'y sont pour rien, les jeunes générations ne sont pas responsables de ce que leurs parents ont fait.

FARFADET 86 08/05/2021 11:48

Très bonne recommandation de lecture parfaitement circonstanciée.
Oui le contraste doit être très fort entre l'atmosphère de souffrance et d'inhumanité des camps de déportations et ce luthier Daniel (non tombé dans la fosse aux lions) mais sous l'emprise de bourreaux nazis épris de grande musique. Celle-ci adoucira-t-elle le sort de Daniel ?
Il n'est qu'à se munir de cet ouvrage pour le savoir.
Merci pour cette intéressante et émouvante présentation.
Amitiés des Farfadets du Poitou.

manou 10/05/2021 08:09

Je voulais le faire depuis longtemps et je ne regrette pas de l'avoir fait. Ce sont des lectures importantes. Belle journée à tous les deux

Laura 08/05/2021 11:19

Merci pour cette découverte.
Il y a tellement à lire sur la seconde guerre mondiale que je ne sais pas si celui ci sera dans mes priorités mais comme tu es souvent de bons conseils je me le note à l'occasion ...

manou 10/05/2021 08:10

Je comprends mais au contraire je pense que sur ce sujet là et en particulier la musique il n'y a pas grand chose...

missfujii. 08/05/2021 10:39

Merci pour cette très belle chronique qui tombe à pic. En ce moment je travaille sur moi, pour lâcher mon héritage transgénérationnelle lié aux mémoires de crimes de la shoah.

manou 10/05/2021 08:10

Nous avons tous des choses à lâcher de notre héritage, forcément certaines sont plus douloureuses que d'autres...

Bonheur du Jour 08/05/2021 07:20

Un livre magnifique, un devoir de mémoire indispensable.

Lavandine 07/05/2021 23:57

Un devoir de mémoire oui mais d'après ce que tu en dis, ce livre est difficile à lire émotionnellement. J'ai du mal avec les camps de concentration.
Gros bisous.
Lavandine

manou 10/05/2021 08:12

Chacun fait comme il veut ou peut, je ne me régale pas à lire des livres sur les camps, mais je trouve que cela fait partie de notre histoire, alors c'est important. Un jour les jeunes ne croiront plus que cela a existé. bisous

Philippe D 07/05/2021 21:01

J'ai déjà vu ce livre. Je trouve qu'il y en a beaucoup sur les camps de concentration. J'attends un peu avant de relire sur le sujet. Je lirai sans doute celui-ci un jour...
Bon weekend.

Bernie 07/05/2021 19:57

le devoir de mémoire est indispensable.

manou 08/05/2021 06:19

Je le pense aussi...bon week-end

Mo 07/05/2021 19:01

Bonjour Manou,
ce livre m'intéresse mais j'ai accumulé tant d'autres livres sur ma liseuse que je risque de ne pas le lire avant longtemps...
J'accumule plus vite que je ne lis...
Merci pour le présentation,
bisous,
Mo

manou 08/05/2021 06:18

Je comprends bien j'ai moi-même une liste qui s'allonge démesurément et de cette saison, je lis moins parce que je passe du temps au jardin :) bisous et bon week-end

Renée 07/05/2021 16:45

Il me semble bien que quelqu'un en a déj parlé sur un blog donc ce livre avec déjà en peu de temps 2 articles doit vraiment être bon. Merci Manou. Bisous bisous

manou 07/05/2021 18:18

Je l'avais dans ma liste depuis longtemps et comme je l'ai croisé en médiathèque il a doublé les autres qui étaient en attente aussi :) bisous et bon week-end

Petits Bonheurs 07/05/2021 16:30

Bonjour Manou,
Un livre poignant. Un livre d'histoire qui serait à lire pour nos jeunes.
Je ne sais pas si on en parle encore à l'école ? Il ne faut pas oublier.
Une grosse bise

manou 07/05/2021 18:17

Oui c'est au programme, après je ne sais pas si on leur donne toujours une liste de romans à lire, cela se faisait encore il y a quelques années :) bises

ruthiebear 07/05/2021 15:06

THis sounds like a very touching story. Friendship

chevrette13 07/05/2021 15:04

bonjour
tu as raison cette lecture tombe à point nommé avec la date du 8 Mai !! on a tendance à oublier ce que représente ce jour, pour certains un jour de vacances !!
bisous

Danièle 07/05/2021 14:51

Merci pour cette belle présentation. Je vais le rajouter sur ma liste juste derrière celui présenté par Brigitte hier et qui
traitait aussi des camps. Demain est une date importante pour tous, pour moi double importance ma petite fille fête ses 3 ans demain.
Très belle journée. bises

manou 07/05/2021 18:16

Bon anniversaire à ta pitchounette, 3 ans déjà il me semble que c'est hier que tu nous as dit que tu étais à nouveau grand-mère ! Profite bien de la fête. Bises et un beau week-end alors