Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le restaurant de l'amour retrouvé / Ogawa Ito

Editions Philippe Picquier, 2013 / Poche, 2015

Editions Philippe Picquier, 2013 / Poche, 2015

Si tu cuisines en étant triste ou énervée, le goût ou la présentation en pâtissent forcément. Quand tu prépares à manger, pense toujours à quelque chose d'agréable, il faut cuisiner dans la joie et la sérénité.

Pouvoir simplement cuisiner pour quelqu'un me rendait vraiment heureuse, du fond du coeur.
Merci, merci !
Le crier encore et encore vers le ciel par une nuit d'hiver ne me suffisait pas, j'aurais voulu crier si fort que la planète entière m'entende, crier jusqu'à ce que ma voix intérieure s'éraille, que tout le monde sache ce que je ressentais.

Lorsque Rinco rentre chez elle après son travail dans le restaurant turc qui l'emploie, elle trouve la maison vide. Tout a disparu : ses ustensiles de cuisine (le mortier de l'ère Meiji hérité de sa grand-mère aujourd'hui disparue, le baquet en bois de cyprès dans lequel elle gardait le riz au chaud, la cocotte en fonte Le Creuset enfin achetée avec son premier salaire, les baguettes de cuisine à pointe fine dénichées chez un marchand spécialisé de Kyôto...) , ses denrées, ses économies et tous ses rêves de monter un jour un restaurant avec son compagnon indien. Il a tout emporté, ne laissant que les clés de l'appartement.

Elle est si choquée par cette découverte qu'elle reste sans voix (au sens concret du terme). Elle quitte la ville et prend le bus pour rentrer dans son village natal, emportant avec elle son ultime bien, la jarre de saumure de sa grand-mère, seul héritage de celle qui lui a tout appris.  

En refaisant le trajet en sens inverse de celui qu'elle avait fait il y a 10 ans, Rinco songe à sa mère, Ruriko avec qui les relations ont toujours été tendues. Celle-ci d'ailleurs, l'accueille plutôt froidement, mais malgré sa vie mouvementée et bien occupée (elle possède un bar local), accepte qu'elle s'installe dans son ancienne chambre où rien n'a changé. Même Papy Hibou est toujours au grenier pour sonner avec régularité les douze coups de minuit, ce qui apporte à Rinco un grand sentiment de sécurité. Elle en a bien besoin et elle, qui était partie il y a dix ans sur un coup de tête, est finalement soulagée de se retrouver dans la maison de son enfance. 

Ruriko, cependant pose ses conditions. Elle a adopté un cochon, dont Rinco devra s'occuper en échange du gîte. Hermès est un animal intelligent et très affectueux et Rinco va très vite s'y attacher, trouvant important de lui donner des aliments de qualité, préparés par ses soins.

S'occuper d'Hermès va lui faire réaliser que la seule chose qu'elle sait faire, c'est la cuisine...elle va donc décider d'ouvrir un restaurant. Elle sera aidée dans sa tâche par  Kuma, un ancien "homme à tout faire" qu'elle connait depuis son enfance car il travaillait dans son école. Il deviendra pour elle au fil du temps un véritable ami.

Dans la cuisine de "l'Escargot", c'est ainsi qu'elle nomme son restaurant, Rinco découvre que lorsqu'elle cuisine avec amour pour des gens, même inconnus, leurs vœux les plus chers se réalisent...un pouvoir qu'elle n'imaginait pas. 

Elle va donc encore davantage soigner la préparation de ses plats, les sélectionner en fonction de ses convives pour réveiller chez eux des émotions qu'ils croyaient oubliées, et pour cela elle ne pourra accueillir qu'un seul client par soirée, un couple ou au maximum une famille, après une entrevue lui permettant de cerner leurs désirs.

Ce faisant, en leur apportant l'écoute dont ils ont besoin, elle va les aider à dépasser leur détresse mais trouver elle-même, une nouvelle raison de vivre. Ses propres émotions, ce qu'elle éprouvait envers sa propre mère en particulier, vont évoluer pour aller vers davantage de sincérité et elles en seront toutes deux  transformées. 

Avec ma mère, c'était toujours la guerre froide.
J'étais capable d'amour pour presque tous les humains et les êtres vivants. Il n'y avait qu'une seule personne que je n'arrivais pas à aimer sincèrement_ma mère. Mon antipathie pour elle était profonde et massive, presque autant que l'énergie qui me faisait aimer tout le reste. Voilà qui j'étais vraiment.
L'être humain ne peut pas avoir le cœur pur en permanence.
Chacun recèle en lui une eau boueuse, plus ou moins trouble...

Un repas, c'est parce que quelqu'un le prépare pour vous avec amour, qu'il nourrit l'âme et le corps.

Voilà un roman qui fait du bien, tant il est empli d'humanité.

Cette jeune Rinco, âgée à peine de 25 ans, nous donne une belle leçon de vie. Elle sait s'attacher aux moments simples de l'existence pour en remplir sa propre vie et combler le vide et la déception laissés par le départ de son ami indien : aller ramasser des fruits sur les arbres ou des légumes sous la neige, cultiver un jardin d'herbes aromatiques, goûter des grenades directement sur l'arbre, cuisiner en harmonisant les saveurs et les odeurs. L'auteur nous parle tout en pudeur, de sa façon de tenter de se relever de sa déception amoureuse, des sentiments ambivalents qu'elle ressent pour sa propre mère qui ne l'a jamais serrée une seule fois dans ses bras... Malgré cela, elle va tout faire pour retrouver le bonheur de vivre.

Bien entendu, vous vous en doutez, on parle aussi beaucoup de cuisine, de l'art d'accompagner les plats ou de les réaliser...mais ce n'est pas le sujet principal car on parle surtout d'amour, de partage, de quête de soi, de relation mère-fille et d'une certaine philosophie de vie, à la japonaise.

D'ailleurs, le récit est assez lent sans grand rebondissement. L'auteur prend tout son temps pour nous laisser pénétrer dans l'ambiance et nous donner envie de nous installer nous-aussi pour un soir ou davantage, à la table de cette jeune femme, amoureuse de la cuisine et de la vie.   

 

Comme souvent dans la littérature japonaise, de chacun des faits de la vie quotidienne, même d'apparence infime, se dégage une certaine poésie, les mots et les échanges sonnent juste et la sincérité des relations entre les différents personnages nous les rendent particulièrement attachants. Chacun a son importance et trouve sa juste place...même Hermès le cochon apprivoisé. 

 

C'est le premier roman de l'auteur que je lis et c'est pure coïncidence, le premier écrit par l'auteur, un roman que j'aurais du lire depuis longtemps donc, qui nous fait voyager vers d'autres contrées et d'autres coutumes. Je continuerai à découvrir son œuvre avec grand plaisir, d'autres titres m'attendent à la médiathèque.  

Comprendre les sentiments d'autrui n'allège en rien la souffrance de la solitude.

Il y a ce qui a disparu pour toujours.
Mais qui, néanmoins, demeure éternellement.
Et puis il y a aussi, si on cherche avec ténacité, tout ce qu'on peut conquérir, toutes ces choses qui nous attendent.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Un grand Merci à tous pour vos messages et vos visites... Comme vous le voyez en ce moment je privilégie les visites sur vos blogs, j'ai du mal à vous répondre à tous chaque jour. Prenez soin de vous...
Répondre
P
Je n'ai pas encore entendu parler de ce livre. Il pourrait me plaire...
Répondre
C
Je regarde si il est à la bibliothèque !
Répondre
A
Tu as raison, une lecture qui fait du bien.
Répondre
M
Moi aussi j'ai beaucoup aimé ce livre que j'ai lu en mars... comme tu dis c'est plein d'humanité, d'espoir.... c'est une autre vision de voir la vie en raison du pays mais aussi de sa façon à elle de voir la vie... en avril " la lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry "de Rachel Joyce m'a aussi beaucoup plu... une belle histoire de vie.. et une fin inattendue... belles lectures. Bisous
Répondre
M
Je n'ai pas encore eu ce livre de Rachel Joyce mais n'en ai entendu parler. Je n'arrive pas à résorber ma pile et encore moins ma liste ! Bisous
É
Ça donne envie de savourer le livre et garder une douce et délicate saveur sur le palais ! Merci Manou!
Répondre
B
Merci infiniment Manou pour cette excellente chronique ! Je note ce livre qui doit être vraiment bien en effet.
Je te souhaite une douce soirée et je t'embrasse très fort.
Bernadette.
Répondre
M
Il te plairait j'en suis bien certaine ! Bisous et merci pour tes messages
M
Je Connais pas du tout cet auteur. Ta présentation est tentante.
Bonne soirée à toi Manou et bises,
Mo
Répondre
M
Il faut aimer les ambiances japonaises où il n'y a pas d'actions mais une atmosphère particulière...Bisous
L
Coucou à la façon dont tu énumères la liste des objets disparus , objets si ordinaires mais emplis de vie et de projets on comprend que la cuisine est une allégorie de la vie. Chacun la mène, la ''cuisine'' , avec ses propres recettes. Bisous
Répondre
B
Merci pour ta belle présentation et ton ressenti.
Je note !
Bisous du lundi Manou
Répondre
P
Bonsoir Manou,
Ce livre doit être bien agréable à lire. La façon dont tu décris ce roman me donne l'envie de le lire.
Cette histoire Japonaise doit être exaltante.
Merci à toi. Bises de bonne soirée
Répondre
R
What a delightful review. thank you. Friendship
Répondre
E
sur le moment j'ai été un peu déçue car j'en attendais beaucoup selon les chroniques que j'avais lues ça et là... Et peut-être aussi car il était différent des auteurs japonais que je lis d'habitude...
Mais, je m'aperçois qu'il me reste quelques chose de cette lecture : un moment de douceur , de partage en tout cas il est toujours présent de ma mémoire...
j'ai "La papeterie Tzubaki" dans ma PAL
Répondre
M
Je compte aussi lire "la papeterie tzubaki" qui est aussi dans ma liste en attente ! J'espère que je vais l'aimer aussi, j'aime cette ambiance douce et cela m'a fait du bien de le découvrir en ce moment...comme quoi il faut choisir nos lectures en fonction de nos ressentis présents
J
l'histoire me plait bien, je note tout de suite....bises et bonne journée
Répondre
S
il me plaît déjà ce livre, je note précieusement son titre!!! bisous
Répondre
D
Je note le titre de ce roman. Je vois que, comme Maggie, tu lis sur la thématique du Japon en ce moment. Ce roman me fait penser au manga "Le bonheur c'est simple comme un bento de Yuzu", où l'héroïne prépare des plats qui changent la vie, réconcilient, et permettent de résoudre ses problèmes. Je note le titre pour voir s'il est dans les rayons de ma médiathèque.

Belle semaine !
Répondre
M
Un pur hasard car je l'ai trouvé à la médiathèque et je voulais le lire depuis longtemps. Ces ambiances zen me font du bien en ce moment !
M
Encore une très belle critique qui donne envie de lire ce livre positif. Belle semaine et bises.
Répondre
M
Il m'a aussi été conseillé par Rachel qui me disait que ça lui rappelait les délices de Tokyo ! C'est noté :-)
Répondre
M
Il te plaira j'espère ! J'ai déjà les délices de Tokyo dans mon carnet et aussi "la papeterie Tsubaki" !
C
Merci pour ton partage , tu nous donnes toujours des envies de lecture differentes !
Bises Manou
Répondre
J
un sentiment curieux... en te lisant je réalise avoir lu ce livre il y a qq années et...de ne pas m'en souvenir !
Répondre
M
ça m'arrive à moi-aussi mais j'ai aimé l'ambiance, et peut-être c'est ce qui va me rester...pas forcément l'histoire