Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Marie des garrigues / Alysa Morgon

Editions Lucien Souny, 2012

Editions Lucien Souny, 2012

La rivière était passée par là, il y avait des lustres, des années, amenant dans ses flots les roches des montagnes, puis les avait laissées dans l'herbe, bien trop lourdes à porter plus longtemps et plus loin. Des boulets de forçats qui encombraient ses pas, retenaient son destin. Car ici-bas, chacun avait le sien : les choses ou les hommes.

Cela fait bien longtemps que j'entends parler d'Alysa Morgon par Binchy, du blog "Binchy and her hobbies"  et Martine, du blog "Lectures et plus...". 

J'avais donc  précieusement noté son nom dans mon petit carnet et comme tous les auteurs qui y sont notés, je prends toujours, un jour ou l'autre, le temps de les découvrir. 

 

Dans ce roman du terroir, dont la couverture déjà sent bon la garrigue provençale et la lavande, le lecteur découvre la famille Lion et en particulier la petite Marie.

Nous sommes à la toute fin du XIXe siècle, Marie a sept ans lorsqu'elle accompagne pour la première fois sa mère à Marseille, au couvent de la Charité, pour rendre visite à sa marraine.

Subjuguée par ce voyage, qui lui fait découvrir beaucoup de choses, la petite fille, rêveuse et gaie, qui aime tant la vie, décide qu'un jour elle-aussi entrera au couvent. Ses parents la laissent rêver, pensant qu'un jour elle oubliera son projet.

Les années passent et la vie quotidienne au mas de la Grangette bleue est bien rythmée par les travaux des champs et en particulier ceux qui entourent le ramassage des amandes, un fruit qui fait la fierté de la famille depuis des générations, et qui constitue leur principale ressource. Marie est heureuse...mais elle continue de rêver. 

 

Un jour, le père décide de changer de culture, d'arracher les amandiers et de planter à la place des lavandes fines. Il a besoin de bras pour travailler et projette de marier sa jolie Marie qu'il adore, au beau et solide Francis. Elle ne va pas se laisser faire... 

 

Mais sa famille qui ne veut pas la laisser entrer au couvent pour autant, et Monsieur le Curé qui les soutient, n'ont pas dit leurs derniers mots. Ils décident de la faire embaucher par un veuf du village qui a bien besoin que quelqu'un vienne s'occuper de ses jeunes enfants.

Au bout de quelques mois au manoir, toutes les certitudes de Marie s'écroulent...

Les jours et les mois s'étaient tous échappés, sans qu'on pût les retenir, les arrêter, comme coule le vin au goulot du tonneau ou se verse le grain dans le cou du silo, jusqu'à la lie, jusqu'à tarir.

Les amandiers mouraient avec le siècle qui lui aussi se terminait, épuisant ses jours dans les derniers mois du calendrier. Et les cent prochaines années seraient ainsi ornées de fleurs, présage plus léger, plus joyeux, qui évoquait déjà la prospérité, le bonheur dans leurs longs épis bleus même si un jour des ombres s'annonceraient...

Voilà un roman parfait pour les vacances, facile à lire, poétique et empli des odeurs de garrigue.

Il vous fera vivre quelques instants dans le sud-est de la France sur un plateau qui pourrait être celui de Valensole ou des Monts du Vaucluse. 

Une belle façon d'entrer dans les fermes d'antan, de revivre les fêtes de villages, les veillées animées où tout le monde se réunissait pour bavarder et s'amuser, tout en dégovant les amandes. 

En plus, on apprend beaucoup de choses sur la façon dont les paysans vivaient et travaillaient, sur leur conception du monde et de la famille, sur la solidarité entre membres d'un même village, sur les valeurs de ces hommes durs à la tâche...

 

J'ai personnellement beaucoup aimé retrouver tous ces mots provençaux qui étayent le récit, des mots que j'avais oubliés.

Marie est une héroïne attachante, même si pas un instant je ne me suis identifiée à elle, j'ai eu du plaisir à la suivre. Elle grandit avec le XXe siècle et maintes fois je ne suis dit qu'elle aurait pu être ma grand-mère...

 

Lire ce roman est une belle façon de rendre hommage à nos ancêtres et à leur savoir-faire et de ne pas oublier leur vie de labeur. 

Une lecture à partager avec vos ados dès 13 ans. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci infiniment à tout le monde pour vos mots si accueillants !
Je vous souhaite une très belle fin d'été et de belles lectures pour chacune et chacun d'entre vous.
Je vous envoie le parfum entêtant de la lavande, ramené d'un salon du livre à Riez-la-Romaine ! Mais aussi un souffle de fraîcheur descendu de ma montagne. N'hésitez pas à venir dans mes pages Facebook. A bientôt !
Répondre
A
Alors très belles vacances Manou ! Peut-être aurai-je le plaisir de vous rencontrer sur un salon du livre du Sud ? Ce serait un très grand plaisir. Si vous le souhaitez, retrouvez-moi sur FB où mes pages vous parleront de mes romans (en vidéo), et de tous mes déplacements à venir (Banon, Riez, Sault, Moustiers, Mouans-Sartoux,Toulon… entre autres). Profitez bien de votre famille et de cette belle région qu'est la Haute-Loire, où j'ai également passé des vacances, mais il y a très longtemps, j'étais encore enfant !! Merci encore pour votre belle chronique qui m'a aussi beaucoup touchée. Je vous embrasse et peut-être à bientôt… virtuellement ou en vrai !
Répondre
A
Merci infiniment, Manou, pour votre si sympathique chronique. Je viens seulement de la découvrir, désolée. Je vous découvre aussi avec grand plaisir. Merci à toutes et tous ici, pour votre intérêt. Heureuse de vous accueillir dans mon univers. J'espère que d'autres titres vous inspireront (poches et brochés) ! Je vous souhaite, ainsi qu'à toutes et tous, un très bel été. Et un merci particulier à Bernadette et Martine qui vous ont incitée à me lire !! Mille bisous de ma montagne !
Répondre
M
Quelle jolie surprise que de découvrir votre gentil message. J'ai beaucoup aimé découvrir votre plume et me plonger dans ce passé pas si lointain tant décrit par mes grands-parents. J'ai déjà noté quelques-uns de vos titres que je compte bien découvrir à la rentrée et si je manque d'idées, il me suffira de demander à Martine ou à Bernadette :) En attendant je profite de l'été et de la fraîcheur relative de la Haute-Loire où je suis en vacances en famille. Merci encore de votre visite qui me touche beaucoup. Bel été à vous aussi...
M
Un bon moyen d'apprécier une fois de plus la belle Provence aux odeurs si enivrantes !
Répondre
M
Et de lire un livre plaisant et facile sans prise de tête c'est reposant ! bisous
P
J'aime lire ce genre une fois de temps en temps...
Répondre
M
Idem quand c'est bien écrit comme celui-ci :)
S
Merci pour ce conseil d'une jolie lecture d'été !
Répondre
L
coucou je comprends que ça t'ait bien plu ; bisous
Répondre
K
Un livre qui me tente !!
Bisous Manou
Répondre
P
Tu penses bien que j'accroche ....
Merci à toi. Bon début de semaine. Bises
Répondre
M
Il est facile à lire et c'est plaisant de remonter dans le temps :) bises
B
Tout à fait d'accord, un roman du terroir c'est parfait pour les vacances
Répondre
M
Il est facile à lire et sans prise de tête :) mais cependant bien écrit
M
Oh que je suis contente pour Alysa! J'apprécie tellement son écriture si sensible et poétique! Merci Manou! Un grand MRCI!!!
Répondre
M
C'est moi qui te remercie de m'avoir donné envie de la découvrir elle est tellement douée pour nous transporter dans une autre époque, j'ai vraiment aimé la découvrir...et comme tu le dis elle a une plume particulière que j'ai aimé
R
What a charming review. Friendship
Répondre
N
Oh! qu'il me plaît celui-là, Manou. Et puis ça sent tellement bon!!! Gros bisous et belle journée
Répondre
E
je ne connais pas mais ta critique suscite ma curiosité donc...
Répondre
M
Mes deux copinautes l'aiment beaucoup et sur leurs blogs tu trouveras d'autres titres de l'auteur à découvrir
L
je fais ça aussi, noter les avis et les suggestions des blogonautes souvent excellentes.
Pour le coup et cette fois ça sent bon le Giono
Répondre
M
Il est beaucoup plus facile à aborder que Giono que par ailleurs je me régale à lire aussi...Celui-là est moins littéraire mais bien écrit et je ne regrette pas de l'avoir lu
L
Là je note. J aime beaucoup les romans du terroir et celui ci avec sa jolie couverture provençale m attire..


Gros bisous et bonne journée.
Lavandine
Répondre
M
On apprend toujours beaucoup de choses sur le passé en les lisant. bisous
F
Un livre qui me plairait bien, d'abord j'ai craqué sur la couverture et ce que tu nous en dis me plait beaucoup...dommage qu'il ne soit pas en format poche moins cher à l'achat
Bisous et doux après midi
Répondre
M
Je l'ai emprunté dans ma petite médiathèque de village, sinon je te l'aurais très volontiers prêté...bisous
C
j'aime beaucoup ton avis et ta chronique, j'ai lu beaucoup de romans de terroir à une époque et je suis tout à fait d'accord avec ta conclusion
oh oui la couverture sent déjà bon le sud...
belle journée à toi
bisous
patricia
Répondre
M
J'ai eu mon passage aussi romans du terroir mais là c'était l'occasion de découvrir cet auteur et je n'ai pas regretté j'ai passé un excellent moment car c'est une lecture parfaite pour se détendre...bisous
M
J'aime bien les histoires qui se passent en provence
Répondre
D
une démarche littéraire attachante en effet
Répondre
M
Le genre de livres à partager en famille :)