Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

A crier dans les ruines / Alexandra Koszelyk

Aux forges de vulcain, 2019

Aux forges de vulcain, 2019

Le miracle de l'enfant est toujours de s'en remettre à l'adulte...

...là où l'enfant veut connaître la vérité, l'adulte feint, car il a peur de faire mal.

A Pripiat, en Ukraine, Ivan et Lena se connaissent depuis l'enfance. Le père de Léna travaille à la centrale de Tchernobyl toute proche, tandis que celui d'Ivan vit de la terre. Les deux enfants sont complices et s'entendent à merveille ce qui charme tout leur entourage. En grandissant, peu à peu, l'amitié qui les unissait, se transforme, leurs sentiments évoluent et ils tombent, tout doucement, amoureux l'un de l'autre. Mais le destin est en marche, et va décider de leur vie à leur place...

Nous sommes le 26 avril 1986 : le réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl vient d'exploser, libérant dans l'atmosphère d'énormes quantités d'éléments radioactifs. 

Sans explication, le soir même, le père de Léna emmène toute la famille à l'Ouest, jusqu'en France où ils seront hébergés un temps par des cousins à Paris, avant de s'installer en Normandie, à Flamanville, où un nouveau travail d'ingénieur l'attend. Avec de l'argent, on peut tout faire et passer toutes les frontières.

Pendant ce temps, Ivan et sa famille doivent tout abandonner eux-aussi, mais pour un camp de transit. Ivan attendra le retour de Léna pendant des années, il ne cessera jamais d'espérer. 

De son côté, c'est un grand choc pour Léna quand elle comprend qu'ils ne reviendront jamais. Elle apprend le français, et se plonge dans les livres, qui vont l'aider à mieux comprendre ce que sa vie est devenue. Elle est brillante en classe, mais solitaire et malheureuse. Un fossé s'agrandit jour après jour, entre elle et ses parents qui refusent de parler du passé. Heureusement, sa grand-mère qu'elle aime tant, a pu s'enfuir avec eux...mais ses parents ont beau lui répéter que désormais sa vie est ici, elle n'y arrive pas. 

En secret, Ivan et Léna restent attachés l'un à l'autre, et à ce qu'ils ont vécu ensemble, à ce lien indéfectible à leurs yeux, à leur amour d'adolescent tellement complice. Pourtant, le père de Léna lui a affirmé que son ami était mort, espérant qu'elle oublie, mais elle n'y croit pas vraiment, même s'il n'a jamais répondu à ses lettres. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que lui aussi lui écrit, mais que, ne connaissant pas du tout son adresse, il ne peut pas lui envoyer ses lettres. 

Devenue étudiante, elle tentera de vivre, d'avoir une vie comme les autres. Mais elle restera hantée par son enfance heureuse, ses souvenirs, et attachée de manière excessive à son passé.

Persuadée qu'elle doit à présent renouer avec ses racines, le silence de ses parents n'arrangeant pas la situation, Léna, qui a fait des ruines et de l'archéologie sa passion, décide, maintenant qu'elle est devenue enseignante, et possède l'argent pour le faire, de revenir sur les lieux de son enfance pour un court séjour d'une semaine, durant lequel elle compte bien visiter Pripiat.

Ce qu'elle va découvrir est au-delà de ses espoirs les plus fous...

Partout. Tout le temps. Elle lisait comme on respire. Par soif, par nécessité.

Dans un rayon de trente kilomètres, tous les civils seraient refoulés ailleurs. Les exilés seraient de nouveau sur les routes. Tous ces gens en déroute, les yeux effrayés par ce mal invisible. Il leur fallait abandonner tout ce qui hier constituait leur vie. Aucune photo, aucun vêtement, aucun objet. Tout serait brûlé ou laissé en l'état. Pillé par la suite...

Voilà un roman d'actualité, si je puis dire puisque fin avril, nous avons commémoré le triste anniversaire de cette catastrophe nucléaire, qui reste à ce jour, la plus grave de l'histoire. Ses conséquences sont terribles (encore aujourd'hui) sur le plan sanitaire, et bien entendu environnemental. 

Le roman s'ouvre sur le retour de Léna à Pripiat, avant de plonger dans le passé, puis de revenir au présent. Nous découvrons donc les événements par petites touches. Pripiat, la ville moderne arborant fièrement les couleurs soviétiques, où c'était un luxe de vivre dans les années 70, est désormais devenue une ville fantôme, où la nature a repris ses droits. 

Léna est restée dans son cœur une enfant, et son cœur est resté en Ukraine, car ce départ précipité sans explication lui a volé son enfance. Elle a passé sa vie à s'accrocher à des images déconnectées de la réalité. Il lui faut donc renouer avec le passé pour retrouver ses racines, pour se reconstruire et pouvoir choisir sa vie en toute autonomie. Le lecteur ne saura pas vraiment quelle décision elle va prendre, à l'issue de son séjour, mais quelle que soit la solution, il sait qu'elle sera plus heureuse. 

Ce roman nous parle donc d'amour, celui d'un pays, mais aussi celui de deux adolescents arrachés l'un à l'autre et qui, sans explication, doivent se reconstruire séparément.

Mais il ne nous parle pas uniquement d'amour, ni des souffrances liés à l'exil. Il nous parle aussi de la lâcheté des hommes. Le père de Léna en tant que responsable, fuit le pays, sans jamais prendre ensuite des nouvelles de ceux qui y sont restés. Il n'hésite pas à mentir à sa fille. Certes, cela n'était pas facile à cette époque, car les relations entre l'Est et l'Ouest étaient compliquées, mais c'est tout de même très choquant, car il ne se soucie à aucun moment des conséquences de la catastrophe pour les autres. Il a mis sa propre famille, et lui-même, à l'abri, et cela est parfait pour lui, le reste ne compte pas. Le silence de la mère de Léna prendra tout son sens à la fin du roman. 

Le roman parle aussi de la force de la littérature. La lecture va aider Léna à mieux comprendre l'exil et ses conséquences. Elle se passionne pour les légendes qu'elle découvre enfant grâce à Zenka,  sa grand-mère, puis arrivée en France, grâce à l'enseignante documentaliste de son collège et enfin, grâce à son amie écossaise. Les légendes font partie de la culture. Elles nous attachent à une région, à un pays, au même titre que nos souvenirs. Elles participent à la création de nos racines...et à former notre identité profonde. 

Le roman finalement parle peu de la catastrophe, davantage de ses conséquences sur la santé des hommes, donc bien entendu sur leurs vies. Le lecteur va cependant découvrir un peu de l'histoire de l'Ukraine, à travers le récit de la grand-mère qui va se livrer par écrit, et parler de son enfance, vécue lors de l'Holodomor, la grande famine qui a frappé le peuple ukrainien dans les années 1930, un sujet toujours tabou pour eux. 

Enfin, il aborde aussi les conséquences de la catastrophe sur la nature, qui a repris ses droits dans cette zone désertée par les hommes, et donc aujourd'hui préservée, une nature qui se débrouille très bien toute seule, malgré les radiations encore présentes pour longtemps sur les lieux, une nature forte qui oublie vite les hommes quand ils ne sont plus là ! Ainsi en est-il des coquelicots qui envahissent la zone et symbolisent les larmes versées par les femmes pour les disparus. Il en était déjà ainsi du temps des cosaques, voilà pourquoi cette fleur est forte comme les cosaques, mais fragile, avec ses pétales chiffonnés, car considérés comme le reflet des visages des femmes ayant trop pleuré.

C'est un roman émouvant, crédible et prenant. L'auteur, dont c'est le premier roman, a su me toucher avec cette histoire proche du témoignage. Le ton est juste et empli de délicatesse.

Pour ceux qui étaient trop jeunes au moment de ce terrible accident nucléaire, ce roman est aussi un bon moyen d'en apprendre davantage sur cet événement, et ses conséquences dramatiques, sur la vie des habitants de la zone contaminée, et surtout de mener une réflexion sur l'utilisation abusive du nucléaire dans le monde et le vieillissement de nos centrales. Nous ne sommes pas à l'abri qu'une telle catastrophe arrive chez nous aussi, malgré ce que nos dirigeants nous laissent entendre. 

J'apprends au moment où je programme cet article que ce soir justement, les deux premiers épisodes de  la série "Chernobyl" seront diffusés sur M6. Je pense qu'ils méritent d'être regardés pour ceux qui comme moi ont raté leur précédente diffusion. 

L'avis de Violette ICI. C'est elle qui m'a appris que l'auteur avait un blog...dont je vous mets l'adresse ICI si vous désirez lui rendre visite.

Peut-être la connaissez-vous déjà ?

Chaque jour, alors que je m'efforce de vivre le présent, d'oublier le passé, 1986 revient inconsciemment. Cette année me hante, chaque fois plus forte.
Une terre peut-elle pardonner d'avoir été oubliée ?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Eve-Yeshé 29/05/2021 15:11

Je l'ai noté après avoir lu la chronique de Violette et visité le blog
j'ai suivi de très près la tragédie de Tchernobyl à l'époque et me suit beaucoup révolté contre la politique (ou plutôt l’absence de politique de prévention) et les conséquences terribles sur la thyroïde qui auraient pu être évitées.
J'ai commencé à regarder la série sur Canal mais je ne suis pas allée au bout... autant de négligences (et même plus!) "ça M'éneeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerve comme dit la chanson.
Merci de me rappeler ce livre et bon week-end à toi
bises

manou 31/05/2021 13:47

Je n'ai pas regretté sa lecture même si bien entendu je savais déjà beaucoup de choses sur cette catastrophe et tous les mensonges qui ont été relayés partout dans le monde à ce sujet au moment de la catastrophe. Je dirai qu'à l'époque j'étais jeune mais ça m'a enlevé pas mal de mes illusions et de ma naïveté sur notre monde. Belle semaine

FARFADET 86 29/05/2021 12:03

Bonjour Manou,
Un roman fort en en émotions qui doit toucher notre conscience par ce fait du courage et du manque de courage des êtres humains. Certes une lecture instructive pour les jeunes générations et même les anciens sur cette catastrophe nucléaire épouvantable...
Merci pour ce bon condensé invitant à lire cet ouvrage palpitant .
Amitiés.

manou 31/05/2021 13:45

Les jeunes seront davantage intéressés par la petite histoire mais j'espère leur donner envie d'entrer dans la grande car c'est bien de cela qu'il s'agit. Belle journée

manou 28/05/2021 08:00

Merci à tous pour votre visite et vos commentaires...Belle journée !

Elena800 28/05/2021 04:16

Je pense que je vais le lire, c'est d'actualité comme tu l'écris ! Bisous

Philippe D 27/05/2021 21:10

Je ne connais pas. Je n'ai jamais vu ce livre. Je n'ai encore rien lu sur le sujet, je pense. Alors, pourquoi pas?
Merci pour la découverte et bonne fin de semaine.

maggie 27/05/2021 20:24

L'exil et le nucléaire sont deux thèmes qui me passionnent en ce moment. En rentrant du travail, je suis allée acheter le livre :-)

manou 28/05/2021 08:01

J'espère qu'il te plaira...je lirai ton avis avec grand plaisir !

laramicelle 27/05/2021 19:32

Coucou tu en parles très bien. J étais sur le point de accoucher de mon fils Logan. Et je m inquiétais beaucoup. Ce nuage qui faisait le tour sans entrer en France, on n' y croyait pas et ça me mettait en colère que on nous prenne pour des idiots. Je pense que beaucoup ont des souvenirs précis de cette époque. Oui les centrales...on a Gravelines et les centrales anglaises en face de nous..... bisous

manou 28/05/2021 08:04

Mon fils aîné venait de tomber de vélo et s'était cassé le bras, j'étais à l'hôpital avec lui...ça marque du coup au niveau des dates. J'ai pris la pluie en rentrant à la maison après une nuit blanche car il avait fallu une longue intervention...c'est en arrivant que j'ai appris que le nuage s'était arrêté à la frontière ! On nous a vraiment pris pour des idiots en effet. Bisous

Francine 27/05/2021 19:11

Bonjour, le sujet est intéressant; ce soir je pense que je vais regarder la novelle série sur la 6, très bonne soirée, bisou

manou 28/05/2021 08:05

Je l'ai fait aussi...impressionnant tout comme le documentaire qui a suivi. Bisous

Mo 27/05/2021 18:53

Bonjour Manou,
ta présentation est excellente mais je ne pense pas prendre ce livre, j'en ai tellement en attente...
La série sur Tchernobyl, je l'ai vue sur OCS. Elle est excellente!
Bonne journée à toi et gros bisous,
Mo

manou 28/05/2021 08:06

Je comprends c'est un pur hasard, il était dans la liste en attente depuis très longtemps et je l'ai croisé à la médiathèque. Bisous

chemindetables 27/05/2021 17:13

un livre surement très intéressant, émouvant et cette catastrophe tellement marquante même pour ceux nés bien après
merci de cette présentation découverte pour moi une fois de plus
bonne soirée
bisous
patricia

manou 28/05/2021 08:07

C'est bien d'en parler car beaucoup de gens se mobilisent contre les moyens écologiques alors que même s'ils dénaturent le paysage, ils ne pourront jamais provoquer de tels drames ! bisous

Renée 27/05/2021 17:03

drôle de coïncidence que tu parle de ce livre alors que ce soir commence une série sur le thème...Bisous merci pour cette présentation.

manou 28/05/2021 08:08

Je l'ai emprunté il y a trois semaines à la médiathèque et j'ai trouvé "amusant" de découvrir que l'émission passait le jour où je l'avais programmé (tu sais que je programme tous mes articles...) du coup j'ai rajouté l'info. Bisous

Petits Bonheurs 27/05/2021 15:07

Ce roman doit être captivant et émouvant
. Il doit te prendre aux tripes c'est certain.

ruthiebear 27/05/2021 14:46

Thank you for this heartfelt review. Friendship

Alex-Mot-à-Mots 27/05/2021 13:20

Une série fort angoissante.

manou 28/05/2021 08:08

En effet ça démarre fort j'ai regardé hier soir...

Marine D 27/05/2021 11:36

A coup sûr un beau roman, fort, et tellement à l'image de notre monde si plein de dangers et d'absurdité.
Je crois qu'il ne faut pas mentir aux enfants

manou 28/05/2021 08:09

Tu as raison, les parents ne devraient pas le faire. Bisous Marine, j'espère que tu vas mieux

Golondrina63Auv 27/05/2021 11:13

Et vla que tant de fois n'en déplaise à certain(e)s je ne suis pas célébre ni ne le veux mais j'écris aussi comme je respire hihihi
Merci pour cette présentation
Bonne journée

lilwenna 27/05/2021 11:07

Voilà encore un livre que je pourrais lire ! J'ai vu la bande-annonce pour la série sur la 6, ça m'a donné envie de regarder
Bisous et bonne journée

Bernie 27/05/2021 10:25

Un roman qui parle de cette catastrophe sous un angle intéressant

manou 28/05/2021 08:09

Abordable pour les plus jeunes qui n'étaient pas nés au moment des faits...

Martine Martin 27/05/2021 09:50

Tu me donnes vraiment envie de le lire celui-ci et je vais le faire quand j'aurais lu celui que j'ai acheté et pas encore commencé.; J'adore les romans qui parlent des conséquences de faits d'actualités tragiques sur la vie d'une personne, c'est pour cela que j'ai écrit "souviens toi du bus 96". Bisous

Doc Bird 27/05/2021 09:43

Merci Manou de nous avoir présenté ce livre qui me paraît essentiel. C'est une catastrophe qui nous rappelle combien la vie est fragile, et que l'homme est souvent son pire ennemi. Seule la nature réussit à reprendre vie assez vite. L'histoire a l'air émouvante, et il est important de connaître nos racines pour mieux grandir. Et j'aime bien le petit clin d'oeil aux profs docs. J'espère moi aussi par les livres offrir aux élèves des espaces d'évasion, d'ouverture et de réflexion.

manou 28/05/2021 08:12

Oui au delà de l'histoire, il y a ce clin d'œil qui m'a interpellé. Seule la professeur documentaliste s'occupe d'elle, car les enseignants ne veulent pas l'intégrer dans une classe lorsqu'elle est scolarisée en fin d'année scolaire...ça m'a rappelé des souvenirs. Un livre intéressant