Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Quasi-lipogramme en A minor ou La réintroduction / Emmanuel Glais

Editions Maïa, 2020

Editions Maïa, 2020

Le bonheur est peut-être désir de répétition. Qu'est-ce qui justifie le désir de répétition, sinon le besoin de vérifier qu'on est guère mort ? Que nous sommes toujours. Qu'en nous le désir de vivre peut encore se griser...

Le lipogramme tout le monde sait ce que c'est, mais nous ne l'avons pas tous expérimenté. Bien entendu,  j'ai lu dans ma jeunesse George Perec qui lui, s'était abstenu d'utiliser la lettre "E" dans son célèbre livre intitulé, "la disparition". 

Ici l'auteur nous propose un "quasi" lipogramme en A, puisqu'il a décidé de supprimer de son roman la lettre "A" et que, comme le sous-titre l'indique, il va la réintroduire à un moment donné. 

C'est un livre que je ne pouvais pas refuser de lire n'est-ce pas, quand l'auteur m'a proposé de me l'envoyer en échange d'une critique. 

Les bergeronnettes meurent. Les insectes, les oiselles et les oiseleurs ferment boutique, les pinsons, les bouvreuils et les grives se tirent. Même les merles moqueurs et les coucous voleurs s'en vont. Sur leurs pelouses, pour se souvenir, des veuves éplorées dispersent des cigognes en pétrole refroidi, des hérons en bronze et des hérissons en toc, que leurs petits-fils prennent pour des Pokémon.

Nous partons en Bretagne !

L'histoire est toute simple. Elle n'est qu'un prétexte pour se soumettre à l'exercice de style, ce que bizarrement le lecteur oublie très vite. 

Après quelques pages à peine, et un début qui demande de s'adapter au style de l'auteur, le lecteur entre dans la vie d'un jeune homme, Hubert-Félix, âgé de 22 ans, et à peine sorti de l'adolescence, un héros très attachant. 

Hubert-Félix décide de se lancer dans le recyclage et malgré sa timidité maladive, il va devoir aller frapper aux portes pour récupérer divers objets hétéroclites desquels il va extraire différentes ressources qu'il pourra revendre : du nickel, du cuivre, du zinc, du mercure, de l'yttrium et autres. 

Récemment quitté par Sybel avec qui il a vécu des jours heureux, il est toujours révolté contre tout, et se met en colère contre le monde entier. Ainsi, il remet en cause ses parents, leur façon de vivre et leurs actes, l'écologie, l'action du gouvernement, la routine lié au boulot, le comportement des femmes...

Il ne veut entrer dans aucun moule et ne veut rien faire comme les autres. Il a donc une vie qui ne ressemble pas à la mienne (et que je ne peux comprendre en tout), mais c'est un jeune homme qui nous touche car il se cherche encore, a du mal à devenir un adulte à part entière. Il faut dire que le monde d'aujourd'hui ne lui fait pas de cadeau. 

Parfois au contraire, tout d'un coup, il se sent frustré, devient apathique au point de nous donner envie de le secouer.

Mais il est capable d'auto-dérision. Toujours très critique et sans aucune indulgence pour lui-même ou pour les autres, il nous livre ses pensées  avec une bonne dose d'humour, ce qui ne manque pas de nous interpeler. 

En cela, il est l'archétype parfait du jeune adulte d'aujourd'hui, hésitant, mais ayant un avis sur tout, solitaire et empli de regrets pour ce qu'il n'a pas réussi à réaliser, incapable de prendre un peu de recul, mais qui veut aussi se faire une place au soleil tout en ayant du mal à passer de l'adolescence à l'âge adulte, où le rêve et l'insouciance, n'ont apparemment plus de place dans la vie quotidienne, croit-il. 

Mais il est si humain et attachant que nous le suivons avec plaisir dans ses révoltes, ses réflexions, ses digressions, car nous en connaissons tous un parmi nos proches, qui lui ressemble, n'est-ce pas ? 

Mes potes sont des gens bien réglés, des consumoteurs bien normés. Je m'ennuie moins seul qu'en leur présence. Ils ont besoin de prendre des congés réguliers. Consommer est le seul projet qui motive leurs rencontres. Consommer quoi ? Peu importe. De concert, ils se remplissent de films, de hors-d'œuvres, de liquides et de crêpes...Et ensuite ils vomissent...

Ecrire un roman quasi entier sans la lettre "A" il faut bien reconnaître que c'est une prouesse que l'auteur a relevé haut la main, mais c'est aussi un sacré défi pour nous, les lecteurs. 

Car il nous faut tenir le souffle sur la durée, accepter l'emploi constant de synonymes, de métaphores ou autres images pas toujours faciles à suivre. Les mots sont pourtant rigoureusement sélectionnés dans différentes langues parfois inconnues (pour moi, mais les jeunes s'y retrouveront sans doute davantage !). Comprendre devient alors un jeu.

La fluidité du roman en prend un coup et j'ai été obligé de faire de nombreuses pauses durant ma lecture alors que le livre ne fait qu'une centaine de pages...

Je l'avoue, je n'ai aucunement envie de me prendre la tête en ce moment, mais je dois reconnaître que l'exercice m'a amusée et que je me suis prêtée au jeu. De plus, le personnage est sympathique et tellement humain ce qui ne gâche rien. Il a mille idées qui lui passent par la tête à la seconde et ses doutes sont les nôtres. Il a su me toucher parce qu'il nous montre ses failles, ses faiblesses et ses contradictions et cherche sans cesse sa place dans notre monde.

La réintroduction finale du "A" qui se fait à tous petits pas timides, est également un bon moment de lecture d'autant plus qu'elle permet enfin à notre héros de se retrouver et d'y voir un peu plus clair dans sa vie.

Nous voilà soulagés ! 

Et si une seule lettre manquante suffisait à modifier ou conditionner le cours de notre vie...

Bravo à l'auteur et merci à lui de m'avoir proposé la lecture de son livre et de m'avoir fait confiance. 

Les gens sont simples ici, les rues pleines de bons bougres. Être dépaysé est un bonheur, mais les espaces verts sont par trop rabougris, étriqués, humanisés. Les pelouses publiques sont si jolies qu'on n'ose les piétiner. Les forêts sont lointaines et les roselières, quasi disparues, protégées, car l'époque est celle du grand renversement, de l'inversion des valeurs. Nous en sommes arrivés à un point où l'humain est tellement humain qu'il protège une nature dénaturée.

L'auteur, Emmanuel Glais est né à Rennes en 1990. Après avoir enseigné l'histoire et la géographie, il décide de se consacrer à la littérature (et au jardinage nous dit-on sur un site de vente ne ligne). Il est aujourd'hui auteur et traducteur free-lance et participe activement au blog de Médiapart. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

FARFADET 86 01/03/2021 09:49

Écrire sans utiliser la lettre "a" est certainement un exercice laborieux et qui demande beaucoup de présence d'esprit en même temps que d'imagination... Tu nous informe que cela a exigé pas mal d'attention en tant que lectrice, j'imagine que la recherche de synonymes a entrainé une écriture imagée ce qui met le lecteur a contribution. Tu mentionnes également le côté très attachant du héro et c'est ce qui t'a fait te maintenir dans cette lecture. l'adulescence est un "mal" de notre temps ...
"Nous en sommes arrivés à un point où l'humain est tellement humain qu'il protège une nature dénaturée." j'aime bien cette phrase. L'humain un sage conservateurs d'espèces ... sauvera-t-il la sienne ?...
Merci pour cette présentation de lecture quasi-lipogramme.
Amitiés.

manou 02/03/2021 07:35

Oui je me suis accrochée pour lire ce livre mais l'exercice est intéressant ! C'est un jeu finalement pour l'auteur et les lecteurs...Belle journée et merci pour tes messages, je serais moins dispo ces prochains jours pour visiter tous mes blogs amis, mais j'ai laissé sur mon blog tous les articles programmés tout de même

Violette 27/02/2021 11:25

j'aime, souvent, ces exercices de style, mais c'est vrai que lire un roman entier doit amenuiser l'enthousiasme de départ.

manou 01/03/2021 06:33

Cela a été un peu mon cas mais je me suis pris au jeu, finalement :) Belle journée

Alex-Mot-à-Mots 26/02/2021 11:58

Un vrai challenge qui n'avait pas été relevé depuis La disparition de Perec.

manou 26/02/2021 17:56

J'ai eu la curiosité de le lire :) Côté challenge c'est réussi, l'histoire en elle-même intéressera les plus jeunes davantage mais le héros est sympathique :)

Philippe D 25/02/2021 20:58

C'est un exercice qui doit être très difficile, mais je n'en vois pas trop l'intérêt.
L'auteur a quand même réussi son roman d'après ce que tu en dis. Bravo à lui alors !
PS J'ai utilisé 10 A ci-dessus !

Durgalola 25/02/2021 18:20

pas évident ; merci de nous présenter ce livre, mais dommage de se priver d'une lettre importante et nécessaire. J'habite en Moselle, où les variants du covid circulent beaucoup. Ne rien faire et laisser "mourir" , un peu dur quand même. Ma tante est décédée en trois jours en mars du covid. Bises et porte toi bien

Colette 25/02/2021 17:37

J'avais fait un essai pour un devoir de Lakévio ! http://coletteblog.canalblog.com/archives/2018/12/03/36910300.html et sur un tout petit texte, j'avais laissé passer, malgré mon attention, deux fois la lettre indésirée !! alors tout un roman ........ quelle performance ! ce livre mérite d'avoir sa chance et tu en parles bien joliment !
Merci pour ton indulgence sur le billet de hier ! Bisous Manou.

manou 26/02/2021 07:23

Pas facile en effet, je vais aller lire ton texte avec plaisir. On s'amusait à le faire avec les élèves pour leur apprendre justement à trouver des synonymes et je connais la difficulté de l'exercice car bien entendu on se pliait nous aussi au "jeu". Heureusement que ce n'était pas noté !! bisous et une douce journée

ecureuilbleu 25/02/2021 17:06

C'est sans nul doute une prouesse littéraire, mais qui rend souvent la lecture difficile. Quant au sujet traité il me touche trop pour que j'ai envie de lire ce roman. Bisous

manou 26/02/2021 07:22

Je comprends...ce jeune est touchant et on voudrait le voir aller mieux...bisous

ruthiebear 25/02/2021 16:45

I am intrigues how he can write without using the letter A. Friendship

Eve-Yeshé 25/02/2021 16:22

il ne me tente pas pour l'instant...
Déjà j'ai fait l'impasse sur "La disparition" à l'époque ...
bel enthousiasme dans ta chronique :-)

manou 26/02/2021 07:21

Il y a tant à lire, on choisit ce dont on a besoin à un instant donné...

laramicelle 25/02/2021 16:02

Coucou un exercice de style très difficile mais la façon dont tu en parles le rend très intéressant. Comme si c'était une allégorie de la vie, du manque pour arriver au bonheur

Mo 25/02/2021 15:22

La lecture de ces exercices de style me rebutent un peu...
Bises et bonne journée,
Mo

manou 26/02/2021 07:20

Je te comprends, j'ai hésité et puis cela m'a amusé ! bisous et une douce fin de semaine

Petits Bonheurs 25/02/2021 14:30

Je ne connaissais pas Manou. Merci à toi.

Golondrina63Auv 25/02/2021 12:28

Oui je connais ce principe
Mais bon quand il s'agie de tout un livre
Pardon mais il faut le faire , c'est pas naturel
Bonne journée Manou

Doc Bird 25/02/2021 11:23

Je connais le concept, notamment avec Perec, mais je ne suis pas sûre que j'aurais envie de lire ce roman, avec toutes les métaphores utilisées pour remplacer les mots avec a. Mais c'est une véritable prouesse pour l'auteur.

manou 26/02/2021 07:19

Cela complique la lecture en effet comme je le dis, mais finalement j'ai joué le jeu ! belle journée

Martine Martin 25/02/2021 11:09

J'ai tenté quelques lipogrammes avec des textes courts, c'est amusant mais je je ne le ferai pas sur un roman, je ne suis pas maso, l'écriture contrainte ce n'est pas pour moi qui aime tant écrire en toute liberté.Personnellement, je n'en vois pas trop l'intérêt pour le lecteur, par contre pour certains auteurs, je comprends que cela puisse être ludique. Bisous

lilwenna 25/02/2021 10:52

Et bien non, je ne savais pas ce qu'était un lipogramme ! ça ne doit pas être facile d'écrire en supprimant tous les a, mais ça ne doit pas être facile à lire non plus ! ce n'est pas trop difficile à comprendre ?
Bisous et bonne journée

Josette 25/02/2021 10:04

je crois que j'aimerai lire ce livre !
merci d'en parler Manou

manou 26/02/2021 07:19

J'ai trouvé l'exercice intéressant, après le sujet m'a moins intéressé mais le jeune héros est attachant !

eMmA MessanA 25/02/2021 10:03

Merci pour cette chronique qui me laisse sans voix quant à l'exercice du lipogramme qui doit être bien difficile !
L'auteur doit être comblé de ton retour toujours empli de bienveillance.

manou 26/02/2021 07:18

Voilà pourquoi ce livre m'a intéressé, c'est une prouesse pour l'auteur en effet...Bises

Claudine/canelle 25/02/2021 09:21

ET bien voilà ..je ne savais pas ce qu'était un Lipogramme et du coup me voilà une "pro " ..sourires !!!
Merci à toi Manou
Bises

Féelaure 25/02/2021 09:01

Et bien moi je ne savais pas ce que c'était ! je me coucherais moins bête ce soir :) merci Manou et merci pour cette nouvelle présentation.
Bisous et douce journée

manou 26/02/2021 07:17

Ce n'est pas grave, on ne peut pas tout savoir...On voit souvent passer ce genre d'exercice dans les défis d'écriture sur les blogs :) Bisous et une douce fin de semaine