Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le calame noir / Yasmine Ghata

Robert Laffont, 2019

Robert Laffont, 2019

Je n'étais pas en mesure d'exister sans mon père, ma propre identité reposant sur la sienne. Je n'étais plus personne, imaginais sans cesse les instants privilégiés qu'il vivait loin de ma présence. Mon père était inaccessible, introverti et absent mais il était ma raison d'être...

Le lecteur suit Suzanne qui visite une exposition sur l'art turc, au cœur de la Royal Academy de Londres (une exposition qui a réellement eu lieu en 2005). Alors qu'elle déambule dans une des salles, au milieu des œuvres de l'énigmatique Siyah Qalam, un peintre du XVe siècle, dont la vie est entourée de mystères et dont l'oeuvre ne cesse d'interroger tant elle diffère des diktats de l'époque, elle ressent une forte impression et entend une voix...c'est la voix d'Aygül, la fille du peintre.

 

Suzanne qui cherche à trouver un sens à sa vie depuis qu'elle a perdu son père, décide de se laisser porter par le récit d'Aygül pour découvrir qui était réellement Siyah Qalam, ce peintre mal aimé et incompris, qui vouait une véritable fascination aux nomades de la steppe...On le surnommait, le calame noir.

 

Le lecteur découvre la vie imaginée du peintre et de sa fille dans la dynastie des Moutons Blancs. Le père appartient à l'Atelier des peintres miniaturistes du palais de la ville de Tabriz, une ville riche située sur la Route de la Soie. 

Chaque printemps, le sultan l'autorise à se rendre durant quelques mois dans le campement d'été des nomades des steppes d'Asie Centrale. 

Il est le seul à savoir particulièrement bien les représenter de manière très réaliste et vivante et ces représentations plaisent au souverain. 

 

Alors qu'Aygül a 13 ans, son père accepte de l'emmener avec lui dans la steppe, sa mère était elle-même une nomade, après tout. Il parle peu et celle-ci va le découvrir sous un autre jour, à travers ses dessins dans lesquels il exprime toute sa créativité. 

Là-bas, elle va découvrir une autre vie, loin des mesquineries du palais et quitter à jamais son enfance.

 

Le lecteur découvre plus en détails la vie quotidienne de ces nomades, leurs fêtes et cérémonies traditionnelles et en même temps, il entre dans les pensées de ce peintre au style si éloigné des clichés de l'époque.

 

Mais à la fin de l'été, il leur faut rentrer à Tabriz... Ils découvrent que tout a changé durant leur absence ! Le sultan est mort et son fils, son successeur qui n'a que 9 ans, sera très vite lui-même remplacé.

L'art est relégué au second plan : magouilles et luttes de pouvoir seront à présent les seuls objectifs du sultan...

Je roule ses dessins, les retire de leur vue et les range pour écourter leurs bavardages acerbes. Je les maudits en silence, exècre leur mépris. Je plains leur ignorance, leur inexpérience et leur imbécillité. Ils n’accéderont jamais à la beauté et resteront asservis à l'illusion d'une perfection et d'une excellence.
Mon père cherche un point central et non le meilleur point de vue, fuit les univers divinement ordonnés. Il cherche la ligne pure sans sophistication, il cherche une présence.

J'ai aimé découvrir cette histoire qui se lit comme un conte.

J'ai aimé lire la vie de ce peintre qui était totalement inconnu pour moi et d'apprendre que quelques-unes de ces œuvres ont pu être sauvées de l'usure du temps, et conservées au musée de Topkapi, grâce à Selim le Terrible. Elles font toujours aujourd'hui,  l'objet d'études approfondies par les historiens d'art islamique.

 

La passion de l'auteur pour les mondes anciens est palpable et son univers très particulier, empreint de poésie, nous permet d'entrer facilement dans la vie de ses personnages. 

 

L'intervention de Suzanne dans l'histoire qui apparaît presque marginale, devient en fait au fil du récit, essentielle...

Tout d'abord elle permet de faire le lien entre les deux jeunes femmes qui sont toutes deux, à la recherche de leur père disparu, incapable de vivre seules, sans cette relation fusionnelle qu'elles partageaient avec lui. Ensuite, la relation particulièrement pleine de tendresse et de compréhension mutuelle, qu'Aygül entretient avec son père, va aider Suzanne a accepter de vivre enfin, sans le sien.  

C'est un pur plaisir que de lire ces passages où, tantôt l'une tantôt l'autre, nous parle de leur père...

 

Ce récit est donc à la fois un hommage au père mais aussi une plongée dans l'histoire des peuples et des souverains et dans l'histoire de l'art au XVe en Asie Centrale. 

 

Au cœur du livre, quatre pages montrent quelques-unes des œuvres du peintre. En voici d'autres prises sur le net...

Un père nous ouvre le monde, construit votre être loin des peurs archaïques et vous donne de l'amour pour toute votre vie...
Seul un père donne une valeur...on naît pas femme sans la reconnaissance d'un père. Il faut sans cesse réparer les manques, raccommoder cette lourde lacune de la vie...

Quelques œuvres du peintre...
Quelques œuvres du peintre...Quelques œuvres du peintre...

Quelques œuvres du peintre...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
j'ai lu les calligraphes (histoire de sa grand mère calligraphe) ; j'aime beaucoup la Turquie et un plaisir de lire un peu de son histoire. Je lirai d'autres de ses livres. Bises
Répondre
M
Une belle histoire dans l’Histoire et une vraie découverte de cet artiste si particulier. Merci Manou !
Répondre
M
J'ai aimé le découvrir et aussi ce qu'il raconte par ces œuvres de la vie des peuples nomades...Je pense que ce livre pourrait te plaire toi qui aime aussi apprendre en lisant. J'espère que tu vas bien. bisous
V
coucou manou , bisous ; Vic
Répondre
K
Belle découverte.
Biz
Répondre
D
ce doit être un très bon livre .... la Turquie, quelle richesse historique ; la peinture aussi. Pas ce livre à la médiathèque, mais j'en ai réservé un autre (la nuit des calligraphes)
Bises
Répondre
M
Je n'ai pas encore lu "la nuit des calligraphes"...je viendrai lire ta chronique :) bises
B
Merci Manou pour cette découverte !
Douce soirée à toi et doux dimanche également !
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.
Répondre
P
Encore une belle découverte qui pourrait me plaire !
Bon weekend.
Répondre
M
Une lecture originale qui pourrait me plaire
Répondre
C
Voila une histoire originale, et un livre qui doit nous dépayser totalement !
Ce peintre est une découverte pour moi, je n'en avais jamais entendu parler.
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
M
Idem pour moi et du coup je suis allée bien évidemment me documenter...tu me connais !! bisous et bon week-end
R
Merci pour cette excellente présentation Manou douce fin de journée. Bises
Répondre
P
Merci pour ce partage Manou, voilà encore un ouvrage qui doit être très intéressant.
Bises et bonne journée
Répondre
P
Je suis émerveillée de te voir lire autant de livres !
Une oeuvre très dépaysante. On part à l'aventure loin de tout ... Je crois que cela pourrait me plaire.
Bises de bonne journée
Répondre
R
Coucou Manou
Merci pour cette nouvelle critique de livre.
Merci pour le partage.
Je te souhaite une belle journée.
Rohnny
Répondre
C
Un livre dépaysant surement
Merci pour ta presentation
Bises Manou
Répondre
D
un dépaysement total donc, dans l'espace et dans le temps
Répondre
G
Une fenêtre ouverte presque sur certaines situations réelles
Merci pour cette suggestion
Bonne journée à toi et ceux qui te rendent visite
Répondre
É
La découverte de ces grands espaces, de ces tribus et histoires de famille... l'absence du père. Ca doit se lire comme un grand film d'aventure, mais près des réalités aussi, avec nos différences et toute la complexité de la psychologie humaine. Merci pour ce partage, Manou.
Plein de bisous et excellente journée !
Répondre
M
J'ai aimé cette plongée poétique dans le passé de ce peintre qui a réellement existé...bisous
É
Bonjour Manou. Je ne suis pas trop tentée, du moins pur le moment. Bonne journée et bisous
Répondre
V
je découvre ce peintre, et découvrir son histoire me tente bien, merci pour la présentation de ce livre. gros bisous Manou. cathy
Répondre
D
Un livre qui doit être passionnant, merci pour ta chronique.
Combien de livres lis-tu par semaine? tu es extraordinaire!!
Très belle journée, bises
Répondre
M
Deux ou trois et quand je prend des vacances et que je mets mon blog en pause, du coup je prends du retard dans mes chroniques. Je suis entourée de gens qui lisent autant que moi !! bises et bon week-end