Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Tropique de la violence / Nathacha Appanah

Gallimard, 2016 / Folio, 2018

Gallimard, 2016 / Folio, 2018

Quand accoste la barge, ce bateau bleu et blanc qui fait la traversée entre Petite-Terre et Grande-Terre, je repère Cham de loin, chaque jour plus beau, chaque jour plus irréel dans sa manière d'être à moi.

Je suis le roi et je devais te punir, Mo (Moïse). Je devais changer les règles, je devais montrer que les gens comme toi, qui ont la peau aussi noire que moi mais dont les paroles sont blanches et fades comme celle des muzungus, je devais montrer que je savais régler leur compte à ces gens-là...

Sur le bord des routes, des hommes et des femmes marchaient, panier sur la tête, bâton ou coupe-coupe à la main. Le ciel était sans nuages et, à travers ce paysage idyllique, quelque chose gonflait mon coeur. Quel était ce pays si doux, si beau ? Quel était ce pays qui m'avait oublié ?

Je sais maintenant que ce qui s'est passé ce jour-là et ce soir-là et tous les jours et les soirs qui m'ont amené jusqu'ici est beaucoup plus grand que ma peine, mon chagrin, mon regret.
J'ai quinze ans, je m'appelle Moïse, je suis né de l'autre côté de l'eau...

A 24 ans, Marie quitte sa vallée obscure et sa mère qu'elle ne supporte plus pour terminer ses études d'infirmière dans une grande ville. C'est là qu'un jour elle rencontre Chamsidine. Il est infirmier...ils se marient et partent vivre à Mayotte d'où  Cham est originaire.

Là-bas dans cette île paradisiaque, Marie découvre la misère et la détresse humaine. 

Après des débuts prometteurs, le jeune couple bat de l'aile. Marie ne peut pas avoir d'enfants, elle devient aigrie et jalouse. Ils se séparent...

Un jour une jeune mère débarque dans l'île et abandonne son bébé. Marie l'adopte et le surnomme Moïse.

C'est un enfant adorable. Mais avec l'adolescence arrivent les tourments : il rejette ses origines, en veut à Marie de l'avoir adopté, quitte le collège et a de mauvaises fréquentations. C'est alors que Marie meurt subitement.

 

Le lecteur va alors suivre le quotidien du jeune homme devenu orphelin, sa fuite hors de la maison de son enfance, son acceptation dans un gang de la ville, le quartier surnommé "Gaza"dont le chef, Bruce n'est lui-même qu'un gamin...mais la violence et la rage qui régissent leurs relations, les mèneront jusqu'au drame.

Ni Stéphane qui pourtant tentera de le sortir de là, ni plus tard Olivier, le jeune policier ne pourront le sauver...

 

L'auteur donne la parole tour à tour à chacun des personnages, chacun nous racontant de son propre point de vue, le même événement.

Si le début bien sûr permet à Marie de s'exprimer, les 2/3 du roman nous donnent le ressenti de Moïse, puis celui de Bruce qui voit en Moïse, un enfant de blanc puisqu'il a été élevé par une blanche.

Ce qui m'a surpris dans ce roman, c'est qu'il ne laisse aucun espoir. Pourtant je n'ai pas regretté ma lecture. 

Olivier voit son désir de protéger les enfants, anéanti ; Stéphane l'éducateur repart en France et le lecteur ne saura rien de la vie de Cham qui a reconnu l'enfant, mais ne s'en occupera jamais même de loin, alors qu'il sait bien que Marie est morte. 

 

Il m'a donné la sensation qu'il n'y a pas d'espoir possible pour sortir un jour de cette violence...et que c'est elle qui prime dans cette île française oubliée.

La jeunesse de Mayotte, trop livrée à elle-même, serait-elle perdue à jamais ?

 

Prix du roman France Télévisions 2017

Prix Fémina des Lycéens 2016

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Je lis "La porte" et j'aime beaucoup ! Bisous
Répondre
M
Super, je suis contente que tu le découvres et que tu aimes, il m'a beaucoup marqué...bisous
D
sûr que c'est une auteure à découvrir ; une grande ! je note. Bises
Répondre
M
Je n'ai pas regretté de l'avoir lu et je viens d'emprunter son dernier livre à la médiathèque...bises
D
c'est un livre triste mais je vais aller voir la bio de l'auteure. Bises
Répondre
M
Je t'avoue que ton beau compte-rendu ne me donne pas envie de lire ce livre. Il y a déjà tant de mauvaises nouvelles autour de nous, tant de choses tristes que j'ai plutôt besoin de sourires, de lumière.
Bises
Répondre
M
Pas de soucis, chacun lit ce qu'il veut ! bises
L
une tragédie qui semble inexorable dans certains endroits :( bisous
Répondre
M
Comme dans nos banlieues qu'on a laissé tomber...bisous
M
Pas gaie cette histoire!
Bises,
Mo
Répondre
M
C'est sûr c'est pas très gai mais l'auteur réussit à ce qu'on s'attache à ce jeune et surtout qu'on comprenne bien que tout seul, ce peuple ne peut pas lutter...il faut les aider ! bises
F
Quelle tristesse :(
Bisous et douce soirée
Répondre
M
Malgré tout le lecteur s'attache à ce jeune qui n'a vraiment pas eu une vie facile...Mais c'est bien triste de penser qu'il n'est pas le seul dans ce cas...bisous et une belle journée
C
C'est un triste constat, on dit que " tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir ", n'y a-t'il vraiment rien à faire ...? Une île qu'on connaît très peu tout compte fait par rapport à celles de Guadeloupe, Martinique, Réunion ...
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
M
La situation est très bien décrite par l'auteur...paraît-il car je n'y suis jamais allée. Nos banlieues ne sont pas mieux loties. bisous et une belle journée (j'ai vu le bug d'aujourd'hui sur OB, mais il est tournant, il doit y avoir des mises à jour partielles ce qui explique que ça ne touche pas tout le monde au même moment) .bisous et une belle journée
R
It sounds very sad. Friendship
Répondre
R
Un livre qui doit laisser une sensation de malaise tant c'est proche d'une réalité qu'on ne veut pas voir peut-être...Bisous
Répondre
M
Tu as raison certaines personnes ne veulent pas voir, la situation est la même dans nos banlieues et si les politiques ne prennent pas de décisions, cela risque de devenir invivable...bisous
A
Une auteure que j'aime lire. Un titre percutant.
Répondre
M
Cela fait longtemps que je voulais la lire du coup j'en ai emprunté une autre (on dernier)
E
je l'ai lu à sa sortie et il m'a beaucoup plu! ce gamin aux yeux si particuliers est touchant :-)
Répondre
M
Je me doutais bien que tu la connaissais, du coup je viens d'emprunter "le ciel par-dessus le toit" ! belle journée
D
plutôt désespérant!
Répondre
M
Non c'est juste un constat, nous les avons abandonné...
M
Je le note, le thème m'intéresse beaucoup.. C'est vrai que certains destins semblent immuables, que malgré les mains tendues,certains êtres n'arrivent pas à les saisir ou les lâchent en route... Mon fils et ma belle-fille sont éducateurs et certains cas sont vraiment dramatiques, la vie ne fait pas de cadeau à certains dès l'enfance.
Bisous et merci pour ce livre!
Répondre
M
Ils doivent connaitre ce livre alors dont j'avais entendu parler à sa sortie puis je l'ai oublié :) bises et une douce journée
É
Bonjour Manou. Tu m'as donné envie de lire ce roman qui se déroule sur une île que je ne connais pas. Bonne journée et bisous
Répondre
C
Je passe mon tour pour cette fois car le sujet ne me tente pas trop.
Bonne journée, bises
Répondre
M
Pas de soucis Céline...c'est bien naturel que tu choisisses ce que tu as envie de lire :) bises
M
Ce n'est pas un livre pour moi qui suis très optimiste peut être un peu candide. Bisous
Répondre
M
Je te rassure je suis quelqu'un de profondément optimiste mais je ne me voile pas la face pour autant ayant travaillé pendant des années avec des ados en grande difficulté...Mais je comprends ta réaction, chacun choisit ces lectures. Bisous
V
on entend tellement parler de violence que j'évite les livres sur ce sujet... gros bisous Manou. cathy
Répondre
P
Un sujet qui représente un vaste débat, à Mayotte ou ailleurs, entre lacunes culturelles, éducatives et injustices sociales.
Concernant la violence où qu'elle soit, je ne crois pas que tout soit perdu, mais il faut que la responsabilité collective se reprenne en main...
Bises et bonne journée
Répondre
M
Bien entendu si l'auteur termine sur une note pessimiste c'est bien parce qu'elle veut nous dire que tout seul, là-bas, ils n'y arriveront pas sans des décisions collectives et politiques...On est bien d'accord ! Bises et une belle journée
G
Tant qu'il y a la vie il y a l'espoir mais il suffit de le vouloir ...
Ce livre est bien mais......
Bonne journée Manou
Merci à toi
Répondre