Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Bakhita / Véronique Olmi

Albin Michel, 2017

Albin Michel, 2017

Est-ce que les lieux existent encore quand on les a quittés ?

Elle ne sait pas comment elle s'appelle. Elle ne sait pas en quelle langue sont ses rêves. Elle se souvient de mots en arabe, en turc, en italien, et elle parle quelques dialectes. Plusieurs viennent du Soudan et un autre, de Vénétie.
...
Mais son nom elle ne l'a jamais retrouvé. Elle n'a jamais su comment elle s'appelait. Mais le plus important n'est pas là. Car qui elle était, enfant, quand elle portait le nom donné par son père, elle ne l'a pas oublié. Elle garde en elle, comme un hommage à l'enfance, la petite qu'elle fut. Cette enfant qui aurait dû mourir dans l'esclavage a survécu, cette enfant était et reste ce que personne jamais n'a réussi à lui prendre.

 

Nous sommes en 1876...au Soudan.

Bakhita est une petite fille qui vit tranquillement auprès de sa famille dans son village natal du Darfour. Elle partage ses jeux avec sa sœur jumelle.  Elle a 5 ans quand des hommes arrivent et mettent le feu au village : ce sont des esclavagistes. Ils s'emparent de Kishmet, sa sœur aînée. Elle ne la reverra jamais.

La petite fille n'a que 7 ans quand elle est enlevée à son tour à sa famille...et emmenée toujours plus loin. Elle doit traverser à pied des kilomètres et des kilomètres de désert. Elle a faim et elle a peur. 

Elle sera vendue à cinq reprises et violée. Elle ne connaîtra d'ailleurs des hommes, que cette violence gratuite, cette cruauté quotidienne et l'enfermement. Ses ravisseurs musulmans la surnomment "Bakhita" (la chanceuse) car elle est si traumatisée qu'elle ne se souvient plus de son nom.

Bakhita...un nom prédestiné.

 

Ce qui la fait tenir c'est une force intérieure incommensurable, l'espoir de pouvoir revoir un jour sa sœur aînée, sa jumelle et sa mère...

Cette enfant innocente qui est au fond d'elle-même et qu'elle ne veut pas voir mourir et disparaître à jamais, la garde en vie, envers et contre tout. 

 

C'est alors que son destin bascule : elle est rachetée à l'adolescence par le Consul d'Italie à Khartoun qui, à sa demande, l'emmène jusqu'en Italie.  Elle découvre là-bas un pays pauvre et inégalitaire, où les enfants souffrent aussi. 

Parce qu'elle est différente, tout le monde la craint. On n'a jamais vu de personne de couleur et on a peur d'elle, peur qu'elle salisse ceux qui la touchent : elle incarne le diable !

 

Mais Bakhita surmonte ce rejet, car elle découvre là-bas une nouvelle famille aimante et attentive.  C'est la famille de Stefano, le régisseur du domaine de ses maîtres. Il veut l'adopter, s'occupe d'elle, l'entoure de son affection, l'accueille comme si elle appartenait à sa famille.  Elle retrouve chez lui l'amour qui lui manque tant et des frères et sœurs de cœur.

Il décide de lui offrir une éducation à Venise, chez les sœurs canossiennes...

 

Toute sa vie, jusqu'au bout de sa vie, quand elle entendra un enfant pleurer, elle croira qu'il est dans les bras de sa mère. Même quand sa mère n'aura plus l'âge d'être mère. Et puis plus l'âge d'être en vie...

 

Il était temps que je lise enfin ce roman dont on a tant parlé à la rentrée littéraire 2017...

C'est un roman dur mais inoubliable. Les mots sont incisifs, les phrases courtes sans superflu. On avance avec Bakhita dans le désert sans savoir de quoi demain sera fait. Comme elle, l'inconnu nous angoisse...

Ce roman, au-delà de l'histoire de cette petite fille puis de cette femme courageuse et extraordinaire, est une façon intelligente de se plonger dans un état des lieux de l'esclavage à la fin du XIXe siècle.

Toute cette cruauté des blancs envers les noirs, jugés inférieurs en tout, cette violence envers de tous petits enfants filles ou garçons...Quand on pense que ce sont les gens des mêmes tribus qui pour s'enrichir ont dévoilé l'emplacement des villages aux esclavagistes, c'est révoltant...

 

Bien sûr tout cela on le savait déjà ! Mais cela ne fait pas du tout le même effet de le lire à travers l'histoire de Bakhita, une histoire romancée mais inspirée d'une histoire vraie. 

En effet, ce roman s'inspire de la vie de la véritable Joséphine Bakhita née à Olgossa dans la province du Darfour en 1869, une ancienne esclave devenue religieuse canossienne. Une femme exceptionnelle qui après avoir connu l'esclavage dans son enfance, va devenir une simple domestique en Italie, puis une religieuse, avant de devenir une sainte...

Vous pouvez lire sa biographie complète  ICI

 

Par milliers, et pendant des années, ils viennent. Par groupes. Par écoles. Par universités. Des enfants malades. Des pèlerins. Ils viennent l'écouter, et surtout, la voir. Dans des églises, des théâtres, des écoles. Au couvent de Castenedolo, des hommes qui ne sont jamais rentrés dans une église lui baisent les mains et s'en retournent en pleurs...

 

La plume de Véronique Olmi est incroyablement pudique pour nous décrire l'indicible. Elle sait nous faire entrer dans cette terrible histoire et nous aider à franchir avec la petite fille les différentes étapes de son incroyable vie. Nous sommes si proches d'elle que nous nous révoltons de ses souffrances et de la cruauté de ses maîtres...

 

Ce qui nous fascine c'est sa personnalité exceptionnelle.

 

Au fond elle ne sera jamais véritablement soumise car elle garde en elle une certaine innocence, celle de cette enfant emplie de souvenir et d'amour, telle qu'elle était dans sa tribu entourée d'une famille aimante et vivant en liberté. Cet espoir de retrouver un jour les siens et cette volonté de rester intègre quoi qu'il arrive, cette force intérieure qui l'anime, sont une remarquable leçon d'humanité pour nous qui nous plaignons sans cesse de notre quotidien...

Bakhita a tenu la promesse qu'elle avait faite à la petite Binah qui lui a été arrachée "je ne lâche pas ta main" et elle ne lâchera jamais celle des plus démunis...

 

Je vous invite à aller lire l'avis de Eve sur son blog...

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Voilà, je l'ai lu.
Je dois dire que j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. C'est sans doute dû au style de l'auteure que je n'avais jamais lue.
Sinon, c'est bien sûr un récit bouleversant qui ne peut pas laisser indifférent. Je pense que c'est un livre qui marque, qu'on n'oublie pas sitôt l'avoir lu.
Bonne fin d'année.
Répondre
S
Ce livre me fait vraiment envie !
Répondre
M
Il te plaira car en plus de m'avoir touché il m'a fait connaître une femme exceptionnelle qui avait réellement existé...
A
Coucou Manou ! Ca fait longtemps que je n'étais pas passée par ici… C'est un roman qui me fait envie depuis sa sortie. Maintenant que j'ai retrouvé le goût de la lecture, je vais me plonger dedans. Je ne savais pas que c'était une histoire inspirée par un personnage réel.
Répondre
M
Quelle surprise d'avoir de tes nouvelles ! Il va te plaire j'en suis certaine...Contente de te voir passer...je ne suis toujours pas sur Facebook mais j'ai gardé le lien vers ton blog :) comme ca je ne t'oublie pas...
Z
Pas encore lu
Répondre
C
Il est sur ma longue liste de livres à acheter, et tu me donnes encore plus envie de le lire, même si je sais qu'il est très dur. Bon il va falloir que je raccourcisse encore un peu plus mes nuits pour trouver plus de temps pour lire ...
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
M
Je suis même étonnée que ce sujet t'attire...mais si c'est le cas tu le liras un jour, qu'importe quand ! bisous et bonne semaine chez ton fils
P
Je n'ai encore rien lu de cette auteure. Je commencerai peut-être par celui-ci car le sujet m'intéresse. Ce que tu racontes me fait un peu penser à "La tresse"...
Bon dimanche.
Répondre
M
Je n'ai pas encore lu "la tresse"...il est dans ma PAL ! Bon dimanche à toi aussi
L
Belle critique mais pas mon style si j'avais plus le temps de lire
Répondre
M
L'esclavage est un sujet qui est encore d'actualités Christian il ne faut pas se voiler la face...par contre je comprends que tu n'aies pas le temps de lire avec tout ce que tu fais déjà...
E
belle critique! j'ai beaucoup aimé ce roman, il est percutant et fait réfléchir car l'esclavage existe toujours, et notre époque a d'étranges effluves des années trente...
En tout cas, ce livre est toujours aussi présent dans ma mémoire
merci pour le clin d'oeil :-)
Répondre
M
Je ne suis pas prête de l'oublier moi non plus. Merci de ton passage. Le clin d'oeil...tu le mérites bien :) bon week-end
R
What a riveting review. Thank you. Friendship
Répondre
M
C'est un livre vraiment intéressant bâti à partir d'une histoire vraie. Merci Ruthie pour ta visite
L
l'esclavage repart de plus belle du côté de la Libye mais pas que
Répondre
M
On n'en finira jamais...voilà pourquoi il faut encore et encore dénoncer...
M
Merci pour ce beau partage chère Manou! Bise, bon week-end tout doux!
Répondre
M
Merci pour ton passage ma douce Maria-Lina. bisous et bon week-end.
M
Il m'a transportée ce livre, c'est une merveille... une simple femme mais à la fois hors du commun qui a su traverser les pires horreurs en restant elle même.... J'ai vraiment adoré et mes sœurs aussi, unanimité sur ce livre! ;-)
bisous
Répondre
M
Je ne suis pas prête d'oublier cette lecture...Contente de voir que toi-aussi tu l'as apprécié et en famille en plus...bisous
D
que de combats encore à mener pour éviter tout cela aux femmes!
Répondre
M
Oui le chemin est encore long mais il faudrait aussi que les hommes (je parle en général quand je dis hommes) cessent de vouloir toujours plus de pouvoir et plus d'argent...là aussi il y a du boulot
É
Bonjour Manou. J'ai entendu parler de ce livre à sa sortie mais je n'ai pas pris le temps de le chercher à la médiathèque. Ta chronique me donne envie de découvrir cette belle personne. Bonne journée et bisous
Répondre
M
Vraiment comme toi je ne m'étais pas précipitée et puis la liste d'attente était impressionnante...mais par son succès est mérité malgré la difficulté du sujet...Je ne suis allée faire ta petite devinette pardonne-moi mais je pars demain matin, donc j'avais trop à faire. bisous
Q
Je ne le lirai pas tout de suite, mais un jour sûrement.
J'aime énormément les extraits que tu as choisi de nous présenter.
Bisous et douce journée Manou.
Répondre
M
Un bon livre attendra toujours que tu le lises qu'importe l'instant...c'est toi qui le choisiras...bisous
V
je ne connaissais pas ce livre, je note, c'est un sujet passionnant. gros bisous Manou. cathy
Répondre
M
On a beaucoup parlé de lui car plein de journalistes pensaient qu'il aurait mérité un prix littéraire plus prestigieux. On sait que cela ne veut rien dire mais là il le méritait...bisous Cathy et à très bientôt
R
Bouleversant sûrement
Merci pour ton ressenti
Bonne journée
Bisous
Répondre
M
Il a eu un prix mérité...bisous
D
Très belle chronique qui met en avant une héroïne extraordinaire qui a réussi à garder son coeur d'enfant malgré un destin bien sombre et douloureux. Merci du partage. Bon week-end !
Répondre
M
Il est à la fois dur et réconfortant de penser au destin de cette petite fille qui a gardé son âme malgré tous les problèmes de sa vie...Bon week-end
M
Remarquable critique Manou, on sent combien ce livre t’a bouleversée. L’histoire de l’esclavage n’en finit pas d'étonner, d’ecoeurer et de peiner, surtout quand on sait qu’elle perdure de nos jours encore...
Répondre
M
C'est un livre qui mérite son prix et le style de l'auteur est à découvrir...Je n'ai pas encore eu le temps de découvrir ce qu'elle a écrit d'autre...
L
Le sujet m intéresse. Je vais noter le titre.
Bon samedi et gros bisous.
Répondre
M
A lire c'est sûr ! Je lirai ton avis avec plaisir. bisous