Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le mur des abeilles de Cornillon-Confoux / Balade dans les Bouches-du-Rhône

Le mur des abeilles de Cornillon-ConfouxLe mur des abeilles de Cornillon-Confoux
Le mur des abeilles de Cornillon-Confoux

Le mur des abeilles de Cornillon-Confoux

 

Le mur des abeilles de Cornillon-Confoux (appelé aussi mur à abeilles, brusc ou buc en Provence) est un lieu très pittoresque de balade...

En effet, en plein cœur de la pinède, se trouve un des plus importants apiers de la région ("apié" en provençal) et le deuxième de France, le plus grand mur à abeilles étant celui de Tessy-sur-Vire dans la Manche. 

Le mot "apié" vient du latin "Apicio", qui signifie rucher, vous l'aurez compris ! 

 

On appelle aussi ces murs, des murs à logettes.

Ces murs sont présents dans toute la France...mais c'est cependant en Provence que ces murs sont les plus nombreux et les mieux conservés. Peut-être tout simplement parce que leur usage a été davantage prolongé dans le temps ou parce que situés, plus loin des habitations ?

 

Long de 60 mètres, celui de Cornillon comprend 53 alvéoles, mais en comprenait plus de 200, réparties sur tout le coteau, lors de sa construction. Cette quantité impressionnante d'alvéoles prouve que la région pratiquait déjà une activité commerciale intense autour du miel. 

Presque tous les apiers de la région dateraient du XVIIIe siècle et ont été utilisés comme celui de Cornillon jusqu'à la fin du XIXe siècle. Cependant aucune date n'est visible sur celui de Cornillon. On pense que, durant les guerres napoléoniennes, suite au blocus exercé en mer par la flotte anglaise (vers 1806), la pénurie de sucre en provenance des Antilles, a favorisé le développement de l'apiculture dans la région, une apiculture qui existait déjà depuis longtemps, mais davantage à l'échelle familiale.

Bon nombre d'apiers ont continué à être construits au début du XIXe siècle un peu partout en France. 

Le plus vieil apier de Provence serait celui de Salon-de-Provence dont je vous parlerai un jour prochain...

 

 

En Provence, les apiers étaient construits en pierres sèches et disposés de façon à ce que le soleil protège de ses rayons, les ruches en paille (en bois ou en liège parfois) qui étaient placées bien à l'abri des intempéries dans des alvéoles et bénéficiaient ainsi de la chaleur emmagasinée par les pierres.

Le plus souvent, ils étaient intégrés à un mur. Le mur de Cornillon est lui-même intégré à une restanque. Parfois les murs peuvent être intégrés au mur d'une maison ou bien encore d'un enclos.

 

Voici une vue prise par dessus le mur...qui vous montre la restanque mais aussi les pierres plates de protection. 

 

Par-dessus le mur...

Par-dessus le mur...

 

Il ne faut pas oublier que le froid arrive chez nous avec le Mistral et donc ces ruches se trouvaient bien à l'abri, car le mur est exposé sud- sud est.

Chaque alvéole est  recouverte d'un seul linteau en pierre de taille.

Puis, au-dessus, une ou deux rangées de pierres plates taillées, permettaient de consolider l'ensemble et de protéger les ruches des intempéries.

Autres vues des alvéoles
Autres vues des alvéoles

Autres vues des alvéoles

 

Le fond des alvéoles, constitué par le mur de la restanque est doublé d'une grande pierre plate verticale que vous pouvez voir sur mes photos.

Les séparations entre deux alvéoles sont très variées et peuvent être en pierres bâties, ou formées d'une seule pierre taillée, épaisse et positionnée verticalement et même en tuiles parfois ce qui n'est pas le cas à Cornillon.

Les séparations entre deux alvéoles...Les séparations entre deux alvéoles...
Les séparations entre deux alvéoles...

Les séparations entre deux alvéoles...

 

La base de chaque alvéole est légèrement inclinée vers l'avant pour faciliter l'écoulement des eaux et située à une trentaine de centimètre du sol, isolant encore davantage la ruche de l'humidité et du froid.

Une seule des alvéoles du rucher de Cornillon présente une cavité rectangulaire pour laquelle je n'ai trouvé aucune explication. Peut-être est-ce tout simplement une pierre récupérée à proximité de la construction ?

Une drôle de découpe dans une des alvéoles

Une drôle de découpe dans une des alvéoles

 

Aujourd'hui, les apiculteurs posent souvent leurs ruches sur des palettes : c'est à la fois pour faciliter leur manipulation, mais aussi pour éviter que les herbes en poussant, ne gênent le vol des abeilles qui ne cessent d'entrer et de sortir de la ruche. Il suffit de passer un peu de temps à observer leur va-et-vient pour comprendre pourquoi cette précaution est prise...

 

Le plus souvent en Provence, les ruches étaient de simples paious (ou palhous). Elles étaient construites en effet, en paille de seigle tressée et avaient une hauteur d'une cinquantaine de centimètres, pour une largeur à la base de soixante environ et trente centimètres de profondeur. Elles étaient ainsi parfaitement calées contre les parois des alvéoles du mur.

Dans les périodes plus récentes, elles ont ensuite été construites en bois avec tout simplement quelques planches astucieusement assemblées.

 

Les paious

Les paious

 

J'espère que cette courte balade vous a plu ! 

Pour la prochaine balade, nous grimperons par le chemin des bories pour visiter quelques jolies cabanes en pierres sèches.

Enfin, si vous le voulez bien...

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Le sentier des bories de Cornillon est une randonnée très agréable que je fais régulièrement. J'ai mis le lien vers mes photos dans le champ "site web".

Dom's
Répondre
M
C'est gentil ! C'est en effet un coin de Provence très agréable, riche de son passé. Il faut juste éviter les jours de mistral ! Vous en avez fait de biens belles photos...Merci de votre passage ici
K
Je l'ai vu en vrai ... une curiosité bien insolite
Bon we
Répondre
M
Oui en vrai c'est encore autre chose !! Bisous et bon we
M
Un beau billet sur le mur des abeilles. Merci Manou
Répondre
M
Tu le connais bien sûr c'est à côté de chez toi ou presque :)
E
Les histoires sur les abeilles sont passionnantes car elles ont une vie très structurée et bien organisée on n peut que les admirer sauf quand elles nous piquent. Bonne fin de semaine, bisous
Répondre
M
C'est vrai qu'il vaut mieux ne pas être allergique :) bisous et une douce journée
U
Bon soir. Je vient de voir est apprendre des choses qui me surprend . Ce n'ai as tout jeune, mais c'est beau. C'est notre patrimoine. J'aime toutes ses pierres .Doux week end avec un peut d'avance. bisous
mon joli jardin.
Répondre
M
C'est notre patrimoine en effet ! Ces murs étaient fréquents en France mais beaucoup ont disparu...Bonne journée
P
Tu m'as appris quelque chose ! Je n'ai jamais entendu parler de ces murs !
Merci pour la découverte et bonne fin de semaine.
Répondre
M
Quand tu parleras des abeilles à tes élèves, tu pourras leur parler de ces murs :) Bonne fin de semaine
L
Que ce patrimoine est une merveille
Répondre
M
N'est-ce pas ? J'aime ces vieilles pierres...
C
Alors là je découvre quelque chose, je n'avais jamais entendu parler de ça ! Et pourtant Tessy sur Vire n'est pas très loin de chez moi ... Je trouve que c'est très ingénieux, et en plus ça a beaucoup de charme, j'adore ces pierres sèches !
Belle soirée, bisous !
Cathy
Répondre
M
Et bien si un jour tu y vas je serais vraiment ravie de voir cet autre merveille en photos !! Bisous et une belle journée
G
coucou oui ça m'a plu et m'a appris plein de choses ; bisous
Répondre
M
Merci Victoria-Lynn ! Bisous
C
Cette balade découverte m'a enchantée !! je ne connaissais pas du tout ce système extrêmement ingénieux réalisé en plus de si jolie façon ! perso je trouve les constructions en pierre sèche magnifiques ! nos anciens avaient beaucoup de talent ! Des bises Manou !
Répondre
M
C'est vrai que j'ai un faible aussi pour les constructions en pierre sèche et je n'en manque pas dans ma région :) Bises et à bientôt
R
première fois que j'entends parler de ce genre de système et qu'en plus j'en vois. C'est super judicieux et en plus joli. Bisousssss
Répondre
M
Je trouve que nos ancêtres ne manquaient pas d'idées !! Et c'est super bien construit en plus...Bisous et une douce soirée
B
Une découverte, une belle balade en effet, j'en profite pour dire (par rapport a ton article sur l'alimentation), que le miel est très bon aussi pour la santé mais tu le sais déjà. Bises Manou.
Répondre
M
Oui je le sais et j'ai déjà publié des articles sur mon blog où je parle des vertus du miel. Mais tu as raison j'aurais pu le rajouter !! Bises et une bonne soirée
D
remarquable une belle découverte, merci ! dommage qu'il n'y ait plus d'abeilles
Répondre
M
Ce n'est plus adapté aux ruches modernes dans lesquelles le miel est beaucoup plus facile à prélever. Je pense que cela explique l'abandon du système. J'aurais adoré voir un apier en fonctionnement !
J
Lieu sympathique..comme quoi nous avons le plus souvent quelque chose à découvrir quelque part
Bonne journée
Répondre
M
C'est bien vrai !! Et c'est amusant de découvrir que le commerce du miel date de cette époque là...il ne venait pas de Chine celui-là ! Bonne soirée
M
Wow, ce mur est très original et tout beau, et son utilité superbe!!! Bise, bonne journée dans la joie!
Répondre
M
Merci Maria-Lina. Contente que tu trouves ça original, c'est le cas en effet ! Bisous et une douce soirée
P
Très bon article.J'ai appris des choses du coup j'ai partagé sur la page Rhône Alpes Auvergne.Bonne journée
Répondre
M
C'est trop gentil Papou ! Je suis flattée. Bonne soirée
D
Grâce à toi, je découvre les apiés, que je ne connaissais absolument pas. Merci pour cette belle découverte !
Répondre
M
Et bien contente de t'avoir appris quelque chose de ma Provence natale. Bonne soirée
R
Très instructif ton billet , pour cela un grand merci
Je ne connaissais pas , une chance que c'est encore dans cet état
C'était ingénieux
Bonne journée Manou
Bisous
Répondre
M
Merci Rose. Contente que cela te plaise...ça sert à ça nos échanges sur les blogs, faire un peu mieux connaître nos régions et leur spécificités. Bisous et une douce soirée
M
Merci Manou pour cette magnifique découverte ! Je n’avais jamais vu ni entendu parler de ces apiers. Et il faut absolument conserver ces lieux peu ordinaires, témoins d’une profession qui, hélas, se perd. Avec le nombre d’abeilles en forte diminution, on ne remplirait plus ces cases... Bisous Manou et encore un grand merci pour ce partage.
Répondre
M
Contente que la promenade te plaise...Je réalise que finalement ce n'est pas très fréquent d'en voir même s'il y en a dans toute la France...Bisous et une douce soirée
R
Bonjour Manou
C'était bien vu en tout cas pour protéger les abeilles ,
une belle balade enrichissante , on en apprend tous les jours
Bonne journée, bises
Répondre
M
Je croyais que tout le monde en avait vu ! En Provence, je ne te dis pas que c'est fréquent mais bon peut-être c'est parce qu'ils étaient intégrés dans les restanques qu'ils ont été préservés...Bises et une belle soirée