Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

Le rouge-gorge, petit oiseau familier de nos jardins

 

Tout le monde connaît le rouge-gorge familier, "Erithacus rubecula" de son nom savant que l'on retrouve souvent écrit rougegorge sans tiret. 

Ce petit passereau de la famille des Muscicapidae (ou Muscicapidés), revient dans nos jardins de Provence dès l'automne (souvent en octobre chez nous) pour repartir vers le nord dès le printemps, en avril ou en mai selon les années.

Il peut vivre 10 ans ! 

 

En fait, il est présent en Europe sur tout le territoire, mais pas au même moment.

Les populations du sud sont donc plus importantes en hiver car le rouge-gorge familier est un migrateur partiel. Ceux du nord (de Finlande, de Suède, et du Danemark) migrent vers des climats plus doux, sur les rives méditerranéennes et jusqu'en Afrique du nord, parfois dès la fin août.

Le rouge-gorge affectionne particulièrement les climats doux, frais mais humide et redoute le froid. Les mâles hiverneraient plus au nord que les femelles et seraient davantage sédentaires comme c'est le cas de ceux de Grande-Bretagne [source : Les passereaux d'Europe" tome II, Paul Géroudet].

 

Si nous ne le voyions plus en été en Provence, c'est non pas parce qu'il se cache, comme je le croyais auparavant, même si c'est un oiseau plutôt sauvage et solitaire, mais bien parce qu'il migre plus au nord. Il fait trop chaud et sec chez nous. 

Sa migration a toujours lieu de nuit. Un beau matin de mars, il a disparu ! Mais il revient paraît-il toujours dans le même jardin, chaque année. 

 

Voilà le rouge-gorge qui habite chez Manou ! Voilà le rouge-gorge qui habite chez Manou !
Voilà le rouge-gorge qui habite chez Manou !
Voilà le rouge-gorge qui habite chez Manou ! Voilà le rouge-gorge qui habite chez Manou !

Voilà le rouge-gorge qui habite chez Manou !

 

J'adore ces petits oiseaux tout ronds, avec leurs grands yeux, et leur belle couleur orangé sous la gorge et sur le front, ce qui permet de les identifier aisément sans se tromper.  Le mâle et la femelle sont identiques avec le dessus gris-brun-olivâtre. Seuls les jeunes n'ont pas encore de plastron orangé. 

Le rouge-gorge familier aime les haies (d'où l'importance de les préserver), les jardins, les parcs des villes et les forêts. Il construit souvent son nid dans le lierre, tout simplement. 

C'est un petit oiseau qui tient à ce qu'on respecte son territoire et peut se battre violemment avec ses congénères pour le conserver. Il n'aime pas la compagnie des autres sauf au moment de la reproduction...

 

Comme il se nourrit principalement de petits insectes, de larves et de vers en pleine saison et de fruits comme les baies de genévriers, ou autres, il va forcément se rapprocher des maisons en hiver pour venir quémander quelques graines ou des miettes qu'il adore mais dont il ne doit pas se goinfrer surtout lorsqu'elles se gorgent d'humidité, sous peine de le voir tomber malade ou mourir. Il faut plutôt lui donner des raisins secs, des grains d'avoine, de tournesol ou de blés, des vers de farine, des baies séchées...et même des cacahuètes écrasées, non salées ni grillées... évidemment ! 

 

Dans mon jardin, il vient souvent grignoter ce que les autres oiseaux font tomber en dessous de la boule de graisse. Ou bien il vient inspecter les lieux lorsqu'on remue la terre...et limite ainsi la prolifération de certains indésirables car il n'hésite pas à s'attaquer à de petites limaces ou des larves que nous venons de mettre à jour. 

 

Au mois de mars, une fois les mâles d'abord, puis les femelles, revenus sur le site de reproduction, la femelle du rouge-gorge fabrique un nid avec des herbes, de la mousse et des brindilles. Elle s'installe dans une haie, bien à l'abri et bien caché ou dans le creux d'un vieux mur. Elle couve ensuite ses œufs (5 à 7) une dizaine de jours, puis s'occupent des petits exclusivement pendant une semaine. Le mâle l'aide ensuite à les nourrir jusqu'à ce qu'ils quittent le nid, vers l'âge de 3 semaines. 

 

On a découvert depuis peu que ces petits oiseaux étaient très vulnérables (comme nous ?) aux champs électromagnétiques de nos lignes à haute tension, nos téléphones portables, et bientôt nos compteurs EDF... 

Leur boussole interne serait perturbée et cela modifierait leur instinct migratoire. Des expériences sont en cours.

 

Ce petit oiseau bénéficie d'une protection totale sur tout le territoire français depuis 1981, bien que sa population ne soit pas réellement menacée. Il est donc interdit de le détruire, le capturer ou l'apprivoiser...tout comme de détruire ses nids et ses oeufs.

 

Puisqu'en Provence, le rouge-gorge s'installe dans nos jardins seulement en hiver puis repart dès les beaux-jours vers d'autres horizons, le mien (ou la mienne) doit donc se retrouver plus au nord dans une forêt, une haie, une région de montagne ou, qui  sait,  peut-être dans votre jardin durant l'été. 

 

 

Vous pouvez aller admirer les superbes photos pros de Pascale. Pour toutes les voir, je vous conseille de taper "Rouge-gorge familier" dans le module de recherche de son blog car plusieurs articles sont consacrés à cet adorable petit oiseau. 

Je vous mets le lien vers l'un d'entre eux. 

 

Bon dimanche à tous ! 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bravo pour cet article qui présente très bien le rouge gorge.
Nous adorons aussi ce petit compagnon du jardin. Chaque hiver nous mettons à disposition des graines spéciales https://hello-birdy.com/graines-i-love-robins/ et nous nous régalons de leur présence. Des petits aux gros dodus, ils sont plusieurs à venir et nous attendons leur retour avec hâte!
Répondre
M
Chez moi ce n'est pas encore la saison car quand il arrive c'est que le froid n'est jamais bien loin. Merci pour votre visite
É
Très belles captures les couleurs sont magnifiques!
Répondre
M
Merci Eglantine ! bisous
L
Bon va falloir que j'explique aux chats de notre jardin qu'il est absolument interdit de toucher aux rouges-gorges !
C'est un oiseau assez courant en Alsace mais je n'ai jamais fait attention s'il est présent en hiver. Je vais regarder dans les prochains jours.

Bon mercredi et gros bisous.
Répondre
M
Il fait peut-être trop froid chez toi...tu me diras ! Bisous
C
wahoo merci pour ton article si complet et pour les magnifiques photos
j'ai enfin compris pourquoi mon petit "zoziochouchou" ne vient jamais dans mon jardin après l'hiver......il y fait trop chaud!!! (j'habite dans l'hérault dans la banlieue de Montpellier) Quand je vivais en Champagne j'en profitais toute l'année...
Merci Manou , ton blog est une vraie mine d'or et tes articles toujours passionnant Bonne journée à tou(te)s
Répondre
M
Merci Tu es adorable ! Moi aussi j'ai mis du temps à comprendre qu'il migrait dès les beaux jours...Dans l'Hérault il fait aussi chaud que dans les Bouches-du-Rhône et aussi sec en été :) Merci de ta fidélité. Bonne journée
C
il m'a passionné ton article je ne savais pas tout ça de ce magnifique oiseau que j'adore
et tes photos sont superbes
j'ai tellement peu de soleil que mes essais de le photographier quand j'ai la chance d'en voir un chez moi, car il n'est pas beaucoup visible et il est farouche donc s’envole très vite dès qu'il nous voit....les photos donc sont toutes bien moches car sans lumière, dans le gris,n la pluie et le sombre pfffffffff
belle journée à toi
bisous
patricia
Répondre
M
Merci Patricia ! Nous avons eu beaucoup de soleil tout ce mois de janvier mais par contre, chez moi il n'est pas farouche, il ne s'éloigne qu'un peu lorsque j'ouvre la porte. On a beaucoup de chance ! Bisous et une belle journée
G
Toujours très photogénique le Rouge-Gorge
Répondre
M
Merci pour ton passage, je viendrai visiter ton blog volontiers puisque tu aimes la nature et ses merveilles :)
M
Pascale dont je suis abonnée au blog, est vraiment une artiste animalière, ses photos, sont admairables
Répondre
M
Oui moi aussi je suis abonnée à son blog et je la suis avec un émerveillement constant...
M
Ils sont tout mimi, ces rouges gorges, tu as bien réussi tes photos. Ton article est vraiment super
Répondre
M
Merci Miss !
L
Adorable le petit oiseau, mais pas chez nous ils sont plutôt rare.
Répondre
M
Tiens tiens c'est bizarre, auraient-ils peur de tes rouquins :)
C
Nous en avons un fidèle au jardin !! j'adore cette petite boule de plumes bien dodue ! il picore les graines de tournesol et les restes des boules de graisse ! mais c'est un oiseau très querelleur vis à vis des autres pensionnaires !! on ne s'en douterait pas à le voir !! belle soirée Manou, bises
Répondre
M
C'est vrai ! Chez nous il attaque les rouge-queue. En fait dès qu'il voit du rouge, il fonce :) Bises
P
Oh qu'il est mignon, je l'aime bien ce petit oiseau.
Répondre
M
Moi aussi :)
G
coucou c'est ravissant ces petits oiseaux; gros bisous
Répondre
M
J'aime leur côté dodu :) Bisous
M
Il est très présent dans mon jardin picard aussi ;-)
Bisous
Répondre
M
Et toi il reste sans doute toute l'année. Tu as de la chance...Bisous
C
J'aime beaucoup ce petit oiseau tout mignon, il y en a souvent dans le jardin de mon père !
Répondre
M
Normalement il revient chaque année au même endroit ou bien il reste sans migrer :) Tu as de la chance s'il reste. Bises
C
Un bien bel oiseau! Intéressant billet Manou. Bises et bon dimanche.
Répondre
M
Merci Cléo ! Chez toi il doit y avoir d'autres espèces de rouge-gorge. Bisous
K
Que j'aime ce beau petit oiseau de nos jardins...
Je n"hésite pas à leur donner des flocons d'avoine et des vers déshydratés dont ils "raffolent" !
Merci pour ton gentil commentaire.
Bisous Manou
Répondre
M
Je n'ai pas pensé aux flocons d'avoine, j'aurai cru qu'avec l'humidité ça gonflerait trop et leur ferait du mal comme les miettes...Bisous et une belle journée
R
Ho....qu'il est mignon, on devrait en voir chez nous alors mais manque de bol, j'en vois jamais..Bsousssss
Répondre
M
Ils sont dans la forêt peut-être...Bisous
D
j'ajoute qu'à Cuerna j'attends nos roselins dont le mâle a la tête rouge
pour l'instants ils se baladent, picorent, font des repérages, bientôt ils réinvestiront le vieux nid qu'on a préservé
Répondre
M
Oh oui je me souviens très bien de tes articles de l'an passé...un vrai plaisir ! On les attend :)
D
très bel oiseau emblématique à protéger et aider bien sûr
Répondre
M
C'est bien je trouve qu'il soit protégé même si sa population n'est pas en danger. Bises
Q
"interdit de l'apprivoiser"... ça me fait rire.
Le rouge-gorge qui squatte parfois notre jardin est si peu sauvage que ce serait facile.
Il reste près de mon époux quand il jardine, picorant sans peur, à parfois moins de cinquante centimètres... incroyable mais vrai.
En tout cas, merci pour cette page si intéressante.
Bisous et douce journée Manou.
Répondre
M
Moi aussi ça m'a amusé :) S'il n'a pas peut, nous n'y sommes pour rien :) Chez moi aussi il ne s'en va même pas quand ma vieille chatte sort au soleil ou quand nous ouvrons la porte ! Bisous et une douce journée à toi aussi