Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes, mes créations ou mes voyages : intellectuels, spirituels, botaniques ou culinaires...

La vie devant soi de Romain Gary (Emile Ajar)

La vie devant soi de Romain Gary (Emile Ajar)

Relecture

Prix Goncourt 1975

Momo est un petit garçon arabe élevé par Mme Rosa une « vieille » femme d’origine juive qui a ouvert un foyer  (un « clandé ») pour enfants de "putes", dans le quartier de Belleville au sixième étage d’un immeuble sans ascenseur, où vivent en harmonie des personnes toutes d’origine différente. Elle-même ancienne prostituée, elle y recueille tous les enfants, dont les parents ne veulent pas accepter de placement, contre un paiement souvent irrégulier, voire inexistant.

Le lecteur ne saura rien de l’époque où se passe l’histoire, mais il pourra la situer aisément après la deuxième guerre mondiale, puisque Mme Rosa a été arrêtée  lors de la rafle du Vel’hiv et envoyée en camp de concentration à Auschwitz, ce que l’on apprendra au fur et à mesure de l’histoire.

Lorsque débute l’histoire, elle est très malade et le petit garçon a peur de se retrouver seul, sans personne à aimer car il ne sait rien de ses parents. Il va nous faire vivre dans ce quartier coloré, découvrir un milieu quasi inconnu de nous tous, communiquer avec des personnages tous aussi attachants et « riches » (à l’intérieur) les uns que les autres qui vont l'aider à se construire…

Il va nous émouvoir  avec ses mots à lui (un langage de banlieue) en nous parlant de son amour inconditionnel pour Mme Rosa, sa mère de substitution, qu’il va aimer jusqu’au bout, malgré la maladie, la solitude, et le manque d’argent.

Il fera tout pour l’aider à réaliser son rêve…ne pas aller mourir à l’hôpital.

 

C'est un roman de société très émouvant qui se lit d’une traite. Il aborde dans un style enfantin (c'est Momo qui parle) et en nous décrivant la vie quotidienne de gens simples, des thèmes très importants comme la tolérance, les liens du sang et tous les liens d'amour ou d'amitié entre les hommes.

Bien que certains passages soient très crus, mais toujours vus du point de vue de Momo, ce roman très réaliste que beaucoup de professeur de français font d'ailleurs découvrir à leurs élèves, est un vrai chef d'œuvre et  peut être lu par les ados dès la classe de 3°.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article