Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 06:30
Quelques boules de fromage de chamelle en provenance du Kazakhstan

Quelques boules de fromage de chamelle en provenance du Kazakhstan

 

Saviez-vous que le lait de chamelle est le lait le plus bénéfique à la santé de l'être humain ?

Non je ne plaisante pas du tout...moi je ne le savais pas ! 

Mon mari qui rentre d'un voyage professionnel m'a ramené du fromage au lait de chamelle... Outre le goût légèrement sucré (car il existe une version salée et une version sucrée), la consistance est surprenante car proche du chèvre frais, non crémeuse mais très onctueuse.  Ce fromage se conserve très bien et se fait sécher facilement. Si on le garde trop, il devient très dur !

 

Bien sûr, vous me connaissez maintenant, j'ai immédiatement entrepris de faire des recherches sur internet car je ne savais rien sur ce lait très consommé par les bédouins et qui leur permet de survivre dans le désert malgré une nourriture souvent très pauvre. 

Et ce que j'ai appris est surprenant ! 

 

D'abord le lait de chamelle est un lait très digeste et moins gras qui est facilement assimilé et n’entraîne pas les problèmes connus d'allergie, parce qu'il ne contient pas de lactose.

Il contient par contre des protéines "à potentiel antimicrobien élevé", absentes du lait de vache. Il serait particulièrement riche en acide gras polyinsaturés (les bons !) en vitamine C (3 fois plus que le lait de vache) et en sels minéraux, et particulièrement en fer (10 fois plus)...

 

Bien sûr, la composition du lait varie selon l'alimentation des animaux qui parfois est très pauvre dans le désert, en période sèche.

Ce lait aurait des vertus curatives contre les maux d'estomac, les douleurs du foie, l'asthme, la jaunisse, l'anémie, le diabète...et jouerait un rôle préventif dans certains cancers. Pour les diabétiques, il aiderait à régulariser le taux de sucre et permettrait de limiter les injections d'insuline. Et bien sûr, comme tous les laits en général, il participe à la formation des os et favorise la croissance et le maintien en bonne santé des dents et des cheveux. 

 

Alors, vous vous mettez quand au lait de chamelle ?

Hélas ce n'est pas pour aujourd'hui, car à part dans les régions du grand sud, nous ne rencontrons pas fréquemment de chameaux par chez nous ! 

De plus le lait de chamelle a longtemps été protégé par les croyances et traditions locales. Le vendre était censé porter malchance et il fallait donc le consommer et donner ce qui était en surplus. Une belle tradition... je trouve. 

 

Beaucoup de nomades fabriquent depuis des décennies du fromage au lait de chamelle, en le laissant cailler naturellement à l'air libre comme on peut le faire chez nous pour le yaourt. Puis ils égouttent le lait longuement pour détacher le caillé du petit lait. La fabrication du fromage n'est pas facile, car c'est un lait qui contient peu de matières sèches. 

 

La Mauritanie est  un des pays producteurs le plus en avance sur ce sujet avec l'entreprise Tiviski qui existe depuis 1989 et embauche maintenant 200 employés, et qui a su développer plusieurs filières, à côté du lait de chamelle (chèvres, vaches...)

Enfin si vous désirez fabriquer votre propre fromage, je vous mets le lien vers un site qui vous indique comment faire. On ne sait jamais, cela peut être utile de connaître ces procédés ancestraux, si vous vous trouvez un jour démunis, en plein désert.

 

 

Il faut savoir que, vu ses vertus thérapeutiques...le lait de chamelle peut s'acheter en poudre (séché par pulvérisation et non à haute température, pour préserver ses qualités nutritionnelles) ou en gélules pour le bien-être de toute la famille. Bien sûr le produit est assez cher, car en provenance des pays étrangers mais cela peut être utile de le savoir si on a quelqu'un atteint de diabète ou d'une maladie grave parmi ses proches. 

 

Par contre, on ne peut le conditionner en brick (version UHT) car il ne supporte pas les très hautes températures et perdrait une grande partie de ses qualités nutritionnelles. 

 

Reste à savoir comment se fera l'élevage de ces adorables mammifères si un jour toute la planète désire consommer leur lait...pour préserver sa santé.

 

Si vous voulez en savoir plus sur les vertus de ce lait "magique", je vous mets le lien vers ce site trouvé au hasard de mes recherches.

A suivre donc...

 

Partager cet article

Repost 0
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 06:16

 

 

Voici une dernière petite visite de la ville...

 

En ce temps-là, la délation était de mise et tout le monde était fier de pouvoir dénoncer son voisin mais il le faisait de manière anonyme.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui, n'est-ce-pas ?

 

C'est ainsi que dans certaines villes italiennes les fameuses bouches de la vérité étaient installées dans les points stratégiques de la ville et en particulier devant le palais de justice.

 

La plus célèbre est bien sûr à Rome où selon la légende, elle serait capable de manger la main d'un menteur ; le palais des Doges à Venise en cache une que les Vénitiens surnommaient la "bocca di leone".

A Vérone, la bouche de la vérité est située à l'extérieur du Palazzo del Comune, le dernier palais que je vous ai montré lors de notre précédente visite de Verone, sur la place des Seigneurs. Ainsi elle était facilement accessible pour tous les délateurs !

 

 

Bouche de la vérité / Bocca della verità (Vérone)

Bouche de la vérité / Bocca della verità (Vérone)

 

La ville de Vérone est riche en monuments...et je suis loin de les avoir tous vus ! 

 

Parmi eux, nous avons déjà fait une petite visite...

 

- aux arènes de Vérone.

 

- à la maison de Juliette.

 

- à la Place des Herbes.

 

- à la Place des Seigneurs et aux tombeaux de la famille Scaligeri.

 

- au Castelvecchio.

 

Vous pouvez situer certains d'entre eux sur le plan ci-dessous...

Quelques visites incontournables à faire à Vérone

Quelques visites incontournables à faire à Vérone

 

Je suis juste passée devant la Basilique Sant' Anastasia, une église gothique qui est située sur une place portant son nom.

Je ne l'ai pas visité mais vous pouvez avoir une vue d'ensemble de la place et le détail du portail. 

 

Sur la même place, se trouve l'Arca di Castelbarco et le Tombeau de Gugliermo da Castelbarco attenante à l'église San Pietro Martire.

Sous l'arche se situe le conservatoire de musique de la ville...

Place Sant'Anastasia  (photo wikipedia)

Place Sant'Anastasia (photo wikipedia)

En face, l'entrée de la Basilique Sant' Anastasia

En face, l'entrée de la Basilique Sant' Anastasia

Le portail de la Basilique vu de près

Le portail de la Basilique vu de près

L'entrée latérale de l'église San Pietro Martire et l'Arca di Castelbarco à sa droite
L'entrée latérale de l'église San Pietro Martire et l'Arca di Castelbarco à sa droite

L'entrée latérale de l'église San Pietro Martire et l'Arca di Castelbarco à sa droite

LArca di Castelbarco et le Tombeau de Gugliermo da Castelbarco au-dessus
LArca di Castelbarco et le Tombeau de Gugliermo da Castelbarco au-dessus

LArca di Castelbarco et le Tombeau de Gugliermo da Castelbarco au-dessus

 

 

Une autre église renommée à Vérone est la magnifique Cathédrale Santa Maria Matricolare qu'on appelle aussi  le "Duomo di Verona"...

 

Cette cathédrale de style roman est construite à l'emplacement de deux anciens édifices dont on retrouve des traces. 

En fait il s'agit non pas d'un seul édifice mais de tout un complexe qui est situé sur la rive droite de l'Adige et qui se reconnaît grâce au clocher blanc, sans flèche.

 

La façade, construite en tuf alternant avec des briques, est caractérisée par le porche d'entrée avec ses deux griffons qui l'ornent les deux côtés.  

 

 

Entrée de la Cathédrale Santa Maria Matricolare ou Duomo
Entrée de la Cathédrale Santa Maria Matricolare ou Duomo
Entrée de la Cathédrale Santa Maria Matricolare ou Duomo

Entrée de la Cathédrale Santa Maria Matricolare ou Duomo

 

Hélas, beaucoup de mes photos ont été trop sombres.

Je vous donne donc un simple aperçu de l'intérieur d'une grande richesse. Il y a de nombreuses chapelles latérales, des monuments funèbres, plusieurs orgues et un choeur magnifique...

 

Par exemple, je n'ai pas réussi mes photos de l'horloge monumentale qui se trouve en contre-façade, ni de la chaire toute en marquetterie, je les ai donc emprunté à wikipedia.

 

Photos wikipedia
Photos wikipedia

Photos wikipedia

 

N'oubliez pas de cliquer sur les flèches

 

pour faire défiler les photos du diaporama. 

 

L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...
L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...

L'intérieur du Duomo : sculptures, fresques et marbre blanc...

 

 

Puis nous avons visiter le joli cloître roman qui se trouve quelques rues plus loin et fait partie du complexe du Duomo...

En allant au cloître...

En allant au cloître...

Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.
Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.
Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.

Le cloître roman derrière lequel on aperçoit le clocher blanc du Duomo.

 

Je ne suis pas allée jusqu'au théâtre romain ; je n'ai pas visité non plus la basilique Saint Zenon construite au IVème siècle ; et bien d'autres monuments...

 

J'aurais aimé flâner sur un des magnifiques ponts de la ville mais je n'ai pas eu le temps de le faire.

 

Alors nous terminerons tout simplement la visite par une petite balade sur les bords de l'Adige...

Les bords de l'Adige et l'église San Giorgio in Braida
Les bords de l'Adige et l'église San Giorgio in BraidaLes bords de l'Adige et l'église San Giorgio in Braida
Les bords de l'Adige et l'église San Giorgio in BraidaLes bords de l'Adige et l'église San Giorgio in Braida

Les bords de l'Adige et l'église San Giorgio in Braida

 

L'Adige, comme beaucoup de fleuves, a aussi quitté fréquemment son lit et je vous assure que lorsqu'on se promène sur ses berges et que l'on voit jusqu'où les eaux sont montées lors de la crue mémorable de 1882, c'est tout à fait impressionnant...

A cette époque le fleuve avait rompu les digues en neuf points, entrainant l'inondation d'une partie de la ville de Trente, en amont de Vérone.

 

Pour sauver la ville de Vérone des inondations à venir, un tunnel a ensuite été construit durant la seconde partie du XXème siècle. Il permet le déversement des eaux du fleuve dans le lac de Garde, en cas de forte crue.

Mais ce déversement met en péril l'équilibre écologique du lac.

C'est donc une solution de secours qui ne peut être utilisée qu'en cas d'extrême urgence...

D'autres crues moins importantes, mais non moins dévastatrices, ont eu lieu en 1966 et 1981. A ces deux occasions le tunnel a été utilisé...et a fait ses preuves pour protéger à la fois les populations mais aussi le patrimoine local. 

 

Le niveau de l'eau en 1882.

Le niveau de l'eau en 1882.

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans voyage Italie Vérone
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 06:23

 

Si vous le voulez bien, je vais encore vous parler un peu de Vérone...

 

La seconde place importante de Vérone est la Piazza dei Signori (= la Place des Seigneurs).

Elle date du Moyen Âge, du temps où la famille Scaligeri régnait sur Vérone...

 
Vérone (5) La Piazza dei signori

 

Elle est moins pittoresque et plus solennelle que la Piazza delle Erbe, mais beaucoup plus tranquille...car elle n'est pas le carrefour obligé de tous les habitants : il y a seulement les touristes qui s'y rendent et les quelques personnes qui travaillent dans le coin !

 

Cette place était le coeur politique de la ville. C'est là que résidaient les puissants maîtres de l'ancienne Vérone !

Du coup l'architecture est encore très riche car la place est bordée de nombreux palais construits entre le XIIème et le XVème siècle présentant de nombreuses arcades, des blasons en marbre en façade, des fenêtres à l'architecture variée...

 

On la surnomme aussi la Piazza Dante car la statue du poète, sculptée en marbre blanc de Carrare, et mesurant environ 5 mètres, est érigée en son centre depuis 1865, date à laquelle on a célébré le 600ème anniversaire de sa naissance.

Dante est vénéré à Vérone car il y passa treize ans de sa vie en exil. 

 

La statue de Dante

La statue de Dante

 

A peine arrivé sur la place,  on aperçoit d'abord le Palazzo Domus Nova, à notre gauche. Construit au XIIIème, il a été renové au XVIIème lors de la chute des Scaligeri, et arbore maintenant une superbe façade blanche néoclassique.

Ce palais fut la résidence des juges vénitiens. On le surnomme d'ailleurs aussi le Palazzo dei Giudici (ou Palais des Juges).

 

C'est très compliqué de retenir le nom des palais car ils ont souvent changé de nom au cours de l'histoire et selon l'usage qu'ils ont eu au cours du temps...

Ne vous inquiétez pas...je ne ferai pas d'interro !

 
Le Palazzo Domus Nova

Le Palazzo Domus Nova

 

Puis à côté se trouve une maison datant du XIVème siècle et qui a été entièrement rénovée dans le style Renaissance et accueille au rez-de-chaussée, l'Antico Caffè Dante, le plus vieux café de Vérone, construit en 1837.

C'est la Casa della Pietà...

La Casa della Pietà

La Casa della Pietà

 

Sa façade rouge s'agrémente d'un bas-relief représentant une femme assise et tenant un drapeau, symbole de la ville de Vérone sous le règne de Venise.

On y trouve aussi plusieurs sculptures en marbre blanc qui je crois représentent l'aigle impérial, aigle qui se retrouve aussi sur le blason des Della Scala (en italien on dit la  famiglia scaligera ou gli Scaligeri).

 

Les sculptures en marbre blanc apposées sur la façade
Les sculptures en marbre blanc apposées sur la façade

Les sculptures en marbre blanc apposées sur la façade

 

A droite, une arcade sépare la Casa della Pietà de la Loggia del Consiglio

Sur l'arcade, on aperçoit la statue de Girolamo Fracastoro (Jérôme Fracastor), natif de Vérone et considéré comme un des plus grands médecins de tous les temps. Il était également astronome et philosophe. La statue a été édifiée deux ans après sa mort survenue en 1553.

 

 Statue de Girolamo Fracastoro
 Statue de Girolamo Fracastoro

Statue de Girolamo Fracastoro

 

La Loggia del Consiglio a été construite au XVème siècle et accueillait, comme son nom nous l'indique, les réunions du Grand Conseil.

Au sommet se trouvent des statues représentant des poètes et historiens qui font partie, eux aussi, des personnages célèbres de Vérone.

De nombreuses sculptures et des fresques décorent le bâtiment...

La  Loggia del Consiglio
La  Loggia del Consiglio

La Loggia del Consiglio

 

Au fond de la place, à côté de la Loggia del Consiglio se trouve le Palazzo del Podestà. Il s'agit d'un manoir médiéval, utilisé ensuite comme résidence des seigneurs.  On l'appelle aussi le Palazzo Scaligeri et Palais de la Préfecture !

Vous avez le choix...

C'est dans cette maison que Dante a vécu ses années d'exil. 

 

Le bâtiment est caractérisé par ses créneaux en queue d'aronde que l'on voit plutôt sur la photo empruntée à wikipedia car lorsque j'étais à Vérone, il y avait des travaux de rénovation sur la façade, donc des échaffaudages et de grands plastiques devant les fameux créneaux !.

Le portail qui rappelle les arcs de triomphe romains s'appelle le portail de Sanmicheli, du nom de Michele Sanmicheli qui l'a réalisé en 1553.

A l'époque de la domination vénitienne, le lion, symbole de Venise a été rajouté sur la façade du palais. 

Voilà à quoi ressemblait le palais lors de ma visite !

Voilà à quoi ressemblait le palais lors de ma visite !

Photo wikipedia !

Photo wikipedia !

Le portail du Palazzo del Podestà avec son lion

Le portail du Palazzo del Podestà avec son lion

 

 

Une des façades du palais donne aussi sur la cour des tombeaux de la famille Scaligeri, juste sur le parvis de l'église de Santa Maria Antica qui était la chapelle de la famille.

Les tombeaux sont décorés de sculptures gothiques que personnellement j'apprécie moins, mais qui restent remarquables par le travail qu'elles représentent. 

Les sculptures décrivent de véritables faits d'arme des défunts et racontent donc l'histoire héroïque de la famille...

 

Les tombeaux et leurs décorations sculpturales
Les tombeaux et leurs décorations sculpturales
Les tombeaux et leurs décorations sculpturales
Les tombeaux et leurs décorations sculpturales
Les tombeaux et leurs décorations sculpturales
Les tombeaux et leurs décorations sculpturales

Les tombeaux et leurs décorations sculpturales

 

Enfin, on peut y admirer aussi le Palazzo del Capitano datant du XVIème siècle (Palais du Capitaine) ancienne demeure du gouverneur de la ville qui est devenu le Palazzo dei Tribunali (Palais de Tribunal) .

Au départ ce grand palais avait été construit avec trois tours carrées aux angles de l'édifice. Il en reste une seule rénovée en 1882. La tour est visible aussi bien de la Piazza delle Erbe que de la Piazza dei Signori.

Elle est reliée par un arc au Palazzo del Comune (Palais de la Commune) qui s'appelle aussi le Palazzo della Ragione.

 

Même moi je m'y perds avec tous ces palais qui changent de nom !!

 

 

Le  Palais du Capitaine

Le Palais du Capitaine

 

 

Le Palazzo della Ragione contient dans sa cour intérieure un bel escalier de pierre, datant du XVème siècle que je n'ai pas pu voir.

Palazzo della Ragione
Palazzo della Ragione

Palazzo della Ragione

 

Notre voyage à Vérone est presque terminé...

Le  dernier épisode en photos très bientôt ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans voyage Vérone Italie
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 06:43

 

Encore une petite visite de Vérone, une ville inscrite, je vous le rappelle au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO pour l'ensemble de ses monuments...

 

Pour la suite de notre petit périple, nous allons nous rendre sur la Piazza delle Erbe (Place des herbes), une visite incontournable...

Car c'est la plus belle place de Verone !

 

L'idéal est de la visiter tôt le matin, avant que les étals du marché à touriste pittoresques certes, mais envahissants, ne prennent place... ou alors le soir tard, lorsque les marchands ont plié boutique.

Sinon comme cela a été mon cas, impossible de faire de belles photos...car en plus du marché à touristes qui se tient là tous les jours y compris souvent le dimanche, il y a le marché traditionnel où vous pourrez acheter oranges ou tomates selon la saison et de plus, les bars et restaurants envahissent le peu d'espace restant pour y installer tables et chaises au soleil...

C'est ça aussi l'Italie !

 

 

 

Une vue sur le marché : légumes et chapeaux se côtoient...

Une vue sur le marché : légumes et chapeaux se côtoient...

Cette place est vieille de 2000 ans : elle est située à l'emplacement exact de l'ancien forum romain, pôle principal de la vie publique.

Elle est encadrée de palais datant du Moyen-Âge ou de la Renaissance. 

De cette place partent la plupart des rues importantes de la ville : elle est donc le lieu du passage obligé pour tous les habitants de Vérone et pour les touristes.

 

Au centre de la place se trouve le Capitello, ou berlina, une tribune datant du XIIIème ou XIVème siècle (la date varie selon les sites).

Cette construction en marbre servait à annoncer les décrets et les sentences...Elle porte sur les pilastres les mesures commerciales de l'époque.  

 
Le capitello

Le capitello

 

On trouve aussi sur la place, la colonne de Saint-Marc, avec son lion ailé (symbole de Venise). Elle date de 1523 et a été bâti en marbre blanc.

Le premier lion a été détruit par les français et celui que nous admirons aujourd'hui est plus récent puisqu'il date de 1886.

 

 

Le lion ailé symbole de Venise

Le lion ailé symbole de Venise

 

Puis on découvre la fontaine de la Madonna Verona, surmontée de sa statue romaine datant de 380, qui a donné son nom à la ville. 

 

Sur la photo ci-dessous, vous pouvez déjà admirer, par derrière la fontaine, les fresques murales sur la façade de la Casa Mazzanti.

 

La fontaine de la Madonna Verona surmontée de sa statue romaine

La fontaine de la Madonna Verona surmontée de sa statue romaine

 

Au fond, (au loin) on peut voir le très beau Palazzo Maffei, un palais baroque décoré de statues datant de 1668, et à côté, la Torre del Gardello datant de 1370. Impossible de faire des photos plus proches car le marché envahit toute la place.

 

Au premier plan, sur la photo ci-dessous, vous avez une vue sur la colonne de Visconti, une petite colonne antique utilisée comme sanctuaire.

 

Le marché de la Piazza delle Erbe avec au fond le Palazzo Maffei avec la Torre del Gardello

Le marché de la Piazza delle Erbe avec au fond le Palazzo Maffei avec la Torre del Gardello

La Torre del Gardello

La Torre del Gardello

La colonne antique de Visconti à l'entrée de la place, devant le donjon

La colonne antique de Visconti à l'entrée de la place, devant le donjon

 

Puis à droite de la place, le Palazzo del Comune dont la façade blanche est de style néoclassique avec sa tour horloge médiévale, haute de 83 mètres, appelée la Torre dei Lamberti.

A côté un donjon médiéval subsiste de l'ancienne bâtisse et domine aussi la Place des Seigneurs (de l'autre côté) dont je vous parlerai bientôt...

La Torre dei Lamberti accolée au Palazzo del Comune

La Torre dei Lamberti accolée au Palazzo del Comune

 

A droite, entre le Palazzo del Comune et le palazzo Maffei, la Casa Mazzanti est décorée de superbes fresques du XVIème siècle. 

Vous voyez ces fresques encore mieux sur une des premières photos de l'article, derrière la statue romaine de la Madonna Verona.

 

 

 

 

La casa Mazzanti décorée de fresques, que vous avez pu déjà observer sur la 1ère photo de l'article.

La casa Mazzanti décorée de fresques, que vous avez pu déjà observer sur la 1ère photo de l'article.

 

La partie gauche de la place est occupée par des constructions récemment rénovées où se trouvent tout simplement ...des habitations !

 

 

La partie gauche de la place

La partie gauche de la place

 

Et voilà la visite se termine pour aujourd'hui : vous avez fait le tour d'une des plus belles places d'Italie, mais je vous rassure, il me reste encore quelques photos de Vérone que je vous montrerai très bientôt... 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans voyage Italie Vérone
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 06:44
Le Castelvecchio encore une construction toute rose !

Le Castelvecchio encore une construction toute rose !

Aujourd'hui, pour continuer la visite de Vérone (si je vous ennuie...eh bien dites-le moi et je ne vous montrerai pas la suite !), je vais vous faire visiter le Castelvecchio...la forteresse de Vérone.

Bon pour ceux qui ne parlent pas italien, "Castelvecchio" est la contraction de "castello" (château) et "vecchio" (vieux)...

Vous voyez c'est pas compliqué l'italien !

 

Ce lieu est le témoin le plus important de l'architecture médiévale de Vérone.

Il a en effet été édifié entre 1354 et 1356, pour défendre la ville des invasions venant de l'extérieur et en particulier de l'Adige (le fleuve qui traverse Vérone).

 

Mais la forteresse a permis aussi de protéger la famille des Scaligeri des émeutes du peuple. Construit par Cangrade II della Scala (homme politique important et seigneur de Vérone), c'était la résidence des seigneurs. Le pont sur l'Adige permettait de traverser à pied le fleuve et de sortir rapidement de la ville en cas d'urgence...

 

Ainsi les seigneurs et leurs familles pouvaient sauver leur peau pendant que le peuple se battait !

 

Lorsque la ville de Vérone est rattachée à la République de Venise, le castelvecchio est utilisé comme caserne militaire.  En 1797, il est même le siège d'affrontements violents contre l'armée napoléonienne, ce qui lui occasionne de nombreux dommages. 

Puis le bâtiment est entièrement rénové et la façade côté fleuve, reconstruite en style néoclassique. Mais le bâtiment reste toujours un édifice militaire...cependant ses tours ont été rabaissées et il ne ressemble plus à un édifice médiéval.

 

N'oubliez pas de cliquer sur les photos pour les voir en grand...

 
 
Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours. Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours.
Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours. Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours.
Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours. Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours.

Quelques vues du Castelvecchio...aujourd'hui avec ses tours.

 

 

C'est au XXème siècle que le directeur des musées de la ville, Antonio Avena, et l'architecte Ferdinando Forlati, décident de réhabiliter les créneaux de l'enceinte...et de redonner son aspect médiéval au bâtiment.

Les tours sont alors reconstruites à l'identique...

L'extérieur et les jardins sont par contre conservés, plutôt dans le style Renaissance...

 

 

 

En 1925, le palais intérieur du Castelvecchio, ancienne résidence des Scala, devient un musée qui sera à nouveau rénové en 1956, par l'architecte Carlo Scarpa, spécialiste de la rénovation et de la modernisation des musées. 

Le lieu est aujourdh'ui un chef d'oeuvre de la muséographie italienne. 

 

Le bâtiment renfermant le musée, vu de la cour intérieure.Le bâtiment renfermant le musée, vu de la cour intérieure.
Le bâtiment renfermant le musée, vu de la cour intérieure.Le bâtiment renfermant le musée, vu de la cour intérieure.

Le bâtiment renfermant le musée, vu de la cour intérieure.

 

Je n'ai malheureusement pas eu le temps de visiter ce musée et c'est aussi pour cela que je voudrai retourner à Vérone, car il contient de nombreux objets datant de l'Antiquité (comme des armes et des céramiques), du Moyen Âge ou de la Renaissance, comme des peintures et sculptures parmi lesquelles des statues du XIVème siècle, des portraits de Giovanni Francesco Caroto ainsi que les oeuvres de grands maîtres vénitiens comme Bellini, Véronèse....

 

Mais il me faudrait plusieurs vies pour réaliser tous mes rêves !

 

 

Portrait d'un jeune enfant avec un dessin
Vérone, musée de Castelvecchio

Giovanni Francesco Caroto

 

 

Et voilà le Castelvecchio et le pont du même nom le soir, vu de l'Adige lorsque j'ai quitté la ville...

Non...ce n'est pas vrai, en fait j'ai complètement raté ma photo...

Mais bon allez, je vous la mets quand même.

Et pour vous consoler, je vous en mets une de Wikipedia !

Ma photo et celle de wikipedia ! Vous voyez bien que le pont est rose...
Ma photo et celle de wikipedia ! Vous voyez bien que le pont est rose...

Ma photo et celle de wikipedia ! Vous voyez bien que le pont est rose...

Venez nous rejoindre chez Bernie ou voir les participations des autres blogs...

Venez nous rejoindre chez Bernie ou voir les participations des autres blogs...

Partager cet article

Repost 0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 07:00
Le balcon de Giulietta à Vérone

Le balcon de Giulietta à Vérone

 

La semaine dernière, nous avons visité l'amphithéâtre romain de Vérone et ses alentours...

 

Cette semaine, je vous emmène encore à Vérone pour la suite de la visite de la "ville des amoureux" appelée encore, la "ville des amants de Vérone".

On surnomme ainsi la ville rose italienne, car Shakespeare y a transporté son "Romeo et Juliette" et vous pouvez aller y visiter le fameux balcon, si vous arrivez à vous en approcher tant les lieux grouillent de monde...

 

 

La Casa di Giulietta (la maison de Juliette) se trouve au numéro 23 de la Via Cappello, tout près de la superbe Piazza delle Erbe que je vous ferai visiter peut-être, la semaine prochaine. 

 

La maison a été construite au XIIème siècle par la famille noble Dal Cappello.

Lorsque William Shakespeare publie au XVIème siècle "Romeo et Juliette", sa tragédie bien connue dont l'action se situe dans la ville de Vérone, il n'en faut pas plus pour que la ville devienne la plus romantique des cités italiennes !

 

C'est seulement au XIXème siècle qu'un rapprochement est fait entre la famille Dal Cappello et le nom de famille de Juliette dans la tragédie de Shakespeare "Capuleti" en italien (Capulet en Français). La légende était née...

 

Depuis tous les amoureux pensent que c'est dans cette maison, et de ce balcon que Juliette écoutait son amant, Roméo Montaigu, lui déclarer avec ferveur et passion son amour...éternel !

 

En 1905, la maison est transformée en musée. Entre 1936 et 1940, la demeure seigneuriale est totalement restaurée et c'est Antonio Avena qui y fait installer le fameux balcon sur la façade de la cour intérieure de cette magnifique demeure...

Le musée (que je n'ai pas visité) est aménagé avec des meubles des XVIème et XVIIIème siècles, des tableaux et gravures qui retracent l'histoire de Roméo et Juliette, des costumes d'époque et des céramiques datant de la Renaissance...

 

 

Vue de la maison de Juliette sur la Via Cappella

Vue de la maison de Juliette sur la Via Cappella

La maison de Juliette à l'arrivée dans la cour intérieure, vue de bas en haut.
La maison de Juliette à l'arrivée dans la cour intérieure, vue de bas en haut.
La maison de Juliette à l'arrivée dans la cour intérieure, vue de bas en haut.

La maison de Juliette à l'arrivée dans la cour intérieure, vue de bas en haut.

 

Roméo et Juliette se sont promis un amour éternel dans cette cour... nous dit la légende.

Depuis tous les amoureux du monde font la même chose et viennent s'embrasser sur le balcon...

Ils se prennent en photo avec la main négligemment posée sur le sein droit de Juliette (pour les femmes) ce qui est censé leur porter chance en amour !

 

La statue en bronze de Juliette, sculptée par Nereo Costantini, est également censée porter bonheur aux célibataires qui cherchent l'amour éternel...

Il suffit d'y croire !

 

 

 

 

 
La statue de Juliette qui se trouve dans la cour face au porche d'entrée.

La statue de Juliette qui se trouve dans la cour face au porche d'entrée.

 

C'est par une arcade que les visiteurs vont entrer dans la cour intérieure où se trouvent  le célèbre balcon (à droite)  et la statue de Juliette (en face). 

Tous les murs intérieurs de l'arcade sont tapissés de voeux, de coeurs et de graffitis multicolores laissés par les amoureux de passage. 

Vous pourrez aussi laisser un mot sur les murs...si cela ne vous traumatise pas de dénaturer ainsi les lieux.

Mais, je l'avoue, après un premier moment de surprise, j'ai trouvé que tout cela avait un côté émouvant...

 

 

 

Les inscriptions sur le mur de tous les amoureux venus sur les lieux...Les inscriptions sur le mur de tous les amoureux venus sur les lieux...
Les inscriptions sur le mur de tous les amoureux venus sur les lieux...

Les inscriptions sur le mur de tous les amoureux venus sur les lieux...

 

Si vous ne voulez pas apposer votre propre graffiti sur les murs, vous pouvez alors accrocher un cadenas sur le mur réservé à cet effet...

Le mur de cadenas

Le mur de cadenas

 

En fait vous pouvez aussi, si vous avez le temps, vous rendre à l'écart du centre ville (rue Arche Scaligere au numéro 4). Là, un château privé médiéval appartenant à la famille des Montecchi, serait en fait  la demeure où vécut Roméo...

 

Enfin c'est ce que nous dit la légende mais à ce stade là, nous ne savons plus qui il faut croire !! 

La Maison de Romeo (photo wikipedia) / ma photo était ratée !

La Maison de Romeo (photo wikipedia) / ma photo était ratée !

 

Enfin pour clore la visite de ces lieux riches en énergie positive, vous pourrez aller visiter le Tombeau de Juliette qui se trouve sur les lieux où les deux amants se sont mariés, puis donnés la mort, c'est-à-dire dans l'Eglise de San Francesco in Corso (XIIIème siècle). 

 

Personnellement je n'ai pas pu y aller...

J'ai donc emprunté la photo sur wikipedia.

J'ai donc emprunté la photo sur wikipedia.

 

 

Bonne semaine romantique à tous ! 

Rejoignez-nous chez Bernie pour #lundisoleil

Rejoignez-nous chez Bernie pour #lundisoleil

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans lundisoleil voyage
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 06:36
Les arènes (en travaux) vues de l'extérieur

Les arènes (en travaux) vues de l'extérieur

Toulouse est la ville rose française de Bernie, mais savez-vous qu'il existe une ville rose en Italie du nord ? C'est Vérone... 

...la ville des amoureux, entièrement construite en marbre rose de la région !

 

C'est la plus belle ville d'Italie du Nord après Venise. On la surnomme aussi la "piccola Roma", la petite Rome à cause de sa richesse en monuments romains. 

J'ai eu la chance d'en faire une visite rapide, il y a déjà 4 ans, à mon retour d'un voyage​ à Venise. Je n'ai jamais eu le temps de montrer les quelques photos réalisées là-bas.

En voici un petit aperçu...rose !

Quand je vois ces quelques photos je n'ai qu'une seule envie, c'est d'y retourner...

A Vérone se côtoient des monuments romains, gothiques ou datant de la Renaissance. La ville est traversée par l'Adige, je devrais même dire encerclée, et grâce à ce fleuve, elle a été le siège d'un passage important tout au long de son histoire...

 

 

Le premier monument remarquable en arrivant à Vérone est celui des Arènes, datant du Ier siècle après J.-C..

Les Arènes se trouvent sur la piazza BRA, à côté d'un superbe parc permettant de se reposer en cas de besoin.

C'est l'un des plus grands amphithéâtres du monde romain et un des mieux conservé : il peut contenir sur 44 étages de gradins, 25 000 spectateurs. Il mesure 138 mètres de long. Il a été construit en blocs de marbre rose, de silex ou de briques. Détruit en partie au XIIème siècle par un tremblement de terre, il a été entièrement rénové.

 

La scène des arènes est utilisée chaque année, pour un festival d'art lyrique renommé qui attire les foules mais aussi, tout au long de l'année pour des concerts et spectacles.

 

L'amphithéâtre et la vue sur la scène installée en bas des gradins
L'amphithéâtre et la vue sur la scène installée en bas des gradinsL'amphithéâtre et la vue sur la scène installée en bas des gradins

L'amphithéâtre et la vue sur la scène installée en bas des gradins

 

De l'autre côté de la place se trouve le large trottoir pavé (le Liston) où les habitants de Vérone, comme c'est la tradition en Italie, se promènent en famille. Il est lui aussi en marbre rose...

 

Du haut des arènes, la vue est magnifique non seulement sur les constructions alentour, comme le Palazzo Gran Guardia et le Palazzo Barbieri où se trouve aujourd'hui l'hôtel de ville, mais aussi sur le parc et sur les terrasses des cafés et restaurants, ainsi sur les petites terrasses en hauteur qui font le charme des villes italiennes.

 

N'oubliez pas de cliquer sur les photos pour les voir en grand !  

 

 

 

La vue du haut des arènes romaines : le Palazzo Gran Guardia caché par les arbres du parc, le Palazzo Barbieri, le parc et les restaurants, puis les petites terrasses en hauteurLa vue du haut des arènes romaines : le Palazzo Gran Guardia caché par les arbres du parc, le Palazzo Barbieri, le parc et les restaurants, puis les petites terrasses en hauteur
La vue du haut des arènes romaines : le Palazzo Gran Guardia caché par les arbres du parc, le Palazzo Barbieri, le parc et les restaurants, puis les petites terrasses en hauteurLa vue du haut des arènes romaines : le Palazzo Gran Guardia caché par les arbres du parc, le Palazzo Barbieri, le parc et les restaurants, puis les petites terrasses en hauteur

La vue du haut des arènes romaines : le Palazzo Gran Guardia caché par les arbres du parc, le Palazzo Barbieri, le parc et les restaurants, puis les petites terrasses en hauteur

 

 

Bonne semaine à tous...

et à lundi prochain pour la suite de la visite...

 

 

Venez nous rejoindre chez Bernie !

Venez nous rejoindre chez Bernie !

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans voyage Italie Vérone
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 06:43
La vue sur les montagnes enneigées

La vue sur les montagnes enneigées

 

Lors de notre dernier séjour dans la Drôme qui remonte aux dernières vacances scolaires, nous sommes allés sur le plateau calcaire de Solaure.

 

Pour cela,  il faut quitter la ville de Die en remontant la rivière en direction de Pont-de-Quart, puis dans ce petit village, prendre la route de Luc-en-Diois. A environ 3km sur cette route, il faut tourner à droite pour prendre la petite route qui monte vers le hameau-village de Montmaur-en-Diois (environ 80 habitants). 

 

Après le village et le passage à proximité du vieux village où nous nous arrêterons un autre jour, la route goudronnée devient une piste qui serpente sous les pins et monte peu à peu au col du Royet (1144 mètres d'altitude) où vous pourrez laisser la voiture. 

 

Nous sommes dans la forêt domaniale de Solaure.

 

De nombreuses personnes montent sur le plateau (ou le col du Royet) en VTT ou à pied soit à partir de Montmaur-en-Diois, soit à partir de la croix de Justin dont je vous parlerais plus tard sans doute qui se situe juste au dessus de Die (ou autres...).

Mais avec les enfants, ce circuit est beaucoup trop long et nous avons préféré privilégier une balade plus tranquille, vous vous en doutez !

 

Nous prenons le sentier qui permet de monter sur le plateau à pied et qui serpente au milieu des pins...

 
L'arrivée au col du Royet

L'arrivée au col du Royet

 

 

Du plateau de Solaure (1262 mètres d'altitude) nous avons une vue remarquable sur les villages de la vallée, sur la Drôme et même sur un de ses affluents (le Bez) puisque nous sommes à plus de 800 mètres en hauteur. 

 

La vallée de la Drôme et les montagnes vu du plateauLa vallée de la Drôme et les montagnes vu du plateau
La vallée de la Drôme et les montagnes vu du plateauLa vallée de la Drôme et les montagnes vu du plateau

La vallée de la Drôme et les montagnes vu du plateau

 

Et nous pouvons aussi admirer de cette saison, le plateau du Vercors ainsi que  les montagnes encore enneigées du Dévoluy. 

 

 

 

 

Le Plateau du Vercors et le Dévoluy enneigés
Le Plateau du Vercors et le Dévoluy enneigés
Le Plateau du Vercors et le Dévoluy enneigés
Le Plateau du Vercors et le Dévoluy enneigés
Le Plateau du Vercors et le Dévoluy enneigés

Le Plateau du Vercors et le Dévoluy enneigés

 

Ensuite nous avons toute latitude pour marcher en traversant le plateau jusqu'à son extrémité..

 

Les enfants peuvent courir et jouer, mais nous ne nous approchons pas avec eux de la falaise : il y a un petit sentier qui la borde et que je vous montrerai une autre fois, car il est bien trop dangereux avec de jeunes enfants...

 

Sur le plateau, je suis surprise de voir autant de pins infestés par les chenilles processionnaires... (encore plus, que chez nous au Sud !) et nous devons éviter les sous-bois car de nombreuses chenilles sont au sol...en train de ramper !

Les pins noirs (ou à crochets) sont infestés par les chenilles...Les pins noirs (ou à crochets) sont infestés par les chenilles...
Les pins noirs (ou à crochets) sont infestés par les chenilles...
Les pins noirs (ou à crochets) sont infestés par les chenilles...Les pins noirs (ou à crochets) sont infestés par les chenilles...

Les pins noirs (ou à crochets) sont infestés par les chenilles...

 

Au milieu du plateau, nous retrouvons les ruines d'un jas, c'est-à-dire...d'une construction en pierres sèches, qui servait autrefois de bergerie et d'habitation saisonnière pour les bergers. 

Le jas en ruineLe jas en ruine
Le jas en ruineLe jas en ruine

Le jas en ruine

 

Les murs sont par endroit bien conservés et on peut admirer le travail de patience des constructeurs.

Un des murs bien conservés

Un des murs bien conservés

 

On retrouve aussi la citerne qui permettait de s'approvisionner en eau potable car sur le plateau, point de source...

Elle est maintenant envahie par les arbustes, comme toute la ruine.

La citerne

La citerne

 

En avril, la flore du plateau est pour l'instant peu fournie. La neige était encore présente il y a trois semaines.

Nous retrouvons bien sûr des pins noirs, des pins à crochets mais surtout le superbe pin sylvestre à l'écorce rousse et aux petites aiguilles piquantes qui n'est, lui, pas du tout infesté par les chenilles...

Deux spécimens de pin sylvestre
Deux spécimens de pin sylvestre

Deux spécimens de pin sylvestre

 

Au niveau des arbustes, on retrouve aussi beaucoup de genévriers communs...dont nous pourrons venir récolter les baies de genièvre dès l'automne.

Des genévriers communs
Des genévriers communs

Des genévriers communs

 

Puis de multiples fleurs commencent à colorer le paysage...

Les primevères sauvages ne sont pas encore fleuries, mais on trouve déjà quelques coucous.

Un coucou un peu isolé car le plateau est assez sec

Un coucou un peu isolé car le plateau est assez sec

 

Dans la montée, nous avions trouvé des potentilles à fleurs jaunes...bien implantées dans les rochers. 

Des potentilles formant de superbes touffes dans les rochers.
Des potentilles formant de superbes touffes dans les rochers.

Des potentilles formant de superbes touffes dans les rochers.

 

Quelques anémones hépatiques (Hepatica triloba) à fleurs bleues pointent le bout de leur nez et forment quelques touffes colorées.

Elles amusent les enfants qui en ramassent quelques fleurs, puis se précipitent sur une fourmilière pour les observer en train de changer de couleur...sous l'effet de l'acide formique, que les fourmis ne manquent pas de projeter pour se défendre. C'est magique !

Vous pouvez aussi essayer avec d'autres fleurs bleues (par exemple les campanules en été...) : ça marche à tous les coups !

Il suffit de poser la fleur au milieu de la fourmilière (pour les enfants), ou de l'agiter assez près, au-dessus. Dans ce dernier cas, on sent très bien les petites projections de liquide sur la main !

Et voilà le résultat  !: La fleur bleue se teinte de rose...
Et voilà le résultat  !: La fleur bleue se teinte de rose...
Et voilà le résultat  !: La fleur bleue se teinte de rose...
Et voilà le résultat  !: La fleur bleue se teinte de rose...
Et voilà le résultat  !: La fleur bleue se teinte de rose...

Et voilà le résultat !: La fleur bleue se teinte de rose...

 

Puis nous voyons plusieurs specimens d'hellébore fétide, une plante toute verte...y compris les fleurs. Cest une des premières plantes à fleurir au printemps dès la fonte de la neige. 

L’hellébore fétide.
L’hellébore fétide.

L’hellébore fétide.

 

Avant de prendre le chemin du retour, nous observons du plateau, le col du Royet où notre voiture est cachée derrière les arbres.

Vue sur le chemin et le col du Royet

Vue sur le chemin et le col du Royet

 

Puis nous prenons le temps de regarder une dernière fois les montagnes et en particulier, les Trois Becs...

Les trois becs déjà dans l'ombre ...

Les trois becs déjà dans l'ombre ...

Partager cet article

Repost 0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:31
Vue des remparts...

Vue des remparts...

Aujourd'hui je vous propose une petite balade intramuros pour visiter la ville de Die, au pays de la Clairette et du picodon !

 

Cette commune de la Drôme est une sous-préfecture et la capitale du Diois. Elle est blottie au pied du plateau calcaire du Vercors, et en particulier de l'imposante Montagne de Glandasse, et traversée par la Drôme, une superbe rivière tantôt torrent à la fonte des neiges, tantôt rivière tranquille, propice à la baignade ou plus turbulente pour offrir les plaisirs de la descente en kayak.

Die fait partie du Parc Naturel Régional du Vercors.

Une vue de la ville avec le Glandasse enneigé par derrière.

Une vue de la ville avec le Glandasse enneigé par derrière.

Nous allons tout simplement visiter le centre ancien (selon le circuit proposé par l'office du tourisme) pour en apprendre un peu plus sur l'histoire de la ville et pour cela nous allons suivre tout simplement le circuit fléché...

 

Pour la petite histoire, la ville doit son nom à une déesse, la déesse Andarta...déesse qui fut certainement adoptée par les romains. Die était alors la capitale des Voconces et portait le nom de Dea (= déesse) Antarta. Une fois conquise par les romains, elle fut rebaptisée Dea Augusta Vocontioriom au IIIe siècle. Puis seul le nom de Dea subsista qui se transforma en Dia, puis devint...Die. 

Le plan du centre ville et de la balade

Le plan du centre ville et de la balade

 

1 - Au départ de l'office du Tourisme, le premier vestige bien visible est une tour polygonale (à sept pans). Il n'y a pas d'autres exemples dans le monde romain de tour de ce style. 

 

Tour polygonale ...à sept pans

Tour polygonale ...à sept pans

 

2- En continuant sur le trottoir, on longe les remparts. A cet endroit, n'importe quelle pierre, taillée ou pas a servi à l'édifier. On trouve en particulier des dalles, des tambours de colonnes cannelées ou lisses...

Des vestiges romains dans les remparts : dalles et tambours de colonnes.
Des vestiges romains dans les remparts : dalles et tambours de colonnes.
Des vestiges romains dans les remparts : dalles et tambours de colonnes.

Des vestiges romains dans les remparts : dalles et tambours de colonnes.

 

3- Il faut ensuite quitter le boulevard, pour monter vers la ville. On arrive sur une petite place qui plaît beaucoup aux enfants. 

De cette place, la vue sur le Glandasse est magnifique. Il est tout à fait plaisant de s'installer près de la fontaine, rafraichissante en été et de laisser les petits jouer sur le toboggan coloré, tout en admirant la vue !

Au milieu de la fontaine, se trouve le buste en bronze de la Comtesse de Die, une des premières poétesses occitanes qui vécut au XIIe siècle et écrivit des poèmes d'amour, dédiés au plus ancien troubadour de Provence, Raimbaut d'Orange.

 

Le buste de la Comtesse "maquillée" (!) sera prochainement nettoyé...

Le buste de la Comtesse "maquillée" (!) sera prochainement nettoyé...

 

4 - A gauche de la fontaine de la Comtesse, une grande place, la place de l'Evêché sur laquelle se trouve l'ancien Palais épiscopal.

 

A l'intérieur du palais se trouve la Chapelle Saint-Nicolas, aménagée dans une tour du rempart qui ceinture la ville.

C'était une ancienne chapelle privée des Evêques. Elle se visite ponctuellement, uniquement lors des visites guidées ou des journées du patrimoine, car elle contient deux vestiges remarquables de l'histoire de la ville, qui sont d'une grande fragilité.

 

Tout d'abord, une mosaïque datant du XIIe siècle symbolisant l'univers...la mosaïque des Quatre Fleuves qui servait de tapis d'autel. 

Autour de l'étoile polaire, axe du monde se trouve les quatre fleuves du paradis terrestre, symbolisés par des têtes de taureaux. Ces fleuves irriguent les quatre points cardinaux. On y trouve des animaux du monde marin, des végétaux, des animaux fantastiques...

Je n'ai pu la voir qu'une seule fois, lors d'une journée du patrimoine, il y a déjà quelques années et c'est vrai qu'elle est très belle mais nous n'avions pas eu le droit de la photographier. 

Par contre, Solange Giolito nous en parle sur son site Secretdiois. Je ne la connaît pas personnellement mais je sais, qu'elle a étudié cette mosaïque en détail et a beaucoup de choses à nous en dire sur son site, que je vous invite à découvrir et en particulier dans les pages où elle nous décrit la mosaïque secteur par secteur...

 

 

 

La partie centrale de la Mosaïque des Quatre Fleuves

La partie centrale de la Mosaïque des Quatre Fleuves

 

La deuxième particularité de cette chapelle Saint-Nicolas est de présenter des peintures murales et des papiers peints du XVIIIe siècle, très bien conservés ce qui est assez rare en France. 

 

5- Enfin sur la façade du palais, on peut aisément voir un Autel taurobolique, encastré dans le bâtiment.

Sept en tout ont été retrouvé à Die et ses environs, mais un a disparu...

Ce sont des autels antiques commémorant des "tauroboles", c'est-à-dire des sacrifices de taureaux associés à des crioboles (sacrifices de béliers) en l'honneur de la déesse Cybèle, la grande mère des dieux, dont le culte dominait au IIIe siècle.

 

L'autel taurobolique

L'autel taurobolique

En poursuivant la balade par la petite rue qui mène au Temple, vous délaissez une superbe maison avec jardin intérieur, par-dessus lequel on commence, de la place, à admirer l'arrière du Temple et le clocher porche de la Cathédrale...

La cathédrale et l'arrière du Temple vus de la place de l’Évêché.

La cathédrale et l'arrière du Temple vus de la place de l’Évêché.

 

6 - Le temple protestant n'a été acheté par les protestants qu'en 1830. Auparavant, c'était une chapelle appartenant aux Jésuites.

Vous pouvez admirer sa porte à deux vantaux, style Louis XIV... et le détail d'un des angelots sculptés sur les vantaux en vis à vis...

La porte à deux vantaux du Temple

La porte à deux vantaux du Temple

Un des angelots sculptés

Un des angelots sculptés

 

7 - Face au Temple, la maison "Faure de Vercors" est une demeure écclésiastique du XVe siècle présentant une tourelle d'escalier à vis, une porte à accolade et des fenêtres à meneaux...

La maison "Faure de Vercors"
La maison "Faure de Vercors"

La maison "Faure de Vercors"

 

8 - Au bout de la rue on arrive à la Cathédrale Notre-Dame. 

De la partie existante au XIe siècle, il ne reste que la sacristie. Le reste a été entièrement rebâti au XIIe siècle comme par exemple le clocher porche. 

 

 

 

La Cathédrale Notre-Dame de Die vue de la rue du marché

La Cathédrale Notre-Dame de Die vue de la rue du marché

La cathédrale de Die vue de la rue Saint- Vincent

La cathédrale de Die vue de la rue Saint- Vincent

 

 

La porte d'entrée possède un tympan du XIIe siècle qui est très abîmé. On y voit le Christ sur la croix, entouré de la Vierge et de Saint Jean, puis de deux soldats romains et des symboles des quatre évangélistes...

 

Le tympan de la porte d'entrée datant du XIIe

Le tympan de la porte d'entrée datant du XIIe

 

 

Les chapiteaux nous montrent des combats acharnés entre le bien et le mal...

Les chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de DieLes chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de DieLes chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de Die
Les chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de DieLes chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de DieLes chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de Die

Les chapiteaux de la Cathédrale Notre Dame de Die

 

9- Il faut continuer la visite par la rue du marché où se trouvaient anciennement des halles, aujourd'hui détruites. Le marché se tient d'ailleurs plus près de la Cathédrale sauf l'été où il envahit encore cette rue.

A gauche, on peut admirer une des plus anciennes demeures de la ville, la maison Lagier La Condamine, un hôtel particulier datant du XVIe siècle construit avec des pierres de l'ancienne cathédrale...

 

10- Au carrefour il faut prendre tout de suite à gauche et franchir le joli passage de la rue des Cordeliers... 

Passage de la rue des Cordeliers.

Passage de la rue des Cordeliers.

Il débouche sur l'ancienne Église des Cordeliers, témoin de leur passage puis de leur implantation dans la ville entre le XIIIe et le XVe siècle. 

L'Ancienne Église des Cordeliers.
L'Ancienne Église des Cordeliers. L'Ancienne Église des Cordeliers.

L'Ancienne Église des Cordeliers.

 

Il faut ensuite continuer jusqu'à la rue des quatre cantons, puis à gauche prendre la rue Emile Laurens, pour admirer les maisons anciennes qui comprennent toutes des jardins intérieurs magnifiques...

 

Un repère pour ne pas se perdre dans le dédale des rues étroites mais pleines de charme

Un repère pour ne pas se perdre dans le dédale des rues étroites mais pleines de charme

 

 

11- Les plus belles demeures de la ville se situent là...dont la Maison Engilboud de Saint Laurent, dont la façade date de la fin du XVIIe.

 

 

 

Une des petites rues du quartier.

Une des petites rues du quartier.

 

 

12- A la sortie de la rue du Four, nous arrivons sur la rue principale (piétonne tout l'été) où se trouve un hôtel particulier du XVIIIe siècle, qui abrite le Musée d'Histoire et d'Archéologie de la ville. 

Le Musée de Die contient de nombreux vestiges de l'époque romaine mais aussi de la préhistoire et du Moyen Âge répartis sur 8 salles.

 

Les indices pour trouver le Musée de la ville...
Les indices pour trouver le Musée de la ville...

Les indices pour trouver le Musée de la ville...

 

A partir de là, en longeant la rue Camille Buffardel, nous voilà au centre ville...

Cette rue principale est l'ancien Decumanus, l'un des deux axes principaux de la ville romaine. Pour rappel, la ville romaine de Die était le seul accès pour atteindre Grenoble par le plateau du Vercors. 

Nous la continuons pour prendre sur la gauche la petite rue de Chastel qui monte dans les quartiers anciens et piétons de la ville...une petite balade adorable dans des rues tranquilles et fleuries. 

Une charmante petite rue pavée déjà fleurie en ce mois d'avril 2016.
Une charmante petite rue pavée déjà fleurie en ce mois d'avril 2016.
Une charmante petite rue pavée déjà fleurie en ce mois d'avril 2016.
Une charmante petite rue pavée déjà fleurie en ce mois d'avril 2016.

Une charmante petite rue pavée déjà fleurie en ce mois d'avril 2016.

 

13- Puis le retour se fait à droite par la rue des remparts (dont nous ferons le tour une autre fois!) et nous permet d'arriver à la porte Saint Marcel située à l'Est de la ville.

Elle est le seul monument romain encore entier dans le département de la Drôme. Il s'agit de la porte fortifiée de l'enceinte antique des IIIe et IVe siècle. Les remparts de Die ont en effet été construits entre 285 et 305. Ils occupent environ 2 kilomètres de longueur. 

 

Côté ville, on trouve un arc municipal, jadis érigé sur un autre lieu, et transporté là, lors de la construction de la porte. Ses décorations sont bien visibles et en particulier sa tête de taureau.

Côté externe, (côté place), la porte est flanquée de deux tours semi-circulaires formés de gros blocs.

C'est au Moyen Âge, que la partie supérieure en petits moellons réguliers, a été édifiée.

 

 

La descente par la rue des remparts

La descente par la rue des remparts

La porte saint Marcel (vue extérieure, puis intérieure)
La porte saint Marcel (vue extérieure, puis intérieure)
La porte saint Marcel (vue extérieure, puis intérieure)

La porte saint Marcel (vue extérieure, puis intérieure)

 

Voilà... la visite est terminée. Il reste encore beaucoup à découvrir ! Je n'ai pas pu tout photographier : le temps maussade ne permettait pas de mettre les pierres en valeur dans les rues étroites et souvent sombres.

Nous aurons, sans nul doute, l'occasion de revenir plus en détails sur certains de ces monuments...dans le futur et par beau temps !

Nous aurons l'occasion de revenir plus en détails sur certains de ses monuments...dans le futur !

Partager cet article

Repost 0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 06:46

 

Début avril, nous étions en vacances et, nous avons profité du beau temps relatif pour faire quelques balades sympathiques dans la Drôme avec nos petits-enfants âgés de 7 et 4 ans, donc à la portée de tous !!

 

En voici une en détail...Si vous avez l'occasion de passer par là, même en famille, le site est remarquable et facile d'accès.

 

 

Site touristique des Sucettes de Borne (26)

Site touristique des Sucettes de Borne (26)

 

Nous voilà au coeur du Parc du Vercors...

 

Sur la commune de Glandage, dans la Drôme, les Sucettes de Borne (1090m) offrent une randonnée en bordure d'un ruisseau, tranquille et facile à réaliser en famille surtout avec des enfants.

 

Après la ville de Die, prendre la direction de Châtillon-en-Diois c'est-à-dire la route du col de Grimone, puis après le village, prendre la direction de Glandage par les Gorges des Gâts.

 

 

L'entrée dans les gorges

L'entrée dans les gorges

La petite route serpente au fond des gorges.

Elle est taillée par endroit dans le rocher.

Attention, car il n'y a que quelques arrêts possibles...et certains endroits, où il est difficile de se croiser.

 

Ne pas aller jusqu'au village de Glandage mais à la sortie des Gorges, dès que vous êtes passés devant l'usine hydro-électrique, prendre à gauche la petite départementale qui monte au hameau de Borne...en suivant le ruisseau comme vous pouvez le voir sur la carte. 

L'usine hydro-électique des Gorges des Gâts telle qu'elle apparaît à votre droite.

L'usine hydro-électique des Gorges des Gâts telle qu'elle apparaît à votre droite.

Le village de Borne et l'emplacement du parking.

Le village de Borne et l'emplacement du parking.

 

Vous savez que vous arrivez au hameau, car peu de temps après avoir pris la petite départementale, vous sortez des gorges et vous apercevez le Moulin de Borne en contrebas...près du ruisseau. 

 

 

Vues sur le Moulin de Borne.
Vues sur le Moulin de Borne.Vues sur le Moulin de Borne.
Vues sur le Moulin de Borne.Vues sur le Moulin de Borne.

Vues sur le Moulin de Borne.

 

Il faut traverser le charmant petit hameau dont je n'ai pas fait de photos (ce sera pour une prochaine fois !)

Puis, dès que la route goudronnée devient une piste, il y a le parking : impossible de se tromper car il n'y a qu'une seule route.

A gauche, vous êtes accueillis par des chevaux noirs. 

 

Il est possible de monter jusqu'au site avec un véhicule tout-terrain : la piste est carrossable mais quel dommage de ne pas profiter de la balade et de gâcher le calme de la nature !

 

Les chevaux à la sortie du hameau.

Les chevaux à la sortie du hameau.

Deux solutions se présentent à vous : soit vous montez directement par la piste d'environ 2 km, soit vous prenez le charmant petit chemin en sous-bois et vous redescendez par la piste pour faire un circuit.

 

Nous avons choisi de prendre le chemin en sous-bois de l'autre côté du ruisseau.

De toute façon, juste avant les Sucettes, les deux chemins se rejoignent et une passerelle permet de traverser le ruisseau à sec.

 

Avant de commencer la balade nous prenons le temps de lire le panneau expliquant la formation des sucettes. Nous y reviendrons...en fin d'article. 

 

Le parking est situé à environ 920 mètres d'altitude.

Avec les petits, nous avons mis environ 45 à 50 minutes pour monter jusqu'au site.

Il faut dire qu'ils s'arrêtent sans cesse pour regarder des petits insectes, cueillir des fleurs (NON SURTOUT PAS : NOUS SOMMES DANS LE PARC...ON REGARDE SEULEMENT !)...parce qu'ils entendent un bruit dans les feuillages ou bien pour ramasser un joli caillou.

Bref ils sont déjà "déformés" par leurs grands-parents, pour lesquels se promener tout simplement n'est jamais suffisant !

 

Il est indiqué sur le panneau : 2 km 100 et 30 minutes, temps prévu par la piste plus directe, pour un bon marcheur adulte.

C'est donc bien une balade familiale

 

Prévoir tout de même une petite laine et un coupe-vent à la demi-saison, car on monte à plus de 1000 mètres. 

 

 

Le panneau indicatif (temps donné par la piste)

Le panneau indicatif (temps donné par la piste)

 

Dès l'approche du ruisseau de Puscle, les fleurs sont bien présentes partout...

Nous sautons par-dessus des populages des marais qui se reflètent dans l'eau et franchissons le ruisseau. 

Populage des marais (Catha palustris)

Populage des marais (Catha palustris)

 

Le chemin traverse une prairie, puis serpente ensuite à travers la forêt. Il monte parfois assez haut au-dessus du ruisseau...

 

 

 

 

Le ruisseau de Puscle
Le ruisseau de Puscle

Le ruisseau de Puscle

 

...et permet d'observer des rochers taillés par l'érosion dans la falaise qui se trouve de l'autre côté 

Bien avant le site des Sucettes, l'érosion a déjà fait son oeuvre...
Bien avant le site des Sucettes, l'érosion a déjà fait son oeuvre...

Bien avant le site des Sucettes, l'érosion a déjà fait son oeuvre...

 

Il n'y aucun danger avec les enfants, mais attention tout de même aux glissades par temps humide. 

 

En approchant de la passerelle qui permet de traverser le ruisseau, nous avons quelques points de vue remarquables sur les sommets encore enneigés en avril et les sucettes que nous commençons à apercevoir...au loin.

La vue sur les sommets enneigés au fur et à mesure qu'on monte...
La vue sur les sommets enneigés au fur et à mesure qu'on monte...
La vue sur les sommets enneigés au fur et à mesure qu'on monte...

La vue sur les sommets enneigés au fur et à mesure qu'on monte...

 

 

Une fois la passerelle franchie, nous rejoignons la piste et nous ne sommes plus qu'à 10 minutes du site...

Les Sucettes de Borne / Une randonnée familiale dans la Drôme

 

Et nous voilà arrivés ! 

 

Les enfants sont ravis de prendre leur goûter assis sur les rochers.

 

 

N'oubliez-pas de faire défiler les photos en cliquant sur les flèches...

 

Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...
Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...
Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...
Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...

Le site des Sucettes de Borne / On se sent si petit au milieu de ces formations façonnées par la nature...

 

A noter pour les amateurs : certaines de ces sucettes sont équipées pour y faire de l'escalade. 

 

La piste continue pour les randonneurs, vers le refuge de La Tour qui permet de faire un circuit par le col de Jiboui.

 

Bien sûr nous ne pouvons envisager pareille randonnée avec les enfants de cette saison où les sommets sont encore enneigés et où le temps est incertain !

 

 

La piste continue vers les hauteurs...

La piste continue vers les hauteurs...

 

Il est temps de redescendre car le temps se couvre...

Juste le temps d'admirer à droite de la piste plusieurs champs fleuris de coucous...avant de retrouver les chevaux noirs, la pluie... et la voiture.

Quelques champs de coucous en redescendant
Quelques champs de coucous en redescendant
Quelques champs de coucous en redescendant

Quelques champs de coucous en redescendant

 

Le retour en voiture se fait par le même itinéraire. 

On laisse à notre droite le moulin, et on entre dans les gorges...

 

Les falaises des Gorges des Gâts (vue de la route)
Les falaises des Gorges des Gâts (vue de la route)
Les falaises des Gorges des Gâts (vue de la route)
Les falaises des Gorges des Gâts (vue de la route)

Les falaises des Gorges des Gâts (vue de la route)

 

Puis après l'usine Hydro-électrique...

L'usine hydro-électique (vue sur le retour)

L'usine hydro-électique (vue sur le retour)

 

...il faut penser à s'arrêter devant le Rio Sourd, une très étroite gorge qui permet aux amoureux de canyoning de bien s'amuser l'été.

 

L'hiver, le Rio Sourd se transforme en cascade de glace, pour ceux qui aiment les escalader...

Le Rio Sourd

Le Rio Sourd

 

Un peu plus loin, vers la sortie des gorges, on peut admirer cette superbe maison adossée à la falaise. 

Une maison adossée à la falaise, à la sortie des Gorges des Gâts.
Une maison adossée à la falaise, à la sortie des Gorges des Gâts.

Une maison adossée à la falaise, à la sortie des Gorges des Gâts.

 

Comment se sont formées ces sucettes ?

 

Pendant le Crétacé, des couches de sédiments se sont déposées par strates au fond d'une mer chaude.

Les sédiments, meubles au départ, sont devenues des couches plus ou moins dures de roches...

A terme, les couches dures (des calcaires) alternaient avec des couches plus tendres (des marnes).

 

Au moment de la formation des Alpes, il y a 65 millions d'années, les couches se sont pliées, plissées ou redressées quasi à la verticale. 

 

Puis l'érosion, le gel et le dégel ont fait leur oeuvre, en dégageant les couches dures qui seules sont encore en place, et forment ces étranges "aiguilles" que les habitants appellent des Sucettes, pour le plus grand plaisir des enfants et des grands !

 

Le panneau explicatif

Le panneau explicatif

Partager cet article

Repost 0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 08:10
Le carnaval de Venise à l'honneur pour lundisoleil#5

Le carnaval de Venise à l'honneur pour lundisoleil#5

 

Un peu de rêve pour ce lundi d'hiver...un peu de soleil, d'amusement et de joie. C'est le carnaval à Venise et les masques sont à l'honneur !

 

Le carnaval de Venise se tient traditionnellement les 10 jours précédents le mercredi des Cendres ce qui explique que la date change chaque année.

Cette année, il  a donc débuté le 30 janvier dernier et se poursuivra jusqu'au 9 février prochain.

Le carnaval 2016 rend hommage aux artisans qui oeuvrent pour faire de cette manifestation, une réussite : les costumiers et les fabriquants de masques.

 

Le saviez-vous ? 

 

Chaque année le carnaval débute par certaines manifestations incontournables qui ont lieu sur la Place Saint Marc.

 

En avant première, le week-end précédent l'ouverture du carnaval, ont lieu de nombreux spectacles et jeux de lumière sur les canaux. 

 

Puis le samedi suivant, c'est l'ouverture du carnaval !

 

Il y a d'abord la fête des Maries. Il s'agit d'un grand défilé qui part de la Basilique San Pietro di Castello et rejoint la place saint Marc. Douze jeunes filles sont accompagnées par tout un cortège de costumes d'époque. Celle qui sera élue à l'issue du carnaval (la plus belle évidemment) devra réaliser le saut de l'ange l'année suivante... 

Cette tradition existerait depuis le Xème siècle. 

 

Puis le dimanche à midi, le vol de l'ange (ou vol de la colombine). Une jeune fille saute dans le vide du haut du campanile ! Elle est bien assurée, vous vous en doutez, et s'élance sur une scène située 80 mètres en dessous d'elle. 

Cette tradition remonterait au XVIème siècle. Un marin turc relia le campanile à son bateau en marchant sur une corde...muni seulement d'un balancier. Puis, chaque année se sont des acrobates vénitiens qui réalisèrent cette prestation. Mais suite à un accident mortel en 1759, une colombe en bois remplaça les hommes, jusqu'en 2001, date à laquelle, le vol de l'ange fut réalisé à nouveau par un être humain, cette fois bien accroché !

 

Le dernier dimanche du carnaval a lieu depuis 2012, le vol de l'aigle. C'est cette fois une personnalité issue du milieu sportif qui est mise à l'honneur en s'élançant du haut du campanile jusqu'à la scène de théâtre installée place Saint Marc. 

 

Enfin, le carnaval se clôt par le vol du lion, une descente du drapeau de Venise où figure le lion de Saint Marc.

 

A l'origine le carnaval de Venise durait des semaines entre le 26 décembre et le Carême, toutes les rues de Venise s'animaient et tous les habitants se cotoyaient, bien cachés derrière leur masque.  Mais cette fête tomba en désuétude à la fin du XVIIIème siècle.

C'est la municipalité de Venise qui décida en 1980 de réhabiliter le carnaval pour animer la ville à une période creuse au niveau touristique. Depuis, le succès ne se dément pas et des touristes du monde entier viennent visiter la ville et profiter des animations.

 

Aujourd'hui on peut photographier dans les rues de Venise et sur la place San Marco, en plus de la tenue traditionnelle (capuchon de soie noire et cape de dentelle recouvrant une grande cape, plus un tricorne et un masque blanc cachant la quasi totalité du visage...), des costumes d'époque, ceux de la comedia dell'arte et d'autres colorés et fantaisistes qui correspondent au thème de l'année. 

 

De nombreux masques et costumes sont fabriqués à Venise par les artisans...

 

Quand j'y suis allée (en dehors du carnaval) je me souviens avoir visité la boutique "Ca'Macana", un des plus anciens ateliers de fabrication de masque. Les masques exposés à la vente étaient superbes et fabriqués sur place.

 

Pour en savoir plus vous pouvez consulter le site officiel du carnaval (en italien) 

 

Pour en savoir plus sur lundisoleil# rendez-vous sur le site de Bernieshoot.

 

Lundisoleil# 5 sous la couleur du violet...et du carnaval de Venise

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans lundisoleil voyage Venise
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:47
Vue de la vallée à partir du plateau du Vercors...

Vue de la vallée à partir du plateau du Vercors...

 

Quelques photos de mes

 

dernières balades dans la

 

Drôme.

 

 

Tout d'abord la dent de Die vue du plateau.

La dent de DIELa dent de DIE
La dent de DIE

La dent de DIE

Ensuite l'arrivée sur le plateau vers le Pas de Chabrinel...

 

Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...
Balade dans la Drôme...

Puis le Grand Veymont...

Balade dans la Drôme...

Enfin, quelques éléments de la FLORE...

Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...
Balade dans la Drôme...
Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...

Et une petite visite des villages...

Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...
Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...
Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...
Balade dans la Drôme...Balade dans la Drôme...

Et de la plaine...

Balade dans la Drôme...

Partager cet article

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 06:38

Composition d'un repas italien :

 

L'antipasto 

Ce sont les entrées (carpaccio, fromages, charcuterie...)

 

Il primo (sous-entendu piatto

Pâtes, risotto, gnocchi, raviolis ou soupes de saisons...

 

 

Il secondo (sous-entendu piatto

Viande ou poisson...

Thon à la vénitienne

Il contorno

L'accompagnement (salades, pommes de terre, légumes cuits souvent grillés...)

Le repas se termine par il dolce 

Desserts sucrés et variés (tiramisù, glaces, salade de fruits...)

Puis par il caffè et l'amaro (digestif) ou liqueurs (comme le limoncello).

 

Bien sûr les recettes varient selon les régions et les saisons !

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans découverte voyage
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 17:44

Trois jours à Venise c'est trop peu et ça laisse une envie terrible d'y retourner car comment ne pas être frustrée de n'avoir pas pu visiter tous les quartiers de la ville... mais voyage scolaire oblige, priorité aux adolescents avec qui nous avons partagé le plaisir de la découverte...

 

Voilà quelques photos...juste pour ne pas oublier !

 

L'embarcadère du vaporetto alla Punto Sabbioni

 

P1000758--Small-.JPG 

 

Vues de la lagune sur le vaporetto

 

P1000764 (Small) 

P1000766 (Small)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à Venise : la vue sur le Palais des Doges et le Campanile

 

P1000770 (Small)

 

P1000769--Small-.JPG

 

 

 

 

 

P1000771 (Small)

 

Vue du vaporetto Santa Maria della Salute

 

P1000768 (Small)

 

  Santa Maria della Pietà...une église catholique de Venise

  devant on voit  le débarcadère du vaporetto

 

 

Le Pont des soupirs...

P1000777 (Small)

P1000776--Small-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reliait l'ancien tribunal à la prison des Plombi où a séjourné le célèbre Giacomo Casanova. Ecrivain, aventurier et séducteur, Casanova a été emprisonné en 1756 et accusé de libertinage, occultisme et propagande anti religieuse. 14 mois après, il réussit à s'échapper... Il est  le seul prisonnier à s'être évadé de façon spectaculaire de cette prison située sous les toits du Palais des Doges.

Le Pont porte ce nom car les vénitiens  imaginaient les plaintes des malheureux qui le franchissaient pour circuler entre leur cachot et le tribunal... Les prisonniers s'y croisaient sans se voir car il s'agit d'un double couloir.

De style baroque il a été construit en 1602. C'est le seul pont couvert de Venise.

      

La Piazza San Marco  

 

   

Les deux colonnes de la piazzetta san marco

 

P1000781 (Small)P1000782 (Small)

 

Ces deux colonnes de granit  font partie des richesses qui ont été ramenées de Constantinople au XII° siècle, après le pillage de la ville. 

Saint Marc (à gauche), le lion ailé est le symbole actuel de la Venise. On le retrouve partout. Saint Théodore (à droite), le premier saint protecteur de la ville est représenté terrassant un dragon.

Les Vénitiens superstitieux ne passent jamais entre les colonnes.

 

La Tour de l'horloge

 

 

Ou Tour des Maures car au sommet on y voit deux automates maures frappant les heures.

 

On y retrouve le lion ailé sur fond de ciel étoilé. Sur l'horloge, tous les signes du zodiaque sont représentés ainsi que la position du soleil et de la lune.

Elle s'est effondrée au XV° siècle et a été totalement reconstruite. 

 

La légende raconte que les concepteurs sont devenus aveugles après la réalisation ne pouvant ainsi plus refaire le même travail...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La basilique San Marco...

en travaux !!  

 

P1000788 (Small)  P1000784 (Small)

Construite au IX°, la basilique est un mélange de genres. Elle est le témoin de l'histoire de Venise et symbolise son identité et de ses origines multiples. Elle est pour cela un monument unique ! Toute la grandeur et la richesse de Venise se retrouve dans ses ornements. Construite au fil du temps, on y trouve les styles byzantin, islamique, gothique et renaissance. Au sommet se trouve une terrasse d'où le doge observait les fêtes de la ville. Les dômes sont recouverts de  plomb. La façade avec ses 5 arcades est plutôt byzantine. Le couronnement est gothique et orné de mosaïques. 

 

Pour une visite virtuelle cliquer sur le lien ci-dessous :

 

link

 

P1000789 (Small) 

 

Le portail côté piazzetta et...

 

P1000792 (Small)-copie-1

P1000790 (Small)

 

 

 

 

 

 

 

 quelques éléments architecturaux...

 

 

P1000779--Small--copie-1.JPGLe Campanile (le Patron des vénitiens) vu de la piazzetta san marco. 

 

  La tour mesure 98 m 50. Elle servait de phare aux voyageurs et au pêcheurs car Venise est souvent dans le brouillard. Galilée y a placé sa lunette pour observer les étoiles.

Effondrée sans faire de victimes( sauf un chat !) en 1902, elle a été totalement reconstruite avec des fondations nouvelles.

Sa base est de style roman mais le couronnement où se trouvent les cloches est de style gothique.

 

 

Le Palais des Doges ou Palaccio ducale

 

P1000799 (Small)

 

Vue de la basilique à partir de la cour intérieure

du Palais des Doges

 

 Il a été bâti en 1340 sur les ruines de l'ancien palais qui était  un simple château-fort et qui a été détruit par un incendie.Jusqu'au XVI° siècle il abritait sous les toits, les prisons applées les plombi  car le toit était fait de plaques de plomb. Il y faisait très chaud en été et très froid en hiver...

Puis une nouvelle prison fut construite sous le bâtiment à côté du palais. Les prisonniers se rendant au palais par le célèbre pont des soupirs. Là ils ne souffraient plus ni du froid ni de la chaleur mais de l'humidité voire des inondations !

A côté des plombi il y avait tout une série de bureaux, de bibliothèques, de salle de torture, de salles de conseil à l'abri des regards extérieurs. Là des hauts fonctionnaires travaillaient parfois jusque tard dans la nuit dans le plus grand secret et c'est là que le véritable pouvoir s'exerçait. Toutes les affaires importantes de la République s'y réglaient.

Les ambassadeurs et haut dignitaires ne soupçonnaient pas l'existence de cette administration cachée...

On peut aujourd'hui visiter les itinerari segreti ainsi que les salles du palais décorés par les plus célèbres peintres vénitiens.

 

link

 

P1000800 (Small)Autre vue de la cour intérieure

 

100_5726--Small-.JPG

 

Canal intérieur à la ville

(+ moyen de transport actuel)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pont de l'académia et un gondolier qui attend les touristes (ci-dessous)P1000907--Medium-.JPG

   

et...le Grand Canal vu du pont.

 

P1000873--Medium-.JPG

 

P1000874--Medium-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons pu aussi nous rendre dans le quantier du Dorsoduro pour faire des achats de masques vénitiens dans le boutique ci-dessous Ca'Macana.

Là, les groupes de touristes peuvent assister à des conférences, des ateliers,...sur rendez-vous. Nos ados ont adoré ! L'équipe d'animation est très sympa et très pédagogue et les masques sont superbes. Vous pouvez visiter leur site ICI ou visionner la vidéo.

 

Mais Venise et ses merveilles plongent inexorablement dans la mer. Dans 20 ans elle pourrait se situer 8 cm plus bas, or elle a déjà perdu 12 cm depuis le début du XX° siècle. Les spécialistes et les autorités se mobilisent...Lire à ce sujet l'article de Futura-sciences.

 

 

A bientôt pour un autre voyage...

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans voyage Venise
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 06:51

Bref historique

...qui n'a pas la prétention d'être exhaustif...car je ne suis pas historienne. J'ai juste voulu prendre quelques repères avant de me rendre à Venise !

 

A l'origine la Vénétie était  une province romaine...Les fouilles archéologiques sous-marines actuelles ont permis de découvrir que les îlots de la lagune vénitienne étaient déjà habités au temps de l'Empire romain. Mais la montée des eaux aurait obligé la population à les évacuer. 

Puis lorsque l'empire romain d'occident s'effondre, c'est l'empire romain d'orient qui libère l'Italie. Les populations sont alors sous l'autorité de Byzance...

 

L'invasion de l'Italie par les Huns d'Attila, puis celle des Lombards aurait fait fuir les populations autochtones vers les îlots perdus au milieu des marécages et des roseaux et habités jusqu'alors par quelques pêcheurs.   Vers l'an 568, les populations  s'établissent alors durablement sur les îles.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b4/Paolo_Lucio_Anafesto.jpg

Puis vers 697, les vénitiens élisent leur premier doge Paoluccio Anafesto. Il y restera jusqu'en 717. La légende lui attribue les premiers travaux de fortification de la ville ainsi que l'arsenal.


Charlemagne envoie son fils conquérir la Vénétie. Il échouera dans sa tâche et sera obligé de  signer des accords avec Byzance, accords qui lui ouvriront des relations commerciales fructueuses avec Venise.

 

Suite à ces évènements, vers l'an 809, le chef de Venise, le doge Angelo Participazio s'installe au Rialto. On lui doit la modernisation de la ville et la construction de ponts et de nouvelles voies d'eaux dont le Grand Canal. Venise est née !


L'économie se diversifie...les premiers verriers apparaissent. La facilité d'accès par voie maritime de l'île fait le reste.

Torcello puis Rialto prennent progressivement de l'importance au niveau du commerce...et Venise devient la plus grande puissance économique de méditerranée, ouverte vers le commerce oriental par mer et par voie de terre (épices, soie, produits rares et chers comme l'or ou les pierres précieuses...). Elle participe également à la géographie moderne le commerce vénitien favorisant l'établissement de cartes sur les pays traversés.

   

Vers 828, un nouveau saint apparaît : San Marco, dont les reliques viennent d'être ramenées (volées !) d'Alexandrie par des pêcheurs. Il  devient patron de la ville (et remplace Théodore).


Les reliques sont installées dans la basilique qui porte son nom située sur la place San Marco.

  P1000784 (Small)

Venise prend son indépendance par rapport à Byzance et le lion ailé devient définitivement le symbole de Venise.


On retrouve sur la Piazetta San Marco la statue des deux saints.

                                                     

P1000781 (Small)Saint Marc    

 

 

P1000782--Small-.JPG

                                                           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint Théodore

 

Au moyen âge, la ville est prospère et bien située entre l'orient et l'occident.

Sa position sur la lagune la protège de ses ennemis.

Les vénitiens se dotent d'une puissante flotte et participent au transport des croisés en Terre sainte en  monneyant chaque voyage et en négociant terres et avantages sur les conquêtes des Croisés. Venise détourne la 4ème croisade à son profit et ramène de Constantinople, qui est pillée et détruite, de nombreuses richesses  qui vont servir à embellir la ville.


En 1143, une nouvelle assemblée : le Conseil des Sages est créée.

Vers 1170, La République de Venise transforme ses institutions en profondeur. Ces institutions seront encore en fonction 6 siècles plus tard. Tout d'abord élu par le peuple, le Doge est maintenant élu par un conseil et contrôlé de plus en plus par les familles nobles de la ville. Mais il y a une véritable séparation de l'Eglise et de l'Etat (ce qui n'est pas le cas dans les autres pays d'Europe).

En 1172, Le Conseil des sages devient le Grand Conseil. C'est l'année de naissance du "mythe divin" selon lequel Dieu dicterait les lois de la République et unirait le Doge au Grand Conseil.


Au XIV° et XV° siècle c'est le temps des guerres... en particulier contre Gênes la principale concurrente  commerciale. Les vénitiens veulent surtout sécuriser leurs routes maritimes.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/GenesVenise.jpg

C'est en 1348 que la peste s'abat sur la ville tuant la moitié de la population...

 

 

C'est à cette époque aussi que la cité est divisée en 6 sestieri = 6 quartiers toujours actuels (Cannaregio, San Marco, Castello, Santa Croce, Dorsoduro et San Polo) symbolisés par les 6 dents que l'on voit sur la proue des gondoles.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/09/Sestieri_di_Venezia.svg/440px-Sestieri_di_Venezia.svg.png    Cannaregio
    Castello
    Dorsoduro
    San Marco
    San Polo
    Santa Croce

 

 

Le XV° siècle est aussi celui de l'expansion de Venise. Mais la découverte du Nouveau monde par Christophe Colomb change la donne : les routes maritimes sont profondément modifiées et Venise commence à décliner.

 


Au XVI° siècle , Venise doit affronter le roi de France louis XII qui se ligue avec le pape et l'empereur Maximilien. Venise toujours en guerre contre les Ottomans s'affaiblit en perdant plusieurs comptoirs commerciaux en orient.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/53/Republic_of_Venice_1796.png/220px-Republic_of_Venice_1796.png

En 1796 la République de Venise est conquise par Napoléon Bonaparte qui la cède à l'Autriche. Puis l'Autriche la restitue, puis la reprend...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Venise devient enfin italienne en 1866 et indépendante !

 

Aujourdhui Venise et sa lagune sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

 

Les constructions

Venise n'est pas construite sur l'eau mais sur les alluvions déposés par la mer et qui ont formé les îlots.


Construite en bois et sur l'eau jusqu'au VI° siècle, Venise  fut ravagée par des incendies. Les vénitiens reconstruisent alors en apportant de nouveaux matériaux et modernisent leur ville.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9a/Mus%C3%A9e_historique_de_Strasbourg-Pilotis-14e_si%C3%A8cle.jpg/170px-Mus%C3%A9e_historique_de_Strasbourg-Pilotis-14e_si%C3%A8cle.jpgLes monuments les plus élevés et lourds sont construits sur des pieux de 2 à 4 mètres de long qui s'enfoncent dans le sol et sont plantés très serrés et reliés entre eux.

Puis un plancher de bois sert de base à la maçonnerie.

Pour les constructions proches de l'eau, la pierre d'Istrie (pierre blanche originaires des Balkans) qui résiste à l'eau salée, sert de base. Les constructions sont alors plus solides et résistent à l'érosion de la mer...

Les charpentes, pieux  et planchers sont souvent en chêne, aulne ou mélèze  très résistants au temps. Le bois permet aussi de donner aux édifices une certaine souplesse (car le sol des îles est mouvant, instable et humide). Les fenêtres très nombreuses en façade allègent l'ensemble.


La lagune est sujette à de grandes variations du niveau de l'eau provoquant des phénomènes comme l'acqua alta bien connu des vénitiens d'aujourd'hui et inondant les ilôts ou la place Saint Marc comme ci-dessous ou l'acqua bassa qui rend impraticables à la circulation certains canaux alors trop peu profonds.

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/Venezia_acqua_alta_notte_2005.jpg&sa=X&ei=GtK3T9iHMpDZ8gOyqN3NCg&ved=0CAsQ8wc&usg=AFQjCNFgHJDH-1SsZqE2Se14w15M0bQBXA

 


Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans Venise voyage
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 16:46

En voyage scolaire avec 50 adolescents, nous avons pu visiter deux îles de la lagune...

 

Murano

 

 

P1000839--Small-.JPG        

La rue principale bordée de boutiques et de restaurants

 

L'île de Murano est la plus grande des îles de la lagune. Elle a été habitée en même temps que Venise. Elle est surtout connue pour ses verreries que l'on y fabrique depuis le XIII° siècle.

 

On y trouve en plus des églises et du musée de la verrerie, de nombreux  Palais au bord du grand canal.

 

P1000846 (Small)

 

Palazzo Da Mula Murano sul Canale degli Angeli

 

 

P1000844--Small-.JPGP1000842--Small--copie-1.JPG 

 

Le Grand Canal de Murano      

 

En effet, les Vénitiens des siècles passés venaient l'été sur l'île pour se prélasser dans les nombreux jardins, l'île étant à cette époque plantée de vignes et de vergers.

   

Suite à de nombreux incendies qui ravagèrent Venise, le gouvernement des Doges décida de déplacer vers 1291 les verreries à Murano. Ceci permit également de préserver les secrets des verriers.

L'activité de l'île lui donna richesse et renommée...

 

 

 

Burano 

 

P1000831--Small-.JPG

 

 

On accède à Burano par le vaporetto qui longe toute une série de petites îles abandonnées de ruines ou de plantations qui servent de nidification aux nombreux oiseaux.

 

 

P1000817--Small-.JPG

 

L'arrivée sur cette petite île de pêcheurs  est un choc pour les yeux après avoir navigué sur les eaux grises de la lagune. En effet, toutes les maisons sont colorées de bleu, de jaune, de rouge ou de couleurs mélangées. Même les rideaux aux portes et aux fenêtres sont assortis.

 

On y goûte le calme  et la fraîcheur des "calle" (petites ruelles) qui permettent d'accéder à de toutes petites places adorables.

 

P1000826--Small-.JPG

P1000823--Small-.JPG

 

Cette île a gardé une authenticité extraordinaire malgré les nombreux touristes qui la visitent toute l'année.

 

P1000827 (Small)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le linge est toujours étendu aux fenêtres et sèche au soleil et au vent.

 

 

 

La tradition de peindre les maisons en couleur date du 7 ° siècle. Les pêcheurs, encore nombreux aujourd'hui pouvaient ainsi voir leur maison de loin dans la brume...

 

P1000812 (Small)

 

La religion est omniprésente et toutes les maisons sont protégées par des statues comme celle-ci.

P1000816--Small-.JPG

 

Depuis le 16° siècle, la dentelle de Burano est très connue... car elle est faite à la main. Il existe sur l'île depuis 1872, une école de dentellière intégrée au musée de la dentelle dans l'ancien palais du Podestat.

 

 P1000829.JPG 

 

Le Musée de la dentelle (il museo del merletto)

 

Louis XIV adorait cette dentelle au point de Venise qu'il portait sur ses cols. Il fit venir de l'île des dentellières jusqu'à Alençon... et la cour entière raffolait du punto in aria, point  caractéristique de l'île.

 

Tombé dans l'oubli à cause de la concurrence, cet art a repris vers le XIX° siècle.

Quelques photos des îles de la lagune : Burano et Murano

Une dentellière d'aujourd'hui dans sa maison...

Mais ne nous faisons pas d'illusion, la dentelle vendue aujourd'hui à Burano est fabriquée en Chine !!

Partager cet article

Repost 0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'es le printemps maintenant !

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -